dimanche 15 mars 2009

Actualités du 14 au 16 Mars 2009

Recherchez votre information dans la revue de presse ci-dessous Sinon allez à l'accueil de Regard sur la pêche et l'aquaculture

Pêche / Crise / Vente Directe / Election
Pêche dans le monde
Aquaculture / Conchyliculture en France et dans le monde
Environnement / Pollution
Transformation / Commercialisation / Salon / Poissonnier
Loisirs / Découverte / Formation / Divers


Pêche / Crise / Vente Directe / Election

La Corse, eldorado des ressources halieutiques, se pose en modèle (Corse Matin)
C'est Arnauld Souplet, le rapporteur expérimenté d'une longue campagne diligentée par l'IFREMER de Sète et menée sur 15 ans, qui le révèle au siège la Prud'homie des pêcheurs de Bastia : la Corse est désormais la seule région littorale française (et peut-être est-ce encore vrai à l'échelle du Bassin méditerranéen) où les indicateurs sont au vert, alors que partout ailleurs ils sont passés au rouge. Toutes les mesures et évaluations laissent apparaître qu'en Corse, les ressources halieutiques des espèces pêchées au chalut sont intactes voire même en légère hausse, exception faite du merlu dont la population a plutôt tendance à se réduire.

Golfe de Gascogne. Fin des recherches pour retrouver un marin espagnol (Le Télégramme)
Fin des recherches pour retrouver un marin espagnol dans le golfe de Gascogne bordeaux, 16 mars 2009 (AFP) - Les recherches déclenchées dimanche matin par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d'Etel pour retrouver un marin espagnol porté disparu dans le golfe de Gascogne ont été abandonnées dans la soirée.

Hausse de la vente directe du poisson (DNA)
Face à la baisse des prix, liée à la surproduction et à la faible demande, de nombreux pêcheurs du Sud-Ouest se sont lancés, depuis quelques semaines, dans la vente directe aux consommateurs.
« On le vend mieux qu'à la criée et en plus les clients sont contents car il est moins cher et plus frais », se félicite Pascal Chabrerie, un pêcheur d'Arcachon.
Comme d'autres collègues, il s'est mis, de sa propre initiative, à la vente directe en raison de la chute des prix du poisson dans les dernières semaines.
Au plus fort de la crise, liée essentiellement à la baisse de la demande du marché espagnol due à la crise financière, la sole se vendait, fin février, 7,50 euros le kilo, soit au prix de retrait, c'est-à-dire au prix minimum.

Bar : une ressource à protéger (La Manche Libre)
Poisson côtier recherché à la fois par les pêcheurs professionnels et les plaisanciers, le bar pourra encore faire leurs beaux jours.
De fait, le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) souligne que les stocks de cette espèce dans la mer du Nord ainsi qu'en Manche-est sont satisfaisantes. Parce que la pression de pêche reste supportable. En outre, le réchauffement des eaux dans ces zones a favorisé la croissance de la population.

Il faut sauver les coopératives maritimes (La Manche Libre)
Placées en redressement judiciaire le 30 janvier dernier, les deux coopérativres régionales de transformation des produits de la pêche, Copéport-marée à Port-en-Bessin et Granvilmer à Granville, disposent depuis lors de six mois pour trouver une solution leur permettant d’éviter la liquidation judiciaire pure et simple.
A Granville, comme à Port-en-Bessin, le sort de ces deux coopératives est inséparable de celui des halles à marée locales.
Dans le port manchois, la Chambre de commerce locale

Le Guilvinec. Robert Bouguéon reconduit au comité local des pêches (Le Télégramme)
Robert, Bouguéon, 57 ans, a été reconduit, hier, à la tête du comité des pêches du Guilvinec (29). Après un mandat de sixans, il reprend donc les rênes de la structure bigoudène, la plus importante de France. À ce poste, il sera, sans doute, le dernier président du comité local des pêches du Guilvinec. Il devra, d'ici deux ans, en effet, assurer le glissement vers la fédération départementale des comités locaux dont il est, par ailleurs, le président. (Photo Marc Revel)

Syndicat national des chefs d'entreprise à la pêche. Un Concarnois à la barre (Le Télégramme)
Michel Rouanès, patron-pêcheur à Concarneau (29), a été élu, hier, président du syndicat national des chefs d'entreprise à la pêche maritime(SNCEP), lors d'un conseil organisé dans cette même ville. La structure regroupe plus de 150 artisans, entre Dunkerque et le bassin d'Arcachon. A 48 ans, Michel Rouanès (à gauche sur la photo, à côté du nouveau vice-président, Yannick Pourchaux, de Fécamp), patron de deux chalutiers, le Kamadja et le Kanumera, succède à Jean-PierreLe Bail, pêcheur auTréport, en Seine-Maritime. Il siégera désormais au comité national des pêches où il espère «porter la parole des chefs d'entreprise artisans, qui doivent être reconnus comme des acteurs importants ».

Cornouaille: le pacte pour la pêche a pris l'eau (Ouest-France)
Comment imaginer pire scénario pour le pacte pour une pêche durable en Cornouaille ? Le fruit de plusieurs semaines de discussions et de travaux, entre les professionnels et les collectivités, a été balayé d'un revers de main par une partie de la profession ! Vendredi à Quimper, les élus ont gardé leur sang-froid en écoutant Robert Bouguéon, président de la fédération des comités locaux des pêches, demander le report de sa signature « à la demande de présidents de comités locaux ». Effectivement, présents à ses côtés, les présidents des comités de Douarnenez et Audierne ont expliqué qu'ils ne signeraient pas tant que ne sera pas réglé le différend entre bolincheurs et ligneurs. « Nous réclamons une table ronde et la mise en place d'un code d'éthique » a lancé Bruno Claquin, président du comité de Douarnenez.
La profession se déchire

Bretagne - Le parc marin d'Iroise verbalisera les braconniers (Ouest France)
Les agents du parc sont là pour servir de médiateurs, mais aussi pour réprimer si nécessaire, les pêches illégales à la pointe de Bretagne.
Ce sont bien des agents du Parc marin d'Iroise qui, en l'absence des gendarmes, ont constaté les pêches illégales de dorades à Douarnenez le 25 février par un bolincheur (bateau de pêche utilisant un filet tournant), a confirmé hier Pierre Maille, président du Parc marin d'Iroise. Simples témoins cette fois, ils n'étaient pas assermentés. « Mais ils le seront bientôt. »
Pierre Maille a aussi demandé hier que le bateau fautif soit sanctionné par les institutions compétentes (suspension de licence, amende...).

Finistère - Pêcheurs. Le parc marin au coeur du conflit (Le Télégramme)
Le conflit entre pêcheurs sud-finistériens met en scène le parc marin d'Iroise. PierreMaille, son président, monte en première ligne.
«Notre objectif, c'est que dans quinze ans, il y ait plus de poissons dans le parc marin et, peut-être, encore plus de pêcheurs». Pierre Maille, hier matin, a redit que l'objectif du parc marin qu'il préside n'est pas de sanctuariser la mer d'Iroise mais bien d'aider au développement d'une pêche respectueuse de l'environnement. Les circonstances lui donnent l'occasion d'entrer résolument dans l'action puisque, dans le conflit opposant des bolincheurs et des ligneurs, le parc marin se trouve doublement mis en scène.
Pour des sanctions lourdes

Pêche durable. Pas de signature des Cornouaillais (Le Télégramme)
Robert Bouguéon, président de la Fédération des comités des pêches n'a pas signé hier soir le pacte pour une pêche durable en Cornouaille. D'accord sur le fond du document, les pêcheurs ont voulu dénoncer les pratiques récentes de certains bolincheurs et le manque de contrôle de l'administration.

Inauguration - Le port du Grau d'Agde s'ancre dans l'avenir (Le Midi Libre)
15 h, hier, le Tournevire, Fernand ou Néné rentrent au port du Grau d'Agde après leur journée de pêche. Ils font partie des quelque 42 chalutiers qui utilisent le petit port de pêche. Et ça bouchonne au débarquement. Même jour, même heure, le président du conseil général de l'Hérault, André Vezinhet, et le conseiller général Pierre Guiraud, président du conseil portuaire de la criée d'Agde et chargé des ports du département, pénètrent dans la criée, rénovée en 2001. Baudroies, maquereaux, soles, merlans... défilent sur le tapis roulant avec leur cotation. A leurs pupitres de la salle des ventes, les acheteurs enlèvent les lots de poissons du jour...
« Un exemple de collaboration efficace entre une collectivité et une coopérative de pêcheurs », se réjouit André Vezinhet. Qui salue les « derniers cueilleurs de la planète » et les associent à un autre métier en difficulté, les viticulteurs : « Vous êtes liés car chevillés à ce territoire. » Pour Gilles d'Ettore, le maire d'Agde, il n'est même pas imaginable « de ne plus voir les bateaux de pêche passer l'embouchure de l'Hérault ».

200 000 € réclamés à l'armement Scanapiecco (Le Midi Libre)
Il s'agirait d'une créance salariale remontant à la campagne 2003 menée
dans les eaux libyennes Voilà quatre mois aujourd'hui qu'une saisie conservatoire a été prononcée par le tribunal de commerce de Quimper à l'égard d'un thonier de l'armement Scanapiecco, le Jean-Louis Raphaël . Et rendue effective à l'occasion du passage du bateau pour réparations au chantier Piriou de Concarneau, où il a été construit. Une décision de justice faisant suite à une demande de six marins du quartier de Concarneau qui, soutenus par la CGT, réclament à l'armateur sétois des arriérés de salaires représentant une somme rondelette, et remontant à une campagne au thon rouge menée en 2003 dans les eaux libyennes.

Halle à marée de Granville : un plan de relance (La Manche Libre)
Quand la pêche va mal, la criée de Granville “toussote” forcément. “Nous sommes dans un plan de reprise et non de fermeture de la halle à marée,” a précisé vendredi 20 février, Georges Cornier, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI).
En concertation avec les pêcheurs et les mareyeurs, la CCI a établi une "stratégie" pour conserver l'outil indispensable de la pêche granvillaise. Mais avant cela, elle a dressé un état des lieux de la criée au 31 décembre 2008. Comme le président le craignait, les marchandises débarquées n'ont pas été à la hauteur des espérances, l'année passée. Du coup, le chiffre d'affaires qui était de 24 135 052 euros en 2007 est tombé à 17 638 894 euros en 2008. "Plusieurs facteurs sont à l'origine de la situation actuelle," note Georges Cornier. "Nous étions confrontés à la hausse du carburant, à une campagne d'amandes médiocres et à une baisse de la consommation..."
Des économies d’échelle
Résultat, la criée doit trouver une somme de 300 000 euros pour espérer un retour à l’équilibre d’ici à la fin 2009. Afin de trouver les meilleures solutions, les pêcheurs et les mareyeurs ont choisi le maintien des prestations actuelles,

Finistère - Comité local des pêches. Un nouveau président pour le nord-Finistère (Le Télégramme)
Le président du comité local des pêches maritimes du Nord-Finistère, Jean-Jacques Tanguy, vient de passer le relais après sept années. Le comité qui défend les intérêts des pêcheurs professionnels entre Locquirec et Saint-Nic, en baie de Douarnenez, est désormais présidé par ManuKelbérine (liste CFDT, 56 ans, domicilié à Logonna-Daoulas), le patron d'un côtier de 10m (Le Labous Mor) draguant en rade de Brest et en baie de Morlaix l'hiver et pêchant le bar en Finistère-Nord à la belle saison. Il aura pour vice-présidents Yannick Calvez (Roscoff, caseyeur Kreiz ar Mor) et le mareyeur Marc Hollande (viviers de Porsguen à Plouescat).

Concarneau. Didier Gouyec (CGT) à la tête du comité local des pêches (Le Télégramme)
Le cégétiste Didier Gouyec a été élu ce soir président du comité local des pêches de Concarneau, poste précédemment occupé par Jean-Pierre Salaün. Le nouveau président âgé de 45 ans est le patron du Berceau de l'Océan, un fileyeur-palangrier. Lors de la réunion d'installation du comité M. Gouyec était le seul à présenter sa candidature.

Pays Basque- L'association Entre Deux Mets vous propose de découvrir les pêcheurs de Saint Jean de Luz Ciboure et la conserverie Jean de Luz


Pêche dans le monde

Algérie : Des pêcheurs demandent l’effacement de leurs dettes (Quotidien d’Oran)
Les jeunes investisseurs dans le secteur de la pêche dans le cadre de l’ANSEJ, lancent un appel pressant au Président de la République et aux ministres de la Pêche, des Finances et du Travail pour l’effacement de leurs dettes.
Ils demandent davantage de soutien. Selon les représentants de ces jeunes investisseurs, ils sont plus d’une soixantaine d’armateurs répartis à travers les ports d’Oran, d’Arzew et de Bouzedjar notamment qui risquent à tout moment la faillite.

Les difficultés de la pêche à Gaza (Irin)
L’offensive militaire israélienne qui s’est achevée le 18 janvier 2009 et la réduction de la zone de pêche de 6 miles nautiques à 3 le même mois nuissent à l’activité des pêcheurs de Gaza. Les zones de pêche maritimes accordées aux pêcheurs de Gaza sont passées de 12 miles à 6 en 2000, puis à 3 miles en janvier alors que les accords d’Oslo signés en 1993 prévoyaient 20 miles, selon l’IRIN du 12 mars. Une source militaire israélien anonyme explique : « durant les opérations militaires, un blocus naval a été imposé à la bande de Gaza. À la fin des hostilités, la marine a décidé d’autoriser la pêche jusqu’à 3 miles des côtes. Ce blocage a été imposé pour empêcher le trafic d’armes vers la bande de Gaza. » Avant le conflit, le manque de carburant et de matériel assurait déjà des prises insuffisantes : 250 tonnes par mois alors que 20 000 tonnes par an sont nécessaires pour fournir assez de protéines à toute la population. Ensuite, le conflit a endommagé 113 bateaux sur les 450 que compte la flotte de pêche de Gaza et détruit du matériel de pêche. Seules 65 tonnes de poissons ont pu être capturées en février car les plus gros bateaux ne peuvent pas pêcher à moins de 3 miles des côtes. (Source : Goodplanet)

RD Congo - Equateur : les enfants de pêcheurs étudient mieux qu'avant (Syfia Grands Lacs/RD Congo)
A l’Equateur, au nord-est de la RDC, les enfants de pêcheurs qui vont étudier en ville sont de plus en plus assidus. Grâce au téléphone et aux marchés hebdomadaires, leurs parents peuvent plus facilement avoir de leurs nouvelles et leur faire parvenir de l'argent. Résultat : le taux de déperdition a diminué. Embarcadère d’Ekunde à Mbandaka.

La FAO demande la protection de la pêche en Gambie (Xinhua)
Le Dr Babagan Ahmadu, représentant de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en Gambie, a demandé jeudi la protection des ressources aquatiques de ce pays de l'Afrique de l'Ouest.
En s'exprimant dans le cadre d'un forum sur des systèmes d'aquaculture durables pour la Gambie, organisé par le ministère de la Pêche et des Ressources hydriques, il a noté que la pêche et l'aquaculture sont des sources essentielles de nourriture, de moyens de subsistance, d'échanges et d'activités récréatives pour les populations du monde.

Algérie - La pêche et l’aquaculture, un secteur en mutation - Des projets prometteurs en attendant la production (La Tribune)
La quatrième édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture (SIPA) s’est déroulée la semaine dernière dans un contexte marqué essentiellement par une hausse effrénée des produits halieutiques. La sardine s’est vendue ces derniers jours à un prix
inabordable -300 DA le kg-, mirobolant pour le consommateur,….
il faut se tourner vers d’autres investissements tels que le poisson d’élevage et en général l’aquaculture pour produire plus. En chiffres, selon le même responsable, les investissements, qui ont commencé à produire ces derniers temps, fournissent au marché quelque trois mille tonnes à l’échelle nationale, une quantité qui est loin de satisfaire une demande beaucoup plus considérable. Néanmoins, selon M. Rahmani, le ministère de la Pêche et de l’Aquaculture a mis au point un schéma directeur de développement des activités de la pêche et de l’aquaculture à l’horizon 2025. Ce schéma, qui représente la bagatelle de 102 milliards de dinars, permettra au secteur de bénéficier de pas moins de 4 000 projets dans les différents domaines de l’aquaculture, dont les fruits, ajoute-t-il, pourront être récoltés dès 2015.

Algérie - Les vraies raisons de la crise (El Watan)
Quand je pense que dans les années 1970, les pêcheurs donnaient la sardine parce qu’il était honteux de la vendre ! », se souvient, nostalgique, un habitant de Beni Saf. Le joli temps de la sardine abondante et gratuite est révolu. Aujourd’hui, dans le premier port de pêche du pays jusqu’à El Kala, la sardina pilchardus, la vraie, se vend sur les marchés entre 250 et 350 DA le kilo contre 40 DA il y a encore quelques mois. Les pêcheurs qui la traquent en vain se sont rabattus sur la latcha et la latchidere, ses cousines plus grasses et moins goûteuses, vendues – comme étant de la sardine – parfois jusqu’à 250 DA.
L’utilisation généralisée de la dynamite fait fuir le poisson
Certains sardiniers en parlent à demi-mots comme d’un sujet tabou, d’autres avouent ouvertement ne pas sortir sans. « Sur la côte ouest, si vous n’utilisez pas la dynamite, vous ne ramènerez rien, parce que les fonds accidentés rendent la pêche au filet très risquée, et parce que tous les pêcheurs ou presque s’en servent », confie un marin rencontré à Bouharoun.
Les chalutiers empiètent sur la zone des sardiniers
Autre problème, les chalutiers empiètent régulièrement sur la zone des sardiniers qui dénoncent : « Ils sont tellement nombreux et bruyants qu’ils font fuir le poisson. » Plus grave, les panneaux des chalutiers raclent les petits fonds et détruisent les écosystèmes, malgré la réglementation qui leur interdit de pêcher dans les zones inférieures à 50 mètres de profondeur…
Les stocks de sardines sont sérieusement entamés par la pêche
« Selon le suivi que j’ai effectué au port d’Alger, via des prélèvements mensuels sur les sardiniers, nous avons atteint en 2007 et 2008 un niveau d’exploitation optimal des stocks de sardines », nous explique Mohamed Haouchine de l’université de Bab Ezzouar. En d’autres termes, si les sardiniers continuent à pêcher de la même manière, sur les mêmes zones, aux mêmes périodes, les populations de poissons n’auront pas le temps de se renouveler….


Aquaculture / Conchyliculture en France et dans le monde

Les moules de bouchot normandes veulent sortir de l’ombre (La manche Libre)
Les moules de bouchot ont désormais leur syndicat. Son représentant compte bien valoriser un produit trop souvent délaissé. Depuis trop longtemps, ils étaient dans l’ombre des conchyliculteurs. Cette époque-là est désormais révolue. Le premier syndicat des mytiliculteurs de la Baie de Granville vient de voir le jour.
Son objectif est de "défendre la qualité d'un produit qui a trop souvent mauvaise presse", indique Johann Duclos, son tout récent président et mytiliculteur à Bricqueville-sur-Mer.

Algérie - Aquaculture saharienne : La délégation d’experts de la FAO quitte Ouargla (El Watan)
La délégation d’experts de la FAO a quitté Ouargla en début de semaine après avoir sillonné les exploitations aquacoles basées à Hassi Ben Abdallah.
Ouargla
Entre autres objectifs atteints de la mission effectuée par la délégation – constituée des docteurs Mohammad R. Hassan (expert en ressources halieutiques continentales et aquaculture auprès de la FAO), Sharif S. Sadek (consultant indépendant en fermes aquacoles), Toufik Boutouchent (coordinateur du projet FAO au ministère de l’Agriculture), et Djamila Ferhane (chef de département aquaculture au centre national de recherche pour la pêche et l’aquaculture de Bou Ismaïl) –, la formulation d’une alimentation spécifique adaptée aux poissons de Ouargla après le recensement, la semaine dernière, des matières premières locales à même de fournir un aliment complet, adapté et peu coûteux, qui sera élaboré par le Dr Hassan.
Les autres objectifs atteints sont la sensibilisation des agriculteurs de la région à la nécessité d’intégrer l’aquaculture dans leur activité agricole pour rentabiliser chaque goutte d’eau utilisée dans l’irrigation. Les experts ont recensé plusieurs contraintes qui entravent le développement de l’aquaculture dans la wilaya, à savoir sa pauvreté en matière premières nécessaires à l’alimentation du poisson et en contrepartie les possibilités offertes par l’intégration du noyau de datte dans la formule alimentaire, la température élevée des eaux albiennes utilisées dans l’irrigation ainsi que le manque d’oxygène dans l’eau en période estivale. Ces contraintes sont à l’étude jusqu’au mois d’avril, date de la prochaine mission de la FAO à Ouargla, précise le Dr Sherif Sadek.
Lancé en novembre 2008 dans le cadre d’un programme de coopération entre l’Algérie et l’organisation onusienne, le projet d’appui au secteur acquacole de Ouargla voudrait valoriser les premiers essais de pêche continentale dans cette wilaya. Le but est d’assurer une intégration de l’aquaculture à l’agriculture, d’une part, et d’aider à l’optimisation de la production de poisson par la formulation d’un aliment adéquat pour ce dernier, nous explique Mme Ferhane Djamila, chef du département aquaculture au CNRDPA.

L'aquaculture rattrape la pêche (Les Echos)
Depuis quinze ans, la quantité de poissons pêchés en mer stagne, confirme aujourd'hui l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans son dernier rapport sur la situation mondiale des pêches et de l'aquaculture.

Guide de co-construction d'indicateurs de développement durable en aquaculture (Mediaterre)
En aquaculture, où une part importante des produits sont exportés (saumon, crevettes, panga), les initiatives des grandes ONG comme le WWF avec ses " dialogues " et son projet de " stewardship " ou encore celles de grandes associations comme la Global Aquaculture Alliance ou le GlobalGap sont de la première catégorie et elles vont certainement peser lourd dans les échanges internationaux. Mais des initiatives émergent aussi du terrain, à des échelles plus modestes, régionales et locales, pour imaginer un développement durable à la fois plus proche et plus large tout en tenant compte des référentiels en marche. Ce type de démarche permet ainsi de réviser les pratiques de production au sein des exploitations mais aussi de prendre en compte des interactions plus larges à l'échelle des écosystèmes et des communautés sociales et faciliter ainsi son intégration territoriale. C'est une démarche de ce type que propose le Guide de co-construction d'indicateurs de développement durable en aquaculture qui vient d'être édité par le groupe de recherche EVAD dans la cadre de l'ANR, Agence Nationale de la Recherche. http://www.inra.fr/coordination_piscicole/groupes_de_travail/systeme_d_elevage/evad/guide_evad

Éducation - L'élevage du saumon à l'école (Radio-Canada)
La Fédération du saumon de l'Atlantique confie à des élèves des oeufs de saumon pour qu'ils s'en occupent jusqu'au moment de les libérer dans un cours d'eau, en juin. Près de 700 écoles en Atlantique et au Québec participent au projet.
Les élèves en deuxième année à l'école Queen Elizabeth, à Moncton, étaient émerveillés en recevant leurs oeufs, qui proviennent de la baie de Fundy. La classe doit s'en occuper. Il s'agit essentiellement de veiller à ce que la température de l'eau de l'aquarium soit adéquate.

Mayotte - L'objet de la réunion est d'installer la présence de l'Ifremer à Mayotte pour le développement de l'aquaculture (Mayotte Hebdo)
Le président du conseil général de Mayotte participera sur invitation de l'ensemble de la communauté mahoraise de Métropole au grand meeting pour le oui à la départementalisation prévu le samedi 14 mars à partir de 14 heures à Périgueux Ce grand rassemblement regroupe toute la zone Sud ouest. Sont pressentis pour y prendre part, la classe politique locale, le maire de la commune, le vice président du Conseil Régional d'Aquitaine, le président du conseil général de la Dordogne, ainsi que les parlementaires de la localité. Par ailleurs, M. Douchina prendra part à une réunion de travail prévue le mardi 17 au ministère de l'Outre-mer en présence de M. Jégo, M. Perrot, PDG de l'Ifremer et une délégation d'Aquamay. L'objet de la réunion est d'installer la présence de l'Ifremer à Mayotte pour le développement de l'aquaculture.


Environnement / Pollution

La crise de l'eau au forum d'Istanbul (Ouest France)
Une demande d'eau croissante. Après Mexico, en 2006, le 5e Forum mondial de l'eau s'ouvre aujourd'hui sur un constat alarmant : la crise de l'eau devrait s'aggraver sous la double pression de la croissance démographique et du changement climatique. Avec une population mondiale qui augmente de 80 millions de personnes par an, la demande d'eau douce devrait croître de 64 milliards de m3 par an, d'ici à 2050.
Le réchauffement climatique. Selon les experts, plusieurs dizaines de millions de personnes pourraient être contraintes de migrer pour des raisons liées à la pénurie d'eau. En 2030, on estime que 47 % de la population mondiale vivra dans des zones soumises à des stress hydriques importants.
Des inégalités inacceptables.

Les glaces arctiques pourraient disparaître en septembre dès 2100 (AFP)
L'océan Arctique sera vraissemblablement libre de glaces pendant le mois septembre "avant" l'année 2100, confirme une nouvelle étude réalisée à partir de projections climatiques, et à paraître lundi en ligne dans la revue Nature Geoscience.
Une analyse de projections de 18 modèles climatiques et d'observations sur les années passées montre que "l'océan Arctique sera probablement libre de glaces en septembre avant la fin du XXIe siècle", écrivent les auteurs de l'étude, de l'Université de Californie à Los Angeles.

Des filets de pêche roses pour la protection des albatros (Newscientist)
L’utilisation de filets roses fluorescents aide la préservation des oiseaux, rapporte le New Scientist. Chaque année 100.000 pétrels et albatros, attirés par les appâts dans les filets, trouvent la mort. Les filets colorés une fois déroulés dissuadent les oiseaux de s’en approcher. Cette technique rencontre la faveur des pêcheurs, car elle n’interfère pas sur les réserves de poissons et ne coûte que 200 $ par bateau, assure Graham Madge, représentant du programme britannique Albatross task force. Grâce aux actions conjointes menées par l’ONG Birdlife et la société britannique de protection des oiseaux, ce dispositif a épargné la vie de nombreux oiseaux dans les eaux sud-africaines et va bientôt s’étendre à six autres pays. (source : Goodplanet)

« L'eau est polluée » - Michel Daude à Rochefort (Sud-Ouest)
Nitrates. Pour l'association Nature environnement 17, qui tenait hier son assemblée générale, la situation est grave
«Il y a un problème de l'eau qui va nous tomber dessus ». Michel Daude, président de l'association Nature Environnement 17 dont l'assemblée générale avait lieu samedi à Rochefort, ne fait pas ainsi allusions aux trombes d'eau qui peuvent s'abattre sur la région mais à la pollution due à la présence de nitrates.
De son point de vue, la situation est particulièrement grave en Charente-Maritime.
Réduction des pesticides
« Le Grenelle de l'environnement dont on attend la publication des décrets, demande la réduction de 50 % des pesticides », rappelle-t-il.
L'Europe a déjà condamné notre département pour ne pas avoir mis en place les mesures nécessaires à la réduction des nitrates et, a priori, on pourrait penser que les préconisations du Grenelle accéléreront le processus.

Arcachon - « Le parc marin est un outil pour l'avenir » (Sud-Ouest)
SIBA. En clôture de la journée sur « L'Eau en partage », organisée jeudi par le Siba, Jérôme Bignon a assuré que le choix d'un parc naturel marin appartenait aux élus, en concertation
Jérôme Bignon est revenu à Arcachon, jeudi, aux côtés de Michel Sammarcelli. (PHOTO B. D.) La première fois que le député UMP, Jérôme Bignon, président de l'agence des Aires marines protégées, est venu à Arcachon, c'était au mois de décembre pour parler aux élus du Sundicat intercommunal du bassin d'Arcachon (Siba) des parcs naturels marins.
Jeudi soir, de nouveau invité par le Siba, à l'occasion de la journée sur « L'Eau en partage », celui qui est également président du Conservatoire du littoral, a une nouvelle fois évoqué le parc naturel marin, tout en assurant que « le choix appartient aux élus, en concertation ».

Surveillance des pôles. Rocard confirme sa nomination (Le Télégramme)
Michel Rocard était, hier, à Saint-Brieuc. Il a confirmé sa nomination prochaine comme ambassadeur chargé des problèmes pôlaires. Il prendra ses fonctions dès mercredi.
Michel Rocard prendra mercredi ses fonctions d'ambassadeur de France chargé des négociations relatives aux pôles arctique et antarctique. Il l'a confirmé, hier, à Saint-Brieuc, où il rendait hommage à son vieil ami Yves Dollo, député, mort en 2007, dont une école de Saint-Brieuc porte désormais le nom. «Une zone de non-droit»

Morbihan - Pluneret. Un jugement tord le cou à la circulaire Perben (Le Télégramme)
La circulaire Perben fait encore parler d'elle. Aujourd'hui, la Justice donne raison à l'Association pour l'application de la loiLittoral dans le pays d'Auray, en annulant un permis de construire, délivré en septembre2007, par la mairie de Pluneret. Permis qui devait autoriser la construction d'une maison, en limite d'un hameau, situé entre Pluneret et Saint-Anne-d'Auray. «Dans son jugement, le tribunal administratif de Rennes estime que l'extension d'urbanisation ne doit se faire qu'en continuité du village existant et non pas à sa périphérie», commente AnicetteJacopin, présidente de l'AALLPA. Et d'ajouter: «Cette décision tord une nouvelle fois le cou à la circulaire dite Perben du 14mars 2006 selon laquelle on pourrait construire en frange d'un hameau. Le plus intéressant, c'est que la Justice vient rappeler à la commune de Pluneret que la circulaire ministérielle n'a pas de valeur juridique». De son côté, le maire de Pluneret a décidé de faire appel de la décision.


Transformation / Commercialisation / Salon / Poissonnier

Vente directe du poisson: une pratique en hausse face à des prix en baisse (AFP)
Le Teich (Gironde), 13 mars 2009 - Face à la baisse des prix, liée à la surproduction et à la faible demande, de nombreux pêcheurs du Sud-Ouest se sont lancés, depuis quelques semaines, dans la vente directe aux consommateurs, suscitant la controverse au sein de la filière. "On le vend mieux qu'à la criée et en plus les clients sont contents car il est moins cher et plus frais", se félicite Pascal Chabrerie, un pêcheur d'Arcachon.

La ministre Shea annonce les statistiques des exportations canadiennes de poisson et de produits de la mer pour 2008 (Marketwire)
Ottawa (Ontario) - L'honorable Gail Shea, ministre des Pêches et des Océans, a annoncé aujourd'hui que les chiffres provisoires montrent que les exportations canadiennes de poisson et de produits de la mer ont atteint 3,9 milliards de dollars sur les marchés internationaux en 2008. L'annonce a été faite à la veille de l'édition 2009 de l'International Boston Seafood Show.
On peut obtenir plus d'information sur les exportations canadiennes de poisson et de produits de la mer auprès des Services statistiques de Pêches et Océans à l'adresse www.dfo-mpo.gc.ca/communic/statistics/main_f.htm ou par courriel à infostat@dfo-mpo.gc.ca.

Le Nouveau-Brunswick participe au salon des produits de la mer à Boston (Canadian Press)
BOSTON — Le Nouveau-Brunswick participera au plus important salon international des produits de la mer de l'Amérique du Nord, l'International Boston Seafood Show de 2009.
Ce salon annuel qui aura lieu à Boston à compter de dimanche, est un rendez-vous des plus importants acheteurs et vendeurs de produits de la mer de plus de 90 pays.

Canada - Avis de ne pas consommer les produits en conserve de la marque ....
Gouv. du Québec (Communiqué de presse)
Les produits faisant l'objet de la présente mise en garde portent l'inscription « POISSONNERIE LA MER ». Ils sont offerts dans des pots de verre de format ...


Loisirs / Découverte / Formation / Divers

Morbihan - Sentiers côtiers. «Vivre tranquille, un fantasme»
«Les propriétaires qui veulent assurer leur tranquillité, fantasment. Il faut qu'ils aillent vivre en Patagonie». Présidente des Amis des chemins de ronde (*), Marie-Armelle Echard milite pour la défense des sentiers côtiers.

Toulon - Fête de la mer au port Saint-Louis : du pain, du vin et des oursins (Var Matin)
La Fête des oursins au port Saint-Louis s'appelle désormais la Fête des coquillages et de la mer. L'énorme affluence - dix mille personnes - elle, ne change pas d'année en année.
L'oursin, un produit aphrodisiaque ?
Les pêcheurs ne sont « pas responsables du massacre »
Quant à la question de l'impact écologique de cette grande-messe dédiée aux oursins, les organisateurs - ville et comité local des pêches maritimes - avaient pris les devants. Notamment en instaurant des quotas : pas plus de 150 douzaines d'oursins par pêcheur présent. Autant dire que leur stock n'a pas fait long feu.
Au contraire de leurs arguments : « On dit qu'on fait un massacre, mais nous serions fous d'épuiser notre propre stock, se défend Nicolas Raoult, pêcheur du Pradet. Ceux qui pillent les fonds marins, ce sont les plaisanciers pendant les périodes d'été. Ils ramassent ceux qui ne sont même pas formés. » Serge Clouzeau, tous cheveux long et bandeau rouge dehors, derrière son stand d'oursins, ne dit pas autre chose : « La quantité qu'on vend aujourd'hui, on l'aurait vendu pareil au marché. » Et notre « Daniel Herrero du Pradet » d'ajouter : « On pourrait vendre le double si on voulait. Mais ce serait déraisonnable pour l'oursin et pour nous, pour notre ressource limitée. »

Nausicaa acteur du grenelle de la mer (La semaine dans le boulonais)
Philippe Vallette se réjouit de la mise en oeuvre du grenelle de la mer.
Le grenelle de la mer annoncé par Jean-Louis Borloo en fin de semaine dernière est une bonne nouvelle pour Philippe Vallette. Le directeur de Nausicaa voit là le prolongement de l'action entreprise par le centre national de la mer et ses partenaires, dans le cadre du réseau Océan mondial.
« J'ai eu contact avec Jean-Louis Borloo qui m'a bien confirmé que la journée mondiale de l'Océan prenait désormais une ampleur nationale. C'est ce à quoi nous rêvons depuis cinq ans ! » Si le directeur de Nausicaa est déjà impliqué dans le comité technique du conseil national de la mer et du littoral, il appartient également au groupe de travail mer du grenelle de l'environnement et du sous-groupe de travail sur les déchets marins, sans oublier le cluster maritime, il sera également acteur de ce grenelle de la mer. « Ce grenelle, c'est mettre autour de la table tous les acteurs du monde de la mer, de travailler ensemble pour mieux gérer nos espaces océaniques, pour travailler aux problématiques de pollution, de pêche, d'occupation du littoral. Il s'agit d'imaginer un plan d'action. Il faut que la France soit à la hauteur de ses 11 millions de kilomètres carrés de surface maritime ! Nous sommes le deuxième pays au monde à bénéficier d'une telle surface, après les Etats-Unis qui ont, eux, 11, 5 millions de km². Et quand on voit les moyens qu'ils mettent en place pour les protéger, on réalise qu'il nous reste beaucoup à faire ! » A souligner également, la signature d'une charte de coopération entre le comité national des pêches et Nausicaa. « Un geste fort de la part des pêcheurs », félicite Philippe Valette.

Restaurateurs : Rihour « pleure », la place de la Gare aux anges (La Voix du Nord)
Pour les restaurateurs lillois, la parade d'ouverture de Lille3000 présente des saveurs des plus variées. Du côté de la place Rihour, où le préfet et la ville ont exigé le démontage des terrasses, l'ambiance est à la soupe à la grimace. Place de la Gare, on se frotte les mains. On met même les bouchées doubles en stock de moules et en personnel.

Côtes-d'Armor - Pêche à pied de loisir. 70 contrôles effectués (Le Télégramme)
Depuis mardi, période de grande marée, 70 contrôles de pêcheurs à pied ont été effectués par les agents de l'unité littorale des affaires maritimes (Ulam) des Côtes-d'Armor afin de vérifier le respect de la réglementation de la pêche à pied de loisir. Les contrôles ont été menés dans tout le département et en particulier dans le secteur ouest où la pêche d'ormeaux est importante. Des infractions ont été constatées pour pêche d'ormeaux en surnombre (deux infractions: 39 et 124ormeaux), pêche d'ormeaux ne faisant pas la taille minimale (deux infractions: 23 et 105 ormeaux) et enfin, pêche d'ormeaux en plongée sous-marine. Le matériel ayant servi à la constitution de cette dernière infraction a été saisi. Ces infractions constituent des délits et les procédures seront transmises aux parquets compétents.
Rappel de la réglementation
La réglementation fixe pour la pêche des coquillages des obligations en matière de taille, de nombre et de qualité sanitaire. Pour la pêche d'ormeaux, la quantité maximale de prise est de 20 unités par jour et la taille minimale de 9 centimètres; la pêche se pratique uniquement de jour, à la main ou à l'aide d'un croc à crabe; la pêche sous-marine est strictement interdite ainsi que le décorticage sur les lieux de pêche. Les pieds du pêcheur doivent rester en contact avec le sol.

Ouverture de la pêche à la truite : sortez vos cannes ! (Le Journal)
Les énervés de la truite vont enfin pouvoir calmer leurs ardillons et leur coup de poignet, la pêche à la truite ouvre aujourd'hui avec de belles prises en perspective. À noter que si le prix de la carte AAPPMA de la Nive est de 65 euros pour un adulte (30 euros pour les femmes), la réglementation devrait changer dès aujourd'hui. En effet, les deux dernières assemblées générales de l'APP Nive se sont prononcées à la majorité des pêcheurs présents, pour une modification de la réglementation 2 009.

Arcachon- Le préfet maritime accueilli à la mairie (Sud-Ouest)
Le vice-amiral d'escadre Bourdoncle de Saint-Salvy, préfet maritime de l'Atlantique, a été reçu par Marie-Hélène des Esgaulx, sénateur- maire, jeudi en début d'après-midi.
Cette rencontre s'inscrit dans la visite qu'effectue le préfet maritime dans le Sud-Ouest. Trois journées qu'il a consacrées à faire connaissance avec ses interlocuteurs, les acteurs maritimes, les représentants de l'État et les maires. Nature 2 000
Lors de l'accueil, Marie-Hélène des Esgaulx lui a rapidement présenté sa ville, son enracinement au Bassin et l'ostréiculture. « Les Gujanais sont des gens de mer attachés à leurs racines. »

Europe : 200 clubs de football ensemble pour un week-end contre la faim (ONU)
11 mars 2009 – Plus de 200 clubs de football, 100 stades et des millions de supporters participeront au premier week-end de football à l'échelle européenne du 20 au 22 mars, dans le but de renforcer la sensibilisation à la lutte contre la faim et la pauvreté, exacerbées par la crise économique en cours. Les fonds collectés aideront à financer des microprojets dans le monde entier.

Aucun commentaire: