mercredi 2 février 2011

Petits pélagiques : Regroupement stratégique des forces norvégiennes sur l'Atlantique

Petits pélagiques : Regroupement stratégique des forces norvégiennes sur l'Atlantique

Les grandes manœuvres autour de la pêche se poursuivent en Atlantique nord-est… Maquereau, hareng, chinchard, merlan bleu, tacaud et capelan pèsent près de 4 millions de tonnes dans les captures de l'Atlantique du nord-est.

En Norvège, deux géants de la pêche, Norway Pelagic et Austevoll Seafood ASA, regroupent leurs forces pour exploiter les ressources en petits pélagiques de l’Atlantique nord-est. Austevoll Seafood ASA dont la pêche minotière représente l’activité principale, cède sa branche européenne des pélagiques pour la consommation humaine à Norway Pelagic.

Il ne s’agit pas d’une fusion-acquisition comme à Boulogne et à Saint-Malo où les forces islando-néerlandaises viennent de prendre le contrôle de deux armements français, Euronor et Compagnie des Pêches Saint-Malo, deux bastions français en atlantique nord-est.

Il s’agirait plutôt d’un regroupement stratégique des forces norvégiennes pour le contrôle de la manne pélagique de l’Atlantique nord. La société Austevoll Seafood ASA n’est pas dépouillée, elle apporte uniquement son contribution en poisson (estimée à 120 millions d’euros et un pied à terre dans l'Union Européenne avec la cession des parts de Shetland Catch Ltd.) à Norway Pelagic afin que le leader mondial des petits pélagiques pour la consommation humaine directe conforte sa première place (avec plus de 500.000 tonnes d'exportation chaque année) face à la concurrence des autres pays européens sur ce marché en pleine expansion…. Pour plus d’informations sur le regroupement : Austevoll, Norway Pelagic to merge operations (Seafoodsource)

Austevoll Seafood ASA, la grande soeur de Norway Pelagic

Créé en 1981, Austevoll Seafood ASA fait partie des tout premiers armements de pêche dans le monde. Cette société intervient principalement en Atlantique nord-est et en Pacifique sud-est (Pérou, Chili). Sa spécialité les petits pélagiques (anchois, sardines et chinchards) pour l’industrie minotière. La farine et l'huile de poisson sont produites par trois filiales à savoir Austral ASA au Pérou, Foodcorp SA au Chili et Welcon AS en Norvège. Mais aussi des petits pélagiques pour l’alimentation humaine en conserve et congelé… A la fin des années 2000, la société s’est impliquée dans l’élevage de saumon. En Norvège, Austevoll Seafood ASA est le principal actionnaire de Leroy Seafood Group (LSG). Avec 112 licences d'élevage du saumon, Austevoll Seafood ASA se classe parmi les plus grands producteurs de saumon dans le monde. Tous les produits sont vendus par l'intermédiaire de saumon LSG, qui détient une grande partie de marché français pour le saumon de Norvège.

Austevoll Seafood ASA en chiffres :

  • 600.000 à 700.000 tonnes de petits pélagiques par 37 bateaux de pêche
  • 120.000 à 130.000 tonnes de saumon d’élevage

Créé en 2007, Norway Pelagic est devenu en moins de 3 ans le leader mondial des petits pélagiques pour la consommation humaine directe en exportant chaque année plus de 400.000 tonnes de maquereau, hareng, chinchard, capelan, merlan bleu, tacaud, lançon,…. Avec l'apport d'Austevoll ASA, Norway Pelagic détient 50% des quotas de petits pélagiques norvégiens.

Norway Pelagic - Total des exportations (en valeur) :

  • Le Japon : 35% (principalement maquereau)
  • La Russie : 25% (principalement hareng)
  • UE : 7%

L’actionnaire majoritaire d’Austevoll Seafood ASA est LACO A/S, une holding norvégienne impliquée dans les activités maritimes (transport, pêche et aquaculture). Né en 2007 de l’association de plusieurs armements norvégiens, Norway Pelagic est une société norvégienne dont l’actionnaire principale est Austevoll Seafood ASA.

Autres articles :

=============

Le 3 mai 2011

Les petits pélagiques ne sont pas à l’abri de la surpêche….

Beaucoup de conseillers expliquent que manger des espèces de poisson placées au début de la chaine alimentaire comme la sardine ou l’anchois, permet de lutter contre la surpêche… Or, contre toutes attentes, une étude étatsunienne (1) démontre que les stocks de petits pélagiques auraient tendances à s’effondrer partout dans le monde.

Comprendre quelles sont les espèces les plus vulnérables aux activités humaines est une condition préalable à l’élaboration de stratégies de protection efficaces. Des études sur les espèces terrestres ont suggéré que les espèces de grande taille et les grands prédateurs sont les plus vulnérables, et il est communément admis que de tels motifs s'appliquent également dans l'océan. Cependant, il n'y a pas eu d’études globales confirmant cette hypothèse pour la mer.

Une équipe de chercheurs étatsuniens (1) a analysé deux ensembles de données de la pêche (Evaluation des stocks et débarquements) pour déterminer les grandes lignes historiques de la vie des espèces qui ont connu un effondrement dramatique de leur population. Contrairement aux attentes, les résultats suggèrent que deux fois plus de pêcheries de petits pélagiques, des espèces à faible niveau trophique, se sont effondrées comparées aux pêcheries des grands prédateurs. Ces conclusions contrastent avec ceux sur la terre, ce qui suggère des différences fondamentales dans la façon dont la pêche industrielle et la conversion des terres affectent les communautés sauvages.

En effet, l'effondrement même temporaire de petits pélagiques, des poissons à faible niveau trophique dans les écosystèmes marins, peut avoir des répercussions très importantes en réduisant l'approvisionnement alimentaire des plus gros poissons, des oiseaux et des mammifères marins.

(1) Unexpected patterns of fisheries collapse in the world's oceans de Malin L. Pinskya, Olaf P. Jensenb, Daniel Ricardc, and Stephen R. Palumbia (Hopkins Marine Station, Department of Biology, Stanford University, Pacific Grove, CA 93950; Institute of Marine and Coastal Sciences,Rutgers University, New Brunswick, NJ 08901; and Department of Biological Sciences,Dalhousie University, Halifax, NS, Canada B3H 4J1Pour plus d'informations, cliquer Ici

Photographie de pêcheurs brésiliens (Pêche de la sardine à Itajaï -Brésil)

Aucun commentaire: