Sus à la basse et moyenne montagne !


Les Monts d'Arrée en Bretagne sont trop petits pour recevoir tous les bretons, victimes du changement climatique.... Avec l'élévation du niveau de la mer, les gens de la côte assureront leurs arrières en migrant plus loin au cœur de la France profonde ! Vers les régions de basse et moyenne montagne !

Est-ce-que les habitants du Limousin, du Perche, de Bourgogne et d'Auvergne vont accepter l'arrivée de tous ces réfugiés climatiques ?.. Les populations de ces régions rurales en ont gros sur le coeur ; elles sont les laissés-pour-compte de la société française, frappées de plein fouet par les déséquilibres territoriaux au niveau national... Alors que ces populations paupérisées et déshéritées contribuent très peu au changement climatique...

Les deux cartes "Exposition des populations aux risques climatiques" et "Typologie de la vulnérabilité des territoires aux risques climatiques"  illustrent le niveau d’exposition de la population de France métropolitaine et des territoires ultramarins aux risques naturels (inondations, feux de forêts, tempêtes, avalanches et mouvements de terrain) pour l'année 2016. Sachant que ces risques sont susceptibles d’augmenter avec le changement climatique : « plus la densité de population est forte et plus le nombre de risques naturels identifié par commune est élevé, plus l’indice est fort. »


Une analyse des données statistiques montre que 18 % des communes françaises métropolitaines sont fortement ou très fortement exposées aux risques climatiques, 11 % des communes connaissent un risque moyen et 52 % un risque faible ou très faible. A l’échelle régionale, les régions les plus concernées sont les territoires ultramarins avec une exposition forte pour plus de 90 % de leurs communes : Mayotte (100 %), Guadeloupe (97 %), Martinique (94 %) et La Réunion (92 %). La situation insulaire en zone tropicale entraîne une très forte exposition aux aléas d’origine météorologique (cyclones et tempêtes). Pour la métropole, les régions les plus exposées sont la Bretagne (46 %), PACA (44 %) et l'Ile-de-France (40 %). Si en Ile-de-France c'est avant tout la densité de population qui prime, en revanche en PACA et en Bretagne la densité élevée de population est renforcée par un nombre élevé de communes pour lesquelles au moins 3 risques climatiques sont identifiés.

Mode d'emploi

Afin de décrire l'état du climat et ses impacts sur l'ensemble du territoire français, l’ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique) s’est doté d’indicateurs. Un indicateur est une information, associée à un phénomène, permettant d’en indiquer l’évolution dans le temps, de façon objective. Cet indicateur rend compte de l’exposition des populations aux risques climatiques depuis 1982. Un indice est calculé pour chaque commune. Il croise des données relatives à la densité de population de cette commune et au nombre de risques naturels prévisibles recensés dans la même commune (inondations, feux de forêts, tempêtes, avalanches et mouvements de terrain).

Pour le moment, l’ONERC ne donne pas d'identication sur la propension des régions de basse et moyenne montagne, zones épargnées par le changement climatique, à recevoir les millions de réfugiés sur leurs terres !

Philippe Favrelière


Pour plus d'informations :

Impacts du changement climatique : Santé et Société

Risques climatiques : six Français sur dix sont d’ores et déjà concernés

La vulnérabilité des communes aux risques climatiques : note de méthode pour le calcul et la classification typologique, CGDD/SDES, janvier 2020, 32 p


Fiche indicateur Exposition des populations aux risques climatiques (PDF - 759.48 Ko)
«Le risque climatique, c’est la combinaison d’un événement naturel lié au climat (inondation, avalanche, tempête, feu de forêt, mouvement de terrain) et de la présence d’enjeux (population, industrie, patrimoine...).»


Commentaires

Cyprienne Gueu a dit…
Je m'appelle Cyprienne Gueu, j'ai reçu un diagnostic de VIH en 2015 et depuis lors, ma vie a été bouleversée. J'ai même infecté mon mari avec le virus, jusqu'à ce que je lise le témoignage d'une femme sur un guérisseur qui utilise des herbes pour soigner des maladies comme le VIH, les verrues génitales, l'herpès, l'hépatite, le cancer du sein, et bien d'autres. Et elle a laissé tomber son courriel, que j'avais l'habitude de contacter et lui a parlé de mon problème, il m'a assuré qu'il pouvait me guérir et m'a dit tout ce que je devais faire, après quoi il m'a envoyé des herbes médicinales à Montréal, où je résidait avec mon mari au Canada. Il a dit à mon mari et moi de prendre les médicaments pendant 3 semaines, ce que nous avons fait religieusement. Maintenant, nous sommes complètement guéris, nous sommes maintenant séronégatifs. Même la semaine dernière, nous avons recommencé un test et tout a été négatif, grâce au guérisseur Dr'Water qui nous a sauvé la vie. Et je conseillerai n'importe lequel d'entre vous qui a besoin d'aide sur ce virus mortel ou si vous souhaitez renforcer votre système immunitaire contre COVID-19, contactez Dr'Water via son email: DRWATERHIVCURECENTRE@GMAIL.COM ou Whatsapp: +2349050205019
Il peut également guérir le cancer, l'hépatite, l'herpès, le VPH, les maladies coronariennes ou toute maladie. je crois qu'il peut aussi vous aider, merci. Si vous voulez toujours me demander quoi que ce soit, écrivez-moi Cypriennegueu81@gmail.com