mardi 13 septembre 2011

Au Danemark, ils sont devenus les Barons de la pêche !

Au Danemark, ils sont devenus les Barons de la pêche depuis la mise en place des quotas individuels transférables (Qit).

Le Danemark a « privatisé » sa ressource pélagique en 2003. A partir de cette année-là, les pêcheurs artisanaux ont été « rachetés » par une poignée de grandes entreprises appelées « Barons des quotas » par la presse danoise.

Selon les estimations du journal Jyllands-Posten, huit navires appartenant à ces Barons représentent un quart de la valeur des débarquements de poisson du pays, et ces huit bateaux détiennent des quotas de pêche d’une valeur de 644 millions d’euros !

Pour plus d’explications : Good times for Danish ‘quota barons’

Sur la photo, le chalutier "Isafold" de 67 m détient des quotas de pêche d'une valeur de 130 millions d'euros soit le prix de deux Airbus A320 !

Autres articles :

Pour aller plus loin....

Le 18 décembre 2011

« La pêche côtière au Danemark est sur le point de disparaître »

L’article de Mogens Schou sur les concessions de pêche transférables [CFP Reformwatch, 03/11/2011] a suscité un débat. Des commentaires danois accusent Mogens Schou d’avoir mis en avant les aspects négatifs du système danois des CPT.

Kurt Bertelsen Christensen, ancien pêcheur et ex-président de la Société danoise Pour une mer vivante, cite un rapport de la Commission sur la pêche côtière concluant que « la pêche côtière au Danemark est en train d’être quasiment éliminée sous le régime actuel ». Il poursui : « une collectivité danoise côtière possédant 20 bateaux de pêche n’avait aucune -ou très peu- dette avant l’introduction des droits transférables. Maintenant sa dette s’élève à 13,5 millions d’€. » Toujours selon Kurt Bertelsen Christensen, les partis politiques qui ont fait leur entrée cette année dans le nouveau gouvernement danois ont voté, en 2005, contre l’accord portant sur les CPT.

Hanne Winter, biologiste marine à Greenpeace Danemark, souligne qu’au Danemark le droit de pêche, octroyé sous la forme d’une fraction de quota, a été fixé exclusivement d’après les prises historiques des navires. «Aucun autre critère n’a été utilisé, tels l’impact global des bateaux sur l’environnement, la création de richesse pour l’entreprise, le respect de la réglementation dans le passé, les espèces cibles, le problème des prises accessoires ou encore l’impact sur les espèces menacées etc. La conséquence en est une flotte subsistante susceptible d’être rentable pour très peu de personnes, mais dont la valeur est faible pour la société, » écrit-elle…. Suite et source : CFP Reformwatch

Aucun commentaire: