mercredi 4 août 2010

Revue de presse 2010 (4) : Conchyliculture, aquaculture, pisciculture,...

Tous les articles : Mortalité des Huîtres : Dossier

A partir du 15 octobre 2010, le revue de presse se poursuit Ici

15 octobre 2010

La crise des huîtres se paie au prix fort (Sud-Ouest)

Production en baisse de 30 %, prix en hausse de 15 %. Ostréiculteurs et clients paient la facture de trois années de mortalité des jeunes huîtres. «On se ramasse 80 % de mortalité sur les jeunes huîtres depuis trois ans. C'est l'heure de payer la facture ! » L'ostréiculteur est oléronnais. Pour garnir ses parcs d'élevage, Benoît Massé achète à prix d'or le peu d'huîtres disponibles chez les négociants. Et chaque fin de semaine, il part à la rencontre de ses clients sur neuf marchés traditionnels de la région parisienne. Pour eux aussi, l'heure de la révision des prix a sonné.

Une production en baisse, des prix en hausse. Tous les équilibres connus de l'ostréiculture sont brouillés. C'est dans ce contexte de forte tension sur l'avenir d'une filière comptant 4 000 entreprises en France que le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire, s'exprimait lundi dernier en conclusion des Assises de la conchyliculture. Cette vaste consultation de la profession ostréicole et de ses partenaires avait été ouverte au printemps dernier pour ébaucher les pistes de sauvetage (lire par ailleurs).

La production dégringole….

================

Saumon : Production de la société Marine Harvest au cours du 3e trimestre 2010

Norvège : 44.000 tonnes

Chili : 1.000 tonnes

Canada : 6.000 tonnes

Ecosse : 9.000 tonnes

Autres (Irlande,…) : 4.000 tonnes

Total du 3e trimestre : 64 000 tonnes

Rappel : 2e trimestre : 66.000 tonnes

===================

  • 13 octobre 2010

Produits alimentaires. Les marges sous surveillance (Le Télégramme)

Bruno Le Maire a annoncé hier la mise en place de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires pour rétablir plus d'«équité et de justice» en faveur des agriculteurs. Présidé par Philippe Chalmin, économiste spécialiste des questions agricoles, cet observatoire a pour objectif de faire «la vérité totale sur les prix alimentaires», a lancé hier matin Bruno Le Maire. Selon le ministre, cet Observatoire, inscrit dans la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche (LMAP), votée en juillet, doit être «un instrument d'équité et de justice au service» des agriculteurs. «C'est un enjeu très important» pour ces derniers, a-t-il martelé. Les relations sont souvent très tendues entre producteurs, industriels de l'agroalimentaire et distributeurs, les premiers affirmant souvent ne pas être payés au juste prix et être les grands perdants lors de la répartition des bénéfices tout au long de la filière.

Rapport à la fin de l'année - Composé d'une trentaine de personnes (État, syndicats agricoles, pêche, industriels, distributeurs, consommateurs),….

Tout savoir sur l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires et sur son premier président Philippe Chalmin : Cliquer Ici

=============

Cet observatoire des prix et des marges est une mesure de la Loi de Modernisation de l'Agriculture et de la Pêche (LMAP).

Dans le cadre du LMAP, les positions de la MSA (à laquelle beaucoup de conchyliculteurs cotisent) n'ont pas été retenues au

motif de l'objet principalement économique de cette loi....

MSA et LMAP : Les positions de la MSA par rapport à la Loi de Modernisation de l’Agriculture et de la Pêche

Le conseil d’administration de la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (CCMSA) a formulé de nombreuses propositions pour qu’une dimension sociale soit intégrée à cette loi: élaboration d’un rapport du gouvernement sur une modification des critères d’affiliation à la protection sociale agricole; affiliation au régime agricole des activités de prolongement, lorsque celles-ci sont exercées par un membre de la famille de l’exploitant agricole, concubin ou partenaire Pacs; simplification du rattachement au régime agricole des activités d’électricité éolienne et photovoltaïque ayant pour support l’exploitation agricole; affiliation au régime agricole des salariés de toute société ou groupement créé dans son champ d’activité par un organisme agricole détenant 34% des parts sociales; rattachement au régime agricole des salariés des filiales de 3e degré créées par des entreprises agricoles; affiliation au régime agricole des activités d’accueil social; suppression de l’assiette minimum en Amexa. Au motif de l'objet principalement économique de cette loi, ces demandes n'ont toutefois pu être retenues. Voir le document de la MSA à laquelle beaucoup de conchyliculteurs sont affiliés. Cliquer Ici

=================

Le prix des huîtres va grimper pour les fêtes de fin d'année (20 minutes)

Cette année, les huîtres pourraient se faire plus discrètes sur les tables de réveillon. La surmortalité des naissains qui décime les cheptels des ostréiculteurs depuis maintenant trois ans va faire grimper les prix. A l'occasion des Assises nationales de la conchyliculture, le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a déclaré que la résolution de cette la crise était la «première priorité» du gouvernement pour la filière conchylicole. Le phénomène toujours inexpliqué de surmortalité des jeunes huîtres va se répercuter sur les prix. «On attend une baisse de 40 à 60% des volumes en vente sur les étals», a indiqué le Comité nationale de la conchyliculture. Les professionnels discutent avec les distributeurs pour limiter à 15% la hausse pour le consommateur.

«Situation de pénurie» -« C'est le dernier Noël où nous avons des huîtres, explique le président du Comité de survie de l'ostréiculture, Renan Henry. Nous sommes en situation de pénurie.» Pour endiguer le mal, les scientifiques comptent sur une nouvelle espèce d'huître stérile. Mais cette espèce résistante ne suscite pas beaucoup d'enthousiasme. «Elle a été créée en laboratoire, affirme Renan Henry, nous préférerions garder des espèces naturelles.» Selon les scientifiques, la surmortalité affectera les marchés au moins jusqu'en 2013…

=================

L'huître discrète pour les fêtes (L’Express)

La surmortalité continuant de décimer les cheptels des oxtréiculteurs, la production pourrait baisser de 40 à 60%. Attention, l'huître sera rare et chère cette fin d'année! Une surmortalité parmi les jeunes huîtres creuses de tout le littoral continue depuis l'été 2008 de décimer les productions des ostréiculteurs, dont le volume pourrait encore baisser de 40 à 60% pour les fêtes. Les professionnels espèrent négocier avec les distributeurs une hausse des prix limitée à 15%. La résolution de cette crise est la "première priorité" du gouvernement concernant la filière conchycole, a assuré lundi le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, dans le cadre des assises de conchyculture.

=================

La rivière d'Auray n'est pas un pot de chambre (Ouest France)

Un programme d'actions sur trois ans a été engagé sur la rivière d'Auray, disséquée en 21 secteurs hydrographiques pour la reconquête de la qualité bactériologique de l'eau.

Thierry creux La pollution due aux matières fécales arrive d'un peu partout. Le syndicat du Loc'h et du Sal veut agir vite pour apporter des garanties aux ostréiculteurs.

Dégradation - La contamination bactériologique (liée à la présence de matières fécales) qui a provoqué, en rivière d'Auray, le déclassement de zones de productions conchylicoles (de A en B) ne date pas d'hier. Seulement on n'y a pas suffisamment pris garde. Et ces dernières années, le phénomène s'est accru. Les premiers résultats du suivi mis en place sur un an par le syndicat mixte du Loc'h et du Sal montrent une nette altération de la qualité bactériologique de l'eau dans certains secteurs. La partie amont de l'estuaire, surtout la rivière du Loc'h, est particulièrement touchée (zones du Reclus à Auray, de Kerfontaine à Pluneret...). D'autres sites comme Le Parun (Baden) sont également préoccupants.

Pollution diffuse….

=================

Challans : l'huître présente sur les étals jusqu'à Noël (Ouest France)

Régis Merlet, avec sa femme Guylaine, possèdent un banc sous les halles de Challans depuis bientôt 10 ans. Malgré sa raréfaction annoncée un peu partout, l’huître reste présente, notamment sous les halles du marché de Challans. Pour combien de temps encore ? Des éléments de réponse sont apportés par le professionnel Régis Merlet, éleveur-expéditeur installé sur le polder du dain à Bouin. « Gérer la situation n’est pas évident en ce moment», admet Régis, 54 ans, qui normalement « brasse » 20 à 25 tonnes chaque année. « Moi, j’ai encore du stock, de quoi faire Noël et aussi janvier sans trop de problèmes. Après… »

=================

L'estuaire de la Gironde est un site unique. Attention à l'avenir. (Sud-Ouest)

Intense journée de découverte et de communication, samedi au Palais des congrès, avec la deuxième édition du Carrefour scientifique de l'estuaire organisé par la ville de Royan et l'association Obios….

Jacques Péret, professeur d'histoire à l'université de Poitiers, a fait une remarquable présentation de l'histoire de l'occupation humaine de l'estuaire avant que l'on évoque la situation ostréicole, et plus particulièrement les bancs d'huîtres naturels de la Gironde. Dominique Marion a apporté un passionnant témoignage de « moutonnier de l'estuaire » et la poésie a rejoint le scientifique avec l'évocation, par Frédéric Blanchard, directeur du Conservatoire botanique national Sud-Atlantique, de l'angélique des estuaires, une plante qui n'est répertoriée que dans les embouchures de la Gironde et de la Seudre….

=================

Dominique Dron, du Grenelle de l’Environnement à l’Ifremer (Le Figaro)

Elle a été la cheville ouvrière du Grenelle de l’Environnement et quand elle a quitté le ministère de Jean-Louis Borloo, a eu droit à un discours chargé d’émotion de la part du ministre. L’environnement, l’aquaculture, la pêche, les fonds marins , l’océanographie seront désormais son univers ...

=================

Dépistage des toxines dans les coquillages : La nouvelle piste des chercheurs étatsuniens

Des scientifiques ont mis au point une sonde fluorescente qui pourrait devenir un outil de dépistage des toxines dans les coquillages en temps réel et qui pourrait contribuer à mieux prévenir les empoisonnements liés à leur consommation.

La technique consiste à analyser et à suivre le développement des fluorescences liées à la présence des micro-algues avant même que les coquillages soient contaminés…. Source : New tool may brighten future of toxin screening in shellfish (Fis)

=================

Marine Harvest voie toujours plus grand...

La multinationale norvégienne Marine Harvest, le plus grand producteur mondial de saumon d’élevage (près de 300.000 tonnes par an), vient de porter plainte auprès de l’association européenne de libre échange (European Free Trade Agreement’s Surveillance Authority (ESA)), à l’encontre du gouvernement norvégien pour « Entrave au développement aquacole. » En effet, la réglementation norvégienne stipule qu’une seule société ne peut pas concentrer plus de 25% du nombre total de licences. Marine Harvest Norway AS détient actuellement 216 licences de poissons d’élevage, ce qui correspond à environ 22% des capacités de production du pays. Sa demande d’acquisition de 15% supplémentaire lui a été refusée. « À notre avis, la réglementation actuelle sur la propriété dans l'industrie aquacole est dépassée », a déclaré Marit Solberg, directeur général de Marine Harvest Norway AS…. « Elle entrave la consolidation de l'industrie vers des entités plus importantes qui pourraient assurer un développement durable du secteur. » Source : Marine Harvest questions ownership restrictions (Seafoodsource)

=================

Europe Aquaculture 2010 à Porto (Portugal)

La réunion annuelle de l’EAS (European Aquaculture Society) s’est tenue la semaine dernière à Porto (Portugal). Cette assemblée parle essentiellement de poisson d’élevage (alimentation, maladie, technique, reproduction, commercialisation,…). Peu d’écho dans les médias français, alors que la France est le premier pays consommateur de poisson d’élevage en Europe. D’autre part, ce manque d’intérêt de l’aquaculture marine française, essentiellement tournée vers la conchyliculture, creuse un fossé entre l’aquaculture dite « traditionnelle » et l’aquaculture dite « nouvelle » et place la France en marge du développement aquacole en général…. Lire cet article de Seafoodsource sur l’exemple suédois : Le poisson d'élevage pour demain

=================

  • 12 octobre 2010

Huître. Les propositions du ministre de la Pêche (Ouest France)

Importation d'huîtres japonaises. Ifremer a reçu 50 coquillages hier. Résultats des tests dans deux mois. Lutte contre la mortalité. Reconduction du protocole de réensemencement de sauvegarde en 2011. Mise en place d'un programme de sélection génétique d'intérêt général en vue d'un repeuplement par des souches résistantes. Protocole élaboré, en concertation, avant la fin de l'année. Il devra prévoir : « La mise en place d'une procédure de certification des naissains (naturels comme d'écloserie). Et la réalisation de recherches sur les liens entre environnement, pratiques culturales et comportement des coquillages. »

Entretien des parcs. Projet de mesures aqua-environnementales. Objectif : accompagner financièrement les producteurs qui s'engagent dans l'entretien des parcs non exploités pendant la durée de la crise. Projet qu'il faudra soumettre à Bruxelles.

Moderniser la filière. Constitution d'un réseau national des centres techniques conchylicoles appuyé sur la plateforme technologique de l'Ifremer de Bouin,….

=================

Conchyliculture. Le Maire affiche ses priorités (Le Télégramme)

Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture et de la Pêche a conclu hier les Assises de la conchyliculture en rappelant que la résolution de la surmortalité des jeunes huîtres reste la première priorité du gouvernement. Le ministre Bruno Le Maire, qui avait appelé à la mobilisation générale à l'ouverture de ces Assises fin juin, a annoncé que plusieurs des 48 recommandations issues des trois mois de débats sur le littoral seraient soumises dès aujourd'hui au conseil des ministres. Pour le ministre, ces Assises ont visé à «assurer la production d'huîtres en France» alors que la filière est profondément déstabilisée par une surmortalité qui touche naissains et jeunes huîtres depuis trois ans. Première priorité: la résolution de la crise engendrée par la surmortalité de ces juvéniles depuis l'été 2008.

Importations du Japon…..

=====================

Huîtres : « L'urgence n'est pas prise en compte » (Ouest France)

Des mesures ont été proposées hier par le ministre Bruno Le Maire pour répondre à la crise due aux surmortalités de naissains. Elles laissent les ostréiculteurs circonspects…..

Les professionnels espéraient des aides concrètes pour passer le cap des deux à trois années à venir. « Le ministre nous dit que ce sera bouclé pour la fin de l'année. Faisons-lui encore confiance », commente un Goulven Brest mi-sceptique, mi-désabusé. Bruno Le Maire, lui, a rappelé que « les professionnels avaient reçu 85 millions d'euros sur deux ans pour indemniser les pertes subies »…..

Réponse qui fâche le Comité de survie de l'ostréiculture : « Ces assises ont été convoquées à la suite de notre manifestation à Paris, en mai, pour répondre l'urgence. Ces propositions font l'impasse sur les mesures immédiates alors que 30 % des ostréiculteurs vont disparaître l'an prochain. » Quant aux 85 millions d'euros, « ils représentent 10 000 € par an. Comment une entreprise peut-elle survivre avec une telle somme ? »

====================

Noirmoutier-en-l'Ile - J. Oudin appuie pour des aides à l'aquaculture et l'ostréiculture (Ouest France)

Le président Oudin profita de l'occasion pour rappeler « la pôle position au niveau national du canton insulaire pour ses activités primaires ». Activités primaires qui reposent sur cinq piliers : pêche, sel, pomme de terre, ostréiculture, aquaculture. Sur ce dernier chapitre, il fit un bref rappel historique : il y eut d'abord la station expérimentale Ifremer, sur la zone de Terrain neuf, expérience qui alors échoua. France turbot, avec Michel Adrien, et la Ferme marine prirent le relais, devenant des exemples label rouge, « sans aucune pollution » pour répondre à l'une des 138 propositions de Grenelle qui nuance en estimant que l'aquaculture ne doit pas être une nuisance. L'élu noirmoutrin a aussi martelé « l'exemplaire » partage de l'espace noirmoutrin depuis trente ans et le plan digues « dont nous sommes maîtres d'ouvrage ! Nous devrions servir de modèle pour l'État. Et nous devons poursuivre notre travail mais il nous faut de l'argent alors que l'État se désengage... » Or, France Turbot, écloseur de turbots et d'huîtres installé sur deux polders (Bon port et Terrain neuf), employant 73 salariés, a subi une submersion le 28 février dernier ; et a besoin de la remise en état de l'écluse de sécurité et d'aménagement de réserves d'eau... Même souci de submersion pour la Ferme marine qui emploie sept salariés, dont le site sur l'île de Ré a été détruit par Xynthia,….

=======================

  • 11 octobre 2010

Bruno Le Maire a présidé la clôture des Assises de la conchyliculture (communiqué du MAAP)

Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, a présidé aujourd’hui la clôture des Assises de la conchyliculture, lancées le 22 juin dernier. Près de 800 personnes se sont ainsi réunies sur chacune des quatre façades maritimes françaises. Ces travaux ont permis d’établir 48 recommandations pour répondre aux défis de la filière conchylicole :

  • L’avenir de la filière notamment dans le contexte des surmortalités de jeunes huîtres ;
  • L’organisation de la recherche et de l’appui technique dans la filière conchylicole ;
  • Les enjeux environnementaux et sanitaires ;
  • Le marché des produits conchylicoles et la communication….

Télécharger le document final : Assises de la Conchyliculture : 48 propositions issues des Assises de la Conchyliculture (22 juin au 11 octobre 2010)

Réaction du Comité de Survie de l’Ostréiculture : Clôture des assises de la conchyliculture

La clôture des assises de la conchyliculture ouverte le 22 juin 2010 a eu lieu ce jour. Après de vifs débats entre le Ministre Bruno LE MAIRE et le président du CSO (Comité de Survie de l’Ostréiculture), le Ministre considère que la profession n’est pas en situation d’urgence, car selon lui, « seulement » 30 % des entreprises disparaîtront d’ici un an.

Son constat conduit l’état à n’envisager aucune mesure d’urgence significative.

Cette attitude de Bruno LE MAIRE a déclenché une vive réaction du président du CSO.

Le CSO ne peut entendre que l’état accepte froidement la disparition de 30% de ses entreprises sans mettre des moyens pour les soutenir. De plus, le CSO conteste ce chiffre puisque son enquête de septembre dernier donne 60 % de situations catastrophiques d’ici fin 2011. Cette situation est d’autant plus inquiétante qu’il n’y a pas d’avancée significative sur les solutions produits. En effet, les résultats possibles ne pourront pas aboutir avant 2015 et rien n’est envisagé en soutien direct ou indirect aux entreprises restantes entre 2011 et 2015…. Suite…

==========================

Ostréiculture: la mortalité des huîtres, priorité du ministre de la Pêche (Sud-Ouest)

Le ministre Bruno Le Maire a annoncé la création d'une mission pour la mise en place rapide d'un programme de sélection génétique d'intérêt général pour la filière

La résolution de la crise liée à la surmortalité observée parmi les jeunes huîtres creuses de tout le littoral, demeure la "première priorité" du gouvernement pour la filière conchylicole, a déclaré le ministre de la Pêche en concluant lundi les Assises de la Conchyliculture. Bruno Le Maire, qui avait appelé à "la mobilisation générale" à l'ouverture de ces Assises fin juin, a annoncé que plusieurs des 48 recommandations issues des trois mois de débats sur le littoral seraient soumises dès mercredi au conseil des ministres. Pour le ministre, ces Assises ont visé à "assurer la production d'huîtres en France" alors que la filière est profondément déstabilisée par une surmortalité qui touche naissains et jeunes huîtres depuis trois ans.

"Première priorité" : la résolution de la crise engendrée par la surmortalité de ces juvéniles depuis l'été 2008. Il s'agit d'une part de trouver une huître plus résistante et d'autre part de soutenir les ostréiculteurs en attendant de retrouver une production plus importante….

Des huîtres japonaises testées en France pour pallier la surmortalité (Le Monde)

Une cinquantaine d'huîtres japonaises sont testées par l'Ifremer pour voir s'il est possible de développer cette souche en France, afin de remplacer les souches d'huîtres actuelles, dont les plus jeunes sont victimes de surmortalité, a-t-on appris lundi auprès d'ostréiculteurs. "Nous avons pu revenir avec des huîtres" nippones, a expliqué, Goulven Brest, président du Conseil national de la Conchyliculture, fraîchement de retour d'une mission de trois jours avec une scientifique de l'Ifremer au Japon. "Certaines inquiétudes des Japonais ont pu être levées" afin de permettre l'importation en France d'huîtres destinées à être élevées en France, a-t-il reconnu.

"L'Ifremer a reçu les coquillages ce matin", a-t-il précisé, en marge de la clôture, à Paris, des Assises de la conchyliculture. "Les résultats des tests seront connus dans deux mois", a-t-il ajouté.

Si ces tests sont concluants, les ostréiculteurs pourront disposer de cette souche pour regarnir leurs parcs à huîtres. Mais "cela ne permettra pas d'avoir une huître de taille marchande avant cinq ans", a prévenu M. Brest, qui a offert quelques huîtres nippones au ministre de la Pêche, Bruno Le Maire, venu clore ces rencontres.

L'importation d'huîtres japonaises est l'une des mesures pour faire face à la surmortalité, dont sont victimes les naissains et juvéniles d'huîtres depuis trois ans. Le programme de réensemencement de sauvegarde avec les huîtres dite "R" (comme Résistantes) est une autres piste. "Ces naissains sont disponibles pour les producteurs", a souligné le ministre….

====================

Les anciens des métiers de la mer restent actifs et vigilants (Sud-Ouest)

Eric Mevelec, directeur adjoint délégué à la mer et au littoral.

L'assemblée générale de l'Association des pensionnés de la marine marchande, de la pêche, de l'ostréiculture et des gens de mer du bassin d'Arcachon s'est tenue samedi matin au domaine des Lugées. C'est la première fois que cette association de 447 membres tient son assemblée générale à Arès. Comme on peut le supposer, une telle association voit ses effectifs fondre doucement, par l'effet combiné de deux causes : le déclin du nombre de marins français employés par les armateurs, et l'âge de ses membres. Cela n'empêche pas le président Jean-Claude Perrot de se battre, avec Jacques Schirmann, le président fédéral, pour faire valoir les droits de ses membres. Si d'autres sujets ont été abordés (reforme des retraites, perception des cotisations) la grande préoccupation actuelle est bien la disparition programmée de l'Enim, établissement national des invalides de la marine, par l'effet de la rationalisation engagée par le gouvernement, des politiques publiques.

Statuts particuliers - En effet, les gens de mer au sens large, ont des statuts particuliers, qui relèvent de trois ministères : Transports, Écologie et Budget. C'est dire que toute décision prise les concernant est généralement l'aboutissement d'une procédure complexe, qui risquerait de laisser de coté certains de ses membres si l'association ne veillait au grain....

===============

Huîtres à Bercy Village... sur Mer - 15 octobre 2010

Le 15 octobre 2010, un air frais et iodé soufflera sur Bercy Village.

Des ostréiculteurs venus directement de Bretagne, de Normandie ou du Bassin de Marennes Oléron donnent rendez-vous aux Franciliens et aux Parisiens à Bercy Village pour une grande dégustation d’huîtres, ouverte à tous.

Ces professionnels initieront le grand public au meilleur des huîtres :

De 11h à 15h et de 17h à 21h, les visiteurs pourront découvrir en plein coeur de Bercy Village savoir-faire, conseils sur l’ouverture des huîtres et associations de saveurs inédites. La gourmandise et la curiosité seront de mise mais le ciré et les bottes ne seront pas exigés ! Ostréiculteurs et grands chefs seront présents pour le plus grand plaisir des papilles.

Le Saviez-Vous ? L’huître en France

===============

Les Parisiens apprennent à ouvrir les huîtres (ndlr triploïdes) pour Noël (Le Parisien)

A l'approche des fêtes de fin d'année, les Parisiens apprendront à ouvrir les huîtres aux côtés des ostréiculteurs de Bretagne, de Normandie et du bassin de Marennes d'Oléron le 15 octobre prochain. Les professionnels investiront Bercy Village pour orchestrer une séance de conseils.

Bercy Village prendra des airs marins le 15 octobre prochain avec l'arrivée des ostréiculteurs français qui orchestreront une grande dégustation.

Les Parisiens découvriront les différentes saveurs des espèces et apprendront à les déguster. Des conseils leur seront donnés pour faire leur choix avant les fêtes de fin d'année.

Le rendez-vous est donné de 11h à 15h puis de 17h à 21h dans la Cour Saint-Emilion, dans le douzième arrondissement de Paris.

===============

Au pays des fjords, une passerelle vers l'avenir (Nord littoral)

Du 9 au 14 septembre, les 18 élèves de la classe de BTS 2 aquaculture du LEAP (Lycée d'Enseignement Agricole Privé) de Coulogne se sont rendus en Norvège, accompagnés par trois enseignants, Isabelle Scoliège, Yves Foeïx ainsi que Valérie Flambart, professeur d'anglais. « A travers ce voyage, nous voulions que nos étudiants prennent une dimension européenne, internationale tant dans la pratique de l'anglais que dans les méthodes d'aquaculture mais, par ce partenariat franco-norvégien que nous souhaitons développer, c'est un projet de création d'une licence aquacole dont nous aimerions voir la création, de concert avec l'université de Bergen ou de Bodo et l'ULCO de Boulogne-sur-Mer » explique Isabelle Scoliège. Un nouveau diplôme en vue - Ce déplacement, même si la Norvège ne fait pas partie de l'Union Européenne, peut en effet très bien déboucher sur un nouveau diplôme, dans le prolongement naturel du BTS. C'est ce que confirme David Vandewalle, le chef d'établissement qui, l'an dernier à pareille époque, s'était également rendu en Norvège en compagnie de Daniel Percheron, le président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais.… Pour les remerciements d'usage, le groupe n'oublie pas l'appui apporté par Marie-Christine Duponchel, Chargée de mission auprès de Boulogne-sur-Mer Développement Côte d'Opale qui les a mis en contact avec la société Marine Harvest, producteur de saumons, et d'Olivier Poline, directeur de Skretting France, producteur d'aliments, les deux entreprises dont le siège est en Norvège et dont les portes s'ouvrirent toutes grandes à la délégation venue de Coulogne….

===============

Etel : Voyage éducatif pour les élèves de cultures marines (Ouest France)

Grâce entre autres, au programme Karta de la région Bretagne, les élèves de 1 re bac pro cultures marines du lycée maritime ont débuté leur voyage pédagogique en Bretagne Nord. La première journée a été consacrée à la découverte du pays bigouden (phare d'Eckmühl) puis à la visite d'une pisciculture de truite arc-en-ciel, à Saint-Ségal.

Le mardi, direction la station expérimentale d'Ifremer à Argenton qui développe une thématique visant à « maîtriser les productions des mollusques en écloserie ». L'après-midi, les lycéens se sont intéressés à la reproduction et à l'élevage en pleine mer des ormeaux au large de l'Île Vierge.

===============

Huître : Le marché français attise les convoitises

Après le Vietnam, la Tunisie et le Mexique, c’est la Suède qui s’intéresse au marché français à la différence que la société suédoise, Ostrea Sverige AB, veut exporter des huîtres plates (Ostrea edulis).

« Je suis heureux d'être en mesure d'affirmer que beaucoup de nos actionnaires ont déjà souscrit à la nouvelle émission, » a déclaré Karl Johan Smedman, directeur général de Ostrea. « Il ya beaucoup d'intérêt dans la culture d'huîtres suédoise. Il semble que beaucoup de gens se rendent compte qu'il s'agit d'une industrie en pleine croissance, notamment parce qu'elle est respectueuse de l'environnement et parce qu'il ya un intérêt croissant pour les aliments cultivés localement. » Source : Swedish company to open oyster farm (Seafoodsource)

===============

Petite réflexion du dimanche soir: les poissons OGM écologiques

Si si, vous lisez bien! J'ai lu ce week-end dans la presse qu'un poisson appelé "la claresse" était un poisson "durable" et qu'il allait sortir en version "fumé". Bon, sérieusement. C'est quoi ce charabia et pourquoi ai-je décidé en ce dimanche soir de vous en parler?

La claresse est un poisson issu d'un croisement, opéré par l'humain donc, entre deux variétés de poissons-chats. Ce croisement a été créé par la société néerlandaise "Anova" qui est spécialisée dans le commerce de poissons dont on dit qu'ils sont vraiment bon à manger: Perche du Nil, pangasius, tilapia, ...bref tous des poissons bien de chez nous et qui ne contribuent pas du tout à déstructurer l'environnement, non non non, on se souvient très bien du célèbre "Cauchemar de Darwin" et de la catastrophe de la pêche industrielle de la perche du Nil dans le Lac Victoria. Alors, pour ce faire une image de DD, la société a décidé d'arrêter de commercialiser tous ces poissons et de ne vendre que du Claresse. Non, c'est une blague, malheureusement.

C'est plutôt qu'ils ont réalisé une étude de consommation du poisson dans laquelle les consommateurs leur ont dit: "notre poisson idéal c'est un poisson:

- à chair blanche

- un filet quasiment sans arêtes

- Pas trop cher

- avec un goût de poisson pas trop prononcé….

====================

9 et 10 octobre 2010 : beaucoup d'infos... Bonne lecture.... Bonne marée (ou maline), et bon WE

Comité de Survie de l'Ostréiculture : Communiqué de presse du 09 octobre 2010 : Les Assisses de la Conchyliculture

Le Comité de Survie de l’Ostréiculture sera présent à la clôture des assises le 11 octobre organisée par le Ministre Bruno LE MAIRE. Les assises ont été annoncées à la profession par le Ministre, en réponse à l’urgence de la situation, lors de la manifestation de plusieurs centaines d’ostréiculteurs le 5 mai 2010 à Paris. Depuis le 5 mai 2010, la situation ostréicole s’est fortement dégradée car elle a subit une troisième année consécutive de mortalité sur les huîtres juvéniles. Il n’y a eu aucune avancée scientifique, ni réponse de l’Etat face à la préoccupation de la profession, ainsi qu’aux nombreuses questions du Comité de Survie. La profession ostréicole française, dont 90% des entreprises (notre enquête de septembre 2010) sont aujourd’hui en grandes difficultés, subit un très fort manque d’anticipation de gestion de cette crise. Dans ces conditions l’ensemble des ostréiculteurs attend des annonces fortes de la part du Ministre qui a déclaré la mobilisation générale lors de l’ouverture des assises le 22 juin. La survie de toute une profession et plus largement de toute la filière repose à court terme sur les décisions et l’action du ministère de l’agriculture et de la pêche.....

==================

Ostréiculture. Les professionnels écrivent au ministre (Le Télégramme)

À quelques heures des assises sur l'ostréiculture, le comité de survie écrit au ministre de la Pêche, Bruno Le Maire. «Nos huîtres subissent un mal dont on ne connaît pas l'origine avec certitude. Peut-être que certains le savent, alors pourquoi ne veulent-ils pas le dire? Nous nous posons et nous posons beaucoup de questions. En revanche, les interlocuteurs, que ce soit notre ministre ou la direction général de l'alimentation qui pilotent Ifremer, n'apportent aucune réponse. La loi du silence règne: Pourquoi? (...). Il est légitime que le comité de survie, en qualité de syndicat, comme tous professionnels, s'interroge sur la différence de traitement que subit l'ostréiculture par rapport aux autres activités à propos de l'impact des produits d'élevages sélectionnés en milieux confinés sur la population dite naturelle dans son milieu d'origine (...). À ce jour, c'est 91% des professionnels qui se trouvent en difficulté et sans espoir d'avenir! Dans un an, vous vous demandez ?comment nous allons faire? et combien auront déjà mis la clé sous la porte? 12% d'entre vous déclarent arrêter toute activité dans les mois à venir. Combien d'autres vont devoir le faire sans s'en rendre encore compte aujourd'hui?....

==================

Paimpol : Zone ostréicole. Le soutien des professionnels (Le Télégramme)

Premiers concernés, les ostréiculteurs avaient manqué la présentation du projet de zone ostréicole, en août, pour cause de grande marée. Uneséance de rattrapage a eu lieu mercredi.

Mercredi soir, les élus de la Communauté de communes Paimpol Goëlo (CCPG) ont conviélesostréiculteurs à une réunion d'information sur le projet de villageostréicole à Boulgueff. Ayant déjà l'expérience de zones ostréicoles, que ce soit à Lanmodez, Plougrescant, Pleubian ouGranville (50), les professionnelsde l'huître sont favorables, pour la plupart, à l'aménagement de cette zone. «J'invite les riverains, dont certains sont encore réticents et craignent pour leur tranquillité, à visiter la zone de Lanmodez, d'iciquinze jours à un mois, quandony sera en pleineactivité. À charge aux élus d'organiser cette visite», a proposé Henri Chaumard, vice-président du Comitérégional conchylicole.

«Créer une synergie» - «Dans une zone homogène, avec un travail paysager, le village ostréicole apportera de meilleures conditions de travail aux ostréiculteurs. Actuellement, certains travaillent sur leurs chalands le soir, sous la pluie et le vent. Si on fait un projet collectif de bâtiments, ça crée une synergie, on abaisse les coûts», a-t-il ajouté. Pour la première fois depuis trente ans, tous les élus ont voté unanimement le projet, sans aucune restriction, ainsi que l'ont rappelé Maurice Goarin, président de la CCPG, et Jean-Yves de Chaisemartin, premier vice-président.....

«Un village ostréicole exemplaire»….

==================

Bassin de Thau - Huîtres : les gendarmes contrôlent (Midi Libre)

Dans le cadre d'opérations destinées à lutter contre le vol d'huîtres, les gendarmes de la compagnie de Pézenas ont effectué des contrôles ce vendredi matin autour de l'étang de Thau. Ils ont notamment arrêté un livreur qui avait 65 kg d'oursins sans autorisation.

==================

L’industrie piscicole de poissons carnivores en action….

Pourquoi ne pas élever directement des poissons omnivores ou herbivores plutôt que de chercher à tout prix à nourrir des poissons carnivores avec des végétaux ?

Poissons d’élevages contre poissons sauvages (Globalmag/Arte)

C’est grâce à elle que le saumon ou le bar se vendent aujourd’hui à un prix abordable : la pisciculture. Sauf que tous ces poissons d’élevage se nourrissent sous forme de farine de leurs petits cousins: les poissons sauvages. Néanmoins, l’élevage de poisson préserverait aussi certaines espèces menacées dans leur environnement naturel. C’est le comble de l’aquaculture : sacrifier des espèces pour en faire vivre d’autres…

Entre gavage et productivité, l’industrialisation de la pêche ne fait que commencer. La FAO dresse l’état des lieux de l’aquaculture dans le monde. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du CIPA -Comité interprofessionnel des produits de l’aquaculture. Quels poissons acheter si on se veut responsable ? La réponse est ici. Vive la recherche fondamentale, une alternative a peut-être été trouvée : élever des poissons « végétariens ». C’est à voir sur le site de l’INRA, l’Institut Scientifique de Recherche Agronomique publique.

Ratio élevage poisson (poisson consommé pour poisson produit) : Iffo paper : Fish in - fish out (FIFO) ratios

==================

L'agronome veut un virage à 90° de l'agriculture (Ouest France)

Marc Dufumier, professeur à Agro Paris Tech, invité du salon bio « la terre est notre métier » de Guichen, condamne notre modèle intensif. Zéro pointé. Marc Dufumier n'est pas tendre avec notre modèle agricole. La spécialisation à outrance des fermes, le manque de rotations des cultures, l'érosion et l'appauvrissement des sols, l'usage d'engrais chimiques très coûteux en énergies fossiles, la forte dépendance aux protéines végétales du Brésil pour nourrir le bétail... À ses yeux, notre agriculture accumule les défauts et va, à plus ou moins brève échéance, dans le mur….

Voir aussi la Vidéo de France 3 avec M. Bourguignon (ancien chercheur de l’Inra) qui travaille maintenant directement avec les agriculteurs qui veulent protéger leur sol des méthodes agressives de l'agriculture industrielle et chimique. Ces agriculteurs pratiquent l’agro-écologie. Cliquer Ici

L'agriculture (TRES intéressant) - Ma-Tvideo France3
Un ancien chercheur de l'INRA nous fait part de son état des lieux de l'agriculture en Europe... extrêmement intéressant !

==================

Pas si simple de grandir au pays des huîtres... (Ouest France)

David Ficko, gérant de l'Européenne de Chalets (www.euro-chalet.fr) s'est heurté à une barrière pour développer son entreprise en bord de mer. L'Européenne de Chalets, leader sur son marché, a cherché pendant cinq ans à s'implanter durablement en bord de mer. En vain. Faute de terrain, ce sera à Auray au printemps…. Aujourd'hui, après avoir tout tenté auprès des instances économiques et politiques locales, il jette, d'une certaine façon, l'éponge. Tout en tirant la sonnette d'alarme. « On se heurte à une politique de volets fermés. Les élus et décideurs économiques n'ont pas de solution... » Pourtant, estime David Ficko, « à l'heure où l'ostréiculture subit des difficultés, n'aurait-t-on pas intérêt à voir pousser sur des communes comme Locmariaquer, des entreprises diversifiées, plutôt que de livrer des terrains à la spéculation ? Tout cela au risque d'appauvrir un peu plus la vitalité des communes littorales en période creuse ». Contraint de quitter Locmariaquer, l'Européenne des Chalets ira donc à Auray. « C'est acté pour le terrain. Nous ne pouvions plus attendre ». Quand certains rêvent de cabane au Canada, ce rêve de chalet en bord de mer ne grandira pas au pays des huîtres...

==================

Colloque installation pêche et aquaculture : Entreprises en aquaculture et pêche : S’installer et pérenniser son activité / Une diversité de parcours…

Mardi 9 novembre 2010 à Rennes

Journée d’échanges organisée par le Réseau aquacole de l’enseignement agricole public

Télécharger le programme et bulletin d’inscription (gratuit) : Cliquer Ici

==================

Gironde : Le visage de l'estuaire demain (Sud-Ouest)

La Ville de Royan lance le débat de l'avenir de l'estuaire de la Gironde. Une question récurrente.

Le poids du futur parc - « Les populations de l'embouchure de l'estuaire, on l'a vu, se sont fortement mobilisées pour dire clairement qu'elles n'étaient pas d'accord avec un projet tel que celui d'un terminal méthanier. C'est très bien. On sait ce qu'on ne veut. La réflexion qui a présidé à l'organisation d'un nouveau Carrefour scientifique cette année, avec l'association Obios, ç'a été : pourquoi ne pas réfléchir maintenant à ce que nous voulons ? », résume Damien Nouguès, chargé de mission au service « environnement » de la Ville de Royan. Samedi, donc, dix intervenants aborderont chacun un aspect de l'épineuse question. François Colas comptera parmi eux. Le chef de la mission d'études pour la création du parc naturel marin (PNM) de l'estuaire de la Gironde et des pertuis charentais s'exprimera avec mesure. Pour lui, l'avenir de l'estuaire sera entre les mains des estuariens eux-mêmes. Entre les mains, par exemple, du conseil de gestion qui présidera aux destinées et aux orientations du futur parc naturel marin. Parce que la voix de ce conseil de gestion comptera, plus encore que la vox populi en cas de crise. « L'avis du conseil de gestion ne sera pas un avis consultatif mais un avis "conforme", ce qui signifie qu'il devra être suivi par l'autorité décisionnaire. »…

==================

Irlande : Le secteur piscicole accuse le gouvernement d’incompétence

Les pisciculteurs et les transformateurs accusent le gouvernement pour sa gestion désastreuse du secteur aquacole en Irlande, « ce qui freine la création d’emploi et les exportations », a déclaré Richie Flynn, secrétaire de l’Irish Farmers' Association (IFA).

L'industrie emploie directement 2.000 personnes pour un chiffre d’affaires de 100 à 120 millions d'euros dont près de 70% à l’exportation. « Le secteur a les capacités de doubler rapidement sa production, mais le "cauchemar bureaucratique" freine tout le processus » ajoute-t-il. Il accuse tout particulièrement « la complexité des licences aquacoles et la nécessité de se conformer à de nombreuses réglementations tant nationales qu’européennes (UE). » Il critique aussi l’incompétence des organisations environnementales…

Malgré les objectifs ambitieux du gouvernement pour l'aquaculture, le Ministère de l'Agriculture a informé qu'aucune subvention ne sera remise aux éleveurs de saumon en raison des préoccupations liées aux poux du saumon vis-à-vis des stocks sauvages. Source : Aquaculture sector accuses govt of incompetence (Fis)

==================

Le parlement européen approuve le nouveau guide de l’aquaculture élaboré par la FAO. Source : EU Parliament's approval of guidelines is a formality: FAO (Fis)

Les sous-produits de l’industrie halio-alimentaire, comme aliments d’aquaculture. Etude des chercheurs à Hawaï sur un financement du Ministère de l’Agriculture des USA (USDA) : Fish byproducts used for new fish feeds (Fis)

==================

Une odeur de poisson (Cyberpresse)

Ils ne sont pas encore sur le marché. Mais comme leurs cousins naturels et sauvages qui sautent les torrents en nageant dans les rivières à contre-courant, les saumons modifiés génétiquement franchissent une à une les étapes ouvrant la voie à leur commercialisation. Les saumons Aqua-Advantage, mis au point par la société américaine Aquabounty Technologies, qui grossissent deux fois plus vite que les saumons normaux, ont en effet reçu le feu vert d'un comité consultatif de la FDA américaine (la Food and Drug Administration, équivalent de Santé Canada). On les a jugés aussi comestibles et sûrs que les autres saumons d'élevage. Le processus d'approbation menant au supermarché, toutefois, continue. Et les questions aussi. Seront-ils vendus partout? Devront-ils porter clairement l'étiquette «modifié génétiquement» ? Aura-t-on plus d'études à long terme sur leur impact sur la santé et l'environnement?

Et surtout, les consommateurs accepteront-ils d'en manger?...

==================

Questions parlementaires à la Commission : Le secteur de l'aquaculture dans l'Union européenne

7 septembre 2010/ H-0458/2010 / Période de session: octobre 2010 / Article 116 du règlement / Seán Kelly (PPE)

Un secteur européen de l’aquaculture durable et compétitif peut représenter un moyen de répondre à la demande importante et croissante de produits de la mer dans l'Union européenne, ce qui permettrait de prévenir l’épuisement des stocks sauvages et de réduire le niveau des importations en provenance de pays tiers, les produits arrivant souvent sur le marché de l’Union après un transport de plusieurs milliers de kilomètres en avion.

L’aquaculture représente aujourd’hui 20 % du total de la production de poissons dans l’Union, ce taux se maintenant à un niveau plus ou moins constant depuis l’an 2000. Toutefois, la production de mollusques/crustacés a diminué.

Tout en gardant à l’esprit les questions de la traçabilité, de la qualité et des émissions de carbone liées aux importations de grandes quantités de mollusques en provenance de pays tiers éloignés, la Commission pourrait-elle indiquer par quels moyens elle entend promouvoir l'aquaculture dans l'Union, en particulier en ce qui concerne la production de mollusques/crustacés?

==================

L’huître irlandaise, une perle aux saveurs iodées... (Rungis International)

En Irlande, la pêche à l'huître plate remonte au XIIIe siècle bien que des traces de consommation datant de l’âge de bronze aient été retrouvées. Mais, ce n’est qu’en 1970 que la culture de l’huître creuse y est introduite en recourant aux techniques ostréicoles françaises. L’huître irlandaise bénéficie de conditions environnementales exceptionnelles, à savoir des eaux côtières claires et limpides recevant les courants chauds du Gulf Stream et des eaux froides filtrées par la tourbe. Sa chair charnue, délicate et croquante, offre une savoureuse texture associée à une saveur délicatement iodée.

Production et consommation - Produite dans 165 fermes ostréicoles, l’huître irlandaise (7 000 t / an, loin derrière la France, premier producteur européen avec 130 000 t) est majoritairement destinée à l'exportation (France, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Ukraine, Chine, Japon…). Au début des années 2000, l’Irlande s’est engagée dans la démarche qualité « Irish Quality Oyster » (IQO).Soumises à des critères stricts de production, les huîtres IQO (Tia Maraa, Bell’s Isle…) doivent être élevées durant au moins douze mois sur tables en poches ostréicoles et

la traçabilité doit être assurée durant tout le cycle d’élevage. La chair doit être croquante, fraîche et charnue (taux de chair supérieur à 13,5 %), la coquille doit présenter une forme ovale allongée parfaite (indice inférieur à 3) avec une couleur interne blanc nacré. Huîtres haut de gamme au goût subtil, elles se consomment toute l’année. (Sources : Bureau Irlandais de la Mer, www.huitres-irlande.com, Semmaris)

Sur le Marché de Rungis - En 2009, les volumes ont baissé de 6 % sur le MIN pour s’établir à 3 064 t (dont 48 t d’importation et 618 t d’huîtres creuses). « Nous commercialisons des huîtres irlandaises IQO dont la Tia Maraa, une nouvelle variété, depuis deux ans déjà, explique Alain Kousmi, commercial de la société Blanc SA Huîtres Coquillages. Nous en vendons 40 à 50 paniers par semaine, à destination des restaurateurs principalement... ».

==================

Les poissons d'élevage ont besoin de médicaments....

Parlement européen : Simplification de la libre circulation des médicaments, vaccins, désinfectants et produits assimilés dans l'Union européenne

Le registre des produits médico-vétérinaires (médicaments, médicaments immunologiques, vaccins, désinfectants, etc.) utilisés dans l'aquaculture relève actuellement de la prérogative des gouvernements des différents États membres de l'UE.

Au Portugal, le nombre des produits médico-vétérinaires enregistrés est très restreint, dans la mesure où le processus d'enregistrement de ces produits est relativement long et onéreux.

Compte tenu du faible volume d'échanges commerciaux que représente, de par sa dimension, le marché portugais, les industries pharmaceutiques ne souhaitent pas réaliser des études ni acquérir les licences requises par ce type de procédure, ce qui se vérifie d'ailleurs également dans d'autres pays de l'UE où le marché de l'aquaculture revêt également une dimension limitée. Il en résulte que les aquaculteurs de ces pays, y inclus le Portugal, ne disposent pas de la même facilité d'accès à certains produis pharmaceutiques destinés à être utilisés dans l'aquaculture, ce qui engendre un désavantage concurrentiel incontestable (formation du prix final et facilité de gestion en termes hygiéno-sanitaires de l'unité de production).

==================

Sécurité alimentaire : La Listeria trouvée dans du saumon fumé (Radio Canada)

La bactérie Listeria a été détectée dans 18 % des produits de la mer prêts à manger analysés par le centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique lors d'une étude non publiée faite l'an dernier. Dans tous les cas, il s'agissait de saumon fumé. L'une des recommandations est de renforcer la surveillance dans les fumoirs de la province pour s'assurer que les pratiques sont sécuritaires. L'étude a été faite entre août et octobre 2009. Les résultats ont mené à au moins un rappel de produits de l'entreprise Classic Smokehouse, en novembre dernier.

Toutefois, les résultats de l'enquête et les recommandations n'ont pas été dévoilés. Le centre a précisé qu'il attendait que le gouvernement prenne connaissance du rapport avant de le rendre public. L'ancien directeur de la protection sanitaire pour le conseil de santé Vancouver Coastal Dominic Losito, récemment à la retraite, se demande pourquoi les conclusions du centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique n'ont pas été révélées immédiatement puisqu'il y avait un risque pour la santé, selon lui. « Nous devons être transparents avec le public, nous devons leur soumettre ce genre d'informations pour qu'ils prennent des décisions éclairées », précise M. Losito. Dans certains cas, la bactérie Listeria peut engendrer la listériose, une maladie qui peut être mortelle. À l'été 2008, au moins 22 Canadiens en sont morts après avoir consommé des produits contaminés provenant d'une usine torontoise de Maple Leaf.

==================

Canada - Une partie d'huîtres pour renflouer le fonds d'aide aux sinistrés (Reflet du lac)

Le président du Carrefour du partage, Gérard Carrier, de même que la directrice générale de l'endroit, Nathalie Noël, invitent les gens à participer en grand nombre à la partie d'huîtres du 22 octobre prochain…. Les dirigeants de l'organisme ont donc pensé à une partie d'huîtres pour renflouer leur fonds de secours. Cette activité se déroulera à l'école Princess Elizabeth, à compter de 18 h. On espère amasser 5000 $ pour cette première. Si l'événement connaît un certain succès, Nathalie Noël aimerait bien qu'il devienne une tradition annuelle. Les billets, au coût de 75 $, sont disponibles au bureau du Carrefour du partage (344, rue St-Patrice Est, à Magog), au Salon de quilles Memphré ainsi qu'à la Librairie Orford. Pour ceux qui ne se régaleraient pas d'huîtres, un buffet varié est également offert. Il est à noter qu'une consommation est comprise dans le prix du billet. À la suite du repas, une prestation musicale sera offerte par le coloré Big Daddy.

==================

Ouest-France disponible sur tablette (Ouest-France)

Des tablettes numériques particulièrement adaptées à la lecture de votre quotidien.

L'application « Presse régionale » du journal est désormais accessible sur l'iPad d'Apple. Vous habitez loin de votre région ? À l'étranger ? Vous vous déplacez fréquemment ? Vous avez une résidence secondaire et vous voulez suivre l'actualité locale ? Grâce à la révolution numérique, ce n'est plus un problème. Ouest-France est désormais accessible intégralement si vous disposez d'un iPad. Il suffit d'aller piocher sur App Store, l'application gratuite « Presse régionale ». Vous vous retrouvez alors dans le kiosque virtuel mis en place par le Syndicat de la presse quotidienne régionale.

==================

Encourager les circuits courts et améliorer l’étiquetage

En lançant le Programme national pour l’alimentation le 28 septembre dernier, le ministre de l’agriculture Bruno Le Maire a annoncé qu’il allait faire modifier l’article 53 du code des marches publics afin d’intégrer la notion de circuit court dans les appels d’offre des restaurants collectifs publics.

L’ambition du Programme national pour l’alimentation est de faciliter l’accès de tous à une alimentation de qualité, sûre et diversifiée de manière durable. Il prévoit un certain nombre d’actions concrètes telles le développement des circuits courts, l’éducation et l’information sur le goût, le renforcement de l’aide alimentaire pour les populations les plus démunies, la mise en place de contrats d’engagement entre l’État et les entreprises en vue d’améliorer la qualité des produits alimentaires.

==================

Mornac : Face au parc marin (Sud-Ouest)

Les Rencontres d'automne de l'Huître pédagogique (1) du samedi 9 octobre, doublées de son assemblée générale, vont porter sur le thème des « Enjeux du milieu côtier pour le bassin de la Seudre face au futur parc marin des côtes charentaises ». Cette journée, ouverte à tous, va mettre l'accent sur un respect bien compris du milieu qui doit prendre en compte toutes les activités, dont, bien sûr, l'ostréiculture et l'aquaculture. Dans une perspective d'avenir pour la vie des générations futures, il s'agira d'évoquer à la fois les aspects environnementaux, économiques et patrimoniaux. En effet, la tempête Xynthia de février a rappelé la fragilité du marais et la nécessité d'un entretien bien conçu…..

L'après-midi, à partir de 15 heures, salle du Port à Mornac, des débats sont prévus, avec illustrations, sur les valeurs et l'avenir du marais (ceci en liaison avec le projet du Parc marin qui doit aboutir fin 2011).

==================

Partie d'huîtres? (L’Etoile)

Une croyance populaire veut que les mois de septembre, octobre, novembre et décembre soient les meilleurs pour déguster les huîtres, caractéristiques de notre région. En réalité, les eaux froides dans lesquelles elles croissent les rendent appréciables toute l'année durant. Un repas d'huîtres devient la juste célébration d'une fraîcheur régionale inégalable et est très facile à réussir. Quelques ingrédients simples, des huîtres fraîches, un peu de planification et surtout des gens de bonne compagnie! Plus la coquille des huîtres est régulière, meilleure en est la qualité du contenu. Au Canada, elles sont classifiées en ordre croissant de qualité, soit normale, de choix, cocktail ou de luxe. La Cap-Breton est facile à ouvrir, la chair de la Malpèque est salée et juteuse tandis que la Caraquet est prisée pour sa chair ferme, généreuse et parfaite. Cultivée et appréciée depuis la Grèce antique, on lui attribue des vertus régénératrices, nourrissantes et aphrodisiaques. Riche en protéines de bonne qualité et ne comptant que huit calories chacune, une seule comble nos besoins quotidiens en zinc. Naturellement salée (250 mg de sodium/100 g de chair ), l'huître renferme un trésor nutritionnel, soit une excellente source d'oméga-3, fer, cuivre, phosphore, iode, magnésium, fluor, zinc, sélénium, manganèse et vitamines A, B2, B3, B5, B12 et D….

==================

38e édition pour le festival des huîtres de Maisonnette (L’Etoile)

Peu importe si on les mange crues, cuites, gratinées, sur champignons ou en soupe, tous les amateurs d'huîtres seront servis à souhait au festival des huîtres de Maisonnette qui se déroule du 8 au 10 octobre. La présidente du festival, Sylvie Cormier, est dans l'organisation depuis une vingtaine d'années. «J'ai aussi été reine en 1987, souligne-t-elle. Le festival est la meilleure occasion pour déguster des huîtres. Nous donnons le temps aux gens de relaxer avec un peu de vin et de la bonne musique.» Environ 2000 personnes sont attendues tout au long de la fin de semaine. Les activités ont débuté avec la messe du festival, le mercredi 6 octobre. «Nous faisons toujours le festival lors de la fin de semaine de l'Action de grâce, afin de remercier la mer de nous donner de si bonnes huîtres», soutient Mme Cormier. Au programme, le vendredi 8 octobre, les participants sont invités à assister au «5 à 7 à Monsieur Râteau», à compter de 17h. Des huîtres gratinées et des huîtres sur champignon gratinées seront offertes. Le chansonnier Frédéric Savoie sera aussi de la partie. Le samedi 9 octobre, de 14h à 16h, une danse pour enfants avec DJ Félix est organisée, en même temps que le chansonnier Denis Landry fera danser les 19 ans et . À 15h, c'est le traditionnel concours de mangeurs d'huîtres. À 21h, il y aura le couronnement de la reine et un bal avec le groupe «Zazo», pour les adultes….

==================

  • 8 octobre 2010

Communiqué du CSO le 8 octobre 2010

Nos huîtres subissent un mal dont on ne connaît pas l’origine avec certitude. Peut-être que certains le savent, alors pourquoi ne veulent-ils pas le dire ?

Nous nous posons et nous posons beaucoup de questions.

Par contre, les interlocuteurs, que ce soit notre Ministre ou la DGAL qui pilotent IFREMER n’apportent aucune réponse. La loi du silence règne : POURQUOI ?

Il n’est pas prendre parti que de poser des questions. Il est totalement louable de s’interroger sur tout ce qui touche de près ou de loin nos huîtres afin de trouver le ou les causes les plus vraisemblables et y trouver un remède (produit et financier)…. Suite ….

===================

Après un long silence, des nouvelles de l’Etang de Thau : Transferts expérimentaux d’huîtres creuses en Languedoc-Roussillon - Bulletin n°7

Données mises à jour le 30 septembre 2010: étang de Thau, zone de Marseillan

L’objectif est de comparer la mortalité de trois lots d’huîtres creuses Crassostrea gigas maintenus sans mortalité en mer ouverte, en fonction de la date de transfert dans l’étang de Thau. L’hypothèse est que la mortalité des huîtres diminue avec une augmentation de la taille et de l’âge au transfert chez les huîtres sélectionnées « résistantes » aux mortalités (R), alors qu’elle est constante chez les huîtres témoins diploïdes (2n) et triploïdes (3n).

Pour accéder aux bulletins précédents cliquer Ici

===================

Situation de la mortalité des huîtres en fonction des informations envoyées chaque semaine par chaque pays concerné (Royaume-uni, Irlande et France) à l'OIE (Organisation internationale de la santé animale)

Au Royaume-Uni, la mortalité des jeunes huîtres qui s’est déclenchée en Juillet 2010, s’est limitée à deux zones : Embouchure de la Tamise et Jersey. Après avoir pris des mesures draconiennes (Les britanniques ont l’expérience de la maladie Isa sur le saumon en Ecosse), les autres centres d’élevage ostréicoles n’ont pas été touchés pour le moment comme indiqué sur le rapport de suivi n° 10 envoyé le 8 octobre 2010 à l’OIE. Cliquer Ici

En Irlande, la mortalité a touché toutes les baies comme indiqué sur les différents rapports de suivi envoyés à l’OIE. Le dernier rapport de suivi n°4, envoyé le 6 octobre 2010 à l’OIE, indique qu’à Mannin Bay (Galway) : « La date de début est, approximativement, le 10 juillet 2010, aucune mort n'ayant pas été détectée lorsque le foyer a commencé. Le foyer semble être maintenant résolu ; la baie sera probablement ré-ouverte prochainement. La morbidité et la mortalité se situaient entre 15% et 25%. »

Quant à la France, il n’y a eu que 2 rapports de suivi envoyés à l’OIE. Le dernier rapport de suivi numéroté 2 date du 8 juillet 2010 !

====================

Bassin d'Arcachon : La plate ostréicole était-elle trop chargée ? (Sud-Ouest)

Le patron et le commandant d'un bateau de La Teste comparaissaient, hier, pour la mort d'un jeune homme de 25 ans, happé par l'hélice après avoir sauté à l'eau. Le 7 avril 2008, Antoine Macé, 25 ans, est mort happé par l'hélice du « Moby Dick ». Une barge ostréicole sur laquelle il travaillait avec Jean-Philippe Biot, le commandant et appartenant à Christophe Lafond, un ostréiculteur du bassin d'Arcachon basé à La Teste de Buch. Les deux hommes comparaissaient hier après-midi pour homicide involontaire devant la 4e chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux. Jean-Philippe Biot a t-il trop chargé la plate ostréicole ce jour-là ? Et l'a t-il fait à la demande de Christophe Lafond, comme l'ont soutenu les parties civiles, représentées par Me Ducos-Ader et Me Receveur ? Ou l'accident est t-il survenu à cause d'une mauvaise conjonction d'éléments, comme ont voulu le démontrer Mes Christian et Pierre Blazy, défenseurs des deux prévenus ?

14 tonnes au lieu de 6….

=====================

Il vole des huîtres et les revend sur les marchés (Sud-Ouest)

En trois ans, son butin aurait atteint plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Devant les gendarmes, l'homme n'aura finalement pas mis longtemps avant de passer à table. Cerné par un faisceau d'indices et de présomptions, cet ancien « professionnel de la mer » a reconnu, avant-hier, le vol de 1,2 tonne d'huîtres parmi les bancs d'un ostréiculteur de Ronce-les-Bains.

Plusieurs tonnes - Discrètement embarqué à bord de son chaland au soir du 23 septembre dernier, le butin avait ensuite très vite été revendu sur les marchés d'Angoulême, pour un montant évalué à 5 000 euros. Peut-être une goutte d'eau dans le chiffre d'affaires de ce voleur de 51 ans qui agissait ainsi depuis 2007, année où il fut « débarqué » de la profession. « Le bénéfice atteint plusieurs dizaines de milliers d'euros », explique un enquêteur. Traditionnellement exposés à ce genre de rapines géantes à l'approche des fêtes, les ostréiculteurs redoutent cette année une saison bien plus précoce.

Les gendarmes en hélico….

================

En France, le marché du poisson bio s’élevait à près de 17 millions d'euros (2008)

En France, le marché des produits halieutiques étiquetés bio (AB) s’est élevé à près de 17 millions d’euros et sa croissance a été de 220% entre 2007 et 2008. En 2008, 123 fermes aquacoles étaient certifiées en aquaculture biologique dans l’Union Européenne pour un total de 225 dans le monde entier. L'UE représente près de la moitié de la production mondiale qui est estimée à 50.000 tonnes.

En termes de production, les cinq États membres les plus importants : Royaume-Uni, Irlande, Hongrie, Grèce et France. Elle concerne principalement les élevages de saumon, truite, bar, daurade et carpe (ndlr + production de crevette impériale bio en Charente-Maritime). Le marché du saumon bio connait une très forte croissance en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Le Règlement communautaire sur l'aquaculture biologique 710/2009 est entré en vigueur le 1 juillet 2010. Il définit les conditions de production aquacole biologique (densité, espacement, alimentation, utilisation produits chimiques...)

Par exemple, la densité maximale pour le saumon est fixée à 10 kg par m³ (kg/m3) dans les cages en mer et 20 kg/m3 dans les bassins en eau douce. Pour le bar et la daurade, la densité maximale est de 15 kg/m3 en mer et de 4 kg/m3 en bassin ou lagune…

Remarque personnelle : si cette réglementation a permis d’uniformiser les règles de l'aquaculture bio au niveau européen, elle est très critiquée par les pionniers de l’aquaculture bio qui observent un nivellement vers le bas au profit de l’aquaculture industrielle. Actuellement, les plus grands producteurs bio dans l'Union Européenne sont les salmoniculteurs norvégiens qui possèdent des fermes en Irlande et en Ecosse. Source : Organic aquaculture laws go into effect (Fis)

Autre remarque : Huître triploïde et certification bio

IFOAM, l’organisation internationale « gardienne » de la bio dans le monde, indique clairement l’incompatibilité entre polyploïdie et produit biologique. Dans les règles concernant la production en aquaculture, elle indique page 57 « Les opérateurs ne doivent pas utiliser des organismes artificiellement polyploïdés. »

Télécharger le document : Les normes IFOAM pour la production et la préparation en agriculture biologique version 2005

D’autre part, l’huître triploïde en tant qu'organisme polyploïde est considérée comme une espèce exotique dans la réglementation communautaire. Cliquer Ici

Elle entre donc dans le champ de la législation des espèces exotiques : Règlement (CE) n° 708/2007 du Conseil du 11 juin 2007 relatif à l'utilisation en aquaculture des espèces exotiques et des espèces localement absentes. Ce règlement vise à créer un cadre régissant les pratiques aquacoles afin d'assurer une protection adéquate du milieu aquatique contre les risques associés à l'utilisation en aquaculture d'espèces non indigènes. Ce règlement s'applique aux mouvements (introduction ou transfert) d'espèces exotiques ou localement absentes en vue de leur utilisation en aquaculture dans l'Union européenne (UE). Il porte sur des espèces d'origine animale ou végétale (y compris les organismes unicellulaires) ainsi que sur les parties de ces animaux ou végétaux. Le règlement s'applique à tous les types d'installation aquacole et à tout type d'aquaculture….

Question : Est-ce-que le plan de relance de l'ostréiculture (avec près d'1 milliard d'huîtres triploïdes mises à l'eau dans les semaines à venir) respecte cette réglementation communautaire ?

=====================

Gironde : Le visage de l'estuaire demain (Sud-Ouest)

La Ville de Royan lance le débat de l'avenir de l'estuaire de la Gironde. Une question récurrente.

Le poids du futur parc - « Les populations de l'embouchure de l'estuaire, on l'a vu, se sont fortement mobilisées pour dire clairement qu'elles n'étaient pas d'accord avec un projet tel que celui d'un terminal méthanier. C'est très bien. On sait ce qu'on ne veut. La réflexion qui a présidé à l'organisation d'un nouveau Carrefour scientifique cette année, avec l'association Obios, ç'a été : pourquoi ne pas réfléchir maintenant à ce que nous voulons ? », résume Damien Nouguès, chargé de mission au service « environnement » de la Ville de Royan. Samedi, donc, dix intervenants aborderont chacun un aspect de l'épineuse question. François Colas comptera parmi eux. Le chef de la mission d'études pour la création du parc naturel marin (PNM) de l'estuaire de la Gironde et des pertuis charentais s'exprimera avec mesure. Pour lui, l'avenir de l'estuaire sera entre les mains des estuariens eux-mêmes. Entre les mains, par exemple, du conseil de gestion qui présidera aux destinées et aux orientations du futur parc naturel marin. Parce que la voix de ce conseil de gestion comptera, plus encore que la vox populi en cas de crise. « L'avis du conseil de gestion ne sera pas un avis consultatif mais un avis "conforme", ce qui signifie qu'il devra être suivi par l'autorité décisionnaire. »…

=====================

Irlande : Le secteur aquacole accuse le gouvernement d’incompétent

Les pisciculteurs et les transformateurs accusent le gouvernement pour sa gestion désastreuse du secteur aquacole en Irlande, « ce qui freine la création d’emploi et les exportations », a déclaré Richie Flynn, secrétaire de l’Irish Farmers' Association (IFA).

L'industrie emploie directement 2.000 personnes pour un chiffre d’affaires de 100 à 120 millions d'euros dont près de 70% à l’exportation. « Le secteur a les capacités de doubler rapidement sa production, mais le "cauchemar bureaucratique" freine tout le processus » ajoute-t-il. Il accuse tout particulièrement « la complexité des licences aquacoles et la nécessité de se conformer à de nombreuses réglementations tant nationales qu’européennes (UE). » Il critique aussi l’incompétence des organisations environnementales…

Malgré les objectifs ambitieux du gouvernement pour l'aquaculture, le Ministère de l'Agriculture a informé qu'aucune subvention ne sera remise aux éleveurs de saumon en raison des préoccupations liées aux poux du saumon vis-à-vis des stocks sauvages. Source : Aquaculture sector accuses govt of incompetence (Fis)

=====================

Le parlement européen approuve le nouveau guide de l’aquaculture élaboré par la FAO. Source : EU Parliament's approval of guidelines is a formality: FAO (Fis)

=====================

Les sous-produits de l’industrie halio-alimentaire, comme aliments d’aquaculture. Etude des chercheurs à Hawaï sur un financement du Ministère de l’Agriculture des USA (USDA) : Fish byproducts used for new fish feeds (Fis)

=====================

Une odeur de poisson (Cyberpresse)

Ils ne sont pas encore sur le marché. Mais comme leurs cousins naturels et sauvages qui sautent les torrents en nageant dans les rivières à contre-courant, les saumons modifiés génétiquement franchissent une à une les étapes ouvrant la voie à leur commercialisation. Les saumons Aqua-Advantage, mis au point par la société américaine Aquabounty Technologies, qui grossissent deux fois plus vite que les saumons normaux, ont en effet reçu le feu vert d'un comité consultatif de la FDA américaine (la Food and Drug Administration, équivalent de Santé Canada). On les a jugés aussi comestibles et sûrs que les autres saumons d'élevage. Le processus d'approbation menant au supermarché, toutefois, continue. Et les questions aussi. Seront-ils vendus partout? Devront-ils porter clairement l'étiquette «modifié génétiquement» ? Aura-t-on plus d'études à long terme sur leur impact sur la santé et l'environnement?

Et surtout, les consommateurs accepteront-ils d'en manger?...

=====================

  • 7 octobre 2010

Lire absolument ce très bon article de Ouest-France qui montre que des solutions peuvent être trouvées sur place et que les ostréiculteurs doivent absolument surmonter le "Syndrome du Parc vide"... Quelques morceaux choisis de cet entretien avec Michel Le Guillois, enseignant en aquaculture au CFPPA de Coutances (Manche). La solution est à trouver en France et non ailleurs....

Il est probable que la délégation française actuellement au Japon (Goulvern Brest, président du CNC et Gérald Viaud, président de la SRC Poitou-Charentes) aura ce même discours de la part de Hatakeyama Shigeatsu, un chercheur japonais qui associe ostréiculture et qualité environnementale (lire l'article : http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/02/une-lecon-la-japonaise-la-mer-besoin.html

Programme de la Mission du 6 au 10 octobre 2010 pour l'importation d'huîtres du Japon à des fins expérimentales (Ministère de l'Agriculture et de la Pêche/Direction générale de l'alimentation)

« Pour sauver les huîtres, changeons les pratiques » (Ouest France)

Michel Le Guillois, enseignant à aquaculture au CFPPA de Coutances, passe voir régulièrement sur le parc du centre à Blainville-sur-Mer. Ces juvéniles nées au printemps sont passées en mer il y a quelques semaines. Il craint une forte mortalité au printemps prochain. La crise de mortalité des jeunes huîtres frappe le milieu conchylicole depuis trois ans. Malgré cela, Michel Le Guillois continue d'y croire et forme des patrons conchyliculteurs.

Entretien : Michel Le Guillois, enseignant en aquaculture au Centre de formation professionnelle continue et de promotion agricole (CFPPA) de Coutances.

Vous enseignez l'aquaculture à de futurs conchyliculteurs depuis 21 ans. Quel discours leur tenez-vous ? Pour la plupart, les jeunes adultes suivent cette formation pour se mettre à leur compte et travaillent déjà dans le milieu conchylicole. Ils veulent souvent reprendre l'affaire familiale. Dès le premier jour, j'annonce la couleur avec la crise, la mortalité encore inexpliquée. J'en parle même avant le recrutement des élèves. Je veux savoir ce qui les motive pour se lancer. Les stagiaires y croient même s'ils rêvent tous à l'huître miracle. Un leurre. Je crois davantage à la remise en cause des pratiques.

Que préconisez-vous ?...

Quels autres leviers actionner ? Il y a des mesures très urgentes à prendre au niveau national pour réduire la contamination. Ces pathogènes sont entretenus chaque année un peu plus. Il faut éviter la concentration de juvéniles (huîtres de moins d'un an) dans le temps et dans l'espace. Les conchyliculteurs reçoivent leurs naissains en même temps, les mettent sur les mêmes parcs, aux mêmes marées. L'exemple typique, c'est Blainville et Gouville-sur-Mer où on a les taux de mortalité les plus forts de France. La contamination est irréversible. Et si le virus se multiplie trop, il risque de muter. Et alors là ce sera la fin. Comme l'huître portugaise en 1970, comme l'huître plate en 1920. La nature fera le vide sanitaire.

Des solutions pas faciles à mettre en oeuvre ?...

Le CFPPA s'implique aussi dans la recherche sur les causes de mortalité. Pourquoi ? Nous sommes dans le même bateau que les professionnels. Nous travaillons avec le Syndicat mixte pour l'équipement littoral de la Manche (Smel) et l'université de Caen. On leur fournit de la matière vivante, et on fait beaucoup de surveillance sur nos juvéniles. On travaille aussi sur l'amélioration du télécaptage : nous faisons des essais avec nos larves d'huîtres survivantes de 2008 et 2009. Sur nos collecteurs, nous avons réussi à avoir un pur produit normand.

================

Que diriez-vous de prendre une bouffée d’air iodée en ce début d’automne ?

L’événement Huîtres à Bercy Village… sur Mer n’attend que vous : le 15 octobre 2010, les ostréiculteurs de Bretagne, de Normandie ou du Bassin de Marennes Oléron vous proposent une dégustation géante, ouverte à tous, d’huîtres à Bercy Village, Cour Saint-Emilion.

De 11h à 15h et de 17h à 21h, vous pourrez découvrir en plein coeur de Bercy Village savoir-faire, conseils sur l’ouverture des huîtres et associations de saveurs inédites.

N’écoutez que votre gourmandise et laissez vous tenter !

Ci-joint le communiqué de presse : http://mail.aol.com/32761-111/aol-1/fr-fr/mail/get-attachment.aspx?uid=1.30114744&folder=NewMail&partId=4&saveAs=Communiqu%c3%a9_de_presse_Hu%c3%aetres_%c3%a0_Bercy_Village..._sur_Mer.pdf

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information supplémentaire.

================

Sarzeau : Feu vert pour le projet d'écloserie-nurserie d'huîtres à Banastère (Ouest France)

Novostréa Bretagne projette d'implanter, à l'entrée de Banastère, en lieu et place de la ferme marine, une écloserie-nurserie d'huîtres creuses. Ce projet, après'une enquête publique au printemps, a reçu un avis favorable du commissaire enquêteur. Un avis suivi par le préfet.

Si, pour l'heure, le dossier n'a pas beaucoup avancé depuis l'obtention des autorisations réglementaires, chez Novostréa on affirme que le projet est toujours d'actualité. Sans qu'aucun calendrier ne soit pour l'heure clairement couché sur le papier. « On a mis trois ans avant d'aboutir, on n'est plus à trois mois près », estime l'un des responsables de la société.

Réticence des ostréiculteurs - Cette écloserie-nurserie aura une capacité de production moyenne de 9 000 kg de naissains par an. Elle se développera sur un terrain d'environ 9 700 m 2. Le site accueillera deux activités. Tout d'abord l'écloserie qui consiste à assurer la reproduction de l'huître et les six premières semaines d'élevage. Et la nurserie qui a pour objectif d'élever les huîtres jusqu'à la taille de 8 à 9 mm, soit environ deux à trois semaines d'élevage….. Les eaux marines issues de l'écloserie contiendront des fèces (excréments) d'huîtres ainsi que les algues non consommées par ces dernières. « Mais les rejets de l'écloserie seront bien inférieurs à ce que peut produire une exploitation ostréicole classique, sachant que l'étier de Pénerf en abrite cinquante-cinq, rassure Novostréa. Malgré la faible charge des effluents, les eaux marines rejetées par l'écloserie et une partie de la nurserie subiront un traitement par filtration mécanique et stérilisation sous UV permettant de détruire les algues non retenues par la filtration. »

Une dizaine d'emplois - Autant d'éléments qui n'ont pas suscité d'inquiétudes particulières de la part des associations de protection de l'environnement qui ne sont pas intervenues lors de l'enquête publique. En revanche, le collectif d'ostréiculteurs représenté par Benoît Le Joubioux, lui, a fait part de ses appréhensions sur les conséquences d'une telle activité sur une éventuelle surmortalité des huîtres déjà importante dans le secteur. Des craintes balayées rapidement par le commissaire enquêteur, Bernard Casabiaca : « Les installations d'écloseries nurseries existent depuis vingt ans en France et ne semblent pas avoir causé de catastrophe écologique majeure. Par ailleurs, les taux de mortalité des naissains en pleine mer et en écloserie sont équivalents. » Et d'ajouter que les installations situées en zone Natura 2000 « permettront de réhabiliter sur le plan environnemental une zone laissée à l'abandon tout en favorisant la préservation de la diversité biologique du site. »…

================

Au Chili, un avenir radieux avec de nouvelles moules d'élevage ?

Le Chili dispose de plusieurs espèces de moules indigènes : la moule chilienne (Mytilus chilensis), la moule géante (Choromytilus chorus) et la moule cannelée (ater Aulacomya) qui lui ont permis d’atteindre une production annuelle de près de 200.000 tonnes en moins de 20 ans. Pour améliorer la productivité de la mytiliculture, l’industrie aquacole chilienne vise la moule bleue européenne (Mytilus galloprovincialis), plus performante selon elle. Commentaire personnel : Le Chili va autoriser la construction d’écloserie de moule bleue afin d’approvisionner les sociétés en naissain et pourquoi pas en naissain triploïde. Après les dérives de la salmoniculture, la mytiliculture chilienne prend un virage dangereux en introduisant cette espèce exotique… Source : Bright future for new farmed mussel (Fis)

================

Les dangers de l'importation de produits....

Canada : L'écosystème marin est menacé par le botryoïde (Metro)

Le botryoïde violet, de la famille, des tuniciers est devenu un problème majeur pour l’écosystème marin à l’Île-du-Prince-Édouard depuis les dix dernières années. Ce sont les éleveurs d’huîtres qui sont les plus affectés. L’organisme s’accroche aux récifs marins, comme sur les roches, les bouées et sous les quais. Michel Poitras, qui enseigne dans le secteur de l’aquaculture à l’École des Pêches de Caraquet, s’est dit étonné de trouver le tunicier dans la Baie de Caraquet lors d’une sortie avec un groupe d’étudiant tout récemment. M. Poitars a d’ailleurs rencontré des responsables du ministère des Pêches et Océans qui sont venus dans la région constater l’ampleur de la situation.

================

« L'eau doit être cause commune au pays d'Auray »(Ouest France)

Les syndicats mixtes du Loc'h, du Sal et de la ria d'Etel ont l'intention de travailler main dans la main à la maîtrise de la qualité de l'eau en rivière d'Auray et ria d'Etel. La signature des contrats de bassins versants pourrait intervenir avant la fin de l'année. Au plan sanitaire en rivière d'Auray et ria d'Etel, la protection des eaux devient prioritaire. On en prend doucement le chemin... 112 000 personnes concernées - L'addition des 22 communes liées au bassin du Loc'h et Sal et des 18 communes liées à la ria d'Etel, représente environ 112 000 âmes. « Nous avons travaillé jusqu'ici sur la protection des réseaux d'eau potable, souligne Philippe Leray. Aujourd'hui, avec le Grenelle 2, nous devons assurer la continuité écologique des milieux. » Louis Hervé abonde : « nous travaillons à recouvrer la qualité du milieu aquatique, de l'eau pour la conchyliculture et des eaux de baignades. Sachant que la ria d'Etel a, depuis l'an passé, un contrat Natura 2000 à respecter en amont, comme en aval de la rivière. »

L'alerte du déclassement - Des déclassements sanitaires de la catégorie A à B pour les huîtres creuses ont touché les deux bassins. Avec des pics de contamination bactériologique plus nombreux en rivière d'Auray et ria d'Etel, plus important dans la seule rivière d'Auray. « Ce qui oblige à passer le coquillage en bassin de purification, précise Louis Hervé. Or ces bassins (individuels ou collectifs) n'existent pas partout. Ou nous les créons, ou nous faisons en sorte de ne pas entrer en catégorie B. » Une autre paire de manche.

Le diagnostic - Certaines zones sont plus contaminées que d'autres, relèvent les deux élus. « Nous avons un énorme travail d'analyse à réaliser sur les cours d'eaux. Il faut remonter à la source des pollutions bactériologiques, par petits secteurs, par sous-bassins. » Un travail de bénédictin. Qui passe invariablement par des diagnostics auprès des agriculteurs et des ostréiculteurs, une sensibilisation des plaisanciers et usagers des ports, des diagnostics sur les branchements et l'assainissement.

Tout est lié - « On ne peut qu'avancer ensemble », disent les élus, et nos actions actuelles feront avancer tout le territoire. « L'eau, on la produit, on la consomme et on la traite. Il faut raisonner dans un ensemble. Le coût de l'eau, l'une des plus chères de France (lire ci-contre) doit intégrer tout cela. »

================

Paimpol - Les élus s’attaquent à la pollution de l’eau (Ouest France)

La communauté de communes souhaite lutter contre la pollution de l’eau en baie de Paimpol. La pollution de l’eau en baie de Paimpol a été discutée ce soir mardi, lors du conseil communautaire. Une candidature va être déposée suite à un appel lancé par la Région concernant la gestion des espaces côtiers. À la clé : d’importantes aides. Les problèmes sont connus : des taux élevés de nitrates et une pollution bactériologique. Avec des conséquences sur la baignade et sur l’activité de conchyliculture. Le projet sera présenté jeudi au pays du Trégor-Goëlo. « Il faudra être convaincant pour faire avancer notre projet, car nous avons de sérieux concurrents », a indiqué Philippe Coulau, vice-président chargé de l’aménagement de l’espace.

================

Nouvelle spin-off namuroise en vue dans le domaine de l'écotoxicologie aquatique (BE)

L'Unité de Recherche en Biologie des Organismes (URBO) de l'Université namuroise proposera, sans doute d'icideux ans, la seule spin-off active en écotoxicologie aquatique. Elle fournira aux industriels des tests toxicologiquesspécifi ques, désormais incontournables pour le respect de la législation européenne en la matière.

La réglementation européenne REACH sur les produits chimiques est très innovante, au niveau mondial, en matière de protection de l'homme et de l'environnement. Elle apporte une standardisation essentielle à l'efficacité, et concerne des dizaines de milliers de produits chimiques, y compris ceux d'importation. Mais son application n'est pas aisée, car les restrictions et normes qu'elle impose demandent des tests complexes et coûteux. Pour recevoir le feu vert de REACH, les industriels font généralement appel à des bureaux d'étude, qui montent le dossier et sous-traitent les tests toxicologiques auprès de laboratoires spécialisés...mais rares. C'est un de ces laboratoires tant demandés que l'URBO est en train de mettre sur pied, grâce au projet DANIOTOX.

================

Aquaculture : Les pêcheurs contre l’élevage du bar dans les eaux mauriciennes

Le poisson bar est au centre d’une polémique. Les pêcheurs de Bambous-Virieux se prononcent contre l’élevage de ce poisson dans le lagon mauricien. De son nom technique Dicentrarchus Labrax, le poisson bar représente un danger pour la richesse du lagon mauricien, estiment les pêcheurs de l’Association des Pêcheurs Soleil Levant. C’était lors d’un point de presse qu’ils ont tenu ce mardi 5 octobre pour présenter les raisons de leur opposition à un projet d’aquaculture. «Ce poisson est un gros prédateur. Il s’attaque à tous les poissons que nous pêchons», affirme Ivo Souci, président de l’association.Ils remettent en cause le développement de l’aquaculture, projet soumis par la Ferme Marine de Mahébourg. Cette ferme marine travaille actuellement sur l’élevage du poisson bar dans le lagon de Mahébourg. Ivo Souci reproche également au ministère de la Pêche de ne pas avoir consulté les pêcheurs concernant le développement du projet d’aquaculture. «Le ministère ne tient même pas à savoir ce qu’on pense. Les pêcheurs sont les mieux placés pour parler de l’impact de ce poisson sur l’écosystème», lance le président de l’association.....

================

La France pratique aussi l'aquaculture de repeuplement : Exemple de la coquille saint-jacques

Coquilles Saint-Jacques. Trois millions de bébés à l'eau [Vidéo] (Le Télégramme)

Quatre cents tonnes de coquilles Saint- Jacques ont été pêchées lors de la dernière campagne, en rade de Brest (*). Le stock se maintient en grande partie grâce aux semis effectués par l'écloserie du Tinduff, à Plougastel. Le travail est titanesque! Chaque année, les employés de l'écloserie du Tinduff relâchent, en rade de Brest, des millions de jeunes coquilles de quelques mois (3 cm). Ces juvéniles sont issus de coquilles adultes sélectionnées en rade de Brest. Deleur semence et de leurs oeufs, naissent des larves puis de minuscules coquilles qui partent grandir en mer, en rade de Brest, à Sainte-Anne du Portzic ou dans la baie de Morlaix.

Au jet d'eau !....

Échapper aux prédateurs….

Quinze mille tonnes de coquilles sont généralement pêchées en baie de Seine, entre 5.000 et 7.000 en baie de Saint-Brieuc. La France importe par ailleurs, chaque année, 120.000 tonnes de pectinidés (coquilles et pétoncles divers). La campagne au large s'est ouverte lundi sur les gisements de Sein. En rade de Brest, la pêche commencera le lundi 18 octobre.

Des coquilles jusqu'à La Rochelle ou Granville - Que de tâtonnements depuis la fin des années 70! Aujourd'hui, l'écloserie du Tinduff maîtrise parfaitement son sujet. L'écloserie du Tinduff n'assure pas seulement le repeuplement de la rade de Brest, puisque d'autres gisements récupèrent régulièrement leurs bébés Saint-Jacques jusqu'à Paimpol, Granville, Quiberon ou La Rochelle. Des essais sont actuellement réalisés autour du pétoncle noir qui a connu une sérieuse valorisation de son prix depuis quelques années. L'écloserie du Tinduff est devenue une véritable référence, en Europe, sur le sujet. Au vu des incertitudes autour de l'huître (la mortalité chez les jeunes), bon nombre de professionnels et de sociétés observent les différentes possibilités de diversification qui s'offrent àeux.

Dix millions de coquilles….

================

Intégrer la biodiversité dans l’économie, un facteur essentiel (Jdle)

Le nouveau rapport sur l’état de la biodiversité en Europe a été publié hier, 4 octobre, par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE). En dépit de certains progrès résultant de politiques locales et communautaires, le déclin de nombreuses espèces et habitats se poursuit. La solution passe, selon l’AEE, par l’intégration du problème par tous les secteurs économiques, notamment ceux qui affectent le plus l’environnement (commerce, transport, tourisme etc.).

Le rapport de l’AEE tombe à point nommé. La très attendue 10e conférence des Parties de la Convention sur la diversité biologique de Nagoya au Japon se tient en effet dans moins de 15 jours [du 18 au 29 octobre]. Des décisions stratégiques devraient y être prises, et un cadre mondial pour les politiques de protection de la biodiversité installé [voir le JDLE]. Le rapport européen y sera également présenté.

================

1. Déclaration d'IFOAM for Living Change

Le 16 Septembre, IFOAM a lancé à Bonn sa Déclaration for Living Change lors d’une rencontre de onze lauréats du Prix Nobel Alternatif ainsi que du lauréat du Prix Mondial de l’Alimentation, Hans Herren (Suisse).....

================

  • 6 octobre 2010

L'huître, une perle rare ? (L’Union)

Après trois années de mortalité infantile chez les « bébés » huîtres, la rupture de stock est annoncée pour la fin d'année. À Laon, l'huître sera rare. Déjà 10 euros, la douzaine - de qualité - en n° 3, les prix risquent de flamber à Noël, et les huîtres rares…..

Un prix élevé - Aujourd'hui, la douzaine dépasse les 10 euros. Un prix haut que la distance avec La Tremblade (Charente-Maritime), lieu d'approvisionnement de Laurent, et la marge que s'autorisent les revendeurs en bout de chaîne, comme Marité, justifie. Pour information toutefois, une douzaine d'huîtres vendues par un ostréiculteur sur le côté atlantique, plafonnent en ce moment, à 3,70 euros. Pour la catégorie 3. « C'est d'ailleurs une de mes craintes, s'inquiète Laurent, qu'avec ces ruptures de stocks annoncés les ostréiculteurs gardent leur production pour eux. Ce qui est compréhensible. Ou alors, que les grandes enseignes ou gros intermédiaires mettent le prix pour se réserver la production. Et là, je ne peux pas suivre. »….

Le pire dans l'histoire est que l'Ifremer (l'institut qui cherche les causes de cette mortalité) se noie dans les causes. « Pour l'instant, il n'arrive pas à déterminer d'où vient le problème qui attaque les huîtres juste après la fécondation », explique Laurent.

===============

Les élus des collectivités se forment à la crise ostréicole... pendant que les élus professionnels partent à la recherche de la perle rare au Japon....

Cédis formation : Les enjeux de la crise de l’ostréiculture

Journée de formation pour élu-es & collaborateurs d’élu-es locaux

Le Teich (33), le samedi 23 octobre 2010 - Salle multimédia du Parc ornithologique du Teich - Maison de la nature du bassin d’Arcachon, 33470 Le Teich

Contexte :

…. Par ailleurs, les professionnels du Bassin d’Arcachon, affaiblis par 5 années de fermetures répétitives dues au « test de la souris », s’interrogent aujourd’hui sur le déficit de captage de naissain et la détérioration de la qualité de l’eau. Ils s’inquiètent en même temps du développement, par Ifremer et des écloseries privées, d’une huitre stérile (triploïde) manipulée chromosomiquement, permettant théoriquement de réduire les coûts de production et le temps de l’élevage mais dont on ignore les conséquences sur le milieu naturel et la filière ostréicole. Cette formation permettra de faire le point sur l’avancée des recherches scientifiques concernant les origines de cette crise pour définir les actions de sensibilisation voire de prévention dont les élu-es pourraient être porteurs afin de limiter les risques de pollution de ces espèces menacées.

Objectifs :

  • Identifier les principales causes de la surmortalité des naissains par les dernières recherches scientifiques
  • Repérer les axes majeurs des actions à entreprendre pour limiter les risques de pollution environnementale

Contenu : Télécharger le programme : http://www.cedis-formation.org/wordpress/wp-content/uploads/2010/09/101023ppLeTeich.pdf

Frais d’inscription : de 100 à 700 euros selon la taille de la collectivité !!!

Elus professionnels et chercheurs partent à la recherche de la perle rare au Japon, premier producteur mondial de perles d'aquaculture : Mission du 6 au 10 octobre 2010 pour l'importation d'huîtres du Japon à des fins expérimentales (Ministère de l'Agriculture et de la Pêche/Direction générale de l'alimentation)

D'après le programme, la délégation française va dans la plus grande région de captage d'huîtres au Japon, la baie de Sendaï, au Nord de Tokyo. Elle va rencontrer en autres un responsable d'écloserie qui connait bien la France, Hatakeyama Shigeatsu. Voir l'article : http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/02/une-lecon-la-japonaise-la-mer-besoin.html

===============

Hossegor (Landes) : Pour continuer les dégustations d'huîtres (Sud-Ouest)

Depuis trois ans, Jérôme Labeguerie, ostréiculteur au fond du lac d'Hossegor, propose une dégustation de ses huîtres, au bord de ce même lac, tout comme deux autres de ses collègues, Bernard Lupuyau et Fabrice Lorenzi (sur les six ostréiculteurs du site). Une façon très répandue de permettre à tout artisan, cultivateur ou éleveur de faire la promotion de son travail. « Les touristes, comme les locaux, apprécient particulièrement de venir chez le producteur, goûter le produit directement sur place », explique le jeune ostréiculteur, représentant les professionnels d'Hossegor au bureau de la section régionale conchylicole.

Une baisse de production….Sans compter quelques jalousies concurrentielles et l'imbroglio administratif face à la réglementation d'une activité commerciale telle que la dégustation et la vente directe (pas forcément souhaitée par certains élus).

« Pour régulariser notre situation, j'ai fait en juillet une demande écrite au préfet des Landes. Il faut un arrêté préfectoral car c'est un bout de terrain concédé. Ce dernier a demandé aux services vétérinaires qui sont venus. » Entre parenthèses, les ostréiculteurs de la Gironde ont procédé de la même manière et viennent d'obtenir un avis favorable. « Nous attendons maintenant la réponse mais nous sommes confiants. C'est de toute façon vital pour notre activité. »

===============

Bretons et Normands main dans la main (Manche Libre)

Bretagne et Basse-Normandie vont dorénavant travailler ensemble au développement des ressources qu’elles peuvent tirer de la mer. Une avancée souhaitée par l'Etat et concrétisée officiellement lundi 27 septembre à Cherbourg par la signature d'une convention entre l'Etat et les deux régions. Ressource marine et innovation - Cette signature consacre l’extension au territoire bas-normand du pôle de compétitivité “Mer Bretagne”, labellisé par l’Etat en 2005 et devenu par la même occasion l’un des seize pôles de ce type reconnus comme étant “à vocation mondiale”. Ainsi, “Mer Bretagne” associe-t-il dans cette région, au sein de la filière maritime, les grandes entreprises, les PME, les laboratoires de recherche, tant publics que privés, les universités et les grandes écoles. Le but est de donner naissance, grâce à des coopérations entre industriels et chercheurs, à des projets de recherche appliquée d’envergure internationale. Le pôle mer Bretagne s’est donné cinq priorités : sécurité et sûreté maritimes, naval et nautisme, ressources énergétiques marines, ressources biologiques marines, environnement, et aménagement du littoral. Déjà,…

===============

Compiègne. Les huîtres se fixent place du palais (Courrier Picard)

Samedi midi, Café du palais. Le stand a migré des rues commerçantes du centre à la place du palais. Des huîtres à emporter ou à déguster sur une des tables de l'établissement. Avec la fermeture de la brasserie Le Songeons, l'ostréiculteur d'Oléron Jean-Michel Massé a dû trouver un nouveau port d'attache pour son banc d'huîtres. Le Café du palais l'a emporté. Il faisait partie du paysage dans le centre ville de Compiègne ; une institution. Le banc d'huîtres du producteur Jean-Michel Massé est resté plus de 20 ans devant la brasserie Le Songeons. Avec la fermeture de cette dernière, en septembre, le banc se retrouvait orphelin. Mais il a désormais un nouveau foyer : devant le Café du palais. Chacun y trouve son compte. « Le patron met à ma disposition un emplacement ; les huîtres lui apportent de la clientèle », résume Jean-Michel Massé. Basé à Oléron, il prépare ses commandes le mercredi et jeudi, puis fait route vers l'Oise pour livrer ses vendeurs et ses clients et faire des marchés. Au départ, deux candidats étaient pressentis pour le banc : le Rethonde, rue des Bonnetiers, et le Café du palais. L'adjoint à la voirie, Éric Hanen, a signé un arrêté municipal pour les deux.

« Je l'ai fait plus de 20 ans, c'est pas pour rien » - « Grâce aux amis que j'ai sur Compiègne, j'avais trouvé ces deux options », relate Jean-Michel Massé. Une question de logistique a pesé dans la balance : « Devant le Songeons, mon vendeur était autonome. Il se ravitaillait dans son véhicule réfrigéré. Mais ce camion ne passe plus le contrôle. Il était coincé. » Or le Café du palais présente l'avantage d'avoir une cave, où l'écailler peut stocker sa marchandise.

===============

Au Canada, l’image du saumon d’élevage se ternit….

Du saumon qui pue (Cyberpresse)

Je ne vous recommande pas de lire l’excellent reportage de mon collègue Charles Côtésur l’élevage industriel du saumon au Nouveau-Brunswick avant de vous faire cuire une petite darne de saumon d’élevage, ou d’aller manger du sushi au dépanneur du coin.

Il va vous couper l’appétit sur le champ. L’élevage industriel de saumon empeste les côtes, comme les mégaporcheries empestent les campagnes. Au sens propre et figuré. Entassés, traités aux antibiotiques, attaqués par les parasites, baignant dans leurs excréments, les saumons d’élevage font penser aux poules industrielles qui n’arrivent plus à se tenir debout tellement leur vie est dénaturée. Bref, je vous recommande fortement de lire l’excellent reportage de mon collègue, mais après un biscuit au chocolat. Ou une salade verte. Bonne lecture, mais pas bon appétit.

Aquaculture: une guerre qui empoisonne l'industrie (Cyberpresse)

L'été anormalement chaud a stimulé les poux de mer, qui s'agglutinent par dizaines sur certains saumons, jusqu'à les tuer. Sur notre photo, un ouvrier soulève un filet rempli de saumons morts, près de Deer Island. Cette année, pour la première fois, l'humanité tirera plus de nourriture de l'aquaculture que des pêcheries. Cependant, l'élevage de poissons et fruits de mer ne se fait pas sans heurts, comme l'a constaté La Presse dans le sud du Nouveau-Brunswick, où des centaines de homards sont morts après avoir été exposés à un pesticide illégal. À bord de la petite barque motorisée, on devrait sentir le parfum vivifiant de la brise du large. Mais c'est plutôt une puanteur âcre qui nous prend à la gorge et nous donne envie de nous éloigner au plus vite.

«C'est fort, n'est-ce pas?» remarque Dale Mitchell, 50 ans, un des dirigeants de l'association de pêcheurs locale, avant de pousser son bateau encore plus près. À une cinquantaine de mètres, des ouvriers s'affairent autour d'une demi-douzaine d'enclos flottants de la société Cooke Aquaculture. Là comme ailleurs dans la baie de Passamaquoddy, qui baigne les côtes du Nouveau-Brunswick et du Maine, l'heure est au grand nettoyage. Des centaines de milliers de saumons d'élevage sont morts, dévorés par le pou de mer, leur principal parasite…..

Un pesticide et des crustacés: Environnement Canada enquête (Cyberpresse)

Grand comme un terrain de football, l'enclos à homards de Mill Creek occupe toute la crique reliée par un bras de mer à la baie de Fundy. Normalement, il peut contenir 100 000 homards. Mais cette année, il restera inutilisé. Le propriétaire Read Brown a trop peur pour sa précieuse marchandise. Environnement Canada a trouvé des «taux détectables» d'un pesticide illégal, la cyperméthrine, sur des saumons d'élevage recueillis dans des fermes marines appartenant à deux firmes d'aquaculture du Nouveau-Brunswick.

La cyperméthrine est nocive pour le homard et les autres crustacés…..

===============

Adoption des premières directives pour la certification de l’aquaculture (Ane)

L'aquaculture mondiale, qui connaît un développement exponentiel, ne dispose toujours pas d'une certification reposant sur des critères de référence reconnus par les producteurs en matière environnementale et sociale. Une situation qui pourrait connaitre un nouveau rebondissement puisque les premières directives mondiales sur la certification de l'aquaculture ont été adoptées vendredi par le Sous-comité de l'aquaculture de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), avec pour vocation d'harmoniser le secteur de production vivrière qui connaît la plus forte croissance au monde.

===============

Les blogs de cuisine parlent des huîtres....

Les huitres Marennes, épisode 2 : Coté dégustation.(Scally)

Les huitres Marennes, épisode 2 : Coté dégustation

Comme je l’écrivais dans l’épisode 1, ce qui fait la spécificité des huitres Marennes Oléron, c’est l’affinage en claires, bassin naturel creusé à l’emplacement des anciens marais salants.

Les huitres, qui ont grandi dans les parcs à huitres sont ramenées chez les ostréiculteurs, lavées au jet puis remises à nouveau dans des poches qui sont plongées dans les claires, afin de développer tous les arômes. Lorsque vous survolez les claires en hélicoptère, ce que nous avons eu la chance de faire, vous pouvez apercevoir les poches dans les claires. Ce sont ces petits carrés que l’on aperçoit dans l’eau car l’eau des claires n’est pas très profonde.

Comment ouvrir une huître Marennes d'Oleron (Dailymotion)


Comment ouvrir une huître Marennes d'Oleron
envoyé par ILACA. - L'info video en direct.

les huîtres Marennes d’Oléron #2 • les variétés d’huîtres, la technique d’ouverture & la dégustation (le coin de Joëlle)

Hier, je vous ai fait faire un tour en bateau du côté de l’île d’Oléron. Aujourd’hui, nous partons découvrir les 4 variétés d’huîtres Marennes Oléron. Le captage, le détroquage ou encore l’affinage, ce sera pour la prochaine fois…

Pour moi, les huîtres, avant ce séjour à Oléron, c’était blanc bonnet et bonnet blanc… toutes les huîtres se ressemblaient… et en plus, je n’aimais pas trop ça! C’est d’ailleurs, paradoxalement, ce qui m’a motivé à accepter cette invitation. Une sorte de challenge, aller à la découverte des huîtres et apprendre à les apprécier....

===============

  • 4 octobre 2010

CSO : Communiqué de presse du 1 octobre 2010

Dans 8 jours, le 11 octobre, auront lieu les conclusions des Assises de la Conchyliculture. Qu’en attendons-nous ?

Ces assises nous ont été accordées le 5 mai par le Ministre Bruno LE MAIRE comme la solution à notre demande de réunion tripartie (élus, administrations et ostréiculteurs) pour répondre à l’URGENCE.

Cet accord du 5 mai entre le Ministre et le CSO a été transformé en une vaste mascarade. Pourquoi ?

- Il a été confié au CNC et aux SRC de prendre à leur charge l’organisation régionale, une manière pour l’Etat de se décharger de cette responsabilité, pour ne pas à en supporter les conséquences inévitablement vouées à l’échec…. Suite…

=================

Ostréiculture. Les huîtres plates menacées par un virus (Le Télégramme)

Même si plus de 10.000 tonnes d'huîtres sont produites chaque année, cette activité essentielle du golfe du Morbihan est à nouveau menacée. Cette saison a été difficile en raison de plusieurs fermetures de ramassage et de pêche de certains coquillages (dues à une toxine amnésiante), de mortalité et de la casse. Des professionnels, qui depuis de nombreuses années vendent leurs huîtres sur les marchés bretons ont observé l'inquiétude de certains consommateurs. Ils s'expriment:.... La filière ostréicole rencontre déjà de très grosses difficultés, en raison de la mortalité des naissains depuis des mois, mais nous venons en plus d'apprendre que cette toxine (détruisant les naissains et les huîtres) viendrait de toucher, du côté de Cancale, les huîtres plates. Nous n'avions vraiment pas besoin de cela». «Certains ont tout perdu, explique un autre professionnel, entre la casse, la mortalité, sans oublier les vols sur les parcs, où va-t-on aller?....

=================

Frontignan. Gens d'ici : Chez Jean-Claude, huîtres et moules du pays (Midi Libre)

Depuis 25 ans, un panneau disposé le long de la route avertit de sa présence : "Huîtres, moules" peuvent lire les conducteurs passant devant la cave coopérative. Les habitués, comme Valérie qui vient exprès de Balaruc-les-Bains, le connaissent. « Elles sont trop bonnes, mais c'est mon mari qui me le dit, moi je les aime pas. » Non sans humour, Jean-Claude Pagès se présente comme « un ostréiculteur, producteur, éleveur, purificateur. Le bassin de Thau a été déclassé alors maintenant pour vendre les coquillages, on doit les purifier. » Il s'est installé, ici, à Frontignan, il y a 25 ans « à l'époque du marasme. La production était coincée, il a fallu faire de la vente directe. Avant, je vendais en gros aux mareyeurs ». Installé à Mèze, sur la plate-forme du Mourre blanc, où il dispose de huit tables, Jean-Claude Pagès voit, comme tout le monde, ses naissains « et même les grosses huîtres » décimés par un virus. « Il y a trois ans encore, on était 800 producteurs sur le bassin de Thau. Si les scientifiques ne trouvent pas rapidement, dans une paire d'années, il n'y aura plus d'huîtres. » Alors, profitons-en, c'est pendant les mois en R où elles sont les plus goûteuses.

=================

Huîtres Jean-Michel Seguin : Les Marennes d'Oléron : de vraies perles ! (Le guide des Comités d’Entreprises)

Achetez vos huîtres directement chez le producteur et obtenez les meilleurs tarifs grâce au comité d’entreprise: les fines de claire n° 4 à 3,45 € la douzaine, la bourriche de 100 à 28,75 € TTC ou 14,40 € les 50, qui dit mieux ?

Tarifs comité d’entreprise : Bientôt Noël ! Pour les déguster en décembre, contactez dès maintenant Jean-Michel Seguin ; il vous communiquera le mot de passe confidentiel de votre comité d’entreprise, qui vous permettra de commander sur la boutique en ligne du site web, en toute tranquillité, et de bénéficier des meilleurs prix.

Des huîtres bien élevées : Les huîtres, Jean-Michel Seguin s’y consacre depuis 1975. En 35 ans d’ostréiculture, il a dû en élever quelques millions… Ses Marennes d’Oléron, il les élève, les affine, et les expédie lui-même, ce qui vous évitera tous les intermédiaires, donc des prix calculés ‘’au plus juste’’.

Faites livrer au bureau : Commandez en achat groupé, et faites livrer vos bourriches directement au bureau ! Quel que soit le lieu, partout en France, elles sont expédiées dans les 24 h qui suivent leur sortie de l'eau. Attention : pour vos commandes de fin d'année, pensez à commander avant le 15 décembre !

================

Connaître les risques professionnels de la conchyliculture pour mieux les prévenir - Décembre 2009

Ce document a pour objet de présenter les risques professionnels côtoyés quotidiennement par les professionnels de la filière conchylicole dans la région Normandie – Mer du Nord. Il a pour fondement, des observations en situation de travail réel d’ostréiculteurs des bassins de St Vaast la Hougue et de la côte Ouest et de mytiliculteurs de la côte Ouest. Les risques repérés sont les risques, non exhaustifs, liés à l’activité de travail. Ne sont pas évoqués dans ce document, les risques professionnels qui font l’objet d’une réglementation non spécifique à la conchyliculture (incendie, électricité, co-activité, opérations de chargement,). Cette étude complétée de nombreuses vidéos a servi de base à la construction d’une formation « Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels » proposée par le CFPPA de Coutances aux entreprises conchylicoles.

Pour toutes informations contact :

CFPPA COUTANCES

E-mail : cfppa.coutances@educagri.fr

Téléphone : 02 33 76 80 50

Télécopie : 02 33 76 80 59

www.coutances.educagri.fr

Prévention des risques en conchyliculture (Dailymotion)


Prévention des risques en conchyliculture
envoyé par arcencielprod. - Rencontrez plus de personnalités du web.

Suite à l’obligation administrative du «document unique» le CFPPA de Coutances propose aux professionnels de la conchyliculture un accompagnement dans l’analyse de leur travail et des risques. La formation proposée s'appuie sur une étude de l’ANACT Basse-Normandie et un outil audiovisuel pédagogique dont la réalisation a été confié à Bernard Simon en collaboration avec Philippe Deshayes et Sylvain Shauvois.

================

En Alaska, les écloseries sont déterminantes pour les pêcheries de saumon

Les écloseries alaskiennes contribueraient à près de 30% des captures de saumons sauvages selon une étude de Prince William Sound Aquaculture Corp (PWSAC). Les écloseries sont indispensables à la viabilité économique des pêcheries professionnelles de saumon d’Alaska ainsi qu’au maintien de la pêche sportive.

En 2010, année historique pour le saumon rose, les captures de saumons issus d’écloseries ont généré 317 millions de dollars…. PWSAC gère 5 écloseries situées dans la région de Prince William Sound / Copper River, qui produisent des millions de saumon rose (keta), saumon coho, saumon rouge (sockeye) et saumon chum. Leur fonctionnement est financé par des taxes prélevées sur les captures des pêcheurs… Source : Study shows hatchery fish have big impact (Alaskadispatch)

Etude : Prince William Sound Aquaculture Corporation Economic Impact Update for 2010

================

Canada. Danger pour la santé – Extension : Présence possible d’agents pathogènes d’origine alimentaire dans certaines huîtres creuses crues

La portée de la mise en garde du 30 septembre 2010 a été élargie pour y inclure d'autres huîtres crues. Les huîtres touchées ont été récoltées entre les 7 et 21 septembre 2010, du site 23-6 (fiche immobilière no 1403799) du bras Effingham dans la région côtière de Vancouver de la Colombie-Britannique. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) avise la population de ne pas consommer les types d'huîtres crues décrites ci-dessous car elles pourraient contenir des agents pathogènes d'origine alimentaire. Les huîtres crues ont été distribuées chez différents détaillants et clients institutionnels. Il se peut également que des huîtres crues aient été vendues en plus petites quantités dans certains comptoirs de fruits de mer. Les consommateurs qui ont acheté des huîtres et qui ne sont pas certains si leur produit est visé par cette mise en garde devraient se renseigner auprès de leur détaillant ou de leur fournisseur…..

================

Plouzané : Exploitation de cultures marines dans le goulet (Ouest France)

Lors de la séance de juin 2009, le conseil municipal avait été sollicité pour un avis sur une autorisation d'exploitation de cultures marines (élevage en conteneurs, en haut profonde), dans le goulet de la rade de Brest, à la pointe du Diable. La demande émanait de la Coop maritime écloserie du Tinduff et portait sur une superficie de 64 460 m², située entre l'extrémité de la jetée d'Ifremer et la Pointe du Diable. L'exploitation concerne la culture marine de divers mollusques pectinidés (sauf huître et moule). Les conseillers avaient réservé leur avis au motif que la présentation d'un dossier plus étayé comportant notamment une notice d'impact sur l'environnement leur étaient indispensable pour qu'ils puissent se prononcer. Par courrier, en date du 14 juin 2010, le directeur délégué à la mer et au littoral, a rappelé que non seulement des mesures d'information et de concertation avaient été mises en oeuvre par les pétitionnaires, mais que ce type d'élevage n'est pas soumis à la réglementation sur l'eau et sur les installations classées, mais est tributaire de la qualité de l'eau. En ce qui concerne plus spécifiquement la navigation, les concessions en eau profonde sont reportées sur les cartes marines.....

================

Aquadis, la truite 100% de Bretagne

Activité : Transformation de poissons d'élevage / Mareyage.

Gamme : Produits frais, sous atmosphère protectrice et surgelés : truites, saumons, truites issues de l'Agriculture Biologique, brochettes, filets, darnes, pavés, filets papillons, truites désarêtées, crustacés cuits frais et sous atmosphère protectrice, filets de poissons de mer, noix de saint Jacques, algues fraîches salées.

Forme Juridique : S.A.S / Effectif : 31 / C.A. 2009 : 8 M €

Article de presse : Aquadis, la truite 100% de Bretagne

================

Informations d’après la Veille Produits de la mer - Revue de presse - Semaine 39 / CCI Boulogne-sur-mer - Côte d'Opale

Le polonais Morpol contrôle près de 15% du saumon d’Ecosse : L’entreprise polonaise Morpol mord à pleines dents dans l’élevage de saumon écossais. Pour faire face au quasi monopole norvégien, Morpol a pris le contrôle d’environ 15% de l’industrie écossaise après une frénésie d’achat concernant principalement les fermes des îles Orkney et Shetland. Source : Polish firm takes a big bite at the Scottish salmon farming market (www.heraldscotland)

Ecosse (Shetland) : Salmoniculture accusée de « Pesticides » : Après la mort accidentelle de milliers de saumon au Shetland, une des plus importantes entreprises aquacoles d’Ecosse, Lakeland Group, fait face à une accusation selon laquelle elle aurait utilisé un pesticide hautement toxique et interdit. Source : Salmon farmer facing prosecution after pesticide kills thousands of fish (Herald Scotland)

Le saumon d’élevage chilien reprendra le contrôle du marché étatsunien : Les éleveurs de saumon chiliens projettent d’augmenter la production de 20 % l’année prochaine. En 2012, le Chili reprendra le contrôle du marché étatsunien pour le saumon d’élevage. La Norvège retournera sur ses marchés traditionnels : l’Union européenne, la Russie et l’Asie. Sources : Chile will reclaim U.S. salmon market (Intrafish) et Chile salmon farmers up production (Intrafish)

Pour une meilleure connaissance des poux du saumon : L’industrie de l’élevage du saumon a besoin de plus de connaissances sur le fait que les poux de mer augmentent. Selon le directeur de la communication de Marine Harvest, les chercheurs peuvent fournir quelques réponses mais il semblerait qu’ils soient incapables d’expliquer pourquoi il y a tant de variations dans les niveaux de poux d’une année sur l’autre. Source : Marine Harvest : more knowledge on lice needed (Intrafish)

Marine Harvest : Marine Harvest propose à ses employés d’acheter des actions de la société en-dessous du prix de marché. Source : Marine Harvest execs buy in (Intrafish)

De grandes opportunités dans l’aquaculture : Un groupe américain de courtage en produits de la mer s’est adressé à des investisseurs lors d’une conférence à Londres. Selon cette société, l’aquaculture est un secteur en pleine expansion et ses nombreux challenges offrent de grandes opportunités pour des solutions innovantes. Source : Feed tops aquaculture innovations (Intrafish)

Espagne : Nouvelle écloserie de soles et de turbots : Une initiative conjointe entre Epic Aqua Cadiz et Fortuna Blue donnera le jour à la construction d’une écloserie de soles et de turbots à Cadiz en Espagne l’année prochaine. Source : Sole, turbot farming gains momentum in Spain (Seafoodsource)

================

Philippines : Des huîtres… en 90 jours ! Comment élever des huîtres en 90 Jours ?

Loin d’être un spécialiste de l’huître, sauf à la déguster, avec du citron en général, de l’échalote parfois, mais toujours accompagnée d’un vin blanc, que ce soit d’un Meurceau ou d’un Corton blanc, voir d’un Chablis plus rarement d’un entre deux mers ou d’un Bordeaux blanc, sans bien entendu oublier les vins d’Alsace. Néanmoins, j’aime l’huître en général, les huîtres en particulier.

Arrivés à Ternate, Province de Cavite, au début de l’année 2000, il nous a été rapidement possible de goûter l’huître locale. Vendue le plus souvent à la ‘’Timba’’, une boîte de conserve d’un litre et demi à deux litres remplie d’huîtres, qui coûte entre 15 et 20 Pesos la boîte, l’huître de Ternate s’exporte sur la capitale Manille (prix courant 2000, à ce jour 40 Pesos au marché). Cette huître n’a rien à voir avec une Belon, c’est une petite huître qui ressemble plus à une Fine de Claire No 5 de Marennes d’Oléron (je ne sais pas si il y a des No 6). Lors de mon premier achat, effectué dans la rue, je ne me suis pas posé de question, après avoir vaguement regardé un ou deux spécimens, j’ai donné mes 15 ou 20 Pesos à la vendeuse qui a transvasé les huîtres de la ‘’Timba’’ dans un sac plastique que j’ai ramené à la maison…..

================

  • 3 octobre 2010

Dunkerque : Foire aux huîtres : nouveau carton plein pour la 25e édition ! (Voix du Nord)

Cela n'étonnera personne : dès son ouverture, vendredi, la 25e édition de la Foire aux huîtres, organisée par la Bouée bleue, a fait carton plein. Bilan dès le midi ? 1 150 places réservées par des représentants d'entreprises sur les 1 154 disponibles ! « Et vendredi soir, ajoute Michel Goedgebeur, président de la Bouée bleue, c'était également "blindé" ! » « Sur la jeune seule journée de vendredi, nous avons ouvert environ 30 000 huîtres, soit 2,5 tonnes », enchaîne Jean-Noël Yvon, chef ostréiculteur et président du Syndicat ostréicole de la Ria d'Etel, qui a participé à vingt-quatre des vingt-cinq éditions de la Foire aux huîtres (il n'a en fait manqué que la première)….

================

Les Pénelècres : un vilain smeule à la foire aux huîtres (La Voix du Nord)

Parler dunkerquois. J'espère que t'as déjà été chercher ta bourriche d'huîtres à la foire aux huîtres ... Je sais, ça fait répétition, mais c'est pour les cadeules qui sauraient pas qu'on trouve des huîtres à la foire aux huîtres. Tu m'diras, à la foire du Trône, on trouve pas d' schitekot'che... Bin moi c'est fait, j'ai été hier et j'suis encore blozebucke. En plus, j'suis tombé sur tous les copains d' carnaval. Y'en a pas unn' qui s' reconnaît sans son clet'che mais comme certains ont un léger accent, t'as un éclair d' Eugénie et tu tombes dans les bras l'un d'l'autre. On dirait la m'tite salle du Kursaal….

================

Huîtres tièdes au chèvre gratiné et épinards crémés (NR)

Le véritable sainte-maure de Touraine se reconnaît à la paille fichée en son cœur.

Le rendez-vous culinaire de ce samedi nous emmène sur la côte. Un petit détour gouleyant par les parcs à huître du littoral charentais.

Cette semaine, le chef Bruno Neveu a imaginé une recette d’huîtres tièdes au chèvre gratiné et aux épinards crémés. Aux fourneaux.

La recette (pour 4 personnes)…..

================

La douce folie de Robert Pendergast (Le Devoir)

Les huîtres de la baie de Colville sont particulièrement goûteuses. Elles sont cultivées en eau claire et ramassées de façon traditionnelle, au râteau. Ses origines ne trompent pas. Le côté irlandais de son père et l'attachement des Acadiens du côté de sa mère font un heureux mélange chez ce gars qui se passionne autant pour son île que pour tout ce qui se rapproche de l'alimentation. Robert Pendergast est de ceux qui ont délibérément quitté l'Île-du-Prince-Édouard durant plusieurs années pour apprendre, comme il ose le dire. De longs séjours à l'étranger ont été nécessaires pour lui permettre d'affiner ses connaissances pour les divers métiers de bouche qu'il ambitionne un jour de réunir dans son île…..

Là comme ailleurs, la ressource en poisson est en perte de vitesse, un problème qui incite les pêcheurs à diversifier leurs activités pour se consacrer désormais aux ressources aquacoles, comme la pêche au homard, la mytiliculture et l'ostréiculture, avec le développement de l'huître locale, la Malpèque....

Il lui arrive fréquemment de revenir au Québec après 11 heures de route pour organiser des «partys» d'huîtres. Ses huîtres, qu'il apporte la plupart du temps avec lui de la baie de Colville, sont particulièrement goûteuses; cultivées en eau claire, elles sont ramassées de façon traditionnelle, au râteau. Grand spécialiste du bivalve, Pendergast explique qu'une huître peut filtrer de 30 à 40 litres d'eau de mer dans une journée pour en retirer le plancton nécessaire à sa maturité.

Pour lui, il ne suffit plus de fournir sur l'île une appellation d'huîtres de Malpèque, il veut fournir des crus pleins de finesse qui sauront capter l'attention des consommateurs. Nous sommes aujourd'hui bien loin de la consommation d'huîtres réservée jadis aux seuls mois comprenant un «r». Désormais, grâce au froid et au transport facile, les huîtres sont consommées toute l'année, mais elles demeurent meilleures à partir de septembre.

À 42 ans, Robert Pendergast rêve du jour où il pourra ouvrir sa boulangerie dans l'Île-du-Prince-Édouard tout en continuant de jouer du violon et de faire ce qu'il sait le mieux faire: saliver. Surtout lorsqu'il raconte son pays, ses coutumes, sa beauté, pour nous faire apprécier ses ressources entre terre et mer.

Recette de la semaine : La chaudrée aux huîtres de Pendergast

- 1 oignon émincé

- 2 gousses d'ail hachées

- 45 g de beurre

- 30 g de farine

- 2 pommes de terre épluchées et coupées en cubes

- 1 blanc de poireau

- 250 ml de vin blanc

- 750 ml de fond de volaille

- 250 ml de crème à cuisson

- 30 ml d'oignons verts hachés

- 20 huîtres de Malpèque

- Poivre et sel au goût

Ouvrir les huîtres et filtrer l'eau des mollusques en la récupérant.

Prendre une casserole à fond épais et faire fondre le beurre. Étuver les poireaux avec les oignons durant 3 à 4 minutes, puis ajouter la farine. Bien mélanger et verser le vin blanc, puis le fond de volaille et l'eau des huîtres. Ajouter les pommes de terre et l'ail haché. Cuire durant 7 minutes et finir avec la crème. Cuire de nouveau 3 à 4 minutes avant d'ajouter les huîtres. Hors du feu, rectifier l'assaisonnement et terminer avec les oignons verts avant de servir.

================

  • 2 octobre 2010

FAO : Premières directives mondiales pour la certification de l'aquaculture

Les premières directives mondiales pour la certification de l'aquaculture, portant notamment sur la santé animale, la sécurité sanitaire des aliments et l'environnement, ont été adoptées, a annoncé vendredi l'Organisation de l'ONU pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO).

Des représentants de plus de 50 pays ont participé à la réunion du sous-comité de la FAO chargé de ces questions, seule instance intergouvernementale chargée du développement de l'aquaculture. Les directives, non contraignantes, qui portent aussi sur les questions socio-économiques concernant les travailleurs du secteur aquicole, seront soumises pour approbation au Comité des pêches lors de sa prochaine session de janvier à Rome, où siège la FAO.

La certification vise à permettre aux consommateurs de savoir si les crevettes qu'ils s'apprêtent à acheter ont été élevées sans causer de dommages à une mangrove côtière, si l'ouvrier aquicole a reçu un salaire équitable, ou si le crustacé est exempt de contamination.

"Ces directives ont pour vocation d'harmoniser le secteur de production vivrière qui connaît la plus forte croissance au monde", indique l'expert d'aquaculture de la FAO, Rohana Subasinghe, cité par le communiqué. "Les produits de l'aquaculture sont échangés sur les marchés internationaux et il est important de veiller à garantir une production responsable et la satisfaction des consommateurs", ajoute-t-il. Les directives ont été adoptées au terme de quatre années de consultations et de débats entre gouvernements, producteurs, transformateurs et négociants.....

================

Blainville se défend dans l'urgence contre la mer (Ouest France)

La grande marée d'octobre débute le 6 octobre. Dans la crainte d'une tempête, Blainville-sur-Mer a entrepris des travaux d'urgence pour protéger le site de la cale. Menés par l'entreprise Eurovia, les travaux se déroulent depuis une dizaine de jours et se poursuivront la semaine prochaine. Ils consistent à compléter l'enrochement du côté droit de la cale, consolider la petite digue devant le restaurant le Grand Herbet et enfin enrocher le côté nord, le plus fragile. Et remonter le niveau du sol avec du sable. Pour Blainville-sur-Mer, la date butoir est clairement identifiée : la grande marée d'octobre, et ses possibles tempêtes. Elle débute mercredi, et culminera samedi 9 avec un coefficient de 111. « Il y a urgence, répète Michel Boivin, maire de Blainville. Pour protéger la cale, les parcs ostréicoles, et pour une raison de sécurité publique. Cet été, j'ai eu des frayeurs avec le glissement de quelques rochers. À côté de la cale, il y a un trou béant de deux mètres. »….

================

Bruno Le Maire a présenté le Programme national de l’alimentation (Agrisalon)

Défini dans la loi de modernisation de l’agriculture, l’ambition du Programme national de l’alimentation est de faciliter l’accès de tous, de manière durable, à une alimentation de qualité, sûre et diversifiée. Il vise aussi à défendre un modèle alimentaire, sur lequel repose un pan entier d.....

Document à télécharger : PNA : Plan National de l’alimentation (MAAP)

================

Saint-Martin-de-Ré : Le rendez-vous sera pérennisé (Sud-Ouest)

1 300 personnes ont dégusté les coquillages. Compte tenu du succès confirmé de la Fête des coquillages de Saint-Martin-de-Ré, dont la deuxième édition s'est déroulée samedi dernier, Guy Mallet, président de l'UPSM (Usagers du port de Saint-Martin), se propose de fixer pour les années à venir la date de cette manifestation d'arrière-saison au dernier samedi de septembre…. Bien en a pris à l'UPSM : en associant à ce rendez-vous automnal l'Association des pêcheurs professionnels, le Syndicat de l'ostréiculture traditionnelle, le YCSM (Yacht-Club de Saint-Martin), l'Association des commerçants martinais et la mairie de Saint-Martin, elle a, par rapport à l'an passé, enregistré une augmentation de 30 % des assiettes servies sur les stands chaud et froid (huîtres, moules, vannets…), soit un total de l'ordre de 1 300 assiettes.

================

L'Huître pédagogique sur tous les fronts (Sud-Ouest)

Dire que l'association l'Huître pédagogique a parfaitement réussi sa participation aux Journées du patrimoine est un doux euphémisme : en deux jours, plus de 400 personnes ont visité l'exposition du port et ont suivi les démonstrations sur le terrain. Quant au total des visiteurs de l'exposition depuis son ouverture, le 11 août, il dépasse les 9 500. Un record dont la dynamique association ne s'enorgueillit pas ; elle le perçoit davantage comme un nouvel encouragement pour aller encore plus loin. Durant ces journées, un hommage particulier a été rendu à Émile Jeanneau, pionnier, au début des années 50, de la rénovation de l'église romane et du renouveau de l'artisanat d'art à Mornac. Janny et Jean-Claude Lebrun, Guillaume Martin, Jean-Marie Chusseau, Raymond Theneau et Roger Cougot, quant à eux, ont animé les démonstrations sur le marais, tandis que Françoise Lagarde assurait les permanences de l'exposition. Pour représenter le patrimoine côtier de Mornac et du Pays de Seudre, l'association l'Huître pédagogique a participé, les 25 et 26 septembre, au sixième festival de Saint-Laurent-de-la-Prée (Festenherbe). Elle ne l'a pas regretté : plus de 400 personnes lui ont rendu visite….

================

La France se tourne vers le saumon sauvage d'Alaska

Selon l’analyste britannique, Callander McDowell, la hausse du prix du saumon d’élevage (en liaison à la chute de production au Chili suite à la maladie ISA), est dramatique pour l’industrie de transformation. La solution pour les transformateurs est d'acheter à un prix beaucoup moins cher du saumon rose du Pacifique issu des pêcheries alaskiennes. Ce qui explique que l’offre en saumon sauvage fumé est de plus en plus importante sur le marché hexagonal. Même le n°1 mondial de l’élevage de saumon, Marine Harvest, propose du saumon sauvage du Pacifique sous la marque Kristen… Pour Callander McDowell, cette situation est durable ; les transformateurs ne reviendront pas en arrière car le saumon sauvage sera toujours moins cher que le saumon d’élevage. L’analyste estime que le sauvage représente la moitié du saumon fumé sur le marché français… Source : Relaksation n° 471

Rappel : La France est le premier consommateur de saumon d'élevage dans le monde (plus de 150.000 tonnes/an)

================

Au Chili, l'industrie du saumon ne renoncera pas

Au Chili, la salmoniculture à partir d’espèces exotiques a généré des réactions en chaîne qui remettent en question le saumon dans ce pays. Cependant, l’industrie du saumon revient à la charge.

Selon les estimations de l'industrie, la production salmonicole s’élevait à près de 650.000 tonnes en 2007 et en 2008. Le Chili était en passe de dépasser la Norvège le premier producteur mondial. Après les mortalités massives dues à la maladie ISA, la production a chuté de moitié. En 2010, la récolte est estimée entre 250.000 et 300.000 tonnes. Sur les 55.000 emplois directs et indirects générés par le secteur, il en reste environ 25.000.

Le gouvernement a adopté des mesures qui aurait du permettre de mieux coordonner le développement de cette activité. Cependant, le milieu des affaires est pressé… La nouvelle loi sur l’aquaculture, contestée par les organisations de la pêche artisanale, laisse le champ libre à toutes les dérives. Par exemple : La « privatisation » des zones aquacoles marines est une mesure phare de la nouvelle législation aquacole ; ce qui permet aux entreprises d’hypothéquer leurs concessions en mer auprès des banques en contrepartie de financement pour la relance de l’activité. Pour plus de détails : Industria salmonera no se da por vencida Tierramerica)

================

  • 1 octobre 2010

Premières huîtres « R » à Vannes (Ouest France)

Sur les stands des écloseries du salon de Vannes, apparaissent les premières triploïdes Résistantes d'Ifremer. Elles tiennent sur le bout du petit doigt. Les huîtres stériles, dites résistantes, élaborées par Ifremer et les écloseurs, ont fait leur apparition au salon de l'ostréiculture de Vannes. Le chiffre d'un milliard de naissains avait été annoncé. « Nous n'atteindrons sans doute pas ce chiffre », indique le Vendéen Stéphane Angéri, directeur de Vendée Naissain. « Chez France Naissain, nous allons en produire 250 millions. Au total, les écloseries devraient fournir entre 800 et 900 millions. » Les naissains sont commercialisés sous deux tailles. La T4, la plus minuscule et la T6. La première est vendue 6 € les mille. « C'est un prix unique national. Pour les T6, chaque écloserie fixe….

==============

Dunkerque : Les ostréiculteurs en grande difficulté (Voix du Nord)

Cette crise aura bien sûr des conséquences pour les consommateurs : « La production nationale sera en recul de 30 % d'ici à Noël ; les prévisions sont de - 60 à - 70 % pour 2011 », compte Jean-Noël Yvon ; les prix s'en ressentiront forcément. Mais la situation est avant tout dramatique pour les ostréiculteurs : « Au moins un tiers des entreprises va fermer en 2011 faute de stocks, et au moins autant les années suivantes. Cette année, on a perdu la moitié des emplois à temps plein et 80 % des emplois à temps partiel. On prévoit la même chose l'an prochain », annonce l'ostréiculteur. Des chiffres qui donnent une idée de l'ampleur de la crise.

Les chercheurs sont au travail pour trouver un remède à la prolifération du virus, « qui existe depuis trente ans mais qui ne se manifestait que de temps en temps », rappelle le professionnel. Un virus qui s'est épanoui quand l'homme a voulu jouer à l'apprenti sorcier. Sous la pression d'une partie de la profession, qui a voulu réduire les délais de production des huîtres, les scientifiques ont créé de nouvelles espèces, « des organismes génétiquement maltraités », lance Jean-Noël Yvon, et de nouvelles formes de reproduction. S'en est suivie une surproduction, avec une densité dans laquelle la maladie s'est répandue et a muté. Dès 1997, en tant que représentant régional de la profession, Jean-Noël Yvon avait fait part de ses craintes face à ces évolutions : « Aujourd'hui, nous avons le retour de bâton », constate-t-il, amer….

==============

Les entreprises ostréicoles mettent la clé sous la porte... Une écloserie de naissains d’huître ouvre ses portes…. Novostrea s’ajoute à Vendée Naissain, Satmar, France turbot, Sodabo, Grainocean,…

Sarzeau : Feu vert pour le projet d'écloserie-nurserie d'huîtres à Banastère (Ouest-France)

Novostréa Bretagne projette d'implanter, à l'entrée de Banastère, en lieu et place de la ferme marine, une écloserie-nurserie d'huîtres creuses. Ce projet, après'une enquête publique au printemps, a reçu un avis favorable du commissaire enquêteur. Un avis suivi par le préfet. Si, pour l'heure, le dossier n'a pas beaucoup avancé depuis l'obtention des autorisations réglementaires, chez Novostréa on affirme que le projet est toujours d'actualité. Sans qu'aucun calendrier ne soit pour l'heure clairement couché sur le papier. « On a mis trois ans avant d'aboutir, on n'est plus à trois mois près », estime l'un des responsables de la société.

Réticence des ostréiculteurs - Cette écloserie-nurserie aura une capacité de production moyenne de 9 000 kg de naissains par an. Elle se développera sur un terrain d'environ 9 700 m 2. Le site accueillera deux activités. Tout d'abord l'écloserie qui consiste à assurer la reproduction de l'huître et les six premières semaines d'élevage. Et la nurserie qui a pour objectif d'élever les huîtres jusqu'à la taille de 8 à 9 mm, soit environ deux à trois semaines d'élevage.....

=================

Les ostréiculteurs normands veulent des aides.... Pas les leucatois qui veulent du naissain à tout prix jusqu'à en chercher en Argentine ? (pays où à ma connaissance il n'y a que des huîtres plates sauvages !)

Proposition : Pourquoi les leucatois qui ont la chance d'être peu nombre et de pouvoir travailler en vase clos dans leur étang, n'essaient-ils pas le télécaptage plutôt que d'espérer en une huître résistante hypothétique issue de l'étranger qui leur apportera de tout manière des imprévus comme en son temps les huîtres du plan Résur des années 1970 ?

Leucate : Les ostréiculteurs veulent "des naissains, pas de l'aide" (L’Indépendant)

Réunis en assemblée générale extraordinaire mercredi soir, les ostréiculteurs de Leucate ont une nouvelle fois souligné l'urgence de leur situation. Les naissains en baisse, l'huître sera plus rare... Il est urgent de ne pas attendre, c'est le message délivré par Ange Gras au nom de la profession ostréicole du bassin leucatois. En proie à une forte mortalité des jeunes huîtres, ces jardiniers de la mer savent que des solutions existent, mais qu'elles ne peuvent pas être appliquées rapidement, protocole sanitaire oblige. "Nous n'avons pas trop d'espoir de sortir du tunnel", s'exclame Ange Gras, qui résume la requête des ostréiculteurs en un seul mot : naissains ! "Nous ne voulons pas d'aide ! Nous souhaitons simplement qu'on nous donne des naissains, la matière première qui nous permet de produire les huîtres. Et c'est clair, nous ne pouvons pas patienter pendant deux ans", dit-il. D epuis trois ans, la profession perd chaque été 40 à 50 % des jeunes huîtres, à cause d'un virus, le OSHV.1 de type herpès (1). Même en diversifiant les naissains et en privilégiant les "bébés" venus de l'Océan (Marennes Oléron et bassin d'Arcachon), le mal n'est pas endigué.

Solutions lointaines - Dès lors, les ostréiculteurs regardent plus loin : "Il existe des huîtres R, plus résistantes, mais les écloseries n'en fournissent qu'au compte-gouttes, de l'ordre de 23 000 huîtres par table de production, une table contenant 100 000 huîtres... Nous allons donc demander la possibilité de se fournir en naissains auprès du Japon, du Canada. Nous avons aussi des contacts avec l'Argentine. Leurs naissains sont apparemment plus résistants face au virus. Problème : ces pays ne sont pas dans l'Europe...

Mortalité des huîtres : les professionnels ripostent (La Manche Libre)

Tenues à Blainville-sur-Mer mercredi 15 septembre, les Assises régionales de la conchyliculture ont été réunies afin de faire le point sur le phénomène de mortalités des huîtres creuses que subit la profession depuis plusieurs années. Dans l'immédiat, les ostréiculteurs ont demandé à bénéficier d'aides, de façon à passer le cap des trois prochaines années à l'issue desquelles ils disposeront à nouveau d'huîtres commercialisables.

Elargir la clientèle - De préférence à celles accordées aujourd’hui dans le cadre des calamités agricoles, ils souhaitent des aides à la fois cumulatives et souples, notamment pour l’achat de naissains. Face aux mortalités.... Commercialement, les ostréiculteurs sont incités à ne pas trop élever leurs prix, même si, en raison de la pénurie due aux mortalités, ceux-ci augmentent mécaniquement. En effet, la concurrence est rude sur le marché des produits festifs. Dans ce même ordre d’idées, il a été suggéré de nouveaux modes de commercialisation, avec des quantités réduites. Mais surtout, il est ressorti que les professionnels doivent absolument s’attacher à élargir leur clientèle traditionnelle qui a tendance à vieillir. D’où la nécessité de s’intéresser à une clientèle jeune, en améliorant l’image de l’huître.

================

Le marché des huîtres en France, ce n’est pas rien. Près d’1 milliard de dollars US ! La chute de la production ostréicole dans l’hexagone attise les convoitises. Après les mexicains et les vietnamiens (voir articles des semaines passées), les tunisiens ne se mettraient-ils sur les rangs des exportateurs d’huîtres du Pacifique avec l’aide des coréens ?

Tunisie: Bizerte - Partenariat - Démarrage de l'élevage des huîtres (Allafrica)

L'Institut supérieur de pêche et d'aquaculture de Bizerte a abrité récemment une importante réunion consacrée à l'expérience initiée par cet établissement, à savoir le transfert technologique dans le domaine de la conchyliculture. Entamé dans le cadre de la coopération internationale entre la Tunisie et la Corée du Sud, ce projet est financé par le ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche et l'Agence coréenne de coopération internationale. Son objectif est de produire des naissains d'huîtres creuses en écloserie, de mener des essais des techniques et de production sur filières en mer ouverte mais également d'exploiter les techniques avancées dans ce domaine et enfin assister et encourager les promoteurs opérant dans ce secteur…..

==============

  • 30 septembre 2010

Bassin d'Arcachon : Les ostréiculteurs privés de crevettes et de bulots (Sud-Ouest)

Leur vente ne sera plus autorisée lors des dégustations ostréicoles.

Les ostréiculteurs qui exploitent des cabanes de dégustation ne pourront plus commercialiser de bulots et de crevettes l'année prochaine. « L'expérience ne sera pas reconduite », a affirmé, hier matin, Dominique Schmitt, préfet de la région Aquitaine. Les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon peuvent traditionnellement vendre des huîtres, du pâté et du vin blanc. Compte tenu des difficultés rencontrées par la profession, le préfet les avait autorisés cet été à rajouter à leur carte des bulots et des crevettes, tout en souhaitant que cette mesure exceptionnelle ne crée pas de concurrence déloyale avec les restaurateurs. Le bilan dressé à la fin de l'été tendrait à prouver que son souhait n'a pas été exaucé. « Il y a eu 90 % d'abus. C'est une concurrence déloyale inacceptable », a souligné le préfet qui est décidé à « revoir le dispositif ».

Contrôles en série - Les abus constatés par les services chargés du contrôle - les services vétérinaires de la DDPP (Direction départementale de la protection de la personne) - concernent à peu près tous les secteurs : l'hygiène, l'emploi et les produits proposés. « On a vu des gens qui vendaient des poissons grillés et du champagne. Ce qui n'était pas du tout prévu. On a aussi constaté….

==============

USA : Les ostréiculteurs d’huîtres du Pacifique, victimes de l’acidification des océans ?

Voir la vidéo de l’AFP: Réchauffement climatique: les huîtres du Pacifique menacées

A cause de la marée noire, les fruits de mer du Golfe de Mexico ne sont plus consommables. Pour s'approvisionner en huîtres, les restaurateurs cherchent donc ailleurs, notamment dans le nord-ouest du pays. Mais les ostréiculteurs de cette région peinent à satisfaire les demandes, car leur production se fait de plus en plus rare à cause de l'acidification de l'océan. Un bouleversement de la qualité de l'eau que les scientifiques attribuent au changement climatique. Durée: 02:08. Voir le film sur Dailymotion

Toujours sur le même sujet....

Le naissain d'huîtres en danger avec le changement climatique ?

Alors que l’ostréiculture française s’interroge actuellement sur les causes de la mortalité des jeunes huîtres, une étude récente publiée dans PloS One montre que l’acidification des océans mettrait en péril certaines larves d’huître.

La surpêche et les maladies ont décimé de nombreuses populations dans les estuaires et les écosystèmes côtiers. Une équipe de chercheurs dirigée par Whitman Miller scientifique dans le Maryland (USA), a découvert une nouvelle menace pour les coquillages filtreurs, il s’agit de l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique qui contribue à l'acidification des océans, mais aussi des eaux en zones côtières et estuariennes..... Suite....

L'océan s'acidifie plus rapidement que jamais (BE)

Du 27 au 30 septembre a eu lieu la première conférence sur l'acidification croissante des océans au centre de conférence de Bremerhaven (Nord-Ouest). L'évènement est organisé par l'Institut allemand Alfred Wegener de recherche polaire et marine (AWI), qui recevra plus de 200 scientifiques de toute l'Europe. Ainsi, l'acidification des océans sera pendant quatre jours au coeur des discussions des experts européens. Les gaz à effets de serre conduisent non seulement vers un réchauffement global du climat et des mers mais de plus en plus vers une acidification des océans. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire que les océans s'acidifient, mais ce qui est préoccupant selon les scientifiques, c'est que, cette fois-ci, cela se passe bien plus rapidement qu'à l'accoutumée. Par conséquent, non seulement le pH, mais également la saturation en carbonate des océans diminue. Les scientifiques étudieront et débattront plus en profondeur ces bouleversements au cours de la conférence.

Les derniers résultats sur ce thème seront présentés la semaine prochaine au cours de la première conférence commune des trois grands projets: EPOCA (European Project on Ocean Acidification), BIOACID (Biological Impacts of Ocean ACIDification) et UKOARP (UK Ocean Acidification Research Program)......

================

Salon de la Conchyliculture - Vannes, 29 et 30 septembre 2010

26e Salon national de la conchyliculture et des cultures marines

Atelier 1 – Les schémas des structures

Le décret de 83 modifié en octobre 2009, portant sur le régime des concessions de cultures marines, renforce le rôle et la place du schéma des structures. Il devient un réel outil de gestion du domaine public maritime au service de toute la profession et plus particulièrement comme référence absolue de la commission des cultures marines. A l’heure où la profession doit revoir et actualiser ses différents schémas de structures, il apparaît opportun de présenter le cadre réglementaire, les enjeux pour la profession (au plan collectif et individuel) et la méthode d'élaboration des schémas des structures…

Atelier 3 – Les conséquences de la crise ostréicole, le pilotage des entreprises

Suite aux mortalités de juvéniles d’huîtres creuses depuis 2008, d’une situation de crise conjoncturelle nous passons à une crise structurelle qui fragilise durablement les entreprises. Ainsi, au-delà de l’indemnisation des pertes, différents dispositifs nationaux et régionaux sont mis en place pour accompagner les entreprises. Dans ce contexte, Nautil interviendra sur les moyens et les méthodes pour définir une stratégie et sur comment gérer l’entreprise en cas de crise structurelle et Entreprises et Développement présentera les grandes lignes du dispositif emploi-formation mis en place à l’échelle régionale ainsi que le calendrier des réunions locales à destination des professionnels et de leurs conseils.

================

Là où le parc d'Iroise mettra son grain de sel (Ouest France)

À terre, en mer, cette nouvelle assemblée entend être consultée pour les futures activités ayant un impact sur l'environnement. Elle a voté son plan de gestion. Une première en France.

Un « parlement de la mer » - Le parc naturel marin d'Iroise a trois ans. Pas facile de mettre d'accord une quarantaine de représentants (État, pêche professionnelle et de loisirs, associations de protection de l'environnement, université, élus locaux et insulaires...) pour gérer un espace maritime de 3 500 km2 jusqu'alors aux mains de l'État, seul décideur. Ce « parlement de la mer » mené par Pierre Maille, a fini par voter (sauf trois abstentions) un plan de gestion, hier, au siège du Conquet. Ce sont les grands objectifs pour 15 ans, concernant la préservation de la ressource, la pêche, le patrimoine, le tourisme au départ des îles... Une première en France. Un exemple pour les futurs parcs marins. A noter toutefois l'absence des élus de Molène et Ouessant. Reste à définir les plans d'actions annuels, plus concrets.

Avis sur les extensions d'élevage - Plusieurs activités soumises à autorisation devront désormais recueillir l'avis conforme du parc. La pêche d'abord, lors de l'utilisation de nouveaux engins, de chalutage dans les trois milles ou de hausse du nombre de licences. Les extractions de sable et les travaux de dragage également. À terre sont visées les grosses stations d'épuration ou extensions d'élevages. En cas d'avis négatif du parc, « l'État ne peut passer outre », explique Pierre Maille….

==============

Dunkerque : Dix tonnes d'huîtres débarquent pour le plaisir des gourmets (Le Phare dunkerquois)

25e Foire aux huîtres les 1er, 2 et 3 octobre - Les huîtres arriveront directement de Locoal Mendon, une bourgade huîtrière située dans le ria d'Étel dans le département du Morbihan.

La veille, les huîtres seront encore à filtrer l'eau tantôt douce, tantôt saumâtre de la rivière d'Étel, ce petit fleuve côtier du Morbihan qui coule dans la ria, une vallée profonde envahie par la mer à marée montante. Ce qui leur donne leur goût et leur saveur si particuliers... Après quelques heures de route, les 10 tonnes d'huîtres prendront leur quartier à Dunkerque, quai Freycinet 1 pour une nouvelle édition de cette 25e Foire aux huîtres organisée par la Bouée Bleue. Une association qui soufflera son quart de siècle au service des palets des gourmets dunkerquois, mais aussi de la bonne cause.

==============

Un pisciculteur inquiet de la ressource en eau (Est Eclair)

Bachelier père et fils sur leur site de Trouans consacré essentiellement à la truite. La ressource en eau est un bien commun partagé. Si elle manque, c'est toute une économie qui est touchée et pas seulement l'agriculture…..

Une ressource à partager - Patrick Bachelier jure n'avoir aucune animosité contre les agriculteurs ni contre les irriguants. Il avoue : « J'ai encore assez de copains dans le monde paysan pour que l'on ne me fasse pas un mauvais procès. Mais moi aussi, j'en vis de l'eau et j'aimerais bien que l'on prenne aussi en compte les besoins des pisciculteurs. » Selon Patrick Bachelier, la Barbuise n'a jamais été asséchée de mémoire d'homme. « En 2002 en raison des incertitudes pour mener à bien notre pisciculture du moulin de Voué, j'ai revendu le domaine parce qu'il n'y avait plus d'eau et cela m'a coûté de l'argent. Je veux bien croire que les précipitations ces dernières années n'ont pas rechargé les nappes mais je pense que sur l'année, le cumul des précipitations doit être sensiblement le même. En 1976, année de sécheresse, la Lhuitrelle a toujours coulé sans jamais s'assécher. Aujourd'hui, sur l'ensemble du réseau fluvial de l'Aube, dès qu'il fait un peu sec, l'eau semble s'évaporer des cours d'eau. Il y a un vrai problème et il faudra bien un jour travailler tous de concert pour trouver des solutions viables et à long terme. Moi, l'eau, j'en ai besoin pour mon entreprise et ce n'est pas normal que l'on continue à faire des forages alors que l'on est arrivé à une situation critique. »

Une situation qui amène les pisciculteurs à répartir davantage leur élevage pour éviter les mortalités.

==============

Plus de 5 milliards d'euros pour l'Agriculture et la Pêche (Le Figaro)

Enseignement, aides à l'installation et compétitivité des filières, voici les gros postes de ce budget 2011 en hausse de 1,8%. Même si les deux tiers du budget agricole de la France se décide à Bruxelles, c'est l'une des spécificités de ce ministère, il n'empêche que l'enveloppe allouée cette année par Paris à l'Agriculture s'élève 5,266 milliards d'euros, soit une hausse de 1,8% par rapport à 2010. «Cette augmentation de crédits, témoigne de la priorité donnée par le gouvernement aux secteurs de l'agriculture et de la pêche, souligne le ministre de tutelle, Bruno Le Maire. Les dotations prévues dans le budget 2011 permettront d'une part, de renforcer la compétitivité de ces secteurs et d'autre part, de contribuer à l'assainissement des finances publiques », poursuit-il….

Les forêts seront dotées quant à elles de 371 millions d'euros, soit une hausse de près de 10%. Une enveloppe de 84 millions d'euros est destinée au nettoyage et reboisement des parcelles touchées en 2009 par la tempête Klaus.

Le parent pauvre de ce budget : la pêche. Les crédits dévolus aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture sont certes en hausse de plus de 10% mais ne s'élèvent qu'à 66 millions d'euros.

==============

L’aquaculture bio tenait aussi ses assises…

Les Assises de l’agriculture biologique se sont tenues le 28 septembre 2010. L’Agence bio y a présenté la situation en France notamment celle de l’aquaculture biologique. En 2009, on dénombrait 39 aquaculteurs bio en France.

Le cahier des charges français fixant les règles de production et de transformation des espèces aquacoles, publié en août 2000, a été remplacé par un règlement européen sur l’aquaculture biologique entré en application le 1er juillet 2010.

Ce nouveau règlement d’application précise les règles détaillées pour la production bio de poissons, d'algues marines et de crustacés.

On comptait en 2009 :

- 29 pisciculteurs certifiés bio, un chiffre qui a plus que doublé par rapport à 2008,

- 7 producteurs de crevettes biologiques (dont 6 en Charente-Maritime)

- 3 producteurs d’algues biologiques (tous en Bretagne)

La liste des espèces certifiées bio s’estélargie au fil des années : les pisciculteurs biologiques produisent désormais des truites, des saumons, des bars, des daurades, des ombres et des carpes.

Pour plus de détails cliquer Ici

Dossier de presse : 7ème Baromètre Consommation et perception des produits biologiques Agence BIO / Produits Bio : Les français confirment leur intérêt et le professionnels renforcent leurs actions

Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France - Rapport

n°0901164 – Edition 2009 – Agence Bio / CSA

Le Bio décolle en France (Jdle)

Le CA 2009 de l'agriculture bio française a été de 3 milliards d'euros.

Déjà notable en 2009, l’augmentation du nombre d’exploitations bio en France s’amplifie en 2010, selon les derniers chiffres présentés ce matin 29 septembre par l’Agence Bio. La consommation et l’importation sont également en hausse. Le ministre de l’agriculture a annoncé hier un renfort de 6 millions € pour les aides à la conversion en 2010.....

Interrogation de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) sur l’aquaculture biologique : Le développement de l’aquaculture biologique passe par le respect des principes généraux qui régisse

Aquaculture biologique - Quelque soit l’espèce élevée ou cultivée suivant le mode de production biologique, son référentiel de production doit être cohérent avec les principes généraux de notre mode de production, tels qu’énoncés par IFOAM (organisation international du bio dans le monde). Quels sont-ils, et comment l’aquaculture biologique peut-elle s’y conformer, pour un développement harmonieux, et harmonisé sur l’ensemble du territoire européen ?

La Fédération Nationale d’Agriculture Biologique des régions de France, créée en 1978, représente quelques 70% des producteurs biologiques, au travers des Groupements régionaux qui la constituent. Se définissant comme un « syndicat de développement », elle porte la parole des producteurs biologiques, favorise les partages d’expériences, et coordonne les actions menées en régions pour développer la production. Adhérente d’IFOAM, l’internationale des organisations bio, elle est membre de l’exécutif de sa branche européenne. Elle a initiée en 2001 un réseau informel de producteurs bio européens (ENOFO ) qui se veut à terme la parole des producteurs au sein d’IFOAM et une possibilité, là encore d’échanges de savoirs et savoirs-faire. Elle est également membre fondateur de l’Association des adhérents français d’IFOAM (AsAFI), qui permet à l’ensemble de la profession biologique française de parler d’une seule voix au niveau européen chaque fois que possible. Enfin, la FNAB a organisé, en novembre 2003, un séminaire de pisciculteurs bio européens, sur les possibilités de construire un référentiel commun pour l’aquaculture biologique.

Quelque soit l’espèce élevée ou cultivée suivant le mode de production biologique, son référentiel de production doit être cohérent avec les principes généraux de notre mode de production, tels qu’énoncés par IFOAM. Quels sont-ils, et comment l’aquaculture biologique peut-elle s’y conformer, pour un développement harmonieux, et harmonisé sur l’ensemble du territoire européen ?....

==============

La renaissance d'une embarcation disparue (Sud-Ouest)

Patrimoine - Francis Dudon a entrepris de construire un chaland-ponton comme au temps des parcs à huîtres impériaux. Une manière de réhabiliter un savoir-faire traditionnel. Alain Daugès, Jean-Charles Suzeau et Francis Dudon près de l'ossature du fond, visible sur la digue ouest du port ostréicole de La Teste.

Qu'est ce qu'un chaland-ponton ? Il est bien délicat de répondre car ce genre de bateau a disparu mais Francis Dudon a décidé d'en reconstruire un. Un chaland-ponton est une habitation flottante qui a été construite et utilisée sous le Second Empire pour surveiller les parcs à huîtres impériaux. Ces chalands habitables permettaient de vivre et travailler à proximité des parcs. Reconstruire un tel ponton est pour Francis Dudon « une façon de conserver le patrimoine professionnel et culturel sur La Teste. C'est aussi sauvegarder les savoir-faire maritimes traditionnels, héritage de la fin du XIXe siècle. Il sera un témoignage pour les jeunes générations. » Détruit dans les années 50….

==============

  • 29 septembre 2010

Plus de 5 milliards d'euros pour l'Agriculture et la Pêche (Le Figaro)

Enseignement, aides à l'installation et compétitivité des filières, voici les gros postes de ce budget 2011 en hausse de 1,8%. Même si les deux tiers du budget agricole de la France se décide à Bruxelles, c'est l'une des spécificités de ce ministère, il n'empêche que l'enveloppe allouée cette année par Paris à l'Agriculture s'élève 5,266 milliards d'euros, soit une hausse de 1,8% par rapport à 2010. «Cette augmentation de crédits, témoigne de la priorité donnée par le gouvernement aux secteurs de l'agriculture et de la pêche, souligne le ministre de tutelle, Bruno Le Maire. Les dotations prévues dans le budget 2011 permettront d'une part, de renforcer la compétitivité de ces secteurs et d'autre part, de contribuer à l'assainissement des finances publiques », poursuit-il….

Les forêts seront dotées quant à elles de 371 millions d'euros, soit une hausse de près de 10%. Une enveloppe de 84 millions d'euros est destinée au nettoyage et reboisement des parcelles touchées en 2009 par la tempête Klaus.

Le parent pauvre de ce budget : la pêche. Les crédits dévolus aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture sont certes en hausse de plus de 10% mais ne s'élèvent qu'à 66 millions d'euros.

==============

A voir cette émission TV sur la mortalité des huîtres : La voix est libre Basse Normandie du 18 septembre 2010

Présents : Joseph Costard (Président SRC Normandie-Mer du Nord), Gérard Lafosse (Association des jeunes ostréiculteurs), Laurent Courcol (Direction des gens de mer), Nathalie Cochennec-Laureau (Ifremer), Erick Beaufils (Maire de Gouville/mer, Vice-Président du CG Manche)….

Voir en ligne : la voix est libre (Normandie)

Plusieurs commentaires sur le Forum Ostrea :

1 - 28 septembre 2010 22:25

Il est intéressant de regarder cette émission avec à l’esprit de découvrir le mal des huîtres. Vous pourrez vous rendre compte qu’on ne parle que d’hypothèse et aucune certitude n’est annoncée…. Encore plus étonnant alors qu’on ne connaît pas l’origine des mortalités on incombe la faute des mortalités aux pratiques de cultures des ostréiculteurs.

Encore plus paradoxal le plan de réensemencement a été mis en place sans aucun test.

De mon avis tout le temps que personne à la tête de la profession ne sera capable d’empêcher de faire accuser l’ostréiculteur de son malheur et de taper du point sur la table pour réclamer des résultats fermes et définitifs on tournera en rond jusqu’à notre fin.

Le dernier mot de l’émission résume bien la situation : PAS DE CONFLIT !!!!!!

2- Vente ou achat de naissain 29 septembre 2010 07:54

la faute à qui si la profession est divisée ? Et qui met en cause les pratiques cultural ?

3- Vente ou achat de naissain 29 septembre 2010 08:31

Ce système est quand même super bien foutu : On instaure un système ou l’on place quelques personnes avides de fonctions honorifiques qui se partagent le pouvoir avec certains qui n’ont comme objectifs que de defendre leurs petits intérêts lors des commissions de cultures marines pour l’exemple. Pendant ce temps la ,l’ostréiculteur moyen gueule après ses "représentants"(pas trop fort ,il est quand même énormément pétochard) et au final tout se passe bien,pas une vague à l’horizon. On met en place des assises qui vont les occuper et le tour est joué. Pas de bruit ,pas de fumée tout ira bien dans le monde fantastique de oui oui.....

3- Vente ou achat de naissain 25 septembre 2010 16:28

je cite madame cochenec d’ifremer

"le virus est apparu en 1991" juste quelle oublie à chaque fois de preciser que c’etait en écloserie"satmar" et seulement dans le milieu naturel en 1995 ...

elle dit également que "la mortalité a explosée en 2008 car il y avait surproduction " là pour le coup c’était vrai !! triplo à gogo en veut tu en voilà .... mais comme dit un scientifique d’ifremer " pourquoi les triplos meurent depuis 2008" ou à demi mot

"pourquoi les triplos meurent depuis qu’ifremer à mis au point en 2007 ( pour la production de triploide 2008) sa nouvelle formule pour faire des tétraploides sans avoir validé cette nouvelle méthode avant de l’appliquer à l’échelle d’un territoire comme la france ????

pour ma part ifremer va devoir s’expliqué un peu plus clairement sur la situation dramatique dans laquelle il nous ont balancé.

===============

  • 28 septembre 2010

Etang de Leucate. La surmortalité des huîtres va engendrer une hausse des prix (L’Indépendant)

Assemblée générale extraordinaire et déclaration de sinistre. Les professionnels de l'étang de Leucate tentent de réagir face à la crise sans précédent qui les frappe. Depuis 3 ans, ils perdent chaque été de 40 à 50 % des jeunes huîtres.....

Narbonne. Pas de rémission pour les naissains d'huîtres. Cet été, comme c'est le cas depuis trois années consécutives, les jeunes huîtres ont subi une surmortalité importante avec une perte de 40 à 50 % des naissances de l'année. Ange Gras, le président du syndicat des conchyliculteurs, s'y attendait comme tous ses collègues, professionnels de l'étang de Leucate qui subissent une crise très forte. "La situation est de plus en plus critique et les stocks ne cessent de diminuer", explique-t-il sans pouvoir apporter aucune solution jusqu'à présent. Maladie incurable…..

Selon le président du Comité régional de la conchyliculture "on a la solution de sortie de crise", mais le retour à des stocks normaux n'interviendra pas avant 2016 voire 2017. La sous-production des huîtres affectera le marché au moins jusqu'en 2013. Les conchyliculteurs attendent beaucoup du Japon avec l'arrivée de nouveaux naissains qui ne subiraient pas cette mortalité. "On a eu une réponse positive concernant le protocole mis en place par l'Ifremer et la Direction générale de l'Alimentation. Maintenant, on attend les échantillons japonais pour que l'Ifremer réalise des études. Il y en a bien encore pour deux ans", estime Ange Gras. Il faudra dès lors attendre que ces nouveaux naissains arrivent à maturité (3 ans) pour être commercialisé, mais tous les professionnels ne parviendront pas à passer ce cap très difficile économiquement…..

==============

Des huîtres aux poissons panés : L’envolée des prix sur les marchés

15% - 20, 25% -15% et 35%.... Qui dit mieux ?

Findus France qui fustige la raréfaction des ressources halieutiques, annonce 15% de hausse sur le tarif de ses poissons panés au début de l’année 2011. D’ici les fêtes, le prix des huîtres devrait augmenter de 15% selon le Comité national de la conchyliculture (CNC), plutôt de 20 à 35% selon le Comité de survie de l’ostréiculture (CSO)….

Rachita Dati, ancienne Garde des sceaux, est passée par le journal de Canal+….Suite…

==============

Charente-Maritime : Le Parc marin fait débat (Sud-Ouest)

La conférence-débat, proposée par l'association Vivre à Breuillet, que préside Alain Bertin, a rassemblé, vendredi dernier, environ 70 personnes. François Colas, chef de la Mission d'études pour la création du Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et des pertuis charentais, et François Patsouris, en charge de ce dossier à l'ARA, ont présenté ce qui deviendrait l'un des dix parcs naturels marins français. Après une large concertation, le rapport de synthèse de cette mission d'étude devra détailler les trois enjeux concernant les écosystèmes, le patrimoine naturel et culturel et les usages ; c'est-à-dire toutes les activités liées au milieu marin : pêche, ostréiculture, nautisme, activités portuaires, professionnelles ou de loisir, sans oublier le tourisme. Le périmètre de la Gironde à la Côte vendéenne devrait concerner la zone maritime où s'étend le panache du fleuve. M. Colas a rappelé les différentes étapes à venir en annonçant que le décret de création du PNM pourrait paraître fin 2011…..

==============

Plaisance : « Nous respectons le Bassin » (Sud-Ouest)

L'Union des Navigateurs 33, représentée par Mireille Denéchaud, réagit vivement quant à l'évocation de « surfréquentation » du Bassin et les maux dont on accuse les plaisanciers. Lors de la rencontre organisée par la Section régionale conchylicole, les élus et les représentants de l'État à la cabane tchanquée (lire « Sud Ouest » du 15 septembre) étaient évoqués les problèmes de qualité des eaux du Bassin, notamment la présence d'hydrocarbures, de pesticides et d'herbicides comme l'Irgarol, présent dans les peintures antifouling.

À la lecture de ces données, le sang de Mireille Denéchaud, représentant les plaisanciers au sein de l'Union des navigateurs (UNAN33) n'a fait qu'un tour : « C'est extrêmement choquant, on prend pour cible, une nouvelle fois, les plaisanciers, dit-elle. Il nous faut dénoncer les attaques et les accusations. Je souhaite que les actions conduites par les industriels du nautisme et l'esprit ouvert et réceptif des navigateurs, afin de s'intégrer au mieux dans le milieu marin, soient mieux comprises. »…

Quant aux « dangers de navigation, ils résultent des parcs abandonnés. La SRC assume ses responsabilités et oblige tout ostréiculteur à entretenir, délimiter et nettoyer la part du Domaine public maritime (DPM) qu'il possède en concession, mais nous regrettons l'effet limité de ces actions si l'on en juge par le nombre de parcs non entretenus et les ferrailles qui s'y hérissent et provoquent des accidents matériels et humains. Certes, le problème est plus difficile à résoudre, en effet, lorsque le concessionnaire n'est pas identifiable. C'est le cas de nombreux parcs abandonnés dans diverses parties du Bassin, avec tables et pochons, dont pour certains, les ferrailles apparaissent et réapparaissent au gré des mouvements des sables. »…

==============

Paludier, métier solidaire (Presse Ocean)

Ces Guérandais écrivent une page du développement durable, que raconteront peut-être les ingénieurs Guinéens. « On a commencé notre métier au Bénin », commence Alain Courtel. Le paludier d'Assérac se replonge 20 ans plus tôt, quand son voyage découverte s'est transformé « en parcours initiatique ». Dans les années 90, lui et d'autres amis paludiers entreprennent alors de convertir des femmes béninoises (en charge de la récolte) à la saliculture solaire des marais guérandais. Une alternative plus respectueuse de l'environnement ; la technique traditionnelle béninoise nécessitant de brûler la saumure avec du bois issu de la Mangrove, forêt menacée par la déforestation. Bénin puis Guinée….

==============

Offre d'emploi : Chargé de mission aquaculture, pêche agriculture à Saint-Pierre-et-Miquelon HF (Agrojob)

Contrat : CDD Temps Complet / Rémunération : 30 à 35K euros / Etude : Bac +5 et plus / Expérience : 1 à 5 ans (débutant)

Description du poste : Placé sous la responsabilité hiérarchique du directeur de l'Association de Recherche et Développement pour l'Aquaculture (ARDA), ce cadre contribuera au développement d'une filière aquacole dynamique sur l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon. Le chargé de mission collaborera étroitement avec l'entreprise Aquafutur dans ses démarches de recherche et développement sur l'embouche de morue sauvage (Gadus Morhua). Il sera également amené à assister l'ingénieur conchylicole dans le suivi du projet mytilicole (élevage de Mytilus edulis en culture suspendue), Ferme Aquacole du Nord. Il facilitera la collaboration entre les différents acteurs locaux (ARDA, Aquafutur, IFREMER, Etat, Conseil Territorial, ...) et régionaux (Canada). Ce cadre devra appliquer les actions définies dans le programme sectoriel aquacole 2010-2012 sous la supervision de l'IFREMER……

==============

Foire aux huîtres de Dunkerque ce week-end : des coquillages par douzaines (Voix du Nord)

Les amateurs d'iode et de convivialité ont depuis longtemps noté le rendez-vous sur leur agenda : la Foire aux huîtres de Dunkerque se déroulera vendredi, samedi et dimanche. Pour cette 25e édition, les ostréiculteurs de la ria d'Etel, dans le Morbihan, viendront encore chargés d'une bonne dizaine de tonnes de coquillages. En un quart de siècle, plus de 160 tonnes d'huîtres ont déjà trouvé preneurs sous le chapiteau dressé le long des quais, en Citadelle à Dunkerque. Malgré les lourdes difficultés rencontrées par la profession, confrontée depuis deux ans à une mortalité massive des naissains, les ostréiculteurs bretons seront fidèles au rendez-vous. Avec une production artisanale toujours de qualité, en rien entravée par le virus qui touche les bébés huîtres, totalement inoffensif pour l'homme et qui, paradoxalement, permet aux survivantes de s'épanouir avec plus de vigueur encore. Seule conséquence pour le consommateur : des prix un peu revus à la hausse, mais que la Bouée bleue, association organisatrice de la Foire aux huîtres, entend maintenir accessibles, avec un plateau à moins de 15 E….

==============

Les Bars à Huîtres se repositionnent (L’Hotellerie)

Paris En juillet dernier, Gary Dorr, fils de Willy Dorr propriétaire de sept bistrots parisiens et inventeur de la formule « tout compris » a repris l’enseigne mythique des Bars à Huîtres et ses quatre restaurants parisiens. Ce jeune entrepreneur, ancien élève de l'école hôtelière de Lausanne, diplômé d'HEC et de Sciences-Po, formé chez Alain Ducasse (Plaza Athénée), Joël Robuchon (Hôtel Métropole Monte-Carlo) et Louis Grondard (Drouant) a confié à l’agence Avis de Tempête le travail de repositionnement et le lancement de son nouveau concept. S’appuyant sur la signature Restaurant de Haute-Mer, l’agence a créé un territoire de marque illustrant la montée en gamme des Bars à Huîtres et l’extension de sa carte sur tous les produits de la mer à travers une sélection de visuels sublimant poissons et crustacés. Une campagne d’affichage visible dans la capitale pendant trois semaines en dos de kiosques, parkings et stations de métro débutera le 14 octobre.

==============

Livre : Poissons bio, guide d'achat et recettes (Actu-Environnement)

Auteur : Claude Aubert, Lionel Goumy / Editeur : Terre Vivante

Du poisson oui, mais pas n’importe lequel ! 48 poissons et crustacés – 82 recettes « Il faut manger du poisson au moins deux fois par semaine ». Telle est la recommandation unanime des nutritionnistes depuis que l’on a découvert l’importance des omégas 3 dans l’alimentation. « Le poisson est très pollué » font remarquer de leur côté de nombreux toxicologues. « Du fait de la surpêche, il n’y aura bientôt plus de poisson » ajoutent les écologistes. Alors que faire ?

La réponse n’est évidemment pas, pensons-nous – de cesser de manger du poisson, sinon ce livre n’existerait pas. Il est en effet possible en choisissant judicieusement les espèces que l’on va mettre dans l’assiette, de profiter des bienfaits du poisson sans s’exposer aux dangers sanitaires ni aggraver les problèmes écologiques liés à sa consommation. Fort heureusement, certaines espèces restent en effet peu polluées et ne sont pas menacées d’extinction. Ce sont elles qui ont été retenues et décrites dans ce livre ainsi que les poissons d’élevage bénéficiant d’une certification bio. Ce livre est à la fois un guide d’achat pertinent et un livre de recettes savoureuses. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires pour mieux consommer le poisson : choix des espèces (Petits ou gros poissons ? D’eau de mer ou d’eau douce ?), labels bio, fréquence de consommation. Vous y trouverez aussi les fiches descriptives de 48 poissons et crustacés accompagnées de 82 recettes.

Sommaire : à télécharger ici

==============

Parcs à moules et à huîtres de Tamaris la Seyne sur mer

==============

L’invasion des huîtres japonaises sur le littoral (Curiosphere TV)

Extrait de : Journal TV France 3 régions - France 3 Rédaction Nationale - 30/05/2008

Résumé : Initialement introduites par les ostréiculteurs pour remplacer leurs huîtres malades, les huîtres japonaises colonisent le littoral en remontant vers le nord à cause du réchauffement de la planète. En effet, il leur faut une température d’eau de mer entre 18 et 20 degrés pour pondre. Cette température, très rare avant les années 1990, est maintenant atteinte tous les étés.

===============

Aquaculture Europe 2010 du 6 au 8 octobre 2010 à Porto (Portugal)

Plus d’informations sur le site web de l’European Aquaculture Society : EAS

==============

  • 26 septembre 2010

Huîtres. Plus rares, plus chères (Le Télégramme)

Le prix des huîtres va grimper dès les prochaines semaines. En cause: la surmortalité des jeunes huîtres, qui annonce une pénurie de marchandise en 2011. La profession ostréicole traverse une crise profonde. La surmortalité provoquée dans les parcs par un virus, depuis trois ans, décime les naissains (jeunes huîtres de moins d'un an), générant une perte moyenne de 65% en 2008 et 2009. Les chiffres ne devraient guère varier sensiblement en 2010. Trois ans, c'est le temps qu'il faut à un naissain pour devenir adulte. Ce qui explique qu'aujourd'hui les stocks d'huîtres commercialisables ont chuté de 40%. Le marché sera tendu cet hiver….

Quelles incidences sur le porte-monnaie du consommateur ? On assiste à une querelle de chiffres : 15 % de hausse pour les uns, 35 % pour les autres.

Où est la vérité ? - Le directeur interrégional adjoint de la Mer, René Goallo, et le CNC prévoient une hausse des prix qui ne devrait pas dépasser 15% en moyenne. «Ils sont loin de la vérité, rétorque Jean-Jacques Cadoret, le plus important ostréiculteur français, basé à Riec-sur-Belon (29). Nous avons déjà augmenté nos prix à l'expédition de 35% à 40% , explique-t-il. Nos clients, les enseignes de la grande distribution et les….

==============

«Je risque de manquer de marchandise» (Le Télégramme)

160 tonnes en 2007, 100 tonnes en 2010. Le stock d'huîtres commercialisables de la société Henri Chaumard à Lanmodez (22) ont fondu. La faute à ce maudit virus qui a décimé les rangs des naissains. Henri Chaumard est connu sur les marchés locaux bretons avec sa marque «La Belle de Paimpol». Ses huîtres, il les vend aussi aux restaurateurs et aux grandes surfaces. «Cette année, mon stock d'huîtres a chuté de plus d'un tiers et je risque de manquer de marchandise au moment des fêtes», explique l'ostréiculteur costarmoricain. Pas question de mentir au consommateur, les prix vont augmenter de façon significative à partir…

==============

Attention aux huîtres Effingham (Radio Canada)

L'entreprise Albion Fisheries de Vancouver a décidé de rappeler ses huîtres de marque Effingham, qui pourrait contenir des agents pathogènes. Au moins deux personnes ont été incommodées. Ces huîtres, qui proviennent de l'anse Effingham, à Barclay Sound, au large de la côte ouest de l'île de Vancouver, ont été vendues en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et peut-être dans d'autres provinces. Le vice-président d'Albion Fisheries, Guy Dean, explique que le rappel touche seulement ces huîtres qui ont été pêchées dans un endroit très précis. Les autres types d'huîtres….

==============

  • 25 septembre 2010

Mortalité des huîtres : une hausse de prix limitée à 15% (La Dépêche)

La hausse des prix sur les huîtres de moyenne gamme ne devrait pas dépasser 15%, indique le Comité national de la conchyliculture vendredi 24 septembre. Depuis trois ans, la profession fait face à une surmortalité des espèces juvéniles, un phénomène qui "va se répercuter pour la première année sur le volume des produits commercialisés à partir de cet automne" précise l'organisme. Pour les fêtes de fin d'année, les amateurs d'huîtres devront s'attendre à augmenter leur budget pour ne pas restreindre leur table. Les divers épisodes de surmortalité des huîtres juvéniles, survenus depuis 2008, vont en effet affecter les volumes dans les prochaines semaines. "La baisse des volumes d'huîtres en vente sur les étals cet hiver, estimée entre 40 et 60%, entraînera de ce fait probablement des répercussions sur les prix de vente", estime le Comité national de la conchyliculture. Selon l'organisme, la profession n'avait pas connu une telle situation depuis les années 70. Un retour à la normale serait prévu en 2013, "le temps de reconstituer les stocks".

==================

Extrait du communiqué de presse du CSO sur le prix de vente des huîtres

« Et pourtant, des négociations avec certaines enseignes, certains poissonniers, grossistes ou restaurants semblent très mal s’annoncer. En effet, il est logique et mathématique que les prix augmentent. La baisse importante de production pour cette saison et la quasi absence de produit pour 2011 (lire pièce jointe doc. CREEA) doivent ouvrir les yeux à tout le monde (ostréiculteurs et acheteurs). Croire ou faire croire qu’il y a et qu’il y aura assez de marchandise est FAUX ! Les prix de vente (net départ) doivent, à partir d’octobre, être :

- En gros, entre 3 et 3.50 € départ

- A l’expédition, avec un coefficient de 1.5 minimum, entre 4.50 et 5.30 € MINIMUM

- Au détail, avec un coefficient de 2 minimum, entre 6 et 7 €

Si les prix de gros venaient à passer les 3.50 €, le prix minimum à l’expédition devra être à 5.50 € ! » Lire le communiqué intégral cliquer Ici

Alors, réfléchissons bien avant d’envoyer nos tarifs! Les prix pour les fêtes ne pourront être définitif que vers le 15 novembre ! Annoncer des prix inférieurs à 4.50 € à l’expédition est déjà aujourd’hui suicidaire pour votre entreprise et pour toute la profession en général !!!

==================

La presqu'île pense à son devenir économique (Ouest France)

30 % du chiffre d'affaires du territoire de Presqu'île Guérande Atlantique provient du tourisme. Les décideurs et les élus se sont réunis à Guérande pour évoquer l'avenir du territoire de Presqu'île Guérande Atlantique. Avec des propositions.

Les chiffres de l'économie de la Presqu'île - Couvrant, en gros, le territoire de Cap Atlantique, le territoire de Presqu'île Guérande Atlantique, c'est 66 000 habitants, 3 370 établissements privés, 13 000 emplois salariés. C'est aussi 1 680 chambres d'hôtel, 28 200 résidences secondaires (53 % de l'ensemble des logements) et 30 % du chiffre d'affaires provenant du tourisme. Quatre enjeux-clés ont été identifiés par la CCI sur ce territoire : le problème des besoins en foncier, le rééquilibrage des moteurs du développement, l'optimisation du potentiel touristique et les synergies à développer avec la Carene.

Valoriser les produits locaux - Deux tables rondes ont eu lieu : « Comment promouvoir les produits de la mer ? » et « Quelle stratégie touristique pour la Presqu'île ? » Sur le premier thème, Ronan Loison, des Salines de Guérande, a insisté sur la nécessité d'avoir un signe de reconnaissance permettant de valoriser les produits de la Presqu'île. Pour Pascal Chellet, producteur de coques et de palourdes au Croisic, il faut diversifier les ventes : 60 % des coques sont actuellement achetées par l'Espagne. Le 18 novembre aura lieu une Journée de la mer, avec des rencontres entre producteurs et restaurateurs, et des visites de sites.

Tourisme d'affaire, gastronomique, industriel...

==================

L’aquaculture est « vitale » pour la sécurité alimentaire en Asie (fides)

« D’ici 2030 nous devons être en mesure de produire plus de 30.000 millions de tonnes de poisson, 50% de plus qu’aujourd’hui, sinon la population n’aura rien à manger », lit-on dans une déclaration de Rohana Subasinghe, spécialiste de la FAO pour le secteur de l’aquaculture, publiée au cours d’une rencontre tenue à Phuket, en Thaïlande. Le groupe de chercheurs venant de 60 pays s’est réuni pour discuter sur les pas en avant faits depuis la dernière rencontre qui s’est déroulée à Bangkok il y a dix ans. Améliorer le secteur de l’aquaculture pourrait être un important instrument contre l’insécurité alimentaire croissante de l’Asie. Selon les estimations de la FAO, plus de la moitié de la population mondiale sous-alimentée, soit 642 millions de personnes, vivent en Asie et dans le Pacifique. (AP)

==================

Déjà 25% de moules de Zélande vendues en plus par rapport à l'an dernier (levif)

Plus de 31 millions de kilos de moules de Zélande ont été négociés à la criée de Yerzeke entre début juillet et fin septembre, soit 25 pc de plus que l'an dernier à la même période et le secteur s'attend à ce que la suite de la saison soit tout aussi réussie, indique vendredi un communiqué de presse de l'organisation faîtière du secteur de la pêche aux Pays-Bas. La Belgique reste le marché le plus important pour les moules de Zélande et le Belge grand amateur de la traditionnelle casserole de moules accompagnée de frites dans 84 pc des cas. Une étude de marché tend cependant à prouver que de plus en plus de Belges (2/3) se disent prêts à essayer des recettes créatives à base de moules à condition que celles-ci soient simples et rapides à préparer, souligne le communiqué. La semaine nationale des Moules dont l'objectif est de mettre, chaque année, la moule à l'honneur pendant une semaine au moyen d'actions les plus diverses aura ainsi lieu en Belgique du 27 septembre au 3 octobre. Un site internet (www.moulesamafacon.be) a, en outre, été lancé à cette occasion. Selon cette même étude de marché, les Belges disent manger des moules une fois tous les deux mois en moyenne tandis que plus de huit Belges sur dix les mangent à la maison après les avoir achetées au supermarché dans 87 pc des cas. Enfin, seuls 4 pc des Belges déclarent ne pas ou ne plus aimer les moules. (GFR)

==================

  • 24 septembre 2010

Premières huîtres du plan de relance (Sud-Ouest)

Le plan de relance pour soutenir la production ostréicole entre dans une phase décisive : les premiers naissains d'huîtres résistantes arrivent sur les parcs ostréicoles. Ces lots produits par des écloseurs depuis le printemps dernier sont destinés à faire le joint entre le premier gros creux de production qui s'annonce en mer à - 30, - 40 % cet hiver (- 70 % projetés l'année prochaine), et l'issue des travaux conduits par les mêmes écloseurs pour sélectionner enfin une huître féconde et résistante aux causes des surmortalités qui frappent l'ostréiculture depuis trois ans : l'herpès virus et la bactérie Vibrio splendidus. Le naissain qui est aujourd'hui mis à disposition de la profession présente plusieurs spécificités. Il est produit à partir de géniteurs que l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer conservait dans ses bassins depuis le début des années 2000 et un programme d'étude sur les causes de mortalités. C'est un naissain stérile qui, en théorie donc, ne pourra pas ensemencer le milieu, ce qui conforte sa vocation de bouée de sauvetage passagère. Enfin, son prix, qui a été fixé par un accord national, sera identique pour toutes les écloseries productrices.

Quantités disponibles - En Charente-Maritime, l'écloserie que dirige le Rétais Éric Marissal livrera ses premiers clients entre le 15 octobre et le 15 décembre. La tempête Xynthia a retardé….

=================

Sète. Huîtres : Des inquiétudes mais une forte envie de réagir (Midi Libre)

Les assises de la conchyliculture méditerranéenne se sont tenues mardi à Mèze. Le point avec Denis Regler, directeur de la Section régionale (SRCM)…..

Concrètement, sur quoi ces assises ont-elles débouché ? - Plusieurs ateliers ont été organisés. Qui ont notamment permis d'envisager les pistes de sortie de crise. En commençant par la sélection de nouvelles souches plus résistantes et l'élaboration de nouvelles techniques d'élevage. « Avec à la clé l'adaptation des centres de recherche aux spécificités de chaque région ». Des aides à l'investissement vont également être demandées pour s'adapter à ces nouvelles techniques. Denis Regler évoque parallèlement les aides d'urgences, indispensables pour traverser la crise. La possibilité pour les conchyliculteurs d'exercer une autre activité sans perdre leurs droits ainsi que la mise en jachère de concessions (et des taxes s'y rapportant) ont également été évoquées....

La profession a par ailleurs souhaité être plus impliquée dans la gestion des bassins versants pour une meilleure préservation du milieu.....

La valorisation des produits, et en particulier la distribution en circuits courts, constitue aussi une piste d'avenir.

Quel est l'état d'esprit de la profession ? - Dans l'ensemble, ces assises régionales ont permis de constater une vive inquiétude de la part de la profession mais aussi une farouche volonté de réagir, quitte à se remettre en cause. L'espoir, autour du bassin de Thau demeure. Car si, ici, le rythme de croissance très rapide des produits ne laisse aucune marge quand la crise arrive, il permet en revanche d'envisager les jours meilleurs à plus court terme....

=================

Dans le Nord, au pays des moules-frites : on accepte des motos dans les dunes, mais pas de moules sur les plages !!!!

Sangatte : la victoire est totale pour les opposants aux moulières (Voix du Nord)

Les opposants aux moulières - ils sont nombreux à Sangatte ! - baignent depuis mercredi soir dans une douce euphorie. L'arrêt du conseil d'État a été rendu public avant-hier, vers 18 h 30, et il apporte un point final sans équivoque à ce dossier : il n'y aura pas de moulières à Sangatte. Cette décision, pour dire vrai, n'est pas une surprise : depuis le début du mois, on savait que les conclusions du commissaire de la République étaient favorables aux anti-moules. On savait la bonne nouvelle imminente : « Mais là, c'est officiel, écrit noir sur blanc, ferme et définitif ! », énumère Pascal Dubus, l'un des membres les plus actifs du collectif « Non aux moulières ». « C'est une victoire totale, tous les amoureux de cette plage sauvage et magnifique ont gagné. » Enthousiasme….

=================

Le Vivier-sur-Mer : Un nouveau modèle de bateau amphibie pour les moules (Ouest France)

Samedi, sur le port-est mytilicole, devant une foule d'invités, le père Eugène, curé local, a béni le nouveau bateau amphibie venu rejoindre la flottille vivaraise de la pêche aux moules. Le navire a été baptisé La Marinière, du nom du premier bateau que possédaient les parents des patrons vivarais, Patrick et Alain Chevalier. Opérationnel depuis quinze jours, le nouveau navire a belle allure avec ses 16 m 20 de long sur 5 m 10. C'est le plus long et le plus rapide des bateaux mytilicoles du port. Ce bateau en aluminium a été construit au chantier naval de Bernard Hus, dans le port-ouest. Le reste de l'équipement a été assuré par la société Quéré d'Hydro-Armor de Morlaix et l'entreprise Electronique-Application de Saint-Jouan-les-Guérets…..

=================

Gruissan. Balade «en sel majeur» au Salin de l'Île Saint-Martin (La Dépêche)

Panorama unique, environnement envoûtant, au Salin de Gruissan, route de l'Ayrolle. Sur ce site privilégié par le vent et le soleil se déroule l'étonnante alchimie de la fabrication du sel entretenue, depuis l'Antiquité à Gruissan, par les sauniers qui ont su maîtriser et transformer l'eau de mer en cristaux de sel. Au salin de Gruissan, une balade à travers le site permet de découvrir la magie de «l'or blanc». Présentées par d'agréables hôtesses, les visites guidées proposées font découvrir les sept tables salantes et les différentes phases de production. Le mouvement des eaux, la concentration, la cristallisation du sel, mais aussi la richesse de la flore et de la faune si particulières de ces milieux salés. La visite des sept bassins ostréicoles révèle la méthode d'élevage et d'affinage des huîtres, spécifiques à l'île Saint-Martin. Après…

=================

  • 23 septembre 2010

Nouveau climat marin (Presse Océan)

Entretien avec Philippe Goulletquer, responsable scientifique de la biodiversité marine à l'Ifremer-Nantes

Un changement climatique est-il vraiment en cours ? « Il est avéré. Il se traduit notamment par une dilatation des océans et une élévation du niveau des mers. De 1860 à 1993 la hausse n'a été que de 1,3 mm par an. De 1993 à 2006 elle est passée à 3,3 mm en moyenne, avec accélération au cours des dernières années. Les prévisions situent la hausse globale entre 18 et 59 cm d'ici 2100 ».

Est-ce la seule évolution constatée ? - « La température de l'eau change aussi. Dans le golfe de Gascogne elle a augmenté de 1,5° depuis la fin des années soixante-dix ».

Quelles conséquences pour les poissons ? - « Globalement il y a une migration vers le nord. La morue remonte, les bars aussi, l'huître creuse se reproduit désormais plus au nord, le baliste n'est plus rare... On a même retrouvé des poissons volants au large de La Rochelle ! Des migrations en profondeur s'opèrent aussi... ».

Tout cela parce que les eaux se réchauffent ?......

===================

Les ostréiculteurs mexicains se préparent à exporter des huîtres en France

Le Mexique produit des huîtres japonaises dans la région de la Basse-Californie sur la côte Pacifique. De nombreux ostréiculteurs et autres éleveurs de coquillages de cette région mexicaine souhaitent accroître leurs exportations et profiter des problèmes que rencontrent leurs collègues étatsuniens et français. La marée noire dans le Golfe du Mexique pour les premiers et la mortalité des jeunes huîtres pour les seconds. Le secteur conchylicole mexicain travaille actuellement en collaboration avec le gouvernement pour obtenir la certification sanitaire nécessaire à l’exportation des huîtres sur le marché de l'Union Européenne, a déclaré Sergio Guevara, président du Comité d'État de la santé aquacole…. Source : Oyster producers aim exports at European market (Fis)

====================

Galway International Oyster Festival 2010

Welcome to the 56th Galway International Oyster Festival 2010, 22nd- 26th September. We’re glad you could make it. Come and experience a unique celebration of OYSTERS, GUINNESS and CRAIC blended with live music performances, a Best Dressed Lady competition and the Guinness World Oyster Opening Championship 2010 at our exclusive ticketed events. Don't miss your chance to see Top International acts THE HIGH KINGS, ABBAESQUE, and THE DUBLIN GOSPEL CHOIR and meet our Guest of Honour, Clodagh McKenna

====================

Sénégal : Expertise ostréicole (Pêche et développement)

L’association Vilaine et Saloum est née en 2005 de la rencontre entre des apiculteurs du delta du Saloum, dans le Sud du Sénégal et des collègues bretons. Son objectif est de fournir un appui aux familles d’agriculteurs de la Communauté Rurale de Toubacouta pour développer des activités et donc des revenus complémentaires. Dans la mangrove du delta, il n’y a pas que des abeilles, et Vilaine et Saloum s’est rapidement intéressée aux huîtres sauvages qui s’accrochent naturellement aux racines des palétuviers. La disparition programmée de la ressource, victime à la fois de la surpêche et d’une gestion imprudente de la forêt de palétuviers, inquiète les populations côtières menacées de perdre une partie de leurs revenus. Vilaine et Saloum a donc entrepris avec les groupements de pêcheurs d’orienter leur activité vers l’élevage des huîtres....

====================

Le saumon OGM va probablement être accepté par l'administration étatsunienne.... Maintenant se pose la question de l'étiquetage de ce saumon.... Lire cet article intéressant sur le débat engagé entre les associations de consommateurs, les promoteurs du saumon ogm et l'administration

USA: examen de l'étiquetage du saumon OGM avant son éventuelle mise en vente

L'autorité américaine de régulation des médicaments et des aliments (FDA) a examiné mardi la question sensible de l'étiquetage d'un saumon OGM, dont elle pourrait autoriser la commercialisation, et en faire le premier animal transgénique sur le marché. La FDA a rappelé que selon la législation en vigueur, ce saumon, produit par la société américaine AquaBounty Technologies, "ne serait pas étiqueté comme produit transgénique" car étant biologiquement identique aux autres saumons…..

====================

  • 22 septembre 2010

Ostréiculture. La foi contre la crise (Le Télégramme)

L'ostréiculture française, et donc morbihannaise, est en pleine mutation depuis des années. Yvonnick Jégat, professionnel à Arradon, «survit» en produisant des huîtres 100% naturelles. Yvonnick Jégat tient les rênes des établissements du même nom à la pointe d'Arradon, «site remarquable» protégé.....

«Je suis content de me regarder dans la glace. Avec les triploïdes, ce qui m'énerve, c'est qu'on joue aux apprentis sorciers avec la nature. Et on n'est plus artisan: on devient industriel». Attention: Yvonnick Jégat ne se dit pas contre les écloseries par principe. Mais il préférerait qu'elles élèvent des huîtres classiques. Pour lui, tout est clair: «On a raisonné économie avant de raisonner écologie», citant, à un mot près, Christian Ducos, vice-président du Comité de survie de l'ostréiculture (CSO) né au mois de février à Plouharnel….

….. les deux professionnels viendront la défendre lors de la 26e édition du Salon national de la conchyliculture organisée prochainement à Vannes, où ils disposeront d'un stand. Ce duo a donc un ennemi commun: les triploïdes. Benoît Le Joubioux enfonce le clou: «C'est anormal. On trouve, à la vente, des bourriches où elles sont mélangées avec des huîtres traditionnelles, le tout sans étiquetage particulier. Alors qu'il ne s'agit pas du même produit, au niveau du travail, de l'éthique... Nous sommes d'ailleurs la seule profession où une espèce fabriquée en milieu fermé a été introduite en milieu sauvage»….

Un peu moins d'exposants au Salon de la conchyliculture - Le parc des expos Chorus accueillera mercredi 29 et jeudi 30 septembre la 26e édition du Salon national de la conchyliculture et des cultures marines. Une soixantaine de professionnels seront présents…..

================

À Langolen, la pisciculture bio a été polluée par un pesticide (Ouest France)

Le responsable de la mort de 270 000 poissons dans une pisciculture bio à Langolen, près de Quimper, dans la nuit du 7 au 8 septembre, est désormais connu. Il s’agit d’un désherbant extrêmement toxique, le Dinoterbe. Ce pesticide aurait été déversé dans l’Odet, la rivière qui alimente directement l’exploitation, du haut d’un pont, à un kilomètre en amont. « On s’orienterait donc vers la piste criminelle », commente tristement Régis Thomas, le pisciculteur. Les enquêteurs exploreraient plusieurs pistes, notamment la piste agricole. Dans les années 90, le Dinoterbe était en effet utilisé pour la culture du maïs. Accusé par le conseil supérieur de la pêche et l’association « Eau et rivières de Bretagne » de polluer les rivières, il a été interdit en 1997. Mais il resterait des stocks dans les hangars.

Le saumon transgénique sur la sellette aux Etats-Unis (Figaro)

Des experts ont appelé les autorités sanitaires américaines à retarder l'autorisation de mise sur le marché. Ils estiment que les connaissances restent insuffisantes sur ce saumon, qui serait le premier animal transgénique consommé outre-Atlantique…. Le saumon d'AquaBounty est un saumon de l'Atlantique auquel on a ajouté deux gènes pour lui permettre de grandir tout au long de l'année, et non par périodes comme ses congénères «normaux». L'un, issu du saumon Chinook, favorise la production d'une hormone de croissance. Il est associé à autre un gène issu du tacaud qui joue le rôle d'un «antigel» pour permettre à l'animal de se développer même dans une eau froide. Résultat : le «super saumon» atteint sa taille optimale en 16-18 mois, contre 30 pour un individu «normal»….

Pas de mention spéciale sur l'étiquette - Autre sujet d'inquiétude des experts : les conséquences d'un mélange d'individus OGM avec des espèces sauvages, en cas de fuites accidentelles. La FDA est d'accord avec AquaBounty, pour estimer que ce danger est inexistant puisque les saumons génétiquement modifiés seront exclusivement élevés dans des piscicultures au Panama et au Canada. En outre, dans l'hypothèse où un spécimen s'échapperait, les rivières proches des élevages seraient trop chaudes et trop salées pour permettre aux saumons de survivre, estime la société. Mais certains membres du comité d'experts ont là aussi souhaité que soient menées des études d'impact environnemental de plus grande envergure, notamment pour étudier ce qui pourrait se passer si ce poisson venait à être élevé à grande échelle. Après la sécurité alimentaire et environnementale, ce devrait être au tour de l'étiquetage de créer le débat mardi, lors d'une nouvelle audition de la FDA. En effet, une fois l'autorisation sanitaire obtenue, rien n'oblige le distributeur, selon la législation américaine, à signaler qu'un produit est génétiquement modifié. Mais plusieurs organisations de consommateurs ont prévu de plaider pour un étiquetage spécifique, estimant que les acheteurs ont le droit de savoir ce qu'ils vont manger. Les doutes émis lundi par les experts devraient repousser à plusieurs mois l'approbation de la FDA. Mais même si cette étape était franchie, il faudra encore au moins deux ans avant de trouver le saumon OGM sur les étalages américains.....

Canada Atlantique : Rétablissement de l'huître (Cfim)

Le projet de reétablissement de l'huître américaine dans le Bassin-aux-Huîtres à Grande-Entrée présente des progrès. Des larves d'huîtres sont détectées après trois ans de travail sur l'amélioration de l'habitat de l'espèce. Une bonne nouvelle en vue d'un retour éventuel d'une cueillette récréatif dans l'archipel. Après des travaux d'ensemencement d'huîtres et l'amélioration de leur habitat en 2009, le Comité ZIP a introduit 16 mille géniteurs additonnels dans des cages suspendues dans le Bassin aux Huîtres, cet été. Puis, pour une première fois, à la mi-août, des larves ont fait leur apparition dans la colonne d'eau. Le chargé de projet au comité ZIP des Îles, Jonas Sahlin, explique que la reproduction d'huître a été avantagée par le dépôt de près de 60 tonnes de coquilles vides au fond du bassin. La fixation des larves d'huîtres sur le subtrat dépend désormais de multiples facteurs environnementaux non-contrôlables, d'ajouter le chargé de projet......

  • 21 septembre 2010

Sète. Conchyliculture« Des assises pour traverser la crise » (Midi Libre)

Entretien avec Denis Regler est le directeur de la section régionale qui co-organise les assises méditerranéennes, aujourd'hui, à Mèze

Quels sont les enjeux de ces assises régionales ? - Tenter de trouver des réponses permettant à la filière ostréicole de traverser la très grave crise qu'elle traverse depuis trois ans, due à ce virus qui décime environ 80 % des naissains. Il y aurait pourtant moins de mortalité en ce moment....

Quelles sont les pistes de sortie de crise possibles ? - Il y a d'abord celles explorées au plan national : le protocole d'ensemencement d'huîtres creuses triploïdes, le plan de sélection génétique, le réensemencement dirigé d'huîtres creuses résistantes, l'huître "R"... Au niveau méditerranéen, une filière de captage naturel se développe. Pour l'instant, c'est encourageant. Mais il faudra attendre le printemps prochain pour connaître le taux de survie des petites huîtres fixées sur les capteurs. S'il dépasse 20 %, ce sera acceptable. Parmi les autres perspectives, il y a la mise en place d'une filière d'écloseries / nurseries.

A cause de cette énorme mortalité, les producteurs pourront-ils s'en sortir sans mesures de soutien ?....

===============

Mortalité en Charente-Maritime : Flash Info Maline n°13 daté du 3 septembre 2010

Le « Flash Info Maline » présente aux ostréiculteurs une actualité sur les mortalités 2010. Les faits et connaissances communiqués sont validés par l’ensemble des partenaires : Ifremer, Creaa, Affaires-Maritimes et SRC.

Pas d’interruption des mortalités de naissain d’huîtres durant l’été. La mortalité moyenne est de 70%. Les lots touchés en début d’été se situent au final dans une fourchette de mortalité de 60-90% Pour plus de détails cliquer Ici

===============

Odet. Un désherbant à l'origine de la pollution de la pisciculture (Le Télégramme)

Dans la nuit du 7 au 8 septembre, près de 300.000 truites de la Pisciculture bio de Langolen étaient tuées par une mystérieuse pollution. Les prélèvements de traces orange réalisées près d'un kilomètre en amont, sur le parapet d'un pont, viennent de parler. D'après les analyses, c'est un puissant désherbant, le dinoterbe, qui aurait dévasté la pisciculture et tué tous les poissons sur plus d'un kilomètre. Un pesticide utilisé jusqu'il y a quelques années pour le traitement des cultures de maïs. La dangerosité du produit, notamment pour la faune aquatique, avait d'ailleurs conduit le ministère de l'Agriculture à prendre plusieurs mesures d'interdiction à son égard. Sa commercialisation est interdite depuis le 30 septembre 1997. Dans ces conditions, l'enquête de la gendarmerie se….

===============

Saumon OGM: les autorités américaines à l'écoute des experts (Afp)

L'autorité américaine de réglementation des médicaments et des aliments (FDA) entendait lundi les recommandations d'experts indépendants sur le saumon génétiquement modifié, ultime étape avant de décider d'autoriser le premier animal OGM à garnir les assiettes des Américains. Les laboratoires de la "Food and Drug Administration" ont déjà effectué leur propre évaluation des mérites et risques présentés par ce saumon et conclu début septembre qu'il était sans danger pour la consommation humaine et l'environnement.

Ce saumon "est aussi sûr à consommer que les saumons conventionnels de l'Atlantique", a écrit l'agence dans un communiqué publié le 3 septembre sur son site internet. "Il y a une certitude raisonnable que la consommation de nourriture provenant de cet animal n'est pas préjudiciable à la santé", ajoute la FDA partageant ainsi les conclusions d'AquaBounty Technologies, la société américaine de biotechnologie qui a développé ce projet…. Lundi, le comité consultatif d'experts vétérinaires indépendants fera ses recommandations à la FDA après avoir déterminé si le saumon OGM est ou non sans danger pour la consommation et l'environnement. La FDA, qui suit généralement les recommandations de ces comités, prendra sa décision finale dans les semaines suivantes….

===============

Calais : Les BTS aquaculture seconde année emballés par un étonnant voyage chez les « rois du saumon » (Voix du Nord)

La semaine dernière, les BTS aquaculture 2e année du lycée horticole sont rentrés d'un voyage de plusieurs jours chez les « rois du saumon », ... autrement dit les Norvégiens. Pêche, auberge de jeunesse, visite d'un aquarium touristique, musée, dégustation de produits locaux et surtout découverte des techniques de production du plus important exportateur de saumon du monde étaient au menu de ce voyage dans les environs de Bergen, sur la côte Ouest….. L'ampleur des exploitations aquacoles a également interloqué les étudiants. « Ils ont des moyens énormes. Ce n'est même pas comparable avec la France. Une seule ferme peut produire 12 tonnes de poissons... par jour », souligne Matthieu. Le voyage a quoi qu'il en soit beaucoup plu. L'un des étudiants se verrait bien installé en Norvège dans quelques années et un autre a pour projet de partir deux mois là-bas cet été…..

===============

Sud de France - Les huîtres du Bassin de Thau – Huîtres de Medi-Thau et gastronomie sétoise


Sud de France - Les huîtres du Bassin de Thau
envoyé par Languedoc-Roussillon. - L'info video en direct.

===============

  • 20 septembre 2010

Au menu de ce lundi : génétique, ormeau, biodiversité, pesticides, moule,....

Croissance soutenue pour Mytilea (35), producteur de moules de bouchot (Bretagne Economique)

Créée en 2000 par Christophe Hodbert et Patrick Jégou, la SARL Mytiléa (le -Vivier Sur-Mer en Ille- et -Vilaine) produit des moules de bouchot vivantes prêtes à cuire avec une date limite de conservation de 8 jours. Ce procédé leur permet aujourd’hui d’exporter 20% de leur production qui s’élève annuellement à 600 tonnes dont 90 % sous vide. Distribuées dans les GMS et les poissonniers (principalement dans la moitié est de la France), les produits de Mytilea suivent la saisonnalité de la moule de Bouchot AOC de la Baie du Mont Saint-Michel. Le CA 2009 s’élève à 1, 8 million d’euros pour un effectif de 10 personnes. Il devrait atteindre 2 millions fin 2010.

===============

Développement de l’aquaculture. 3. Gestion des ressources génétiques (FAO 2009)

Ces directives techniques ont été développées en vue de soutenir les sections du Code de conduite pour une pêche responsable de la FAO sur les aspects liés à la gestion des ressources génétiques utilisées en aquaculture. Des recommandations y sont données concernant la gestion des géniteurs et la domestication, les programmes d’amélioration génétique, les programmes de dissémination destinés aux poissons génétiquement améliorés, les considérations économiques à apporter dans les programmes d’amélioration génétique, l’évaluation des risques et la surveillance, la pêche fondée sur l’élevage, la conservation des ressources génétiques halieutiques, les banques de gènes, l’approche de précaution à adopter ainsi que les relations publiques. La gestion des ressources génétiques, l’évaluation des risques et la surveillance effectuées de façon efficace peuvent contribuer à améliorer les résultats et l’efficacité de production tout en réduisant au minimum les effets néfastes sur l’environnement. Ces avantages tirés d’une application responsable des principes génétiques sur l’aquaculture devraient être divulgués aux consommateurs, aux décideurs politiques, aux scientifiques et à toute autre personne intéressée par les pêches et l’aquaculture responsables.

Document à télécharger : FAO. 2009. Développement de l’aquaculture. 5. Gestion des ressources génétiques. FAO Directives techniques pour une pêche responsable. No. 5, Suppl. 3. Rome, FAO. 160p.

===============

Les ressources génétiques marines : un potentiel exceptionnel à protéger ! (Ifremer)

Une étude conjointe du CSIC (Espagne) et de l'Ifremer, parue dans le dernier numéro de Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), souligne l'urgence de la mise en place d'un cadre légal international pour la protection de la biodiversité en Haute mer et l'utilisation des ressources génétiques marines. En effet, les avancées technologiques récentes dans l'observation et l’échantillonnage de l'océan ont permis le développement considérable de la bioprospection de zones vierges d'exploration en Haute mer.

Conséquence : une augmentation spectaculaire du nombre de brevets et d'applications associées à des gènes d'organismes marins. Aujourd'hui, l'augmentation du nombre de brevets issus de ressources génétiques marines est dix fois plus rapide que la description de nouvelles espèces marines.

===============

Impact des élevages de poissons offshore sur les stocks de poissons sauvages

Lors du colloque “Offshore Mariculture 2010” en Croatie, Pablo Sanchez-Jerez de l’Université d’Alicante (Espagne) a fait un exposé sur l’impact des élevages piscicoles offshore sur les stocks de poissons sauvages.

Il a abordé plusieurs sujets :

  • L'agrégation des poissons sauvages autour des cages piscicoles
  • Les centres piscicoles attirent les prédateurs
  • Les effets positifs sur la pêche
  • Les effets négatifs des aliments sur les stocks sauvages
  • Le problème des fuites
  • Les maladies et parasites
  • La pisciculture et les pêcheries locales

En conclusion, la pisciculture affecte directement la population de poissons sauvages en tant que super « attracteur », avec un apport important d’aliment exogène. Et indirectement, elle peut empiéter sur les territoires de pêche locale. Par conséquent, l'aquaculture marine en cages doit être prise en compte dans la gestion des pêches, car elle peut influer sur la production naturelle et le recrutement de certaines espèces.

Pour plus d’informations : Effects Of Offshore Fish Farms On Wild Stocks (The Fishsite)

===============

Conférence sur l'Aquaculture durable de l’Ormeau

Le 20 octobre 2010
Aber-Wrac'h (Finistère) - Bretagne - France

Présentation des résultats du projet et perspectives

Le programme détaillée de la journée d’information : Cliquer Ici

Pour de plus amples renseignements et pour s'inscrire (gratuit), contactez le coordinateur technique de SUDEVAB, Sylvain Huchette :

sylvain.huchette@francehaliotis.com ou par téléphone / fax : +33 298 371 739

Site Web : SUDEVAB

===============

Rapport sur la mise en œuvre de la législation européenne visant à la protection de la biodiversité (Parlement européen)

Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire / Rapporteure: Esther de Lange

Enrayer la perte de biodiversité d'ici 2020 (Parlement Européen)

Les députés regrettent profondément que l'objectif d'enrayer la perte de biodiversité d'ici 2010 n'ait pas été atteint pour l'instant et estiment que le maintien de la biodiversité devrait être pris en compte dans l'ensemble des politiques de l'UE, selon un projet de résolution qui doit être voté mardi. Le texte souligne également l'importance des sociétés privées pour la protection de la biodiversité et la nécessité d'incorporer les coûts et les risques externes. Un rapport d'évaluation établi en 2008 par la Commission européenne conclut que 50 % des espèces et jusqu'à 80 % des habitats en Europe sont menacés, et plusieurs études estiment que l’impact de la perte de biodiversité sur la prospérité, qui se chiffre actuellement à quelque 50 milliards d'euros par an, passera à 14 000 milliards d'euros, soit 7 % du PIB annuel estimé, en 2050. Suite…..

===============

Un outil du WWF France - Les entreprises face à l’érosion de la biodiversité : un guide pratique pour comprendre et agir (Cdurable)

Les entreprises sont au cœur des enjeux environnementaux à la fois par leurs impacts et dépendances, mais également par leur capacité à contribuer à une solution globale. Cependant, les outils pour les aider sont encore rares aujourd’hui. Le WWF-France a donc souhaité apporter son expertise aux décideurs politiques et économiques afin d’agir concrètement pour la restauration et la préservation du vivant. Présenté aujourd’hui à l’occasion de l’université de rentrée du WWF, cet outil de sensibilisation est téléchargeable gratuitement en fin d’article.

Un outil de sensibilisation à l’usage des entreprises - Isabelle Autissier, Présidente du WWF-France et son Directeur Général Serge Orru nous expliquent pourquoi cet outil a été mis en place : "La biodiversité n’a pas de prix mais une valeur infinie, celle de la vie et des conditions de sa survie. En effet, la biodiversité est à l’origine de biens et de services indispensables aux sociétés humaines (oxygène, nourriture, médicaments, vêtements, régulation des maladies et du climat, stockage des gaz à effet de serre, services culturels…).....

Les entreprises face à l’érosion de la biodiversité : Une étude du WWF-France

Cette étude offre aux entreprises un outil de sensibilisation pour « penser globalement » et « agir localement » au regard de la biodiversité. Car si la biodiversité peut être complexe, les solutions concrètes pour améliorer la situation le sont souvent beaucoup moins.

Les entreprises sont au cœur des enjeux environnementaux à la fois par leurs impacts et dépendances, mais également par leur capacité à contribuer à une solution globale. Cependant, les outils pour les aider sont encore rares aujourd’hui. Le WWF-France a donc souhaité apporter son expertise aux décideurs politiques et économiques afin d’agir concrètement pour la restauration et la préservation du vivant…..

Téléchargez l'étude en cliquant Ici

===============

Contrôler les pesticides pour protéger la santé (Parlement européen)

Une procédure de validation centralisée pour réduire la bureaucratie et les délais

Qu'il s'agisse d'éliminer les bactéries dans l'eau ou les limaces dans le jardin, les pesticides doivent être validés comme sûrs avant de pouvoir être mis sur le marché dans l'UE. Les règles sur les produits "biocides" (c'est-à-dire non-agricoles) sont révisées afin mieux respecter la santé et l'environnement, tout en simplifiant la procédure de validation pour les entreprises désireuses de mettre leurs produits sur le marché. Certaines substances nuisibles, comme celles connues pour être cancérigènes, sont déjà exclues des produits biocides dans l'UE. La commission de l'environnement du Parlement a recommandé que le recours aux substances "persistantes, bioaccumulables et toxiques" soit également restreint. Cependant, les produits ne devraient pas être retirés si la santé publique ne peut pas être sauvegardée par d'autres moyens. Les produits traités aux biocides (comme les meubles enduits de fongicide) seront également soumis aux nouvelles règles. Les députés devraient appeler à la mise en place de tests spécifiques et d'un étiquetage spécifique pour les produits contenant des nanoparticules….

===============

Rencontre avec la perle des écaillers (Var Matin)

Écailler professionnel depuis 50 ans, Gilbert Claret voue une passion sans borne aux fruits de mer. Professionnel reconnu, Gilbert Claret prépare des plateaux depuis un demi-siècle. Rencontre avec le maître des fruits de mer. Gilbert Claret est intarissable sur le sujet. Huîtres, clams, amandes de mer, bulots, moules, les fruits de mer n'ont aucun secret pour cet écailler professionnel. Depuis cinq décennies, il demeure l'une des références en Dracénie. À 74 ans, Gilbert savoure un parcours inauguré en 1960 sur les hauteurs du Café du Verdon : « C'est mon frère Serge qui a ouvert un premier commerce de ce type à Draguignan. À l'époque, les ventes se faisaient à la sauvette. Les clients se garaient en double file, achetaient leurs douzaines d'huîtres et repartaient. »

===============

Calais : Les Toques et sans cravate fêteront la moule à partir de demain (Voix du Nord)

Les membres du club des Toques et sans cravate se retrouveront dimanche prochain pour la kermesse de la moule. Le club des Toques et sans cravate a réuni son bureau et ses membres pour une assemblée générale de rentrée. ... Son président Hervé Lefebvre a tout d'abord retracé les actions mises en oeuvre depuis le début de cette seconde saison d'existence, ayant pour objectif de dynamiser les enseignes des adhérents tout en assurant la promotion de Calais. Semaine et kermesse de la moule....

===============

L’aquaculture investit les usines abandonnées (Alter-Echos)

Etats-Unis : l'aquaculture investit les usines abandonnées from Alter-Echos on Vimeo.

James Godsil est le fondateur de Sweet Water Organics à Milwaukee dans le Michigan. En 2009, il s'est lancé dans l'élevage de poissons et de légumes en aquaculture. Le lieu était improbable : une usine abandonnée depuis des décennies au cœur de la ville. Son projet consiste à profiter des nombreux bâtiments laissés vacants du fait de la crise industrielle pour y implanter des systèmes d'aquaculture, créer des emplois et fournir une alimentation saine et de proximité dans les villes. Rencontre.

===============

  • 18 septembre 2010

Qualité de l'eau de la ria d'Étel : peut mieux faire (Ouest France)

Trois questions à Laurent Thibault, directeur adjoint du Syndicat mixte de la ria d'Etel, à l'occasion de la journée autour des activités agricoles et conchylicoles.

Quelle est la qualité de l'eau de la ria d'Etel, enjeu primordial pour la conchyliculture ? - C'est dur de vous répondre. On peut faire un prélèvement une heure à un endroit, une heure plus tard, ce n'est plus vrai. Le constat se fait donc sur le coquillage, ce qu'il a absorbé. On a plein de bassins versants, et les sources de pollution peuvent arriver de pleins d'endroits. Les eaux pluviales sont parfois en cause, l'assainissement, les eaux usés qui vont dans les eaux pluviales... Il y a des secteurs qu'on priorise, avec le diagnostic batériologique que l'on mène depuis 2008....

===================

Bréhat. Avis favorable au parc hydrolien (Le Télégramme)

Avec la clôture de l'enquête publique et de la phase administrative, EDF va désormais engager la phase de test des hydroliennes qu'elle projette d'implanter au large de Bréhat. La mise en service des quatre machines est prévue pour l'automne 2012. L'enquête d'utilité publique vient de se terminer avec un avis favorable au projet de parc hydrolien au large de Bréhat. Closes aussi les études et la partie administrative. À EDF et sur tout le territoire de la baie de Paimpol, l'heure va bientôt être aux phases de test pour une hydrolienne en miniature, réplique de celles qui seront installées au large de Bréhat, dans le secteur de la Horaine, à l'horizon de l'automne 2012….. Les études d'impact sont encore en cours sur les mammifères marins. Les scientifiques d'Océanopolis et de l'Ifremer Brest les suivent de près pour connaître leur comportement, notamment à cause du bruit provoqué. Les travaux toucheront deux concessions ostréicoles et un banc de praires. Une convention a déjà été signée avec le comité local des pêches en 2009. Il est prévu un suivi environnemental d'un an après l'installation des machines….

===================

Manif. « Sainte-Anne ne méritait pas ça! » (Le Télégramme)

Au grand dam des habitants du Porzay, la plage de Sainte-Anne La Palud sera dimanche sous les feux des projecteurs pour le problème des algues vertes. Dans la commune, on ne comprend pas pourquoi ce site a été choisi. Des Plonévéziens font aussi corps avec leurs agriculteurs. Bar le Porzay, 10h30, hier. Alain Caradec s'active entre le tabac-jeux et le zinc. Algues vertes, manifestation? Évidemment, il a son sentiment, mais aussi du bon sens. «J'ai une clientèle d'agriculteurs. Tout le monde tire à boulets rouges sur eux. Je suis partagé car je les entends. Il faudrait les aider à se reconvertir dans une agriculture différente. Les algues vertes, les touristes n'en parlent pas. Il n'y en a pas sur la grande plage de Sainte-Anne, ni à Kervel. Ici ce n'est pas un sujet abordé car les gens se connaissent et ne veulent pas se fâcher». Un client passe et tempère. «Certains ont peur que la manifestation donne une mauvaise image de la région, mais les algues aussidonnent une mauvaise image». Didier, accoudé à côté, est un habitué de Sainte-Anne. «Je pêche le bar depuis la plage, dit-il. C'est pas possible avec les algues. Mais manifester ne servira à rien. On n'aura jamais une agriculture bio. Pour les algues, on ne pourra rien faire et c'est pas nouveau. Tout le monde est coupable, la surexploitation, les rendements à la campagne, les particuliers avec leurs pesticides…..

===================

En Europe, l’huître japonaise et la crépidule sont répertoriées dans la liste des 100 espèces invasives les plus dangereuses !!!

Alerte aux espèces invasives (Jdle)

On ne parle pas que de changement climatique à Copenhague. Du 14 au 17 septembre, la capitale du Danemark a accueilli la 6e conférence Neobiota, consacrée aux espèces invasives. L’occasion pour les scientifiques de rappeler l’importance de ce phénomène. L’inventaire européen des espèces invasives Daisie recense plus de 10.000 espèces exogènes ayant fait leur « nid » sur le territoire de l’Union européenne. Plus de 60 % de ces envahisseurs sont des plantes terrestres et 25 % des invertébrés terrestres. Avec un millier d’espèces, les plantes et les algues marines constituent le troisième bataillon le plus important….

Voir : Liste des 32 espèces marines invasives dangereuses

===================

Décharge d'Audenge (33) : « l'administration [en] a permis l'exploitation en toute impunité » (Sud-Ouest)

L'association Aquitaine Alternatives envisage d'engager une action en responsabilité contre l'État. Son président, Dominique Nicolas, dénonce « le comportement » des pouvoirs publics .

« Sud Ouest ». Au début, il n'y avait qu'un simple dépôt d'ordures ménagères à Audenge ? Dominique Nicolas. Sa création remonte à 1974. À l'époque, cette autorisation avait été délivrée par la préfecture à titre temporaire, à la vue du rapport hydrogéologique du professeur Alvinerie. La nappe phréatique étant à une profondeur de 1,70 m, l'universitaire avait préconisé de ne pas creuser à plus de 1,50 m. On reste confondu devant une telle recommandation. Le sous-sol sableux est une véritable passoire et la nappe n'est pas statique. Elle se déplace lentement, vers le bassin d'Arcachon, distant de moins de 2 km en transportant les pollutions. Jusqu'à la fermeture de la décharge en 2007, il sera procédé à l'enfouissement des ordures à plusieurs mètres de profondeur, directement dans la nappe…..

===================

Le polonais Morpol va produire plus de 25.000 tonnes de saumon chaque année

Morpol, le géant polonais connu pour son saumon fumé (1e transformateur en Europe), est devenu en moins d’1 mois l’un des tout premiers éleveurs de saumon dans le monde après l’acquisition de plusieurs sociétés norvégiennes opérant en Ecosse. La dernière acquisition en date est Marine Farms, une société cotée à la bourse d’Oslo pour 62,7 millions d’euros. Morpol est en mesure de produire près de 30.000 tonnes de saumon par an, plus quelques milliers de tonnes de bar, de daurade et de Cobia produits par des filiales de Marine Farms en Espagne et à Bélize. Source : Morpol now owns 90.5 pct of Marine Farms (FIS)

===================

Canada : Les Premières nations se lancent dans l'élevage de pétoncles avec la construction d’une écloserie

Les Premières Nations côtières MDC ont reçu l’autorisation pour installer une écloserie de pétoncles dans les bâtiments de la société de pêche Seal Cove de Prince Rupert sur la côte atlantique canadienne. Le projet s’élève à environ 400.000 dollars pour une production de 30 millions de naissains. Les Premières nations côtières ont conclu un partenariat avec la société Blossom Canada, une filiale de la société chinoise Dalian Blossom qui a une grande expérience de la pectiniculture en Chine. « Les pétoncles ont toujours été utilisés dans l’alimentation des Premières nations, mais ils n’ont jamais fait l’objet d’une grande industrie. C'est ce que nous allons faire maintenant », a déclaré Sterritt, directeur exécutif des Premières Nations côtières. Source : Scallop grow-out gets approval for construction (bclocalnews)

===================

Le gouvernement du Canada investit dans l'industrie de l'aquaculture en Nouvelle-Écosse

Scott Armstrong, député de Cumberland Colchester, a annoncé aujourd’hui, au nom de l’honorable Gail Shea, ministre des Pêches et des Océans, l’octroi d’une somme de 1,2 million de dollars à Canaqua Seafoods Ltd., dans le cadre du Programme d’innovation en aquaculture et d’accès aux marchés (PIAAM). Cette somme servira à financer un projet d’optimisation de l’aquaculture du flétan de l’Atlantique en bassins installés à terre. « Notre gouvernement est résolu à améliorer la compétitivité sur le marché mondial, la productivité et la performance environnementale industrie canadienne de l'aquaculture » a indiqué la ministre Shea, en ajoutant que « le financement de 1,2 million de dollars octroyé aujourd’hui sera investi dans un projet dont les applications commerciales continueront à faire l’industrie canadienne de l'aquaculture l’industrie prospère que les Canadiens peuvent être fiers. »…

===================

« Entre terre et mer » propose une exploration humaine du Royannais (Sud-Ouest)

Le Pays royannais en 23 figures marquantes : Vingt-trois noms, vingt-trois histoires, vingt-trois manières de promouvoir une région, vingt-trois façons de l'aimer. Certains ont choisi de s'y installer : le Lorrain Pierre Becker, devenu marin et président de la station des sauveteurs en mer de Royan, Tina Provenzano, from Chicago, tombée en extase devant la plage des Nonnes, où elle a créé le Tina's Café, refuge pour artistes et lieu de diffusion musical atypique. D'autres y sont nés, n'intellectualisent pas leur enracinement. Philippe Tranchet, le père du Violon sur le sable, n'a jamais conçu le projet de s'épanouir ailleurs, malgré sa palette de talents. Il n'y a jamais réfléchi. Il ressent juste le besoin de vivre ici. Son copain Dominique Rocheteau est parti, lui. Un ado talentueux a quitté un jour L'Eguille-sur-Seudre et sa famille d'ostréiculteurs pour Saint-Etienne. Il est devenu l'« Ange vert », l'avant-centre légendaire des Verts et de l'équipe de France vainqueur de l'Euro 1984, mais il est toujours revenu au port, à L'Eguille, à Royan, où il transmet son savoir là où il l'a exprimé lorsqu'il était enfant, sur les terrains d'Aquitaine.

===================

  • 17 septembre 2010

Moules avariées : 15 clients d’un restaurant intoxiqués (Vaucluse Matin)

La note attestant de la toxicité des moules, qui a occasionné ces empoisonnements alimentaires au restaurant “Le Provence”, a été placardée sur une vitre de l’Intermarché de Morières.

Des toxines “lipophiles” présentes dans les coquillages

« Samedi matin, je suis retourné au magasin afin d’éclaircir la situation et surprise ! Un avertissement de la centrale d’Intermarché, daté du vendredi, mettant en garde les magasins sur des moules toxiques en provenance d’Espagne, était placardé sur le rayon. J’ai fait appeler un responsable qui m’a effectivement confirmé qu’ils auraient dû enlever ces moules de la vente pour éviter tout problème », poursuit Hervé Hilaire. « On ne veut pas faire de procès, on a autre chose à faire. Mais on ne veut pas perdre nos clients et notre réputation pour quelque chose qui n’est pas de notre faute » ajoute Florian. La circulaire d’Intermarché est même affichée dans le restaurant.

La direction du supermarché confirmait hier avoir reçu une note interne vendredi les obligeant à retirer de “tous les étalages les moules en provenance d’Espagne”. « Ce que nous avons fait immédiatement après, à 18h. De toute façon, si ça ne venait que de nous, il y aurait eu beaucoup plus de personnes intoxiquées. C’est ce que m’ont dit les services vétérinaires » explique le directeur. La direction des services vétérinaires de Vaucluse a effectué des prélèvements et trouvé des toxines “lipophiles” dans les moules, produites et récoltées en Galice depuis le 30 août. Ces mêmes services ont d’ailleurs demandé au gérant du restaurant de communiquer le nombre de personnes malades, afin d’établir un recensement au niveau national.....

===============

Sète. Étang : Les naissains meurent moins, mais c'est de saison (Midi Libre)

Au dernier épisode de la saga ostreid herpès virus, le président de la Section régionale conchylicole ne faisait pas de mystère. Les naissains introduits dans le bassin de Thau au début de l'été n'étaient pas épargnés par la surmortalité. 40 % environ des jeunes huîtres mises en prégrossissement quelques semaines plus tôt avaient succombé début août. Et Philippe Ortin ne pouvait qu'espérer, alors que les derniers naissains reçus - immergés il y a un petit mois - connaissent un meilleur sort. Il a apparemment été exaucé puisque la mortalité constatée sur les jeunes huîtres d'écloseries mises en prégrossissement courant août ne dépasse pas les 10 % sur l'étang. La raison de cette embellie n'est hélas pas….

Quant à l'expérience qui consiste désormais à utiliser des larves issues du captage naturel à même le bassin de Thau, elle suit son cours : « Les larves déjà récoltées ont été mises en pernettes (sortes de casiers de plastique) pour le prégrossissement », confie le président de la SRC. Reste à savoir comment ces jeunes huîtres, issues d'individus revenus à l'état sauvage, passeront la phase critique des 20 mm…..

Rappel : Les Assises de la conchyliculture auront lieu le 21 septembre à Mèze

===================

L'avenir de l'ostréiculture passé au peigne fin (Sud-Ouest)

À l'invitation des ostréiculteurs, les maires et les représentants des services de l'État ont participé à une réunion de travail à la cabane tchanquée. Ils se sont notamment penchés sur la présence de pesticides et hydrocarbures dans les eaux du Bassin.

C'était une première que cette réunion de travail organisée lundi par la Section régionale conchylicole et son président Olivier Laban dans la cabane tchanquée, prêtée par la mairie de La Teste-de-Buch. Tous les maires du Bassin sont présents, avec les parlementaires, Marie-Hélène des Esgaulx, sénateur maire de Gujan-Mestras, François Deluga, député et maire du Teich, Michel Sammarcelli, président du Siba, Michel Daverat, conseiller régional, Jacques Chauvet, conseiller général, de même que les services de l'État (Affaires maritimes, Services vétérinaires), conduits par le sous-préfet Pascal Gauci. Présente aussi, Anne Littaye, chargée de mission du Parc marin. Cela dit, et si le cadre de cette réunion de rentrée est pour le moins enchanteur, soleil aidant, ne nous y trompons pas, ainsi que le souligne Olivier Laban : « Ce n'est vraiment pas pour faire du théâtre. Ce site est symbolique à plus d'un titre au plan environnemental. »

Questions de fond…..

===================

Journée du patrimoine : Du sel aux huîtres (Sud-Ouest)

L'association l'Huître pédagogique s'investit plus que jamais dans les Journées du patrimoine, qui se déroulent le week-end prochain sur le thème : « Quand les femmes et les hommes construisent l'histoire de leur milieu. »

Vrai développement durable - Il s'agit de faire comprendre, par la pratique, comment nos ancêtres ont su utiliser ici un milieu hostile, les anciennes vasières de l'estuaire de Seudre, pour en faire un patrimoine nourricier. Un patrimoine toujours vivant aujourd'hui à travers l'ostréiculture, sans oublier le travail du saunier de Mornac, Sébastien Rossignol….

Renseignements : l'Huître pédagogique, tél. 05 46 22 65 29 ou 05 46 02 89 87 ; e-mail : pologi.roch@orange.fr ou martin.guillaume.et.sarah@wanadoo.fr.

web : http://monsite.orange.fr/m.huitre.pédagogique.

===================

L'addition va être salée pour les huîtres de Noël (L’Essentiel)

Les amateurs devront payer plus cher leurs huîtres cet hiver, à cause de la mystérieuse surmortalité observée depuis trois ans. Le prix des huîtres devrait grimper d'au moins 15 % cette année et rester élevé pendant trois ans. Les ostréiculteurs poussent un ouf de soulagement: les chercheurs auraient trouvé la cause de la surmortalité des huîtres qui sévit sur les côtes françaises. Mais les consommateurs, eux, vont devoir payer cher les huîtres pendant quelques Noëls encore. Car si la production devrait repartir d'ici 2013, les stocks ne seront pas renouvelés avant 2016. D'ici là, «les prix....

======================

Les ostréiculteurs s’interrogent (Manche Libre)

Pour la troisième année consécutive, les ostréiculteurs en particulier bas-normands, sont victimes d’un très grave phénomène de mortalité des naissains et des jeunes huîtres creuses, qui touche jusqu’à 80 % de leur cheptel. Pour beaucoup de professionnels, c'est la survie même de leur entreprise qui est en cause, car cette année sera la dernière où ils pourront commercialiser un nombre d'huîtres suffisant pour répondre à la demande.

Assises régionales - D’ores et déjà, les ostréiculteurs installés récemment doivent faire face à d’importants problèmes de trésorerie, alors même qu’ils supportent des charges financières liées au remboursement d’emprunts contractés pour financer leurs investissements. Directeur des pêches maritimes et de l’aquaculture, Philippe Mauguin constate…

======================

Terres et mers de Bretagne. Le nouveau magazine sur les télévisions locales (Le Télégramme)

Les chambres d'agriculture de Bretagne et les trois télévisions locales bretonnes, Tébéo, Ty-Télé et TV Rennes 35, doivent signer aujourd'hui au Space une convention de partenariat et de subvention pour la création d'un nouveau magazine mensuel et des chroniques hebdomadaires «Terres et mers de Bretagne». Ce projet a pour ambition de soutenir la réalisation de reportages réguliers sur l'agriculture, la pêche et la conchyliculture bretonnes. Premières images le 22 septembre.

======================

Production et vente d’huîtres et crevettes (Achat futé)

Si vous cherchez un spécialiste d’huitres, gambas vivante ou crevette impériale, Gaec Huître Impériale à Mornac sur Seudre est la bonne adresse. Cette société réalise l’affinage et l’élevage de produit de qualité, c’est la raison pour laquelle nos gambas vivantes impériales sont élevées dans les bassins de clair. La société Huitre Impériale spécialiste de cette espèce et du haut de gamme produit de façon naturelle la meilleure gambas en terme de qualités organoleptiques. La maîtrise complète du cycle de production de l’alevin à la taille adulte et de la phase délicate de l’expédition du produit vivant font de cette société un partenaire incontournable.

======================

Canada : Manifestation contre le saumon transgénique (Radio Canada)

Plusieurs personnes ont manifesté jeudi matin devant les installations de l'entreprise Aqua Bounty, à Fortune, à l'Île-du-Prince-Édouard, pour dénoncer le saumon transgénique. Les porte-parole des manifestants ont expliqué qu'ils craignent une contamination du saumon de l'Atlantique naturel, que l'on trouve dans l'est du Canada. Aqua Bounty produit des oeufs de saumons transgéniques destinés à des élevages au Panama. Ce saumon atteint sa maturité deux fois plus vite que le saumon de l'Atlantique. Les manifestants craignent, en cas de contamination, que le saumon transgénique finisse par dominer, voire remplacer, le poisson naturel qui serait ensuite voué à l'extinction. Les manifestants demandent au gouvernement canadien de ne pas approuver la commercialisation du saumon modifié. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration tiendra bientôt des audiences publiques au Maryland pour écouter les citoyens que cette perspective inquiète. Trois groupes du Canada participeront à ces audiences, dont le Conseil des Canadiens.

Stop Frankenfish

Frankenfish may have won the race to be the first genetically engineered animal approved for human consumption. The biotechnology industry has genetically engineered a fish that grows at twice the normal rate, so it can get to market sooner and make more money, faster.

======================

  • 16 septembre 2010

Bilan des assises régionales de la conchyliculture : Augmentation des prix, pertes de production et d’emploi, aides financières, plan de réensemencement avec des huîtres triploïdes Résistantes… Pendant ce temps, les nord-américains se déchirent autour du saumon OGM triploïdes....

==================

Mortalité des huîtres: les prix en hausse pour les fêtes, espoir à terme (Sud-Ouest)

Les consommateurs devront payer plus cher leurs huîtres cet hiver en raison d'une mystérieuse surmortalité observée depuis trois ans, mais les ostréiculteurs espèrent un retour progressif à la normale à partir de 2013.

"On a la solution de sortie de crise", assure Goulven Brest, président du Comité national de la conchyliculture, soulignant toutefois qu'un retour à des stocks normaux n'interviendra pas avant 2016-17. En attendant, "les prix en sortie de production ont augmenté de 50%" en raison de la baisse des stocks, a-t-il déclaré. Les professionnels discutent "avec les distributeurs pour qu'ils jouent le jeu et que la hausse ne soit que d'une dizaine de pourcents pour le consommateur" pour les fêtes, a-t-il expliqué. René Goallo, directeur interrégional adjoint de la Mer, lui, estime à "environ 15%" la hausse finale probable pour les consommateurs. L'hiver 2010-11 doit marquer l'arrivée sur les étals des premières générations d'huîtres affectées par la surmortalité apparue il y a trois ans et toujours mal expliquée. Les naissains (jeunes huîtres) demandent trois ans de culture avant de devenir des huîtres consommables prêtes à la vente….

==================

Quel avenir pour l'ostréiculture bas-normande ? (Fr3 Caen)

Touchés par une crise sans précédent, les producteurs d'huîtres se cherchent un avenir. Les naissains (jeunes huîtres) sont décimés par une mortalité qui peut toucher 90% d'un bassin. Réunie ce mercredi en assemblée générale à Blainville-sur-Mer, dans la Manche, la profession se cherche un avenir. " Une crise qui rappelle celle de la vache folle ". Cette phrase du préfet de région, Didier Lallement, donne la juste dimension du malheur qui frappe les 400 exploitations bas-normandes (11 000 tonnes par an, 10% de la production nationale).

En plein désarroi, les professionnels tentent d'imaginer des solutions d'avenir, comme le recours à des huîtres résistantes au virus qui décime leurs parcs. Mais l'importation de nouvelles souches ne risquerait-elle-pas de générer de nouveaux problèmes ? Or, il faut faire vite, car la filière est durement touchée, au point qu'une étude régionale estime possible 250 suppressions d'emploi, sur les 1200 salariés, à la fin de l'année.

==================

L'huître de Normandie (CRPS)

Comme les années précédentes, les professionnels déplorent des surmortalités d'huîtres juvéniles. Aujourd'hui se tenaient les Assises régionales de la conchyliculture à Blainville sur Mer. Professionnels, scientifiques, représentants des collectivités, du monde de la formation, etc étaient présents pour chercher des pistes d'avenir. Nous aurions préféré que ces Assises se tiennent dans un autre contexte plus favorable pour la profession. Comment en effet se projeter dans l’avenir quand la situation des entreprises ostréicoles est si fragile ?

==================

Conchyliculture. Des assises régionales très suivies (Le Télégramme)

Les assises régionales de la conchyliculture se sont tenues hier en Préfecture de région en présence notamment des représentants des professionnels des régions Bretagne et Pays de la Loire, et des membres de la communauté scientifique et universitaire. Quatre thèmes principaux ont été abordés: comment avancer sur les pistes de sortie de crise en matière de surmortalités des huîtres creuses, comment améliorer l'adéquation entre la demande professionnelle et la recherche appliquée et/ou fondamentale; quelles réflexions sur les enjeux sanitaires et environnementaux, et enfin quelles sont les caractéristiques des marchés conchylicoles et les marges d'action correspondantes? Michel Cadot, préfet de Région, s'est félicité de l'assistance nombreuse à ces assises régionales. Il a rappelé qu'à ce jour, près d'un milliard de naissains ont été produits en écloseries pour le réensemencement des parcs ostréicoles, prévu d'ici la fin du mois.

==================

Des saumons OGM bientôt dans les assiettes américaines ? (Futura-Sciences)

La FDA américaine devrait, dans les prochains jours, autoriser l’élevage de saumons transgéniques destinés aux assiettes des consommateurs américains. Le débat sur les OGM semble être perdu d’avance pour les opposants. Ce n’est pas encore fait, mais cela ne saurait tarder. La Food and drug administration (FDA), l’autorité suprême pour la nourriture et les médicaments sur le territoire américain, devrait très probablement annoncer l’autorisation d’élever, à des fins commerciales et alimentaires, des poissons OGM….

Et si des saumons s’échappent ?

Après de vives critiques, la FDA a finalement décidé d’être transparente vis-à-vis des saumons transgéniques. Les résultats de l’enquête effectuée par le Veterinary Medicine Advisory Committee, rattaché à la FDA, sont en effet visibles sur leur site. Les décisions finales qui seront prises par le Center for Veterinary Medicine, suite à l’enquête, seront elles aussi disponibles.

Mais cela n’est pas suffisant pour les fervents défenseurs de l’environnement. En effet, les poissons d’élevage sont certes enfermés dans un enclos, mais le risque de s’en échapper (à l'image du colza OGM) et de s’accoupler avec un poisson sauvage n’est pourtant pas nul. D’après Ronald Stotish, le directeur exécutif d’AquaBounty, ces inquiétudes n’ont pas lieu d’être. Les poissons sont quasiment tous (99%) triploïdes, c'est-à-dire qu’ils n’ont pas deux jeux de chromosomes (un de leur père et un de leur mère) comme les poissons normaux, mais trois. Cette triploïdie les rend stériles. De plus, ils sont enfermés dans des bassins totalement hermétiques, empêchant non seulement les jeunes saumons de s’échapper, mais aussi les œufs. « La possibilité d’une échappée ou d’un événement permettant une interaction avec les saumons sauvages est infinitésimale » conclut Ronald Stotish.

D’après Mark Abrahams, un biologiste du Memorial University à Saint-Jean au Canada, le métabolisme des saumons OGM ne serait pas adapté à leur vie en eaux sauvages : leur grand besoin de nourriture leur confèrerait un comportement à risque, et ils deviendraient des proies faciles. Les arguments en faveur de la non-dangerosité des saumons AquAdvantage pour l'environnement ne manquent donc pas. Toutefois, un modèle mathématique élaboré à l’Université Purdue et publié dans le journal Pnas indique que la présence de 60 poissons transgéniques au sein d’une population de 60.000 poissons sauvages serait suffisante pour menacer la survie de l’espèce sauvage et même l'éradiquer, et ce en 20 générations... Par ailleurs, la consommation de ces poissons OGM est-elle sans danger ? Seul l'avenir nous le dira.

==================

Mortalités des huitres : les déclarations de mortalités sont à faire avant le 15 octobre et les dossiers FAC 2010 sont à déposer avant le 31 octobre ! (Fdsea 34)

En 2010, des mortalités exceptionnelles de jeunes huîtres et de naissains sont une nouvelle fois constatées. Il est rappelé aux ostréiculteurs qui constatent un taux anormal de mortalité qu'ils doivent obligatoirement déclarer leurs pertes de production avant le 15 octobre 2010 auprès de leur Délégation à la Mer et au Littoral (DML). Le formulaire correspondant est à retirer auprès de la DML ou de la Section Régionale Conchylicole de Méditerranée. Cette déclaration sera une pièce probante du dispositif d'indemnisation au titre du régime des calamités agricoles à venir pour 2010.

Par ailleurs, l'aide à l'allègement des charges financières - FAC ostréicole - a été à nouveau mis en place en 2010. Une enveloppe de 95 000 € est affectée à la Région Languedoc Roussillon. Le FAC 2010 ostréicole est cumulable avec la mesure FAC du PSEA dans la mesure où la somme des montants perçus pour chaque mesure ne dépasse pas le montant des intérêts 2010.....

==================

Les experts mondiaux de l’eau s’inquiètent des nouveaux polluants (Euractiv)

Les experts de l’eau et les actionnaires réunis cette semaine en Suède ont averti du nombre croissant de nouveaux polluants chimiques dans les eaux mondiales et ont fait appel à une plus grande attention sur ce problème.

==================

  • 15 septembre 2010

En cette année de la biodiversité, près d'un milliard d'huîtres triploïdes va être mis à l'eau en milieu ouvert !!!!!

Les huîtres triploïdes ne sont pas toutes stériles

Dans une étude publiée en 2004, plusieurs chercheurs chinois expliquent que les huîtres du Pacifique triploïdes ne sont pas toutes stériles. La fécondité relative des femelles triploïdes atteint 13,4% des huîtres diploïdes normales. Ce qui selon eux n’assure pas un confinement total des élevages de triploïdes….

Si les triploïdes étaient complètement stériles, leur utilisation en aquaculture n’aurait pas d’incidences sur les populations sauvages et la biodiversité… Dans le cas contraire, quand les triploïdes ne sont pas stériles, il serait pertinent de connaitre l’impact des triploïdes fertiles sur les populations sauvages. Voir l’étude : Chromosome inheritance in triploid Pacific oyster Crassostrea gigas Thunberg

=============

Le génome de l'huître séquencé en Chine (BE)

Des scientifiques chinois ont établi la première carte de séquençage du génome de l'huître. Cette carte est la première de son type parmi les mollusques et, plus généralement, pour la faune marine. Cela ouvre ainsi de nouvelles pistes d'amélioration et de développement de l'ostréiculture. Ainsi, l'huître possédant d'excellentes propriétés de viscosité, les chercheurs ont tenté d'isoler les gènes exprimant ces propriétés pour développer de nouveaux matériaux ; ces recherches, actuellement au stade théorique, pourraient déboucher sur des applications innovantes dans la construction, la production et l'entretien de machines. Après deux ans de recherches conjointes, les équipes de l'Institut d'Océanologie de l'Académie Chinoise des Sciences (IOCAS) et de l'Institut de Génomique de Pékin (BGI) ont montré que le génome de l'huître comportait 800 millions de paires d'ADN et environ 20.000 gènes, exemple d'une grande complexité génétique des formes élémentaires de la vie marine. Les Chinois voient également dans ces connaissances la promesse d'avancées permettant une croissance plus rapide et un meilleur taux de survie de l'espèce, ainsi que son élevage sans support….. Chinese Academy of Sciences : http://english.cas.cn/Ne/headline/201008/t20100804_57124.shtml

=============

L'ostréiculteur tente de s'inventer un avenir (Sud-Ouest)

Face à la crise, comment rebondir ? La procédure ouverte hier à Fouras peut défricher quelques pistes. Réponse le 11 octobre. Le coup d'envoi a été sifflé à Paris, le 22 juin dernier. Et c'est à Paris, le 11 octobre, que le ballon reviendra au ministère de l'Agriculture et de la Pêche. Bruno Le Maire a décidé de prendre le taureau de la crise conchylicole par les cornes en donnant des assises en pâture à la filière. A Fouras hier, 150 ostréiculteurs, chercheurs, administrateurs de tous ordres, posaient la réflexion pour la Charente-Maritime, sur la ligne tracée par le ministère que soulignait le président de l'interprofession, Gérald Viaud. Réfléchir à des solutions pour tirer l'ostréiculture d'une crise sans précédent, oui, mais conscients que les pistes tracées doivent soutenir la position de la France dans la négociation sur la réforme de la politique commune des pêches. Le préfet lançait la manœuvre, en présence notamment des députés-maires Didier Quentin, et Maxime Bono.

70 % de stock en moins - Un expert-comptable, spécialiste des établissements ostréicoles, balisait nettement l'enjeu, dans l'atelier consacré aux « pistes pour inscrire le secteur conchylicole dans l'avenir », l'un des quatre thèmes débattus. « L'État et ses représentants n'ont pas du tout conscience de ce qui va se passer. Je n'ai pas, ou.....

Il y a deux façons de préciser l'alerte. Celle que choisit l'ancien président de section, le Port-Barquais Bernard Laugraud. Elle est statistique : « 2010 est la première année où nous avons des huîtres à vendre qui ont survécu à la première année de mortalité des juvéniles, en 2008 : c'est donc 40 % de marchandise en moins. Ce sera 70 % de stock en moins l'an prochain. » L'autre approche, celle de l'Oléronnaise Sylvie Aubrière, remue les consciences : « Le désespoir est tel que des collègues ne viennent même plus dans leurs cabanes. Pensez bien à ce que je vous dit, il y en a qui vont se faire péter la cervelle… »....

=============

Les huîtres seront plus chères à Noël (Ouest France)

Parmi les mesures pour survivre à la surmortalité des naissains, en Charente-Maritime, les ostréicultures évoquent la hausse des prix. Forte mobilisation des professionnels, hier à Fouras, en Charente-Maritime, pour la première étape des assises régionales de la conchyliculture. Objectif : dégager des pistes permettant de sauver la profession confrontée, pour la troisième année consécutive, à une surmortalité des naissains. « Il nous manque 40 % d'huîtres commercialisables. L'an prochain, nous aurons un déficit de 70 %. À ce niveau, on ne peut plus faire tourner nos entreprises. » L'assemblée est unanime sur le constat. L'urgence, "réussir à tenir le temps de reconstituer les stocks". Première mesure visible pour les consommateurs, " les prix vont monter" prévient Jean-Pierre Suire, président de l'OP (Organisation des producteurs). "On table sur une augmentation de.....

=============

L'Huître de Noël fera la belle à Paris (Sud-Ouest)

C'est une belle campagne qui va être ouverte le 4 novembre dans la capitale afin de lancer le label « Huître de Noël ». Après le succès l'année dernière de l'opération huître du bassin d'Arcachon à l'invitation de Gilbert Edelstein, patron du cirque Pinder, le Syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon (Siba) prend le relais cette année, via sa commission communication tourisme dirigée par Isabelle Galinier et présidée par Philippe Pérusat, maire d'Andernos-les-Bains : « Nous allons lancer, le 4 novembre prochain à Paris l'huître de Noël », explique la directrice. Rappelons que la ville de La Teste-de-Buch avait l'année dernière au moment des fêtes de fin d'année, « inauguré » ce label. Avec bonheur. Aussi le Siba a-t-il repris cette idée, afin que le Bassin puisse s'approprier cette marque calendaire qui sera déclinée en trois saisons, « Huître de Noël, huître de printemps et huître d'été. »….

=============

Suisse : Moules marinières potentiellement toxiques rappelées par la Coop (Romandie)

Coop rappelle des moules marinières espagnoles en barquettes prêtes à cuire d'un kilo. Le Ministère français de la santé les a interdites à titre préventif: elles pourraient contenir des toxines d'algues. La marchandise en provenance de Hollande n'est pas concernée.

Ces toxines - au demeurant naturellement présentes dans les mollusques - peuvent provoquer des vomissements et des diarrhées chez les consommateurs, communique Coop ce mardi. Les clients sont priés de les rapporter, le prix leur sera remboursé.

=============

Vingt-deux ans par monts et par flots (Le Berry)

Depuis vingt-deux ans, la fête des flots tisse des liens entre la Vendée et le Berry, en mettant les produits des deux terroirs à l'honneur. Cette année encore, la mer n'a pas hésité à s'inviter à Trouy. La preuve : hier, on trouvait en effet huîtres et moules à profusion mais aussi vins et produits de terroirs. « Le concept de cette fête, c'est la rencontre des produits de la terre et des produits de la mer », explique Henri Bignell, président de l'association Trouy Temps Libre, organisatrice de l'événement. Mais la Fête des flots, c'est aussi une brocante, baptisée Puces des flots, une marche à pied, des animations musicales et même des baptêmes en hélicoptère. Belle réussite pour un événement né presque par hasard. « La fête est issue d'une rencontre entre un Vendéen de la Faute-sur-Mer et un Berrichon », explique Henri Bignell. « L'idée était de créer un pendant à la fête de l'océan, à Quincy. C'était aussi l'occasion de se retrouver » Depuis, les festivités n'ont cessé de monter en puissance. « De plus en plus d'artisans prennent contact avec nous pour participer », constate le président de l'association…..

=============

  • 14 septembre 2010

Rappel : Assises régionales de la conchyliculture

Ouvertes à Paris le 22 juin 2010, les Assises de la Conchyliculture, se poursuivent en Région au cours du mois de septembre. 4 réunions pour 4 façades maritimes et 4 thèmes.

- Fouras le 14 septembre

- Blainville/mer le 15 septembre

- Rennes le 15 septembre

- Mèze le 21 septembre

4 thèmes : (1) Piste de sortie de crise, (2) Recherche et appui technique, (3) Enjeux environnementaux et sanitaires, (4) Mise en marché et valorisation des produits

Pour plus de précisions, contacter les Sections Régionales

===============

Le 14 septembre à Fouras, les ostréiculteurs mettent à plat leurs problèmes. Des assises régionales de la profession, en prélude d'une synthèse nationale.

Y'a le feu au lac. Pour le troisième été consécutif, les jeunes huîtres meurent en masse. Des surmortalités qui atteignent jusqu'à 80 % de pertes en Charente-Maritime sur les lots d'un an, de 20 à 50 % pour l'huître arrivée au milieu de sa croissance, et de 50 % pour celle de taille marchande. Dans ce contexte de crise sont organisées, mardi 14 septembre prochain à Fouras, les Assises de la conchyliculture. En juin dernier, pour répondre aux manifestations des ostréiculteurs, le ministre de l'Agriculture et de la pêche, Bruno Le Maire, décidait d'ouvrir un large débat sur l'avenir du secteur conchylicole. Dans l'organisation de ces Assises, le premier niveau de concertation est local. Fouras, qui devrait capter l'intérêt des professionnels de la Charente-Maritime (un millier d'entreprises conchylicoles) est l'un de ces rendez-vous de proximité fixés sur les quatre façades maritimes. Les conclusions de ces concertations initiales seront synthétisées pour être présentées et discutées lors d'ateliers de restitution organisés, à l'échelle nationale ceux-là, avant la clôture des Assises. Elle est prévue le 11 octobre prochain à Paris.

Les huîtres de la Gironde -

Le président de la Section régionale conchylicole Poitou-Charentes, Gérald Viaud, espère que les professionnels s'approprieront le rendez-vous. « Nous avons des dossiers primordiaux, et je souhaite que le ministre entende ce qui se dira. »

Nez collé sur l'estran charentais, Gérad Viaud s'arrête devant l'estuaire de la Gironde. « Garni de gisements naturels d'huîtres » qui ne semblent échapper aux mortalités. A deux reprises cet été, accompagné de représentants des Affaires maritimes, il a exploré le secteur, entre Saint-Palais-sur-Mer et Saint-Georges-de-Didonne. « Qu'on me dise pourquoi l'Ifremer (l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) ne s'y intéresse pas ? » Gérald Viaud attend aussi de l'administration l'autorisation pour les ostréiculteurs de pêcher ces gisements naturels, pour regarnir leurs parcs.....

===============

Les huîtres peinent à se reproduire (20 minutes)

S'il est un peu tôt pour un bilan, les premières observations ne présagent rien de bon. Cette année encore, les naissains (petites huîtres) se font rares et si la période de production est terminée, 2011 et 2012 devraient être des années délicates. « Les ostréiculteurs risquent une baisse des stocks de 30 à 40 %, reconnaît Pascal Gauci, le sous-préfet d'Arcachon, mais on peut encore espérer un sursaut en septembre et en octobre ». « Depuis 1985, nous avons toujours eu des années aléatoires », commente Olivier Laban.

Mais ce qui inquiète le plus les professionnels, c'est la persistance, de manière inexpliquée, c'est la mortalité des jeunes huîtres. « On a constaté une surmortalité au printemps et, aujourd'hui, ça repart », note le sous-préfet d'Arcachon.

===============

Arcachon : 100 000 tonnes de déchets fantômes à Audenge (Sud-Ouest)

Entre 2006 et 2008 près de 100 000 tonnes de déchets ont été enfouies clandestinement par des dirigeants du groupe Edisud. Ils sont poursuivis pour escroquerie et corruption. Les largesses du groupe de Maurice Lecuyer sur le bassin d'Arcachon ont déclenché l'ouverture d'une enquête.

En cédant en 2008, le groupe Edifi qu'il avait constitué à la force du poignet dans le monde sans pitié de la collecte des déchets, Maurice Lecuyer croyait partir avec le gros lot. En changeant de mains, ses 28 sociétés devaient lui rapporter 27 millions d'euros. Non seulement la manne escomptée s'est brutalement évaporée mais la justice a rattrapé par le col cet autodidacte madré, au CV vierge du moindre diplôme, qui avait commencé à travailler à l'âge de 14 ans.

Escroquerie et corruption - Patrick Dauvin, le PDG de la société Ulysse, créée par d'anciens cadre de Veolia et de la Sita, croyait pourtant avoir fait une bonne affaire en reprenant les sites girondins et palois du petit empire de Maurice Lecuyer. Il n'imaginait pas quelques mois après avoir pris ses quartiers dans le Sud-Ouest, qu'il devrait liquider une partie de ses acquisitions et surtout dénoncer au procureur de Bordeaux les graves anomalies découvertes dans la gestion de la galaxie Lecuyer.

Celles-ci ont pour noms « escroquerie, exploitations non autorisées d'installation classées pour la protection de l'environnement et corruption active et passive ». À des degrés divers, elles sont reprochées à Maurice Lecuyer, à sa fille Sophie à son gendre Marc Belves et à Mamadou Dia, un docteur en géologie formé par l'université de Bordeaux et recruté comme responsable de l'environnement par l'ancien maire d'Audenge, Francis Gadou. Les mis en cause sont jugés par le tribunal correctionnel de Bordeaux....

===============

Huîtres : la mortalité n'a pas faibli (Ouest France)

Pour la troisième année consécutive, les naissains ont été dévastés. Un tiers des ostréiculteurs pourrait disparaître. Ambiance de plomb pour les débats régionaux des assises de la conchyliculture qui démarrent ce mardi à Fouras, en Charente-Maritime. « Cette année encore, les mortalités de naissains ont été très importantes. Elles oscillent entre 70 % et 90 % mais peuvent atteindre 100 % dans certaines zones », explique Nathalie Cochennec-Laureau, en charge du dossier surmortalité à Ifremer. « Aucun bassin n'a été épargné et nous constatons encore des mortalités résiduelles. »….. L'heure n'est donc pas « à l'enthousiasme débordant » note Goulven Brest, président du Comité national de la conchyliculture. Pour tenter d'endiguer le mal, différentes solutions sont testées. Plan de sauvegarde, programme de sélection, introduction d'huîtres d'importation (Japonaise) mais c'est avant tout sur le réensemencement avec des huîtres R (résistance) que le CNC espère redonner un peu d'espoir. « Nous allons fournir 850 000 millions de naissains résistants », indique….

===============

Étang de Thau : Une photographe fixe le travail des femmes (Midi Libre)

Sylvie Goussopoulos est photographe. Ellet travaille actuellement à la réalisation d'une exposition qui met en lumière l'importance, le rôle et le travail des femmes dans les mas ostréicoles sur les bords de l'étang de Thau….. Au Mourre-Blanc, à Mèze, Sylvie Goussopoulos a approché ces femmes ostréicultrices qui ont embrassé ce métier auquel elles n'étaient, pour la plupart, pas du tout destinées…..

===============

Connaissance marine 2020: mieux comprendre nos mers et nos océans pour dynamiser la compétitivité et la croissance (Europa)

Mme Maria Damanaki, commissaire chargée des affaires maritimes et de la pêche, a dévoilé aujourd'hui la proposition de la Commission intitulée «Connaissance marine 2020», dont l'objectif est de réaliser le potentiel des connaissances marines de l'Union. Cette approche en trois axes vise principalement à améliorer notre compréhension des mers et des océans de l'Union européenne, à rendre plus simple et moins coûteuse l'utilisation des données sur le milieu marin et à stimuler la compétitivité des utilisateurs de ces données.

Selon Maria Damanaki, cette proposition est à la fois opportune et salutaire: «La proposition Connaissance marine 2020 est une réponse directe de l'UE aux utilisateurs des données sur le milieu marin, qui lui ont demandé d'intervenir. Nous avons donc mis au point cette proposition approfondie axée sur trois objectifs. Le premier est de réduire les limitations d'accès aux données sur le milieu marin et d'en diminuer les frais de fonctionnement, afin d'aider les industries privées à être plus compétitives sur le marché mondial et à relever le défi du développement durable. Nous pouvons ainsi améliorer la qualité du processus décisionnel public à tous les niveaux et renforcer la recherche scientifique sur le milieu marin. En fournissant un plus large accès à des données sur le milieu marin cohérentes, rapidement disponibles et dont la qualité a été vérifiée, notre deuxième objectif est de stimuler l'innovation et la concurrence entre les utilisateurs. Enfin, en réduisant les incertitudes sur la connaissance des mers et des océans, nous construisons une base plus solide permettant une meilleure gestion des évolutions futures. Toutes ces mesures vont fournir aux entreprises et aux organes publics les moyens d'atteindre les objectifs vitaux de notre stratégie Europe 2020.»

===============

...as an oyster (office du jèrriais)

A rather interesting simile stumbled across in a Dgèrnésiais text of 1886:

squître coum une hitre

According to the Dictiounnaire, in modern spelling this would be scouitre coum énne huitre, and means as wily as an oyster.

The equivalent of Dgèrnésiais scouitre in Jèrriais is scouotre, but we don't say scouotre coumme eune hître. It doesn't rhyme anyway. We have a simile which rather means the opposite: bête coumme eune hître - as stupid as an oyster…..

===============

Canada : Cook Aquaculture s’oppose au saumon OGM

L'International Salmon Farmers Association a indiqué qu’elle s'oppose depuis des années aux poissons génétiquement modifiés, dit Nell Halse, le président néo-brunswickoise de l'association. « L'industrie salmonicole a une politique très claire à savoir que nous ne soutenons pas la production commerciale de saumons génétiquement modifiés »….. Halse qui est également vice-président de Cooke Aquaculture, a déclaré que l'Alliance internationale des éleveurs de saumons a décidé depuis plusieurs années de s’opposer aux poissons génétiquement modifiés…..

Cooke Aquaculture (inclus le secteur commercial, True North Salmon), vend des produits d'élevage au Canada et aux États-Unis ; Cooke possède également Salmones Cupquelan, une société d’élevage de saumon au sud du Chili…. Cooke travaille dans la salmoniculture depuis 25 ans et la société mène ses propres recherches pour améliorer les performances de ses poissons. «Nous avons nos propres programmes d'élevage qui ont permis à l'entreprise de sélectionner les poissons afin d'améliorer les taux de croissance sans hormones de croissance au point que les poissons de la société poussent plus vite qu’à l'état sauvage. » Source : Genetically engineered fish facing opposition

===============

  • Le 13 septembre 2010

Colloque de l’AGLIA : « Menaces sur les écosystèmes marins et estuariens »

Les XXIIes Rencontres Interrégionales de l’AGLIA qui auront lieu les 12 et 13 octobre 2010 à Rochefort/mer (Charente-Maritime) traiteront des « Menaces sur les écosystèmes marins et estuariens - Impacts sur les ressources halieutiques et conchylicoles ». Pour plus d’informations sur le programme et les inscriptions cliquer Ici

===============

La France a désormais ses gardes-côtes (Jdle)

Le ministre chargé de l’environnement, Jean-Louis Borloo a visité le 10 septembre le nouveau centre opérationnel de la fonction garde-côtes, au coeur de l'hôtel de la Marine (Paris). Créée officiellement le 8 décembre 2009 lors du comité interministériel de la mer, cette fonction a été mise en place par le décret du 22 juillet 2010. Il s’agit d’une première en France, qui résulte de la nouvelle organisation de l’action de l’État en mer (AEM.

Objectif : mutualiser les moyens humains et matériels des différentes administrations de l’Etat qui interviennent en mer et sur le littoral. Le centre opérationnel présenté, qui est adossé à l'état-major de la marine, devra tenir à jour la « situation maritime de référence », et la « synthèse des informations recueillies par les différents services » afin de permettre au secrétaire général de la mer (SGM) de conseiller le gouvernement. Pour Jean-Louis Borloo, il s’agit d’une « profonde mutation historique », une application concrète du Grenelle, et un « changement de cap pour le littoral, la mer et les océans ». Le ministre a rappelé que près de 70 % de la surface de la terre est recouverte d’eau (97 % d’eau salée), dans laquelle se trouvent quantités de richesses (nourriture, biodiversité, énergie…). La France possède 4000 km de côtes. Celles-ci pourront désormais faire l’objet d’une surveillance accrue, tant en ce qui concerne les sauvetages, que la découverte de pollutions, le terrorisme et les trafics en tous genres……

===============

Les huîtres à l’honneur à Plouézec ce dimanche (Ouest France)

Yvon Simon en pleine démonstration : voici comment on fabrique un collecteur à naissain, avec des coquilles saint-jacques et des morceaux de tube plastique. Les jeunes huîtres, présentes naturellement dans le milieu, viendront s’y fixer. C’est elles ensuite qui seront élevées avec amour et savoir-faire. Joli succès pour la première fête de l’huître, organisée par l’association ist.com, qui regroupe quatre communes ostréicoles de l’anse de Paimpol, les ostréiculteurs et les plaisanciers......

===============

Pollution mortelle dans une pisciculture bio (France 3)

25 tonnes de poisson sont morts. En cause, un produit chimique déversé dans l'Odet, en amont de l'entreprise aquacole. C'était la seule pisciculture biologique de Bretagne. Dans la nuit de mardi à mercredi, la totalité de la production de la pisciculture de Langolen (centre Finistère) a été détruite. Près de 25 tonnes (300 000 individus) de poissons sont morts. Une plainte a été déposée et une enquête ouverte par les gendarmes de Châteauneuf du Faou. Les employés de l'entreprise piscicole ont enlevé les 25 tonnes de truites mortes qui s'accumulaient dans les bassins. D'après le vétérinaire intervenu hier matin, les poissons sont morts instantanément. Pas une truite survivante, l'entreprise est à terre. La rivière en amont est contaminée sur un kilomètre. Un trace jaune laissée par un produit chimique est visible sur un pont. Avant le pont, aucune trace de pollution, en aval, les poissons sont morts. La communauté de brigades de gendarmerie de Chateauneuf-du Faou est chargée de l'enquête. Elle a réalisé des prélèvements. Pour le gérant de la pisciculture, la thèse de l'acte de malveillance est largement privilégiée. L'objectif du pisciculteur est de relancer la production dont dépendent directement trois personnes salariées sur le site mais aussi une dizaine d'autres employées dans deux usines finistériennes de transformation. Par Antonin BILLET

===============

Quimper Communauté : 44 250 euros pour le laboratoire universitaire de biodiversité et d'écologie microbienne

C'est la somme qu'allouera Quimper Communauté, sur les trois prochaines années, au Laboratoire universitaire de biodiversité et d'écologie microbienne (Lubem). Ces fonds permettront de financer une partie des 123 500 euros de la thèse du projet baptisé Biprobio et qui démarrera en octobre 2010. Ce programme de recherche porte sur la protection des organismes aquacoles et consiste à sélectionner, sur des bivalves, (moules, huitres...) des bactéries marines productrices de composés antibactériens. Ces « bonnes » bactéries pourraient participer à empêcher différents types d'infections chez les organismes marins. Les résultats de cette thèse devraient, par la suite, permettre de développer des systèmes de protection efficaces dans les élevages aquacoles. À noter : c'est la première fois que Quimper Communauté finance ce type de travaux de recherche.

===============

Gruissan, une marque et la Clape... (L’Indépendant)

Gruissan, une marque et la Clape... Sous la double bannière Sud de France et label Pays Cathare, "même si je doute que les Cathares mangeaient des huîtres", le maire de Gruissan entend placer "la marque Gruissan". Gruissan qui proposerait ainsi deux huîtres différentes, l'une de pleine mer, l'autre affinée au salin, "les premiers résultats de l'affinage sont très satisfaisants, encourageants". Au salin, Didier Codorniou aimerait associer Gilles Goujon, le chef triplement étoilé, à la démarche, "Gilles doit nous accompagner, je pense qu'il en a envie". Mais Gruissan, ce sont également des vins, et là le maire est très clair. "Il faut être logiques, il existe une appellation Clape. Gruissan doit se positionner sous cette bannière, comme tous les autres domaines du massif. En terme de notoriété et de marchés, je prends le pari qu'en se plaçant sous la bannière de la Clape, on ne perdrait rien. Au contraire". Rappelons que Gruissan – paradoxalement – est répertorié en... Corbières.

===============

45 millions d'euros pour des projets de recherche européens axés sur des activités maritimes innovantes et durables (Europa)

La Commission européenne présentera demain aux parties intéressées et aux candidats potentiels le financement de 45 millions d'euros qu'elle a prévu pour des projets de recherche sur les activités maritimes. Dans le cadre de l'appel «The ocean of tomorrow 2011» sont attendues des propositions financières pour des projets de recherche visant à exploiter au maximum le potentiel des mers et des océans par des approches innovantes, prospectives et durables. Le financement sera alloué à de vastes projets de recherche multidisciplinaires fondés sur un partenariat entre des États membres de l'UE et des pays tiers. La journée d'information de demain aura lieu au Centre de conférences «Albert Borschette» (ABCC) situé 36 rue Froissart à Bruxelles. À 10 heures, Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche et de l'innovation, et Maria Damanaki, responsable de la pêche et des affaires maritimes, prononceront les discours d'ouverture, suivis d'une conférence de presse à environ 10 h 40 au ABCC, salle 4C.

Diminution catastrophique du phytoplancton dans les océans -Source : Enerzine

Enfin, une étude publiée fin juillet dans la revue Nature montre que le plancton végétal a décliné au cours du siècle dernier, probablement à cause du réchauffement climatique, menaçant l'ensemble de la chaîne alimentaire dans les océans du globe. Le phytoplancton, constitué d'organismes microscopiques qui vivent en suspension dans l'eau, a décliné de 1 % par an en moyenne, selon l'équipe de l'université canadienne de Dalhousie. Or ces micro-organismes végétaux sont à la base de la chaîne alimentaire marine, nourrissant aussi bien les minuscules organismes de zooplancton que les grands mammifères marins (baleines...), les oiseaux de mer et la plupart des poissons. "Le phytoplancton est le carburant de l'écosystème marin. Son déclin affecte toute la chaîne alimentaire, jusqu'aux humains", explique Daniel Boyce, qui a mené l'équipe de chercheurs. Cette tendance représente une réduction d'environ 40 % depuis 1950, très probablement liée au réchauffement climatique. Les scientifiques ont constaté une corrélation entre le déclin du phytoplancton et la montée des températures de surface de la mer. "Le plancton végétal joue un rôle crucial dans l'écosystème de la planète. Il produit 50 % de l'oxygène que nous respirons, réduit le gaz carbonique et est important pour l'industrie de la pêche. Un océan avec moins de phytoplancton fonctionnera différemment", explique Boris Worm, l'un des auteurs de l'étude.

===============

Tsunamis : Un centre d’alerte en Méditerranée (Midi Libre)

La Méditerranée n’est pas un lac. Sénateur PS de l’Aude, Roland Courteau en a fait la démonstration auprès des pouvoirs publics. Et elle a payé : le parlementaire s’est vu signifier la création d’un centre d’alerte aux tsunamis en Méditerranée promis « pour mai 2012 », précise le sénateur, à l’issue d’une audition publique, au Sénat, réunissant scientifiques et représentants des ministères de l’Intérieur et de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. Non seulement un tsunami est possible en Méditerranée mais de plus il y en a déjà eu. Sans remonter jusqu’à l’île grecque de Santorin où, durant l’Antiquité, l’explosion du volcan suivie d’un raz-de-marée avait exterminé la civilisation minoenne.

============

L'huître de Normandie Engagement Qualité Carrefour

Depuis 1999, Carrefour s'engage sur la qualité de ses huîtres de Normandie : Pierric Godefroy nous explique son élevage, situé à la fin de la baie du Mont Saint Michel.

============

Fête de l’Exaltation des Fruits de mer (Spain.info)

Au mois d’octobre, O’Grove, sur la côte de Galice, célèbre sa Fête de l’Exaltation des Fruits de mer. Pendant ces festivités, les fruits de mer et le poisson sont vendus à des prix populaires, puis préparés et servis par les habitants de la localité. Les excellents produits de la zone attirent chaque année des milliers de visiteurs. Cet événement, qui est une véritable référence, vaut à O’Grove le surnom mérité de « paradis des fruits de mer ». Pour couronner le tout, musique, bals populaires, concours, compétitions sportives, mais aussi séminaires et expositions, sont également au rendez-vous.

Dates : du Oct 1, 2010 au Oct 12, 2010 / Emplacement : Grove, O (Pontevedra)

Voir aussi : La Galice et ses délicieux fruits de mer

============

  • 10 septembre 2010

Communiqué du CSO accompagnant le Questionnaire sur l’avenir de l’ostréiculture

Depuis le 22 juin et les Assises de la Conchyliculture au Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, on ne peut pas dire que les choses ont évoluées dans le bon sens.

On peut même se permettre de dire que les pouvoirs publics se gargarisent de voir que les professionnels ne sont pas encore assez convaincus d’une éventuelle et triste disparition de l’ostréiculture et ces mêmes pouvoirs publics s’en servent pour davantage nous diviser dans ce drame qui touche tout le monde.

Pourtant, à la lecture de notre dernière enquête sur la situation des entreprises les résultats sont plus qu’inquiétants. En effet, seuls 2 % des établissements ostréicoles sont en bonne situation financière !!! Les autres sont en situation difficile (29 %), très difficile (29 %) et catastrophique (30 %) ; 10 % ne se prononcent pas. C’est donc minimum 88 % des ostréiculteurs français qui sont aujourd’hui en grande difficulté !!!.... Suite

Comité de Survie de l’Ostréiculture : Questionnaire sur notre avenir proche (à renvoyer avant le 30 septembre 2010)

============

Le prix des huîtres va augmenter (France 3 Ouest)

Une augmentation de 30% du prix du kilo d'huîtres est attendue pour les fêtes de Noël. C'est une conséquence de la forte mortalité des naissains, victimes d'agents infectieux.

60 à 80 centimes de plus pour un kilo d'huîtres N°3. C'est l'augmentation moyenne qu'ont déjà commencé à appliquer certains ostréiculteurs cet été….. Conséquence directe en 2010, les stocks d'huîtres adultes ont presque diminué de moitié. Moins d'huîtres à vendre et toujours autant de clients… le résultat de l'équation est sans surprise. Au prochain Noël, le kilo d'huître devrait augmenter d'un euro, soit 30% + cher que l'année dernière. A ce stade aucune solution n'a été trouvée pour enrayer la mortalité des huîtres. La tendance n'est donc pas prête de s'inverser. Reste une question : quel prix le consommateur est il prêt à payer pour savourer des huîtres ?

============

Pinder le Girondin (Sud-Ouest)

Gilbert Edelstein compte transformer le Cirqu'Huître en festival international. Entre Pinder et la Gironde, c'est une longue histoire. Le cirque est ici comme chez lui. Le chapiteau jaune et rouge y passe une partie de l'été et traditionnellement s'installe aux Quinconces à Bordeaux. Il y est arrivé fin août et ne quittera la place que le 19 septembre. « Et on a du mal à partir », avoue Gilbert Edelstein, le PDG du cirque, « c'est la plus belle place d'Europe, le plus beau lieu d'implantation que l'on offre aux cirques en France. »

============

Arrêté du 6 juillet 2010 portant approbation du cahier des charges type des autorisations d'exploitation de cultures marines sur le domaine public maritime (Légifrance)

Le cahier des charges type annexé au présent arrêté, applicable aux autorisations d'exploitation de cultures marines accordées sur le domaine public maritime ainsi que dans la partie des fleuves, rivières, étangs et canaux où les eaux sont salées, est approuvé.

============

Diminution alarmante du phytoplancton dans les océans

Les algues microscopiques qui sont à l’origine de toute la vie océanique, sont en train de mourir à un rythme alarmant, selon une étude qui a recensé pour la première fois un changement inquiétant et sans précédent à la base de la chaîne alimentaire marine. Les scientifiques ont découvert que le phytoplancton des océans a baissé d'environ 40% au cours du siècle passé, surtout à partir des années 1950. Ils croient que le changement est lié à la température des mers et du réchauffement planétaire. Si les résultats sont confirmés par des études ultérieures, il représente le changement le plus important à la biosphère mondiale dans les temps modernes, encore plus grand que la destruction des forêts tropicales et les récifs coralliens, les scientifiques ont dit hier. Source : The dead sea: Global warming blamed for 40 per cent decline in the ocean's phytoplankton (The Independent)

============

USA : L'écosystème du lac Michigan au bord de l'effondrement

Un moule invasive dévore le phytoplancton du lac Michigan, la base de la chaîne alimentaire du lac est menacée. Cette espèce invasive de moules appelées quagga qui mange le phytoplancton du lac Michigan, pourrait avoir des effets néfastes sur l'écosystème du lac, avertissent les scientifiques. Source : Lake Michigan's ecosystem facing collapse (csmonitor)

============

USA : Plan de restauration des huîtres dans la baie de Chesapeake

Les stocks d'huîtres de la baie de Chesapeake ont chuté jusqu’à 1% des niveaux historiques depuis 1994. Le nombre de bars à huîtres a diminué de 80% et les pêcheurs sont passés de 2.000 en milieu des années 1980 à 500 depuis 2002. Dans le Maryland, il ne reste plus que 8 entreprises de transformation des huîtres aujourd'hui contre 58 dans les années 1970. La restauration des huîtres du Maryland dans le cadre du plan de développement de l'aquaculture a été révélé en décembre 2009. Il est basé sur les résultats de six années d'études d'impact environnemental, des options de restauration d'huîtres et de la Commission consultative des huîtres et des travaux du Conseil de coordination de l'aquaculture.

Mais ce plan ne fait pas que des heureux comme les « bâteliers » de Maryland en désaccord avec le projet de loi qui va créer des sanctuaires pour les huîtres dans des zones très productives selon eux…. Source : Oyster aquaculture set to expand in Maryland (Fis)

Watermen Protest

============

Point de vue canadien sur le saumon OGM : Du saumon transgénique bientôt dans nos assiettes? (Protégez-vous)

Les autorités étasuniennes pourraient très prochainement autoriser la vente d’une variété de saumon transgénique. Selon l’Administration des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), le saumon génétiquement modifié AquAdvantage est en tous points semblable à son cousin de l’Atlantique. Conclusion de la FDA : il existe une « certitude raisonnable » que sa consommation ne pose aucun risque pour la santé. Ce poisson d’un nouveau genre pourrait donc très vite se retrouver sur les tablettes des supermarchés chez nos voisins du Sud.

Un plus pour la chaîne alimentaire… La FDA a prévu de statuer sur le cas de cette nouvelle variété de saumon d’ici à quelques semaines. Si les autorités de régulation sanitaires donnent leur feu vert, ce sera la première fois qu’un animal génétiquement modifié va pénétrer dans la chaîne alimentaire humaine.

De son côté, Santé Canada se borne à répéter que « à l’heure actuelle, la vente d’aliments provenant d’animaux génétiquement modifiés n’est pas autorisée au Canada ». Mais le ministère prend soin de préciser qu’« il est impossible de dire, à ce stade-ci, si la vente de tels aliments sera autorisée ». Avant qu’une telle décision puisse être prise, souligne-t-il, « il faudrait procéder à une évaluation scientifique complète de leur innocuité et de leur qualité nutritionnelle »…..

La vaste majorité des associations de protection de l’environnement et de défense des consommateurs sont d’un tout autre avis. Au total, plus d’une trentaine de groupes, dont le Center for Food Safety, le Food and Water Watch et la Consumers Union, ont demandé à la FDA qu’elle rejette le saumon AquAdvantage. Ils estiment en effet qu’il représente une grave menace potentielle pour l’environnement. Et spécialement une menace de « pollution génétique » au cas où quelques spécimens de saumons s’échapperaient dans la nature et concurrenceraient leurs congénères. Ainsi, une étude publiée aux États-Unis indique que si 60 saumons modifiés génétiquement se retrouvaient dans l’océan, cela pourrait mener à l’extinction d’une population de 60 000 saumons sauvages en moins de 40 générations…..

============

Comment reconvertir son usine en ferme écologique ? (Bastamag)

Que faire des friches industrielles laissées en désuétude ? Aux États-Unis, plusieurs usines abandonnées sont reconverties en ferme d’agriculture urbaine. Objectif : produire des aliments sains à proximité des villes et de manière quasi auto-suffisante, tout en créant des emplois. Reportage à Milwaukee dans une ferme en aquaculture.

Consommer du poisson provenant du lac Michigan comporte un « risque élevé ». En cause : le haut niveau de pollution des grands lacs nord-américains, hérité de l’activité industrielle. Les perches ont même disparu de l’écosystème du lac. Pourtant, certains restaurants de Milwaukee (Wisconsin) sont désormais en mesure d’en proposer des fraîches issues d’une ancienne usine... reconvertie en ferme. À proximité de l’immense lac Michigan, une ferme urbaine s’est lancée en 2009 dans l’élevage de poissons et de légumes en aquaculture. Le lieu est improbable – une ancienne usine rachetée à un fabricant d’équipementier minier au sud du centre-ville – mais le potentiel de production est considérable. Entre ces quatre murs de béton, James Godsil est un homme heureux. « Nous avons reproduit une véritable zone humide », se félicite l’un des fondateurs de Sweet Water Organics, qui signifie « Eaux douces biologiques ».

============

Commercialisation : un parcours semé d'embûches (L’étoile)

Entre un coup de génie et la réussite commerciale, il y a un pas à franchir. Un pas quelquefois énorme et souvent très complexe. SavoirSphère Canada, un organisme sans but lucratif à Fredericton qui vient en aide aux entrepreneurs de l'Atlantique en quête de nouveaux marchés, offre des programmes de soutien aux chercheurs qui tentent de commercialiser le fruit de leurs recherches en les jumelant avec des experts de la mise en marché. Open Ocean Systems de Saint-Jean est l'une des entreprises ayant bénéficié du programme.

Andrew Storey est le président fondateur d'Open Ocean Systems, une entreprise créée en 2006 en vue de développer une innovation technique dans le domaine de l'aquaculture, qui a mené à la création de l'iCage. Cette cage métallique, complètement submergée dans un site d'aquaculture, mesure environ 1000 pieds cubes et peut être utilisée pour la culture du saumon et de la truite en eau vive, mais aussi de certaines espèces de poissons en milieux marins.

Cette cage métallique, complètement submergée dans un site d'aquaculture, mesure environ 1000 pieds cubes et peut être utilisée pour la culture du saumon et de la truite en eau vive, mais aussi de certaines espèces de poissons en milieux marins…..

==============

  • 9 septembre 2010

Langolen (29). Une pisciculture bio victime d'une pollution [Diapo] (Le Télégramme)

Le déversement d'un produit chimique dans l'Odet serait à l'origine de la mort de 300.000 truites, hier à Langolen. La rivière a également été touchée sur 1km. La mort a été instantanée d'après le vétérinaire qui est intervenu, hier matin, à Pont-ar-Stang, à Langolen. Dans la nuit de mardi à mercredi, toute la production de la Pisciculture bio a été comme foudroyée. «Hier soir (mardi soir), tout était normal. Un salarié a découvert la situation à 8h ce matin (hier). Les poissons étaient déjà morts depuis plusieurs heures». Gérant de l'entreprise, Régis Thomas ne décolère pas. Les 300.000 truites biologiques prendront aujourd'hui le chemin de l'équarrissage. Mystérieuse trace orange - Les six bassins qui contenaient près de vingt-cinq tonnes de truites ont été touchés par la pollution survenue dans la nuit. La mortalité s'est rapidement dissipée en aval. «Les installations piscicoles ont fait barrage». Une pollution d'une rare violence. «Il n'y a pas cinq poissons de vivant sur les 300.000», poursuit le gérant de l'entreprise, également à la tête de deux autres piscicultures, à Brasparts et Pleyben…..

============

Finistère : Pollution dans l’Odet : plus de 20 tonnes de poissons morts à Langolen (Ouest France)

Un désastre pour la pisciculture bio installée à Pont ar Stang, dans la campagne de Langolen (Finistère). Cette nuit, une pollution a tué la totalité des truites arc-en-ciel de cette exploitation, directement alimentée par l’Odet. Entre 20 et 25 tonnes de poissons, environ 270 000 têtes, ont péri. Un employé, habitant sur place, les a trouvés flottant dans les six bassins de production, à 8 h, ce matin. En cause ? Certainement une pollution due à un produit chimique répandu dans la rivière. Une enquête de la gendarmerie est en cours. Selon les premiers éléments, le produit chimique aurait pu être déversé du haut d’un pont, à un kilomètre en amont de l’exploitation. Entre la pisciculture et ce pont, de nombreux poissons sauvages sont également morts. Le pisciculteur, Régis Thomas, est sonné. « Des pollutions, ça arrive. Mais de cette violence, je n’en ai encore jamais vu. » L’homme, également exploitant de deux autres piscicultures à Brasparts et Pleven, chiffre son préjudice à 500 000 €. « Je viens de perdre un an et demi de production. »...

============

Plouézec. Première fête de l'huître dimanche (Le Télégramme)

L'association istr.com, forte du succès estival des visites du parc à huîtres pédagogique de PortLazo, rempile en proposant toute une journée de fête sur le thème de l'huître, dimanche. Sous l'ombre des ailes du moulin de Craca, les visiteurs seront sollicités de toute part. Concours d'écailler, démonstration de détroquage…..

============

Recherche : Bruxelles lance l'appel «The ocean of tomorrow 2011» [Fenêtre sur l'Europe]

La Commission européenne présentera demain aux parties intéressées et aux candidats potentiels le financement de 45 millions d'euros qu'elle a prévu pour des projets de recherche sur les activités maritimes. Le financement sera alloué à de vastes projets de recherche multidisciplinaires fondés sur un partenariat entre des États membres de l'UE et des pays tiers. La journée d'information de demain aura lieu au Centre de conférences «Albert Borschette» (ABCC) situé 36 rue Froissart à Bruxelles. Les océans ont un potentiel considérable en termes de développement économique durable. Cependant, l'homme exerce une pression de plus en plus forte sur les mers. Notamment, la demande croissante de services de transport maritime, la production d'énergie en mer, le développement côtier et la surexploitation des ressources menacent à la fois les écosystèmes marins et l'essor des activités maritimes durables. Cette initiative multithématique, la deuxième de ce type au titre du 7e programme-cadre, privilégie fortement l'innovation et la prospective. Ainsi, les candidats sont invités à présenter des propositions portant sur la conception d'un petit navire scientifique adapté aux eaux peu profondes, l'étude de plates-formes en mer multifonctionnelles et de nouvelles approches bio-informatiques pour l'exploitation de la biodiversité marine…..

============

La bourse mise sur le saumon OGM

Le saumon peut sauter, mais aucun saut n'aura été aussi haut que le prix de l'action d'Aqua Bounty Technologies. Les actions de la société ont pris plus de 50% hier à Londres depuis que son énorme poisson est devenu le premier animal génétiquement modifié à être considéré comme sûr pour la consommation humaine par l’administration étatsunienne (FDA). Le saumon d’Aqua Bounty "AquAvantage" croît deux fois plus vite que ses cousins naturellement élevés, offrant de grands avantages commerciaux pour les pisciculteurs….. Pour plus d’informations : GM salmon sends biotech company’s shares leaping (The National)

==================

  • 8 septembre 2010

Tempête Xynthia : l'UE débloque une aide de 35,6 millions d'euros (actu-Environnement)

Selon un communiqué du conseil général de Charente-Maritime publié le 2 septembre, l'Union européenne a décidé d'accorder sur ses fonds régionaux 35,6 millions d'euros pour aider les opérations menées dans les départements de Charente-Maritime et de Vendée, touchés en février dernier par la tempête Xynthia. ''Dans les jours qui ont suivi la tempête Xynthia, Pierre Lellouche, Secrétaire d'Etat chargé des Affaires Européennes, s'était rendu en Charente-Maritime et en Vendée avec Johannes Hahn, Commissaire Européen chargé de la politique régionale, afin d'étudier toutes les possibilités d'aide que la France pourrait obtenir de l'Union européenne'', a rappelé Dominique Bussereau, président du conseil général de Charente-Maritime et également secrétaire d'Etat aux Transports. Le ministre a salué cette aide et s'est félicité ''de cette expression de la solidarité de l'Union européenne vis-à-vis de nos de nos deux départements''. Une enveloppe de 450 millions d'euros est notamment prévue par l'Etat pour indemniser les propriétaires sinistrés situés dans les zones de solidarité.

============

Guérande. Les salines sont rassasiées (Presse Océan)

Ni exceptionnelle, ni mauvaise, la récolte de sel 2010 reste dans la moyenne. Aux abords des marais salants, les passants peuvent apercevoir des mulons, ces gros tas de sel récoltés cet été. L'été touchant à sa fin, l'heure est au premier bilan pour les paludiers, plutôt satisfaits de la saison

En ce début du mois de septembre, les tractopelles se font plus nombreuses dans les marais salants. Et pour cause : c'est le début du roulage du sel, c'est-à-dire le transport de l'or blanc des salines à son lieu de stockage. Alors, premier bilan de cette saison ? « Bonne » répond Gwenaël Riot, paludier indépendant et créateur de la société Tradi-Sel à Batz-sur-Mer. « Correcte » tempère Ronan Loison, directeur général de la coopérative des Salines à Guérande.

============

Des crevettes torturées en Californie (20 Minutes)

Insolite - Une recette de cuisine cruelle interdite par des défenseurs des animaux...

Au restaurant Nishiki Sushi de Sacramento, en Californie, on peut commander un plat original: le «dancing shrimp» (crevette qui danse). Ou plutôt, on pouvait, jusqu’à ce que l’association de défense des animaux Peta (People for the ethical treatment of animals) ne s’émeuve de cette manière cruelle de manger des crevettes: servies vivantes, elles sont aspergées de citron et avalées alors qu’elles se débattent encore pour échapper à une mort acide.

Les crevettes aussi souffrent - Ce plat, très coté au Japon, n’a pas plu à PETA, qui a contacté le restaurant après avoir reçu plusieurs plaintes de clients outrés par le sort réservé aux crevettes. S’appuyant sur un rapport de la Queen’s University de Belfast paru en 2007, PETA a rappelé que la souffrance des crevettes était bien réelle: les expériences menées par les chercheurs irlandais permettent de mesurer la douleur ressentie par la crevette lorsqu’elle est aspergée de citron.

============

Rappel - 2010 : Année de la biodiversité – Les textes législatifs et autres conventions commencent à sortir – Quels en seront les impacts sur les activités aquacoles (conchyliculture, pisciculture,…) : Natura 2000, AMP,....

Diversité aquatique : une richesse inexploitée (FAO)

L’aquaculture et la production des pêches de capture sont indispensables à la sécurité alimentaire mondiale et représentent une source importante de moyens d’existence et de revenus pour beaucoup de familles pratiquant la pêche de subsistance et l’agriculture. La richesse des ressources génétiques halieutiques mondiales offre de grandes possibilités pour renforcer la contribution des secteurs de l’aquaculture et des pêches à la sécurité alimentaire et relever les défis qui se présenteront pour alimenter une population en expansion. Toutefois, alors que l’on estime que, d’ici à 2030, 40 millions de tonnes de poisson supplémentaires par an seront nécessaires pour satisfaire la demande mondiale, les opportunités qu’offrent la diversité génétique halieutique restent largement inexploitées…..

A télécharger : Diversité aquatique : une richesse inexploitée (FAO)

============

Convention sur la biodiversité : les eurodéputés veulent une position européenne ambitieuse (Actu-Environnement)

La commission Environnement du Parlement européen a adopté lundi 6 septembre une résolution sur les objectifs stratégiques de l'Union européenne en vue de la 10e conférence des parties de la Convention sur la biodiversité, qui aura lieu à Nagoya du 18 au 29 octobre prochain, annonce le Parlement dans un communiqué publié mardi 7 septembre.

Alors que l'objectif mondial pour 2010 de réduire - mettre fin pour l'Union européenne - à l'érosion de la biodiversité n'a pas été tenu, les eurodéputés proposent plusieurs ''objectifs mesurables, ambitieux, réalistes et un échéancier précis'' à mettre en œuvre d'ici 2020.

Parmi ceux-ci figurent la fin des subventions endommageant la biodiversité, la fin de la surpêche et des pratiques de pêche destructives, la protection d'au moins 20% des terres, eaux douces et mers, la restauration de 15% des écosystèmes dégradés ainsi que la prévention de l'extinction des espèces menacées connues. Approuvée par 58 votes sur 59, cette résolution sera examinée en plénière le 6 octobre prochain. Victor Roux-Goeken

Voir le texte du parlement européen : Rapport sur la mise en oeuvre de la législation européenne visant à la protection de la biodiversité (2009/2108(INI)) Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire / Rapporteure: Esther de Lange / 25.8.2010 ou Cliquer Ici

============

Biodiversité: la Commission souhaiterait recueillir des avis sur les actions envisageables au niveau de l'Union européenne en matière de diversité biologique (Europa)

La Commission européenne a lancé une consultation sur internet afin de recueillir les contributions d'un large éventail de parties intéressées sur les options envisageables pour la stratégie de l'Union européenne en matière de diversité biologique pour l'après 2010. Le public, les parties intéressées, les administrations publiques, les entreprises et la société civile sont invités à se prononcer sur toute une série de questions, et notamment les lacunes de la politique actuelle en matière de diversité biologique, la nouvelle approche proposée par la Commission, l'agriculture et la biodiversité, les aspects économiques de la biodiversité, ainsi que la gouvernance en matière de biodiversité, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'UE. Les résultats seront pris en compte aux fins de la nouvelle stratégie en cours d'élaboration. La consultation se déroulera jusqu’au 22 octobre 2010.

Le commissaire européen chargé de l'environnement, M. Janez Potočnik, a déclaré à ce propos: «Les Européens s'accordent sur la nécessité d'intensifier les efforts entrepris pour lutter contre l'appauvrissement de la biodiversité. J'encourage tous les acteurs concernés à participer à la consultation et à contribuer à l'élaboration de notre politique dans ce domaine qui revêt une importance vitale.»…..

Contexte : Bon nombre de rapports autorisés confirment que la biodiversité mondiale reste gravement menacée, les pertes se produisant à un rythme 100 à 1000 fois plus élevé que la normale. Plus d’un tiers des espèces évaluées sont menacées d’extinction et on estime que 60 % des écosystèmes de notre planète ont été dégradés au cours des cinquante dernières années. En 2001, l’Union européenne s’est fixée pour objectif d’enrayer la diminution de la biodiversité dans l’UE à l’horizon 2010. Des efforts supplémentaires visant à réduire la perte de biodiversité ont ensuite été déployés, et un plan d’action de l’UE en faveur de la diversité biologique a été adopté par la Commission en 2006 afin d’accélérer le processus. En dépit des efforts consentis jusqu'ici, il apparaît d’ores et déjà clairement que l’UE n'a pas atteint son objectif. Une nouvelle approche est donc nécessaire.

Pour plus d'informations et participer à la consultation, se rendre sur la page :http://ec.europa.eu/environment/consultations/biodecline.htm

============

Les députés européens demandent une stratégie européenne pour la création d'emplois verts d'ici 2011 (Parlement européen)

L'Europe a besoin, d'ici 2011, d'une stratégie qui encourage la création d'emplois verts, indique une résolution du Parlement adoptée ce mardi en plénière. La résolution, rédigée par Elisabeth Schroedter (Verts/ALE, DE) demande à la Commission de proposer, d'ici 2011, une stratégie accompagnée de mesures législatives et non législatives visant à encourager les emplois verts. Elle demande instamment à la Commission d'élaborer des politiques spécifiques pour faciliter la transition vers une économie verte, notamment par le biais de la reconversion des travailleurs et d'une aide à la prise en compte de la composante environnementale dans l'industrie européenne. La stratégie UE 2020 basée sur la croissance et l'emploi a manqué une occasion de développer le potentiel d'emplois d'une nouvelle économie durable, souligne la résolution.....

============

Un fonds vert pour le climat pourrait être créé à la Conférence de Cancun, fin 2010 (Le Monde)

L'accord de Copenhague de décembre prévoyait un déblocage rapide par les pays riches de 30 milliards de dollars (23,34 milliards d'euros) d'ici à 2012, et l'instauration d'un fonds vert pour le climat (green climate fund) fournissant 100 milliards de dollars par an à partir de 2020.

La Conférence sur le climat de Cancun, au Mexique, début décembre, pourrait déboucher sur la création d'un "fonds vert", susceptible de financer l'adaptation au changement climatique dans les pays pauvres. Selon le ministre suisse de l'environnement, Moritz Leuenberger, "un consensus règne sur la nécessité d'un financement à long terme dans le domaine du climat".....

============

La Vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’économie (Cdurable)

Dans le contexte actuel de crise économique et sociale, parler de Nature peut passer pour de l’inconscience ou de la provocation. Pourtant, l’édifice humain tout entier repose sur la Nature, dont la biodiversité est l’un des visages. Et la Vie sur notre planète nous offre l’exemple même d’un développement durable dont nos entreprises pourraient bien s’inspirer. Car ce n’est qu’en prenant en compte l’ensemble de la biosphère que nous pourrons espérer comprendre comment, devant les dangers que court l’humanité de son propre fait, il lui est possible de redresser la barre. Dans cette perspective, il est nécessaire que l’écologie et l’économie s’allient pour que la première devienne plus réaliste et la seconde plus humaine. À cette fin, ce livre associe les regards et les compétences du naturaliste et de l’anthropologue.....

================

  • 7 septembre 2010

Toinou – Les fruits de mer sur Marseille : restaurant et étalage

Voir et comparer les prix 4 mois avant les fêtes :

============

Normandie : 400 entreprises menacées (Manche Libre)

Ça se corse pour les producteurs d'huîtres dans les années à venir. A partir de la prochaine récolte, les conséquences de la surmortalité des naissains ces derniers étés vont vraiment se faire sentir : les huîtres de trois ans servies cette année à Noël seront des survivantes, comme celles qui arriveront en 2011 et 2012.....

============

Mise sur le marché du premier animal OGM ?

Les USA envisagent d'autoriser un saumon génétiquement modifié à la vente (TV5 Monde)

Photo de la société AquaBounty Technologies d'un saumon génétiquement modifié (2e plan) et d'un saumon de l'Atlantique du même âge.

Les autorités américaines envisagent d'autoriser pour la première fois à la vente une variété de saumons génétiquement modifiée, au grand dam de certains qui y verraient, si ce saumon arrivait dans les supermarchés, la porte ouverte à toute sorte d'abus.

L'Agence américaine de régulation des médicaments et de l'alimentation (FDA) a prévu de se pencher sur cette nouvelle espèce de saumons lors d'une audition les 19 et 20 septembre. Les régulateurs américains devront dire s'ils autorisent à la production et à la vente une variété de saumon de l'Atlantique auquel a été inoculé un gène de croissance d'hormones importé du saumon royal, une autre variété de ce poisson dont les Américains sont très friands. Si la FDA donnait son feu vert, ce serait la première fois qu'un animal génétiquement modifié se retrouverait au rayon alimentation des grandes surfaces aux Etats-Unis.

La société américaine à l'origine de ce projet, AquaBounty Technologies, fait valoir que la modification génétique du saumon lui permet d'arriver à maturation deux fois plus vite que le saumon sauvage. Pour le reste, le poisson, répondant au nom d'AquAdvantage, "est identique au saumon de l'Atlantique". AquaBounty assure qu'élever et mettre en vente son saumon permettrait de répondre à une demande croissante, tout en soulageant quelque peu la population de saumons sauvages. "Je pense que cette technologie peut aider à soutenir une chaîne alimentaire sûre et pérenne", a expliqué à l'AFP Ron Stotish, le directeur général d'AquaBounty Technologies, dont le siège se trouve dans le Massachusetts (nord-est des Etats-Unis).

Les groupes de défense de l'environnement et les anti-OGM ne l'entendent pas de cette oreille.

Selon eux, l'AquAdvantage mettrait non seulement en péril ses congénères sauvages, il ouvrirait également la porte à la production et à la vente d'autres espèces au patrimoine génétiquement modifié. Ils craignent que si certains réussissaient à s'échapper de leur élevage pour prendre le large et frayer avec des saumons sauvages, les conséquences sur l'écosystème seraient imprévisibles. Et rien ne prouve que consommer de l'AquAdvantage "soit sûr pour les humains", plaide Jaydee Hanson, du Centre pour la sécurité alimentaire.

Plus généralement, analyse Jonathan Rosenfield, président de la fondation SalmonAID, "nous savons tous que l'appétit pour le saumon est grand, mais la solution n'est pas d'élever des variétés génétiquement modifiées pour en avoir plus. La solution est de travailler à raviver les populations de saumons sauvages".

En tout, 31 groupes ont exhorté la FDA à rejeter la demande formulée par AquaBounty Technologies.

Pour se défendre, la firme assure avoir pris des mesures "d'une ampleur inédite pour s'assurer que le poisson n'aura aucun contact avec les populations sauvages", notamment en élevant une espèce dont les femelles sont stériles, et uniquement dans des bassins installés sur la terre ferme….

Pas de moulières sur les plages de Sangatte selon le rapporteur public du Conseil d'État (Voix du Nord)

Le destin de l'affaire aux multiples rebondissements s'est sans doute scellé hier. Dans l'après-midi, le Conseil d'État devait examiner le dossier des moulières de Sangatte. Les maires de Calais et de Sangatte s'étaient pourvus en cassation suite à l'arrêt de la Cour administrative d'appel de Douai autorisant l'implantation de pieux à moules sur les plages de Sangatte. Le Conseil d'État avait alors reçu le pourvoi. « Un premier point positif » pour Guy Allemand, maire de Sangatte. Alors que les délibérations des juges de la Cour suprême ne sont pas attendues avant plusieurs semaines, le rapporteur public du Conseil d'État a communiqué ses conclusions. Conclusions que s'est procurées le maire de Sangatte. Le rapporteur demande l'annulation de l'arrêt rendu par la Cour administrative d'appel de Douai qui autorisait la famille Monbrun et Jean-Claude Cordier à implanter des moulières. Il demande également à ce que les producteurs de moules soient condamnés à verser 3 000 euros à chaque commune. Des conclusions qui réjouissent le maire de Sangatte, Guy Allemand et les membres du comité « Non aux moulières »….

============

Vers la fin de la saga des moulières de Sangatte (Voix du Nord)

Le Conseil d'État examinait hier le projet d'implantation des moulières de Sangatte, près de Calais. Le rapporteur public a communiqué ses conclusions sur l'affaire. Il demande « l'annulation de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Douai autorisant l'implantation des pieux à moules sur nos plages », se réjouit le maire de Sangatte, Guy Allemand. Des conclusions qui sont généralement suivies par les juges administratifs. L'affaire avait fait du bruit sur le littoral. En 2006, la famille Monbrun et Jean-Claude Cordier avaient obtenu l'autorisation par le préfet maritime d'implanter des pieux à moules sur la plage de Sangatte. Habitants hostiles…..

============

Qui entend le cri de l’huitre ? (Corsicanews)

Depuis quelques années déjà l’ostréiculture française est frappée par des bactéries et des virus qui tour à tour et souvent en même temps déciment un nombre quasi incalculable de mollusques, les exploitations Corses ne sont pas les dernières à être touchées....

Comme l'indiquait un arrêté du Préfet Stephane Bouillon, en date du 29 avril 2010, la situation était grave voire désespérée : "hausse de mortalité inexpliquée sur l'étang de Diana (Haute-Corse) dans des lots d'huitres juvéniles élevés en milieu naturel"" ou encore "en l'état actuel des connaissances scientifiques et techniques, aucune cause possible de ces surmortalités ne peut être écartée, y compris la présence d'agents pathogènes responsables d'une maladie endémique ou exotique". L'arrêté interdisant donc toute introduction nouvelle dans l'étang sus-visé de naissains d'huitres creuses en provenance d'autres zones d'exploitations françaises et étrangères...... Une situation critique à laquelle le gouvernement ne pouvait rester insensible et en conséquence "il a été décidé de mettre en place une enveloppe nationale de 3 millions d'euros de prise en charge d'intérêts des échéances sur les prêts professionnels à moyen et long terme, hors prêts fonciers, d'une durée supérieure ou égale à 24 mois, bonifiés ou non bonifiés". Pour la Corse la partie de l'enveloppe a été fixée dernièrement à 9.000 euros....

============

Enfin le dernier round pour le projet des moulières de Sangatte (Nord Littoral)

Les mytiliculteurs avaient essayé de passer en force en commençant à planter leurs pieux sous les yeux de la population, des élus et des forces de l'ordre. Le Conseil d'État va se pencher demain sur deux plaintes déposées l'une par la commune de Sangatte - Blériot et l'autre Calais dans le cadre du projet d'implantation de moulières au large de Blériot.

Affaire dont les rebondissements auront été multiples. - L'affaire pourrait être un cas d'école national, elle est même déjà l'un des piliers d'une réforme législative concernant les implantations de champs de productions de moules, autrement dit des moulières. Demain se jouera à Paris l'un des tout derniers volets de cette saga. Le Conseil d'État devra, à la demande des deux communes concernées, se prononcer « une bonne fois pour toutes » sur…..

============

Guérande. Les salines sont rassasiées (Presse Océan)

Ni exceptionnelle, ni mauvaise, la récolte de sel 2010 reste dans la moyenne. Aux abords des marais salants, les passants peuvent apercevoir des mulons, ces gros tas de sel récoltés cet été. L'été touchant à sa fin, l'heure est au premier bilan pour les paludiers, plutôt satisfaits de la saison

En ce début du mois de septembre, les tractopelles se font plus nombreuses dans les marais salants. Et pour cause : c'est le début du roulage du sel, c'est-à-dire le transport de l'or blanc des salines à son lieu de stockage. Alors, premier bilan de cette saison ? « Bonne » répond Gwenaël Riot, paludier indépendant et créateur de la société Tradi-Sel à Batz-sur-Mer. « Correcte » tempère Ronan Loison, directeur général de la coopérative des Salines à Guérande.....

============

Japon : Des progrès dans la reproduction des anguilles

L’Agence de recherche des pêches a annoncé la fécondation d’œufs récoltés sur des anguilles adultes élevées en laboratoire. En Mars, des œufs ont été fécondés avec du sperme par insémination artificielle dans le centre de l'agence Shibushi situé dans la préfecture de Kagoshima. Les larves d’anguilles sont apparues quelques jours après. Actuellement, les chercheurs élèvent 1000 anguilles, appelées shigyo. De ce nombre, environ 30 ont passé le stade larvaire…. Source : Panoramaacuicola : Anguilas obtenidas por inseminación artificial crecen bien en Japón

============

Pour la FDA, le saumon OGM est sûr du côté élevage comme du côté alimentaire

Dans un rapport, les experts de Food and Drug Administration (FDA) indiquent que le saumon OGM était aussi bon que n’importe quel saumon de l’atlantique et qu'ils ne voyaient « aucune différence biologique pertinente » en vitamines, minéraux et acides gras. Il est « hautement improbable » que ces poissons causent de dommages significatifs à l'environnement, ajoute le rapport.

Les saumons AquAvantage qui « poussent » 2 fois plus vite que leurs homologues naturels, pourraient être vendu dans un délai de 2 à 3 ans. Les détracteurs du saumon OGM ont exprimé leur crainte à savoir la création de poissons mutants qui pourraient nuire aux populations sauvages s’ils s’échappaient dans la nature. C’est aussi la porte pour la production de truite et de tilapia OGM. Une réunion publique se tiendra le 19 septembre prochain. Source : GM salmon ‘safe to be farmed and eaten’ says FDA (Fishnewseu)

============

Avis favorable pour un saumon transgénique (Science et avenir)

Un saumon transgénique à la croissance accélérée pourrait devenir le premier animal OGM autorisé à être servi dans les assiettes aux États-Unis. La FDA estime en effet que ce saumon est propre à la consommation et pose très peu de risque pour l’environnement.

D’après le comité vétérinaire de la FDA (Food and Drug Administration), un filet de saumon transgénique AquAdvantage ne diffère pas d’un filet de saumon de l’Atlantique classique. Sa consommation n’est donc pas dangereuse pour l’humain, estime avec «une certitude raisonnable» l’autorité de régulation sanitaire. Un bémol tout de même : des incertitudes demeurent sur les risques d’allergie et sur ce point l’autorité recommande davantage d’études.

Hormone de croissance - Le saumon transgénique mis au point par la société AquaBounty Technologies atteint sa taille adulte plus rapidement que le saumon de l’Atlantique qui est sur les étals et peut donc être commercialisé au bout de 16 mois de culture au lieu de 18 mois. Sa taille finale est la même qu’un saumon non transgénique élevé en ferme aquacole, précise la firme américaine. Pour obtenir ce poisson à croissance rapide, AquaBounty Technologies a modifié l’expression d’un gène produisant une hormone de croissance chez un saumon du Pacifique (saumon chinook) à l’aide d’un gène antigel présent chez une autre espèce, une anguille de roche américaine (Zoarces americanus). Normalement le saumon ne produit l’hormone de croissance que lorsqu’il est dans une eau chaude. La version transgénique la produit toute l’année, ce qui accélère sa croissance.

Risque de dissémination - L’une des principales craintes des opposants à ce saumon transgénique est de voir quelques spécimens s’échapper dans l’environnement et concurrencer les espèces naturelles. La FDA estime de son côté qu’avec les barrières physiques et biologiques mises en place par AquaBounty Technologies sur les sites de production des œufs au Canada et au Panama, la probabilité d’une dispersion des saumons OGM «est très basse». On peut donc s’attendre à ce que l’élevage de ces saumons n’ait pas «un impact significatif» sur la qualité de l’environnement, conclut le document.

============

A télécharger : Diversité aquatique : une richesse inexploitée (FAO)

L’aquaculture et la production des pêches de capture sont indispensables à la sécurité alimentaire mondiale et représentent une source importante de moyens d’existence et de revenus pour beaucoup de familles pratiquant la pêche de subsistance et l’agriculture. La richesse des ressources génétiques halieutiques mondiales offre de grandes possibilités pour renforcer la contribution des secteurs de l’aquaculture et des pêches à la sécurité alimentaire et relever les défis qui se présenteront pour alimenter une population en expansion. Toutefois, alors que l’on estime que, d’ici à 2030, 40 millions de tonnes de poisson supplémentaires par an seront nécessaires pour satisfaire la demande mondiale, les opportunités qu’offrent la diversité génétique halieutique restent largement inexploitées…..

============

Des algues du Tchad riches en nutriments, une aide contre la malnutrition (FAO)

Un produit autochtone riche en substances nutritives offre l'espoir d'une vie meilleure pour les femmes pauvres qui le récoltent sur les bords du lac Tchad et pourrait même contribuer à lutter contre la malnutrition.

Documents à télécharger: Des algues du Tchad riches en nutriments, une aide contre la malnutrition : Un produit autochtone riche en substances nutritives offre l'espoir d'une vie meilleure pour les femmes pauvres qui le récoltent sur les bords du lac Tchad et pourrait même contribuer à lutter contre la malnutrition. Dans le cadre d'un projet de 1,4 million de dollars financé par l'Union européenne et administré par la FAO, les femmes ramassent et transforment des quantités croissantes d'une variété d'algue bleu-vert, connue sous le nom local de Dihé, extrêmement riche en protéines, en fer et en bétacarotène. Projet de la FAO - Au Tchad, le dihé est habituellement récolté par les femmes appartenant à la caste inférieure Blacksmith dans les nappes peu profondes où il se forme à certaines périodes de l'année. Lancé en 2007, le projet de la FAO leur a permis d'améliorer leur technique et les mesures d'hygiène, en leur apprenant également à transformer, conditionner et commercialiser le produit.

================

  • 6 septembre 2010

Assises de la conchyliculture

Ouvertes à Paris le 22 juin 2010, les Assises de la Conchyliculture, se poursuivent en Région au cours du mois de septembre. 4 réunions pour 4 façades maritimes et 4 thèmes.

- Fouras le 14 septembre

- Blainville/mer le 15 septembre

- Rennes le 15 septembre

- Mèze le 21 septembre

4 thèmes : (1) Piste de sortie de crise, (2) Recherche et appui technique, (3) Enjeux environnementaux et sanitaires, (4) Mise en marché et valorisation des produits

Pour plus de précisions, contacter les Sections Régionales

Un sujet qui devrait hanter les rencontres : la fertilité des huîtres triploïdes !!!…. Voir les discussions sur le site Ostrea à ce sujet : Vente ou achat de naissain

============

Enfin le dernier round pour le projet des moulières de Sangatte (Nord Littoral)

Les mytiliculteurs avaient essayé de passer en force en commençant à planter leurs pieux sous les yeux de la population, des élus et des forces de l'ordre. Le Conseil d'État va se pencher demain sur deux plaintes déposées l'une par la commune de Sangatte - Blériot et l'autre Calais dans le cadre du projet d'implantation de moulières au large de Blériot.

Affaire dont les rebondissements auront été multiples. - L'affaire pourrait être un cas d'école national, elle est même déjà l'un des piliers d'une réforme législative concernant les implantations de champs de productions de moules, autrement dit des moulières. Demain se jouera à Paris l'un des tout derniers volets de cette saga. Le Conseil d'État devra, à la demande des deux communes concernées, se prononcer « une bonne fois pour toutes » sur…..

============

Royaume-Uni : Herpès virus des huîtres (OsHV-1, µvar)

OIE : Rapport de suivi n°5

Date d'envoi à l'OIE : 03/09/2010

2 foyers à Grouville Bay, South-East Jersey

============

Manifestation pour une agriculture respectueuse en eau : « Ils nous bassinent » (Sud-Ouest)

200 manifestants réclament une agriculture plus respectueuse de la ressource en eau disponible. La Boutonne réduite à un filet d'eau, derrière les écluses de Bernouët à Saint-Jean-d'Angély, c'est la scène choisie par les écologistes et les défenseurs de la nature pour alerter sur les conséquences de l'agriculture irriguée sur la ressource en eau…..

« Le joug du maïs irrigué »…. Benoît Biteau coiffait sa double casquette d'agriculteur bio à Sablanceaux et de vice-président du Conseil régional. En charge de l'agriculture, de la pêche et des cultures marines à la Région, l'élu radical de gauche n'y alla pas par quatre chemins : « les 2 500 à 3 000 mètres cubes d'eau nécessaires à l'irrigation d'un hectare de maïs représentent la consommation annuelle de 80 familles […]. Le bassin ostréicole de Marennes-Oléron est en train de mourir sous le joug de la production de maïs irrigué. Or, l'ostréiculture rapporte cinq fois plus à l'économie de la Charente-Maritime que le maïs qui règne sans partage ! » Et Benoît Biteau d'en appeler, « au nom de la santé de nos enfants », à une réorientation de la PAC (politique agricole commune) « qui mobilise en Poitou-Charentes, 660 millions d'euros, en priorité pour les maïsiculteurs, soit une somme presque équivalente au budget du Conseil régional (685 millions d'euros). »….

============

Procédure de substitution des concessions de cultures marines (Note de service - DPMA du 20 juillet 2010)

Depuis le 1er janvier 2010, le recours à la concurrence devient la règle dans la procédure de substitution. La présente note a pour objet de déterminer le cadre dans lequel s’exerce cette procédure.

Le décret du 14 septembre 1987 modifiant le décret du 22 mars 1983 a introduit dans le droit des cultures marines la notion de substitution. La substitution est la possibilité ouverte à un concessionnaire de demander d’être substitué dans ses droits, jusqu’à l’échéance de la concession, par une tierce personne physique ou morale. Le décret n°2009-1349 du 29 octobre 2009 a repris l’ensemble du dispositif initial sur les substitutions avec néanmoins quelques évolutions…. Pour plus de détails, télécharger : Note de service / DPMA/SDAEP/N2010-9621 - Date: 20 juillet 2010

Au départ : Décret n°83-228 du 22 mars 1983 fixant le régime de l'autorisation des exploitations de cultures marines - Version consolidée au 08 mai 2010 Cliquer Ici

Puis : Décret n° 2009-1349 du 29 octobre 2009 modifiant le décret n° 83-228 du 22 mars 1983 fixant le régime de l'autorisation des exploitations de cultures marines. Cliquer Ici

Arrêté du 6 juillet 2010 relatif aux modifications, suspensions et retraits des concessions de cultures marines pris en application des articles 29, 30 et 31 du décret n° 83-228 du 22 mars 1983 modifié NOR: AGRM1016741A Version consolidée au 21 juillet 2010 Cliquer Ici

============

Braderie de Lille : Qui peut faire la peau à la « moules-frites » ? (Voix du Nord)

La «moules-frites» au piquet. Par pur esprit de contradiction, on lui a cherché un remplaçant. Difficile... À la Braderie, elle est la reine. Sur tous les menus, à emporter, marinière, à la crème, au curry, au maroilles, au roquefort, au basilic dans un restaurant asiatique, et même au foie gras chez un Gascon. L'ascension de la moule est une belle histoire. Mais une telle omniprésence et omnipotence dérange un esprit libre de journaliste. Alors oui, nous avons posé cette audacieuse question : la reine peut-elle être détrônée ?.... Il faut dire que son terrain, elle l'a gagné à la force de sa coquille. Faut-il le rappeler, la Braderie est à la base, au XVe siècle, une affaire de rôtisseurs. Braaden ne veut-il pas dire rôtir en flamand ? Mais patiemment, tout le siècle dernier, la moule a supplanté le poulet.

« C'est diététique » - Patricia Dariossecq, patronne d'Aux Moules, le temple incontesté du mollusque de la rue de Béthune, ironise : « La fin de la moule ? Ce n'est pas possible, à moins qu'on ait le retour des rôtisseurs. » Et comme tous les puissants, elle ne manque pas d'arguments : « La moule, c'est diététique, c'est bio, c'est tout ce que vous voulez. Elle contient du sélénium, de la vitamine B12, de l'omega 3, des oligoéléments. En plus, elle est pauvre en calories... » Et le pire, c'est que c'est vrai, confirme une nutritionniste : « Il n'y a rien de mauvais dans la moule. Elle est pleine de protéines et de vitamines nécessaires à l'organisme. Après, il ne faut pas en abuser : un litre, c'est bien. Les frites ? Pourquoi pas, mais pas plus de 150 grammes…..

========================

  • 4 septembre 2010

A Asnelles, l'huître creuse est pleine de secrets (Manche Libre)

Exploité sur près de 65 ha par 22 entreprises, le bassin ostréicole d'Asnelles commercialise annuellement plus de 1 000 tonnes d'huîtres. L'exploitation des parcs a commencé en 1978 par une première expérimentation, pour connaître un essor considérable à partir de 1989….. Pour maîtriser l'approvisionnement en naissain, en palliant l'insuffisance ou l'irrégularité du captage naturel en mer, les exploitants développent le télécaptage. Il contribue au développement de l'utilisation de variétés sélectionnées pour leurs bonnes performances ou leur résistance aux maladies. Annelyse Gauguelin, associée d'Emmanuel Maitre, patron de l'Huîtrière du Nordet, exploite 2 ha de parcs en Seine- Maritime qui lui ont permis de développer cette technique d'élevage et de l'employer à la base conchylicole d'Asnelles. “Nous avons une capacité de production de 200 t d'huîtres à Asnelles et 30 t à Veule-les-Roses (76). En 2008, nous avons fait 30 millions de larves par télécaptage avec un taux de réussite de 40 %. Il consiste à…

============

Huîtres: Un virus sème la panique! (Normandie)

============

Dégustations ostréicoles, un équilibre à trouver (Sud-Ouest)

Le sous-préfet Pascal Gauci vient de dresser le bilan des dégustations proposées par la profession cet été, avec ses bons et mauvais points. «C'est un dossier complexe. Lorsque le préfet a répondu favorablement à la demande de la section régionale conchylicole d'élargir les dégustations, il a bien été indiqué aux ostréiculteurs que des contrôles seraient faits tout au long de la saison. » Pascal Gauci, sous-préfet, vient d'établir un bilan de ces dégustations : « Ils sont 40 à avoir signé la charte et nous en avons contrôlé 38 sur les six communes : Lège-Cap-Ferret, Andernos, Lanton, Andernos-les-Bains, Gujan-Mestras, La Teste-de- Buch. »

Des « anomalies » relevées - Pour mémoire, par arrêté de 2006, seul le pâté était permis « en accompagnement »….

Le représentant de l'État précise aussi que le chiffre d'affaires a été conséquent pour certains, de 1 200 à 4 500 euros par soirée : « C'est un bol d'air, certes, mais là, il faut faire attention, on n'est plus dans la dégustation élargie. »…..

Le sous-préfet rappelle que les ostréiculteurs occupent un espace du domaine public maritime (DPM) : « Leur activité est liée à l'ostréiculture. Et leur présence sur le DPM ne se justifie plus s'ils font autre chose que de l'ostréiculture, la mise en valeur de leur métier, de leur territoire. Il leur faudra quitter les cabanes s'ils font de la quasi-restauration. » Cela dit, le représentant de l'État souhaite qu'un équilibre soit trouvé afin que personne ne soit lésé.

============

Aquaculture : Des puces à ADN pour surveiller l'état de santé de poissons d'élevage (BE Japon)

Une équipe rassemblant des chercheurs de l'Agence de Recherche pour la Pêche, du Centre de Recherche pour l'Agriculture, les Forêts et la Pêche de la préfecture d'Oita et de l'université japonaise des Sciences de la Vie et des Sciences Vétérinaires a mis au point une méthode de diagnostic fondée sur les biotechnologies et destinée à être utilisée sur les poissons d'élevage….

Les chercheurs ont mis au point une méthode de diagnostic utilisant une puce à anticorps et une puce à protéine. D'ordinaire utilisé en recherche médicale, c'est la première fois que ce type d'outil est appliqué à l'aquaculture. La puce à anticorps correspond à l'arrangement de nombreux anticorps sur une petite plaque en verre, chaque anticorps étant capable de reconnaitre et de se lier avec une protéine spécifiquement présente dans le sang lors d'une infection. Lorsqu'un anticorps s'est lié avec une protéine présente dans l'échantillon de sang, un réactif émet une fluorescence rouge ou verte. Cela permet de visualiser la présence et l'étendue de l'infection.

En permettant une détection précoce des maladies, cette méthode pourrait permettre de limiter les pertes, mais également de contrôler l'utilisation d'antibiotiques par les aquaculteurs, un point important pour les consommateurs japonais qui sont particulièrement sensibles aux questions de sécurité alimentaire. Pour la suite, les chercheurs se proposent de simplifier leur méthode et d'en mettre au point une version utilisable directement sur le lieu d'élevage.

Source : Annonce de l'Agence de Recherche pour la Pêche (en japonais) - 14/07/2010 - http://www.fra.affrc.go.jp/pressrelease/pr22/220714/ - Asahi Shimbun - 16/08/2010

============

Projet de normes sur l’aquaculture biologique : Equiterre joint sa voix pour une meilleure protection de l’environnement et de la santé

Le 30 août dernier, aux côtés de 43 organisations canadiennes et étasuniennes, Équiterre signait une lettre pour demander à ce que le projet de normes canadiennes sur l'aquaculture biologique de l’Office des normes générales du Canada respecte l'environnement et les attentes des consommateurs.

Les signataires dénoncent le fait que les normes proposées contreviennent aux principes mêmes de la production biologique en autorisant la certification de saumons élevés dans des parcs en filets. Selon la recherche scientifique, cette pratique a des impacts négatifs sur les saumons sauvages et les écosystèmes marins. Le projet de normes permettrait également de certifier comme étant biologiques des poissons ayant été traités à l’aide d’antibiotiques (ce qui est interdit pour toutes les autres viandes vendues sous le sceau biologique) et de parasiticides synthétiques.

Communiqué de presse : « Proposed Canadian Organic Aquaculture Standard Opposed by Over 40 North American Organizations. « Organic » Label for Farmed Fish Fails to Meet Consumer Expectations and Environmental Principles »

============

Défilé des Galants de la Verte Marennes (Sud-Ouest)

Aujourd'hui, la confrérie des Galants de la Verte Marennes organise son grand chapitre annuel, qui prévoit un important défilé et des intronisations sur la place des Halles.

La confrérie créée en 1954 - Sa création date de 1954, époque des premières confréries gastronomiques françaises, et réalisée par quelques défenseurs convaincus de l'ostréiculture Marennes - Oléron et de sa région. Il se devait, en effet, que cette « reine » (l'huître verte de Marennes-Oléron) ait, comme il se doit, sa « cour » de sujets loyaux et fidèles, chevaliers de la qualité qui chantent, à travers la France et autres pays limitrophes, sa noblesse et sa renommée mondiale. Les membres de la confrérie sont coiffés d'un large béret plat, drapés….

============

C'était la soirée occitane aux salins avec Pais Nostre (l’Indépendant)

C'est une belle aventure que sont en train de vivre les salins de Gruissan. Fermés de manière autoritaire par la société des Salins du Midi, les sauniers, les ouvriers du sel, ont relevé le défi. Appuyés par la Someval et Guy Sanchez, ostréiculteur de l'étang de Thau, ils se sont lancés dans l'affinage des huîtres et ont ouvert une "table d'hôtes" où peut être dégustée leur production accompagnée des vins du pays. Cette volonté de vivre et de décider au pays, l'association Pais Nostre a tenu à la saluer et à la faire connaître….. Cette soirée conviviale a rassemblé une centaine de personnes pour le plus grand plaisir des maîtres des lieux qui comptent bien développer d'autres activités, comme la culture de palourdes, d'oursins et de crevettes avec comme objectif final , le redéploiement économique du site. Ceci pour la grande satisfaction de la commune, partie prenante dans le maintien des salins…..

============

Braderie de Lille, en avant les moules ! (Taptoula)

La tradition de la moule-frite - La braderie de Lille ne serait pas la braderie de Lille sans ses multitudes de tas de coquilles de moules qui jonchent les trottoirs de la ville. En effet, plat traditionnel de la région, la moule frite est indissociable de la braderie de Lille, et réciproquement. 500 tonnes de moules et 30 tonnes de frites y seraient consommées, le tout arrosé par des milliers de litres de bière. Aussi, les restaurants de la ville, et pas seulement ceux spécialisés en moules frites, se lancent alors un défi pendant la braderie : celui qui aura devant son enseigne le plus gros tas de coquilles de moules vides…..

========================

  • 3 septembre 2010

La mortalité des huîtres commence à peser (Ouest France)

Les ostréiculteurs vont perdre une grosse partie de leur production, augmentation du prix de l'huître et avenir d'une profession en péril à la clé. Le préfet de région l'a constaté hier à Meuvaines. Midi, hier à Meuvaines (Calvados). Sur 2,5 km de long et 75 ha, des tonnes d'huîtres allongées dans leurs poches se prélassent au soleil. Marc Vivier a pourtant la mine des mauvais jours. À la tête de l'entreprise ostréicole de Meuvaines (dix salariés) l'ostréiculteur vient de faire découvrir ses parcs ostréicoles au préfet de Basse-Normandie, Didier Lallement. « Cette fois, on est au bout des trois ans. »…. « De 300 tonnes d'huîtres produites ces dernières années, nous allons pouvoir en vendre 150 », soupire Marc Vivier.

Divisé par deux - Avec un tonnage divisé par deux, les conséquences sont déjà lourdes : « Au mois de septembre, nous avons été contraints d'augmenter le prix du kilo au gros de 15 %, soit 50 centimes d'euros, reprend l'ostréiculteur. Il s'élève aujourd'hui à 3 € et....

Huître : Elle sera plus rare à Noël (Midi Libre)

La scoumoune. Alors que leur saison d’été a été bonne, les producteurs d’huîtres et de moules du bassin de Thau pronostiquent une baisse de leur production qui interviendra, de fait, au plus mauvais moment : à la veille des fêtes de fin d’année. C’est à cette époque, pourtant, qu’ils réalisent le gros de leur chiffre d’affaires de l’année, près de 50 %. « Le volume de production risque d’être amputé de 30 à 50 % », redoute ainsi Philippe Ortin, le président de la Section régionale de la conchyliculture de la Méditerranée. La faute à l’herpès OsHV-1, un virus qui fait des ravages dans les naissains et chez les jeunes huîtres en France. Cela fait.....

Pornic (44) - Huîtres : l'été a pansé les plaies de la tempête (Ouest France)

Six mois après le passage de Xynthia, Yvan Avril a pratiquement tourné la page. Le plus gros tracas de l'ostréiculteur installé au port du Collet reste la mortalité des jeunes huîtres.

Entretien : Yvan Avril s'est installé comme ostréiculteur aux Moutiers-en-Retz, il y a quinze ans. En 1999, il a déménagé son entreprise pour la mettre au port du Collet.

Vu la situation de votre entreprise, vous avez été particulièrement touché par la tempête. Aujourd'hui, tout est réparé ? On en voit le bout. Les clôtures sont finies et les joints sont faits sur les murs des bassins. Imaginez qu'il y a six mois, la tempête avait amené 800 tonnes de sable sur la parcelle ; la route devant était complètement effondrée. Heureusement, les bâtiments n'ont pas trop souffert et j'avais emmené mon camion neuf avec plein de matériel dedans. Sur le conseil de mon père qui sentait que ça allait être violent.

Estimez-vous avoir été correctement indemnisé ?.....

Angleterre : Feu vert pour la mytiliculture offshore

Offshore Shellfish Ltd (OSL) a obtenu une concession pour développer la mytiliculture dans la baie de Lyme, au sud de l’Angleterre. Selon la société, il s’agit du plus grand parc mytilicole européen avec une surface de 15,4 Km2. Source : First offshore mussel farm gets green light (FIS)

La moule du Chili lance la campagne de Russie

Le gouvernement chilien et les mytiliculteurs qui font partie de l'Association chilienne des producteurs de moules (AMI Chili) vont investir 1 million de dollars pour positionner et commercialiser les moules chiliennes sur le marché russe. Source : Million dollar investment to promote Chilean mussels in Russia (Fis)

SEACASE : Un projet de recherche sur l’aquaculture durable des zones humides littorales du sud de l’Europe (Forum des Marais)

Un groupe de chercheurs et d’ingénieurs de cinq pays européens (Portugal, Espagne, France, Italie et Grèce) a coopéré durant trois années dans un projet cofinancé par la commission européenne, pour évaluer la durabilité de l’aquaculture extensive et semi-intensive en zone humide littorale.

Le déclin des stocks de poissons nécessite de se tourner vers des ressources alternatives. En effet, la plupart des stocks européens sont sur-pêchés (environ 81% des ressources connues). Les méthodes les plus rentables demeurent celles de l’aquaculture intensive. Néanmoins l’amélioration des méthodes extensives et semi intensives peut appuyer une aquaculture plus respectueuse, en améliorant également sa rentabilité.

Le but du projet SEACASE a été de développer des outils pratiques pour améliorer la compétitivité et la productivité des pratiques extensives et semi-intensives, en vue de conduire à une meilleure durabilité et rentabilité de celles-ci. Pour leur donner toute leur place, ces productions doivent aussi pouvoir bénéficier d’une meilleure image vis-à-vis du public…

L’ensemble des rapports sera disponible en téléchargement dès le second semestre 2010 sur www.seacase.org.

Pour plus d’information contacter :

- Jérôme Hussenot, Ifremer : Jerome.Hussenot@ifremer.fr

- Loïc Anras, FMA : lanras@forum-marais-atl.com

Ostréiculture. Jacques Guillet, conférencier captivant (Le Télégramme)

Dans le cadre des conférences organisées à la médiathèque cet été, Jacques Guillet, auteur de «L'ostréiculture en Bretagne, de 1850 à nos jours», paru en 2008, était présent à la salle Jean-Baptiste-Corlobé, mardi soir. Au menu: l'histoire mouvementée de l'huître à travers les époques. Un passionnant récit détaillé sur l'ostréiculture bretonne.

150 ans d'histoire - Des origines à la commercialisation du fameux coquillage, l'invité a échangé durant deux heures avec le public captivé par ses connaissances. Au final, le conférencier a résumé pas moins de 150ans d'histoire, et «une aventure humaine au cours de laquelle les travaux d'illustres savants comme Victor Coste, médecin personnel de l'impératrice Eugénie, font…..

Plouézec (22) : Istr.com. Fête de l'huître le 12 septembre à Craca (Le Télégramme)

Dimanche 12septembre, de 10h à 19h, le magnifique site du moulin de Craca accueillera la première Fête de l'huître. Organisée par l'association Istr.com, elle proposera de nombreuses animations, sur le thème de l'huître, ceci afin de mieux découvrir le délicieux coquillage, tout en s'amusant. ….. visite du parc pédagogique Park an Istr à Port Lazo, avec démonstration de travail par des professionnels.

  • 2 septembre 2010

Morbihan. Mortalité sur les huîtres : une centaine d'entreprises menacées (Le Télégramme)

50 à 90 % des naissains d'huîtres sont touchés par la mortalité dans le Morbihan a indiqué aujourd'hui le préfet, François Philizot, à l'occasion d'un point de rentrée sur les principaux dossiers traités par l'Etat dans le département. "Jusqu'à maintenant, les ostréiculteurs avaient du produit mais les vraies difficultés vont.....

Un tiers des entreprises pourraient disparaître - Sur 300 entreprises ostréicoles dans le département du Morbihan, on estime que 100 devraient passer la crise, que 100 pourraient disparaître et que 100 autres seront dans l'incertitude. La préfecture va faire jouer la procédure des calamités agricoles….

LMAP : Réformer la gouvernance de la pêche maritime et développer l’aquaculture (MAAP)

« Il est temps de concilier les avis des pêcheurs et des scientifiques sur la ressource halieutique. Arrêtons la confrontation quand le travail en commun est dans l’intérêt de tous et notamment de la France. Nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une situation où 80 % des produits de la mer sont importés. Nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une situation où nous produisons pour 1,5 milliards d’euros de produits de la mer et nous en importons 4 milliards alors que la France a la deuxième zone de pêche au monde. » Bruno Le Maire

Les deux objectifs poursuivis par ce volet de la loi sont de réorganiser la filière de la pêche, et de développer l’aquaculture. Ainsi, la création d’un Conseil supérieur d’orientation des politiques halieutique, aquacole et halioalimentaire permettra de définir et de mieux coordonner la mise en œuvre des politiques publiques. Auprès de ce conseil, un comité de liaison scientifique et technique des pêches maritimes et de l’aquaculture examinera tous les ans l’état de la ressource halieutique. Tous les cinq ans, chaque préfet de région organisera une conférence régionale de l’utilisation de la mer et du littoral. Celle-ci servira à identifier les secteurs naturels à protéger, et ceux qui sont propices au développement d’activités économiques.....

Des schémas régionaux de développement de l’aquaculture marine durable et responsable seront établis pour recenser les sites existants et identifier les sites propices à un développement d’une aquaculture marine durable. Un registre des entreprises conchylicoles et un répertoire des candidats à l’installation gérés par les comités régionaux de la conchyliculture sont créés. Enfin, une partie de la taxe sur les installations éoliennes en mer est affectée au financement durable des ressources halieutiques

LMAP : Développer une politique publique de l’alimentation (MAAP)

« L’alimentation est la chance de notre agriculture et de notre pêche. Elle est et doit rester la première vocation du travail et de l’engagement des agriculteurs et des pêcheurs. L’alimentation est le lien le plus solide entre l’agriculteur et le citoyen. Elle doit donc être remise au cœur de notre projet commun. » Bruno Le Maire

Pour la première fois, cette loi permet de conduire une véritable politique publique de l’alimentation, qui se décline par le Programme national pour l’alimentation dont l’objectif est de fédérer et de coordonner les nombreuses actions déjà entreprises de façon dispersée par l’État, les collectivités territoriales, les associations et les entreprises. L’ambition de la politique nationale de l’alimentation est de faciliter l’accès de tous à une alimentation sûre, diversifiée, en quantité suffisante, de bonne qualité gustative et nutritionnelle, produite dans des conditions durables. Elle prévoit un certain nombre d’actions concrètes telles le développement des circuits courts, l’éducation et l’information sur le goût, une aide alimentaire plus efficace pour les populations les plus démunies, la mise en place de contrats d’engagement entre l’État et les entreprises en vue d’améliorer la qualité des produits alimentaires et la création d’un registre national du patrimoine alimentaire. Le respect des règles nutritionnelles sera obligatoire en restauration scolaire et universitaire, dans les hôpitaux, les crèches, en prison, et dans les maisons de retraites.

Un observatoire de l’alimentation étudiera les évolutions de l’offre et de la consommation alimentaire, l’aide alimentaire aux plus démunis apportée par l’ Union européenne et par l’État pour garantir notamment la distribution sur le territoire national, et la traçabilité des produits. Pour mieux informer le consommateur, l’étiquetage évoluera pour rendre obligatoire, dans le respect des règles communautaires, l’indication du pays d’origine pour les produits agricoles, alimentaires et les produits de la mer, bruts ou transformés.

4 axes pour le programme national pour l’alimentation :

► Faciliter l’accès de tous à une alimentation de qualité

► Améliorer l’offre alimentaire

► Conforter et accroître le bon niveau de sécurité des aliments

► Améliorer la connaissance et l’information sur l’alimentation.

La Teste : L'inquiétude pour les Mardinades (Sud-Ouest)

L'interdiction de cuisson préoccupe Gérard Guarrigue, le président du Syndicat des ostréiculteurs.

Les Mardinades se poursuivront-elles l'été prochain ? Oui, répond Gérard Guarrigue président du Syndicat des ostréiculteurs de La Teste-de-Buch. « Cette année, les Mardinades ont enregistré 40 % d'augmentation de fréquentation par rapport à l'an dernier. » Un malaise existe, les ostréiculteurs participants ont été contrôlés mi-août par la Direction de protection de la population de la Gironde qui interdit la cuisson sur le domaine public maritime et demande de respecter le règlement de la dégustation, les établissements ostréicoles n'étant pas adaptés aux normes d'hygiène de cuisson. Appliquant strictement les consignes, mardi dernier il n'y a eu ni sardines grillées ni moules dans les cabanes qui offraient des huîtres, des crevettes, des bigorneaux, des bulots accompagnés de pain, pâté et d'un verre de vin blanc. Des contrôles ont été effectués mardi en début de soirée. Problème de cuisson......

Après Xynthia, la famille Bertaud redoute un nouveau rapport d'expert (La Croix)

Lorsque la tempête Xynthia a frappé L’Aiguillon-sur-Mer (Vendée) dans la nuit du 27 février 2010, le domicile des Bertaud n’a été inondé que de quelques centimètres. De l’eau qui remontait par les égouts uniquement, car la maison est située légèrement en hauteur. La société familiale, par contre, a subi bien plus de dégâts. « On avait tout perdu », glisse la mère de famille. Avec son mari Emmanuel, ils gèrent une entreprise de mytiliculture pour laquelle il a fallu racheter un tracteur et une remorque. « J’ai aussi dû licencier deux personnes », déplore- t-elle. Une aide de la Fondation de France et un nouvel emprunt ont permis de « remonter la pente ». Cet été, la récolte sera de toute façon moins bonne : des moules en moindre quantité, et surtout plus petites. Les clients se sont pourtant souvent montrés solidaires, restant fidèles à leur producteur habituel, mais ça n’a pas été suffisant. « On va faire 25 % de chiffre d’affaires en moins cette année », estime-t-elle, le ramassage des moules se terminant au début de l’automne….

La mytilicultrice est devenue la porte-parole de son quartier, les Glaireaux, et pas un jour ne passe sans que la tempête ne s’invite dans les discussions. « Les gens viennent me voir ou m’appellent quand ils ont besoin d’informations, dit-elle. Ils savent que je suis une battante. » Elle a créé une page Web dans laquelle sont consignés tous les articles de presse et tous les détails de la procédure administrative. Elle a même monté une association, le Collectif de la route de la pointe de L’Aiguillon-sur-Mer, pour fédérer les habitants du quartier…..

A 16°C, le naissain d’huîtres meurt et les jeunes saumons se déforment…

Saumon d’élevage : Des malformations causées par des eaux trop chaudes

Les scientifiques ont constaté que les températures supérieures à 16 °C (permettant par ailleurs d’accroitre la croissance des poissons) peuvent causer des malformations osseuses chez les jeunes saumons (appelés aussi tacons). Les résultats de l'étude ont été récemment publiés dans BMC (BioMed Central) Physiology.

C’est dans le cadre d’un programme européen, appelé FINE FISH, qu’une équipe scientifique s’est intéressée aux malformations osseuses qui affectent fréquemment les poissons d'élevage intensif et elles représentent un problème sanitaire important et un défi en matière de productivité pour l'aquaculture industrielle. Ce programme est doté de 3,02 millions d’euros de l’Europe au titre des petites et moyennes entreprises (PME). Ces malformations affectent les poissons d'élevage intensif relativement souvent et elles représentent un problème sanitaire important et un défi en matière de productivité pour l'aquaculture industrielle.

Ce programme vise à améliorer les « performances du secteur européen des écloseries de poissons ». Certaines recommandations sont d’ores et déjà accessibles aux intéressés, notamment pour les cas des espèces individuelles (la perche, la brème, le cabillaud, la truite, le saumon). Selon la FEPA (Fédération européenne des producteurs aquacoles), 650 000 tonnes de poissons sont aujourd'hui produits dans l'UE chaque année, contre 60 000 tonnes en 1970. La production totale européenne s'élève à plus de 1,6 million de tonnes dont plus de 860.000 tonnes de saumon et truite produites en Norvège. Source : L’eau chaude : source de malformations chez les poissons d’élevage (Univers Nature)

Canada : 40 organisations nord-américaines disent « Non » aux critères choisis pour l’aquaculture bio

Plus de 40 organismes canadiens et étatsuniennes ont présenté une lettre conjointe s'opposant à l'Office des normes générales du Canada (ONGC) qui a proposé des normes biologiques dans lesquelles sont permises les traitements antibiotiques et chimiques des poissons d’aquaculture.

Ces organisations pensent que le projet de norme est incompatible avec les normes biologiques, car il permet aussi la certification des saumons élevés en cages (milieu ouvert), une pratique qui affecte négativement les écosystèmes marins, y compris le saumon sauvage. Toutefois, les organisations sont d’accord avec les normes proposées pour les algues et les coquillages ainsi que les piscicultures en circuit fermé.

« L'utilisation d'antibiotiques et de produits chimiques, et l'acceptation de techniques d’élevage traditionnelles qui nuisent au saumon sauvage et aux écosystèmes marins est complètement contraire aux principes des élevages biologiques et à ce que les consommateurs s'attendent à recevoir au moment de choisir des produits bio, a dit Shauna MacKinnon de Living Oceans Society. Source : Proposed organic aquaculture standards opposed (Fis)

  • 1 septembre 2010

Littoral. Cap 2000 fédère agriculteurs et conchyliculteurs (Le Télégramme)

Créée voici dix ans, l'association Cap 2000 vise à maintenir les activités de conchyliculture et d'agriculture sur le littoral de Bretagne sud. Liées par la reconquête de la qualité des eaux littorales et par les pratiques que cela implique, les deux professions ont signé une charte pour gérer avec discernement les pratiques agricoles dans la bande de 500 mètres des zones conchylicoles….

Mortalité des huîtres toujours - Côté conchyliculteurs, l'herpès virus sévit toujours et le mois de septembre devrait apporter des chiffres sur la mortalité. Des études épidémiologiques sur des huîtres sauvages locales, sur des lots de naissains naturels ou issus d'écloseries sont menées sur tout le littoral. On cherche les liens entre concentration du virus et mortalité : pas évident; avec la concentration de phytoplancton, troublante, on cherche à renforcer les défenses des huîtres, en captant des naissains locaux, en reproduisant des souches locales ou encore en augmentant la résistance des jeunes huîtres, comme le font les Japonais depuis des décennies. Reste que la conchyliculture morbihannaise fait face à un nouveau coup dur:...

Nouvel Eco-label ASC : WWF pour une Conchyliculture durable et une Pangaculture durable

Deux standards mondiaux pour une aquaculture durable des coquillages bivalves et des espèces de poisson panga ont été finalisés, se félicite le WWF international dans un communiqué du 31 août 2010. Ces standards ont été obtenus à l’issue d’une concertation initiée en 2007 par le WWF avec plusieurs centaines d’acteurs (aquaculteurs, scientifiques, ONG, etc.), dans la volonté de réduire les impacts négatifs de l’élevage de ces espèces sur l’environnement, les travailleurs et les communautés voisines. La majorité des bivalves (huîtres, palourdes, moules et coquilles Saint-Jacques) et des pangas (Pangasianodon hypophthalmus and Pangasius bocourt) consommés dans le monde sont produits dans des fermes aquacoles. Environ 80 % des bivalves d’élevage sont produits en Chine. Ce type d’industries est en pleine croissance. Le panga, l’un des poissons à chair blanche le plus vendu en Europe, est produit à 90 % au Vietnam à raison de plus d’un million de tonnes par an, selon le WWF….. Voir la suite Aquaculture: nouveaux standards pour le panga et les huîtres (Jdle)

Vous pouvez télécharger les standards du WWF pour une Conchyliculture durable : Bivalve aquaculture dialogue standards et une Pangaculture durable : Pangasius aquaculture dialogue standards. Ces standards regroupent plusieurs dizaines de critères sociaux, juridiques, sanitaires et environnementaux… Les écloseries sont aussi concernées…. WWF précise que les standards ciblent les impacts-clés de l’aquaculture, car une liste exhaustive de critères aurait défavorisé leur adoption par les petits exploitants en raison d’un coût de certification trop élevé.

C’est l’Aquaculture Stewardship Council (ASC) qui sera chargée de vulgariser et de mettre en place ce nouveau concept de « Conchyliculture durable » sous la forme d’un Eco-label ASC. Voir le site ASC

Les conchyliculteurs exportateurs d'huîtres et de moules pourraient être concernés par ce nouvel éco-label en particulier ceux qui exportent en Suisse et Allemagne, deux pays où WWF a beaucoup d'influence sur les distributeurs et où les consommateurs sont sensibles aux éco-labels... Par exemple : Trad'Ocean à Cancale qui exporte des moules de bouchot en Suisse, est déjà écolabellisé sous un autre label "Friend of the sea" (FOS). Voir : Ici

L’éco-labellisation : comment viser l’efficacité de l’étiquetage ? (Inra)

Les produits éco-labellisés sont plébiscités par un nombre grandissant de consommateurs. Loin d’être neutre, l’étiquetage apposé sur un produit interpelle la subjectivité des acheteurs et met en jeu leurs croyances dans la qualité des produits. Ecolabelliser un produit suppose que l’acheteur supportera des coûts supplémentaires d’informations. Dans quelle mesure, les consommateurs sont-ils prêts à l’accepter ? Comment les vendeurs doivent-ils adapter leur stratégie de communication ? Une étude menée conjointement par le laboratoire Structure et marchés agricoles-Ressources et territoire de l’Inra de Rennes et par le Centre d’économie et sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux de l’Inra de Dijon démontre que le choix du type d’écolabel pour un produit est guidé avant tout par les caractéristiques individuelles des acheteurs et par la nature des achats….

Nouveau foyer en Irlande d’Herpès virus de l'huître 1 (OsHV1),

Information reçue le 31/08/2010 de Mr Patrick J. Rogan, Chief Veterinary Officer, Agriculture House, Department of Agriculture and Food, DUBLIN, Irlande

Nouveau foyer (1) : Traighena, Donegal

Origine de l´infection :

  • Introduction d'animaux vivants,
  • Transport légal d'animaux,
  • Contact avec une exploitation voisine infectée,
  • Transmission horizontale par l'eau

Pour plus d’informations : Cliquer Ici

Reproduction du thon rouge en captivité : les avis déthonent (Actu-environnement)

L'UE annonçait la semaine dernière des avancées scientifiques sur la reproduction du thon rouge en captivité. Selon François Chartier (Greenpeace) ce ''progrès'' de la recherche ne ferait que déplacer le problème pour en créer de nouveaux…… Certains caressent donc l'idée de faire reproduire le thon rouge en captivité, afin de réduire la pression sur le thon rouge sauvage…. Pour François Chartier, responsable de la campagne Océans à Greenpeace, cela revient à ''se cacher derrière des utopies scientifiques''. ''Heureusement'' pour lui, ''on est encore loin du développement industriel''. Car élever des thons rouges ''causerait de nombreux dommages environnementaux, tant à court terme qu'à long terme, à l'échelle locale que globale''.

''L'élevage déplace la surpêche et crée de nouveaux problèmes'' selon Greenpeace - ''Une idée répandue réside dans le fait que, face à la surpêche, on pourrait passer de la ''cueillette'' à l'élevage. Seulement cela ne fait que déplacer le problème de la surpêche'', analyse le représentant de Greenpeace. Selon lui, pour produire 1 kilo de thon rouge en captivité, il faut 10 kilos de poisson fourrage (maquereau…)…..

Document FAO : Impact de l’augmentation des prix des ingrédients sur l’alimentation et la production piscicoles (Impact of rising feed ingredient prices on aquafeeds and aquaculture production)

Projet de Serge Mondon : De l’aquaculture en haute mer (Le Qotidien re)

« L’avenir, c’est d’aller élever des espèces en mer ouverte pour franchir les contraintes du littoral », dixit Serge Mondon. Défiant les caprices de l’océan, la base flottante aux allures de pyramide, imaginée par Serge Mondon pourrait servir de plateforme dédiée à l’aquaculture en haute mer, un secteur prometteur selon cet architecte installé à Saint-Denis. « C’est l’avenir de la pêche», explique Serge Mondon en évoquant ce projet présenté lors de sa soutenance de thèse en 1988. Un concept original à la fois futuriste et tout à fait réalisable. Née d’un désir de l’homme d’étendre son activité maritime, cette base flottante implantée en haute mer ou pourquoi pas, au large des côtes de notre île pourrait servir de base pour réaliser de l’aquaculture. Elle répondrait à un besoin précis…..

Festival des Huîtres du restaurant Arôme

Canada : Régalez-vous au Festival des Huîtres du restaurant Arôme !

L’Arôme, restaurant de grillades et de fruits de mer de l’hôtel Hilton du lac Leamy, est l’endroit désigné pour un repas entre terre et mer.

Du 6 septembre au 31 octobre, à partir de 17 h, laissez-vous tenter par notre délicieuse sélection d’huîtres chaudes et froides aussi savoureuses les unes que les autres.

Il y en a pour tous les goûts !

Plus de détails sur les préparations à base d’huîtres Cliquer Ici

Offre d’emploi : Directeur de production spécialisé en aquaculture

Entreprise : groupazur / Localisation : Afrique du nord - Sousse - Tunisie

Il doit assurer la conduite du processus de l’ensemble de la chaîne de production des différentes espèces : naissance, croissance, engraissement, reproduction, vente, etc.

Missions :

  • Participe à la détermination des objectifs de production dont il est responsable (coûts, délais, qualité, quantité)
  • Organise, met en œuvre, optimise et suit l’élevage en fonction de ces objectifs
  • Contribue à l'élaboration de la politique d'évolution des moyens de production et à l'amélioration des produits et des procédés
  • Assume des responsabilités techniques variables
  • Anime et dirige des équipes d'ouvriers, de techniciens ou de cadres
  • Gère le budget de son service, et parfois l'ensemble d'une unité de production

Formation requise : L'emploi nécessite une formation de niveau Bac +5 – école d’ingénieurs spécialisée (aquaculture), avec une expérience importante acquise à la production. (expérience exiger 5 ans minimum dans le domaine)… Pour plus d’informations Cliquer Ici

  • 31 août 2010

Paimpol : Parc d'activité ostréicole. Encore loin du consensus (Le Télégramme)

Jeudi, la communauté de communes présentait son projet de parc d'activité ostréicole, situé à Boulgueff. Louis Hamon, président d'une association de défense de l'environnement, s'y oppose. Explications. Louis Hamon est président de l'association de défense de l'environnement de Boulgueff et de son estran (Adebe). Elle compte une quarantaine d'adhérents.

Vous mettez en avant des aspects environnementaux pour vous opposer à ce projet de parc d'activité ostréicole. Quels sont-ils? Louis Hamon : le plateau de Kerquestel se situe dans un espace remarquable au titre de la loi littorale. Mais pas seulement. Nous sommes ici dans un périmètre Natura 2000, avec une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) de type I. Or, ce sont quatorze bâtiments de six mètres de hauteur qui y seront construits. L'impact visuel est indéniable. Par ailleurs, les riverains, dont je ne fais pas partie, verront la valeur de leur maison chuter…..

Dans la zone protégée de la mer des Wadden en Hollande, les huîtres japonaises sont considérées comme une espèce invasive menaçant l’écosystème local….

« Pour leur part, les huîtres du Pacifique ont également été introduites dans la mer des Wadden au début des années 1990. Cette nouvelle espèce provenant d'Asie a empêché la moule bleue de se développer correctement causant une pénurie d'alimentation pour les oiseaux qui se nourrissent uniquement du mollusque local. Enfin, la méduse mnemioposis leidyi originaire de l'Océan Atlantique a été identifiée en mer des Wadden en 2006. Selon les experts du PNUE, cette espèce aurait été amenée par l'eau contenue dans les ballastes des bateaux de marchandises vidée à l'arrivée des navires. Cette méduse se nourri de plancton, d'œufs de poissons et de crustacés, menaçant l'écosystème local. » Voir l’article : L’écosystème de la mer de Wadden menacé par des espèces exotiques (Ane)

Des associations et organisations professionnelles disent « Non » au saumon OGM

Une coalition de 31 associations (consommateurs, bien-être animal, environnement, pêche professionnelle et récréative ainsi que détaillants en alimentation) ont publié une déclaration commune critiquant l’administration américaine "Food and Drug Administration" (FDA) qui vient d’annoncer qu’elle pourrait approuver la mise sur le marché des saumons transgéniques "AquAvantage" comme les premiers animaux génétiquement modifiés (OGM) destinés à la consommation humaine. Source : Coalition demand thumbs-down for genetically engineered fish (Fishnewseu)

Consultation publique concernant une proposition de communication de la Commission sur la politique maritime intégrée pour le bassin de l’océan Atlantique

Dans le contexte du rapport sur l’état d’avancement de la politique maritime intégrée de l’UE, le Conseil «Affaires générales» a demandé que se poursuive l’élaboration des approches stratégiques relatives à des bassins maritimes régionaux où il existe une demande et une perspective de valeur ajoutée manifeste. À cet égard, la Commission européenne réfléchit actuellement au contenu possible d’une communication sur l’océan Atlantique. Cette communication ne serait opportune que dans la mesure où elle apporterait une valeur ajoutée et se révélerait utile aux parties prenantes de l’Atlantique. C’est pourquoi la Commission a lancé une consultation publique. Pour vous aider à répondre au présent questionnaire, vous pouvez consulter un document informel (voir «liens utiles» ci-dessus). Il dresse un premier aperçu des questions susceptibles de se poser. Il n’a pas la prétention d’être exhaustif, ni ne juge d’avance s’il est nécessaire d’agir ou non. Merci!

Pour plus d’informations sur cette consultation : Liens utiles

Pour accéder au questionnaire. Cliquer Ici

  • 30 août 2010

Calais : L'affaire des « moulières de Sangatte » devant le Conseil d'Etat le 6 septembre (La Voix du Nord)

Les moulières de Sangatte. En voilà une affaire bien simple sur le principe. ... Des professionnels veulent exploiter des moules sur la plage, la Côte d'Opale s'y oppose. Mais sur le plan administratif et juridique, cette affaire dure depuis 4 ans. Une nouvelle étape se déroule à Paris le 6 septembre. La dernière ?

Levée de boucliers. - Quand la préfecture maritime autorise le 4 avril 2006 trois mytiliculteurs à installer leurs concessions sur la plage de Sangatte, le conseil municipal, les Sangattois, les amoureux de la plage sauvage, les surfeurs... tout le monde s'y oppose. Ce qui oblige la préfecture à revoir sa copie en août 2006 et de suspendre ses arrêtés. Jean-Claude Cordier, Henri et Maxime Monbrun ne peuvent pas planter leurs 22 500 pieux. La colère. - Quelques semaines plus tard, le tribunal de Lille rejette la suspension des arrêtés. De ce fait, les mytiliculteurs tentent de s'installer sur la plage mais sont reçus par les opposants au projet. Sur le terrain, les membres de l'association « Non aux moulières » ne lâchent rien. Quant à la bagarre judiciaire,….

« Je ne regrette pas mon choix » (Sud-Ouest)

Chez les Casséron, on est ostréiculteur de père en fille. Edwige a repris depuis sept ans l'entreprise familiale. Edwige, en train de travailler dans son exploitation, dans la zone du Petit Préau, à la Flotte. Son sweat-shirt « Rétais » sur le dos, Edwige fanfaronne. « Je suis fière d'être Rétaise. Ma famille habite ici depuis cinq générations ! » Ce petit bout de femme de 34 ans, ostréicultrice depuis sept ans, n'a pas de leçon à recevoir sur la joie de vivre. Avec son mari, elle fait fonctionner l'entreprise familiale, à la Flotte-en-Ré, tant bien que mal.

Tempête, mortalité des naissains, elle aurait pourtant de quoi se plaindre. « Mon mari me dit : "Arrête de faire des blagues tout le temps". Mais il vaut mieux rire que pleurer ». Le sourire aux lèvres, Edwige explique la gravité de la situation. « Les huîtres rencontrent beaucoup de difficultés pour survivre. Il y a d'abord une surpopulation dans l'eau. Ensuite, il y a l'herpès qui ravage les cultures. Enfin, les bigorneaux perceurs viennent manger le peu d'huître qui reste. » Sur un collecteur, Edwige ramassait habituellement une bonne centaine d'huîtres. Aujourd'hui, elle n'en récupère qu'une trentaine. « Nos stocks sont très faibles. Si ça continue comme ça, on n'aura bientôt plus d'huîtres à vendre. » « Je n'ai pas de plan B »….

Une Initiative des ostréiculteurs de l'étang de Thau (Plancton du Monde)

Depuis quelques années, la filière ostréicole française et en particulier le bassin de Thau, est fortement touchée par des phénomènes de surmortalité du naissain en période estivale (essentiellement mai/juin). En effet, ces petites huîtres semblent devenir de plus en plus fragiles étant donnée l’augmentation d’année en année des taux de mortalité. L’année 2009 a enregistré des mortalités à hauteur de 90 à 95%. Suite à ce constat accablant, l’EARL « huitres-bouzigues.com » a décidé de réagir et de chercher des solutions à ces épisodes de mortalités estivales. Toutes les réflexions ramènent le problème vers une hypothèse principale : l’affaiblissement génétique. Effectivement, depuis de nombreuses années, les huîtres sont sélectionnées pour pousser le plus rapidement possible et devenir en quelques sortes des chevaux de course. Nous pouvons donc supposer que ces sélections répétitives d’individus à pousse rapide ont conduit à un affaiblissement génétique et ainsi une chute de la variabilité. De plus, les individus captés naturellement sont également touchés. Ceci serait dû sans doute à un croisement entre les souches sélectionnées et celles issues du bassin de production. La souche d’origine n’existerait donc plus, proche des différentes zones conchylicoles….

Le plancton : quel intérêt en aquaculture ? (Plancton du Monde)

C'est souvent par des événements dommageables, tels que mortalités en masse de poissons ou de coquillages, interdictions de commercialisation de coquillages, que le plancton se rappelle au bon souvenir des pisciculteurs et conchyliculteurs. Ces événements, souvent lourds de conséquences économiques, sont la contrepartie de la place essentielle qui est celle du plancton en aquaculture.

Grossissement des mollusques et des poissons phytophages - En aquaculture dite extensive, le grossissement des animaux repose entièrement sur les ressources présentes dans le milieu aquatique, c'est à dire essentiellement sur le plancton. L'une des meilleures valorisations de la production primaire de l'océan est assurée par des Mollusques tels que les huîtres (154 000 t vendues en France en 2001), les moules (80 000 t), les coques et les palourdes (5500 t). La chaîne phytoplancton-Mollusques étant courte, sans intermédiaires, est d'un bon rendement. En Espagne, premier producteur mondial de moules, les productions dépassent dans la baie de Vigo 250 tonnes par hectare (poids frais). Rappelons ici que le verdissement des huîtres de Marennes est dû à l'absorption par les branchies d'un pigment vert que rejette une espèce de Diatomée (Haslea ostrearia) présente dans les claires…..

Un estuaire sur la terre (Sud-Ouest)

Entre continent et océan, l'estuaire de la Gironde n'échappera pas aux effets des changements environnementaux planétaires. L'estuaire de la Gironde est le plus vaste d'Europe occidentale. Une échelle pertinente pour étudier l'impact des changements environnementaux qualifiés de « globaux » : réchauffement climatique, hausse du niveau moyen des eaux. L'horizon ? Pas demain, mais presque. « Mon quotidien est de réfléchir tous les jours à 2050. Ce n'est pas de la science-fiction, cela commence à être concret et palpable », assure Françoise Goulard, experte en recherche et prospective à l'Agence de l'eau Adour-Garonne (1). Son métier, c'est aussi de faire réfléchir les acteurs économiques et institutionnels dès aujourd'hui. Comme lors d'une récente journée d'échanges autour d'une étude (2), éclairante, commandée par l'agence….

1 L'océan monte, la vase aussi….

2 Des degrés en plus et un stress hydrique…

3 Effets cascades jusqu'à la centrale….

4 Travailler sur de véritables scénarios

Pour l'heure, « les acteurs de l'estuaire n'ont pas envisagé de scénario de rupture », commente Françoise Goulard. Qu'il s'agisse des six ports de la zone, des pêcheurs, des exploitants forestiers ou encore de la centrale du Blayais, « les uns et les autres ont plutôt réfléchi à des adaptations à la marge ». L'Agence de l'eau Adour-Garonne travaille, elle, à de véritables scénarios sur les débits et les objectifs d'étiage en divers points de la Gironde (niveaux au-dessous desquels un apport en eau, ou une réduction de la consommation, s'impose). Une nouvelle étude envisagera les conséquences éventuelles sur l'activité, y compris domestique. Enfin, l'établissement public élabore des mesures « sans regret, qui ont un intérêt aujourd'hui, mais qui ne seront pas obsolètes demain ».

Établissement public administrant notamment le bassin-versant de la Garonne, via le comité de bassin. (2) Consulter l'étude : www.sage-estuaire-gironde.org/site/documents.php

A vérifier : Pas de représentant de la conchyliculture dans le comité de gestion du Sage Estuaire de la Gironde : CLE

Saumon = Poulet

Au cours d’un séminaire au Nor-Fishing exhibition de Trondheim (Norvège), Jo Dekeyzer, directeur général de Marine Harvest, fait un parallèle entre l’élevage de saumon et celui de volaille. (Rappel : Marine Harvest, leader mondial de la salmoniculture, produit plus de 300.000 tonnes de saumon chaque année aux quatre coins de la planète). Lire l’article de Callander McDowell dans Relaksation n°466 : Chick, chick, chicken

L’eutrophisation de la mer baltique serait aussi liée au développement de la salmoniculture…

Etude de Saikku, L. et Asmala, E. de l’Université d’Helsinki : Eutrophisation de la mer Baltique : le rôle de l'aquaculture des salmonidés, la consommation et le commerce international : La consommation de poisson est en augmentation dans le monde. La surpêche met la pression sur les pêcheries, mais l'aquaculture est considérée comme une alternative pour satisfaire les besoins croissants en produits de la mer. Toutefois, les émissions de déchets provenant de l'aquaculture contribuent à l'eutrophisation et l'élevage de poissons placés en haut de la chaîne alimentaire est inefficace. Dans cette étude, les deux chercheurs analysent l’impact des élevages industriels de truites arc-en-ciel sur la mer Baltique et le phénomène d’eutrophisation… Voir l’étude : Saikku, L. and Asmala, E. Eutrophication in the Baltic Sea : the role of salmonid aquaculture, consumption, and international trade. Journal of Industrial Ecology 14(3): 482-495, 2010.

Rouze-en-donezan. Quand la pêche devient scientifique (La dépêche)

Dans les Pyrénées, la pêche de la truite est un loisir incontournable. Elle est d'une part socialement ancrée dans les mœurs et d'autre part un vecteur économique important au regard du tourisme pêche qu'elle génère. Actuellement en cours de caractérisation et donc dans l'attente des conclusions, l'unité de la Bruyante continue d'être gérée par du déversement de truitelles de souche atlantique alors qu'elle se trouve sur l'enclave ariégeoise du bassin versant méditerranéen et donc, fort vraisemblablement, avec des truites de souche méditerranéenne….. Cependant, ces pratiques d'alevinage de par leur fréquence de déversements pluriannuelles et de leur quantité peuvent avoir modifié le patrimoine génétique des truites autochtones du bassin de la Bruyante. Le but de cette étude est donc de réaliser un état des lieux qualitatif des truites de ce bassin versant afin de sensibiliser le monde de la pêche et les collectivités aux multiples enjeux inhérents à la sauvegarde d'un patrimoine génétique.

Saumon : Test génétique pour lutter contre une maladie virale

La société norvégienne Aqua Gen a mis au point un nouveau test génétique qui permet de sélectionner les saumons les plus résistants au virus à l’origine de la nécrose pancréatique infectieuse (IPN). Le lancement commercial du produit constitue un réel progrès dans la lutte contre cette maladie onéreuse. En 2007, les chercheurs des entreprises norvégiennes Aqua Gen et Nofima, et du Centre de recherche de génétique (CIGENE) ont découvert les marqueurs d'un gène qui rend les saumons plus résistants aux virus causant la nécrose pancréatique infectieuse (IPN). Les nouvelles connaissances sur ces marqueurs est maintenant appliquée à la reproduction sélective - et Aqua Gen a déjà fourni des œufs de poissons de reproducteurs QTL génétiquement résistant à l’IPN. Pour plus d’informations : Genetic Test Finds Healthiest Fish for Breeding (Sciencedaily)

De nouvelles données pour améliorer les aliments pour poissons

Une meilleure compréhension de ce qui se passe dans le corps d'un poisson quand il mange pourrait conduire à la production de meilleurs aliments pour poissons. Des chercheurs de l'Université de Göteborg en Suède ont l'espoir de contribuer à une aquaculture plus économe en énergie. À long terme, cela pourrait accroître l'offre de poissons d'élevage et ainsi fournir plus de nourriture pour la population en plein essor dans le monde. Les études sur les poissons d’Henrik Seth chercheur à l'Université de Göteborg (Département de zoologie) contribue à mieux comprendre ce qui se passe dans certaines parties du corps et en particulier dans celles qui sont impliquées dans le « manger ». Pour plus d’informations : New Insights Could Mean Better Fish Feeds (Sciencedaily)

Aquadem cherche des partenaires (La Tribune)

Depuis deux ans, Aquadem Pisciculture (550.000 euros de chiffre d'affaires) élève des esturgeons aux Eyzies (Dordogne), ainsi que des truites. Une production qui existait déjà lorsque Frédéric Vidal a repris la ferme aquacole. Si quelques kilos de caviar « Perle noire du Périgord » ont été produits, l'objectif est d'arriver à 3 tonnes d'ici six ans. Pour le traiter sur place et fumer la chaire des esturgeons et des truites, des investissements sont nécessaires et la PME cherche donc des partenaires financiers. Il faut attendre de 6 à 10 ans pour prélever les oeufs d'esturgeon de Sibérie sur les femelles.

  • 28 août 2010

En 2009, la consommation des produits de la mer à la maison a globalement augmenté en France selon les données statistiques publiées par FranceAgriMer

Prises dans leur ensemble, les tendances observées précédemment sur les achats des ménages de produits de la pêche et de l’aquaculture se sont globalement poursuivies en 2009 : selon le panel Kantar Worldpanel, les sommes dépensées pour l’achat de produits aquatiques ont légèrement progressé (+2,2%), tout comme les prix moyen d’achat (+2,1%). Ces évolutions masquent néanmoins des disparités importantes selon le type de produits….

Résultats globaux :

  • Légère augmentation des produits frais (principalement saumon et cabillaud),
  • Diminution des produits congelés,
  • Nette hausse des produits traiteurs de la mer (crevettes cuites, poissons fumés et surimi),
  • Hausse des conserves (principalement sardine et maquereau),

Le marché des coquillages frais a été marqué en 2009 par un développement très important (+61%) des achats de noix de Saint-Jacques (principalement d’importation), ce qui a conduit mécaniquement à une augmentation du prix moyen des coquillages de 6%. Les huîtres et les bulots ont enregistré des achats en hausse, à l’inverse des moules qui sont en retrait.

Pour plus d’informations télécharger le document très détaillé de FranceAgrimer : Consommation des produits de la pêche et de l’aquaculture – Données statistiques 2009

Ce bilan statistique annuel reprend les éléments de la consommation française des produits de la pêche et de l'aquaculture en 2009. Il comporte des données sur la restauration hors foyer, sur la consommation des ménages ainsi que des bilans spécifiques aux principales espèces.

Création d’un fonds de garantie relatif aux marchés des produits de la pêche et des cultures marines

Arrêté du 28 juillet 2010 modifiant l'arrêté du 29 décembre 1998 modifié portant modalités d'application du décret n° 78-1044 du 25 octobre 1978 modifié portant création auprès de l'Etablissement national des produits de l'agriculture et de la mer (FranceAgriMer) d'un fonds de garantie des opérations relatives aux marchés des produits de la pêche maritime et des cultures marines… Télécharger l’arrêté Ici

S'agit-il d'une nouvelle taxe que doivent payer les pêcheurs et les conchyliculteurs pour alimenter un fonds de garantie géré par FranceAgriMer ?

Paimpol. La CCPG présente son «village ostréicole » (Le Télégramme)

Hier, à Plourivo, élus, techniciens et experts ont présenté à la population du territoire communautaire la dernière mouture d'un projet local de parc d'activité ostréicole. Le débat public est lancé. La vocation maritime du territoire n'est plus à établir. Le dernier projet communautaire en date, voté le 24 février 2009, assure ainsi toutes les filières concernées du secteur (pêche, plaisance, conchyliculture, etc.) du total soutien de la communauté de communes Paimpol-Goëlo (CCPG) dans «le maintien et le renfort des activités de production durable». L'ostréiculture, sa centaine d'entreprises locales et son nombre équivalent d'emplois, en font partie et une réunion publique était organisée, hier, à Plourivo, au siège de la CCPG, pour présenter un projet d'Espace d'activité ostréicole dans le vallon de Boulgueff, situé entre les communes de Paimpol et de Plouézec......

Véritable arlésienne - le projet fait régulièrement parler de lui depuis le milieu des années 1970- c'est un travail conséquent et manifestement bien avancé qui a été présenté à la trentaine de personnes présentes dans l'assemblée. Cette mosaïque d'acteurs (riverains, professionnels, défenseurs de l'environnement et autres plaisanciers), tous concernés à….

À Paimpol, le projet de zone ostréicole se dessine (Ouest France)

On en parle depuis 30 ans. Il prend enfin corps, le projet de zone ostréicole de Paimpol. 14 parcelles, à la limite de Plouézec, pourraient voir le jour dans quelques années. Des établissements avec bassins d'eau de mer, pour la finition des huîtres. Et, enfin, pour les professionnels, des conditions de travail confortables.

Pêche et aquaculture. «Agir dans l'intérêt de tous» (Le Télégramme)

Le parc éolien en baie de Saint-Brieuc et un projet de «village ostréicole» figuraient au menu du conseil du comité des pêches de Paimpol, réuni hier. Deux dossiers qualifiés de cruciaux par les professionnels locaux. Le conseil de comité local des pêches maritimes et des élevages marins (CLPMEM) de Paimpol - Lannion s'est réuni, hier, pendant plus de trois heures, pour examiner deux questions «cruciales quant au maintien et au développement de l'activité halieutique et conchylicole costarmoricaine». Les projets d'implantation d'un parc d'éoliennes dans la baie de Saint-Brieuc et d'un village ostréicole, entre Paimpol et Plouézec, ont été examinés par les 23 membres du conseil, lequel a affirmé, par vote,

Dragages. Un schéma de référence dans le Morbihan (Le Télégramme)

La préfecture du Morbihan a présenté la nouvelle règle du jeu en matière de dragage des ports. Les entretiens plus réguliers seront notamment préconisés et les études d'impact seront renforcées. Les volumes dragués dans les ports du Morbihan sont modestes. Dix fois moins que pour le seul port de Saint-Nazaire, indique Philippe Delage, directeur départemental des territoires et de la mer. Ce sont toutefois 100.000m³ par an qui sont prélevés. Et pour les dix ans à venir on prévoit 3millions de m³ dont les trois-quarts à Lorient. Ces dossiers n'en sont pas moins brûlants. En 2009, le désenvasement du port de La-Trinité-sur-Mer a soulevé une vague de protestation avec action en justice. Pêcheurs et associations s'étaient opposés au largage des sédiments au large de la presqu'île de Rhuys. Le chantier de 60.000m³ a été malgré tout mené à terme. Mais il a suscité une intervention du ministre de l'Écologie, Jean-Louis Borloo, qui a demandé que toute nouvelle opération dans le Morbihan soit gelée dans l'attente de la mise en place d'un schéma de référence des dragages. «Le dialogue renoué»....

Près de 3 millions pour domestiquer le thon rouge - Elevages de thon rouge en Europe : bientôt une réalité ? (Jdle)

Le projet de recherche Selfdott, financé par l’Union européenne, se penche depuis plusieurs années sur la reproduction en captivité du thon rouge atlantique. Les scientifiques de l’Institut espagnol d’océanographie (IEO) ont « réussi à obtenir cette année des dépôts d’œufs viables de thon rouge atlantique en captivité, par des moyens naturels, sans aucune induction hormonale », indique un communiqué de l’UE du 25 août. Ces résultats montrent, selon les chercheurs de l’IEO, la capacité du thon à s’adapter, après plus de trois ans de domestication. L’objectif du programme Selfdott est de réduire la pression exercée sur les stocks sauvages de ce poisson menacé par la surpêche. 2,98 millions d'euros ont été investis pour relever le défi de l’élevage. Car le thon rouge est une espèce aux caractéristiques très particulières, sensible au stress et qui nécessite beaucoup d’attention tout au long de l’année. Il est donc difficile d’obtenir des œufs en captivité, même en petites quantités….

Vive la gambas malgache (JT TF1 du 24 Juillet 2010)
Résumé : C'est la reine des crevettes. Les Français en importent 100.000 tonnes chaque année. En provenance notamment de Madagascar où une filière bio a été développée par des éleveurs français. C’est la crevette bio Oso….

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Un nouveau Label pour les sels aromatisés : tout bio, tout beau (Agrisalon)

Bonne nouvelle pour les amateurs de bons produits et de naturalité ! Parmi les 3 sels fins aromatisés Le Guérandais, ceux aux herbes et aux légumes viennent d’obtenir le label AB (Agriculture Biologique). Des sels originaux, délicieux alliés de nos régals des beaux jours : ces sels fins Le Guérandais aromatisés aux herbes bio, aux légumes bio ou aux algues apporteront ce “petit quelque chose” indispensable à vos plats…

Un emballage durable pour le sel de Guérande (Agrisalon)

Dès la rentrée sur vos linéaires, retrouvez le sel de Guérande dans des emballages pratiques et éco-responsables. La nouvelle gamme de sels Le Guérandais arrive dans les rayons des grandes surfaces avec des sels certifiés Nature&Progrès dont les emballages sont réalisés en fécule de pomme de terre entièrement biocompostable pour le sac de gros sel de 1kg, ou encore en carton recyclé à 70% pour les boîtes de sel fin et de fleur de sel.

SNSM. Les Côtes-d'Armor ont leur centre de formation (Le Télégramme)

Désormais, tous les départements bretons ont leur Centre de formation et d'intervention desnageurs sauveteurs de la SNSM. Celui des Côtes-d'Armor, seul département à ne pas en posséder, sera installé au poste de secours du Coz Pors, à Trégastel. La formation s'adresse à des jeunes gens et jeunes filles âgés de plus de 18 ans et s'étend sur huit mois, d'octobreà mai. L'enseignement a lieu en soirée, certains week-ends et pendant les vacances scolaires. Une réunion d'information est prévue le samedi 11septembre, à partir de 11h, à l'espace aqualudique de Ti Dour, à Lannion….

  • 27 août 2010

Mortalité des huîtres en Charente-Maritime : Flash info Maline n°12

La mortalité des naissains semble présenter le même phénomène qu’en 2009, en Charente Maritime ainsi que dans d’autres régions ostréicoles françaises : les lots moins touchés en début d’été semblent rattraper ce retard pour atteindre des valeurs similaires aux lots les plus touchés. Pour les détails, cliquer Ici

Création d’un fonds de garantie des opérations relatives aux marchés des produits de la pêche maritime et des cultures marines

Arrêté du 28 juillet 2010 modifiant l'arrêté du 29 décembre 1998 modifié portant modalités d'application du décret n° 78-1044 du 25 octobre 1978 modifié portant création auprès de l'Etablissement national des produits de l'agriculture et de la mer (FranceAgriMer) d'un fonds de garantie des opérations relatives aux marchés des produits de la pêche maritime et des cultures marines… Cliquer Ici

Les Américains vont-ils autoriser «Frankenfish» ? (Jdle)

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a annoncé la mise en place d’une consultation publique de 60 jours sur une question délicate : accepteriez-vous dans vos assiettes du saumon génétiquement modifié ?

Le processus d’approbation pourrait prendre moins d’un an, et si le feu vert est donné à la commercialisation du poisson, ce dernier pourrait se retrouver sur le marché dans 18 mois. La question est de taille, car l’approbation pourrait ouvrir la voie au commerce de nombreux autres animaux GM à consommer…..

Pour arriver à ce résultat génétique, une hormone de croissance a été prélevée d’un saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha, une espèce des eaux froides), pour être jointe à une séquence ADN (promoteur) appartenant à la loquette d’Amérique, une sorte d’anguille, explique John Buchanan, scientifique en chef chez AquaBounty. Ce mélange génétique est ensuite injecté dans les œufs des saumons d’Atlantique. Le génome du poisson se charge du reste, l’ADN se répartissant ensuite chez le poisson. Outre cette manipulation, le saumon est rendu stérile, pour éviter les interactions avec les autres espèces….

Voir le document de la Food and Drug Administration (FDA) concernant les consultations publiques sur le saumon atlantique génétiquement modifié : Public Meetings on Genetically Engineered Atlantic Salmon

Qu’est-ce-que l’Aquaponics ?

L’Aquaponics est une approche relativement nouvelle de production alimentaire qui associe poissons et plantes dans une relation symbiotique. Myles Harston de l’AquaRanch qui travaille selon ce système depuis 1992, élève des tilapias et une grande variété de légumes biologiques comme laitue, chou frisé, bette à carde, tomates et piments.

Pour plus d’informations : Aquaponics project to launch in Santa Cruz (Fis)

  • 26 août 2010

Huîtres. Divergences sur la gestion des coquilles (Le Télégramme)

Les Amis du golfe du Morbihan s'interrogent sur la gestion des coquilles d'huîtres dans le golfe. Un sujet qui prend encore plus d'acuité avec la surmortalité qui affecte le mollusque. C'est un sujet sensible car polémique. Difficile de charger encore plus la barque d'une profession confrontée à la surmortalité des huîtres juvéniles. C'est pourquoi, s'armant de beaucoup de précautions, Jean-Yves Guyomar, le président des Amis du golfe du Morbihan, s'inquiète du traitement des coquilles par «certains» ostréiculteurs. «Notre souci n'est pas d'agir contre ces ostréiculteurs. On sait les difficultés de la profession. Mais le déversement de milliers de tonnes de coquilles d'huîtres ne peut pas se faire n'importe comment». Selon l'association, les difficultés se cristalliseraient principalement à l'entrée du golfe.....

L'oursin, un animal qui ne manque pas de piquant (Sud-Ouest)

La Flotte-en-Ré - L'Oursine, seul site d'éleveur d'oursins en France, propose chaque semaine des dégustations. Rencontre avec cet animal de luxe…. Les parties consommables de l'oursin sont les cinq glandes sexuelles femelles, appelées communément « corail ».

«Vous connaissez les oursins ? » « Non », répondent en chœur les visiteurs. Ce matin, à l'Oursine, c'est journée présentation et dégustation de cette petite bête poilue, souvent méconnue du grand public. Yvan Le Gall, le propriétaire, est le seul éleveur d'oursins en France. Cet animal épineux, de la race des échinodermes, a très peu évolué depuis des millions d'années. « On retrouve des fossiles identiques aux oursins d'aujourd'hui », explique Yvan. Blanc, bleus, violets ou même noirs, ils se reproduisent généralement dans l'océan. Trop compliqué pour les commercialiser. Le père d'Yvan Le Gall, il y a une vingtaine d'années, a donc inventé une méthode pour les élever en dehors de l'Atlantique. Pas besoin de machine robotisée, l'homme, ou plutôt sa main, suffisent. Jusqu'à 12 millions d'œufs….

Thon rouge: la reproduction en captivité, une avancée de la recherche européenne (Europa)

Des scientifiques de l’UE ont réussi à obtenir des dépôts d’œufs viables de thon rouge atlantique en captivité, par des moyens naturels, sans aucune induction hormonale. Si l’élevage de cette espèce menacée pouvait être développé à une échelle commerciale, la pression exercée sur les stocks sauvages serait nettement réduite. Ce résultat est le fruit de la troisième année de réalisation de SELFDOTT, un projet de recherche financé par l'Union européenne à hauteur de 2,98 millions d'euros et coordonné par l’Institut espagnol d’océanographie (IEO). Les résultats du projet ont fait l’objet d’un film, qui sera diffusé le 26 août dans le cadre de Futuris, l'émission scientifique de la chaîne de télévision Euronews.

Vietnam : Panga, Crevette, Chevrette et…. Huître japonaise ???

Rien ne semble arrêter le Vietnam dans sa progression aquacole…. Le panga vietnamien s’est imposé sur les étals d’une soixante de pays dans le monde. Après les crevettes et les crabes, des chevrettes de luxe partent maintenant à la conquête des pays du Nord. Un poisson, trois crustacés, manque un coquillage dans le catalogue des productions aquacoles à vocation exportatrice.

Le Vietnam maitriserait les techniques d’élevage de 60 espèces aquatiques… Depuis peu, dans le cadre d'une coopération avec l'Australie, le Vietnam s’intéresse de près à l’huître japonaise (Crassostrea gigas)…. Ce pays qui vient d’annoncer 1,6 millions de tonnes de pangasius en 2010, va-t-il maintenant inonder le monde avec cette huître du Pacifique ?

Regarder la vidéo : les huîtres vietnamiennes ressemblent beaucoup aux huîtres d’écloserie made in France (plateau d'huîtres à la fin du reportage)…

Ostréiculture. Les dessous d'un chantier (Le Télégramme)

Tous les mercredis, à 17h, l'entreprise Tibidy à Carnac ouvre ses portes pour faire découvrir au public le métier d'ostréiculteur. Avec passion, Maxime Jenot parle des huîtres, de son mode de production avant de les faire déguster aux visiteurs. L'entreprise Tibidy a été fondée en 1937 par Monsieur Jenot père, dit «Tibidy». Maxime est son petit-fils et il est à son tour dans les parcs installés à Carnac, au Pô, en baie de Quiberon. «Beaucoup de personnes sont surprises du temps qu'il faut pour obtenir une huître commercialisable, explique Maxime Jenot. Ils se rendent mieux compte du travail important….

Le village de Yerseke, capitale de la moule hollandaise (Le Figaro)

Aux Pays-Bas, les mytiliculteurs vendent toute leur production aux enchères dans une criée dans le sud du pays. L'endroit ressemble à une salle d'examen. Derrière leur pupitre, une dizaine d'hommes scrutent en silence un grand tableau électronique. Origine, producteur, longueur, largeur… Ces traders d'un genre inédit découvrendt en direct les caractéristiques du lot de moules mis aux enchères.... Suite Le Figaro accès payant

Des poissons au milieu des jardins (Les jardins en Afrique)

Le site du barrage de situe à Kérou au nord du Bénin. Sa particularité est d'être un point d'eau qui ne tarit jamais, même au plus fort de la saison sèche. La valorisation des terres entourant cette mare surcreusée est possible grâce au développement du maraîchage. Une activité complémentaire au maraîchage a été mise en avant: la pisciculture.

La pisciculture est le secteur de production alimentaire qui croît le plus vite dans le monde; elle fait vivre 250 millions de personnes. En 1980, à peine 9% des poissons provenaient de l'élevage, aujourd'hui, 44%. Dans les pays ACP [Afrique, Caraïbes, Pacifique], la pisciculture demeure toutefois un secteur sous-développé, particulièrement en Afrique dont la contribution à la production mondiale est négligeable (0,16%).

Méthode : A Kérou, la pisciculture est extensive. Des bassins d'alevinage ont permis il y a plusieurs années la croissance de silures et de carpes qui ont ensuite été transférés dans le barrage. Les poissons se nourrissent des éléments nutritifs qui se trouvent dans le point d'eau; il n'y a pas d'apport de complément. La pêche a lieu presque tous les ans.....

En Louisiane, l'ouverture de la pêche ne rassure pas (Sud-Ouest)

De la mer à l'assiette, toute la chaîne commerciale navigue dans l'inconnu, inquiète de la qualité des fruits de mer et d'une demande qui ne suit pas. Les pêcheurs louisianais devraient se réjouir. La semaine dernière, 80 % des eaux territoriales du golfe du Mexique ont été rouvertes à la pêche, contre 60 % précédemment. Cette bonne nouvelle coïncidait avec le début de la saison de la crevette blanche. Mais au lieu d'applaudir et de se bousculer sur les quais, plus des trois quarts de la flotte de 14 000 pêcheurs professionnels louisianais ont boudé l'occasion. À Pointe-à-la-Hache, un petit port du delta du Mississippi, seules quelques embarcations allaient et venaient dans le chenal. Leurs équipages ne ramenaient pas du poisson, des crabes ou des crevettes, mais le matériel de nettoyage qui a servi pour la marée noire…..

Feu vert de l'administration - La production d'huîtres souffre aussi terriblement. Pour éviter que la nappe de pétrole pénètre dans les marais, les barrages sur le fleuve Mississippi ont été ouverts, et une grande quantité d'eau douce a été dirigée vers son embouchure, où se trouvent de nombreux parcs à huîtres. La production a été directement anéantie par la présence d'eau à faible salinité. La plupart des ostréiculteurs sont à l'arrêt, par mesure de précaution. Les mollusques comme l'huître sont particulièrement sensibles à la contamination aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, des agents cancérigènes contenus dans l'or noir. Pour l'heure, les tests sanitaires ne révèlent rien d'anormal. Cependant, il faudra attendre la récolte de novembre pour avoir des résultats définitifs. Malgré le feu vert de trois agences gouvernementales - l'Agence océanique et atmosphérique, l'Agence de l'alimentation et des médicaments et l'Agence de protection de l'environnement - à la réouverture de la pêche, 54 % des Américains n'ont pas confiance dans les fruits de mer du golfe. Et ce malgré des analyses indépendantes qui indiquent que les produits sont propres à la consommation. Dans son restaurant du centre de La Nouvelle-Orléans, le chef Susan Spicer avoue son désarroi. Celle-ci a déposé une plainte contre BP en nom collectif avec d'autres restaurateurs de la ville. « Combien de temps les conséquences de cette marée noire vont-elles peser sur nous ? On n'en sait rien. » Personne ne peut le lui dire.

Italie : Infection à Bonamia exitiosa - Notification immédiate (OIE)

Information reçue le 25/08/2010 de Prof. Dr Romano Marabelli, Capo Dipartimento, Dipartimento Sanita Pubblica Veterinaria, Nutrizione e Sicurezza Alimenti , Ministero Lavoro,Salute e Politiche Sociali, Rome, Italie

Date de début : 20/07/2010 / Date de première confirmation de l´événement : 13/08/2010 / Date d'envoi à l'OIE : 25/08/2010

Raison de notification : Réapparition d’une maladie appartenant à la liste de l'OIE / Date de la précédente apparition de la maladie : 2008

Agent causal : Bonamia exitiosa sur des huîtres plates : Ostrica piatta (Ostrea edulis)

Nombre total de foyers : 2 (Rosolina,Rovigo, Veneto / Venezia Mestre, Venezia, Veneto)

Nom du laboratoire et type : Institut Zooprophylactique Expérimental (IZS), Padoue et Rovigo (laboratoire local). Pour plus d’informations cliquer : Ici

Dans le Nord, les moules de Léon de Bruxelles absorbent un Buffalo…

Deux « Léon de Bruxelles » à Villeneuve-d'Ascq : la guerre des moules aura-t-elle lieu ? (La Voix du Nord)

Dire qu'il y a aujourd'hui deux restaurants de l'enseigne à Villeneuve-d'Ascq n'est pas exact. Un « Léon de Bruxelles » est bien installé depuis cinq ans au rez-de-chaussée de V2, mais le deuxième établissement, ouvert depuis lundi, se situe à la frontière de la ville, sur le territoire de Lezennes, en face de l'Héron Parc. N'empêche, à vol d'oiseau, les restaurants sont distants de 500 mètres, ce qui pose question. La chaîne aurait-t-elle l'intention à terme de se retirer de V2 ?

En tout cas, cette implantation, la troisième dans la métropole lilloise, entre dans une stratégie de développement initiée il y a cinq ans. L'arrivée à V2 entrait d'ailleurs dans cette nouvelle dynamique, après quelques années de pause dans les investissements. Aujourd'hui, l'enseigne ouvre entre 5 et 8 restaurants par an. Au premier semestre 2010, elle a enregistré un chiffre d'affaires de 50, 1 M E, en hausse de 21 % par rapport à 2009 pour la même période. Est-ce cette bonne santé qui les a incités à franchir le pas ? À Lezennes, l'enseigne Léon de Bruxelles a racheté le bâtiment au groupe Buffalo Bill et proposait à la quinzaine de salariés qui travaillaient dans le restaurant Victorias'pub de rejoindre ses rangs. Tous ont accepté....

Saint-Philibert - Trois nouveaux chevaliers pour la confrérie de l'huître (Ouest France)

C'est à une cérémonie haute en couleurs qu'a assisté le public, après la messe de dimanche, dite à l'attention des marins et des ostréiculteurs. Dans le plus grand secret, les syndicats ostréicoles du secteur et la section régionale de conchyliculture avaient choisi trois personnalités pour être honorées du titre de chevalier de la confrérie de l'huître de Bretagne.

« Cette société qui célèbre ses 30 ans est la plus ancienne du genre dans la région. Elle a déjà intronisé plus de huit cents membres sur tous les continents dont bien sûr des personnalités comme Johnny Halliday ou Patrick Poivre d'Arvor. » « Promouvoir le noble mollusque »….

  • 25 août 2010

Alain, ostréiculteur contre vents et marées (Ouest France)

Toute l'année, Alain surveille ses 4,5 ha de parcs à huîtres, au large du port du Bonhomme, à La Guérinière, sur l'île de Noirmoutier, en Vendée.

Au fil de l'eau. Une journée avec Alain Gendron, éleveur d'huîtres et de moules sur l'île de Noirmoutier. Un travail de patience, à la merci des forces de la nature.

Reportage : 6 h 30. La journée d'Alain Gendron, ostréiculteur, débute à l'aube. Dans sa cabane, un hangar de La Guérinière (Vendée), il passe dans une machine à moules plusieurs tonnes de mollusques récoltés la veille. Il les trie, les nettoie. « Avec la mortalité des huîtres (lire ci-après), ça devient de plus en plus dur de vivre correctement, confie-t-il. Alors, soit les ostréiculteurs mettent la clé sous la porte, soit ils tentent de se diversifier. Moi, je me suis mis à faire les moules. » À tel point que la mytiliculture représente désormais 60 % de son activité……

L'huître d'Isigny vedette de la baie des Veys (Ouest France)

André-Gilles Taillepieds présente l'huître d'Isigny. Élevée depuis les années 70, elle est digne des plus grandes tables. Pas un livre de cuisine normande ne peut se passer de quelques recettes à base d'huître d'Isigny. Cuisinée ou crue, sa spécificité est incontournable. « C'est une huître charnue, croquante, pleine de saveurs et de parfums. Elle n'est pas trop salée et légèrement sucrée », explique André-Gilles Taillepieds, producteur de spéciale d'Isigny sur la base ostréicole de Grandcamp-Maisy. Un spécialiste qui a succédé à son père et qui forme son fils pour la relève. Il a été plusieurs fois décoré au concours général du Salon de l'agriculture à Paris. Mais pour arriver à cette qualité de chair, il faut trois ans d'élevage. « L'eau normande n'est pas assez chaude pour la reproduction. Nous achetons des naissains d'huîtres principalement en Charente. Soit de reproduction naturelle, soit d'écloserie. Quand elles arrivent à l'atelier, elles ne mesurent que trois à quatre millimètres. » Environs 1 500 naissains seront placés dans des poches en plastique à la taille de maille adaptée.

Le coup de patte de quatre rivières…

La MJA Daubelcour produit des moules de bouchot à Oye-Plage (Nord Littoral) : Des moules livrées sur toute la région

Créée en 1995 par Alain Daubelcour et son épouse Marie-José, la MJA Daubelcour, située route de Waldam à Oye-Plage, produit des moules de bouchot. Alain Daubelcour nous explique le fonctionnement de la moulière. C'est en 1988 que l'exploitation des premiers bouchots a démarré. Alain, qui travaillait à l'époque sur les car-ferries, avait décidé de se reconvertir, au moment de la construction du tunnel sous la Manche. En 2003, Yoan, son fils, termine ses études et c'est là que l'affaire prend plus d'ampleur : « Il a attrapé le virus. Alors on a décidé de se lancer à fond dedans ! ». De gros investissements sont alors réalisés dans l'implantation de bouchots - des pieux - et dans la construction d'un bâtiment de conditionnement et d'expédition aux normes européennes.

Une affaire familiale…. Gwenaëlle DÉFOSSEZ SARL MJA Daubelcour, 2103 route de Waldam à Oye-Plage. site internet : www.bouchot-oyeplage.com

La moule de bouchot « chouchoutée » par les paysans de la mer (Voix Eco)

Une armée de 12500 pieux à moules s'aligne sur 9 kilomètres à Audinghen. Douze mille cinq cents pieux ont été plantés en mer à Audinghen, dans le site sauvage des Deux Caps, entre Blanz Nez et Gris Nez. Chaque année, plus de 300 tonnes de moules de bouchot sont récoltées ici. Ils ne se considèrent pas comme des marins, ni comme des agriculteurs, mais aiment se faire appeler des « paysans de la mer ». Vivant au rythme des marées, les mytiliculteurs exploitent avec passion la fameuse moule de bouchot (nom des pieux sur lesquels elles grandissent), riche en coquille et en chair, qui régalera les amateurs de la prochaine braderie de Lille. « Au moment de la braderie, nous triplons nos expéditions », explique Jean-Hugues Desoblin, responsable d'exploitation de La Bouchot des Deux Caps, à Audinghen, l'une des plus importantes exploitations de moules de bouchot de la côte (il y en a six en tout et pour tout en Nord - Pas-de-Calais). Un travail de forçat….

Symposium international « Comment réduire l'empreinte de l'aquaculture et des pêcheries sur les écosystèmes ? » (ABP)

Le symposium franco-japonais « Comment réduire l'empreinte de l'aquaculture et des pêcheries sur les écosystèmes ? » se tiendra à l'IUT de Chimie de Sète du 1er au 3 septembre 2010. Organisée conjointement par l'Université de Kinki (province d'Osaka) et le Centre de Recherche Halieutique Méditerranéenne et Tropicale de l'Ifremer à Sète, cette rencontre portera sur les interactions entre la pêche, l'aquaculture et l'environnement.

Elle constitue également le prélude d'une coopération scientifique entre chercheurs japonais et français en matière de gestion écosystémique de l'exploitation des ressources marines.....

En quatre poissons, l’avenir de la dernière nourriture sauvage

Dans son livre « Four Fish : The Future of the Last Wild Food » (Quatre poissons : l’avenir de la dernière nourriture sauvage), Paul Greenberg se penche sur la situation de la pêche à travers 4 poissons à savoir : saumon, bar, morue et thon. Il suit le parcours de ces poissons depuis l'océan jusqu’à notre table. Il montre comment nous pourrions protéger les océans et faire de la mer durable plutôt la règle que l'exception. Pour lui, l’aquaculture doit cohabiter avec la pêche et les systèmes aquacoles doivent s’améliorer pour minimiser l’impact sur l’environnement prenant l’exemple de la poly-aquaculture (aquaculture multitrophique intégrée) qui associe élevages de saumon, de moule et culture d’algues…

« Nous devons savoir comment manger les poissons. Nous devons continuer à les manger. Si nous arrêtons de voir la mer comme une source de nourriture, nous allons continuer à faire toutes sortes de forage pétrolier en mer et d’exploitation minière ; toutes ces choses vont ruiner la mer. Nous devons continuer à pêcher, mais les pêcheurs doivent être les gardiens de la mer, plutôt que les exploitants de celle-ci. » Source : Aquaculture : The lure of fish farming

Canada : Annonce de nouvelles stratégies et de financement dans le domaine de l’aquaculture

Des stratégies pluriannuelles visant le développement durable de l’industrie de l’aquaculture au Nouveau-Brunswick ont été publiées aujourd’hui. La Stratégie de développement de la pisciculture au Nouveau-Brunswick et la Stratégie de développement de la conchyliculture au Nouveau-Brunswick ont été publiées par le ministre de l’Agriculture et de l’Aquaculture, Ronald Ouellette, lors d’une visite des intervenants clés de l’industrie qui se déroulait sur deux jours.

À Richibucto, le ministre en a profité pour rencontrer l’Association des conchyliculteurs professionnels du Nouveau-Brunswick et leur annoncer une aide de 60 000 $ destinée à un projet pilote concernant la mise en œuvre de protocoles d’exploitation normalisés, et ce, afin de réduire les risques dans l’industrie ostréicole. Ce projet se fonde sur des travaux antérieurs au cours desquels des protocoles d’exploitation normalisés généraux ont été élaborés comme cadre de travail pour la détermination et la mise en œuvre de meilleures pratiques en matière de gestion des risques au sein des fermes d’élevage. « La mise au point d'outils de gestion des risques commerciaux pour l'industrie est prioritaire pour l'Association des conchyliculteurs professionnels du Nouveau-Brunswick », a expliqué le vice-président de l’association, Émile Basque. « Il s'agit d'un investissement stratégique pour l'industrie qui vise à améliorer l'accès des ostréiculteurs participants aux assurances. »

La Stratégie de développement de la pisciculture au Nouveau-Brunswick et la Stratégie de développement de la conchyliculture au Nouveau-Brunswick sont disponibles sur le site Web du ministère de l’Agriculture et de l’Aquaculture. Ministère de l’Agriculture et de l’Aquaculture : www.gnb.ca/aquaculture

Le secteur conchylicole écossais a un fort potentiel de croissance

Un nouveau rapport a identifié d'importantes possibilités de croissance dans les secteurs de la conchyliculture en Écosse, notamment avec la mytiliculture, considérée comme une activité conchylicole sur laquelle les producteurs écossais devraient mettre davantage l'accent. Des chercheurs de l'Université de Stirling ont analysé les perspectives et les possibilités des élevages de moules, d’huîtres et de pétoncles. Le rapport indique que l'environnement marin écossais offre de bonnes opportunités pour la culture des coquillages…

Mais, les productions conchylicoles restent faibles par rapport à d'autres régions européennes : La production de coquillages en Ecosse est dominée par les moules avec 5.869 tonnes en 2008, suivie par 303 tonnes d'huîtres du Pacifique, 20 tonnes d'huîtres autochtones, 27 tonnes de coquilles Saint-Jacques reine et deux tonnes de coquilles Saint-Jacques roi…. Source : FIS

Télécharger l'étude : Propects and Opportunities for shellfish farming in Scotland

Tout savoir sur la conchyliculture en Ecosse : Scottish Shellfish Farm Production Survey 2009 report (The Scottish government)

Sinon le site du Gouvernement d’Ecosse donne beaucoup d’informations sur l’aquaculture écossaise représentée essentiellement par la salmoniculture (3e producteur mondial avec près de 150.000 tonnes annuelles de saumon atlantique). Cliquer sur : Marine Scotland

Une cabane incendiée (Sud-Ouest)

Une cabane de saunier a brûlé hier. Le 4e incendie depuis sa restauration. Roger Cougot, le président de l'Huître pédagogique, ne croit ni à la combustion spontanée, ni à un dommage collatéral de l'orage qui a frappé le Pays royannais dans la nuit de samedi à dimanche. Pour lui, l'incendie qui ravagé pour la quatrième fois la même cabane de saunier, à Mornac-sur-Seudre, hier matin, a tout de l'acte de malveillance. Cette cabane compte parmi les trois cabanes traditionnelles que les associations L'Huître pédagogique et « Seudre et Marais », présidée par Roger Roux, ont restauré, à des fins de sauvegarde et de valorisation du patrimoine des marais de la Seudre. « Une autre cabane a déjà brûlé quatre fois. Celle-ci brûle à son tour pour la quatrième fois. Visiblement, nous dérangeons certains, mais nous ne nous laisserons pas intimider », promet Roger Cougot. « Nous ne baisserons pas les bras : dès septembre, nous reconstruirons cette cabane. »

« On ne se laissera pas intimider ! » (Sud-Ouest)

Après le 8e incendie qui a touché l'une de leurs trois cabanes, dimanche, les bénévoles veulent reconstruire. Roger Roux, président de Seudre et Marais, pose une nouvelle fois, aux côtés de Roger Cougot, président de L'Huître pédagogique, devant l'une des trois cabanes de saunier créées et gérées par les deux associations, à Mornac-sur-Seudre. Ils sont devant celle qui a brûlé. Située à 700 mètres du port, au lieu-dit coude de Noroît, elle a subi, dimanche matin, son 4e incendie depuis le début des années 2000. Comme à chaque fois, il ne reste quasiment rien de cet ancien habitat de bois et de roseaux, témoin de la vie de ceux qui travaillaient le sel.

Difficile thèse de l'accident - Acte de malveillance répété ou conséquence de l'orage qui a frappé le département dans la nuit de samedi à dimanche, ce nouvel incendie sème le doute parmi les habitants de la commune et les bénévoles. « C'est vrai qu'on ne peut pas exclure la thèse de l'accident météorologique, temporise Roger Roux. Mais ça nous paraît bizarre. C'est la première fois que la cabane aurait pris la foudre, alors qu'une autre, neuve et en bois, sur la rive d'en face, n'a rien eu. De plus, le carrelet juste à côté de notre cabane est surmonté d'un bout de métal censé attirer l'électricité. » Assis sur une pierre, Roger Cougot jette un regard désolé sur les montants de bois calcinés. Lui aussi peine à croire à une coïncidence….

La Sepanso accuse une pisciculture (Sud-Ouest)

Des riverains du cours d'eau des Beunes ont saisi l'association pour diverses nuisances. Le 5 août, Me François Ruffié, l'avocat de la Société d'étude et de protection de la nature du Sud-Ouest (Sepanso) a fait connaître au procureur de la République de Bergerac les nuisances dont se plaignent des riverains du cours d'eau des Beunes, aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil. Ils se disent gênés par l'activité d'une pisciculture qui jouxte le ruisseau, protégée au titre de Natura 2000. L'avocat parle de « nuisances olfactives » et de « pollution des eaux » provoquées par « des excréments de poissons ». « Nous nous sommes renseignés », explique le conseil de l'association. « Et il apparaît que la société exploitante s'appuie sur un arrêté préfectoral qui a 25 ans et qui n'est même pas à son nom. »…

Pédagogie dans le marais (Sud-Ouest)

L'association mornaçonne L'Huître pédagogique s'est révélée des plus actives, au mois d'août, en remplissant sa mission première : faire mieux connaître la vie du marais de Seudre. Pour commencer, dans le cadre de la troisième édition de la Journée de l'huître en Seudre, l'association a montré, le 7 août, la pratique du travail ostréicole dans ses trois étapes : captage, élevage, affinage. Ensuite, l'équipage de la « Salicorne », composé de quatre marins (Géry Poulard, patron-pêcheur de L'Éguille; Guillaume Martin, Jacky Perrot et Roger Cougot) a procédé à un dragage des huîtres à la voile et aux avirons dans le chenal de Mornac. Paul Rocher, quant à lui, assurait les commentaires sur cette pratique ancestrale. Sur les quais voisins, on confectionnait des collecteurs et on détroquait des paquets d'huîtres sous la conduite de Jany et Jean-Claude Lebrun.

« Du sel aux huîtres » - Parallèlement, l'association de bénévoles a présenté au port une exposition interactive, ouverte jusqu'au 12 septembre, sur le thème « Du sel aux huîtres ». Lors de l'inauguration le 13 août, François Patsouris, en professionnel, a souligné combien le bassin de la Seudre mérite d'être connu, reconnu et respecté. Un Jeu de l'huître….

Sète. Grand Prix - Olivier Soula : « Je voulais gagner pour mon fils Raphaël » (Midi Libre)

Désormais en retrait, l'ostréiculteur de 39 ans a retrouvé lundi le sommet, vainqueur du Grand Prix pour la deuxième fois de sa carrière…. Cette victoire a-t-elle été dignement fêtée ? La soirée a effectivement été bien arrosée... On a fêté ça toute la nuit et là, j'ai une grosse gueule de bois ! J'étais avec tout un tas de collègues, dont les frères Arnau, Mathieu Di Stefano, Maxime Dalmon, les frères Massias, Sébastien Abellan, Christophe Bancilhon... Je ne sais même plus à quelle heure ça s'est terminé !.....

  • 24 août 2010

L'huître, contre vents et marées (La Dépêche)

Ostréiculteur sur le bassin d'Arcachon, Laurent Bidart, 39 ans, défend son métier et sa passion. Contre vent, marée et pollution. Depuis trois ans, les jeunes huîtres meurent. La pénurie est d'ores et déjà annoncée pour le réveillon 2011 sur tous les bassins ostréicoles. « Je fais un métier d'amour et de passion ! Aussi longtemps que je me souvienne, je suis allé sur les parcs à huîtres. J'ai été vacciné au jus d'huître ! Et je serai là tant qu'il y aura des huîtres d'Arcachon », affirme Laurent Bidart. Cet ostréiculteur de 39 ans est installé depuis toujours sur le port de Meyran, à Gujan-Mestras en Gironde. L'huître est une histoire de famille. « Nous sommes ostréiculteurs depuis trois générations. Mon grand-père avait une cabane à La Teste, puis mon père a déménagé au port de Meyran quand celui-ci a été créé il y a une quarantaine d'années. Moi je suis devenu son apprenti dès l'âge de 16 ans. Puis j'ai été salarié. J'ai dû prendre mes responsabilités à 20 ans seulement », raconte Laurent Bidart…..

L'huître bretonne affronte des vents mauvais (ABP)

Les ostréiculteurs, frappés depuis 2008 par une surmortalité des jeunes huîtres, tirent la sonnette d'alarme. Et ils ont été entendus, après des coups d'éclat, en mai, à Paris et à La Trinité. « On se voit mourir. La profession est sur un tapis roulant en marche. Au bout, il y a le vide », s'alarmait alors Renan Henry, président du comité de survie de l'ostréiculture, producteur à Saint-Philibert. La surmortalité des jeunes huîtres touche la Bretagne depuis 3 ans, et d'autres bassins de l'Atlantique, comme à Arcachon, et de la Méditerranée….

Une filière à repenser - Les pouvoirs publics sont au chevet des ostréiculteurs, mais toute la filière doit être repensée. « De nouveaux modes de fonctionnement, une nouvelle gouvernance des entreprises comme de la recherche, une diversification de la production », estime Goulven Brest. Les producteurs doivent passer le cap des deux ou trois ans à venir. C'est le temps pour qu'une huître parvienne à maturité. Les conséquences de la mortalité devraient se faire sentir, pour la première fois, cette année. Chute des stocks, cessations d'activité, licenciements…, les ostréiculteurs dégustent. Les consommateurs,….

Que mangent les poissons qu'on mange ? (Le Monde)

Vous aimez le saumon ? Lui aussi apprécie le poisson. A l'état sauvage, il le consomme en quantité, frétillant dans les eaux vives. Dans les fermes d'aquaculture, il en mange aussi, sous forme de farines et d'huiles intégrées à son alimentation. Rien d'anormal à cela : le saumon est carnivore, comme le bar, la daurade ou les truites. Quand on élève ces animaux, autant leur donner la nourriture qu'ils préfèrent, qu'ils digèrent le mieux et qu'ils transforment le plus efficacement en chairs vouées à finir dans nos estomacs.....

Le querelle du saumon en cage - Combien de kilos de poissons issus de la pêche pour produire un kilo de saumon d'élevage ? Cette question est au centre de débats sans fin entre défenseurs de la pisciculture et détracteurs de cette pratique. Un indice tente depuis plusieurs années de lui donner un tour scientifique : c'est le FIFO, acronyme anglais de fish in/fish out, soit littéralement le rapport entre la quantité de poissons qui entre, principalement sous forme de farine, dans les fermes, et la quantité de poisson qui en sort pour nourrir les humains. Pour les associations de défense de la nature, ce bilan est très négatif. Le chiffre qu'elles citent couramment est de plus de 5 kilos de poissons pêchés pour produire un kilo de saumon. Pour les aquaculteurs, cette proportion est largement exagérée. Elle ne tient compte ni de la diversification de l'alimentation des saumons en cage, qui ne cesse de progresser, ni de cet élément de comparaison majeur : à l'état sauvage, le saumon dépense beaucoup plus d'énergie pour se nourrir que dans une ferme, où l'aliment lui tombe presque dans la bouche. Pour grossir d'un kilo, un saumon en liberté doit donc absorber 7 kilos de proies….

L'huître fêtée, de l’embouchure à la source (Charente Libre)

Les huîtres arriveront en chariot depuis le port de L'Houmeau (17) à Chéronnac (16). L'arrivée des chariots d'huîtres vers 11h30 à Chéronnac après une escale aux Salles-Lavauguyon, sera le temps fort de la manifestation avec une vente d'huîtres sur le marché fermier. Philippe Martin, champion du monde des ouvreurs d'huîtres,…

Le fleuve fêté - Au-delà des aspects gastronomiques cette fête célébrera le fleuve Charente source de vie et d'échanges. Le samedi, à 20h30, une conférence débat sur le thème de l'eau sera organisée avec des intervenants de l'Institution interdépartementale du fleuve Charente, de la section conchylicole de Marennes et du parc régional….. Dimanche, l'arrivée des huîtres à 11h30 sera suivie de nombreuses animations et expositions et un marché de produits régionaux sera organisé. Démonstrations équestres avec l'association Rouler à cheval et repas sous chapiteau (1) concluront ce week-end. Belle illustration de la devise «La Charente source de vie et d'échanges». Les maires des quatre-vingt-dix communes traversées par le fleuve sont invités par la municipalité de Chéronnac au banquet qui dimanche à midi réunira plus d'un millier de convives….. Fête de l'huître, samedi 4 et dimanche 5 septembre à Chéronnac. Renseignements au : 05.45.71.76.99.(1) Renseignement et réservation pour le repas sous chapiteaux au 05.55.48.60.80 ou 05.55.03.72.73.

Gouville-sur-Mer - Une visite des parcs à huîtres en calèche (Ouest France)

L’attelage des grandes marées emmène chaque année quelque 3000 visiteurs dans ses voitures hippomobiles. L’association de l’attelage des grandes marées propose aux touristes des visites des parcs à huîtres et à moules en voiture hippomobile. Menée par des chevaux cobs normands et percherons, la calèche emmène les visiteurs sur la plage de Gouville-sur-Mer, et fait une escale gourmande, avec dégustation d’huîtres les pieds dans le sable. La promenade s’achève par une visite de l’atelier de Gérard Macé, ostréiculteur à l’initiative de ces visites…

Les moules de bouchot normandes veulent sortir de l’ombre (Manche libre)

Les moules de bouchot ont désormais leur syndicat. Son représentant compte bien valoriser un produit trop souvent délaissé. Depuis trop longtemps, ils étaient dans l’ombre des conchyliculteurs. Cette époque-là est désormais révolue. Le premier syndicat des mytiliculteurs de la Baie de Granville vient de voir le jour. Son objectif est de "défendre la qualité d'un produit qui a trop souvent mauvaise presse", indique Johann Duclos, son tout récent président et mytiliculteur à Bricqueville-sur-Mer.

L’huître étouffe la moule - Un "noyau dur" de mytiliculteurs vient de décider de se démarquer des conchyliculteurs, auxquels ils étaient auparavant rattachés. Ouvert aux producteurs de la côte ouest normande, de Granville à Quibou, le nouveau syndicat compte bien défendre la spécificité locale. "On parle trop souvent de la moule de bouchot de Bretagne. Les Normands apportent un produit différent dont nous voulons faire la promotion". Déjà, quinze producteurs les ont rejoints. La Normandie produit plus de 25 000 tonnes de moules de bouchot par an. A eux seuls, les mytiliculteurs de la côte ouest représentent 10 % de la production en Haute et Basse-Normandie. Pour constituer ce syndicat, le groupe s’est orienté vers les meilleurs producteurs du secteur…..

Le gouvernement du Canada appuie six projets d'aquaculture innovateurs en Colombie-Britannique

L'honorable Gail Shea, la ministre des Pêches et des Océans, a annoncé aujourd'hui un financement de 637 678 dollars pour soutenir l'innovation et la durabilité dans l'industrie aquacole de la Colombie-Britannique. "Ce financement aide l'industrie aquacole régionale à mettre sur pied des projets qui sont plus innovateurs, plus durables et plus compétitifs sur la scène internationale de l'industrie de l'aquaculture, a déclaré la ministre Shea. Je me réjouis de la gamme de projets de cette province qui reçoivent un financement dans le cadre du Programme d'innovation en aquaculture et d'accès aux marchés (PIAAM) de Pêches et Océans Canada (MPO). Cela témoigne de la portée et du potentiel de l'industrie, de son intérêt pour l'intendance environnementale et des avantages économiques qu'elle offre aux collectivités côtières."

En Colombie-Britannique, un total de six projets d'aquaculture - quatre pour les poissons et deux pour les mollusques et les crustacés - recevront un soutien fédéral par l'entremise du PIAAM dans le cadre de la phase actuelle de financement. Ces projets cherchent à accroître les connaissances et les technologies qui sont actuellement utilisées dans l'industrie aquacole de la Colombie-Britannique.

Canada : Financement fédéral pour des projets d'aquaculture en Colombie-Britannique

Deux financements concernent l’élevage d’huîtres :

Accroître la confiance dans la sécurité alimentaire des mollusques - Basée à Bowser (Colombie-Britannique), l’entreprise Odyssey Shellfish Ltd. a reçu un financement de 100 000 dollars du PIAAM destiné à un système d’engraissement de type commercial pour le parcage et la prérécolte des huîtres en eaux profondes. Le projet a pour but de créer un nouvel outil de gestion de la santé afin de garantir la qualité et la sécurité alimentaire des mollusques et des crustacés d’élevage. Il a obtenu plus de 313 000 dollars en fonds additionnels.

Énergie renouvelable pour les écloseries de mollusques - Basée à Fanny Bay (Colombie-Britannique), l’entreprise Evening Cove Oysters a reçu un financement de plus de 89 440 dollars du PIAAM pour améliorer l’efficience et la durabilité des alevinières destinées à l’élevage des mollusques et des crustacés. Ce projet impliquera un partenariat avec le Centre for Shellfish Research de l’Université de l’île de Vancouver, qui permettra l’acquisition et la mise à l’essai de l’énergie solaire comme solution technologique de faible coût pour la production de naissains. Outre les fonds du PIAAM, ce projet a obtenu près de 72 000 dollars en fonds additionnels.

Pour obtenir des renseignements sur le PIAAM, visitez-le : http://www.dfo-mpo.gc.ca/aquaculture/sustainable-durable/index-fra.htm.

  • 21 août 2010

Sainte-Hélène (56) : La Fête de l'huître, c'est tout un programme (Ouest France)

L'huître sera à l'honneur dimanche, toute la journée, à la Pointe de la Vieille-Chapelle. La reine de la ria sera bien entourée : gastronomie et animations non-stop de 10 h jusque tard dans la nuit feront la part belle à la Bretagne dans tous ses aspects.

Ouverture du site à 10 h. Au programme : marché de produits régionaux de bouche et d'artisanat, stand breton, reconstitution d'un parc ostréicole (commentaire d'un professionnel), visite d'un chantier, exposition de matériel, exposition de l'association AEL plancton, dégustation d'huîtres, baptêmes de jet-ski, tir à l'arc, structure gonflable, balades à poneys, expo de Harley-Davidson et voitures américaines. Repas de la mer non-stop, de 12 h à 22 h avec, au menu, huîtres, espadon grillé, fromage et far breton (12 €).

L'ostréiculteur qui aime aussi les dunes blanches (Sud-Ouest)

Le samedi, une personnalité du bassin répond sans avoir le temps de dire ouf à une rafale de questions. Aujourd'hui, Barthelemy Bosredon. Barthelemy Bosredon a 28 ans. Ostréiculteur nouvelle génération, pas « fils de », Barthelemy s'est découvert une vocation pour le métier suite à un stage chez un ostréiculteur. Sa « cabane de Kykouyou » lieu de travail et de dégustation nichée dans le village de l'Herbe (Lège-Cap-Ferret) est ouverte toute l'année. Une construction Bartherotte. Ce que j'aime montrer (du bassin) : le résultat de mon travail. Ce que j'aimerais cacher : ce qui doit l'être l'est. Ma petite douceur salée : une huître du banc d'Arguin. Mon péché mignon sucré : des dunes blanches.....

Aquaprawna lance la crevette de luxe Saphira (L’Hôtellerie)

La Saphira est un produit d’exception. C’est l’une des plus grandes crevettes au monde. Elle allie un goût unique, subtil, comparable à celui de la langouste et une chair délicate et légèrement croquante, inégalable. De plus son fabuleux corail orange en fait déjà un produit très prisé des fins gourmets. La Saphira tire son nom de ses magnifiques pinces d’un bleu intense tel le saphir dont elle se pare à l’âge adulte. À la cuisson celles-ci se modifient pour revêtir un rouge flamboyant. Elle puise ses origines ancestrales dans le delta du Mékong où elle est élevée en très faible quantité. Présentée dans un écrin individuel, chaque Saphira fait l’objet de la plus grande attention lors de sa congélation et de son conditionnement IQF.

Site d’Aquaprawna : Saphira, la reine des crevettes

  • 20 août 2010

Les britanniques continuent de nous informer sur les mortalités d’huîtres - Royaume-Uni : Rapport de suivi n°4 des mortalités d’huîtres à Jersey daté du 19/08/2010

Foyer 1 : Grouville Bay, au sud-est de Jersey / Date de début du foyer : 12/07/2010

Statut du foyer : Le foyer se poursuit

Unité épidémiologique : Exploitation / Type d'eau : Eau de mer / Type de population : élevage / Système de production : Semi-ouvert

Animaux atteints : Pacific Oyster (Crassostrea gigas) diploïdes et triploïdes en parcs et sur tables. Seules les huîtres juvéniles sont atteintes. Voir le document complet de l’OIE : Herpès virus des huîtres (OsHV-1, µvar), Royaume-Uni

Impact du changement climatique sur la répartition géographique des moules

Le changement climatique qui est à l'origine de la hausse de la température de l'eau le long de la côte est des États-Unis, a diminué l’aire de répartition de la moule bleue (Mytilus edulis) d'après les résultats des chercheurs de Caroline du Sud publiés dans le Journal of Biogeography….

« Ces résultats sont importants car ils montrent que le changement climatique récent affecte les organismes le long de nos côtes. Ces moules constituent un élément très important de la chaîne alimentaire, elles contribuent à assainir l'eau, et elles sont exploitées commercialement. Si les températures continuent à augmenter, on peut s'attendre à des changements dans la répartition des espèces comme la moule bleue avec des conséquences sur la santé de nos océans », a déclaré Jones. « Comprendre le lien entre les espèces et l'environnement est essentiel pour faire des prédictions en liaison avec les conséquences du changement climatique sur les espèces et les écosystèmes», a conclu Jones. « Savoir où se déplaceront les espèces, est essentiel pour la planification et l’avenir des réserves marines, de la pêche et de l'aquaculture. » Sciencedaily : Too Hot to Handle: Impacts of Climate Change on Mussels

Blainville-sur-Mer : il y a urgence à la cale (Ouest France)

La mer menace le site de la cale de Blainville. Au cours du premier semestre, le conseil général, compétent pour la voirie, a fait des travaux de consolidation de la route et du pont. Le mois prochain, la commune fera de même pour la cale et la digue. La cale de Blainville est en péril depuis 2008. Considérant qu'il y a urgence, la commune fera 100 000 € de travaux en septembre. Jeudi 5 août, le conseil municipal de Blainville a voté à l'unanimité, « en extrême urgence », des travaux de consolidation de la cale et de création d'une digue à l'angle nord du site. « La sécurité publique est gravement menacée tout le long de la cale et sur l'ensemble de la digue enrochée, souligne Michel Boivin, maire. Les assises de la cale d'accès à la mer sont en voie de déstabilisation à très court terme. L'accès aux parcs ostréicoles est menacé. La digue, en état de délabrement avancé, risque de s'effondrer et de ne plus protéger le poste de la SNSM, le terre-plein central, la route et le pont. » Il y a également deux restaurants à la cale de Blainville. Depuis plus de deux ans,….

Visite dans le musée virtuel du Canada : Huître Malpèque

L’histoire de l’industrie ostréicole de l’Île-du-Prince-Edouard (I.P .E.) est fascinante car elle est l’exemple de la capacité à surmonter l’adversité et de l’utilisation d’un désastre comme tremplin vers un futur sûr et prospère. Le temps pendant lequel les gens ont été et sont encore impliqués pour assurer le succès de cette industrie est impressionnant . Bien que les débuts de l’industrie aient été qualifiés de rudes années pleines d’incertitudes en raison d’une gestion maladroite de cette ressource, c’est à partir de 1915 que l’on parle de découverte, progrès, et coopération.

Quand la maladie des huîtres de Malpèque frappa l’I.P.E. de plein fouet dans les premières décennies de 1900, beaucoup pensèrent que cette industrie affaiblie allait rendre son….

Quel désastre écologique au Chili ! Quand le saumon meurt de la maladie ISA, on le jette en cachette dans la nature avec toutes les conséquences sur la faune sauvage….

Chili : Conséquences des élevages de saumon sur l'environnement côtier découvertes accidentellement

Jusqu'à présent, l'ampleur de la menace que font poser les fermes d'élevage de saumon sur la faune du Parc national de la région d'Aysen dans le sud du Chili était totalement méconnue. Les chercheurs de l'Institut Max Planck et de l'Université de Göttingen qui travaillent sur les communications acoustiques entre les baleines de la région ont fait une découverte fortuite. Ils ont non seulement découvert que l'industrie du saumon est en train de s'étendre rapidement dans cette région sud encore préservée, mais aussi qu'elle menace l'existence des otaries locales. De plus, dans certaines fermes abandonnées suite au virus qui a décimé les saumons, les poissons malades ont été sommairement coulés, emballés dans des sacs de plastiques et flottent actuellement, à moitié déchiquetés par des prédateurs. Situation propice à la diffusion du virus à la flore et la faune environnantes. Source : Traduit de Science Daily, 23 juin 2010 par le Collectif Pêche et développement : http://www.sciencedaily.com/releases/2010/06/100622112558.htm

  • 19 août 2010

Moules. Beg-ar-Vill les élève en pleine mer (Le Télégramme)

En été, la saison des moules bat son plein. Dans le secteur des abers, un seul mytiliculteur les élève en pleine mer, sur des cordes accrochées à des filières:il s'agit de Jean-Jacques Bescond, des viviers de Beg ar Vill, à Landéda. Les navigateurs qui tirent des bords à l'embouchure de l'aber Benoît connaissent bien, depuis longtemps, les centaines de flotteurs blancs qui dessinent des lignes et suivent les mouvements de vagues dans le secteur de Trévor, à environ 1,5mille du sable blanc des plages de Saint-Pabu. En dessous, jamais découvertes à marée basse ni en contact avec le fond, pendent 3.200 cordes sur lesquelles se développent les moules de Jean-Jacques et Sylvie Bescond, du vivier de Beg-ar-Vill, à Landéda. Des moules de pleine mer, Jean-Jacques Bescond…. Il récolte de 500kg à une tonne par jour, pour fournir quelques restaurants, quatre supermarchés et vendre directement sur les marchés locaux et sur son site de Landéda. «80% de la vente des moules se fait entre les mois de juillet et août. Cela représente 20% de notre activité. Il ne faut pas se louper!». Pratique : Prix des moules: 4,10 EUR/kg….

175 tonnes d'huîtres par an (Le Télégramme)

Les moules représentent 20% de l'activité des Viviers de Beg-ar-Vill. Les 80% restants sont principalement réalisés par l'élevage des huîtres, dans des parcs installés dans l'aber Benoît et l'aber Wrac'h. «On réalise en moyenne 175 tonnes d'huîtres par an, précise Jean-Jacques Bescond. Même si les ventes d'été progressent, les huîtres sont principalement vendues en hiver. On en écoule environ 20 tonnes par semaine. La saison se joue en trois ou quatre mois». Les viviers de Beg-ar-Vill, qui emploient six équivalents temps plein pour un chiffre d'affaires d'environ 800.000€, n'ont pas échappé à la mortalité qui a touché tous les parcs à huîtres. «Sur un stock d'une quinzaine de tonnes, on a eu 50% de casse et on ne sait pas ce qui s'est passé. Quand ça concerne 5 millions de bêtes, ça peut très vite devenir compliqué, d'autant que des pertes sur les huîtres nous pénalisent sur deux ou trois ans. Avec les moules, une mauvaise année peut être compensée l'année suivante».

Galice (Espagne) : Programme de relance de l’huître plate

Sous le nom de code européen « oysterecover », le centre de recherche (Cetmar) s’apprête à lancer un programme qui vise à rétablir les stocks d'huîtres, mais aussi à trouver une huître plate résistante à la bonamiose (infection par le parasite Bonamia ostrae). Source : Reseachers look to reactivate production of flat oysters (Fis)

Saumon : Le polonais Morpol achète la filiale écossaise du norvégien Cermaq

Le polonais Morpol ASA, leader européen du saumon fumé, a acquis Mainstream Scotland, filiale écossaise du norvégien Cermaq (deuxième producteur de saumon d’élevage dans le monde) pour une valeur de 45 millions d’euros. Eleveur, Morpol contrôle maintenant 10% de ses approvisionnements avec une production potentielle de 6.500 tonnes de saumon d’Ecosse. Objectifs : Elargir son marché européen en direction du Royaume-Uni et la France (et probablement ne pas être dépendant à 100% des fournisseurs norvégiens ndlr). En Ecosse, Mainstream Scotland est le principal producteur de saumon dans les îles Orcades et représente 10% de la production de l’archipel des Shetland… « C’est très excitant pour Morpol de faire ses premiers pas dans l’élevage, notamment avec Mainstream Scotland dont le potentiel de croissance est élevé, » a dit Jerzy Malek, président de Morpol. Source : Morpol Buys Cermaq Salmon Farm (The Fishsite)

Le premier Cirqu'Huître de Pinder est annoncé (Sud-Ouest)

La caravane Pinder débarque sur le Bassin, à Andernos-les-Bains puis à La Teste-de-Buch. Pour l'occasion, le public est invité à voter pour le meilleur numéro. Gilbert Edelstein, PDG de Pinder, organise cette année le premier Cirqu'Huître sur le Bassin. «Malheureusement le festival international du cirque que je voulais mettre en place cette année ne pourra avoir lieu, faute de moyens, pour l'instant. Mais je ne désespère pas d'y arriver. En attendant, j'ai prévu une surprise pour les habitants du Bassin, un « Cirqu'Huître. » On se souvient que l'année dernière à pareille époque, Gilbert Edelstein, le PDG du Cirque Pinder avait pris fait et cause pour les ostréiculteurs du Bassin d'Arcachon, sonnés par les interdictions de vente des huîtres à cause du test de la souris. Mise en scène avec les éléphants, la parodie de la piqûre « souris » avait eu gros succès. Plus tard, sous le grand chapiteau du cirque installé pour l'hiver à Paris, les élus du Bassin et les ostréiculteurs avaient été conviés par Gilbert Edelstein pour une grande soirée en l'honneur de l'ostréiculture arcachonnaise. Le patron de Pinder a décidé de récidiver cette année : « Certes, le test souris…

Les aoûtiens ont été bien servis (Sud-Ouest)

Le week-end dernier, la Fête de l'huître et du pineau a connu un succès presque aussi impressionnant qu'en juillet. Quelques milliers de moules promises au bûcher et préparées par les bénévoles. Dimanche dernier, dès 15 heures, la soixantaine de bénévoles de l'association Le Château en fête avait retroussé les manches pour préparer la deuxième Fête de l'huître et du pineau qui attire chaque année des milliers de visiteurs. Après avoir pulvérisé tous les records lors de la fête offerte aux juillettistes, la présidente Michèle Sachot….

Stop au gaspillage de nourriture… pour des économies d’énergie dans le monde

Auteurs de l’étude publiée sous le titre « Wasted Food, Wasted Energy: The Embedded Energy in Food Waste in the United States », Sheril Kirshenbaum et Michael Webber expliquent que nous pourrions économiser une énorme quantité d'énergie en luttant contre l'énorme gaspillage lié à la nourriture….. L'empreinte énergétique des aliments est énorme. Par exemple les USA qui ne représentent que 5% de la population mondiale, consomment 1/5 de l'énergie dans le monde. Environ 15% de l'énergie utilisée aux USA est engloutie dans la production et la distribution alimentaires. D’une part, l'agriculture avec les équipements mécanisés, les engrais et les pesticides, l'irrigation, etc…. D’autre part, le coût énergétique de la valorisation lié au tri, transformation et emballage….. L’étude prend en compte les produits halieutiques de la pêche et de l’aquaculture…. Source : Stop wasting food, save the world's energy (Newscientist)

Carnac : Ostréiculture. Les dessous d'un chantier (Le Télégramme)

Tous les mercredis, à 17h, l'entreprise Tibidy à Carnac ouvre ses portes pour faire découvrir au public le métier d'ostréiculteur. Avec passion, Maxime Jenot parle des huîtres, de son mode de production avant de les faire déguster aux visiteurs. L'entreprise Tibidy a été fondée en 1937 par Monsieur Jenot père, dit «Tibidy». Maxime est son petit-fils et il est à son tour dans les parcs installés à Carnac, au Pô, en baie de Quiberon. «Beaucoup de personnes sont surprises du temps qu'il faut pour obtenir une huître commercialisable, explique Maxime Jenot. Ils se rendent mieux compte du travail important que cela représente, même si c'est un produit naturel». Il faut en effet trois années de travail pour que l'amateur puisse retrouver la «crassostrea gigas», ou huître creuse, ainsi que l'«ostrea edulis», ou huître plate, dans son assiette. Il faut tourner et retourner les poches. Les huîtres sont nettoyées et triées au chantier sur la calibreuse, avant de rejoindre le bassin de stockage. «En début de visite, ajoute Maxime Jenot, je montre les bouquets de tuiles, j'explique les méthodes de reproduction, j'explique aussi quels sont leurs principaux prédateurs et je complète avec les réglementations sanitaires». La technique de l'ouverture....

  • 18 août 2010

Arcachon : Le captage des huîtres est rare (Sud-Ouest)

Les ostréiculteurs sont inquiets. Les larves d'huîtres disparaissent. La semaine dernière, Olivier Laban, président des ostréiculteurs Arcachon-Aquitaine, a prélevé une tuile sur un de ses parcs à huîtres, à l'entrée du chenal menant au port de La Hume, au cœur du bassin d'Arcachon. Ces tuiles, installées le mois dernier, servent à capter les larves d'huîtres, trois semaines après la ponte. Sur la tuile, Roger Kantin, le directeur de la station Ifremer d'Arcachon, a compté 38 larves sur le dessus et 9, dessous : « On aurait dû en trouver dix fois plus. » Il confirme ainsi l'inquiétude des ostréiculteurs en cette pleine saison de reproduction.

Pas de calamité - Vers la mi-juillet, les huîtres, dont les 150 tonnes d'huîtres mères en provenance de Bretagne plongées dans le Bassin en avril, ont commencé à pondre. Les larves sont même arrivées à maturité normalement, selon les constats de l'Ifremer, qui effectue quatre sorties de surveillance par semaine sur le Bassin, pour le compte de la section régionale conchylicole. L'évolution du naissain s'est soudainement et mystérieusement interrompue, comme l'an dernier, au moment où les larves devaient se fixer sur les collecteurs, des tuiles chaulées ou des coupelles en plastique. Là, plus rien…

Saumon d’Ecosse origine Shetland : Toujours malade, mais en bonne santé économique...

Dans cet archipel situé au nord des îles britanniques, l’élevage de saumon est une activité économique de toute première importance. La salmoniculture génère plus de 1.000 emplois directs et indirects pour une population active de 10.000 personnes, cela représente 10% de la population active. La salmoniculture des Shetland qui est le plus gros employeur du secteur privé sur l’archipel, produit plus de 30% (soit plus de 40.000 tonnes par an) de tous les saumons d'élevage élevés au Royaume-Uni pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 145 millions de £ en 2010 (126 millions en 2009). Source : Economic boost for buoyant Shetland salmon sector (Fishnewseu)

Ce que ne dit pas l’article : la salmoniculture des Shetland qui est entre les mains des sociétés norvégiennes, est confrontée à la maladie infectieuse du saumon (ISA) depuis le 2 janvier 2009 (voir le dernier rapport de suivi de l’organisation mondiale de la santé animale (OIE) : Rapport de suivi n°69 daté du 13 août 2010)

Terre de Sel : L'île au trésor : une idée de balade (Ouest France)

Des expériences inoubliables pour les ados au milieu des marais. Terre de Sel propose chaque jour de nombreuses balades familiales et culturelles au milieu des marais salants, dont L'île au trésor. Au-delà d'une simple promenade au milieu des salines, la visite de l'île au trésor permet de réviser la physique et la chimie, et de découvrir le cheminement de la récolte du sel. Idéal pour les adolescents et leurs parents. Sur cette terre de 2000 hectares, où 290 paludiers travaillent quotidiennement, les visiteurs peuvent contrôler tout ce que le guide paludier leur raconte. Carte, boussole, bottes et instruments de mesure sont distribués à quelques adolescents au début de la promenade. Les détenteurs de la carte et de la boussole entraînent le petit groupe. C'est ainsi qu'Alice, Olivier, Arthur et les autres se sont vus confier des missions pendant les deux heures que dure la visite. Jusqu'à l'île au trésor. Découverte de la diversité de la faune et de la flore

Terre de Sel à Pradel en Guérande. Ouvert tous les jours, tél. 02 40 62 08 80

Un rappel : Le comité consultatif de la pêche et de l’aquaculture (CCPA) réuni à Bruxelles le 3 juin 2010 fait le point sur l’Application du règlement sur l’« Ostreid Herpes Virus » (Virus de l’herpès de l’huître)

Le représentant de la Commission (DG SANCO) rappelle au groupe le contexte du règlement (CE) n°175/2010 et déclare que le règlement est actuellement mis en œuvre par les États membres. Quatre EM (RU, IE, NL et ES) ont établi des programmes de détection précoce du virus et commenceront la surveillance plus tard cet été, quand la température de l'eau aura atteint 16 degrés. Elle ajoute qu’une mortalité accrue en liaison avec ce virus a été détectée en France cette année. La France a établi plusieurs zones de limitation, conformément au règlement. La Commission a demandé un avis en la matière au comité de santé animale de l'EFSA (échéance : fin octobre 2010). Elle informe les participants du site web spécial sur la mortalité des huîtres créé par la Commission (DG SANCO) (http://ec.europa.eu/food/animal/liveanimals/aquaculture/oyster_mortalities_en.htm) et dit que les résultats de la surveillance des EM seront disponibles en septembre/octobre.

Le président remercie la Commission pour ces informations et indique que l'EFSA a déjà répondu à quelques questions sur la variante du virus. Il a dit que cette année le virus s'était étendu à d'autres espèces. Il répète que son organisation considère que le présent règlement est inefficace pour contrôler la maladie. En outre, l’AEPM rappelle à la Commission le coût élevé des méthodes proposées dans le règlement pour les producteurs et les États membres. La Commission rappelle aux participants que la réglementation complète la directive 2006/88/CE du Conseil, mais ne la remplace pas. Elle rappelle que l'exigence générale de la directive, à savoir que les animaux ne soient pas déplacés hors d'une zone d’élevage de mollusques avec des problèmes de mortalité accrue non résolus, ne s'applique toujours pas. Elle met en lumière que le règlement s'applique seulement jusqu'à fin 2010 et la Commission réévaluera la situation à l'automne, en tenant compte des informations recueillies cet été dans les EM impliqués et de l'avis de l'EFSA. Source : Compte-rendu succint du groupe de travail 2 (aquaculture) du Comité consultatif sur la pêche et l’aquaculture du 3 juin 2010

  • 17 août 2010

Haro sur les ferrailles (Sud-Ouest)

Les parcs à huîtres abandonnés ou mal signalés soulèvent de plus en plus de protestations. «Un terrain miné ». L'image revient souvent pour désigner les barres de fer qui parsèment, ici ou là, le Bassin, et que la marée haute recouvre, les rendant invisibles aux plaisanciers ou aux baigneurs. Il s'agit de parcs à huîtres à l'abandon. Ou de parcs à huîtres toujours en activité mais non délimités, comme ils devraient l'être, par des pignots, ces piquets de bois justement censés les signaler, notamment aux bateaux. Christian Dubourdieu, Parisien propriétaire d' une maison au Cap-Ferret, se mobilise contre ces « ferrailles » depuis trois ans. Depuis….

Irlande : La mortalité a été considérable, en particulier du naissain

OIE : Suspecté : Herpès virus de l’huître 1 (OsHV1), Irlande

Information reçue le 16/08/2010 de Mr Patrick J. Rogan, Chief Veterinary Officer, Agriculture House, Department of Agriculture and Food, Dublin, Irlande

Date de début : 28/05/2010 - Date de première confirmation de l´événement : 03/06/2010

Date du rapport : 16/08/2010 - Date d'envoi à l'OIE : 16/08/2010

Agent causal : OsHV1 µVar / Entre le 3 juin et le 5 août 2010, la souche OsHV1 µVar a été identifiée par PCR et examen histopathologique dans les 14 baies.

Epidémiologie

Source du/des foyer(s) ou origine de l´infection : Introduction d'animaux vivants / Transport légal d'animaux / Contact avec une exploitation voisine infectée / Transmission horizontale par l'eau

Autres renseignements épidémiologiques / Commentaires : La mortalité a été considérable, en particulier du naissain. Elle a également été observée chez les huîtres en pleine croissance et les adultes dans certaines zones, mais à un degré moindre. Il y a vraisemblablement transmission d’un site à l’autre ainsi qu’à travers l’eau, mais la présence l’année dernière du virus dans toutes ces zones et sa possible latence ne permettent pas d’être sûr que la source soit l’introduction de stock en provenance d’une zone infectée ou le résultat d’infections latentes dans les populations existantes.

Bien que l’épisode de mortalité semble toucher à sa fin, une réinfection des stocks qui seront introduits d’ici à l’été prochain est à prévoir une fois que les températures recommenceront à monter en juin. Pour plus d’informations : Cliquer Ici

Blainville-sur-Mer - Mortalité des jeunes huîtres : 80 % cet été selon les professionnels (Ouest France)

Selon les estimations des professionnels, la mortalité des naissains d’huîtres a été tout aussi importante cet été que les deux années précédentes, soit environ 80 %. Pour Jacques Godefroy, conchyliculteur et l’un des professionnels à suivre le dossier pour la Section régionale conchylicole, la mortalité semble avoir été plus soudaine et plus violente cette année. Toute la côte est touchée, de manière aléatoire. « C’est d’autant plus rageant que nous avons cette année une huître d’une qualité parfaite », souligne-t-il….

Fréchencourt – Truites bio et écrevisse : Il fournit les meilleures tables (Courrier picard)

Depuis 2001, Séverin Leborgne est propriétaire d'une pisciculture. Des écrevisses rares aux truites bio, il oriente sa production vers un marché de produits de qualité. Le domaine aquacole de Fréchencourt a plusieurs particularités : les truites arc-en-ciel ou albinos (bientôt) bio et les écrevisses à pattes rouges ou grêles. « Cela fait un an maintenant que je respecte le cahier des charges de la culture biologique pour l'élevage de truites. J'espère et attends la labellisation à la fin de l'été », explique Séverin Leborgne, propriétaire de la pisciculture. La truite albinos est de couleur orange : « Il s'agit d'un défaut génétique qui a été exploité en élevage. Dans la nature, ces individus sont rares, ils ne survivent pas longtemps car trop repérables par leurs prédateurs », poursuit Séverin. Mais l'intérêt des restaurateurs est plus dû à la couleur dorée que l'on obtient en faisant griller une truite albinos avec ses écailles.

Des truites biologiques et des écrevisses européennes - La labellisation serait pour lui une plus values non négligeable, mais nombreuses sont les règles à respecter. Par exemple, le taux de concentration de poissons pour une production bio est de 25 kg au m³ maximum, alors que dans un élevage traditionnel il est de 75 kg au m³ et la nourriture du poisson doit elle aussi être bio…..

Pisciculture de Fréchencourt sur http://www.pisci-frechencourt.com/

D’après une étude américaine, les marais salés résistent mieux à l’érosion marine que les marais d’eau douce….

Des marais victimes de leurs protecteurs (Le Temps)

Les autorités de Louisiane ont décidé de renforcer le delta du Mississippi, un rempart avéré contre les cyclones, en y déversant de l’eau douce porteuse de sédiments. Mal leur en a pris: l’opération a été contre-productive. Alors que les scientifiques s’interrogent sur l’impact de la marée noire sur les marais de Louisiane, une étude vient rappeler que l’érosion du delta du Mississippi reste un problème majeur pour la région. La restauration des marais, pour atténuer la puissance des cyclones qui menacent La Nouvelle-Orléans, pourrait aggraver la situation, en modifiant la résistance de la végétation, selon des travaux publiés le 26 juillet dans les annales de l’Académie américaine des sciences (PNAS).....

Sécurité alimentaire : nourrir le monde en 2050

La Royal Society a sorti tout un dossier sur la sécurité alimentaire dans le monde « Food security: feeding the world in 2050 ». Une partie est réservée à l’aquaculture : Aquaculture: global status and trends : http://rstb.royalsocietypublishing.org/content/365/1554/2897.full

  • 16 août 2010

Narbonne. La reconversion des salins de Gruissan en site touristique (Midi Libre)

Les anciens salariés, épaulés par un entrepreneur montpelliérain et la commune, sont en train de réussir la transformation du site. La production de sel, qui s'élevait jusqu'à 20 000 tonnes par ans, a été abandonnée par la compagnie "les Salins du Midi". Les salariés ont été remerciés. Le site, où un musée du sel attirait quelques curieux, était destiné à sombrer dans l'oubli. C'était sans compter la détermination et l'imagination des anciens ouvriers sauniers qui sont, sans doute, en passe de réussir une belle reconversion, mêlant tourisme et activités artisanales. La Société Méditerranéenne de Valorisation des Lagunes (Someval) a été créée. Et les projets se multiplient. On savait déjà qu'une partie des bassins où l'on récoltait le sel est désormais dédiée à l'élevage et l'affinage d'huîtres. Et selon une méthode unique qui prévoit une transhumance des huîtres adolescentes en milieu ouvert méditerranéen. Ainsi la "Casanova", la "Saint-Martin" et la "Fleur de sel" - ce sont leurs noms - profitent des richesses du milieu avant de réintégrer les salins pour leur affinage.

Mais les "repreneurs" des Salins de l'île Saint-Martin ont bien d'autres idées. D'abord,….

Aude - Gruissan : les anciens bassins à sel revivent (Midi Libre)

Dans les bassins à sel de Gruissan, site abandonné par les Salins du Midi, d'anciens salariés se sont lancés dans la culture des huîtres. Ils ont également rénové le musée, ouvert….

Espagne : Etude de la faisabilité économique de l'élevage des moules à partir de naissain d’écloserie

Le ministère de l'économie, de l’innovation et des sciences apporte son soutien à un projet d’élevage de moules (Mytilus galloprovincialis) à partir de naissain produit en écloserie pour un montant de 156 000 euros. Les experts du centre Ifapa de Pino près de Huelva en Andalousie vont comparer la viabilité économique de la mytiliculture à partir de naissain d’écloserie à la mytiliculture traditionnelle (naissain naturel). L’utilisation de naissain triploïde est envisagée pour augmenter la croissance…. Source : Estudian viabilidad comercial de criar mejillones en granjas de España (Panoramaacuicola)

Le célèbre magazine étatsunien "National Geographic" parle de la mortalité des huîtres japonaises… Oyster Herpes : Dernier symptôme du réchauffement climatique ? Une nouvelle souche peut tuer les huîtres en une semaine disent les experts.

Ne vous inquiétez pas – l’herpès de l’huître n'est pas le nouvel effet secondaire de la consommation de « la nourriture de l'amour ». Cependant, ce virus mortel alarme les communautés de pêcheurs en Europe, où l'herpès de l’huître semble se répandre et pourrait s’étendre avec le réchauffement des mers, disent les experts. En juillet, le virus a été détecté dans un élevage d’huîtres au Royaume-Uni pour la première fois. En France, le virus a déjà tué entre 20 à 100% des huîtres du Pacifique en 2008, 2009 et 2010, selon l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer). La raison de l'émergence du virus dans les huîtres du Pacifique en Angleterre reste un mystère, même si le réchauffement climatique pourrait avoir joué un rôle, spéculent les experts…. Suite : Oyster Herpes: Latest Symptom of Global Warming?

Quand la creuse nous envahit (Ouest France)

Raphaëla Le Gouvello vous propose, chaque semaine, de comprendre la biodiversité. Elle parle, aujourd’hui, des huîtres. Rien n’est simple, tout est compliqué, surtout en matière de biodiversité. L’huître creuse (Crassostrea gigas), qui représente la majorité de nos huîtres produites en France, vient en fait du Pacifique, du Japon notamment.

Elle a été introduite en urgence dans les années 1970 pour compenser les mortalités massives que connaissait l’huître portugaise. Elle-même arrivée accidentellement en France à la suite d’une tempête, et ayant bien compensé les diminutions drastiques des stocks de notre huître locale, la plate (Ostrea edulis) ; laquelle était affectée par une crise sanitaire et une surpêche… Une histoire bien compliquée…..

Formation : Spécialistes de Méditerranée, d'Afrique et d'Amérique latine seront formés à la gestion de la sécurité sanitaire des mollusques bivalves

L'objectif du cours est de fournir des connaissances et des compétences dans différents domaines de gestion de la sécurité pour les coquillages en vue d'améliorer le contrôle de la qualité sanitaire de ces produits. Les représentants de 24 pays de la Méditerranée, d'Afrique et d'Amérique latine participeront à cette formation "Gestion de la sécurité pour les mollusques bivalves" qui se tiendra à Saint Jacques de Compostelle (Espagne) du 27 septembre au 1 octobre 2010. Le cours est organisé conjointement par le Centre international de hautes études agronomiques de Méditerranée (CIHEAM), l'Institut Agronomique Méditerranéen de Saragosse (IAMZ), la FAO et l'Université de Saint Jacques de Compostelle (USC)….. A la fin du cours, les participants auront acquis une meilleure compréhension des principaux risques associés à la consommation de mollusques bivalves, des normes internationales pour la production et le commerce des coquillages. Pour plus d’informations : Especialistas del Mediterráneo, África e Iberoamérica se capacitarán en la gestión de la seguridad para la cría de moluscos bivalvos

La moule verte de Nouvelle-Zélande intéresse le marché chinois

Les exportations de moules néozélandaises vers la Chine ont été stimulées par des accords avec des acteurs majeurs sur le marché chinois, comme le contrat entre « New Zealand Greenshell farms mussels » en Nouvelle-Zélande et la société « Shandong Oriental Ocean Group » basée à Yantai (Chine). Le professeur Shi Che, président de Shandong Oriental Ocean Group, a indiqué que l'entente pourrait s’élever à 20.000 tonnes de moules par an dans le but d’approvisionner les 500 « magasins » qui vont s’ouvrir dans toute la Chine d’ici trois ans. Source : Seafood firm in China shells out for Kiwi mussels

  • 14 août 2010

Crédit Agricole : Amundi se lance dans la pêche au gros !

Amundi, c’est une filiale commune au Crédit Agricole (75%) et à la Société Générale (25%), gestionnaire de plus de 650 milliards d’euros de capitaux. La branche japonaise, Amundi Japan Ltd, va bientôt gérer le premier fonds commun de placement « Pêche » dans le monde. Un portefeuille de plus d’un milliard d’euros (1,636 milliards de dollars) dédié au développement de la pêche et de l’aquaculture dans le monde…. Lire article complet

Suite de la revue de presse :

Aucun commentaire: