jeudi 26 février 2009

Saumon écossais, le moins bon pour la planète !

Les saumons écossais émettent plus de gaz à effet de serre que leurs cousins norvégiens, canadiens ou chiliens, à cause du marché français, selon Peter Tyemers de l’Université Dalhousie à Halifax en Nouvelle-Ecosse (Canada)

Peter Tyemers a évalué l‘empreinte carbone de plusieurs saumons d’élevage. Ses deux conclusions principales :
  • les poissons d’élevage dégagent d’une manière générale moins de CO2 que les élevages terrestres comme les porcs,
  • manger des poissons végétariens pourrait sauver la planète ?
Mais le plus étonnant de l’étude concerne les différences entre les saumons selon les pays d’élevage. Un saumon norvégien a une empreinte carbone inférieure à celle du saumon chilien lequel a une empreinte inférieur à celle du canadien qui lui-même a une empreinte inférieure à l’écossais.

Le saumon écossais dégage l’équivalent de deux fois plus de CO2 que le norvégien !

Pour chaque tonne de saumons produite :
  • Norvégien : 1750 kg d’équivalent CO2,
  • Chilien : 2250 kg,
  • Canadien : 2500 kg,
  • Ecossais : 3300 kg.
« L’empreinte carbone dépend principalement de ce que le saumon a mangé, » explique Tyedmers. Les pisciculteurs écossais nourrissent leurs saumons avec une forte proportion de farine et d’huile de poisson, de l’ordre de 70% de la composition de l’aliment. La nourriture représente 85% des émissions de CO2 dans le cas des salmonicultures écossaises. Dans les autres pays, les pisciculteurs ont tendance à substituer la farine et l’huile de poisson par des dérivés végétaux qui ont une empreinte carbone inférieure.

Pourquoi les pisciculteurs écossais nourrissent-ils leurs saumons avec plus de poissons ?

La réponse se trouve dans le marché et notamment dans le marché français où on fait valoir qu’il est plus naturel d’élever un saumon avec une nourriture à base de poisson plutôt qu’avec du colza ou autres produits végétaux !
Philippe FAVRELIERE (d'après un article de ScienceNews : Climate-friendly fish )

Remarque :
L'empreinte carbone des poissons carnassiers comme le saumon d'élevage est supérieure à celle des coquillages (huîtres, moules et coquilles saint-Jacques), des crustacés ou de nombreux poissons sauvages. Voir le tableau de l'empreinte carbone : produits de la mer.

Autres articles :

Information complémentaires depuis la rédaction de l'article :

Etude Ecotrust : Global Study of Salmon from Dalhousie University, Ecotrust, and the Swedish Institute for Food and Biotechnology Shows: "Sustainable" Food Production Isn't So Sustainable
Multi-Year Study Points the Way to Sustainable Salmon Production and Debunks Food Sustainability Myths Along the Way; Mode Matters More Than Miles

Les saumons ne sont pas tous équivalents : Etude du Cycle de vie (Life Cycle Assessment LCA) des différents systèmes d’élevage de saumon dans le monde.

Etude au format Pdf : Not All Salmon Are Created Equal: Life Cycle Assessment (LCA) of Global Salmon Farming Systems

===================

Ecosse : une grande région de la salmoniculture....

Depuis le début des années 1990, la salmoniculture écossaise a cru en tonnage et a décru en nombre de sociétés. Principalement concentrée autour de quelques multinationales norvégiennes et depuis peu une société polonaise, Morpol....

Callander McDowell dans ReLAKSation n°476, fait l'apologie de la concentration qui selon lui permettra à l'industrie d'avancée. Il ne comprend les limites imposées notamment en Norvège où une société ne peut possèder pas plus de 25% des concessions maritimes du pays et soutient Marine Harvest dans sa tentative de modifier cette réglementation....

1- La pisciculture écossaise en chiffre

Document à télécharger : Scottish Fish Farm Production Survey 2009 report (The Scottish Government)

  • Truite : 6.766 tonnes
  • Saumon atlantique : 412 millions de livres pour 144.247 tonnes soit 150 tonnes/actif
  • Cabillaud : 0,1 tonne

Les principales conclusions sont les suivantes :

La production de saumon Atlantique a augmenté de 12% en 2009 pour atteindre 144.247 tonnes. Cette augmentation intervient après quatre années à des niveaux de production relativement stable. Les prévisions de récolte pour 2010 sont estimées à 150.004 tonnes, soit une augmentation de 4% sur le total de 2009.

La production de truite arc-en-a diminué de 11,8% en 2009 à 6.766 tonnes. Ceci est contraire à la tendance récente d'une légère augmentation au cours des quatre dernières années. La production de cabillaud a diminué de 1.822 tonnes en 2008 à 0,1 tonnes en 2009 en liaison avec la fermeture d’un élevage important.

« Les emplois ont augmenté en 2009, passant à plus de 1000 personnes à temps plein dans le secteur piscicole ; le gouvernement écossais continue d'avoir une grande confiance en l'avenir de la pisciculture ; l'aquaculture continue à être une industrie en plein essor et de plus en plus important dans l'économie écossaise ; elle contribue à soutenir une croissance économique durable dans les collectivités rurales et côtières dans les Highlands et les îles, » selon Roseanna Cunningham, Ministre de l’environnement écossais.

2- La conchyliculture en devenir, en particulier la mytiliculture

A télécharger : Scottish Shellfish Farm Production Survey 2009 report (The Scottish Government)

La conchyliculture en Ecosse (Chiffre 2009) :

  • Mussel: £6.3 million pour 6.300 tonnes
  • Pacific oyster: £1.2 million pour 2900 tonnes
  • Native oyster: £0.13 million pour 490 tonnes
  • Scallop: £0.02 million pour 35 tonnes
  • Queen: £0.01 million

===================

10 décembre 2010

Ecosse : Le saumon économiquement dans le rose !

L’association écossaise des producteurs de saumon - Scottish Salmon Producers' Organisation (SSPO) – baigne dans l’euphorie.

La dernière livraison de l’association « Scottish Salmon Farming – Industry Research Report » de décembre 2010 à quelques jours des festivités indique :

  • 234 nouveaux emplois dans la dernière année pour un investissement en capital de £ 29,5 millions en 2009,
  • 90% des sociétés salmonicoles se sentent «très confiantes» ou «en confiance» sur la demande future,
  • 70% ont exprimé le désir de se développer durablement,
  • 78% prévoient d'augmenter leurs effectifs.

La France est le premier marché pour le saumon écossais d’élevage, avec quelques 20.000 tonnes de saumon frais en 2008 dont environ 6.000 pour le Saumon écossais Label Rouge.

Pour plus d’informations lire le communiqué dans Fishnewseu : Economic report confirms the growing importance of salmon farming

Aucun commentaire: