lundi 22 décembre 2008

Soyons des consom'acteurs, choisissons les produits de la mer issus de la pêche et de l'aquaculture locales

Pour les fêtes de fin d’année, soyons des consom’acteurs en choisissant des huîtres, des coquilles Saint-Jacques, des langoustines, des poissons frais et entiers issus de la pêche et de l’aquaculture locales.

La vraie problématique du "consom’acteur" n’est pas tant de manger " bio " que de changer sa façon de consommer pour qu’elle soit la moins gaspilleuse d’énergie et de ressources naturelles et pour qu'elle reconnaisse le travail de toutes ces femmes et de tous ces hommes de la mer qui valorisent les richesses halieutiques de toutes nos côtes de l'hexagone (à l'image de cet ostréiculteur et de cette ostréicultrice de Marennes-Oléron).

Un exemple éloquant : le saumon... bio
Une grande surface de La Rochelle vend pour les fêtes du saumon bio origine Ecosse à moins de 8 euros le kilo. A côté sur le même étal, le bar dont l’écusson fixé à l’ouïe atteste une pêche à la ligne par des pêcheurs de La Côtinière (Oléron), est à un prix de 19 euros le kilo, le maigre un autre poisson « sauvage » d’excellente qualité est à 9,50 euros le kilo.
La majorité des consommateurs se tournent irrésistiblement vers le saumon d’autant plus que le saumon ordinaire origine Ecosse ou Norvège est vendu au prix imbattable de 4,90 euros le kilo !!!
Questionnant le vendeur sur l’origine exacte du saumon bio, il se retourne vers son chef qui me répond qu’il n’en sait rien…

Choisissons plutôt des poissons et des coquillages produits localement
comme les huîtres, les coquilles Saint-Jacques, les langoustines, les poissons sauvages et autres produits de la pêche côtière

Tous ces produits s'achètent dans les rayons "poissonnerie" des grandes surfaces, dans les poissonneries, sur les marchés et même directement auprès des pêcheurs et des conchyliculteurs (pour les huîtres). Ils représentent toute la richesse et toute la variété des produits de la mer issus de nos différentes régions de pêche :
  • Huîtres de Normandie, Bretagne, Vendée, Marennes-Oléron, Arcachon, Bouzigues,...
  • Coquilles Saint-Jacques de Saint Brieuc, Baie de Seine, Pertuis charentais,...
  • Langoustines vivantes de Bretagne, Oléron (La Côtinière),...
  • Bar de ligne, maigre, merlu,...

Pour choisir les poissons, l'Ofimer (office national interprofessionnel des produits de la mer) a établi une liste de poissons en fonction de la saison et des ports de pêche : Tableau des saisonnalités

En choisissant des produits de la mer frais ou vivants pour le repas de Noël, le consommateur participe au maintien des activités de pêche et d'aquaculture traditionnelles artisanales et familiales.

Par ailleurs, ces produits frais et entiers ont une empreinte écologique très faible par rapport aux poissons d'élevage . Voir Tableau "Empreinte Ecologique."
Et il est de plus en plus admis que les élevages d'espèces carnivores (saumon, bar, dorade, turbot,...) contribuent à la surexploitation des ressources halieutiques et à l'insécurité alimentaire au niveau mondial. Voir l'étude : Forage Fish : From Ecosystems to Markets

Bonnes Fêtes et à l'année prochaine

Philippe FAVRELIERE

Autres sources : Mangez des saint-jacques pour diminuer votre empreinte carbone !!!

Le blog Fat Knowledge nous explique que l’empreinte carbone de la saint-jacques est 100 moins élevée que celle du thon.

Aucun commentaire: