vendredi 11 septembre 2009

Pêcheurs et conchyliculteurs, tous ensemble, tous ensemble…

D’un côté, le Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins, de l’autre, le Comité National de la Conchyliculture. Deux organisations pour deux métiers de plus en plus proches. CNPEM pour les marins-pêcheurs (et les pisciculteurs en mer). CNC pour les conchyliculteurs ou tout éleveur de coquillages.

Au moment de la réforme des organisations professionnelles, nous pouvons nous interroger sur le clivage structurel qui existe encore entre les deux principaux métiers de la mer en France.

Deux métiers de plus en plus proches….

Pouvez-vous me dire la différence entre un ostréiculteur de la baie de Quiberon et un pêcheur de Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc ? Le premier est concessionnaire, le deuxième est licencié. Le premier gère personnellement son stock d’huîtres, le second gère en commun un stock de Saint-Jacques. Tous les deux ensemencent leurs parcelles de naissains d’huîtres ou de coquilles. Quelques mois plus tard, ils récoltent à la drague les coquillages à taille marchande....

Pour les non convaincus : Ces deux métiers sont bien plus proches qu’un pêcheur-ligneur de bar et un éleveur de bar qui dépendent pourtant tous les deux du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins.

Depuis la fin des années 1980, la conchyliculture a tendance à se déployer plus au large. Champs de filières de moules et d’huîtres dans les pertuis charentais, au large des étangs languedociens, autour des îles bretonnes. Dans le même temps, la pêche se recroqueville sur ses territoires côtiers après le déclin de la pêche au large, maintenant de la pêche hauturière. Dans la majorité des ports, la pêche n’existe qu’à travers ces métiers côtiers en termes d’emplois, de volume et de qualité des captures. Ces ports de pêche seront utilisés de plus en plus par les conchyliculteurs du large à l’image de Chef de baie à La Rochelle où les débarquements de moules de filières sont probablement supérieurs à ceux de toute la pêche.

…. Qui doivent s’unir face aux enjeux futurs

Le Grenelle de la Mer a au moins permis aux pêcheurs et aux conchyliculteurs de jauger les intérêts et les forces qui gravitent autour du domaine maritime.

Enjeux de l’espace : Projets touristiques, marinas et ports de plaisance, pêche sportive, parcs éoliens et hydroliens,…

Enjeux environnementaux : Réserves avec Natura 2000, lutte contre les pollutions d’origine terrestre, les enjeux vis-à-vis de l’eau douce (quantité et qualité),…

Mais en plus :

Enjeux de l’aquaculture industrielle

Enjeux commerciaux : Place des produits locaux face aux importations, certification d’origine, vente directe,…

La solidarité des gens de mer n’est plus à démontrer, elle doit se formaliser par un rapprochement des structures professionnelles. Au Royaume-Uni, les petits métiers, coquille Saint Jacques, langoustine, crevette, crabe sont associés avec les conchyliculteurs dans Shellfish Association of Great Britain.
Philippe Favrelière

Autres articles :

Aucun commentaire: