lundi 22 décembre 2008

Les piscicultures marines, un danger pour les poissons sauvages

Selon une étude récente de L. Neil Frazer de l'Université d'Hawaï, les élevages de poissons en cages sont un danger pour les poissons sauvages.

Le Professeur explique dans son étude comment les piscicultures sont à l'origine du déclin des populations sauvages de poissons. Les fortes densités en élevage favorisent le développement des maladies qui sont ensuite transmises aux poissons sauvages. En mauvaise santé, ces derniers auront plus de mal à trouver leur nourriture et ils se défendront difficilement contre les attaques de prédateurs, causant des mortalités plus importantes. Tandis que les poissons d'élevage même malades continueront à se nourrir et seront protégés des prédateurs à l'intérieur de leur cage, ils contamineront toujours l'environnement ce qui explique que les taux de mortalité des poissons sauvages augmenteront encore.

Cette explication permet de comprendre pourquoi les poissons sauvages disparaissent dans les secteurs occupés par des élevages de poissons en cages. "Les poux de mer (voir photo) sont un exemple important de transfert de maladie depuis les piscicultures marines," explique Frazer. "Les poux de mer sont des crabes minuscules qui s'attachent aux poissons marins, mangeant leur peau et parfois leurs tissus plus profonds." "Ils créent un point d'entrée à d'autres infections, ce qui affaiblit les poissons." "Un pou de mer femelle peut produire plus de mille larves pendant sa vie. Les larves en suspension dans l'eau s'attachent ensuite aux poissons. Si dans le milieu naturel, la plupart des larves meurent sans jamais trouver de poisson, dans une pisciculture, elles auront plus de chance de s'accrocher, il y aura donc plus de larves qui survivront et qui deviendront ensuite des poux et ces poux produiront plus de larves. Avec plus de larves, les poissons sauvages seront plus facilement infectés.

La plus grande concentration de poux sont particulièrement préjudiciables au saumon parce que les juvéniles (ou smolts) dans leur migration depuis les rivières vers l'océan transitent par les secteurs côtiers où sont installés les élevages. Les smolts "Chinook" et leur cousin "Chum" souffrent le plus parce qu'ils restent longtemps dans les eaux côtières et ils sont si petits en entrant dans l'océan que les infections provoquées seulement par un ou deux poux peuvent leur être fatales.

L'étude montre que même si le niveau des poux sur les poissons d'élevage est maitrisé par l'utilisation de produits vétérinaires, les populations de poissons sauvages continuent malgré tout de baisser. Pour le chercheur, il y aurait une densité critique de cages d'élevage au-dessus de laquelle les populations sauvages baisseraient et ce jusqu'à l'extinction.
Source : Sciencedaily

Autres articles :

Crédit photographique : Alexandra Morton, Raincoast Research

Pour aller plus loin.....

Le blog d'Alexandra Morton, cliquer Ici

Etude complète en anglais : L. Neil Frazer. Sea-Cage Aquaculture, Sea Lice, and Declines of Wild Fish. Conservation Biology, 2008; DOI: 10.1111/j.1523-1739.2008.01128.x Adapted from materials provided by University of Hawaii at Manoa.

Autre étude sur le sujet : A Global Assessment of Salmon Aquaculture Impacts on Wild Salmonids

Aucun commentaire: