mercredi 10 juin 2009

Findus ne manque pas d’air pour rester durablement N°1 sur le marché du poisson pané !

Pouvez-vous imaginer un futur sans poissons ?

Certains prédisent une mer de méduses. Findus va encore plus loin… Une vache en pleine crise du lait…

Plus c’est gros, mieux ça passe !

Le leader du poisson pané et son célèbre Croustibat vont gagner durablement des parts de marché en France, avec cette publicité qui ne manque pas d’air.

Lisez cet article publié le 8 juin 2009 dans le blog « mon œil sur la planète »

Quand j’ai aperçu la campagne Findus sur un abribus hier, je me suis dit “ils ne sont pas gonflés ! Je vais faire un billet assassin sur mon blog !” J’ai cru à une campagne de provocation… et voilà qu’en faisant mon petit tour sur mes sites préférés je vois que l’excellent Mes Courses pour la Planète a déjà pris les devants pour expliquer la démarche durable engagée par Findus qui labellise MSC la plupart de ses poissons. Moi qui n’en achetais plus, je vais me laisser tenter par des Croustibat pour mes petits choux …

“Pour une marque de produits surgelés qui fait une bonne partie de son chiffre d’affaires sur le poisson, l’approche est assez gonflée : affirmant assez directement que “si rien n’est fait, les ressources marines sont purement et simplement vouées à disparaître” , Findus a imaginé, pour sa nouvelle campagne d’affichage sur cette vérité qui dérange, un futur sans poisson. Résultat : un visuel de pêcheur qui ne peut plus jeter son filet que sur… une vache !

En plein Grenelle de la Mer, cette campagne est une façon pour l’entreprise de contribuer à la prise de conscience et de réaffirmer son engagement pour le respect des ressources marines, avec un approvisionnement en produits de la mer 100% responsables….

C’est gagné...

Findus a convaincu un nouveau client pour acheter ses poissons panés, fabriqués à partir de filets congelés : colin d’Alaska, hoki de Nouvelle-Zélande, merlu blanc d’Afrique du Sud... tous des poissons "blancs" capturés aux quatre coins de la planète (pour quelle empreinte carbone et pour quelle quantité de rejets ?) et labellisés MSC dont Findus est le meilleur ambassadeur en France… Mais aussi du cabillaud de l'Atlantique depuis l’épuisement des stocks et l'augmentation des cours du colin d’Alaska !
Philippe FAVRELIERE

Autres articles :

Pour plus d'informations :

==============

Findus mise sur la pêche responsable

Avec 150 000 tonnes de poissons achetées chaque année, Findus est le premier acheteur européen de produits de la mer. Le 1er avril, l'entreprise a dévoilé son site dédié à la pêche responsable : Respect des ressources marines. Destiné au consommateur, ce site communique les indices de durabilité de neuf familles de poissons et lui apprend à décoder les indications des emballages. Source : La Tribune Via revue de presse de la CCI Côte d’Opale du 3 mai 2011.

==================

Guide UDA "Communication responsable des entreprises : pour une relation de confiance avec les consommateurs"

Guide UDA "Communication responsable des entreprises : pour une relation de confiance avec les consommateurs"

L’UDA, le développement durable et la communication responsable

Le Medef et l’UDA (Union Des Annonceurs) ont rédigé un guide pratique en commun "Communication responsable des entreprises : pour une relation de confiance avec les consommateurs". Qu’est-ce que la communication responsable ? Quels en sont les enjeux et bénéfices pour l’entreprise ? Quels sont les écueils à éviter ? Dans quel environnement juridique et déontologique se situe la communication des entreprises ? Quels sont les outils à la disposition de celles-ci pour progresser et gagner en efficacité ? Comment s’engager concrètement dans une telle démarche ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ce guide apporte des réponses simples, à l’intention des entreprises et organisations qui engagent une démarche de communication responsable, en s’appuyant sur les actions menées par l’UDA et sur son expertise en la matière. Loïc Armand, président de L’Oréal France, président de la commission Consommation du Medef et président de l’UDA, Gérard Noël, vice-président directeur général de l’UDA, et Valérie Martin, chef du service communication et information de l’ADEME, participaient à la table ronde de lancement du guide. Source : Cdurable

La communication responsable ?

La communication responsable est une communication qui tient compte des aspects environnementaux, sociaux et sociétaux des messages qu’elle diffuse, mais aussi des modes de transmission qu’elle utilise.

Ainsi, la communication responsable englobe deux aspects :

  • d’une part il s’agit de communiquer de manière responsable, y compris en tenant compte des récepteurs de la communication ;
  • d’autre part il s’agit de communiquer sur des thèmes responsables.

Elle vise à être socialement et écologiquement respectueuse, honnête et vérifiable. La publicité a de nos jours une très grande influence sur la société ; la communication responsable cherche à utiliser cette force à des fins positives dans une logique d’efficacité de l’entreprise.

La communication responsable n’est toutefois pas limitée à la publicité. Elle concerne toutes les formes de communication : produits/services ou corporate, interne ou externe, médias et hors médias, quels que soient les canaux utilisés, y compris l'ensemble des supports numériques (site internet, réseaux sociaux, blogs, publicité comportementale ou contextuelle, etc.)

Le développement de ce concept répond à de nouvelles attentes de la société civile. Alors que les parties prenantes sont entrées dans la recherche d’une « croissance durable », les consommateurs sont de plus en plus sensibles à ce mouvement.

On a parfois constaté un sentiment général d’insatisfaction concernant les méthodes traditionnelles de publicité : elles ont fait l’objet ces dernières années de nombreuses critiques, et les consommateurs expriment une certaine méfiance à leur égard.

La satisfaction des clients est la raison...

La satisfaction des clients est la raison d’être et la condition de pérennité des entreprises. Qui pourrait imaginer en effet une entreprise sans clients ? C’est pourquoi les entreprises s’engagent au quotidien pour assurer et développer la satisfaction des consommateurs, laquelle repose sur :

  • la qualité de l’offre de produits et services qui est la base de la satisfaction des consommateurs, source de valeur ajoutée et justification du prix ;
  • la qualité de la relation individuelle avec les consommateurs, qu’il s’agisse de communication, de fidélisation, de gestion de leurs données personnelles, de réponse à leurs questions ou de traitement des différends ;
  • la qualité du dialogue avec les parties prenantes de la consommation, associations de consommateurs en premier lieu, institutions françaises et européennes, médias...

Aujourd’hui, la satisfaction des consommateurs est donc un enjeu majeur pour les entreprises. Elle implique la confiance des clients dans l’entreprise et nécessite une logique de responsabilité. Cette responsabilité est plus que jamais nécessaire en matière de communication. C’est une opportunité pour l’entreprise qui s’inscrit dans une démarche de progrès et permet d’améliorer la qualité de ses communications en identifiant les moyens les plus justes pour gagner en efficacité.

Efficacité et responsabilité impliquent de ne pas tromper, de ne pas choquer et de ne pas nuire et sont les maîtres mots de l’action menée par l’Union des annonceurs (UDA). La communication responsable permet également de traduire l’engagement global de l’entreprise de manière concrète pour le consommateur. L’engagement des entreprises est croissant, comme en témoignent les résultats de la « Charte de l’UDA » pour une communication responsable.

Pour une plus grande efficacité et pour une meilleure confiance des consommateurs, les entreprises s’engagent plus encore et relèvent le défi de cette démarche de communication responsable.

Mais qu’est-ce que la communication responsable ? Quels en sont les bénéfices pour l’entreprise ? Dans quel environnement juridique l’entreprise doit-elle évoluer ? Quels sont les outils à sa disposition pour progresser et gagner en efficacité ?

Le « Guide communication responsable » que le Medef signe avec l'UDA présente ces enjeux et invite les entreprises à participer à cette démarche qui allie responsabilité et efficacité. S’appuyant sur les actions menées par l’UDA et sur son expertise, il participe à une dynamique de progrès des entreprises engagées pour la satisfaction des consommateurs.

Pour télécharger le guide, cliquer UDA

================

Revue de presse :

Le 22 mars 2010

Findus sera primé à l’European Business Awards for the Environment (Ane)
La Commission Européenne, a publié dans un communiqué daté du 12 mars 2010 la liste des 10 finalistes pour l’édition 2010 des European Business Awards for the Environment, pour son programme Respect des Ressources Marines
La Commission Européenne, a publié dans un communiqué daté du 12 mars 2010 la liste des 10 finalistes pour l’édition 2010 des European Business Awards for the Environment, pour son programme Respect des Ressources Marines.
A cet effet, le groupe FINDUS est la seule entreprise agroalimentaire à avoir été retenue par le jury parmi 141 candidats. En effet, FINDUS France est engagée depuis plusieurs années dans une politique de pêche responsable et durable avec son programme Respect des Ressources Marines…..

====================

Le 15 février 2011

Findus lance sa collection de printemps (e.marketing)

Findus innove en lançant de nouveaux produits. Des poissons ainsi que des galettes de pomme de terre. Le respect des ressources marines et les engagements nutritionnels sont à l'honneur.

Pour sa collection de printemps, Findus va commercialiser trois types de produits. Des galettes de pomme de terre, en premier lieu, en avril prochain, ainsi que des galettes “recette à l’Ancienne” (trois recettes) et une nouvelle gamme de poissons (en mars-avril). Suivront des poissons nature de Norvège (en mars, avec trois références : le dos de Cabillaud, de lieu noir et de saumon). 52,4 % des Français ont consommé du poisson nature en 2010 (source Kantar Total GMS). Le saumon, le cabillaud et le lieu noir sont les trois espèces préférées des Français (ils représentent les deux tiers des ventes).

Enfin, Findus innove avec la première offre de poisson cuisiné conditionné en quatre portions individuelles. Trois recettes sont proposées : tomate et basilic, crème et ciboulette, ainsi que beurre blanc.

La marque, avec le programme “Respect des ressources marines”, s'est engagée depuis 2002 pour une pêche et une consommation responsables. Findus annonce dès 2007 son engagement pour une pêche responsable sur 100 % de sa gamme de produits de la mer. Findus a reçu le Prix de la commission européenne (European Business Awards for the Environment) en juin 2010 pour son engagement en faveur du respect des ressources marines.....

==================

Le 3 mai 2011

Findus mise sur la pêche responsable (La Tribune)

Alors que s'ouvre à Bruxelles le salon international des produits de la mer, la pression sur les ressources n'a jamais été aussi forte.

Les chiffres sont têtus. La consommation mondiale de poisson atteint 115 à 120 millions de tonnes par an alors que le produit de la pêche plafonne à 95 millions de tonnes, malgré l'accroissement des flottes. Le solde provient donc de l'aquaculture, « qui est tout sauf une solution de substitution sans effet sur la pêche sauvage », souligne le directeur général de Findus France, Matthieu Lambeaux. C'est le 1er avril que la marque suédoise, vendue par Nestlé au fonds d'investissement EQT en 2000 et aujourd'hui propriété du fonds britannique CapVest, a dévoilé son site dédié à la pêche responsable, « respectdesressourcesmarines.com ». Destiné au consommateur, ce site communique les « indices de durabilité » de neuf familles de poissons (mis au point avec SFP - « Sustainable fisheries partnership ») et lui apprend à décoder les indications des emballages.

Surcoût

Mais la démarche de Findus est on ne peut plus sérieuse. Avec 150.000 tonnes de poissons achetées chaque année, la marque est le premier acheteur européen de produits de la mer. « La valeur de l'entreprise se trouve dans sa ressource », rappelle Matthieu Lambeaux. De quoi justifier la mise en place dès 2002 d'une politique d'achats responsables fondée sur dix principes et un outil d'évaluation de ses fournisseurs impliquant des audits internes et externes. Une part significative de ses produits est labellisée MSC (Marine Stewardship Council), le label international qui fait foi en matière de pêche responsable. L'objectif est fixé à 100 % pour 2012. Mais 10 % seulement des pêcheries sont labellisées dans le monde. Matthieu Lambeaux se félicite de l'avance acquise par Findus sur un sujet qui devrait connaître une réglementation de plus en plus stricte dans les prochaines années. L'Union européenne prévoit ainsi d'instaurer un système de quotas individuels fixant pour chaque navire de plus de 12 mètres une quantité maximale autorisée de poissons à pêcher. Ces quotas seraient échangeables entre pêcheries d'un même État.

Bien sûr, cette politique a un prix. « Passer d'achats opportunistes sur le marché à des achats négociés auprès de pêcheries sélectionnées entraîne un surcoût de 15 à 30 % », estime le directeur général. Un surcoût qu'il assure ne pas répercuter aux clients. Ces derniers sont 40 % à déclarer choisir Findus pour sa politique de pêche responsable, contre 17 % seulement en 2007. La marque espère d'ailleurs poursuivre sa conquête de part de marché dans un contexte de raréfaction de la ressource et d'arbitrage par le prix forcément favorable aux produits premium.

===============

Le 10 août 2011 : Moins de RTT pour se sauver durablement ?

11 millions d'euros investis : Findus reste à Boulogne (Semaine dans le boulonnais)

Les salariés ont consenti à rendre un tiers de leurs RTT, contribuant ainsi au sauvetage de leur entreprise.

L'usine, d'où sortent notamment les bâtonnets panés Croustibat, échappe à la délocalisation grâce à un investissement consenti par son propriétaire britannique, aidé des pouvoirs publics. 200 emplois sont préservés et d'autres seront créés

Voilà une bonne nouvelle pour le Boulonnais, et plus particulièrement pour le port : le fonds d'investissement britannique Lion Capital, propriétaire de Findus, a annoncé un investissement de 11 millions d'euros pour le site de production de Boulogne-sur-Mer.

Un accord syndical portant sur la réduction des RTT permet également d'assurer la pérennité d'une usine qui emploie 200 personnes sur le port de Boulogne.

« C'est une vieille histoire et une inquiétude qui prend fin », souffle Frédéric Cuvillier, président de la communauté d'agglomération du Boulonnais.

Cuvillier loue « le sens des responsabilités » des salariés La puissance politique a elle aussi été mise à contribution pour sauver le site de la délocalisation. La CAB, la Région et l'État ont été sollicités et vont répondre favorablement pour contribuer à hauteur de 15 % du plan d'investissement. Soit un peu plus de 1,5 million d'euros.

Ce n'est pas la première fois que la CAB, via sa compétence développement économique, et la Région, apportent leur aide à des sociétés dans l'expectative.

Le jeu en vaut la chandelle, à entendre Frédéric Cuvillier, rappelant que Findus entend, à terme, créer « 30 à 50 emplois supplémentaires à Boulogne ».

Dans une interview au Figaro, Matthieu Lambeaux, Pdg de Findus France se réjouit de l'accord boulonnais : « Nous avons montré que dans une région industrielle avec 25 % de chômage, nous étions capables, en respectant la législation sociale, d'améliorer notre efficacité. » Car c'est bien de productivité et de rentabilité dont il s'agit. Souvent comparé à l'autre usine du groupe, près de Newcastle, le site de Boulogne affichait, en sa défaveur, des coûts de production plus élevés que sa voisine britannique.

La société, qui produit notamment les bâtonnets de poisson panés Croustibat et transforme le merlu, le colin et le cabillaud, prévoit une augmentation de sa production de 25 % provenant de ses chaînes boulonnaises (environ 20 000 tonnes actuellement).

« Findus joue aussi sur la crédibilité de son site boulonnais, notamment sur la réglementation européenne », se réjouit Frédéric Cuvillier, qui a rencontré le patron international de Findus à l'Assemblée nationale.

Pour l'élu socialiste boulonnais, « la bonne nouvelle » résulte aussi « du sens des responsabilités » dont ont fait preuve les salariés, en acceptant de rogner sur un tiers de leurs RTT. Tout comme sur les temps de pause.

« Les dirigeants de Findus France ont pu présenter à leur direction un accord signé par les forces syndicales et cela a eu un poids certain pour peser dans la balance », indique Frédéric Cuvillier.

L'usine a été créée voilà près de 50 ans. Elle appartenait au groupe Nestlé, avant d'être rachetée par Lion capital en 2006.

L'investissement de 11 millions d'euros permettra d'écrire une nouvelle page de Findus à Boulogne-sur-Mer.

===================

Le 29 août 2011

Findus, le poisson responsable tient la barre (Mes courses pour la planète)

La célèbre marque de poisson carré, que dénonçait Coluche, confirme le fait que sa démarche éco-responsable est tout aussi carrée. Findus, pionnière dans une démarche de pêche responsable, s’engage depuis 2002 à préserver les stocks de poissons et l’écosystème aquatique et est l’un des principaux promoteurs du label MSC en France. En 2009, la marque avait mis les pieds dans le plat en lançant une campagne publicitaire qui imaginait un futur sans poisson ! Findus confirme son engagement en créant le site Respectdesressourcesmarines.com où elle fait la promotion des 10 principes pour un approvisionnement responsable et le respect des ressources marines. Cette charte a été élaborée en partenariat avec le Marine Stewardship Council (MSC) le programme de certification et d’éco-labellisation qui reconnaît et valorise la pêche durable. Aujourd’hui le MSC labellise désormais une quarantaine de produits Findus, et vient de certifier, dans un tout autre genre, les homards du Cotentin et de Jersey… une bonne nouvelle pour les gourmets ! Hélas, une grande partie des poissons présents sur les étals n’est pas labellisée, Findus a donc mis en ligne un guide pour aider les consommateurs à décrypter les emballages de poisson.

Aucun commentaire: