jeudi 9 octobre 2008

Moratoire à la salmoniculture chilienne

Le Chili est le deuxième producteur mondial de saumon d’élevage, talonnant la Norvège, pays pionnier dans cet élevage. Bien que le saumon ne soit pas une espèce endémique de l’hémisphère Sud, le Chili présente des caractéristiques géographiques et océanographiques idéales pour le développement salmonicole.


Les multinationales de la salmoniculture (comme les sociétés norvégiennes Marine Harvest et CERMAQ), et de la pêche (comme le groupe espagnol Pescanova) ont très vite compris l’intérêt d’investir au Chili. Près de 2500 km de côtes quasiment vierges, main d’œuvre bon marché et abondance de farine et d’huile de poisson (le Chili est le 2ième producteur minotier après le Pérou). Profitant du système libéral en vigueur dans ce pays, ces sociétés misent sur l’avenir prometteur du saumon, en demandant des centaines d’hectares de concessions d’élevage sur tout le littoral de la Pantagonie chilienne. Devant l’avancée irrésistible de la salmoniculture vers le Sud, la population de la région la plus australe de Magallanes s’inquiète et n’est pas prête à accepter une activité aussi polluante dans une zone qui aspire à devenir un « centre mondial pour le tourisme d’excellence ». Le nombre des demandes de licences dans cette zone dépasse celui des licences octroyé actuellement dans tout le pays (1083 contre 1041). En 2008, les organisations touristiques associées aux groupements de la pêche artisanale ont demandé au gouvernement chilien d’établir un moratoire à la salmoniculture. Par ailleurs l’économiste Vera Guisti de l’Université du Chili, explique que les indicateurs socio-économiques de cette région sont meilleurs que partout ailleurs dans le pays, et qu’elle n’a pas besoin de cette industrie caractérisée par son dumping social. En mai 2008, la multinationale norvégienne CERMAQ est passée devant le tribunal permanent des peuples de Lima pour atteintes aux droits du travail et de l’environnement.

Situation comparative entre des ouvriers chiliens et norvégiens
travaillant dans le même groupe salmonicole en 2002


Les impacts négatifs de la salmoniculture touchent aussi les pays du Nord, notamment en Colombie Britannique (Canada) où l’élevage de saumon est devenu une affaire d’Etat. Les associations environnementalistes associées au lobbying des pêcheurs de saumon « sauvage » demandent un moratoire à la salmoniculture en mer. Le groupe de pression « pure salmon campaign » propose que les élevages de saumon soient réalisés dans des bassins en circuit fermé.
Philippe FAVRELIERE


Position de la CONAPACH (Confédération Nationale de la Pêche Arrtisanale du Chili) par rapport au développement de la salmoniculture (document en espagnol) : LA LEY FLASH PARA LA INDUSTRIA SALMONERA

Aucun commentaire: