samedi 4 juin 2011

Avec Pacific Andes, c’est un géant chinois qui se dresse dans l’Europe Bleue !!!

Avec Pacific Andes, c’est un géant chinois qui se dresse dans l’Europe Bleue !!!

Au début de l’année 2011, les dirigeants de l’armement boulonnais Euronor, tout juste cédé à deux grands de la pêche européenne (1), annonçaient « on ne pouvait plus jouer dans la cour des grands… » Avec la cession des deux sociétés de transformation des produits de la mer, Gelmer (Boulogne) et Pickenpack Hussman & Hahn (Allemagne), à Pacific Andes, c’est le géant chinois de la pêche qui se dresse dans l’Europe Bleue.

Comment lutter contre un géant quand la commission européenne prépare une réforme très libérale de la politique commune de la pêche avec la privatisation de la ressource halieutique et que le commissaire européen au commerce signe à tour de bras des accords de libre échange (ALE) partout dans le monde ? Quant aux ONG environnementales, elles doivent être satisfaites puisque cette multinationale chinoise arbore tous les macarons du développement durable (MSC et autres) !!! cliquer Ici

C’est en 1986 à Hong Kong, que le regretté M. Ng Swee Hong a fondé Pacific Andes en se lançant dans l’export de poisson congelé. 25 ans plus tard, Pacific Andes fait partie des 10 plus grandes sociétés de pêche dans le monde, et le groupe rayonne sur la planète !!!

Pacific Andes met un pied en France

Nous annoncions dès octobre 2010 (2) l’arrivée imminente en Europe du géant chinois, Pacific Andes International holdings limited (un conglomérat coté à la bourse de Singapour aux deux tentacules : « Pacific Andes Pacific Andes Resources Development Limited (PARD) » et « China Fishery Group Limited »). Nous pensions à ce moment là que la holding Pacific Andes choisirait la porte d’entrée des Îles Féroé. En fait… Le groupe chinois vient d'entrer dans l’Europe Bleue par l’Islande dont l’économie encore chancelante pousse les sociétés de pêche endettées à céder des pans entiers de leurs activités.

En reprenant la branche européenne de l'islandais Icelandic group, Pacific Andes s’installe donc en France avec l’acquisition de Gelmer (à Wimille près de Boulogne) et en Allemagne avec l’acquisition de Pickenpack Hussman & Hahn (PHH) pour un coût total de 70 millions d’euros, somme modique comparée au chiffre d’affaires de 270 millions d’euros en 2010 et à la capacité de 80.000 tonnes de produits de la mer transformés qui vont s’ajouter aux performances déjà gargantuesques de Pacific Andes !!!

Poissons blancs, poissons minotiers, poissons bleus, aquaculture,....

La société chinoise Pacific Andes est connue comme l’un des plus importants fournisseurs de poissons congelés dans le monde avec ses pêcheries dans le Pacifique nord (colin d’Alaska, cabillaud,…), comme l’un des 5 plus grands de la pêche minotière au Pérou. Sa flottille de pêche pélagique vient d'ouvrir une nouvelle pêcherie au large des côtes ouest-africaines dans les eaux mauritaniennes afin d'alimenter en produits surgelés, chinchard et sardinelle, les marchés porteurs du golfe de Guinée (Nigéria, Côte d'Ivoire, Cameroun,...).

En prenant des participations dans la société australienne Tassal, Pacific Andes vise aussi l’aquaculture et plus particulièrement le saumon d’élevage. Commentant l'investissement, M. Ng Joo Siang, Pdg de Pacific Andes, a déclaré : « Plus grand producteur de saumon en Australie avec des marques commerciales reconnues, Tassal est positionné comme un leader incontesté sur le marché asiatique du saumon en pleine croissance, en particulier en Chine et en Asie du Sud Est. »

Une moyenne de 3.400 tonnes jour au Pérou !

Le 26 mai 2011, Pacific Andes tirait des plans sur la comète sans parler de l’Europe ! (3)

Quant à l’avenir, M. Ng Joo Siang, pdg de Pacific Andes, a déclaré: « Notre secteur « Pêche » devrait se développer avec une hausse des captures dans le Pacifique Nord et au Pérou. Au Pérou, la limite des totaux admissibles de captures d'anchois est passée de 2,50 millions de tonnes à 3,68 millions de tonnes pour la principale campagne de pêche qui a débuté en avril 2011. Notre groupe capture en moyenne 3.400 tonnes chaque jour depuis avril 2011, contre 930 tonnes au cours des 2 derniers trimestres, nous pensons que le phénomène El Nino et les effets de La Niña sont maintenant derrière nous, et donc, sauf imprévues, notre Groupe devrait être en mesure d'utiliser pleinement sa part du TAC péruvien. »….

« Notre secteur « Transformation et Distribution » poursuivra ses efforts dans l'optimisation des capacités de traitement notamment en Chine (…). Notre groupe continuera également à se développer et à s’étendre dans tous les continents. »

« Nous sommes confiants sur le potentiel de croissance de toutes nos activités. Tout en confortant les activités traditionnelles, nous saisirons toutes les opportunités intéressantes au niveau mondial. Nous continuerons à rechercher de telles possibilités, afin de poursuivre notre croissance, tout en étendant notre intégration verticale, » a conclu M. Ng Joo Siang.

(1) Au début de l’année 2011, Boulogne nous a donné un avant-goût du festin que prépare la Commission européenne dans le domaine de la pêche. Euronor, l’un des derniers armements industriels français a été mangé avec tous les quotas de pêche qui vont avec, la cerise sur le gâteau d’un potentiel de près de 15.000 tonnes de poisson, par l'armement britannique UK Fisheries, filiale de l'islandais Samherji et du néerlandais Parlevliet & Van der Plas (P&P) dont les chiffres d'affaires cumulés de 675 millions d'euros représentent l'équivalent de la moitié de la valeur de l'ensemble de la pêche française.

(2) Pêche Atlantique Nord-Est : Europe Bleue recule !!! France capitule ?

(3) Pacific Andes Announces FY2011 Interim Results

Autres articles :

==============

Le 24 août 2012

Maquereau de l'Atlantique Nord : Pacific Andes se taille la part du lion...

Le maquereau est devenu l’enjeu d’un conflit qui oppose la Norvège et l’Union européenne d’une part, à l’Islande et aux îles Féroé de l’autre, accusées d’avoir allègrement dépassé les quotas convenus en Atlantique nord-est. En 2010, ces deux petits pays ont décidé de relever unilatéralement leurs quotas en arguant que ces poissons avaient migré plus au nord en raison du réchauffement climatique. L'Islande a augmenté son quota de pêche de maquereaux à 130.000 tonnes, contre 2.000 tonnes précédemment, tandis que les îles Féroé portaient leur quota à 85.000 tonnes, trois fois plus que le quota prévu dans les accords internationaux.

En 2010, les quotas de pêche s'élevaient à un total de 930.000 tonnes contre un avis des scientifiques du CIEM de 572.000 tonnes. Avec des captures de près de 1 million de tonnes, le maquereau se place dans le peloton de tête des espèces les plus pêchées de l'Atlantique nord-est, en compagnie du hareng (en diminution) et du cabillaud (en forte hausse). (1)

En 2012, les îles Féroé ont pris la décision d'augmenter leur quota à 148.000 tonnes.

Le chinois Pacific Andes se réserve plus de 100.000 tonnes de maquereau...

Alors que les européens bataillent ne sachant toujours pas comment se répartir les ressources en maquereau de l'Atlantique nord-est, la multinationale Pacific Andes a pris ses quartiers dans la région Arctique entre Groenland, Islande et Féroé. Et, elle va se tailler la part du lion dans le stock de maquereau si convoité...

D'après une source islandaise (2), les "chinois" auraient "acheté" la quasi totalité de la pêcherie féroïenne. Une armada de l'Empire du milieu est en effet arrivée sur zone, mi-août. En provenance d'Uruguay, le Lafayette, plus grand bateau-usine au monde accompagné de deux chalutiers géants, Kai Yu et Li Kai, a fait escale le 17 août 2012 dans le port féroïen de Runavik. Il se trouverait actuellement dans une zone comprise entre Islande / Féroé / Groënland. Cliquer Ici.


(1) Lire la thèse d'un étudiant danois, Ingibjooern Johannesen (2011) : The Sharing of Mackerel in the North East Atlantic.

(2) Iceland Upset by Greenland’s Interest in Mackerel Quota

====================

Les quotas individuels transférables de la réforme de la PCP ?


Ne faut-il pas aller plus loin que la réponse du Pdg de Pacific Andes dans un article d'Intrafish : L'installation de Pacific Andes en Europe aurait pour objectif de conforter sa présence sur le marché chinois...

Pacific Andes avec sa branche China Fishery est l'un des armements à la pêche les plus puissants dans le monde.... La mise en place des Quotas Individuels Transférables (QIT) dans la 4e zone de pêche dans le monde est une occasion unique pour la multinationale chinoise de prendre des parts dans la pêche communautaire... De même, le japonais Nissui, n°1 mondial, ne cache pas son projet d'investir directement dans la pêche européenne (voir article : Ouest-France)...

==============

Le 7 juin 2011

En Mauritanie, des députés s’opposent à l’accord de pêche avec la Chine

L’Assemblée nationale mauritanienne a voté lundi un projet de loi autorisant la ratification d’une convention de pêche avec la Chine en dépit du retrait des députés de l’opposition de la séance, a constaté APA.

Cette convention faisait l’objet, depuis quelques jours, d’une vive polémique marquée notamment par de sévères critiques de la part des députés de l’opposition qui dénoncent un nouvel outil de pillage des ressources halieutiques du pays. Selon eux, la convention offre un tas de privilèges à la partie chinoise contre un apport moindre pour l’économie mauritanienne. Certaines des critiques reprochent par exemple à la convention d’avoir garanti à l’investisseur (une société chinoise), aux membres de son conseil d’administration, aux actionnaires et aux personnes non mauritaniennes qu’il emploie légalement de ne faire l’objet, en aucun cas, d’un quelconque mauvais traitement, matériel ou moral soit-il, selon un passage du texte.

La convention prévoit cependant un investissement chinois de 100 millions de dollars qui sera utilisé à Nouadhibou pour mettre en place deux unités de traitement de produits de pêche, une usine de fabrication de glace d’une capacité de production de 100 tonnes par jour, un dépôt de stockage frigorifique d’une contenance de 6.000 tonnes, une unité de fabrication de farine de poisson, un laboratoire de contrôle interne, un atelier de construction des pirogues de pêche artisanale et un centre de formation. La société chinoise s’engage également à créer 2463 emplois permanents, avec une priorité accordée à la main d’œuvre mauritanienne qui bénéficiera aussi de la formation. APA : Une convention de pêche avec la Chine votée en Mauritanie, malgré le boycott de l’opposition

=================

Le 15 juillet 2011

Chine. Exportateur net, le pays va devenir importateur net en produits aquatiques

La hausse du niveau de vie de plusieurs centaines de millions de chinois aura des répercussions considérables sur la filière des produits aquatiques dans le monde...

La Chine est devenue le foyer du développement économique de la filière des produits aquatiques. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) place la Chine au premier rang mondial des exportateurs de produits aquatiques, avec un volume d'exportation équivalent à 10,2 milliards USD. En outre, les Chinois consomment près de 26 kg de produits aquatiques par personne et par an, plus que n'importe quel autre peuple au monde.....

Par tradition, les Chinois achètent toujours du poisson frais et il n'y a encore que cinq ans, il était très rare de trouver des plats de poisson surgelés dans les épiceries chinoises. Toutefois, l'essor de la classe moyenne, très demandeuse de produits aquatiques, sous des formes de plus en plus variées de surcroît, est de bon augure pour les investissements sur ce nouveau marché de grande consommation qu'est la Chine. Parallèlement, la hausse du coût de la main d'œuvre et l'appréciation du yuan ont fait monter les coûts de transformation des produits aquatiques en Chine. Certaines sociétés regardent déjà du côté du Laos et du Vietnam pour déplacer leurs centres de fabrication. George Chamberlain, président de l'ONG The Global Aquaculture Alliance, a présenté, lors du Salon international des produits de la mer de Boston (International Boston Seafood Show) cette année, le résultat d'études montrant que d'ici fin 2011, la Chine cessera d'être un exportateur net de produits aquatiques pour devenir un importateur net… Source : Fondements d'un mouvement en faveur des produits aquatiques durables en Chine (Alliance produits de la mer)

Pour plus d’informations sur les différentes interventions aux conférences de l’International Boston Seafood Show 2011 : Boston Conference Session Addresses Approaching Seafood Shortage et sur l’intervention de George Chamberlain, président de l'ONG The Global Aquaculture Alliance : GAA

=================

Le 7 août 2011 : Accord de pêche Chine/Mauritanie : Du Poisson contre des armes ?

Mauritanie : Les accords de pêche avec les Chinois auront des retombées hautement positives (Afriquinfos)

NOUAKCHOTT (Xinhua) - Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a loué, vendredi soir, les rapports de coopération entre son pays et la Chine, notamment en matière de pêche.

Le chef de l'Etat mauritanien, qui s'exprimait au cours d'une émission radiotélévisée a précisé: « les Chinois peuvent attester que les études ont établi que cette société (Poly Handong Fishery) aura des retombées hautement positives sur les citoyens mauritaniens ».

Il a ajouté que « ceux qui s'opposent à la société en question sont des individus qui profitaient, à titre personnel et égoïste, de licences de pêche obscures accordées, sous leurs noms, à des sociétés étrangères, et qui ont été suspendues ».

Poly Handong Fishery est un groupe chinois de Poly Technology inc (ou Poly Technologies, Inc, un groupe chinois impliqué dans l’industrie militaire, ce groupe a même une grande compétence dans le commerce des armes, cliquer Ici ndlr), ayant récemment signé une convention avec le gouvernement mauritanien pour un investissement de 100 millions de dollars dans le domaine de la pêche de fond.

Cette convention a fait l'objet d'une vaste campagne de dénigrement et de critiques au sein de l'opposition et de la part de médias européens, la qualifiant de "pillage systématique des ressources mauritaniennes.

==================

Quand la Chine pêchera (Adrar.info)

Depuis plus de trois semaines, on ne parle que d’elle. La presse en a fait ses choux gras. Le Calame lui consacre, cette semaine, une enquête fouillée. L’Assemblée en a débattu, de long en large, évoquant ses effets pervers et ses désastreuses conséquences. Avant de l’approuver, grâce à une majorité qui n’en finit pas d’avaler des couleuvres. Elle, c’est la convention de pêche que la Mauritanie vient de signer avec une société chinoise. Poly-HonDone Pelagic Fishery Co., c’est son nom, à qui l’Etat octroiera 60.000 mètres carrés, à Nouadhibou, pour ses installations, bénéficiera d’un quart de siècle de passe-droits mirobolants et d’énormes avantages, avec des garanties juridiques appuyées: exonération de l’Impôt Minimum Forfaitaire (IMF); déduction annuelle de 20% des investissements, pendant cinq ans, sur le bénéfice imposable; réduction de 50% de la Taxe de Prestation de Service (TPS), sur le coût des opérations bancaires contractées auprès des institutions nationales; exemption totale de patente ou tout autre impôt pouvant s’y substituer. En plus de la possibilité de pêcher, piller devrais-je dire, presque tout ce qui bouge dans nos eaux territoriales.

Du coup, Poly-HonDone constituera, grâce à ce sésame, une petite enclave chinoise de non-droit en Mauritanie. Tout ça pourquoi ? Parce que sa compagnie-mère vend des armes dont notre armée a besoin. Quitte à épuiser nos ressources halieutiques? A tuer tout un pan de notre économie? A envoyer des milliers de gens au chômage? A condamner, à terme, des sociétés nationales, des bateaux, des usines de transformation et de stockage, à mettre la clé sous la porte? Parce que notre armée, dont la seule vocation, depuis 32 ans, est de se maintenir au pouvoir, veut des armes, le pays peut être bradé. Le poisson, le fer, l’or, le cuivre, tout le budget de l’Etat, s’il le faut. Pourvu que nos soldats obtiennent ce qu’ils désirent. Et en dehors de tout contrôle, s’il vous plaît. L’inspection d’Etat, la Cour des comptes et la Police économique sont réservées aux civils. Nos chefs militaires sont soit étrangers – donc non soumis à la législation mauritanienne – soit tous honnêtes et n’ont pas besoin d’être contrôlés. Ne dit-on pas, à juste titre, que la Mauritanie est le seul Etat au monde où l’armée a son pays et en fait ce qu’elle veut?

Autre exemple de l’intrusion de l’armée dans le secteur de la pêche: la délégation qui négocie le nouvel accord avec l’Union européenne est dirigée par un lieutenant-colonel, retraité et parachuté conseiller du ministre des Pêches, et comprend un colonel en exercice, dont la fonction équivaut à un chargé de mission, au même département. Une entorse au règlement militaire et au statut de la Fonction publique. Le premier round des négociations, qui vient de se dérouler à Nouakchott, n’a été qu’une formalité. Notre négociateur en chef a demandé qu’on passe, directement, aux annexes, comme si les termes de l’ancien accord étaient reconduits tels quels, sans considération d’une quelconque évaluation. Seule «nouveauté»: certains bateaux européens seront, désormais, obligés de débarquer à Nouadhibou. Leurs produits ne seront, pourtant, ni traités ni stockés, dans cette ville, et leur vente ne passera pas par la SMCP. Ils paieront, juste, les frais d’accostage au port, en attendant que leur cargaison soit transbordée vers le navire qui l’amènera en Europe ou au Japon.

Les militaires et le poisson, la nouvelle idylle de l’été. Suivant l’exemple chinois. Mais nos képis étoilés doivent juste garder en tête que, quand la Chine pêchera, la ressource, à coup sûr, périra…

=================

Mars 2011

Accord de pêche UE/Mauritanie : Accaparement des eaux mauritaniennes ?


L’UE ne veut pas se laisser distancer par les grandes pêcheries internationales (notamment les armements chinois) dans son pré-carré de l’Afrique de l’Ouest. Après le Maroc, l’UE souhaite se tailler la part du lion dans les eaux mauritaniennes…

En grand défenseur de la pêche durable, l’Europe donne des conseils à la Mauritanie !

Lire l’article de l’Université Robert Schuman de Strasbourg :

« Un accord de pêche durable avec la Mauritanie »

Maria Damanaki s’engage à trouver l’équilibre entre l’intérêt des poissons, ceux de la Mauritanie et ceux des pêcheurs européens. Éviter la surpêche, investir dans des infrastructures portuaires et lutter contre la concurrence déloyale dans les eaux mauritaniennes : ce sont les trois grands objectifs du futur accord de pêche UE-Mauritanie annoncés par la commissaire européenne Maria Damanaki lundi 7 mars au Parlement européen.

Cet accord, le plus important avec un pays tiers, permet aujourd'hui à une centaine de navires européens, dont quelques thoniers français, de pêcher en eaux mauritaniennes dans la limite de quotas reglementés. En contrepartie l'Union a versé une contribution de 305 millions d’euros pour la période 2008-2012, ce qui représente 1/3 du budget du pays. Pour le renouveler, il faut trouver « un équilibre entre les ressources mauritaniennes et les intérêts des navires des pays-membres », a déclaré Maria Damanaki

La Commission tiendra compte des récents avis scientifiques sur la situation critique des stocks pélagiques, qui auraient baissé de 30% sur les côtes ouest-africaines. Le poulpe, très convoité par les chalutiers espagnols, est par exemple de plus en plus menacé par la pêche intensive, tout comme les sardines, maquereaux et anchois.....

La Commission souhaite par ailleurs mieux contrôler la destination des contributions de l'Union en faveur du secteur de pêche de la Mauritanie.....

Enfin, pour lutter contre la pêche illégale et la concurrence déloyale, la Commission souhaite renforcer les contrôles des licences, garantes du paiement par les armateurs de leur redevance d’accès à la zone de pêche.....

En acceptant l’idée d’intégrer «une clause de démocratie et des droits de l’homme» dans le prochain accord, la Commissaire a approuvé la quasi totalité des demandes formulées par les eurodéputés. Ceux-ci se prononceront sur ses propositions lors de la plénière des 23-24 mars.Entré en vigueur le 1er août 2008, l’accord de pêche actuel expirera le 1er août 2012. Les négociations sur le nouveau protocole devraient commencer en avril prochain. Une fois finalisé, l’accord devra obtenir le consentement du Parlement pour entrer en vigueur. Suite et texte intégral de Clara Lecocq Reale, Cliquer Ici

Aucun commentaire: