jeudi 22 avril 2010

Royaume-Uni : Coalition de pêcheurs face aux Aires Marines Protégées

Les pêcheurs français s’interrogent sur la création d'AMP, de Parcs marins et autre Natura 2000 en mer (1). Il est en de même de l’autre côté de la Manche. Les organisations de pêcheurs britanniques viennent de créer la Coalition Pêche AMP (MPA Fishing Coalition). En se regroupant, le secteur des pêches pense être mieux entendu des autorités londoniennes notamment dans la désignation des zones marines protégées et dans la mise en place des mesures de gestion.

Depuis son lancement à Westminster il y a quatre semaines, la Coalition AMP a reçu le soutien d’un grand nombre d’organisations professionnelles de la pêche britanniques depuis le Cornwall au Sud jusqu’à l’archipel des Shetland au Nord…. Et même au-delà depuis l’adhésion d’une organisation de pêcheurs hollandaise (VisNed) dont les membres sont préoccupés par l'impact des aires marines protégées sur le fonctionnement de leurs navires dans les eaux britanniques.

La Coalition AMP qui a déjà rencontré des responsables du Ministère de l’Environnement (Defra) et de l’agence Natural England, n’admet pas toute cette opacité autour du processus de création des aires marines protégées. Face à l’empressement des autorités et au manque de concertation, les pêcheurs soulèvent plusieurs préoccupations :
  1. Le calendrier de création des aires marines protégées. Cadence accélérée et manque de participation des parties prenantes n’aboutiront pas à des mesures adéquates pour le secteur de la pêche.
  2. Le déplacement de la flottille. L’interdiction de la pêche dans certaines zones va entrainer le déplacement de la flottille de pêche.
  3. Les incertitudes dans les données. Lacunes énormes dans les critères utilisés pour l’établissement des AMP et concepts de base incompréhensibles. La Coalition tient à ce que ces incertitudes soient traitées de manière rationnelle et proportionnée.
  4. L’information des pêcheurs. Beaucoup de données sont strictement confidentielles et professionnellement sensibles ; elles ne peuvent tomber entre les mains de n’importe qui. La Coalition a souligné que la confiance est la clé pour obtenir des informations cartographiques de la part des pêcheurs.
D'après un article : Marine Protected Areas coalition builds widespread support (Fishnewseu)

Pour plus d’informations : MPA Fishing Coalition, c/o NFFO, 30 Monkgate, York, YO31 7PF. Toute contribution au fonds de lutte contre doit être adressée à la Coalition de pêche MPA, c / o NFFO, 30 Monkgate, York, YO31 7PF

Autres Articles :

(1) Boulogne - Les pêcheurs craignent d'être les grands perdants (Voix du Nord)

S'il est une profession inquiète de voir se mettre en place un parc naturel marin au large, ce sont bien les artisans pêcheurs. Hier matin, Jean-Marie Wacogne, patron pêcheur étaplois en retraite, et Marc Perrault, président du comité local des pêches, étaient à la réunion. « La crainte, reconnaît ce dernier joint dans l'après-midi, c'est qu'on nous interdise purement et simplement de venir pêcher au large, dans le périmètre du parc marin. Le souci, c'est qu'on est contraint parfois d'y venir car le poisson y est et qu'il se vend bien. » Les promesses de l'État de ne pas sanctuariser la zone et de ne pas entraver l'activité économique, Marc Perrault n'y croit pas trop. Il pointe aussi la contradiction de la démarche : « on nous demande de limiter nos consommations de gasoil avec des moteurs moins puissants, des chaluts spéciaux, et là, avec ce parc marin, on risque de devoir aller pêcher très loin à vingt heures de Boulogne, donc de consommer davantage. » Avant de conclure : « la pêche a déjà suffisamment de contraintes pour qu'on lui en rajoute une ».....

Boulogne - Parc naturel marin : gérer et protéger des espèces « sans entraver le développement » (Voix du Nord)

Le projet de création d'un Parc naturel marin est entré dans une phase de consultation des différentes parties prenantes (associations environnementales, experts scientifiques, pêcheurs, chasseurs...) pour déterminer son périmètre. Hier à Wimereux, à la Maison de la recherche en environnement naturel, un groupe de travail s'est réuni. Le point avec Dominique Godefroy, son président, également directeur de l'Ifremer.
Pourquoi créer un parc naturel marin ?.- C'est une volonté de l'État de créer un parc naturel marin au niveau des estuaires de la Somme, la Canche, l'Authie et la Liane. Deux grands parcs existent actuellement, celui d'Iroise (en Bretagne) et un parc outre-mer. Celui de la Manche serait le troisième. Le but est d'arriver à 10 parcs naturels marins en France d'ici 2012. Il s'agit de suivre ces zones en terme de protection et de gestion du milieu marin et naturel. Ces parcs seraient en fait le pendant pour le littoral des parcs naturels régionaux ou nationaux.....

==== 20 août 2010 ====

Londres va classer 15 sites marins (jdle)

Le Royaume-Uni veut mieux protéger ses mers. En créant 15 nouvelles zones maritimes protégées, ce qui portera leur nombre à 200 dans tout le pays.

Le gouvernement a annoncé, le 20 août, avoir soumis ces sites à la Commission européenne en vue de leur incorporation dans le réseau Natura 2000. Si ces « nominations » sont acceptées, les zones protégées doubleront au Royaume-Uni, et représenteront alors 4 % des mers nationales. Treize d’entre elles devraient être classées « Zones spéciales de conservation » (SACs selon l’acronyme anglais)......

Les sites « protègeront les habitats où la vie marine se développe : récifs, grottes sous-marines, bancs de sable », précise le communiqué du ministère de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (Defra pour l’acronyme anglais)….. Côté budget, un porte-parole du Defra a annoncé que le coût du classement de ces sites est évalué à 4 millions de livres (4,8 millions d’euros). Ensuite, il faudra débourser 1,3 millions £ (1,5 millions €) chaque année pour assurer leur surveillance et leur gestion par l’Organisation de gestion marine (MMO).

==== 26 mai 2011 ====

Réserves marines : « Trop, c’est trop » selon les pêcheurs britanniques !

Alors que les gouvernements écossais et britannique ont programmé un réseau très dense d’aires marines protégées autour du Royaume-Uni, les pêcheurs montent au créneau avec « MPA Fishing Coalition », la coalition de la pêche sur les aires marines protégées.

Communiqué de l’organisation professionnelle NFFO : “MPA Coalition warns that MCZ Process has reached “Critical Stage” “Time for the Industry to pull together”

Les pêcheurs britanniques ne croient pas du tout que les réserves marines vont leur profiter. Au contraire, elles annoncent la fin de leurs métiers… Ils se mettent en opposition à toutes les annonces qui vantent les mérites des AMP comme celle-ci :

Ecosse : les réserves marines profitent à la biodiversité comme aux pêcheurs

En Ecosse, la mise en place d’une réserve maritime en 2008 a vu le retour de nombreuses espèces d’algues favorisant la biodiversité et de pétoncles, espèce proche de la coquille Saint-Jacques à forte valeur commerciale. Cette réserve a pour objectif de permettre aux écosystème naturels de se reconstituer en y interdisant toute activité de pêche ou d’extraction.

Publiés dans la revue Marine Biology, les résultats montrent qu’à l’intérieur de la réserve, l’abondance de pétoncle est beaucoup plus importante qu’autour, les individus y étant également plus gros et plus âgés. Au fur et à mesure que les stocks se forment dans les réserves, les pétoncles colonisent les zones aux alentours où la pêche est autorisée, créant ainsi une nouvelle ressource pour les pêcheurs.

Ces résultats qui illustrent les liens positifs entre protection de la biodiversité et économie, confortent les gouvernements écossais et britanniques qui ont récemment décidé la mise en place d’un réseau d’aires marines protégées autour du Royaume-Uni. Source : Gondwana

==== 7 septembre 2011 ====

Aires Marines Protégées dans les eaux écossaises

Perrine Ducloy, chargée de mission au Comité National des Pêches Maritimes porte à la connaissance des Comités locaux et des pêcheurs l’état d’avancement du dossier Aires Marines Protégées (AMP) en Ecosse. Plusieurs armements finistériens sont directement concernés.

A l’image du processus mené par le Royaume-Uni depuis l’an dernier sur la désignation des Marine Conservation Zones, l’Ecosse a entamé une démarche similaire pour répondre à ses engagements internationaux en matière d’AMP, avec une échéance fin 2012. Les sites ne sont toutefois pas proposés par les acteurs mais par les instances gouvernementales écossaises, puis mises en discussion avec les parties prenantes. A l’instar de ce qui a été fait pour les MCZ, une liste d’habitats et d’espèces devant être protégés par le réseau a été élaborée (à partir des listes OSPAR ou de la stratégie écossaise pour la biodiversité).

L’approche pour la sélection des sites est également différente. Après avoir identifié les zones de présence des habitats et espèces visés (qui a fait l’objet d’un premier groupe de travail en mars), ces zones ont été hiérarchisées principalement selon deux critères :

  • Il est préférable de sélectionner des sites abritant plusieurs habitats ou espèces plutôt qu’un(e) seul(e),
  • Il est préférable de sélectionner des zones peu impactées plutôt que des zones très modifiées par les activités humaines.

==== 8 septembre 2011 ====

7 septembre 2011 : Annonce du paquet "AMP" (MCZ in english)

Dans cet article du Journal de l’Environnementsur le programme des Aires Marines Protégées en Angleterre et au Pays de Galles, les pêcheurs n’existent déjà plus !

127 aires de protection marines pour les Britanniques, qui dit mieux ?

Une liste de 127 aires de protection marines a été proposée par le gouvernement britannique pour en faire des réserves naturelles.

Le périmètre autour de l’île de Wight, au sud de l’Angleterre, celui de l’archipel des Scilly, la plupart des estuaires, les îlots de la côte est, tout comme les coraux, les bancs de sables, tous ces sites entrent dans la liste.

La zone qualifiée de zone de conservation marine (MCZ, selon l’acronyme en anglais) s’étend au total sur une superficie de 37.000 km2, soit le double de la superficie du Pays de Galles. Près de la moitié des sites se situent sur la côte sud-ouest du Royaume-Uni et en Manche. Les Gallois et les Ecossais devraient, à leur tour, publier leur liste d’ici la fin de l’année.

L’un des porte-parole du projet MCZ explique à ce sujet: «Ces aires permettront de protéger à la fois la vie sauvage, les habitats, la géologie et la géomorphologie.» Le projet a abouti grâce à la réalisation de 2.500 entretiens et l’organisation de 155 réunions dans ce qui a été qualifié de «parlement du peuple».

Cependant, parmi les 127 sites proposés, seuls 20 seront «hautement protégés»: toute exploitation par l’industrie y serra bannie. Environ la moitié des aires listées contiendront, à l’intérieur de leur zone, une partie «hautement protégée». L’industrie pétrolière, celle de l’éolien et les extracteurs de sable n’obtiendront qu’un accès limité à ces zones. Enfin, seul 2% recevront une protection totale.

Les environnementalistes admettent avoir dû faire quelques concessions aux industriels pour obtenir un consensus sur le nom des 127 zones protégées. Il faut dire que le Royaume-Uni est la patrie de l’éolien offshore et qu’en 2011 pas moins de 101 éoliennes ont été installées au large des côtes britanniques. Et 937 sont en cours d’installation. Selon l’association de protection marine (MCS selon l’acronyme en anglais), «nous étions désolés de devoir abandonner aux industriels des sites comme Farmborough-Helgoland, les falaises de craie du nord du Norfolk et les îles Farne». Petite compensation pour les écologistes, d’autres sites remarquables, comme les aiguilles de l’île de Wight, ont été sélectionnés.

Le 08 septembre 2011 par Geneviève De Lacour

Pour plus d'informations sur "The Marine Conservation Zone Project", cliquer Defra

La coalition des pêcheurs contre les Aires Marines Protégées "New Industry Body formed to Fight MPA Issue", cliquer NFFO

=================

En Cornouailles, les pêcheurs anglais perdent 20% de leur territoire

Pour plus de détails sur le blog "Through the gaps" : Cornish fishermen to lose 20% to Marine Conservation.

Les pêcheurs anglais souhaitent avoir des précisions sur les zones sanctuarisées... Ces zones concernent aussi les pêcheurs français qui ont des droits historiques de pêche...

Voir les deux cartes du sud-est de l'Angleterre avec le détail des aires marines protégées délimitées (An interactive online version of the areas is available from the MCZ Mapping Site)

MCA offshore areas covered by Finding Sanctuary

Aucun commentaire: