mardi 24 mars 2009

Actualités du 19 au 23 mars 2009

Recherchez votre information dans la revue de presse ci-dessous
Sinon allez à l'accueil du site pour les derniers articles Regard sur la pêche et l'aquaculture

Pêche / Conflit bolinche
Pêche dans le monde
Aquaculture / Pisciculture / Algoculture
Environnement / Pollution / Phoques
Commercialisation / Marché / Transformation
Divers



Pêche / Conflit bolinche

Finistère - Le Guilvinec. Vives tensions chez les bolincheurs bigoudens (Le Télégramme)
Rien ne va plus entre les bolincheurs bigoudens, qui pêchent au filet tournant, et Robert Bouguéon, président du comité local des pêches du Guilvinec. Une dizaine de sardiniers de Saint-Guénolé menacent en effet d'aller s'armer à Concarneau. Cette décision est un nouvel épisode du conflit qui oppose les bolincheurs aux ligneurs, depuis la pêche parfaitement illégale de deux tonnes de dorade rose en baie de Douarnenez, le 24février. Un coup de filet qui avait provoqué de nombreuses tensions entre les deux métiers. Les bolincheurs s'estiment trahis par Robert Bouguéon, qu'ils accusent d'avoir rallié «la cause extrémiste de quelques ligneurs». De son côté, Robert Bouguéon explique que «les attaques que me prêtent les bolincheurs, et ce ne sont que deux ou trois sur les dix du quartier, je ne les ai jamais formulées. Au contraire, je les ai défendus le jour où nous aurions dû signer le pacte pour une pêche durable. J'ai défendu les bons. La bolinche, c'est un métier honorable, mais il y en a deux ou trois qui font n'importe quoi. Et ceux-là ne sont pas du Guilvinec». Reste le départ annoncé des bolincheurs. «À Concarneau, ils ne pourront pas travailler», précise Robert Bouguéon. Les licences sont en effet attribuées par quartier maritime, et deux seulement seraient encore disponibles à Concarneau. «Les autres, qu'est-ce qu'ils font? Ils vont arrêter?», s'interroge le président du comité local du Guilvinec, avant d'annoncer «des éclaircissements dans la semaine».

Pêche. Les bolincheurs bigoudens quittent le quartier du Guilvinec (Le Télégramme)
Tout était parti de deux tonnes de dorade rose, pêchées en toute illégalité, en baie de Douarnenez dans la nuit du 24 au 25février par un bolincheur bigouden. Ces mêmes bolincheurs bigoudens, qui pêchent la sardine au filet tournant depuis le port de Saint-Guénolé, viennent de créer un nouveau rebondissement dans le conflit qui oppose la profession aux ligneurs. En ayant explicitement dans le viseur le président du comité local des pêches du Guilvinec, Robert Bouguéon, ils ont décidé de quitter le quartier du port bigouden pour aller s'armer à Concarneau. Pour argumenter leur décision, les pêcheurs expliquent qu' «à lasuite des attaques et dénigrements dont ils font l'objet de manière virulente depuis plusieurs mois, les artisans bolincheurs bigoudens tiennent à réagir». Une réaction au «ralliement du président des comités des pêches du Guilvinec à la cause extrémiste de quelques ligneurs». Ainsi, ils «dénoncent l'alliance faite par Robert Bouguéon (...) avec certains ligneurs et plaisanciers, en vue de nuire, voire de détruire les entreprises pratiquant le métier de la bolinche». Expliquant qu'ils «emploient directement 70 à 80personnes» et qu'ils rapportent «16.000 € de taxes globales» au comité des pêches du Guilvinec, ils interrogent le président de la structure: «Souhaite-t-il aussi que soient rajoutés 18 bolincheurs aux 31 nouveaux navires inscrits au prochain plan de sortie de flotte?»

Finistère - Les Bolincheurs de Saint-Guénolé désavouent Robert Bouguéon
Le conflit qui oppose les ligneurs et les bolincheurs connaît un nouvel épisode. "En réaction au ralliement du président du comité des pêches du Guilvinec à la cause extrémiste de quelques ligneurs", les sardiniers de Saint-Guénolé Penmarc'h ont décidé de s'armer à Concarneau. L'idée est de ne plus verser de taxes au comité local du Guilvinec, parce qu'ils se sentent trahis par le président Robert Bouguéon, également président de la fédération des comités locaux du département, dont Concarneau ne fait pas partie. Ce changement administratif générera un manque à gagner de 8 000 € par an au comité local du Guilvinec.

Pêche - Restriction sur le cabillaud (La Voix du Nord)
La direction des Pêches à Paris a demandé hier de suspendre provisoirement les captures de cabillaud au motif que les quotas alloués pour la France (9 000 tonnes en 2009, + 30 % par rapport à 2008) étaient déjà atteints à 48 %. Une réouverture serait possible au 1er avril. Hier après-midi, les fileyeurs boulonnais dénonçaient cette mesure qui les prive d'une ressource accessoire alors que les quotas de sole ont été diminués de 30 % en 2009. « On va nous obliger à rejeter du cabillaud mort en mer alors qu'il pourrait alimenter le marché boulonnais » dénonçait hier José Pinto (CFDT). « Et pendant ce temps, la Norvège
avec son quota de 400 000 tonnes inonde les marchés. Nous voulons nous aussi des quotas pour faire tourner nos bateaux et faire vivre nos équipages… »

Normandie - La pêche régionale au bord du naufrage financier (Ouest France)
Quotas, prix du carburant, raréfaction de certaines ressources, réduction de la flottille, crise de commercialisation, la pêche bas normande est au creux de la vague.
Le conseil régional a décidé, hier, de prendre des mesures exceptionnelles et urgentes pour éviter l'effondrement des coopératives maritimes.
Pour commercialiser ses produits, la pêche bas-normande est organisée autour de coopératives et de l'Organisation des producteurs de Basse-Normandie (OPBN). Un système interdépendant menacé de s'écrouler. Sur les treize coopératives, deux, et non des moindres, viennent d'être placées en redressement judiciaire : Granvil'Mer à Granville et Copéport Marée à Port-en-Bessin. Les onze autres ne se portent pas très bien.

Cabillaud: la direction des Pêches ferme les quotas (La Voix du Nord)
La direction des Pêches à Paris a demandé aux organisations de pêcheurs de suspendre provisoirement les captures de cabillaud en Manche.

Civelle - Pêche L'« or blanc » de l'estuaire au plus bas (Metro)
« Il n'a pas beaucoup plu : on pêche la civelle dans une eau de neige, neutre, sans protéines. Du coup, elles sont peu nombreuses. » Louis Vilaine, président de l'Association des pêcheurs professionnels de Loire-Atlantique, n'avait pas observé une année « si creuse » depuis longtemps. Pire, la civelle subit la crise mondiale de plein fouet : les clients chinois, qui ont largement surproduit pendant trois ans, ne parviennent pas à écouler leurs stocks d'anguilles et cassent les prix.
« On leur vend le kilo à 300 ou 350 euros, affirme le mareyeur nazairien Simon Le Cossec, qui a acheté 2 t de civelles cette année, contre 8 t en 2008. Une fois les frais déduits, avec une mortalité qui peut atteindre 40 % et une perte de poids de 10 %, on fait 20 à 30 euros de marge par kilo. » Depuis le 13 mars, il sait qu'il peut continuer à exporter en Asie pour un an encore : « C'est toujours ça de pris. En Europe, le marché est bouché : je n'ai vendu que 300 kg en Hollande cette saison, contre 1,5 t l'an passé... » Ce n'est pourtant pas sur leur sort que les pêcheurs de l'estuaire pleurent. Ils vendent le kilo 200 euros aux mareyeurs, contre au moins 400 euros en 2008. « Tous vivent la pire saison de leur carrière, confirme Louis Vilaine. Les bateaux qui ont le droit de quitter l'estuaire sont en mer ! » Antoine Gazeau

Saint-Guénolé. Trois nouveaux bateaux pour la pêche (Le Télégramme)
À Saint-Guénolé, le petit chantier naval ne connaît pas la crise. Plastimer construit deux bateaux pour la pêche et vient d'enregistrer une troisième commande.
Depuis quelques semaines, les deux coques blanches occupent une bonne partie du hangar, sur le terre-plein de Saint-Guénolé. Comme un pied de nez à la crise, le chantier Plastimer (cinq salariés) renoue avec la construction de bateaux de pêche. Pas encore pour les ports bigoudens.

Concarneau. Saisie conservatoire d'un thonier sétois (Le Télégramme)
Le thonier sétois Jean Louis Raphaël 2, à quai depuis décembre2008, fait l'objet d'une saisie conservatoire pour des arriérés de salaires auprès de six marins du quartier de Concarneau. Montant de la levée, confirmée en appel par la cour de Rennes: 200.000€. À la décision de justice, fait désormais à la suite d'une procédure à l'amiable. Laquelle pourrait aboutir dans les prochains jours.

La pêche mondiale va trop loin (Visiondurable)
Manquera-t-on un jour de poissons? Selon une étude de la FAO, 19% des stocks de poissons sont surexploités et 8% sont épuisés. Est venu le temps de la «pêche responsable».

Pêche: nouvelle mesure de la Commission en faveur de la durabilité du stock de merlu du nord (UE)
La Commission européenne a adopté aujourd’hui un plan à long terme ( ~65 Kb) pour améliorer encore l’état du stock de merlu du nord dans les eaux communautaires. Ce plan remplacera le plan de reconstitution qui est mis en œuvre depuis 2004 et a contribué à ce que le stock de merlu du nord, qui était quasiment épuisé, se reconstitue jusqu'à atteindre la taille cible de sécurité recommandée par les scientifiques. Le nouveau plan vise à prolonger cette tendance positive par une approche qui garantira la durabilité de ce stock. Concrètement, il aura pour avantages une augmentation des captures, des coûts réduits, un impact moindre sur le milieu marin et une diminution des rejets de merlu juvénile. Il aura surtout un effet favorable sur la rentabilité à long terme des pêcheries visant ce stock.

Stop aux subventions européennes à l’élevage et à la pêche !
Pour une autre politique alimentaire mondiale !
Au cours des 50 dernières années, la production mondiale de viande a quintuplé, le volume de poissons pêchés a quintuplé lui aussi, tandis que l’aquaculture connaissait une progression encore plus spectaculaire*. Cette tendance s’accentue avec la forte croissance des productions animales dans les grandes puissances émergeantes. C’est dans les pays riches que la consommation de produits animaux est la plus forte, un état de fait qui ne répond à aucune nécessité nutritionnelle. Or, les « productions animales » y sont soutenues par des aides publiques conséquentes. Nous ne voulons plus que l’argent public serve à favoriser des activités qui font souffrir et qui tuent des animaux. Disons-le !

J.L Borloo définit le cadre du prochain Grenelle de la mer (Enviro2b)
Jean-Louis Borloo a présenté hier en conseil des ministres les grandes lignes du prochain Grenelle de la mer. Il a également précisé que les groupes de travail se réuniront d'ici à la fin du mois de mars afin d'élaborer des propositions d'actions.

Pêche dans le monde

Madagascar Holothurie SA : la première entreprise commerciale axée sur
l’aquaculture des holothuries à Madagascar (CPS)

Madagascar : la crevette se porte bien (L’Express)
Année de l'espoir pour la filière crevette. Le secteur s'attend à une résolution de la crise qui avait marqué la campagne 2008 suite à la flambée du prix du pétrole. La pêche a débuté officiellement depuis le dimanche premier mars. L'optimisme est de mise, vu le repli du prix du carburant. Mais certains opérateurs affichent la prudence et comptent sur l'amélioration du prix de l'or rose sur marché international avec la crise financière mondiale.

Bénin – Crevette : Bientôt, l’effectivité de la traçabilité des produits halieutiques (La Nation)
Pose de la première pierre de la Base obligatoire de contrôle de Possotomè : Bientôt, l’effectivité de la traçabilité des produits halieutiques
Le ministre de la Coopération belge au développement, Charles Michel, et le ministre intérimaire en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Joseph Ahanhanzo, ont procédé à la pose de la première pierre de la Base obligatoire de contrôle des produits halieutiques. C’était en fin de matinée, hier mardi 17 mars à Possotomè dans la commune de Bopa, département du Mono. Une foule en liesse a salué l’événement à travers chants et danses. La filière halieutique artisanale est l’une des filières à fort potentiel capable de soutenir les politiques de réduction de la pauvreté, engagées depuis plus d’une décennie par le gouvernement du Bénin.

Haïti : Distribution symbolique de matériels de pêche à des membres d’organisations (AlterPresse)
Des matériels de pêche (filets, hameçons, canots) ont symboliquement été remis, ce vendredi 13 mars 2009, à des représentants d’associations de pêcheurs haïtiens, a observé l’agence en ligne AlterPresse.
Certes, ce geste est une « goutte d’eau dans un océan », mais elle servira à « moderniser le secteur de la pêche » en Haïti, considère Lionel Valbrun, directeur général du ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr), qui a assuré la distribution de ces matériels de pêche.
Vingt-trois millions de gourdes ont été consacrées au secteur de la pêche dans le cadre du programme d’urgence post-cyclonique mis en place en automne 2008 par le gouvernement de la Première ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis, indique Valbrun.

La Namibie touchée par des inondations: 92 morts (AP)
Les graves inondations qui frappent la Namibie ont fait 92 morts et affecté plus de 200.000 personnes, ont annoncé vendredi les Nations unies.
Le président Hifikepunye Pohamba a déclaré l'état d'urgence dans le nord et le nord-est du pays suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur ces régions depuis un mois. Les inondations font craindre une épidémie de choléra, a précisé l'ONU.
Les agences humanitaires internationales aident le gouvernement namibien pour les opérations de secours. Des cours d'eau en crue le long de la frontière nord de la Namibie ont également provoqué des inondations dans l'Angola voisine.
Le bassin du Zambèze, qui s'étend de l'Angola au Mozambique, est chaque année le théâtre d'inondations. AP

Un nouveau plan wallon pour le secteur de la pêche (Le Vif)
Le ministre wallon de la Ruralité et de la Pêche, Benoît Lutgen, a profité de l'ouverture de la saison pour lancer un nouveau plan pour le développement de la pêche en Région wallonne.

Tahiti - Deux raies manta en baie de Matavai (La Dépêche)
Découverte - le grand frisson dans le grand bleu à Tahiti
“Ce sont deux raies manta bien noires, un peu comme celles des Marquises. Elles séjournent en baie de Matavai depuis trois semaines. Ce qui est exceptionnel”, explique enthousiaste le moniteur de plongée Yannick Ben Achour du club Tahiti Charter Island installé au site de détente militaire à Arue. “Auparavant, on les voyait de passage, trois à quatre fois par an. Mais là, elles semblent se plaire dans cette baie. C’est signe qu’elles y trouvent les planctons.

Le Pérou finit un rapport sur la dispute de sa frontière maritime avec le Chili (Quotidien du peuple)
Le Pérou a achevé un rapport sur la dispute de sa frontière maritime avec le Chili et présentera le document à la Cour internationale de justice de La Haye, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères Jose Carcia Belaunde.
Le document comprend le soutien, avec la configuration et l'appui légal, de la demande du Pérou au Chili de lui retourner 38.000 km de mer dans l'océan Pacifique, a indiqué M. Garcia à la presse.

Pacifique. Tsunami après un séisme au large des Tonga (Le Télégramme)
Un tsunami s'est produit, hier, dans l'océan Pacifique, à la suite d'un séisme d'une magnitude de 7,9 qui a secoué la région des îles Tonga. Aucun dégât n'avait été rapporté hier soir. Le Centre d'alerte au tsunami du Pacifique, situé à Hawaï, avait émis une alerte pour Tonga, Niue, les îles Kermadec, les Samoa et les Fidji, avant de la retirer quelques heures après. L'épicentre de la secousse, survenue vers 18h (heure française), était situé à 210 kilomètres de Nukualofa, capitale des îles Tonga, et 480km des îles Ndoi dans les Fidji, à une profondeur de 10km. Le centre a indiqué que «les observations satellite confirmaient qu'un tsunami s'était produit». En décembre2004, un tsunami avait ravagé les côtes de l'Asie du Sud-Est, faisant quelque 220.000 morts. Eruption sous-marine
Hier matin, signe d'une forte activité sismique dans la région, un volcan sous-marin était en éruption, au large des Tonga, expulsant hors de l'eau d'impressionnantes colonnes de fumée.

Aquaculture / Pisciculture / Algoculture

L'ormeau de Groix est nourri aux algues (Ouest France)
D'ici deux ans, Erwan Tonnerre espère produire deux tonnes d'ormeaux par an. Le gastéropode est élevé dans des bacs de 700 litres, disposés sur quatre niveaux, à l'abri de la lumière.
Les cent premiers kilos ont garni les assiettes du réveillon, à Noël. Cinq cents autres kilos seront produits d'ici cet été. Bel avant-goût de saison !
Groix, désormais, élève ses ormeaux. La ferme aquacole - Groix Haliotis - a élu domicile depuis peu dans le bâtiment, dépollué, de l'ancienne station-service, à Port-Tudy. « L'élevage, c'est ma passion », confie Erwan Tonnerre.
Technicien supérieur en aquaculture, le trentenaire a longtemps travaillé en Irlande, à Clifden, à l'ouest du Connemara, où l'ormeau est choyé comme une pépite. De retour sur son caillou natal, Erwan Tonnerre y a d'abord développé une activité ostréicole. Il tient également le pub familial de la Jetée. Où, évidemment, l'ormeau, poêlé, trône à la carte. 90 € le kilo

Vietnam – Pangasius : Nécessité de réorganiser en profondeur la production de poissons-chats (Le courier du Vietnam)
Les produits aquatiques, en tête les poissons-chats, figurent parmi les produits les plus exportés du pays. Dans un contexte économique difficile, ce secteur nécessite une réorganisation complète, qui passera notamment par une coopération resserrée entre État, entreprises transformatrices et pisciculteurs.

Mayotte sera le poisson-pilote de l'aquaculture française (Mayottehebdo)
C'est en tout cas le message qu'a fait passer Yves Jégo aux dirigeants d'Aquamay, mardi au ministère de l'Outremer. Pour l'occasion, le secrétaire d'État avait rassemblé autour de lui le président du conseil général Ahmed Attoumani Douchina, une délégation de l'Ifremer, composée de M. Farris, directeur général adjoint et de M. Lemercier, directeur des relations internationales, et M. Marot, président d'Aquamay, afin de leur faire part de la volonté du Président de la République d'appuyer le développement de la filière aquacole à Mayotte. "Le message politique est très fort" a déclaré Timothée Gadenne, directeur d'Aquamay, "le gouvernement souhaite faire de Mayotte la capitale de l'aquaculture ultramarine française". M. Jégo a souligné les atouts endogènes qu'offre le lagon et les conditions climatiques locales, propices à l'intensification de l'activité aquacole, avant de mettre en avant la qualité des structures coopératives et commerciales existantes, comme l'investissement des acteurs de la filière mahoraise (Aquamay, Mayotte Aquaculture, GSMA…).

Ouessant. Le pari de l'algue rouge (Le Télégramme)
Les entreprises, en dehors du couloir touristique, ne courent pas les chemins dans les îles. Guy Potier, à la tête d'Algues et Mer, à Ouessant, affiche sa confiance, notamment dans l'algue rouge, appelée harpon de Neptune. Un projet que la commune a encouragé.
Algues et Mer est la seule entreprise qui valorise des produits locaux à Ouessant, si l'on excepte la pêche et l'agriculture. Jean-Yves Moigne, ingénieur agronome, est pour beaucoup dans cet intérêt, qui ne date pas d'hier, pour les algues. La société a mis toutefois le pied sur l'accélérateur avec l'arrivée plus récente aux avant-postes de Guy Potier, actionnaire majoritaire depuis fin 2004.

Irlande - Le Marine Institute de Galway en Irlande a mené à bien une étude sur la maladie du pancréas du saumon d'élevage irlandais
Le Marine Institute, l'institut de recherche marine Irlandais, en partenariat avec l'Agri-Food and Bioscience Institute de Belfast, un institut de recherche d'Irlande du Nord, et l'entreprise Vet-Aqua International de Galway (à l'ouest de l'Irlande), vient de publier le rapport final d'une étude menée sur la maladie du pancréas des saumons d'élevage irlandais

Norvège - A la découverte du génome de la morue (Ambassade de France)
En 2003, la plupart du génome humain a été décodé après 13 ans d'efforts intenses. Aujourd'hui, des chercheurs norvégiens ont pour ambition de tracer la carte complète du génome de la morue (appelée aussi cabillaud), jusque-là inconnue et tout aussi complexe que le génome humain, en moins d'un an !
A l'Université d'Oslo, une dizaine de personnes sont impliquées dans ce projet, dont le Professeur Kjetill S. Jakobsen. "Au moment où nous aurons atteint la mi-marque du projet en 2009, nous espérons avoir cartographié les principales caractéristiques du génome de la morue. Il y aura encore des inconnus bien sûr, mais nous avons développé une bonne méthode qui nous montrera l'ensemble de la structure du matériel génétique de la morue", explique-t-il. Lorsque l'objectif sera atteint, le Prof. Jakobsen pense qu'il aura obtenu une séquence consécutive de près de 25.000 gènes, comparable au nombre de gènes humains.

Vietnam : faire des poissons chats un produit exportable de pointe (Le courrier du Vietnam)
Le Premier ministre Nguyên Tân Dung a eu le 18 mars dans la province d'An Giang une séance de travail avec les dirigeants et les entreprises de plusieurs provinces du delta du Mékong afin de discuter de la production et de la commercialisation des poissons-chats.

Pisciculture : des formations régionales pour la production de poissons (Enviscope)
La pisciculture, un univers peu connu, mais des emplois
Parmi les métiers présentés au Mondial des Métiers ouvert jusqu'à dimanche à Lyon, la pisciculture est un secteur en développement pour lequel plusieurs formations sont proposées en Rhône-Alpes.

Environnement / Pollution / Phoques

Éolienne en eau profonde. L'IUT de Brest à la manœuvre (Le Télégramme)
En octobre dernier, la société Blue H annonçait un projet d'éolienne flottante en eau profonde au large de la Bretagne. Des étudiants de l'IUT de Brest ont déjà mis la main à la pâte.
Les étudiants en licence professionnelle «matériaux composites» de l'IUT de Brest n'ont pas travaillé sur le prototype lui-même, une conception et une fabrication qui devraient commencer à la rentrée prochaine, mais sur sa faisabilité. La route est encore longue puisque BlueH, société dont le siège se trouve en Hollande, prévoit la mise à l'eau du prototype, au sud de Lorient, plutôt à la fin 2011. L'idée est de produire 3,5mégawatts. Le projet, labellisé par le pôle de compétitivité mer Bretagne, doit repasser devant le fonds unique interministéri
el, en vue d'obtenir certains financements.

Pertuis charentais - Le futur parc naturel marin est à l'étude (Sud-Ouest)
L'étude sur la définition du parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et des pertuis charentais est lancée. Elle associera les usagers de ces espaces fragiles
Entre les îles charentaises et l'estuaire de la Gironde, la nature ne sera pas mise sous cloche.
Il existe désormais un lien entre la colonie d'otaries de Saint-Paul, bout de terre australe, et les écosystèmes naturels de l'estuaire de la Gironde et des pertuis charentais. Ce lien, c'est un Saintais de 51 ans qui le tisse. François Colas est vétérinaire. Son parcours dans la fonction publique l'a conduit au sud de l'océan Indien, là où le paradis des otaries entrouvre la porte à une concentration humaine peu commune sous ces latitudes.

Université La Rochelle. L'Institut du littoral était inauguré hier par ses parrains et marraines de la Région, du Département et de l'Agglomération de la Rochelle. Coup d'oeil sur ses activités (Sud-Ouest)
Le littoral passé à la loupe
Qui fait quoi à l'Institut du Littoral ? Il serait prétentieux d'englober en quelques lignes les travaux d'environ 400 personnes, de l'université mais aussi d'Ifremer et du CNRS. D'ailleurs, le bâtiment inauguré hier ne les contient pas tous. Une seconde tranche est prévue pour que cohabitent enfin toutes les équipes de recherche concernées à La Rochelle par le thème Littoral et développement durable.
Inscrite au 12e plan, la construction de ce bâtiment de 3 812 m², sous maîtrise d'ouvrage du Conseil général, a coûté près de 8 millions d'euros. Qui fait quoi à l'Institut du littoral ? On y cultive l'interdisciplinarité, affirmait hier, Gérard Blanchard, président de l'université. Quatre témoignages pour quatre des disciplines qui se croisent en ces murs.

La Rochelle - Pêche et santé (Sud-Ouest)
Stéphanie Bordenave-Juchereau, biochimiste.
Du deug au doctorat, la biochimiste Stéphanie Bordenave-Juchereau, 34 ans, a fait tout son cursus à La Rochelle. La voici maître de conférence et travaillant sur les cryptides : molécules cachées des protéines de la mer. L'objectif de son laboratoire est de détecter celles de ces cryptides qui seraient bénéfiques pour la santé, notamment dans la lutte contre l'obésité et l'hypertension artérielle. Ces molécules étant présentes dans les têtes, viscères de poissons et autres déchets de la pêche, une valorisation de ces produits pourrait être envisagée, ce qui donnerait un bel exemple d'application de la recherche universitaire.

La Rochelle - Comment bouge la côte charentaise (Sud-Ouest)
Eric Chaumillon, géologue.
Le trait de côte : cette expression revient souvent dans la bouche d'Éric Chaumillon. Le géologue, maître de conférence à l'université, étudie avec son équipe la dynamique du littoral, autrement dit comment et pourquoi il bouge.
Effets physiques, climatiques, effets anthropiques enfin, c'est-à-dire liés à l'activité humaine, l'équipe de recherche s'efforce de mesurer ce qu'on doit à l'un ou l'autre de ces facteurs dans la mobilité du fameux trait de côte. Pour décrypter des informations sur les changements climatiques passés, l'équipe DPL (c'est son nom, pour Dynamique Physique Littoral) plonge ses carottes dans les sédiments du bord de mer.
Ces chercheurs parviennent ainsi à lire des tempêtes et autres accidents climatiques, vieux de milliers d'années. L'objectif étant, bien sûr, d'en tirer des enseignements pour le présent.

La Rochelle - Comprendre les hommes et leurs pratiques littorales (Sud-Ouest)
Louis Marrou, géographe.
Sa journée, Louis Marrou la passe ce samedi sur la digue Richelieu, à compter les mouvements de bateaux au port des Minimes. « Voyez comme la géographie peut être concrète », affirme ce professeur d'université, arrivé jeune maître de conférence en 1993 à La Rochelle, pour la création de l'établissement. « Ce comptage ira enrichir les milliers de données de l'observatoire des pratiques humaines dans l'archipel des Pertuis. » Ce type de recherche débouche en effet sur des connaissances tangibles pour les « décideurs » locaux.
L'équipe que dirige Louis Marrou travaille par exemple sur les pratiques de pêche à pied en Oléron, croisant ses données avec les biologistes qui s'intéressent, eux, à l'impact de cette pratique sur l'écosystème.

La Rochelle - Métaux lourds (Sud-Ouest)
Paco Bustamante, biologiste.
Arrivé comme thésard à La Rochelle après ses études à Caen, le biologiste Paco Bustamante, 39 ans, travaille au sein de l'équipe Amare, un sigle pas si évident qui veut dire « Réponse des animaux marins à la variabilité environnementale ».
« J'étudie pour ma part la façon dont les poissons assimilent et concentrent le mercure ou le cadmium, puis comment ils les éliminent ». Le chercheur s'intéresse aux poissons autant qu'aux oiseaux de mer qui s'en nourrissent. Il trace les polluants tout au long de la chaîne alimentaire, jusqu'au dernier des prédateurs : l'espèce humaine.

Des poissons-robots pour détecter la pollution dans l'eau (AFP)
Des scientifiques britanniques travaillent sur un modèle de poisson-robot capable de se déplacer de façon autonome pour détecter les sources de pollution en milieu aquatique, a indiqué jeudi la société qui pilote le projet.

La plage sous les déchets de la pêche
Sous les déchets la plage (Le Télégramme)
Que personne ne s'étonne, encore aujourd'hui, de croiser sur le littoral breton des petites fourmis armées de leur courage et de grands sacs poubelle. A l'initiative de la Surfrider Foundation, les volontaires sont invités à nettoyer les plages.
Un inventaire à la Prévert, en fait. Vieilles semelles, néons usagers, textiles essorés, bouteilles vidées. Et des cordes. Beaucoup de cordes. Trop de cordes, pour Christian Voisard. «La plus grande partie des déchets, ça vient de la pêche. On a récupéré 10 m³ de déchets aujourd'hui. Et sur ces 10 m³, quatre concernent le matériel de pêche. Un cordage en nylon, ça met 600 ans à se dégrader. En plus, pour le traitement, ça ne suit pas le circuit normal. Il faut donc tout trier». Le bon grain de l'ivraie. Laisser la laisse de mer mais sans les filets. «Je ne comprends pas qu'ils revendiquent des pratiques durables et continuent de tout balancer à la mer»,

Les espèces d’eau douce dans le sud de l’Afrique doivent être protégées (Actualités News Environnement)
Les espèces d’eau douce vivant dans les pays du sud de l’Afrique sont particulièrement menacées d’extinction par le développement des ressources en eau de ces pays, et doivent être protégées car elles sont une source d’alimentation importante pour les populations locales.

Plusieurs Madelinots se rassemblent pour lancer la pêche aux phoques (AFP)
Iles de la Madeleine - Plusieurs centaines de Madelinots se sont rassemblés dans le port de Cap-aux-Meules, dimanche, pour marquer le début de la chasse annuelle au phoque.
L'événement a été marqué par le lancement d'une gerbe de fleurs à la mer, à la mémoire des marins et chasseurs disparus en mer, et tout particulièrement des quatre victimes du naufrage de L'Acadien II, survenu le 29 mars dernier. Ceux qui ont pris la parole ont souligné le courage des chasseurs de loups-marins, et leur fierté d'exercer une activité bien ancrée dans leurs traditions.
Pendant ce temps, le mouvement de défense des droits des animaux continue de décrier la chasse et poursuit ses efforts à l'échelle internationale pour faire interdire l'importation de produits du phoque.

Côtes-d'Armor - Pleubian. Un fût de 200 litres échoué dans les rochers (Le Télégramme)
Hier matin, un fût d'environ 200 litres, au contenu potentiellement dangereux, a été découvert dans les rochers, au Petit Kermagen, entre les grèves de Brestan et de Kermagen, à Pleubian. Rouillé, il semblait avoir passé du temps dans l'eau. Le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours a dépêché sur place la cellule mobile d'intervention chimique (Cmic), basée à Saint-Brieuc. Constatant que le fût contenait seulement quelques résidus de produits corrosifs, et que tout risque de pollution était écarté, les pompiers l'ont seulement dégagé à l'aide d'une tractopelle.

La spectaculaire éruption d'un volcan sous-marin dans l'océan Pacifique, découvrez les images (Maxisciences)
Îles Tonga, Polynésie - Crachant des nuages de fumée, de cendres et de vapeur à plusieurs centaines de mètres d'altitude, l'éruption d'un volcan sous-marin a été immortalisée en plein Pacifique sud.

Des écolos appuient une chasse au phoque qui est loin d’être écologique (Cent Papiers)
Dans un récent communiqué Nature Québec appuie la chasse au phoque et fait du lobbying auprès du Parlement européen afin qu’il n’interdise pas les importations des produits dérivés. Nature Québec agit-il réellement par conviction écologique ?


Trafic de viande de baleine au Japon (ANE)
Greenpeace dénonce les méthodes sans scrupule de censure du gouvernement japonais.

Pollution de l’eau - L’Ifremer mise sur les moules pour évaluer la qualité de l’eau méditerranéenne (Actu-Environnement)
Dans le cadre de ses missions de surveillance de la qualité des eaux côtières méditerranéennes, l’Ifremer démarre une seconde campagne de mesures en s’appuyant sur les moules en tant que bio-indicateurs des contaminations chimiques.

Nouvelles menaces pour le thon rouge en 2009 (ANE)
Greenpeace s’oppose à cette surpêche démesurée…. En décembre dernier, le Conseil a validé des quotas de pêche démesurés, 12 406 tonnes pour l’ensemble de la flotte européenne pour 2009. Cette décision fait suite à l’attribution d’un TAC - total admissible de capture - de 22 000 tonnes par l’ICCAT, en dépit de l'alarme sonnée par la communauté scientifiques sur l’ampleur et l’impunité du phénomène de surpêche ainsi que le risque d’effondrement du stock à court terme.

Les pêcheurs, jardiniers de la mer (20 minutes)
Valoriser les déchets de la mer. L'idée est dans les filets nordistes depuis le mois de novembre et la signature d'un contrat bleu. « Pendant un mois, certains bateaux ont ramené à quai ce qu'ils ramassaient, mais la logistique sur terre n'a pas suivi et les déchets s'entassaient », se désole Bruno Margolet, président de la coopérative maritime d'Etaples (CME). Depuis le début de l'année, le conseil régional et les organisations de pêcheurs tentent donc de trouver des solutions. Notamment financières. « Nous devons nous assurer de l'existence des fonds européens pour mettre en place la chaîne de recyclage avant le mois de juin », assure-t-on à la région. Du côté des pêcheurs, une nouvelle coopérative, Cap Horizon, a même récemment vu le jour pour s'occuper spécifiquement de la mise en place de ce contrat bleu. Son président, Patrice Leduc, est confiant : « Nous élaborons actuellement un cahier des charges sur le modèle de ce qui se fait déjà en Bretagne. » Le travail de recyclage pourrait être confié à La Vie active, un établissement d'éducation spécialisée qui opère déjà dans le traitement des emballages à Wimille, et dont le président, Jean-Marie Alexandre, n'est autre que le vice-président chargé de la pêche au conseil régional.
Gilles Durand

Le trimaran Solar ira là où le soleil le portera (Ouest France)
Sur cette esquisse, le Solar Magister a des allures d'avion de chasse. Une plateforme de 70 m2 de capteurs solaires sera installée sur ce trimaran à moteur électrique pour produire l'énergie nécessaire à sa propulsion 24 heures sur 24.
Il aura la coque du premier Foncia, des flotteurs de l'hydroptère... Solar Magister, navire à propulsion électrique solaire, compte établir un record de traversée de l'Atlantique. Premiers tests cet été.

Antarctique: un océan trop chaud déstabiliserait la calotte glaciaire (Nouvelobs)
La calotte glaciaire de l’Antarctique Ouest risquerait d’être déstabilisée si la température de l’océan austral gagnait 5°C, selon une nouvelle étude. Elle s'est déjà effondrée à plusieurs reprises il y a plusieurs millions d'années.

Commercialisation / Marché / Transformation

Les artisans poissonniers montent aussi au créneau (La Voix du Nord)
Des poissonniers venant de toute la France et affiliés à l'Union nationale de la poissonnerie française, se sont retrouvés à Boulogne en début de semaine. Ils ont notamment dénoncé la vente directe (qui semble ne pas dater d'aujourd'hui) à laquelle s'adonneraient certains marins-pêcheurs. Et ils considèrent que c'est autant de chiffre d'affaires en moins pour eux...
Jusqu'alors, on ne les avait pas beaucoup entendus, les poissonniers. Mais à présent qu'ils endurent une perte de chiffre d'affaires « de 8 à 12 % » selon eux, ils montent au créneau.
Réunis à Boulogne en début de semaine, ils ont souhaité « que des actions soient menées pour lutter contre les ventes sauvages (des pêcheurs) ».

ISO - Normalisation dans le domaine des pêches et de l'aquaculture
y compris, mais n'étant pas limité à la terminologie, aux spécifications techniques relatives à l'équipement et à leur sites d'opération, de caractérisation d'aquaculture et l'entretien de conditions physiques, chimiques et biologiques appropriées, surveilance environnementale, rapport d'essai, traçabilité et le rejet des déchets.

Ports de pêche charentais - Le poisson boit la tasse (Sud-Ouest)
Après avoir touché le fond en février, les cours du poisson remontent ce mois-ci. Dans les criées charentaises, la hausse ne rassure pourtant pas
Les cours du poisson débarqué en mars remontent. Rien ne va plus sur le marché du poisson. Un mois de décembre maussade, suivi d'un début d'année 2009 morose, marqué notamment par une déconfiture des cours en février que les directeurs de criées aimeraient vite oublier.
En d'autres temps, la remontée des cours amorcée depuis le début du mois de mars aurait rassuré la filière. Rien n'y fait. La gifle a été telle, le mois dernier, que nul n'ose évoquer un retour à la sérénité.
Au port de La Cotinière, le directeur de l'organisation de producteurs va jusqu'à tempérer la hausse de ces derniers jours. Pour Éric Renaud, « il n'y aura plus d'envolée » durable des cours. Peut-être des pics, pas un mouvement de fond. Quand il prend l'exemple de la langoustine, 300 tonnes débarquées ici, l'une des espèces phares du port, il dit même craindre que la dévaluation de la livre anglaise ne facilite la percée sur le marché français des langoustines pêchées en Irlande, ou en Écosse.

Environnement : Findus, acteur européen engagé pour le respect des ressources marines (Fenêtre sur l'Europe)
Findus refuse la fatalité et s’emploie à mettre en place et promouvoir des solutions pour une pêche durable
Dans un tel contexte, premier acteur européen du marché des produits de la mer, Findus refuse la fatalité et s’investit activement pour mieux gérer les ressources marines depuis 7 ans. Parmi les multiples actions menées par Findus au cours des 7 dernières années figurent particulièrement :
- l’adoption des 10 principes volontaires Respect des Ressources Marines pour un approvisionnement responsable et la promotion du respect des ressources marines
- la mise en place d’une commission indépendante pour le développement durable (Sustainable Development group) composée notamment d’experts de la pêche. Cette commission a tout pouvoir pour réorienter les approvisionnements en produits de la mer de Findus en fonction de l’évolution des stocks à travers le monde. Ainsi, sous son impulsion, Findus a stoppé ses approvisionnements en Merlu d’Argentine jugé surexploité et réoriente ses approvisionnements vers les pêcheries du Cap ou du Pacifique. De même, Findus a annoncé en décembre 2008 la révision de son moratoire sur les achats de cabillaud de la Mer du Nord, y compris celui débarqué à Boulogne-sur-Mer, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives à une zone de pêche gérée durablement.

Nantes - Très cher poisson (Presse Océan)
Dimanche matin, marché de Vertou : la foule des grands jours devant l'étal de la poissonnerie Paon. On a beau aimer le poisson, on le trouve pourtant cher. Vrai ou faux ? Le sentiment de poissonniers et chalands.
En ce dimanche matin, sur le marché de Vertou, la pluie ne refroidit pas l'ardeur des chalands. Ils sont une bonne dizaine à faire la queue devant la poissonnerie Paon. Qui a dit que le poisson était cher ? « C'est sûr que les prix ne sont pas donnés, convient Louison, une habitante de Nantes. Mais il ne faut pas exagérer non plus. On peut encore trouver du bon poisson à des tarifs abordables ».

La lotte-baudroie, un poisson qui se prend pour une viande... (NouvelObs)
Si la baudroie a longtemps et injustement eu mauvaise réputation, victime de son physique ingrat, sa chair fine et délicate est aujourd'hui l'une des plus recherchée.

L'huile de poisson, un aliment hors pair pour une santé de fer! (Le coin bio)
Depuis quelques années, les recherches scientifiques autour de l'huile de poisson foisonnent. Aux quatre coins de la planète, des équipes de chercheurs lui attribuent toujours plus de propriétés bénéfiques pour la santé. Un survole rapide de la littérature existante sur le sujet nous donne envie de sortir le barbecue pour faire griller quelques sardines. L'huile de poisson n'est pas un produit miracle mais elle s'avérerait tout de même salvatrice pour certaines personnes souffrant de problèmes de santé liés à une carence en oméga-3,

Boulogne / Capécure - Remontés contre leur direction, des salariés de Findus ont débrayé hier (La Voix du Nord)
Baisse de la participation de l'entreprise au budget du CE, révision des seuils d'intéressement... Des salariés s'inquiètent de la dégradation sociale chez Findus.
Des salariés de Findus se sont joints au mouvement de grève hier matin. Avec leur direction, le torchon brûle...
Les représentants du comité d'entreprise (CE) déplorent notamment la volonté de la direction de revoir à la baisse sa participation au CE. Contacté, le responsable du site boulonnais, Mr Bouvatier, ne dément pas être en discussion sur ce sujet avec les partenaires sociaux. « Regardez ce qu'est un budget de CE dans une entreprise et prenez celui de Findus, vous constaterez un décalage », commente-t-il.
Hier matin, les salariés grévistes, parfois syndiqués à la CFDT ou à la CGT, dénonçaient aussi la politique du « toujours plus » voulue par leur direction.
« Ils ont revu les seuils d'intéressement en demandant toujours plus d'efforts au personnel », lance un salarié. « La révision des seuils d'intéressement montre l'ambition de l'entreprise avec l'objectif d'une optimisation de la performance », indique le patron du site.
Le personnel redoute que l'entreprise ne mène une restructuration déguisée, parle de menace de plan social. Un cabinet extérieur serait en train de pratiquer un audit. « Il n'y a rien de fondé derrière tout cela », répond en écho Mr Bouvatier. À suivre. •

Divers

Un banquet de requiem (Le Temps)
Un banquet de requiem? Mais quel personnage d’importance aurait bien pu casser sa pipe pour mériter un tel hommage funèbre, gastronomique de surcroît?
Ouvrons le bal avec quelques moules de bouchot, lesquelles vont se mettre à l’œuvre pour la reproduction de leur marmaille. Et si nous dérogeons aujourd’hui au petit blanc sec et à l’échalote ciselée de la sanctissime marinière, c’est qu’il faut de tout pour faire un monde gourmand. Nous avons vu un ami italien faire s’ouvrir les moules à bon feu, dans un grand faitout, huilé à l’olive, puis les bénir, avant de servir, d’une poignée de basilic haché fin. Inutile de se creuser la cervelle avec la sauce, l’eau des crustacés, mélangée à l’huile de cuisson, suffira.

Bordeaux - ONG cambodgienne à l'ENITA
La délégation cambodgienne fait le tour de France
Une cinquantaine d'étudiants -ingénieurs sont réunis depuis hier dans les locaux de l'ENITA à Gradignan, à l'initiative de l'association ISF (Ingénieurs sans frontières) de Bordeaux, pour deux jours de formation et d'information sur les échanges nord-sud, plus spécifiquement dans le domaine agro-alimentaire.
Lucile Habert et Mathieu Nival, les animateurs locaux de cette association estudiantine, ont mis sur pied rencontres, conférences, tables rondes et ateliers pédagogiques. C'est aussi l'occasion d'accueillir les membres d'une ONG (organisation non gouvernementale) cambodgienne parrainée nationalement par ISF, qui effectue un tour de France des associations locales.

Et si la Mer morte disparaissait définitivement ? (Europe 1)
Le niveau de la Mer morte baisse de 70 centimètres par an, la menaçant dans les 50 ans si rien n’est fait pour arrêter l’exploitation de cette réserve d’eau dans la région. En cause : le réchauffement climatique mais aussi la surexploitation des cours d'eau aux alentours.

Bretagne Vivante. Il faut sauver le phragmite aquatique (Le Télégramme)
Dans le registre des espèces classées en voie d'extinction figure le phragmite aquatique. Il s'agit d'un passereau qui ressemble par sa taille et sa morphologie à une grive.
Selon les derniers comptages de cette espèce, il ne resterait plus que 15.000 spécimens dans l'ensemble de l'Europe. Bretagne Vivante et le réseau Natura 2000 ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes. La Bretagne est une des terres d'escale de ces oiseaux. Et c'est dans le cadre du programme Natura 2000 que Dinéault(29) a séduit. Des marécages, des zones de repos pour ces passereaux en quête de nourriture ont donc été acquis dans la commune. 8.250m² achetés à la commune par Bretagne Vivante et le reste des terrains achetés à des particuliers permettront aux phragmites aquatiques de se refaire une santé avant de prolonger leur voyage.

Pays de la Loire - Les conteneurs remonteront la Loire jusqu'à Angers (Ouest France)
La Marfret gabarre accostera à Cheviré. : Marfret
Dès le 6 avril, une barge transportera du sucre, du bois... entre Montoir et, dans un premier temps, Nantes. Le fleuve ? Une alternative à la route. Et un bon coup pour le port Atlantique.
La compagnie Marfret, armateur marseillais, a ouvert, à côté de son activité maritime de transport conteneurs et roro (chargement de voitures), assurée par huit navires, une branche fluviale : la société Fluvio Feeder armement. Cette dernière disposait jusqu'à présent de deux petits navires : un sur la Seine entre Gennevilliers et Le Havre, un sur la ligne Lille-Dunkerque-Anvers. Un troisième va entrer en service, dès le 6 avril, sur la Loire.

Norvège - La mer, source de médicaments (Ambassade de France)
Pour la première fois, des scientifiques norvégiens ont réussi à produire de nouveaux médicaments à partir de bactéries prélevées dans la mer. Les onze espèces de bactéries qui libèrent des substances capables de tuer les cellules cancéreuses, et trois autres bactéries qui produisent de nouveaux antibiotiques ont été découvertes par des chercheurs de SINTEF et l'Université Norvégienne pour les Sciences et la Technologie (NTNU), à Trondheim en Norvège. En collaboration avec des groupes de recherche basés à Moscou et à l'Université de Bergen (groupe du Prof. Stein Ove Døskeland), ils ont réalisés des progrès importants dans le domaine de la biotechnologie.

Bretagne - Plastimer. Trois unités pour la pêche (Le Télégramme)
Le chantier Plastimer de Penmarc'h (29) renoue avec la construction de bateaux de pêche. En construction depuis septembre, la coque du Polyfisher 10,80 est ainsi destinée à la pêche au casier et au filet au large de Carteret, dans le Cotentin. Sa livraison interviendra en juin, deux mois après celle du ligneur-palangrier de 6,50m pour un pêcheur de la rivière d'Etel. Tout juste livré, le petit ligneur laissera la place à la construction d'un fileyeur-caseyeur de 8,50m, cette fois pour le port du Havre.

Lancement d'un satellite européen pour étudier l'évolution des océans (Le Monde)
Le satellite européen GOCE (Gravity Field and Steady-State Ocean Circulation Explorer) a été lancé avec succès, mardi 17 mars, depuis le cosmodrome de Plesetsk, dans le nord de la Russie. Prévu depuis près d'un an, le lancement avait été reporté à cinq reprises. L'engin a été mis sur orbite par un lanceur Rockot - un ancien missile soviétique SS-19 reconverti et exploité par un consortium germano-russe.

Plaisance : engagement pour l'environnement (Sud-Ouest)
CONGRÈS. Les 3e Rencontres nationales des ports de plaisance se sont terminées hier sur le constat que développements économique et environnemental étaient indissociables
Objectif du Grenelle de la mer, lancé en avril : définir un « plan mer ». (photo DR)
S'il est une phrase qui pourrait résumer les deux journées de travail des ports de plaisance autour du développement durable, c'est bien celle prononcée par Laurent Courcol, directeur régional des Affaires maritimes d'Aquitaine : « La mer sauvera la terre. »
Objectif du Grenelle de la mer, lancé en avril : définir un « plan mer ».
Déficit de 54 000 places

Télévision. Thalassa en direct de l'Ile-Tudy demain (Le Télégramme)
Demain, Thalassa, le magazine de la mer de France 3, fera escale à l'Ile-Tudy. En direct de la petite station balnéaire bigoudène, l'équipe recevra notamment l'affichiste Alain Le Quernec et le navigateur Roland Jourdain.
Thalassa, le magazine de France3 dédié à la mer, sera présenté demain en direct de l'Ile-Tudy. La petite station balnéaire du Pays bigouden accueillera Georges Pernoud et son équipe le temps d'une nouvelle escale «Sur le sentier du littoral». Cette semaine, elle fera halte entre Quimper et Brest.

Aucun commentaire: