mardi 17 février 2009

Comment choisir ses poissons et autres produits de la mer ?

Plusieurs organisations environnementales publient des guides pour choisir les produits de la mer. Elles distinguent en général les poissons recommandés et les poissons à éviter, uniquement sur des critères environnementaux.

D’autres organisations comme l’association de consommateurs américaine « Food & Water Watch » vont plus loin en basant leurs recommandations non seulement sur les impacts environnementaux, mais aussi sur les incidences socio-économiques ainsi que sur la santé des consommateurs.

Voici les 10 propositions de « Food & Water Watch » pour choisir ses poissons et autres produits de la mer :

  1. Choisir les poissons sauvages - les poissons sauvages sont plus sains pour la santé des consommateurs que la plupart des poissons d’élevage - ils nagent dans la nature et ne sont pas cultivés dans de grandes cages surpeuplées avec des produits chimiques nocifs.

  2. Acheter local - si vous ne vivez pas près de la mer, essayer de n’acheter que des poissons du pays. Ils voyagent sur une distance plus courte pour atteindre les lieux de consommation, donc moins de carburant gaspillé, et ils sont probablement plus frais. Vous avez une chance plus élevée de soutenir les communautés de pêcheurs artisanaux. Vous aidez ainsi l'économie nationale.

  3. Eviter toujours les crevettes d’élevage d’importation. Les crevettes d’importation sont particulièrement contaminées.

  4. Choisir des crevettes capturées par nos pêcheurs.

  5. Eviter les poissons d’élevage, notamment le saumon. Ils sont élevés par de grandes entreprises dans des cages qui menacent les populations sauvages de poissons, et ils sont nourris avec des produits chimiques qui peuvent menacer la santé humaine.

  6. Choisir les huîtres, les moules et les palourdes qui sont élevées facilement avec très peu d'intrants - c'est-à-dire sans produits chimiques, et elles sont généralement élevées dans de petites exploitations.

  7. Vous disposez d'un droit de savoir d'où proviennent vos poissons et autres fruits de mer - demandez avant d'acheter! Cela obligera les restaurants et les magasins à faire plus attention à ce qu'ils achètent et à être au petit soin avec les consommateurs.

  8. Manger des poissons frais - éviter les produits transformés qui sont transportés sur de longue distance, donc plus de carburant, et défaut d’étiquetage sur l’origine des produits.

  9. Manger une grande variété de poissons - ne pas s'en tenir à un seul type. Aussi, votre exposition aux éventuels contaminants est réduite. Cela aide également à soulager la pression sur les populations sauvages.

  10. Se renseigner sur les poissons et transmettre les informations à d'autres personnes.

Autres articles :

Commentaires :

  • Avec "Consumers Union", l'organisation "Food & Water Watch" est l'une des associations de consommateurs américaines les plus importantes et les plus influentes. Actuellement, elle mène une campagne contre les programmes de piscicultures en offshore dans le golfe du Mexique (entre 3 et 200 miles des côtes). Nous en avons déjà parlés : Aux USA, la pisciculture marine prend le large. Elle soutient les produits locaux, les produits fermiers et les produits de la pêche artisanale. Elle s'attaque aux grands monopoles comme Cargill, Nestlé,... Regarder les dossiers sur le site : Food & Water Watch.
  • Un sujet non abordé par l'organisation américaine dans le choix d'un poisson est la question des espèces aquacoles carnivores qui consomment de la farine et de l'huile de poisson. Lors de l'assemblée du Programme des Nations Unies pour l'Environnement à Nairobi le 16 février 2009, le PNUE suggère que dans la lutte contre la faim et pour limiter les gaspillages, "de réaffecter à la consommation humaine le poisson actuellement utilisé pour nourrir les poissons dans l'aquaculture, quand cela est possible, relevant que 30 millions de tonnes de poissons sont rejetées à la mer chaque année." (AFP)

Autres informations pour les consommateurs :

==================

11 novembre 2010

Le ministère du Développement durable lance un appel à candidature pour participer à l’expérimentation nationale de l’affichage des caractéristiques environnementales des produits. Les entreprises, regroupement d’entreprises, syndicats, fédérations professionnelles peuvent faire part de leur candidature du 3 novembre et jusqu’au 31 décembre 2010.

Cette expérimentation qui est inscrite à l’article 228 de la loi d’engagement pour l’environnement dite loi grenelle 2 adoptée le 12 juillet 2010 débutera le 1er juillet 2011 et durera au minimum un an.

Les candidats sélectionnées mettrons à disposition des consommateurs -à titre expérimental- des informations concernant le contenu carbone de leurs produits (ou d’une partie d’entre eux) et d’une ou plusieurs autres caractéristiques comme par exemple la consommation d’eau, de ressources naturelles ou la pollution sur les milieux. Les experts de l’ADEME et du ministère du Développement durable assisteront les entités volontaires pour les accompagner dans le montage de leur dossier puis tout au long de la concrétisation de leur projet....

==================

Pour acheter vert, suivez le guide (Jdle)

Le consommateur est noyé sous les labels et devient de plus en plus méfiant.

Les campagnes publicitaires et les emballages des produits sont riches en messages bio et écolos. Mais pas toujours à bon escient. Pour permettre aux consommateurs de s’y retrouver parmi le foisonnement « d’allégations environnementales », un guide pratique vient de paraître. Présenté aujourd’hui 10 novembre par la secrétaire d’Etat à l’écologie, Chantal Jouanno, et le secrétaire d’Etat chargé du commerce, Hervé Novelli, le guide pratique résulte du travail entrepris par le Conseil national de la consommation (CNC). L’élaboration d’un tel document est le fruit d’un constat : certains professionnels exagèrent les aspects environnementaux de leurs démarches ou les qualités « bio » de leurs produits. En clair, les allégations environnementales manquent de transparence. « Elles sont trop souvent globalisantes, imprécises ou inadaptées », explique le CNC dans son avis et son rapport du 6 juillet 2010. C’est pourquoi, lors des « Assises de la consommation » d’octobre 2009, Hervé Novelli, en accord avec Chantal Jouanno, a souhaité que le CNC procède à une clarification des appréciations environnementales les plus fréquemment utilisées.....

10 novembre 2010 – Hervé Novelli et Chantal Jouanno lancent un guide pratique pour permettre aux consommateurs de mieux comprendre les allégations environnementales figurant sur les produits

Hervé Novelli, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation et Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, se félicitent du récent travail entrepris par le Conseil National de la Consommation (CNC) en vue de clarifier les allégations environnementales les plus couramment employées sur les produits. Ils lancent aujourd’hui un guide pratique sur les allégations environnementales pour que les consommateurs disposent de repères leur permettant de mieux comparer les produits en termes de performance environnementale et éviter toute confusion lors de l’achat de tels produits. Le 6 juillet 2010, les professionnels et les consommateurs, réunis au sein du CNC, se sont mis d’accord sur les conditions d’emploi de sept expressions. Sur cette base, Hervé Novelli et Chantal Jouanno ont décidé de lancer un guide pratique qui donne, pour chaque allégation telle que « durable », « responsable », « biodégradable »… ou encore, pour les produits non alimentaires, « bio » ou « naturel », des informations simples et claires à partir des critères définis par le CNC : la signification du terme, les garanties à apporter par le professionnel ou encore les précisions qui doivent être portées à la connaissance du consommateur.

Ce guide pratique est consultable sur le site du CNC, cliquer Ici

Ou télécharger le Guide pratique des allégations environnementales à l’usage des professionnels et des consommateurs Durable, responsable, bio, naturel - Comment s’y retrouver ? Cliquer Ici

====================

Poissons, coquillages et crustacés au fil des saisons

La cuisine des Poissons, coquillages et crustacés au fil des saisons

Editions Ouest-France

Chaque saison apporte un large choix de poissons, coquillages et crustacés pour le plus grand plaisir de nos papilles.

Parce que poissons, coquillages et crustacés sont des produits naturels, sains et bons pour la santé qui font partie de notre patrimoine culinaire, il faut les préserver et apprendre à les consommer en respectant leurs cycles de reproduction. Cuisiner ces produits de la mer en pleine saison garanti également d’avoir le meilleur produit au meilleur prix.

Grâce à un système d’onglets original et pratique, vous découvrirez pour chaque saison 30 recettes déclinées en entrées et plats. Soit 120 mets qui mettent à l’honneur tous les poissons et fruits de mer disponibles sur notre littoral au fil de l’année.

« Poissons, coquillages et crustacés au fil des saisons », éditions Ouest-France, 144 pages, 11,90€

================

Aucun commentaire: