samedi 24 octobre 2009

Le saumon, une espèce en voie de fossilisation !

Dans notre monde pris dans un mouvement frénétique, les grands migrateurs voguant dans les airs ou dans les océans, sont les premières victimes des activités humaines. De nombreuses « barrières » les poussent à se confiner dans un environnement fermé comme les saumons de Taïwan, véritable fossile vivant, ancêtre des saumons qui parcouraient l’immensité du Pacifique Nord jusqu’à des latitudes tropicales.

Le saumon ou plutôt les saumons font partie des espèces emblématiques et même totémiques de nombreuses civilisations dans le monde. Cependant, ce grand migrateur des océans et des rivières a subi de plein fouet le développement industriel et économique soutenu depuis les années 1800. Les populations sauvages sont décimées les unes après les autres avec la construction des barrages, la pollution des eaux, et maintenant le changement climatique… Le retour de quelques saumons dans la Seine au printemps dernier ne doit pas faire illusion.

Résultat nul en France

Dans l’une des plus belles rivières à saumons d’Europe, le gave d’Oloron, les pêcheurs n'ont pas dépassé la centaine de prises cette saison. Un des plus mauvais résultats de ces dernières années alors que tous les indicateurs étaient plutôt favorables en 2008. Que s'est-il passé ? Comment préparer l'avenir ? Des questions auxquelles doivent répondre des spécialistes réunis autour du mythique migrateur lors d’un colloque organisé dans le Béarn au sud-ouest de la France. Invités par l'établissement public Onema, l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, les spécialistes du sujet ont pour but de partager leurs expériences pour agir de manière plus cohérente de l'échelon local à l'international.

Rapport alarmant sur la situation des populations de saumon en Norvège

Le comité scientifique pour la gestion du Saumon de l'Atlantique a rendu son rapport 2009 début septembre. Il a pour but d'évaluer l'état des populations de saumon de l'Atlantique en Norvège et de donner des conseils pour les quotas de pêches dans chaque rivière et fjord, en fonction de l'état des différentes populations. Cette étude s'inscrit dans la stratégie nationale pour la protection du saumon atlantique, approuvée par le parlement norvégien en 2006.

Pour chaque population étudiée un conseil de pêche a été donné sur une échelle de 1 ("les quotas de pêche pour cette population permettent son renouvellement, des mesures pour les réduire ne sont pas nécessaires") à 4 ("les quotas de pêche pour cette population sont largement supérieurs au taux de renouvellement de la population et ils doivent être réduits de manière substantielle"). Sur les 180 populations de saumons, 56 ont reçu le conseil de niveau 1, 34 de niveau 2, 34 de niveau 3 et 29 de niveau 4. Au total, le comité estime ainsi que 63% des populations de saumon de Norvège sont en danger si la pêche les concernant n'est pas réduite.

Arne Eide Egger, chef de section à la Direction de la gestion de la Nature (DN), a indiqué que ce rapport envoyait un signal clair sur la situation alarmante du saumon en Norvège et qu'il devra être la base d'un nouveau règlement de pêche. (Source : Bulletin électronique)

Saumon taïwanais, un fossile vivant

Considéré comme un fossile vivant, le saumon taïwanais (Oncorhynchus masou formosanus) à l’origine un poisson migrateur provenant de l’hémisphère nord, s’est retrouvé prisonnier dans les cours d’eau des montagnes du centre de l’île à la fin de la dernière période glaciaire.

Déclaré trésor national, il était il y a quelques années au bord de l’extinction du fait de la dégradation de son environnement naturel. Une politique de conservation sophistiquée consistant à éliminer les sources de pollution en amont des cours d’eau où il évolue et à stimuler sa reproduction grâce aux techniques d’élevage en captivité a permis de faire passer le nombre de spécimens de quelques centaines à 3 500 cette année. (Source : Taïwan info)

Autres articles :

Photographie Wikipedia : Saumon de Taïwan (Oncorhynchus masou formosanus)

Autres informations :

Risques accrus pour la survie des saumons sauvages (BE)
Des chercheurs irlandais viennent de mettre en évidence le risque accru pour la survie des populations de saumons sauvages dû aux effets conjugués du réchauffement climatique et des fermes de saumons d'élevage. Les études ont été réalisées dans le cadre du programme Beaufort de suivi génétique des populations de poissons par des chercheurs de l'université de Cork, de l'institut de technologie de Dundalk, de Trinity College Dublin et de l'institut irlandais de recherche marine, avec la participation d'une équipe suédoise.

Les chercheurs ont utilisé un modèle de régression basé sur 37 années de données sur les populations de saumons du bassin de Burrishoole dans le comté de Mayo (Ouest de l'Irlande). Ils ont constaté que le taux de survie de saumons sauvages était plus faible, les années où les températures hivernales de l'eau étaient les plus élevées. Des fermes de saumons d'élevage sont également installées dans cette zone. Il arrive de temps à autres que des saumons d'élevage s'échappent et rejoignent le milieu naturel où ils peuvent frayer avec leurs congénères sauvages. Les années où de grandes quantités de saumons d'élevage se sont échappées, le taux de survie des poissons a été réduit. Les poissons d'élevage dans le milieu naturel perturbent la capacité des populations sauvages à s'adapter aux variations de la température de l'eau. Les deux effets, température hivernale élevée et évasion de saumons d'élevage, se conjuguent et menacent la survie des saumons sauvages.

=================

Le 1 janvier 2011

Japon : réapparition d'un saumon porté disparu

Un kunimasu, un spécimen de saumon d’eau douce, a été pêché dans le lac Saiko en décembre 2010. Ce saumon avait été inscrit sur la liste des espèces disparues…. Source : No-fishing idea emerges for lake to protect rediscovered salmon species

Aucun commentaire: