samedi 4 avril 2009

Marennes-Oléron : L’Huître Pédagogique défend les marais de la Seudre

A Mornac-sur-Seudre, l’association «Huître Pédagogique» en partenariat avec «Seudre et Mer» organise régulièrement des journées de travail et de découverte dans les marais de la Seudre, le berceau de l’Huître de Claires.


L’Huître Pédagogique regroupe des pêcheurs, ostréiculteurs, agriculteurs et toutes autres personnes, amoureux de ces espaces littoraux charentais que sont les marais salés de la Seudre, le berceau des huîtres de claires et « Pousse en claires ».

Lors de la journée du « Printemps de Seudre », organisée à Mornac le 28 mars 2009, l’association a approfondi la connaissance du milieu par une pratique d’entretien du marais. Compte-rendu de Paul Ghézi dans Sud-Ouest :

Transmettre les savoir-faire

Première démonstration : la poursuite d'un chantier de construction d'une claire à huître sous la conduite de Jean Bondarneau, ostréiculteur chevronné. Le maniement d'un ancien outil de base du marais a été effectué, tour à tour, par Jean-Claude Lebrun, Guillaume Martin, Jacques Biais et Raymond Theneau et ce pour le plaisir de tous. Les visiteurs ont pu apprécier les gestes du métier pour obtenir un bon niveau et une parfaite étanchéité de la claire. Autant de conditions nécessaires, même aujourd'hui, avec l'utilisation d'engins modernes.

Deuxième démonstration : entretien des claires avec rouablage et douage

À travers ces démonstrations, on retrouve les pratiques ancestrales depuis la fin du XVIIe siècle, époque des huîtriers (précurseurs des ostréiculteurs), lorsque les claires se sont développées sur les rives de la Seudre.

Après le milieu, ses produits : les différentes phases du travail des huîtres ont été passées en revue, toujours gestes à l'appui, tel le détroquage des « naissains » par les mains expertes de Jany Lebrun. Commentaires et réponses aux nombreuses questions étaient assurés par Alain Bertin, professionnel à la compétence bien connue, ainsi que par Jean Bondarneau excellent pédagogue.

L'identification de l'huître

Un repas en commun agrémenté, bien sûr, de fruits de mer, a précédé les débats de l'après-midi qui ont porté sur le rôle du marais pour la biodiversité et le respect de sa qualité. Après une présentation de Roger Cougot sur les enjeux du bassin de la Seudre - enjeux biologiques, économiques et culturels - l'accent a été mis sur la fameuse IGP (l'identification géographique protégée) que vient d'obtenir au niveau européen l'huître de Marennes-Oléron.

L'intervention d'Alain Bertin qui a vécu les débuts de la démarche de qualité pour Marennes-Oléron, a permis de bien situer les tenants et aboutissants de l'IGP.

La marque Marennes-Oléron, mise en place en 1973, sous la présidence de Pierre Grolleau, ostréiculteur de Mornac, s'est trouvée confrontée à une nécessaire évolution du fait des règles de l'Union européenne.

D'une application générale pour tous, on est passé aujourd'hui à une adhésion volontaire dans le cadre d'un groupement qualité qui compte environ 300 adhérents, permettant d'utiliser le label Marennes-Oléron.

Préserver le milieu

Cette obtention de l'IGP dont Marennes-Oléron est aujourd'hui le seul bassin ostréicole à en bénéficier, met en relief l'importance des claires. Voilà qui correspond à la fois à une vocation ici très ancienne et à l'attrait aujourd'hui de plus en plus vif pour les produits de terroir authentiques. En corollaire s'inscrit la nécessité de préserver le milieu, sans pour autant le figer, et d'en maintenir le potentiel pour l'avenir. Ces aspects ont été également abordés par la rencontre du printemps de Seudre à travers la qualité et le partage des eaux douces et la bonne tenue des endigages (on dit, ici, des taillées) protégeant les marais et les risques d'inondation. En effet, le bassin de la Seudre est une des zones sensibles de la Côte charentaise. Et comme on le fait au fond du bassin d'Arcachon, anticiper les risques de montée des niveaux des océans va s'avérer nécessaire pour les communes riveraines.

Autres articles :
Pour plus d'informations :
Image Google Earth : vue sur les marais de la Seudre et ses claires à Mornac sur Seudre

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Train des Mouettes : Pique-nique nocturne à bord du train

Durant ces soirées, des anecdotes historiques sont contées au public entre Saujon et Mornac.

Source : Sud Ouest (22 juillet 2013)

Chaque mardi soir de juillet et d’août, un parcours ferroviaire et une visite insolite de village vont permettre à tous de découvrir les paysages de Saujon et Mornac. Cette animation particulière et estivale est organisée en partenariat avec le Train des Mouettes et l’association L’Huître pédagogique, et ce en deux phases. Après le départ de Saujon à 19 h 30, le trajet comporte deux arrêts permettant aux passagers de pique-niquer à bord du train, chacun apportant son panier. Tout au long du parcours, l’animation est assurée par Piqthiu, le patoisant saintongeais, qui sait exprimer ses succulentes histoires en « parler local » mais toujours accessibles à tous.

À l’arrivée en gare de Mornac, entre 21 heures et 23 heures, c’est à une évocation de la vie de ce « village de pierres et d’eau » que sont conviés les voyageurs par le ou les animateurs et guides de L’Huître pédagogique.

Le quartier arabe de Mornac

« En effet, au-delà des pierres, en remontant ici à l’époque des Mérovingiens, l’eau salée a toujours été source de vie à Mornac », assure Roger Cougot, de L’Huître pédagogique. On y trouve le trafic maritime, les pêches, le sel, les élevages de poissons et le travail sur les trois huîtres. Anecdotes et faits historiques sont également évoqués, tout en parcourant le labyrinthe des ruelles du quartier arabe de Mornac. Ce qui ajoute à l’insolite une visite hors du commun. Autant d’aspects qui alimenteront les conversations de retour vers Saujon dans la nuit, et toujours en compagnie de l’ami Piqthiu.

Pratique. Pique-nique de nuit à bord du train des Mouettes, chaque mardi de juillet et août, au départ de la gare touristique de Saujon, à 19 h 30. Entrée : 15 euros par adulte et 4 euros par enfant (pique-nique non fourni). Réservations au 05 46 05 37 64 et sur traindesmouettes@orange.fr.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Archive de l'INA : C'est à voir....

En 1970, l'ostréiculture du bassin de Marennes-Oléron connaissait beaucoup de problèmes avec l'huître portugaise "maladive"...

1970, c'est l'année des grandes mutations dans l'ostréiculture charentaise :
  • introduction de l'huître japonaise plus poussante,
  • passage à l'élevage sur table,
  • mécanisation...
  • Et l'éternel Professeur Daste et sa navicule bleue dans le laboratoire du Château d'Oléron...
Marennes : Les huîtres

Poitou Charentes actualités - 29/12/1970 - 10min48s - Si problème de chargement, cliquer Ina


Sur l'ile d'Oléron, le bassin de Marennes connait une forte activité ostréicole qui s'étend sur plusieurs kilomètres. En effet, la production d'huîtres dans cette région est très importante, le chiffre d'affaire croit et la consommation augmente. Cependant, les ostréiculteurs connaissent de plus en plus de difficultés qui aboutissent à une perte de leur production. Des solutions scientifiques sont alors envisagées: un bassin biologique a été mis en place pour étudier le verdissement de l'huitre ainsi qu'un laboratoire de biologie ostréicole et marine, à Poitiers, a été ouvert. Ce centre effectue des recherches sur le plancton dont l'huître se nourrit. Aussi, l'évolution ostréicole se veut industrielle et les cultivateurs doivent adapter leur structure à cette évolution.

Production : Office national de radiodiffusion télévision française Poitiers
Journaliste : Renaud, Edgard

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Mornac-sur-Seudre : A la découverte des marais

Mornac / Charente-Maritime

Le jeudi 9 août 2012

l'association Le Phare et l'Huître pédagogique proposent d'emmener les visiteurs dans les marais salants de Mornac-sur-Seudre illuminés par le soleil couchant de l'estuaire. L'histoire de ce milieu fragile est contée par Roger Cougot, doyen du domaine ostréicole.

Un véritable voyage à travers le temps grâce aux poèmes de toutes époques. Le public pourra déguster des huîtres cultivées dans les claires, relevées d'un vin blanc. Au retour, à la nuit tombée, la promenade permet à tous d'admirer les étoiles et de découvrir les mythes s'y rapportant avec Jean-Baptiste Hayreaud, président de l'association Le Phare et fin connaisseur d'astronomie. Source : Sud Ouest

Pour ceux qui souhaiteraient participer cette la balade d'août, programmée le jeudi 9, le rendez-vous est fixé, à 20 h 30, sur le port de Mornac-sur-Seudre.

Réservation conseillée à l'office de tourisme de Saujon au 05 46 02 83 77.


L'association L'Huître Pédagogique de Mornac propose, au mois d'août, des animations pour les vacanciers et les promeneurs. En voici le programme :
  • Samedi 4 août : journée de l'huître sur le port, démonstrations, avec ateliers ouverts au public, dragage traditionnel des huîtres à la voile et aux avirons.
  • Jeudi 9 août : en partenariat avec le phare de Saujon, sortie nocturne dans le marais : balade, faune, flore, poèmes avec guitare, saveurs etc. S'inscrire à l'office de tourisme de Saujon (tél. 05 46 02 83 77), tarif : 3,50 € adultes (enfants jusqu'à 12 ans, gratuit).
  • Des sorties
  • En partenariat avec le Train des Mouettes, tous les mardis soir de juillet et août, sortie pique-nique, au départ de Saujon, à 19 h 30, avec arrêts dîner dans la campagne, arrivée à Mornac vers 21 heures et visite du village avec l'association.
  • Du 1er au 31 août : exposition estivale sur la vie du Marais, dans le patio derrière la salle du port à Mornac : maquette représentant une portion du marais, un marais salant, des claires, un moulin à marée et des jeux.
Renseignements sur le site Huître Pédagogique

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 5 juillet 2012

Les Vanuatuans regardent les charentais faire des huîtres

Les vanuatans sont des iliens vivant au Vanuatu, un archipel voisin de la Nouvelle-Calédonie (Pacifique Sud)
Ils nous livrent cette : Histoires d’Huitres
Un film réalisé par les stagiaires du Centre Culturel de Vanuatu. Dans le cadre de la formation initié par le Festival du cinéma des Pays du Pacifique Sud à Rochefort en 2011.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Informations complémentaires :

Chantal Jouanno installe le groupe national sur les zones humides

Chantal Jouanno installe le groupe national sur les zones humides. Le travail du groupe national sur les zones humides doit permettre d’arrêter la Stratégie nationale en faveur des zones humides pour les trois ans à venir, estime la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Chantal Jouanno.

Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, installera le groupe national sur les zones humides, sur le modèle du Grenelle de l’Environnement, le lundi 6 avril 2009 au Ministère de l’écologie de l’énergie du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDDAT).

Le 2 février 2009, lors de la journée mondiale des zones humides, Chantal Jouanno avait annoncé la relance de la politique nationale en faveur des zones humides. A cette occasion, elle avait décidé de constituer un groupe national sur les zones humides fondé sur le modèle de gouvernance à 5 du Grenelle de l’Environnement.

Ce groupe national sur les zones humides sera chargé de faire un bilan des dispositions de gestion durable. Les propositions concernant des mesures incitant à la préservation et à la restauration des zones humides (milieux remarquables qui présentent de nombreuses fonctionnalités environnementales, expansion des crues, biodiversité et épuration des eaux) sont également attendues. (Source : Actualités News Environnement du 4 avril 2009)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 31 octobre 2009

Le président Cougot au Forum des associations.
 
Le bassin de la Seudre à la recherche d'une cohérence : les valeurs du bassin de la Seudre maritime sont de plus en plus reconnues mais la gestion de cette zone humide salée, la plus grande de la façade atlantique, a besoin de cohérence.
 
Voilà, pour l'essentiel, ce qui a émergé cette année, des Rencontres d'automne de l'association l'Huître pédagogique tenues à Mornac, dernièrement, et suivies par son assemblée générale.

Suite aux démonstrations le matin sur le marais pour faire mieux comprendre les réalités du terrain - maîtrise de l'eau, entretien du milieu, travail de l'huître - les débats de l'après-midi ont réuni une palette d'intervenants compétents et très écoutés : professionnels de l'ostréiculture, pêcheurs en mer, pêcheurs et gestionnaires en eau douce et spécialistes de l'aménagement. Si une réelle convergence s'est manifestée à travers leurs propos, restent les moyens à mettre en oeuvre et, côté structures, les choix à faire pour arriver, à terme, à une certaine gouvernance globale sur le marais de la Seudre pour assurer le « pilotage » d'une gestion concertée.
 
« En bref, comme le soulignait le président Roger Cougot, il y a beaucoup à faire mais, aujourd'hui, les lignes bougent au positif ! » Auteur : P. G.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 30 décembre 2009

Mornac-sur-Seudre : L'Huître pédagogique poursuit son action (Sud-Ouest)
L'Huître pédagogique a fêté ses 25 ans cette année.
 
Contribuer, par la pratique, à la mise en valeur culturelle d'un patrimoine côtier vivant et à respecter, tel est l'esprit qui anime l'association L'Huître pédagogique qui a fêté, cette année, son 25e anniversaire.....

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 26 janvier 2010

Relever les éléments du petit patrimoine sur le marais et faire l'état des lieux environnementaux pour les « taillées » (les digues) : tel est le double aspect d'un projet d'inventaire sur le bassin de la Seudre proposé par L'Huître pédagogique et validé par son assemblée générale.
 
Les deux aspects patrimonial et environnemental sont pris en compte en même temps.
 
Il s'agit de répertorier tous les éléments du petit patrimoine sur le marais. Par exemple : les anciennes « varagnes » (les vannes de maîtrise de l'eau), les moulins à marée, les bornes de halage, les cabanes caractéristiques, les abris de pierres (dit « cabirottes »), les anciennes « graves » (cales rudimentaires de descente dans les chenaux), les restes de sites portuaires...
 
Parallèlement, le linéaire des « taillées de ceinture » (les digues principales) est relevé et l'état des lieux observé.

Huit communes concernées
 
La première étape de cet inventaire va concerner huit communes : Saujon, L'Éguille, Le Gua, Nieulle-sur-Seudre, Saint-Sulpice-de-Royan, Mornac-sur-Seudre, Breuillet et Chaillevette.
 
Les premières observations ont été faites sur le territoire de la commune de Mornac (plus de 20 km de digues). Il s'agit de dresser un état des lieux (ce qui pourrait, parfois, conduire à des restaurations) et de sensibiliser le public et les collectivités aux valeurs du marais et à son potentiel pour l'avenir. Les sorties d'observations sur le terrain pourront permettre à tout un chacun, une meilleure connaissance du marais dans sa diversité.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 29 janvier 2009

C'est la troisième fois que cette cabane, créée et gérée par l'Huître pédagogique, est détruite par le feu.
Roger Roux découvre l'étendue des dégâts.
 
Où s'arrêtera la bêtise humaine ? Roger Roux se posait hier la question. Membre du bureau de l'association l'Huître pédagogique, lui-même président de Seudre et Mer, il a découvert hier les restes calcinés de la cabane de saunier reconstituée par les bénévoles dans le marais de Mornac-sur-Seudre, au lieu-dit Téger.
Reconstituée est le mot. Cet édifice, reproduisant un élément du patrimoine des marais de la Seudre, a été incendié pour la troisième fois.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 18 mars 2010

Nécessité de l'entretien du milieu et cohérence dans sa gestion sont deux aspects qui prennent aujourd'hui un relief tout particulier pour le marais de Seudre. Ils seront évoqués à travers visite, démonstration et débat lors de la journée du Printemps de Seudre, organisée ce samedi 20 mars, à Mornac, par l'association l'Huître pédagogique.
 
Le marais de Seudre, zone humide salée de 12 000 hectares, fait partie sur le littoral charentais des espaces côtiers fragiles. Les dégâts de la tempête de février viennent, hélas, de le démontrer une nouvelle fois, dix ans après l'ouragan de 1999. Voilà qui pose la délicate question de l'entretien, voire de la restauration des « taillées », des digues qui caractérisent ici ce milieu conquis sur les anciennes vasières de Seudre, depuis plus d'un millénaire. La première mention écrite des marais salants de Mornac remonte en effet à l'an 1095 !....

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 8 avril 2010

Chaque printemps, les pieds dans la vase, c'est le rythme du travail saisonnier pour l'entretien traditionnel des claires à huîtres sur les deux sites de démonstrations à Mornac.
 
Les claires sont asséchées, nettoyées et rouablées (on dit aussi limées), une action qui consiste à pousser le sédiment du sol sur les côtés à l'aide du « rouable » (perche munie d'un crochet) , puis c'est l'essartage, la coupe de la végétation sur les abotteaux (les digues). Enfin, lorsque le sédiment est assez ferme, on pratique le douage, c'est l'extraction de la vase et son utilisation pour compenser l'érosion des abotteaux et les renforcer.
 
Ensuite, la claire restera à sec assez longtemps pour que l'exposition au soleil détruise les compétiteurs de l'huître et favorise la fertilité du sol. On dit faire parer la claire.
 
Quels que soient les outils utilisés - anciens pour les démonstrations traditionnelles ou modernes dans l'ostréiculture d'aujourd'hui -, la productivité en phytoplancton et donc la qualité des huîtres mises en claire dépendra de cet entretien

Travaux pratiques sur la fragilité du marais (Sud-Ouest)
 
Faire face à la fragilité du milieu et à la nécessité de son entretien, tel a été, cette année, le thème de la Journée du Printemps de Seudre organisée par l'Huître pédagogique, le week-end dernier, à Mornac.
 
La rencontre a débuté par des démonstrations autour du travail des huîtres. Guillaume Martin, Yann Barrau, Jacques Biais, Jean-Claude Lebrun et Raymond Thenaud étaient là pour démontrer aux visiteurs, gestes à l'appui et outils en main, la nécessité d'un bon entretien du milieu. Puis, Paul Rocher a présenté un reportage photographique qui sera l'objet d'une prochaine exposition à Mornac.
 
Le commerce ostréicole
 
De son côté, Jany Lebrun a expliqué « le détrocage » (1), tandis que les différentes phases de l'activité ostréicole étaient expliquées par Alain Bertin.....

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 15 mai 2010

Renouer avec la tradition ancestrale des anciennes pêcheries, et faire comprendre la nécessité aujourd'hui d'un entretien du marais, était l'esprit d'une démonstration de travail sur un marais à poissons de Mornac organisée, samedi dernier, par l'association l'Huître pédagogique.
 
Profitant d'une fenêtre météo favorable, une équipe animée par Jean-Claude Lebrun, Guillaume Martin, Yann Barreau et Roger Cougot s'est livrée au travail traditionnel, devant un public très intéressé par ces démonstrations hors du commun
 
En même temps, l'accent était mis sur l'impérieuse nécessité d'un entretien des « taillées » (digues), dont la tempête de février a montré la fragilité. Pour ce faire, l'association a insisté sur le besoin d'une structure de gestion solidaire, telle une association syndicale de marais.
 
Aujourd'hui, nombreux sont les marais à poissons abandonnés, par absence de rentabilité, et qui demeurent sans entretien. Leur rôle dans la biodiversité du milieu garde pourtant son importance et certaines zones, en attente de réhabilitation, pourraient à nouveau jouer un rôle dans l'équilibre hydraulique du bassin de la Seudre.
 
Toutes ces questions sérieuses n'ont pas altéré la bonne humeur qui a régné tout au long de cette journée pédagogique, placée sous le signe de l'amitié.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 22 juillet 2010


L'Huître pédagogique de Mornac et le Phare de Saujon se sont associés pour organiser, le 13 juillet, une sortie nocturne dans le marais salé. 60 participants ont assisté au coucher du soleil avant de goûter à la douceur de la nuit. Tout en cheminant le long des sentiers des eaux, les animateurs de la visite, Gisèle et Paul Rocher, Guillaume Martin, Jean-Baptiste Heyraud et Roger Cougot, ont fait partager l'histoire et la vie du milieu marin. Des démonstrations de travail ont suivi sur le site de Téger. Le plus insolite a été le lancer de mottes de vase par Guillaume Martin. En passant le long des claires, les organisateurs ont aussi présenté l'ostréiculture et les difficultés actuelles de la profession. Note poétique....


Les bénévoles de l'association L'Huître pédagogique, lors de la construction d'une cabane de saunier. Cette année, deux balades nocturnes sont organisées dans le marais de Seudre par l'association l'Huître pédagogique, soutenue par l'association Le Phare de Saujon. Par ces promenades « au grand air », les bénévoles souhaitent valoriser le Pays Seudre, qui possède un milieu côtier très particulier. Ces sorties de nuit, d'une durée de deux heures, permettront au public de mieux appréhender la vie du marais, la faune et la flore, mais aussi le patrimoine ostréicole.

Roger Cougot et son équipe, passionnés par ce milieu caractéristique, commenteront le parcours. Ils s'attacheront à faire partager les savoir-faire d'antan et sensibiliser le public au devenir du milieu ostréicole. Les sens en éveil, les visiteurs découvriront d'étonnants effets phosphorescents, ainsi que la voûte étoilée qui se reflète dans le miroir des eaux… Pour cette sortie, il est recommandé de se munir d'un vêtement de pluie, d'un parapluie, d'une paire de bottes et d'une lampe électrique.

Pratique : sortie nocturne dans le marais de Seudre, le mardi 13 juillet et jeudi 19 août dès 21 heures. Rendez-vous au port de Mornac-sur-Seudre. Entrée fixée à 3,50 € par adulte, gratuit pour les moins de 10 ans. Réservation conseillée à l'Office de tourisme au 05 46 02 83 77.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 31 juillet 2010


Un Collectif de défense du marais se constitue en réaction à la politique d'urbanisme de l'équipe municipale des Mathes (17). On vit à l'étroit sur le littoral. La densité de population y est trois fois supérieure à la moyenne nationale. 4 % du territoire national où 10 % des Français ont élu domicile. Parmi eux, nombre de néoretraités qui aspirent à venir couler des jours paisibles en bord de mer, alimentant ainsi d'un flux migratoire régulier la courbe démographique côtière…..

«Protéger l'environnement» - D'un côté, une équipe municipale qui présente cette semaine aux services de l'État une version réécrite et édulcorée du plan local d'urbanisme (PLU) que l'administration retoquait il y a un an. De l'autre, un collectif de défense du marais qui est en cours de formation pour contrer ces visées expansionnistes, au prétexte qu'elles grignotent la nature et génèrent des pollutions dommageables au pied du bassin-versant : l'exutoire du marais qui se jette dans le bassin ostréicole. « Protéger l'environnement, c'est protéger le tourisme », plaide Claude Charles. L'association syndicale du Marais doux de La Tremblade qu'il représente intègre le Collectif de défense du marais dans lequel se fondent la Section régionale conchylicole, le puissant syndicat d'ostréiculteurs AproMarais, les défenseurs de l'environnement de Natvert et les passeurs de la mémoire ostréicole de l'Huître pédagogique. Sa demande est simple : « Un moratoire sur les permis de construire dans toute la presqu'île d'Arvert. »….

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 23 août 2010


Une cabane de saunier a brûlé hier. Le 4e incendie depuis sa restauration.

Roger Cougot, le président de l'Huître pédagogique, ne croit ni à la combustion spontanée, ni à un dommage collatéral de l'orage qui a frappé le Pays royannais dans la nuit de samedi à dimanche. Pour lui, l'incendie qui ravagé pour la quatrième fois la même cabane de saunier, à Mornac-sur-Seudre, hier matin, a tout de l'acte de malveillance. Cette cabane compte parmi les trois cabanes traditionnelles que les associations L'Huître pédagogique et « Seudre et Marais », présidée par Roger Roux, ont restauré, à des fins de sauvegarde et de valorisation du patrimoine des marais de la Seudre. « Une autre cabane a déjà brûlé quatre fois. Celle-ci brûle à son tour pour la quatrième fois. Visiblement, nous dérangeons certains, mais nous ne nous laisserons pas intimider », promet Roger Cougot. « Nous ne baisserons pas les bras : dès septembre, nous reconstruirons cette cabane. »


Après le 8e incendie qui a touché l'une de leurs trois cabanes, dimanche, les bénévoles veulent reconstruire. Roger Roux, président de Seudre et Marais, pose une nouvelle fois, aux côtés de Roger Cougot, président de L'Huître pédagogique, devant l'une des trois cabanes de saunier créées et gérées par les deux associations, à Mornac-sur-Seudre. Ils sont devant celle qui a brûlé. Située à 700 mètres du port, au lieu-dit coude de Noroît, elle a subi, dimanche matin, son 4e incendie depuis le début des années 2000. Comme à chaque fois, il ne reste quasiment rien de cet ancien habitat de bois et de roseaux, témoin de la vie de ceux qui travaillaient le sel.

Difficile thèse de l'accident - Acte de malveillance répété ou conséquence de l'orage qui a frappé le département dans la nuit de samedi à dimanche, ce nouvel incendie sème le doute parmi les habitants de la commune et les bénévoles. « C'est vrai qu'on ne peut pas exclure la thèse de l'accident météorologique, temporise Roger Roux. Mais ça nous paraît bizarre. C'est la première fois que la cabane aurait pris la foudre, alors qu'une autre, neuve et en bois, sur la rive d'en face, n'a rien eu. De plus, le carrelet juste à côté de notre cabane est surmonté d'un bout de métal censé attirer l'électricité. » Assis sur une pierre, Roger Cougot jette un regard désolé sur les montants de bois calcinés. Lui aussi peine à croire à une coïncidence….


L'association mornaçonne L'Huître pédagogique s'est révélée des plus actives, au mois d'août, en remplissant sa mission première : faire mieux connaître la vie du marais de Seudre. Pour commencer, dans le cadre de la troisième édition de la Journée de l'huître en Seudre, l'association a montré, le 7 août, la pratique du travail ostréicole dans ses trois étapes : captage, élevage, affinage. Ensuite, l'équipage de la « Salicorne », composé de quatre marins (Géry Poulard, patron-pêcheur de L'Éguille; Guillaume Martin, Jacky Perrot et Roger Cougot) a procédé à un dragage des huîtres à la voile et aux avirons dans le chenal de Mornac. Paul Rocher, quant à lui, assurait les commentaires sur cette pratique ancestrale. Sur les quais voisins, on confectionnait des collecteurs et on détroquait des paquets d'huîtres sous la conduite de Jany et Jean-Claude Lebrun.
« Du sel aux huîtres » - Parallèlement, l'association de bénévoles a présenté au port une exposition interactive, ouverte jusqu'au 12 septembre, sur le thème « Du sel aux huîtres ». Lors de l'inauguration le 13 août, François Patsouris, en professionnel, a souligné combien le bassin de la Seudre mérite d'être connu, reconnu et respecté.

Un Jeu de l'huître….

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 3 septembre 2010


Dimanche dernier, l'animation battait son plein sur le port de La Tremblade, à l'heure du départ des quelque 300 embarcations légères, des kayaks en majorité, qui entendaient remonter la Seudre jusqu'à L'Éguille. Parmi elles, se distinguait fièrement une petite lasse de Seudre, aux couleurs locales. Récemment répertoriée au patrimoine national, « La Silicorne » attirait donc l'attention. À son bord, plusieurs générations de marins : tandis que Roger Cougot ramait avec l'énergie de son savoir, la jeunesse tenait la barre. Le but étant de défendre les convictions inscrites sur le livre de bord de l'association qu'il a créée.

Tout un symbole - Remonter la Seudre à la force des bras et de l'âge, avec la jeunesse à la barre, méritait bien les explications de Roger, à l'arrivée, 15 kilomètres en amont : « Nos ancêtres, à leur façon, ont inventé le développement durable. Leurs méthodes et techniques d'exploitation étaient en harmonie avec la nature et sont toujours d'actualité ; nous devons y réfléchir et transmettre nos traditions et notre savoir aux nouvelles générations. Ce milieu est très fragile, sur le plan biologique notamment, c'est une nurserie, et un formidable terroir, qui a fait vivre des générations entières et qui a encore de l'avenir si nous savons le respecter (assurer sa propreté, exclure les rejets polluants, etc...). » Chaque année, il participe à la « remontée », sur la même petite lasse, sans perdre la motivation, avec toute l'énergie de ses convictions, pour sensibiliser les jeunes générations et ceux qui daignent l'écouter. Raoul Colmar

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 30 septembre 2010


Dire que l'association l'Huître pédagogique a parfaitement réussi sa participation aux Journées du patrimoine est un doux euphémisme : en deux jours, plus de 400 personnes ont visité l'exposition du port et ont suivi les démonstrations sur le terrain. Quant au total des visiteurs de l'exposition depuis son ouverture, le 11 août, il dépasse les 9 500. Un record dont la dynamique association ne s'enorgueillit pas ; elle le perçoit davantage comme un nouvel encouragement pour aller encore plus loin. Durant ces journées, un hommage particulier a été rendu à Émile Jeanneau, pionnier, au début des années 50, de la rénovation de l'église romane et du renouveau de l'artisanat d'art à Mornac. Janny et Jean-Claude Lebrun, Guillaume Martin, Jean-Marie Chusseau, Raymond Theneau et Roger Cougot, quant à eux, ont animé les démonstrations sur le marais, tandis que Françoise Lagarde assurait les permanences de l'exposition. Pour représenter le patrimoine côtier de Mornac et du Pays de Seudre, l'association l'Huître pédagogique a participé, les 25 et 26 septembre, au sixième festival de Saint-Laurent-de-la-Prée (Festenherbe). Elle ne l'a pas regretté : plus de 400 personnes lui ont rendu visite….

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 14 octobre 2010


En prélude aux Rencontres d'automne de samedi dernier, le président Roger Cougot a annoncé que son association Huître pédagogique venait d'obtenir le prix de l'agglomération Royan Atlantique par l'Académie de Saintonge.

Cette distinction a été remise le 3 octobre à Saintes, par le docteur Jean-Claude Dubois. Après avoir dit sa satisfaction que son association soit reconnue, le président a conclu son discours ainsi : « L'Huître pédagogique n'a rien d'un club d'usagers. Nos actions, nos réalisations ne nous appartiennent pas. Ce sont des contributions, dans un esprit de service, au patrimoine commun, un patrimoine vivant à valoriser pour les générations futures ». Les Rencontres d'automne pouvaient alors commencer.

Rencontres du 9 octobre - La matinée a été consacrée à des démonstrations de travail sur le marais. Après un repas convivial, place a été faite à un examen des enjeux pour l'avenir côtier en fonction d'une protection correcte de son environnement, du respect, de sa qualité et de son potentiel économique à maintenir tout spécialement pour l'ostréiculture et la pêche côtière. Le débat, conduit par Roger Cougot et animé par plusieurs intervenants, notamment Alain Bertin, Philippe Favrelière, M. Petit, Yann Barrau, devait montrer à la fois un souci de réalisme - le parc marin va se faire - et une volonté d'expression pour toutes les parties concernées. Ce parc sera un espace où la protection ne doit pas exclure l'activité humaine. Des questions peuvent dorénavant se poser comme, par exemple : « Comment concilier et faire cohabiter travail (ostréiculture, pêche et conchyliculture..) et plaisance (nautisme…) ? « Les usagers et les collectivités concernées ont maintenant leur mot à dire pour qu'un vrai parc marin voit le jour. Telle a été la conclusion de ce riche débat des Rencontres d'automne.

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 18 octobre 2010


Des crevettes impériales ? En France ? Vivantes ? Eh bien oui, n’en déplaise à Frédéric Anton, qui l’autre jour disait dans MasterChef que cela n’existait pas, cela existe bel et bien. Je fais la fière mais il y a quelques jours, je ne le savais pas non plus. J’ai découvert l’existence de cette production en visitant les claires de Marennes-Oléron. Dans ce département de Charente Maritime une vingtaine de producteur élève ces crevettes impériales [Penaeus Japonicus]. La production est assez confidentielle puisqu’elle s’élève à 40 tonnes par an. J’ai pu en goûter et c’est absolument divin….

Crevettes impériales en carpaccio

Alors à quoi ressemblent-elles, vous demandez-vous ?

Et pourquoi en Charente Maritime alors, vous demandez-vous ?
  • La structure des claires de Marennes-Oléron est très adaptée à l’élevage de ces crevettes, parce que la crevette peut s’y enterrer très facilement. Oui, la crevette s’enterre le jour, Ladies and Gentlemen, et ce, pour se mettre à l’abri des prédateurs. Sinon, elle est un peu comme Cathy Guetta, elle vit la nuit.
  • L’autre raison c’est la nourriture. Elle trouve en en effet dans les claires une nourriture naturelle très riche en planctons et en petits organismes naturels de toute sorte.
L’élevage est pratiqué de manière extensive, c’est à dire que l’exploitant met seulement 4 à 6 crevettes au mètre carré. Dans certains pays tropicaux producteurs de crevettes, on peut multiplier ce chiffre par 100..... De plus, ici, aucun produit chimique n’est utilisé. La production est saisonnière, liée aux conditions climatiques. Il ne faut pas oublier que la bestiole est d’origine tropicale. Alors, quand la température descend trop, grosso modo à partir du 15 novembre, c’est terminé, et ce, jusqu’au mois de mars de l’année suivante........

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 28 décembre 2010


Dans le marais rochefortais fleurissent les dépôts clandestins. Mais l'État va faire donner la troupe….

Ah l'extrême pastoralité du marais charentais. Ses herbes folles bien sûr, ses aigrettes, sa lagune endormie et… ses montagnes de déchets du BTP suintant le béton, le goudron, le plastique ou même l'amiante. Car si la vilaine coutume poussait autrefois le paysan du coin à recycler son vieux réfrigérateur en pleine nature, l'affaire semble désormais prendre une tournure quasi industrielle de l'estuaire de la Charente jusqu'à celui de la Seudre, où plus de 150 décharges clandestines ont été recensées par la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement).

Les maires convoqués - Devant l'ampleur et la dissémination du phénomène, l'État a donc décidé de faire donner la troupe. Sous le haut commandement du sous-préfet de Rochefort, des policiers de l'environnement, des techniciens et des gendarmes vont ainsi mener une véritable chasse à l'entrepreneur malhonnête au sein du marais. « Le mauvais exemple entraîne le mauvais exemple. Ces gestes inacceptables menacent l'équilibre des zones humides, mais aussi de l'ostréiculture et des eaux de baignade », a martelé Henri Duhaldeborde devant un parterre d'une quarantaine de maires récemment convoqués…..

Ainsi, parmi les exemples le plus souvent constatés, il convient effectivement de noter la grande tentation de s'improviser constructeur de routes maison. « Beaucoup d'anciennes parcelles ostréicoles sont inaccessibles, mais le développement de la chasse à la tonne conduit quelques-uns à aménager eux-mêmes des routes dans le marais, avec, bien sûr, la complicité d'entrepreneurs peu scrupuleux qui viennent ici déverser leur remblai, raconte un enquêteur. Combler un ou deux nids de poule, à la limite, mais là, c'est n'importe quoi. Nous voyons parfois des camions à la queue leu leu dans le marais. »

Selon nos informations, un agriculteur-remblayeur de Moëze, ainsi que le propriétaire d'un dépotoir sauvage de 8 hectares à Saint-Just-Luzac seraient sur le point de comparaître à leur tour devant la justice.

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 6 mai 2011


C'est à une découverte du marais au ras de l'eau que se sont livrés les participants à l'animation conjointe de l'Huître pédagogique et Kayak et nature en Seudre, le 30 avril à partir de Mornac.

Beau spectacle que les 16 kayaks, accompagnés par le petit bateau du patrimoine « La Salicorne » sous voiles, naviguant sur les chenaux et la Seudre jusqu'au site de démonstration de Tégé.

Conduite par Yann Tessier pour l'encadrement de Kayak et Nature et par Jean-Claude Lebrun pour les démonstrations de l'Huître pédagogique, cette animation, première du genre, s'est révélée à la fois très sportive et riche d'enseignements sur la nature et la vie des marais.

Aux commentaires des animations, gestes à l'appui, sur l'entretien du milieu et le travail traditionnel des huîtres, se sont ajoutées quelques observations sur les plantes salées du marais en présence de Francette Videau, présidente du beau jardin médiéval de Saint-Sulpice-de-Royan.

Enfin, l'aspect apaisant du marais a été apprécié par tous, sur l'eau comme au bord des claires à l'ombre des tamaris. Bref, cette nouvelle animation bien suivie, de deux associations de Mornac, a donné satisfaction à tous et… devrait se renouveler cet automne.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 10 juin 2011


C'est dans le cadre de la cinquième édition du Festival du cinéma des Pays du Pacifique Sud qui se déroulait à Rochefort du 2 au 6 juin qu'une équipe de tournage, originaire du Vanuatu, s'est rendue à Mornac-sur-Seudre. Rendez-vous avait été pris avec les bénévoles de l'association L'Huître pédagogique.

But de l'opération : réaliser un documentaire sur l'ostréiculture projeté en clôture du festival rochefortais. Si l'équipe a choisi ce sujet et cette association, c'est dans le souci de garder une cohérence avec leur vécu et leurs centres d'intérêt : la récolte et la transmission de savoir-faire, leur évolution et leur place dans le monde d'aujourd'hui. Roger Cougot, pilier de L'Huître pédagogique, se retrouve parfaitement dans cette démarche. « Nous avons beau être aux antipodes, nous sommes dans le même esprit, celui de faire apprécier une culture authentique avec le souci de la transmission des savoirs. »

Perfectionnement

L'équipe vanuataise a aussi entrepris ce long voyage sur les bords de Seudre pour se perfectionner dans la réalisation de films documentaires. « Joël, le preneur de son ; Camille, le cameraman ; et Julia, l'assistante, travaillent au service audiovisuel du centre culturel du Vanuatu, qui est une importante institution, l'équivalent du ministère de la Culture », explique Emmanuel Broto, réalisateur, producteur et formateur du trio au sein de l'association Kazart Production, installée à Châtellerault.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 9 août 2011


Découvrir le marais de Seudre sous plusieurs de ses aspects est le challenge, cette année, de l'exposition du mois d'août montée au port de Mornac par l'association L'Huître pédagogique (ouverture tous les jours de 14 h 30 à 19 heures).

Après l'exposition, l'an dernier, qui avait accueilli, plus de 9 500 visiteurs, l'édition 2011 a pour thème « Des pierres à l'eau salée ». Il s'agit de montrer le bâti du marais et la maîtrise de l'eau, dans le cadre du programme de développement durable pour la mise en valeur culturelle du milieu côtier mené par l'association tout au long de l'année.

Moulins à marée de Seudre

Formule inédite, les visiteurs peuvent découvrir le fonctionnement d'un moulin tournant au rythme de la marée. C'est l'un des éléments majeurs d'une grande maquette en argile, représentant une partie du marais avec claires à huîtres et marais salant. C'est là le fruit d'un travail de recherches, qui s'inscrit dans l'inventaire du patrimoine conduit par l'Huître pédagogique.

S'ajoutent, à partir d'illustrations ciblées, des éléments du patrimoine bâti peu connus comme les « varagnes » en pierres, véritables ouvrages d'art, des bornes de halage témoins de la navigation à voile, des anciennes « graves » (cales rudimentaires), des installations portuaires et, bien sûr, des cabanes de saunier dont l'association poursuit inlassablement la reconstruction.

Des ateliers interactifs

Côté manuel, petits et grands peuvent s'exercer aux nœuds marins, au hissage d'une voile traditionnelle, à la confection des collecteurs à huîtres et au malaxage de l'argile, la vase nourricière du fond des claires. Tous sont aussi invités à participer au jeu de l'huître, en 10 questions, un moyen ludique pour se familiariser avec le métier ostréicole….

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Aucun commentaire: