vendredi 12 mars 2010

L’Europe subventionne les escrocs de la pêche

D’après une étude de « fishsubsidy » commandée par l’organisation « Pew Environment Group », plusieurs armements espagnols, britanniques et français auraient touchés des subventions européennes alors qu’ils étaient reconnus coupables de pêche illégale. Ce sont 36 bateaux qui ont reçu au total 13,5 millions d’euros de subventions entre 1994 et 2006. Pew précise qu’il ne s’agit que d’une « photographie » du problème.

« Les gouvernements européens devraient publier les listes complètes des condamnations pour pêche illégale afin que nous puissions savoir quels sont les bateaux hors-la-loi. C'est la seule façon de s'assurer que l'argent public ne va pas aux pêcheurs qui enfreignent les lois et qui ne protègent pas nos ressources halieutiques si précieuses » a précisé Jack Thurston, co-fondateur de fishsubsidy.

L’étude donne l’exemple de deux navires, Hodeiertza et Gure Reinare, appartenant à Pesqueras Zozuak / Pascual Santizo. En 2001, l’armement a été condamné à 70.000 euros d’amendes pour l’utilisation d’engins de pêche non conformes. L'Union européenne avait financé la construction des navires pour un montant total de près de 2 millions d’euros. En 2006, Hodeiertza a reçu en plus une aide européenne à la modernisation.

Pour l'hebdomadaire European Voice, le manque de transparence est criant. Depuis la modification de la réglementation européenne en 2006, il est même plus difficile de connaitre les subventions attribuées par l’Europe. « Il fut alors décidé que les États membres, plutôt que de la Commission, conservent les données sur les paiements de subvention. »

« Les États membres devraient être plus vigilants et veiller à ce que les bénéficiaires ne soient pas engagés dans la pêche illégale. Les subventions ont alimenté la surpêche dans le passé, elles doivent être utilisées à l’avenir pour appuyer une transition vers une pêche plus durable », a déclaré Markus Knigge de Pew Environment Group.

Un porte-parole de Maria Damanaki (nouveau commissaire européen pour la pêche) a dit qu'elle « prend ces accusations très au sérieux » et qu’elle éclaircira «Ce type de problèmes », a rapporté l'hebdomadaire European Voice. Le porte-parole a ajouté que même si l'application de la législation européenne était du ressort des États membres, le commissaire avait un « intérêt marqué pour une amélioration des performances en matière de pêche plus durable ».

Les subventions pour les bateaux de pêche sont prélevées sur le Fonds Européen pour la Pêche (FEP), dont le montant annuel s’élève à 4,3 milliards d’euros sur la période 2007-2013. Le FEP concerne aussi bien la pêche que la transformation et la commercialisation des produits halieutiques. (Source : The Fisheries Secretariat Crime still pays for fishing crooks)

Autres articles :

Plus d'informations sur Fishsubsidy.org :

Revue de presse :

Le 15 septembre 2010

Pêche. Les subventions aux pêcheurs sont mauvaises pour les ressources (Le Télégramme)

Les subventions publiques accordées aux pêcheurs professionnels sont préjudiciables à la protection des ressources halieutiques et en dernier ressort à l'industrie de la pêche elle-même, indiquent des chercheurs dans quatre études distinctes. Ces recherches, publiées dans le Journal of Bioeconomics, constituent la "première grande analyse globale de la valeur de la pêche à l'échelle mondiale", a indiqué Rebecca Goldburg, spécialiste de la vie des océans travaillant pour la fondation Pew Environment Group, lors d'une téléconférence depuis Washington.

240 milliards de dollars - La pêche a une valeur estimée par les auteurs à quelque 240 milliards de dollars américains par an, si on inclut les industries de transformation des produits de la pêche. Toujours selon ces chercheurs, la pêche de poissons sauvages, si elle était bien gérée, pourrait nourrir 20 millions de personnes de plus, notamment dans les pays pauvres. "Préserver l'avenir de la pêche est bon pour l'économie", a dit Rashid Sumaila, directeur du Centre de la Pêche à l'Université de Colombie Britannique, qui avait dirigé la recherche.

Les poissons sauvages victimes de surpêche - Les recettes de la pêche à l'échelle mondiale étaient traditionnellement mesurées par la valeur des prises débarquées - calculée à 85 milliards de dollars en 2000, a-t-il précisé. Les études qui viennent d'être rendues publiques sont les premières à y ajouter toutes les activités en aval, ce qui fait grimper le total à 240 milliards. Selon M. Sumaila, la moitié des populations de poissons sauvages sont aujourd'hui victimes de surpêche et soit ont périclité brutalement, comme la morue dans l'Atlantique du nord il y a près de vingt ans, soit sont en train de le faire. "Les grands pays industrialisés dépensent deux fois plus d'argent du contribuable en subventions à l'industrie de la pêche que pour la protection des océans", indiquent encore les chercheurs.

Aucun commentaire: