vendredi 13 novembre 2009

Thon rouge : A ne plus rien comprendre de la pêche !

Actuellement, les experts de la commission internationale de la pêche aux thonidés de l’Atlantique / Méditerranée (ICCAT) sont réunis à Récife au Brésil. La poursuite ou non de la pêche au thon rouge dépend en grande partie des décisions qui seront prises lors de cette réunion.

Pendant ce temps, les communiqués de presse contradictoires sur l'état de la ressource en thon rouge défilent… Le retour du Thon Rouge, en pleine négociation de fermeture de la pêche !!!

Alerte Google du 12 novembre 2009 à 18h16 (Cliquez sur l'image pour agrandir)

A qui profite cet imbroglio ? Cette bataille entre experts ?

Le thon rouge de Méditerranée en danger à cause de captures illégales

AFP - Entre 8,4% et 21,1% du thon rouge engraissé en Méditerranée et vendu frais au Japon provient de captures illégales de jeunes poissons, affirment les deux ...

Corinne Lepage réclame l'inscription du thon rouge sur la liste ...

France Matin - "Inscrire le thon rouge à l'annexe I de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées ...

Pêche. Retour surprise du thon dans l'ouest de la Méditerranée

Midi Libre - Et si l'idée commune que le thon rouge est en voie d'extinction, du fait de la surpêche, était une erreur ? Et si tout le monde, organisations écologistes ...

Thon rouge : incertitudes sur l'état du stock : Les Infos Vertes

par L'auteur - Alors, menacé ou pas de disparition le thon rouge ? Alors que se tient jusqu'à dimanche au Brésil une réunion de la Commission internationale...

Autres articles :

Image Wikipedia : Thon Rouge de l'Atlantique (NOAA)

Autres informations :

Revue de Presse :

Le 14 novembre 2009

Pêche: ouverture d’une réunion capitale de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA) (UE)
La réunion annuelle de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) s’ouvrira demain à Recife, au Brésil. L’UE devra principalement rechercher les moyens de garantir la reconstitution des stocks de thon rouge de l’Atlantique, notamment en réduisant le total admissible des captures (TAC) et la capacité de pêche, un meilleur niveau de conformité avec les règles de la CICTA et l’adoption de mesures fondées sur des données scientifiques pour tous les stocks halieutiques. L’UE entend veiller à ce que, outre les stocks de thon rouge, tous les autres stocks vulnérables reçoivent l’attention voulue et que des mesures de conservation appropriées soient adoptées afin de garantir la pérennité des pêcheries associées.
Le Conseil a approuvé un mandat substantiel afin que la Commission puisse négocier au nom de l’UE lors de la réunion de la CICTA prévue cette année. M. Joe Borg, membre de la Commission européenne chargé des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos.....

Perpignan. Port-Vendres : disparition des deux tiers de la flotte de thoniers (Midi Libre)
Quatre des six thoniers amarrés à Port-Vendres devraient sortir de la flotte à la faveur du plan gouvernemental initié au printemps, qui vise à réduire les quotas de pêche au thon rouge, en négociation cette semaine au Brésil au sein de l'ICCAT.
L e 18 juin dernier, à l'issue de la fermeture de la campagne de pêche au thon rouge en Méditerranée, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, ouvrait un nouveau plan de sortie de flotte pour les thoniers senneurs méditerranéens, plan inscrit dans la démarche pour "une pêche durable et responsable" validée par la Commission européenne....

Thon Rouge - La crise de la pêche s'aggrave encore à Port-Vendres (La Clau)
Suppressions d'emplois en 2010, sur fond de protection du thon rouge
La réduction des quotas de pêche portant sur le thon rouge, menacé par des captures illégales, selon les organisations écologistes Greenpeace et WWF, est lourde de conséquences pour le secteur de la pêche en Pays Catalan. En effet, au printemps 2010, le port de Port-Vendres perdra quatre de ses six thoniers, dont deux rattachés au quartier maritime de Marseille, selon une prérogative de l’Etat en accord avec la réunion annuelle de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (ICCAT), qui se tient au Brésil jusqu’à ce dimanche. En cours de validation par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, la disparition des deux tiers des thoniers de Port-Vendres, effectuée par consentement, ne provoque qu’une seule réaction politique, celle du Front National. Sur le terrain glissant qui oppose la préservation de l’emploi à la préservation de l’environnement, alors que le volume de thon rouge disponible en mer n’est pas partout en recul, la tête de liste aux élections régionales pour la région Languedoc-Roussillon, France Jamet, enfourchait mercredi le cheval anti-Union Européenne en signalant que ce nouvel avatar de la crise à Port-Vendres, qui « ne semble pas émouvoir grand monde », modifierait « l’identité port-vendraise »....

«Sur le thon rouge, la France se contredit» (Libération)
Questions à Charles Braine Responsable du programme pêche au WWF-France
Week-end crucial pour le thon rouge. D’ici dimanche soir, les membres de la Cicta (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique), soit 47 Etats et l’Union européenne, réunis depuis lundi près de Recife, au Brésil, doivent se mettre d’accord sur les quotas...

Le 16 novembre 2009

La pêche au thon rouge réduite, mais pas suspendue (Ouest France)
Greenpeace et l’organisation américaine Pew Environment Groups sont désapointées. Après dix jours de débats à Recife (Brésil), la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) - qui rassemble 48 pays, dont la France, le Japon ou encore les États-Unis - a refusé de mettre fin à la pêche au thon rouge dans l’Atlantique.
Elle a en revanche baissé les quotas à 13 500 tonnes. L’an dernier, l’instance chargée de gérer cette espèce au niveau mondial avait établi un quota de 19 950 tonnes en 2010.
Espèce très menacée
Cette baisse est insuffisante selon les associations écologistes, qui estiment que le thon rouge, très recherché pour la confection de sushis, est en danger d’extinction. Elles demandent « une suspension »ou au minimum une réduction des quotas « à 8 000 tonnes maximum ».
Au mois de juillet, Monaco avait proposé l’inscription du thon rouge sur la liste des espèces les plus menacées, en arguant de la disparition des deux tiers des stocks en Méditerranée, entre 1957 et 2007, et de 82 % en Atlantique ouest entre 1970 et 2007.

Pas de moratoire sur la pêche au thon rouge: satisfaction au Japon (AFP)
Le Japon a salué lundi la décision d'un organisme international de réduire de 40% le quota de pêche des thons dans l'Atlantique et la Méditerranée, en évitant un moratoire.
La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), au sein de laquelle 48 pays se partagent les quotas de pêche, a annoncé une réduction des prises autorisées, de 22.000 tonnes cette année à 13.500 tonnes en 2010, dans l'Océan atlantique et en Mer Méditerranée.
"Le Japon salue l'issue" de la réunion de la CICTA au Brésil, a déclaré un responsable de l'Agence des pêches. "Le Japon soutient une politique d'exploitation durable des ressources basée sur des données scientifiques, afin que nous puissions continuer de pêcher ce poisson à l'avenir", a-t-il ajouté.
Le Japon est le principal consommateur de thon rouge, dit "de l'Atlantique". Il importe notamment 80% du thon pêché en Méditerranée....

Thon rouge: les écologistes dénoncent une baisse insuffisante des quotas (AFP)
Des organisations écologistes ont dénoncé dimanche la baisse insuffisante des quotas de pêche de thon rouge décidée par une organisation intergouvernementale, alors que cette espèce recherchée pour la confection de sushis est, selon elles, en danger d'extinction.
"Après 10 jours de réunion, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) a refusé de mettre fin à la pêche du thon rouge dans l'Atlantique", déplore dans un communiqué l'organisation américaine Pew Environment Group, présente lors des débats à Recife, au Brésil (nord-est).
"Le CICTA s'est contenté de baisser les quotas pour le thon rouge à 13.500 tonnes", ajoute-t-elle.
L'an dernier, l'instance chargée de gérer cette espèce au niveau mondial avait établi un quota de 19.950 tonnes en 2010 pour ce poisson très prisé, mais victime de surpêche chronique.
Au mois de juillet, Monaco a proposé l'inscription du thon rouge sur la liste des espèces les plus menacées, en arguant de la disparition des deux tiers des stocks en Méditerranée, entre 1957 et 2007 et de 82% en Atlantique ouest entre 1970 et 2007.

Thon rouge : le quota pour 2010 ne satisfait personne (Le Monde)
La pêche au thon rouge continuera en 2010, en dépit des inquiétudes sur l'état du stock, surexploité et menacé d'effondrement. Le quota retenu, dimanche 15 novembre au Brésil, à Recife, après dix jours de discussions entre les Etats membres de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), est toutefois en nette baisse : il sera de 13 500 tonnes en 2010, contre 22 000 en 2009. La période de pêche est ramenée à un mois, au lieu de deux.
C'est un compromis entre les recommandations des scientifiques et les intérêts des pêcheurs, au premier rang desquels figurent les thoniers français qui exportent l'essentiel de leur pêche au Japon.
Résultat : personne n'est satisfait. "C'est une belle claque, commente Pierre-Georges Dachicourt, président du Comité national des pêches. La France aura 2 000 tonnes, soit 70 tonnes en moyenne par senneur (bateau de pêche industrielle). La rentabilité de certaines entreprises est compromise."
Les associations de protection de l'environnement, qui réclamaient un moratoire, sont très critiques. "C'est extrêmement décevant, affirme François Chartier, chargé des océans chez Greenpeace. On continue dans une voie qui va aboutir à la disparition de l'espèce et des pêcheurs concernés, en mettant des pansements sur une jambe de bois."
"Ce n'est pas un quota scientifique mais un quota politique, qui ne permettra pas la récupération du stock, affirme Sergi Tudela, responsable pêche au WWF Méditerranée. La Cicta a une nouvelle fois fait la preuve de son inefficacité." Un rapport publié en septembre 2008, rédigé par trois experts indépendants, avait qualifié de "parodie de gestion" les mesures concernant le thon rouge et recommandé la suspension de la pêche.....

Le 18 novembre 2008

Réduction de 40% des quotas de thon rouge: les pêcheurs français "inquiets" (AFP)
Les pêcheurs français se disent "extrêmement inquiets" lundi dans un communiqué après la décision de l'organisation internationale, chargée de gérer la pêche du thon rouge (CICTA), de réduire le quota total de prises de 40% l'an prochain.
"La question de la pérennité de cette pêche tant en Méditerranée qu'en Atlantique se pose avec une acuité nouvelle", explique le comité national des pêches (CNPMEM) qui comprend "mal les recommandations" de la CICTA.
"La position retenue par la CICTA nous préoccupe vivement. Ces contraintes supplémentaires viennent frapper un secteur, déjà durement touché depuis 2007 et ce, alors même que nous avions consenti des efforts importants en ce qui concerne la gestion du quota attribué à la France", écrivent les pêcheurs.
"Nous nous étions engagés dans une réduction de la capacité de pêche (par la destruction d'une dizaine de senneurs). Nous comprenons donc mal la recommandation prise" par la CICTA, poursuivent-ils.
Les pêcheurs attendent désormais "la mise en oeuvre du programme de recherche" mondial "sur le thon rouge qui permettrait enfin de réduire les incertitudes pesant sur l'évaluation hasardeuse du stock de thon rouge de l'Est".....

Quotas de thon rouge: les pêcheurs italiens dénoncent un "nouveau coup dur" (AFP)
La fédération italienne des pêcheurs Federpesca a dénoncé lundi un "nouveau coup dur" pour le secteur après la décision des pays membres de l'organisation internationale chargée de gérer la pêche du thon rouge (CICTA) de réduire le quota de prises de 40%.
"Il s'agit d'un nouveau coup dur pour l'économie italienne de la pêche porté sur la base de motivations insuffisantes et contradictoires", a réagi l'association dans un communiqué.
Cette "décision est due à des raisons qui ne sont certainement pas la conservation (de l'espèce) mais qui sont celles de cartels commerciaux et d'intérêts qui ne sont pas transparents", accuse l'organisation.....

Le 19 novembre 2009

Sète - L'incendie des filets est criminel (Midi libre)
L'incendie qui a touché un tas de filets de pêche dans la nuit de mercredi à jeudi sur le port de Sète est criminel comme l'ont confirmé les enquêteurs. Une voiture, une annexe de thonier, un conteneur, une caravane ont été dévastés par les flammes. Un chalutier a été endommagé par la chaleur.

Le 20 novembre 2009

Sète. Faits divers - Un tas de filets incendié sur le quai A (Midi Libre)
Le feu a été allumé vers 1 h du matin jeudi. Les dégâts sont nombreux
Un incendie d'origine « très clairement criminelle » d'après les enquêteurs a notamment détruit un tas de filets appartenant au patron thonier Roger Delponte dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 1 h du matin sur le quai A du port de Sète. Les flammes ont été rapidement maîtrisées par les pompiers qui ont pu se brancher rapidement sur une borne incendie.
Le sinistre a même failli être fatal à un SDF. L'homme dormait juste à côté dans une caravane. Il a été réveillé en sursaut par la forte odeur de brûlé. « Il a sauvé sa peau in extremis. On s'est occupé de son relogement » , a commenté le commissaire Dewas. Outre la caravane, les flammes ont totalement détruit une voiture et un conteneur contenant du matériel. L'annexe du thonier a également été brûlée. Enfin, le Eros Calli, chalutier de Daniel Calli, amarré juste à l'endroit de l'incendie, a été endommagé par la chaleur dégagée. Une fois la fumée dissipée, les policiers du commissariat de Sète ont opéré des relevés. Selon nos informations, une bouteille de produit inflammable a été retrouvée. Deux mois après...
Cet incendie ressemble à s'y méprendre à celui qui avait touché mi septembre, dans une toute autre proportion, les filets du patron thonier Raphaël Scanapiecco, pile poil de l'autre côté du canal. Le laboratoire marseillais qui y avait fait des prélevements n'a toujours pas rendu son rapport. Philippe MALRIC pmalric@midilibre.com

Le 24 novembre 2009

Pays Basque - Les quotas du thon rouge soumis au régime minceur (Sud-Ouest)
L'économie du port est fragilisée par la raréfaction des ressources et la baisse des quotas. Pour le thon rouge, (ex)-fleuron de la cité, ils vont encore diminuer pour 2010
Les quotas de capture de thon rouge vont encore baisser l'an prochain
Saint-Jean-de-Luz, sa pêche au thon, à la sardine et à l'anchois. Une belle image aujourd'hui écornée par la raréfaction des ressources et les politiques européennes, voire internationales, qui en découlent. L'anchois est fermé depuis bientôt cinq ans, il faut attendre une hypothétique ouverture l'an prochain, qui, si elle est autorisée, ne le sera que sur de faibles quotas. L'espoir est mince…..

Pour l'année 2009, le TAC était de 22 000 tonnes de thon rouge pour l'Atlantique est et la Méditerranée. Pour 2010, l'avis scientifique proposait un TAC compris entre 8 500 et 15 000 tonnes. Après discussion, il a été validé à 13 500 tonnes, une proposition adoptée par l'Union européenne, le Japon, le Maroc, la Tunisie, et le président de l'ICCAT.

Quelles conséquences pour le port de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure ? Une baisse des quotas de pêche de l'ordre de 40 % comme ce qui est appliqué au plan européen. Déjà, ces derniers étaient faibles cette année, 137 tonnes pour l'organisation des producteurs Capsud. Ils seront sans doute ramenés autour de 80 tonnes pour 2010. Une misère pour les pêcheurs de thon du port, qui va tirer l'activité économique vers le bas et encourager de nouveaux plans de casse.
« Au niveau français, de gros efforts ont été fournis, sur 33 senneurs, 11 sont en sortie de flotte. Et là, avec cette nouvelle baisse des quotas, on nous remet en situation de surcapacité, et il faudra encore diminuer notre flotte », peste Serge Larzabal.
D'autant qu'actuellement, les mesures montrent qu'il y a, de nouveau, du thon, mais elles ne seront prises en compte par les scientifiques que plus tard. « Et si c'est le cas, que va-t-on faire ?, s'interroge le président du comité local des pêches. Vous croyez que les pêcheurs vont investir pour reconstruire des bateaux ? »
Sur les 13 500 tonnes, 2 000 environ seront réservées aux pêcheurs français. Sachant qu'en plus, la France paie encore des pénalités pour un dépassement des quotas sanctionné en 2007. Pour 2011, elles pourraient s'élever à 1 500 tonnes de thon rouge à rendre. « On va demander de faire inscrire à la conférence de 2010, l'examen de nouvelles conditions de surconsommation et de pénalités avec l'espoir d'argumenter pour 2011 sur la baisse des quotas, on souhaite faire sauter ces pénalités », annonce Serge Larzabal pour sauver la pêche au thon. L'an prochain, l'ICCAT se déroulera à Paris. Auteur : pierre sabathié

Le 14 décembre 2009

Des experts recommandent de contrôler le commerce du thon rouge de l'Atlantique (ONU)
Un comité consultatif composé d'experts indépendants recommande de contrôler le commerce international du thon rouge de l'Atlantique et de certaines espèces de requin, aux termes de la Convention sur le commerce international des espèces menacées de la faune et de la flore sauvages (CITES).

Le comité consultatif est composé de 22 experts internationaux en pêche de 15 pays différents. Il a été convoqué par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour évaluer des propositions selon les critères établis par la CITES et de formuler des recommandations indépendantes et impartiales fondées sur les connaissances des experts et sur les preuves scientifiques présentées dans chaque proposition.
Cela fait suite à un processus formel par lequel la FAO transmet à la CITES les avis de conseillers scientifiques extérieurs.

Les propositions seront prises en compte pour l'inscription à la 15e Conférence des parties à la CITES (Doha, Qatar, 13-25 mars 2010).
Après six jours de travaux approfondis et en utilisant les critères de la CITES, le comité consultatif a déterminé que des éléments de preuve suffisants existent pour justifier l'inclusion des espèces suivantes à la liste de l'annexe II de la CITES: requin océanique à pointes blanches (Carcharhinus longimanus), requin-taupe commun (Lamna nasus) et requin-marteau festonné ( Sphyrna lewini).
En outre, la proposition d'ajouter à la liste d'autres espèces voisines de requins pour renforcer la protection du requin-marteau festonné a été jugée justifiée dans deux cas sur quatre, à savoir le grand requin-marteau (Sphyrna mokarran) et le requin-marteau effilé (Sphyrna zygaena).

Le comité n'a pas atteint de consensus concernant l'inscription à la liste de l'annexe I de la CITES du thon rouge de l'Atlantique (Thunnus thynnus) bien que, dans sa majorité, le comité ait convenu que des éléments de preuve tangibles validaient cette proposition.
Mais un consensus s'est dégagé quant au fait que ces mêmes preuves justifient l'inclusion du thon rouge de l'Atlantique à l'annexe II.

Le 26 décembre 2009 : Bilan sétois

Sète. Les thoniers observés, les thons survolés... (Midi Libre)
Vingt-huit thoniers se voient attribuer un permis de pêche spécial en Méditerranée française. Le quota de 3017 tonnes attribué aux thoniers senneurs français intéresse particulièrement le port de Sète, première flotte de Méditerranée française, où les préparatifs de la "pré campagne" vont bon train début avril. L'ouverture officielle de la pêche au thon rouge est prévue aux alentours du 20. Les Sétois se rendent sur zone. Pas tout seuls : chaque navire doit accepter à son bord un observateur scientifique en application d'une obligation communautaire répondant à une recommandation de l'Iccat (commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique). Pourtant, une fois la campagne achevée, tous les observateurs, y compris scientifiques, modèreront leurs estimations quant aux stocks de thons après des survols ayant permis de constater d'importants regroupements. Survols qui ne donnent néanmoins pas d'indications précises sur le pourcentage de géniteurs.
A l'issue d'une année qui aura fourni pluis de questions que de réponses sur le sujet, les thoniers français obtiendront finalement un quota de 2200 tonnes moins une pénalité de 470 tonnes, pour 2010.

Sète. Quand le torchon brûle... (Midi libre)
Les années suivent et ne se ressemblent pas. Après une année 2008 où la flambée du gazole avait mobilisé l'énergie des pêcheurs sétois, 2009 a été plutôt calme de ce côté-là (avec un gazole à 40 cts, ça va notamment mieux pour les chalutiers). Mais d'autres soucis sont venus parasiter le regain de viabilité des armements. Les quotas imposés aux thoniers comme, d'autre part, la mévente du poisson en criée ont impacté sur le chiffre d'affaires des armements. Et donc sur les revenus des équipages, peut-être plus particulièrement du côté des thoniers, d'ailleurs. Du coup, un syndicalisme est né. Plus offensif.
Le 1 er juin, Abdoulaye Sene, un matelot de thonier de 57 ans (disparu depuis) montait au créneau : « Si ce foutoir cont inue, de plus en plus de marins vont parler... » Sécrétaire général du jeune syndicat des marins pêcheurs Force Ouvrière, il dénonce « un système féodal ». Le 1 er juillet, le même syndicat interpelle le ministre sur le plan de sortie de flotte touchant les thoniers, reprochant que l'on ne trouve « rien sur le sort qui sera réservé aux marins ». Pendant ce temps, l'Union européenne travaille, disent les pêcheurs, à « casser du bateau » (lire aussi ci-contre). Et alors qu'à Paris, une délégation de thoniers est reçue au cabinet du ministre de l'Économie, ça barde à Sète : le 12 septembre, des filets appartenant au 1 er prud'homme sétois et patron thonier Raphaël Scanapiecco partent en fumée. Le 23 octobre, le syndicat FO dépose plainte contre le même armateur après un différend concernant des salaires. Les deux parties trouveront un accord sur ce dernier point. Dans la foulée, le 27 octobre, les 162 marins pêcheurs sétois opposés aux services fiscaux n'obtiennent pas gain de cause quant à être déchargés des cotisations supplémentaires sur les salaires provenant de la pêche hors des eaux territoriales françaises entre 2001 et 2004. Aussi les 11 et 12 décembre, les Assises de la pêche n'attirent-elles pas la foule, d'autant que l'on reparle du remboursement par les pêcheurs d'aides euro-incompatibles versées par l'Etat français. Quand ça va pas... Patrice CASTAN

16 janvier 2010 : Le feuilleton Thon Rouge continue avec le WWF qui décoche en premier en ce début d’année 2010

Supplique du WWF pour le thon rouge par Isabelle Autissier et Serge Orru (Cdurable)
Le thon rouge est proche de l’extinction : l’appel du WWF au Président de la République
La Commission européenne attend toujours le choix de Paris pour arrêter sa position en vue de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacée d’extinction (CITES) qui prendra une décision finale sur le sort du thon rouge en mars au Qatar. Le comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM) souhaite que le gouvernement français attende la prochaine évaluation du stock de thon rouge pour 2010 avant d’arrêter sa décision, de crainte que les pêcheurs de cette espèce se retrouvent privés de revenus du jour au lendemain. Dimanche dernier, ce Comité a notamment menacé le gouvernement : si le "fantasme écologique" devait l’emporter, les pêcheurs "n’auraient plus rien à perdre et sauraient prendre leurs responsabilités".

Les pêcheurs ne veulent pas être pris en otage - Réponse de CNPM : Le thon rouge ne doit pas être la caution écolo du gouvernement (pêcheurs) (AFP)
Le comité national des pêches maritimes a estimé dimanche que le gouvernement ne devait pas interdire la pêche au thon rouge pour se donner "une caution écologiste" et a averti que les pêcheurs sauraient "prendre leur responsabilité" si une telle décision était prise. "Après l'échec de Copenhague et le camouflet de la taxe carbone, l'interdiction du thon rouge, par son inscription à l'annexe 1 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d'extinction (Cites), ne doit pas être la caution écologique du gouvernement donnée aux ONG environnementalistes", affirme le comité dans un communiqué. Celui-ci dénonce "la pression exercée" par les écologistes, après la publication dans le Journal du Dimanche d'une tribune de la navigatrice Isabelle Autissier, récemment élue à la présidence du WWF-France. Mme Autissier demande au président Nicolas Sarkozy de prohiber le commerce du thon rouge, dont la survie est, selon elle, "menacée par le déploiement ces dernières décennies d'une pêche intensive basée sur le profit à court terme, répondant à une demande forte du marché japonais". Le comité estime, lui, que "les avis scientifiques, qu'il s'agisse de ceux de l'Institut de recherche pour le développement (IRD)…..

Thon rouge : non au commerce, oui à la pêche (France soir) : A quelques semaines de la conférence de Doha sur l’avenir du thon rouge, Bruno Le Maire veut interdire sa commercialisation. Le ministre de l’Agriculture s’est en effet déclaré favorable à une interdiction de la commercialisation du thon rouge, mais pas de sa pêche. « Je souhaite qu’effectivement nous prenions des décisions d’encadrement de la pêche, d’interdiction de la commercialisation, mais pas d’interdiction de la pêche », a-t-il déclaré sur France 2.

Les thons en danger sous les feux de la rampe (Robin des bois)
Les ONG attachées à la défense du thon rouge ne sont pas unanimes. La plupart ont affirmé pendant une décennie que la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA) était la seule instance compétente et décisionnaire pour le thon rouge....
Robin des Bois est favorable à l’option annexe 2. D’expérience, l’ONG considère que sur un marché aussi important que celui du thon rouge et dans un domaine aussi complexe que celui de la pêche, seules des avancées pas à pas sont productives à la différence des présentations dramaturgiques sur des prétendues réunions de la dernière chance. Il est demandé au gouvernement français et à l’Union Européenne de prendre des décisions réalistes et efficaces.

Aucun commentaire: