mercredi 10 décembre 2008

Tempête sur le Colin d'Alaska - Greenpeace contre MSC

Le Marine Stewardship Council (MSC) se dit offensé par les attaques de Greenpeace au sujet de la pêcherie de Colin d'Alaska dans le Pacifique Nord.
Le MSC a certifié la pêcherie de Colin d'Alaska, il y a 3 ans. Mais depuis, les quotas de pêche ont subi des coupes sombres à deux reprises. Après une diminution de 28 % à 1 million de tonnes en 2008, le Conseil de Gestion des Pêcheries du Pacifique Nord va proposer un quota de 815000 tonnes pour 2009.
Selon Greenpeace, le quota devrait être encore plus bas (au moins de moitié) : "L'expérience nous montre que cette pêcherie n'est pas durable". "Nous sommes en désaccord avec la certification MSC". Il faut savoir que depuis quelques semaines Greenpeace s'active beaucoup autour des produits de la mer, l'organisation vient de sortir un document à l'attention des distributeurs / commerçants / détaillants : "Comment les magasins d'alimentation vident les mers".
Le MSC a dénoncé la campagne télévisée de Greenpeace contre la pêche du Colin d'Alaska qui détruirait la ressource et les écosystèmes. C'est la crédibilité de la certification MSC qui est en jeu. La pêcherie qui fait l'objet de l'attaque, est celle du Colin d'Alaska, la plus grande ressource de poisson blanc dans le monde. MSC doit clairement protéger l'intégrité et la valeur de son éco-label pour aller de l'avant dans la pêche durable. Aujourd'hui c'est le colin d'Alaska. Demain ?

Source : SeafoodSource.com

Voir aussi l'article : MSC moves to counter Alaska pollack claims (Fishnewseu.com)

Commentaire : Le Colin d'Alaska ou lieu d'Alaska (Alaska Pollock en anglais) est l'une des espèces halieutiques les plus importantes dans le monde avec une production de plus de 2 millions de tonnes de captures annuelles dans le Pacifique Nord. Cette pêcherie génère principalement des activités de transformation : surimi, filets congelés et blocs surgelés. La France qui importe plusieurs dizaines de milliers de tonnes de ces produits, est concernée par l'évolution de cette pêcherie et tout particulièrement les industriels de la transformation installés sur le territoire français comme Findus et Iglo car cette espèce est à la base de nombreuses préparations industrielles : poissons panés et plats cuisinés. En 2007, la France a importé 38 000 tonnes de filets congelés de colin d'Alaska, principalement de Chine, des USA et de Russie. La France consomme plus de 100 000 tonnes de colin d'Alaska (équivalent poisson entier) ; c'est la principale espèce de poissons blancs consommée (le quart de la consommation nationale) devant le cabillaud, le merlan bleu et le merlu.

Le MSC a créé un programme indépendant de certification environnementale et d’éco-étiquetage pour la pêche sauvage à partir d'un référentiel environnemental internationalement reconnu qui permet d’évaluer si les pêcheries sont durables et respectueuses de l'environnement. Le but du MSC n'est pas d'interdire les activivités de pêche, mais de soutenir une bonne gestion des ressources halieutiques, contrairement à Greenpeace qui prone plutôt la fermeture des pêcheries avec la mise en place de réserves marines à une grande échelle.

Quota adopté pour 2009 : 815 000 tonnes

Le quota de pêche adopté est de 815 000 tonnes pour le colin d'Alaska de la mer de Bering ; le niveau le plus bas depuis trois décennies alors qu'il avait atteint un pic de 1,5 millions de tonnes en 2004. Greenpeace a immédiatement condamné la décision du conseil, qui est encore soumise à l'approbation fédérale.

"Cette décision est dramatique en raison de l'importance de ce poisson comme source alimentaire des baleines, des loutres et des otaries qui sont bien plus en danger que le colin lui-même" a dit George Pletnikoff, le responsable "Océans" de Greenpeace.

Film diffusé par Greenpeace sur les écrans : Response to Greenpeace on Alaska Pollock

Autres informations

Fiche technique produit en Français : Le Colin d'Alaska

Poissons blancs sauvages d'Alaska et les autres produits de la mer : information

Bienvenue sur le site : Alaska Seafood Marketing Institute

Aucun commentaire: