lundi 30 mai 2011

Fukushima : Pêcher illégalement est un crime ! Déverser des eaux radioactives ?

Pêcher illégalement est un crime (*)… Déverser des eaux radioactives en mer ?

Depuis le séisme/tsunami du 11 mars 2011, la centrale nucléaire de Fukushima Daïchi rejette délibérément ses eaux radioactives en mer. Début mai 2011, le ministère des Sciences du Japon a relevé des niveaux de radioactivité plusieurs centaines de fois supérieurs à la normale sur une bande côtière de 300 kilomètres au large de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi…

Pour plus de renseignements sur la pêche illégale, cliquer Ici

Alors que de plus en plus d’espèces marines sont contaminées et des dizaines de communautés de pêcheurs sont touchées, Tepco, l’opérateur électrique, continue à déverser impunément tous ses rejets radioactifs en mer !!!

Radioactivité anormalement élevée sur une bande côtière de 300 km !

Des niveaux de radioactivité plusieurs centaines de fois supérieurs à la normale ont été relevés début mai sur une bande de 300 kilomètres de fonds marins au large de la centrale accidentée de Fukushima, a rapporté samedi l'agence Kyodo, citant le ministre des Sciences. Celui-ci a annoncé vendredi soir que des matières hautement radioactives avaient été détectées sur un axe nord-sud allant des préfectures de Miyagi à Chiba et mis en garde contre une possible contamination de la faune marine. Une contamination du lit de la mer avec de l'iode 131 et du césium 137 a été relevée en douze points, situés de 15 à 50 kilomètres du bord de mer entre les 9 et 14 mai, a-t-il précisé. AFP : Japon: radioactivité hautement anormale dans le lit marin près de Fukushima

Le Ministère des Sciences du Japon vient de contredire les litanies désespérantes du chef de cabinet quant au fait que les produits de la mer soient propres à la consommation. En effet, ce Ministère a commandité une analyse des sols marins sur une bande côtière de 300 km de Kesennuma City, dans la préfecture de Miyagi, à Choshi City, dans la Préfecture de Chiba. Tout d’abord, il faut préciser que la même étude réalisée en 2009 mit en valeur l’absence totale de césium 137 et la présence de césium 134 à hauteur de 1 becquerel/kilo de sol. L’analyse réalisée entre le 9 et le 14 mai a mis en exergue des niveaux de contamination radioactive plusieurs centaines de fois au-dessus de la norme. Les échantillons de sédiments marins furent prélevés sur 12 sites situés de 15 à 50 km de la côte. Tous les échantillons de sédiments étaient radioactifs et la plus forte contamination se trouvait à 30 km des côtes face à la centrale de Fukushima et à 126 mètres de profondeur: le césium 134 était à 260 becquerels/kilogramme et le césium 137 était à 320 becquerels/kilogramme. Aucune analyse n’a été commanditée eu égard à la présence de strontium, de plutonium, etc. Source : Realinfos

(*) La pêche illégale est un crime. Quand la criminalité ignore les frontières, la loi devrait l’imiter. Gunnar Stølsvik, chef du groupe norvégien consultatif national contre la pêche INN, fait valoir que la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (convention CTO) constitue un outil pouvant faciliter les enquêtes criminelles sur la pêche illégale…. cfp-reformwatch : «La pêche illégale ignore les frontières – la loi doit en faire autant»

Autres articles :

=================

Le 11 juin 2011

La non signature des traités nucléaires est préjudiciable au Japon | The Japan Times Online

Non signataire de trois traités internationaux sur l'indemnisation des accidents nucléaires, le Japon s'expose au risque de poursuites judiciaires coûteuses.

Aux termes des trois traités, les affaires de dommages résultant d'accidents nucléaires doivent être traitées par les tribunaux du pays où les accidents sont survenus. Deux des trois traités également établissent une indication approximative de ce que l'indemnité maximale peut être.

Parce que le Japon n'a pas signé l'un d'eux, Tokyo Electric Power Co. et la nation elle-même sont susceptibles de devoir verser une quantité illimitée de dommages et intérêts contre la fuite de rayonnement atmosphérique et océanique de la centrale de Fukushima si, par exemple, les pêcheurs en Russie ou de la Chine poursuivent dans les tribunaux de district de leur pays. Source : Scoop.it ./ Unsigned treaties up Japan's nuke suit risk

==============

Le 16 juillet 2011

Jean-Paul Jaud revient de Fukushima : "c’est simple, j’ai filmé un crime" (Midi Libre)

Le réalisateur de "Nos enfants nous accuseront" était à Saint-Julien-de-Peyrolas hier.

Pourquoi êtes-vous à Saint-Julien ce soir ? Ici, vous êtes en première loge du risque nucléaire. J’aurais dû prendre ma caméra : belle vue sur la centrale de Tricastin !

Le nucléaire, c’est votre combat ? Je reviens de Fukushima. C’est simple, j’ai filmé un crime. Un paysan m’a dit : "l’homme a créé un monstre, le monstre s’est mis en colère et on ne s’est pas arrêté à la colère du monstre".

Un documentaire sortira début 2012. C’est aussi l’un des messages de Sevren, la figure centrale de mon dernier documentaire, "La Voix de nos enfants", projeté ce soir (hier) à Saint-Julien....

Aucun commentaire: