mardi 16 novembre 2010

Pêche communautaire : Danemark, le modèle à suivre ?

Les pêcheries danoises sont souvent prises comme exemple dans l'Europe Bleue. En ce jour du 16 novembre 2010, un armement danois va une nouvelle fois expliquer les avantages du système des quotas individuels transférables (QIT), lors d’une conférence de la Commission sur la réforme de la Politique commune de la pêche : "Un autre avenir pour la pêche".

Dans le programme de la conférence (cliquer Ici)

Projet 2 : Quotas individuels transférables - Une réponse à la surcapacité de la flotte ?

Afin de réduire la surcapacité et de rendre le secteur de la pêche plus rentable, le Danemark a introduit en 2003 des quotas individuels transférables dans le secteur pélagique et un système de quotas partagés par bateau dans le secteur démersal en 2007.

Les résultats de la mise en œuvre de ces systèmes sera présenté par M. Henrik Amdisen - Consultant en pêche - Gestionnaire de la société Hanstholm Pool - et M. Allan Vestergaard - propriétaire d'un navire impliqué dans cette initiative.

Pourtant, le voisin suédois ne semble pas tout-à-fait de cet avis....

Guerre de la morue entre la Suède et le Danemark

"Ici, la Suède mène la guerre contre les pirates de la pêche danois" : dans une longue enquête, le journal suédois, Göteborgs-Posten, accuse des chalutiers danois de violer l’interdiction de pêcher dans certaines eaux de la mer du Nord, décidée par l’UE en 2009 pour protéger la morue, une espèce quasiment disparue dans cette zone. Le quotidien explique que depuis l’interdiction, les garde-côtes suédois ont repéré dans les eaux territoriales suédoises 70 bateaux "pirates", dont 16 ont été signalés aux autorités. "On ne pêche pas dans les eaux interdites", a rétorqué le porte-parole des pêcheurs danois. On tient à protéger la morue comme tout le monde". Source : Presseurop

Greenpeace Sweden « capture » des navires danois en pêche illégale

Au mois d'août 2010, Greenpeace Suède avait déclaré être en possession de toutes les preuves que des bateaux danois pratiquaient une pêche illégale «systématique», «intensive» et «continue» dans une zone protégée du Kattegat, une zone interdite à la pêche. Le 1er Janvier 2009, la Suède et le Danemark s'étaient mis d'accord pour fermer une partie du Kattegat à toutes les pêcheries, et pour imposer des restrictions dans trois autres zones afin de protéger les stocks de cabillaud gravement menacés dans cette région. Dans un éditorial du quotidien Göteborgs-Posten, deux représentants de Greenpeace Suède ont affirmé avoir des preuves vidéo concernant trois navires danois, ainsi que des données de surveillance électronique indiquant clairement que deux autres navires chalutaient dans la zone interdite. Source : Greenpeace catches Danish vessels fishing illegally (Fis)

Autres articles :

Pour aller plus loin....
  • Commentaire de René-Pierre Chever, secrétaire du CLPM Le Guilvinec : L’arbre qui cache la forêt (CLPM Le Guilvinec) - En français nous disons volontiers « L’arbre qui cache la forêt ». Cela signifie avoir les yeux tellement proches d’une question, souvent mineure, qu’on ne voit pas le vrai problème. Le Comité Consultatif Régional Sud-Ouest fait bien son travail, de l’avis général il est plutôt exemplaire, mais sans doute comme dans les autres CCRs, l’ordre du jour est tellement chargé, tellement technique, que les discussions de fond ne peuvent avoir lieu. L’ordre du jour pléthorique cache la question centrale de la future Politique Commune des Pêches (PCP). Comment faire autrement sur une seule journée de travail ? Or, les discussions de fond sur la PCP 2012 se tiennent ailleurs. Elles se déroulent souvent directement entre Madame Damanaki, Commissaire européenne à la pêche, ou ses services et des Organisations Non Gouvernementales (ONGs) comme en témoigne son dernier discours le 16 novembre 2010 à Bruxelles….. Suite…
    Lire le discours de Maria Damanaki : Walls or windmills (Les murs ou les moulins à vent) Cliquer Ici
  • « La pêche côtière au Danemark est sur le point de disparaître »

    L’article de Mogens Schou sur les concessions de pêche transférables [CFP Reformwatch, 03/11/2011] a suscité un débat. Des commentaires danois accusent Mogens Schou d’avoir mis en avant les aspects négatifs du système danois des CPT.

    Kurt Bertelsen Christensen, ancien pêcheur et ex-président de la Société danoise Pour une mer vivante, cite un rapport de la Commission sur la pêche côtière concluant que « la pêche côtière au Danemark est en train d’être quasiment éliminée sous le régime actuel ». Il poursui : « une collectivité danoise côtière possédant 20 bateaux de pêche n’avait aucune -ou très peu- dette avant l’introduction des droits transférables. Maintenant sa dette s’élève à 13,5 millions d’€. » Toujours selon Kurt Bertelsen Christensen, les partis politiques qui ont fait leur entrée cette année dans le nouveau gouvernement danois ont voté, en 2005, contre l’accord portant sur les CPT.

    Hanne Winter, biologiste marine à Greenpeace Danemark, souligne qu’au Danemark le droit de pêche, octroyé sous la forme d’une fraction de quota, a été fixé exclusivement d’après les prises historiques des navires. «Aucun autre critère n’a été utilisé, tels l’impact global des bateaux sur l’environnement, la création de richesse pour l’entreprise, le respect de la réglementation dans le passé, les espèces cibles, le problème des prises accessoires ou encore l’impact sur les espèces menacées etc. La conséquence en est une flotte subsistante susceptible d’être rentable pour très peu de personnes, mais dont la valeur est faible pour la société, » écrit-elle…. Suite et source : CFP Reformwatch

Aucun commentaire: