jeudi 30 octobre 2014

Génie écologique : Un annuaire contre la surcharge environnementale des Comités des pêches !

Désengagement de l'État... Surcharge des Permanents dans les Comités des pêches... Génie écologique (ou économie verte)...

Près d'une cinquantaine des permanents des comités des pêches  de métropole et d'outre-mer se sont réunis, les 14 et 15 octobre à Paris, au Comité national. Tous constatent une surcharge d'activité, due à une multiplication de réunions liées à l'environnement... (1)

Aires marines protégées, transition énergétique, énergie marine renouvelable, stratégie pour le milieu marin... En surplus de l'application de la réforme de la PCP (Zéro rejet, RMD, étiquetage des engins de pêche,...)... Et les barrières des ONGE à prévoir lors de la Préparation de l'Agence Française de la Biodiversité (future mega agence qui englobera l'Agence des aires marines protégées et dans laquelle l'ONG "Humanité et Biodiversité" tirerait toutes les ficelles : Hubert Reeves comme parrain et Gilles Boeuf à la direction du comité scientifique (2)).

Alors que les pêcheurs devraient se focaliser sur des enjeux autrement plus cruciaux quant à leur avenir, comme la transformation des systèmes de production pour atténuer l'empreinte "carburant" et pour mieux s'adapter au changement climatique.... (voir à ce sujet, les évènements prévus par le Ministère de l'agriculture en direction des agriculteurs). Sans parler des enjeux commerciaux...

Les clés environnementales dans les mains du "génie écologique"

Aux préoccupations des Comités des pêches relatées par « le marin » du 24 octobre 2014 : « Comités des pêches : Une surcharge environnementale », leur tutelle, à savoir le Ministère de l’écologie, répond par un catalogue des entreprises au service de l’environnement : Annuaire de la filière génie écologique. Des entreprises au service de la biodiversité...

Les Permanents des Comités des Pêches pourront ainsi choisir parmi les dizaines de bureaux d'études, de maîtres d’œuvre, d’entreprises de travaux et autant de fournisseurs listées dans cet annuaire, des entreprises qui pourront les décharger dans leur tâche environnementale. L’objectif principal de ces nouveaux acteurs porteurs d'une filière d'avenir, du nom de "filière génie écologique" (6), est de préserver ou restaurer le bon fonctionnement des écosystèmes, notamment les écosystèmes marins... En effet, dans ce monde de plus en plus artificialisé, on ne reconnait plus le travail du secteur primaire, mais celui du secteur tertiaire !

Aux oubliettes ! Tous ces pêcheurs et tous ces conchyliculteurs écolo compatibles qui se prétendent des sentinelles de la mer (3). Du folklore ! Cette  remise des clés de l'étang du Prévost aux pêcheurs de la prud’homie de Palavas (4). Et Bravo BRL ! Lauréat du grand prix du Génie écologique remis par le Ministère de l'écologie (5). Primé en duo avec la Ville de Marseille pour des récifs installés au coeur du Parc National des Calanques (8). Le tout sur fond de scandale des boues rouges !!! (9).



Dorénavant, les clés environnementales sont dans les mains du "génie écologique", c'est à dire entre les mains de l'économie verte. La filière génie écologique fait partie des 18 "filières industrielles stratégiques de l’économie verte" identifiées début 2010 par le ministère du Développement durable et qui font l’objet de plans d’actions nationaux ayant pour objectif de favoriser leur développement. (7)

Pas un annuaire, mais l'appui des services de l'État

mardi 28 octobre 2014

News de la pêche dans le monde (4) : Afrique, Asie, Amérique et Océanie


News de la pêche dans le monde  : Afrique, Asie, Amérique et Océanie 

Octobre 2014

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Novembre 2014

« Jikoo, la chose espérée »


 
Écrit et réalisé par Christophe Leroy et Adrien Camus - documentaire France / Sénégal 2014 - 52mn -

Source : La 3e Porte à gauche 

Niché entre deux bras de mer bordés de mangrove, sur la terre riche du Delta du Saloum au Sénégal, le village de Bakadadji s’est retrouvé en 1976 au cœur d’un parc national, avec un poste d’agents des parcs comme voisin immédiat. La vie de ses habitants s’en est trouvée bouleversée puisque, attaquées régulièrement par les animaux protégés du parc, les récoltes sont devenues mauvaises. Au moment où nous découvrons le village, les habitants de Bakadadji n’ont qu’une idée en tête : faire clôturer leurs champs par la direction des parcs nationaux, qui bénéficie du soutien de différents bailleurs étrangers. C’est celà ou, à terme, arrêter de cultiver.

jeudi 23 octobre 2014

Diplomatie globale et ressources naturelles : La coalition Ocean2012 est morte, vive Pew !

"Diplomatie globale et ressources naturelles" est le thème d'un colloque organisé à l'Université Paris-Diderot en juillet 2015...

Comprendre l'ingérence des acteurs non étatiques - Fondations, ONG, multinationales,... - dans les affaires intérieures des Etats....

Illustration extraite de Google images : soirée de clôture de la coalition Ocean2012 France...

Appel à contribution (avant le 12 novembre 2014)



Enjeux, pratiques et influences des acteurs non-étatiques (XVIIIe-XXIe siècle)

La fin de la guerre froide a été l’occasion de (re)découvrir le poids des acteurs non-étatiques dans une diplomatie de plus en plus mondialisée. Selon Richard Langhorne, c’est avec le Congrès de Vienne de 1961 que s’amorce le processus de déliquescence de la diplomatie classique née au XVIIe siècle dans laquelle seuls les États jouaient véritablement un rôle. Cet affaiblissement progressif des États a conduit à l’effacement des frontières traditionnelles entre ce qui relève de l’action diplomatique officielle et des relations internationales plus informelles, menées en marge des États. Le poids croissant de divers acteurs non-étatiques sur la scène internationale est un signe révélateur de cette transition.... Pour en savoir plus sur le colloque : Calenda
 
La fondation étatsunienne Pew Charitable Trusts, un bon cas d'étude ?

La coalition Ocean2012 est morte, vive Pew !

Depuis le jeudi 20 mars 2014, Ocean2012 n’est plus... Reste les archives de la coalition conservées par Pew ! (1)

Apparue en 2009 lors du lancement de la réforme de la politique commune de la pêche en Europe, la coalition Ocean2012 prétendait défendre les intérêts d’une centaine d’associations et d'organisations professionnelles qui « partageaient un intérêt dans la pêche durable »

mardi 14 octobre 2014

Enquêtes : Touche pas à ma plage !


La commune de Saint-Coulomb s'inquiète pour son littoral : « Notre patrimoine, c'est la beauté de nos plages », indique Yannick de Charette, premier adjoint de Saint-Coulomb. Visée, la décision du préfet, prise début juillet, d'autoriser l'expérimentation de moules sur filières à 3 km de la côte. Le projet, demandé par le comité régional de la conchyliculture, prévoit une concession de trois ans, sur 19 ha, avec quatre filières de 100 mètres de long. Extrait de Ouest France : Mytiliculture en Bretagne. St-Coulomb attaque en justice

Mer, sable et soleil...

En ce moment, l’hebdomadaire « le marin » prend les inscriptions des décideurs de l’économie de la mer pour le grand rendez-vous maritime de l’année, les 2 et 3 décembre 2014 : la dixième édition des Assises de l’économie de la mer se déroulera pour la première fois à Nantes et Saint-Nazaire. (1)

En parallèle, Le marin et Odyssée développement mènent une enquête : Chefs d'entreprise du maritime : donnez votre opinion pour le sondage "le marin" - Odyssée Développement...

Des enquêtes, parlons-en !

Touristes, plaisanciers, retraités, propriétaires de résidences secondaires se pressent actuellement dans les mairies en réponse à plusieurs enquêtes publiques... (2)

L’enquête publique sur les filières d’élevage de la Male conche a débuté. Pour l’heure, seuls les opposants s’expriment || Vase, pollution, atteinte au patrimoine… les arguments fusent || (3)


Mon Oléron

Trois semaines, trois semaines dont le seul petit grain matinal ne m'a même pas évité d'arroser le jardin, du soleil, une mer agréable, une unique petite méduse et plusieurs jours de températures très élevées... Nous avons eu notre sortie annuelle grand standing au Grand Large, pour fêter en retard l'anniversaire de... Partie pleine de bonnes résolutions, je n'en ai tenue qu'une, faire du vélo. Mais ni cartes, ni travail sur ordi, une petite manifestation sur la plage pour protester contre des champs d'huîtres trop près des plages, Pineau à volonté et brasse dans les vagues délicieuses... Extrait du blog : Notes périssables

Des communes et des régions littorales où les élus ne manquent plus une occasion de placer le tourisme au rang de première activité économique, secteur d’avenir présenté comme vital pour la survie des territoires côtiers, quitte à sacrifier les activités maritimes ancestrales comme en Région Poitou-Charentes...

Les pôles d'excellence en Poitou-Charentes

lundi 13 octobre 2014

Actualité de la pêche en Europe et France - Octobre 2014


Revue de presse en France et en Europe

Octobre 2014

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Mois de Novembre 2014

Dans le marin du 31 octobre 2014, Feamp : l'enveloppe enfin répartie


L’État et les régions sont parvenus à un accord le 28 octobre pour répartir le Feamp (fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche). A chaque région, maintenant, de bâtir sa politique en matière de pêche et de cultures marines.

Après négociations, d’abord entre l’Etat et les Régions, puis entre les régions elles-mêmes, on y voit maintenant plus clair dans la réparation du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, descendant actuel des anciens Ifop puis Fep.Rappelons que Frédéric Cuvillier avait obtenu une forte hausse de l’enveloppe française, qui atteint 588 millions d’euros répartis sur la période 2014-2020. Extrait de l'article du Marin : Fonds européens pour la pêche et les cultures marines : ce que toucheront les régions

Un bémol en Pays de la Loire : Feamp : « Une maigre satisfaction » pour les élus UDI des Pays de la Loire

Egalement dans le marin :

* Finistère. Alain Vidalies sur le terrain ;
* les soucis financiers de la Sapmer ; 
* les propositions de tacs et quotas 2015 ; 
* grands fonds. la pression monte avant le conseil de novembre ;
* contrôles. l'agence européenne se prépare au zéro rejet ;
* un chalutier morientais armé à Saint-Gilles ;
* Morlaix. deux importants fileyeurs partent en Espagne ;
* algues. le projet de culture à Moëlan-sur-mer est acté ;
* les saisies en mer peuvent être remise en cause;
* lobbying. l'organisation BlueFish s'invite à Strasbourg ;
* le Crédit Agricole entre dans le maritime par le Finistère ;
* biodiversité. Olivier Laroussinie planche sur la future agence ;
* Arcachon. la mise en stockage protégé des huîtres évolue ;
* les projets aidés des pôles maritimes de compétitivité ; 
* eaux de ballast. les contraintes pratiques de leur évacuation et de leur renouvellement ;
* robotiques sous-marine. l'Ensta Bretagne distinguée en Italie ;
* 50 millions d'euros pour rénover le musée de la Marine à Paris ;
* avis aux pêcheurs. Marinarium cherche homards grainées ;
* un casting pour des ostréiculteurs...

Cliquer Ici pour lire le marin ou aller dans le Kiosk

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 31 octobre 2014

Quand le big business des produits de la mer se prépare à Londres...


31 octobre 2014. La filière saumon s'est donnée rendez-vous à Londres pour parler "business", à partir de l'expérience du "Big Salmon"...

Seafood Investor Forum
Oct 31, 2014, London
Grosvenor House

Pour en savoir plus : Intrafish

Au programme...

Panel : The salmon story: lessons from the industry’s leaders

Alf-Helge Aarskog - CEO, Marine Harvest
John Hindar - CEO, Cermaq
John Binde - Operating Director, Paine & Partners, LLC

Salmon is without a doubt the most advanced, financially stable and growth-oriented aquaculture sector for investors. With several listed companies showing huge returns and strong growth in share prices, investors are more interested than ever in exploring the sector. Is now the time?
Among the questions our panelists will discuss and debate:
l What are the primary growth drivers for the industry?
l What key factors have led to the industry’s fiscal and technological success?
l How can investors time the “salmon cycle” for best returns?
l What lessons from the salmon sector could be applied to other sectors?
l What are the options for vertical integration in the sector?
l Where do the best opportunities lie for consolidation?
l Where will future growth come from, both in production and markets?

Présents : 5 producteurs qui pèsent près de 50% de la production mondiale de saumon d'élevage : Marine Harvest, Bakkafrost, Cermaq, Austevoll seafood et Leroy. Nutreco, leader mondial dans la fourniture d'aliments piscicoles,... ASC, label aquaculture durable lancé par l'ONGE WWF....


Panel : A wave of returns : The case for investing in seafood now

Sebastian Eiseler - VP, Oaktree Capital Management
Halvor Meyer Horten - Senior Associate, Bain Capital
Mike Velings - Founder / Managing Partner, Aqua-Spark

The seafood industry is no longer a secret among major institutional investors, private equity groups or hedge funds. Several have already reaped the rewards of identifying the potential early on, others are jumping in at what they see is only the beginning of a long upward trajectory of growth. Our panel of expert investors will discuss and debate where the next opportunities lie, and some of the risks and rewards the industry present.

The panel will discuss:
l What factors contributed to your group’s decision to invest in the sector?
l Which sectors pose the best opportunities for long-term growth?
l What timeline should investors be looking at for ROI in the sector?
l Which sectors pose the best opportunities for investment: public or privately-held?
l Which segments of the aquaculture industry pose high-risk, high-return scenarios?
l Where are the growth opportunities in supporting services such as equipment and fish health?

Cliquer ici pour télécharger le programme

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 30 Octobre 2014

Économie maritime en Bretagne : changeons de regard

Comment mieux valoriser l’atout maritime dans le développement économique et social, si certaines activités sont peu connues ou mal quantifiées ? Comment détecter puis identifier de nouveaux gisements d’activités pour l’avenir ? Comment attirer les talents et les investissements ?

Ce rapport a été présenté par les rapporteurs, Antoine Dosdat Antoine et Hervé Moulinier, et adopté par l’assemblée du CESER réunie en session plénière le 13 octobre 2014. Les interventions des membres du CESER en séance relatives à ce rapport sont consignées dans le document « Avis » publié le même jour et disponible sur le site du CESER www.ceser-bretagne.fr

La Bretagne compte 100 000 emplois maritimes, soit 10 % de l’emploi régional. Un chiffre sans doute juste, mais qui mériterait d’être considérablement affiné.

Source : CESER

Tous ceux qui ont tenté de mesurer objectivement le poids de l’économie maritime, à quelque échelle que ce soit, se sont heurtés à la difficulté de recenser des données fiables, homogènes et complètes. Ces difficultés à avoir une bonne connaissance et une bonne compréhension de l’économie maritime sont susceptibles d’être un frein au développement.

Comment mieux valoriser l’atout maritime dans le développement économique et social, si certaines activités sont peu connues ou mal quantifiées ? Comment détecter puis identifier de nouveaux gisements d’activités pour l’avenir ? Comment attirer les talents et les investissements ?

Dans ce nouveau rapport qui constitue le prolongement économique de son rapport précédent « Milieux côtiers, ressources marines et société », le CESER attire l’attention des décideurs et du plus grand nombre sur l’intérêt stratégique collectif de mieux connaître le poids réel de l’économie maritime et sa capacité d’entraînement du développement économique et social régional.

L'occasion de changer de regard sur l’économie maritime, d’en révéler toutes les facettes, toutes les interfaces, tout le potentiel...

Télécharger le rapport

Télécharger la synthèse

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Au bon souvenir des pêcheurs...

Le président de Rungis distingué par Emmanuel Macron

Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, remettra le jeudi 20 novembrela Légion d'honneur à Stéphane Layani, l'actuel président de Rungis. Les deux énarques se sont connus à l'Inspection des finances au début des années 2000. Ils ont notamment corédigé un rapport sur la pêche montrant que le fonds des aléas de la pêche servait à financer le gasoil des pêcheurs de façon abusive. Dès son arrivée à la tête du plus grand marché de gros de produits frais, en juin 2012, Stéphane Layani a intronisé Emmanuel Macron «gastronome ambassadeur» de Rungis. Le ministre lui retourne aujourd'hui la politesse.

Source : Le Figaro

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

France filière pêche débat de la pêche de demain



« La pêche de demain, parlons-en aujourd’hui ! » C’est le thème des deux journées de conférences-débats programmées, les mercredi 19 et jeudi 20 novembre aux Docks, à la Cité de la mode et du design installée quai d’Austerlitz, à Paris, par France Filière Pêche.

jeudi 2 octobre 2014

Revue de presse 2014 (8) : Aquaculture, conchyliculture, pisciculture, algoculture,...



Actualités du mois d'Octobre 2014

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Novembre 2014

Audition publique

L'industrie ostréicole en Europe : Les défis pour les producteurs


The oyster industry in Europe: Challenges for producers

Audition publique

Commission de la pêche au Parlement européen (Président : Alain Cadec)

6 novembre 2014 à Bruxelles

Cliquer Ici pour télécharger le programme

Intervenants :

Jean-Pierre Baud, chercheur à l'Ifremer,

Sophie Sury, ostréicultrice à l'île de Ré et membre de l'association Ostréiculteur Traditionnel,

Gérald Viaud, président du Comité national de la conchyliculture,

Martin Ferris, député irlandais et ancien ostréiculteur.

---------------------------------


http://aquaculture-aquablog.blogspot.fr/2014/01/mortalite-huitre-enquete-le-bitoux.html#but16
L’association Ostréiculteur traditionnel, regroupant plus de soixante-dix producteurs issus des sept bassins ostréicoles français, saisit le tribunal administratif de Rennes en référé contre l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

Rapport d'expertise judiciaire (Jean-Dominique Puyt) : A télécharger Ici ou

Les naissains d’huîtres connaissent une mortalité massive, due à un virus depuis 2008. L’association Ostréiculteur traditionnel, qui regroupe des producteurs d’huîtres nées en mer, assigne Ifremer en justice pour négligence et défaut de surveillance.

Enjeu : une forme d’industrialisation de la culture du mollusque. Suite...


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Feamp : Répartition du Fonds européen pour la pêche et les cultures marines entre les régions


Pour en savoir plus dans le marin : Fonds européens pour la pêche et les cultures marines : ce que toucheront les régions

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 30 octobre 2014

Après le blocus du pont du Braud, les mytiliculteurs entrevoient enfin les aides financières


Début octobre 2014 : 4 jours de blocage au pont du Braud

Après les mortalités massives des moules en élevage dans le pertuis breton au mois de mars 2014 - l’équivalent de 10 000 tonnes de moules marchandes pour une valeur estimée à 20 millions d’euros - Frédéric Cuvillier, ministre de la mer, s’était engagé en juin dernier sur des aides financières conséquentes, un montant de 10 millions d’euros à répartir entre les 70 entreprises mytilicoles touchées par la catastrophe de part en d’autre de la baie de l’Aiguillon, en Vendée et en Charente-Maritime...

Manif Mytiliculteurs en Charente-Maritime




Réponse des collectivités côté Vendée et Pays de la Loire

L’Aiguillon-sur-mer, le 26 avril 2014

À l'Aiguillon-sur-Mer, les moules meurent sur leurs bouchots, pour éviter la ruine des 12 mytiliculteurs, le conseil régional des Pays de la Loire va débloquer un prêt à taux 0 de 1,5 millions d'euros...



Reportage d'Olivier Quentin et Daniel Le Floch

Les mytiliculteurs indiquent que le stock marchand, les moules destinées à la vente cette année, est détruit à quasiment 100%. Les 12 entreprises vendéennes qui vivent de la production des moules de bouchot sont en danger de mort si aucune aide ne vient compenser ce manque à gagner. Sans ventes, elles ne pourront pas continuer d'entretenir les parcs, ensemencer pour préparer les saisons à venir.

Une réunion a eu lieu ce matin entre les représentants de la profession et Christophe Clergeau le vice-président du conseil régional. La région devrait aider les mytiliculteurs à hauteur de 1,5 millions d'euros, sous forme d'un prêt à taux 0 remboursable sur 5 ans. Avec un maximum de 125 000 euros par exploitant. Le vote de l'assemblée régionale interviendra le 2 juin. La région et la profession vont également solliciter les banques pour quelles accordent des facilités à leurs clients, mais aussi à l'État, pour qu'il considère cette mortalité inexpliquée comme une calamité agricole.


Les Sables d’Olonne, le 2 octobre 2014

200 000 euros pour les mytiliculteurs vendéens

Bruno Retailleau a annoncé que le Conseil Général de la Vendée qu’il préside avait voté un dispositif de soutien aux mytiliculteurs vendéens de l’ordre de 200 000 euros.

En mars 2014, la filière mytilicole était frappée par une crise d’une ampleur exceptionnelle occasionnant la destruction de 80 à 100% des élevages. Plus de 70 exploitations de la baie de l’Aiguillon ont été touchées de plein fouet menaçant prèss de 300 emplois. On estime la perte de chiffre d’affaires entre 15 et 20 millions d’euros. “Sept mois après le début de cette crise, a expliqué Bruno Retailleau, les mytiliculteurs n’ont pas encore de certitude sur le montant, ni sur les modalités de versement de l’aide exceptionnelle destinée à compenser en partie leurs pertes sur laquelle l’État s’est engagé.

Le président de la Vendée s’est rappelé au bon souvenir d’Alain Vidalies, le ministre de la pêche, en lui demandant de rassurer les mytiliculteurs sur les mesures que l’État entend mettre en œuvre pour les aider. Sera-t-il entendu ?


Réponse des collectivités côté Charente-Maritime et Poitou-Charentes

La Rochelle, le 30 octobre 2014

135 000 euros devraient être attribués à la filière mytilicole

Le Conseil général de Charente-Maritime a voté jeudi un soutien financier d'un montant de 135 000 euros à la filière mytilicole, en réponse à la demande des professionnels durement touchés par l'exceptionnelle mortalité des moules cette année. Le taux de mortalité a, par endroits atteint 100% de la production, notamment dans le pertuis Breton, entre l'île de Ré et la Vendée, où se concentre la majeure partie de l'activité dans le département.

Le Conseil général financera à hauteur de 25% toute entreprise mytilicole ayant connu une perte d'au moins 30% de sa production et souhaitant investir dans de nouveaux pieux et cordes pour relancer son activité. Cette aide sera plafonnée à 40 000 euros. "Ce dispositif est calqué sur celui de la Vendée, qui a déjà mis une aide en place", a souligné le président du Conseil général, Dominique Bussereau (UMP).

La Région aussi

mercredi 1 octobre 2014

Actualité de la pêche en Europe et France 2014 (3e trimestre)


Revue de presse en France et Europe

Juillet/ Août / Septembre 2014

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Octobre / Novembre / Décembre 2014

----------------------------------

1 octobre 2014 : Ouverture de la coquille saint-jacques (saison 2014/2015)

Google Alertes : Coquilles Saint-Jacques à la normande

Copie d'écran

Comité national des pêches

Ouverture de la pêche à la coquille Saint-Jacques   

Ce mercredi 1er octobre marque le jour de l’ouverture de la pêche à la coquille Saint-Jacques pour les pêcheurs français. Guettez-les sur les étals, elles feront votre régal !

Bon à savoir :

- Le nom scientifique de la coquille Saint-Jacques est : Pecten maximus. On trouve d’autres espèces voisines sur le marché, ce sont des pectinidés, souvent commercialisés sous le nom de pétoncle.

- La coquille Saint-Jacques est une espèce sédentaire, qui vit en banc. Les principaux gisements en France sont : Baie de Seine, Baie de Saint-Brieuc, Rade de Brest, Quiberon, Pertuis charentais.

- Les pêcheurs français respectent une fermeture de la pêche chaque année, du 15 mai au 30 septembre, afin de laisser le temps aux coquilles de grandir et de se reproduire.

- Une licence professionnelle a été créée, à la demande des pêcheurs, pour limiter l’accès à la pêcherie. Cette licence a dans certains cas valeur d’AEP (autorisation européenne de pêche).

Source : CNPMEM



Au moment où Pavillon France lance l'opération " 3. 2. 1. Poissons ! ", "Viandes de France" fait le point...

Après le scandale des viandes : les choses ont-elles vraiment changé ?

Plus d'un an et demi après le scandale de la fraude à la viande de cheval, la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles dénonce des mesures et des dispositifs inefficaces

Source : SudOuest.fr, avec AFP

Pour répondre à la crise qui avait durement touché la filière des viandes durant l'année 2013, plusieurs mesures avaient été prises pour permettre aux acheteurs de retrouver la confiance.

Mention "Viandes de France" : "les étiquettes ne sont pas imprimées"

L'étiquette "Viandes de France", qui devait informer et rassurer le consommateur et garantir l'origine de la viande, a fait long feu à peine six mois après son lancement, a dénoncé mercredi la FNSEA.

"La vérité c'est que les étiquettes ne sont même pas imprimées ! C'est un coup de com' sans effet", s'est insurgé devant la presse Patrick Bénézit, président de la fédération régionale des syndicats agricoles (FRSEA) du Massif Central.

"La démarche n'est pas entrée dans les faits", remarque-t-il en dénonçant un "jeu malsain", entretenu notamment par les opérateurs de la grande distribution qui se fournissent dans les pays voisins.

Les étiquettes "Viandes de France" n'ont pas eu l'efficacité escomptée, dénonce la FNSEA.

"Ce n'est pas que les voisins sont moins chers, mais c'est une façon de calibrer le marché intérieur à la baisse : si on achète moins en France, les prix vont baisser", explique encore le président de la FNSEA, lui même éleveur dans le Cantal et vice-président de la Fédération nationale bovine (FNB).

Cantines : 87% de volailles étrangères