Dans l'UE, la pêche minotière a encore de beaux jours devant elle !

Pêcherie minotière au large du port chilien de Talcahuano
(Pérou et Chili produisent près de 40% de la production mondiale de farine de poisson (exportée principalement en Chine) et d'huile de poisson (exportée principalement au Danemark)

L'observatoire européen des marchés des produits de la pêche et de l'aquaculture (EUMOFA) a publié fin 2017 une analyse très détaillée sur la pêche minotière dans l'Union Européenne. Ce dossier met la lumière sur cette pêcherie peu médiatisée mais qui pèse certaines années plus du quart des captures de l'Union Européenne sur sa façade Atlantique. (1)

Contrairement à une idée reçue, le poids de la pêche minotière ne diminue pas dans l'Union Européenne. Depuis la fin des années 1990, la pêche minotière se maintient autour de 20% des captures de l'UE en Atlantique Nord-Est (ANE). Les espèces les plus importantes pour la production de farine de poisson et d’huile de poisson sont le sprat, le hareng, le merlan bleu et le lançon. Le principal État membre concerné par cette pêcherie est le Danemark qui représente près de 80% du total des débarquements minotiers de l’UE. Au fil des années, ce pays est devenu le chef de file de la pêche minotière en Europe devant la Norvège et l'Islande, plaçant l'Atlantique Nord-Est à la troisième place des régions de pêche minotière dans le monde après le Pacifique SE (Pérou et Chili) et le Pacifique NO (Chine et Japon) (2). Par ailleurs, le Danemark est un acteur majeur du commerce mondial de l'huile de poisson, ingrédient primordial de l'aliment des saumons...



Entre 20 et 26% des captures de l'UE à la farine

Les quotas de captures fixés pour les espèces destinées à la pêche minotière varient fortement d’une année sur l’autre. En 2016, le total des débarquements de la pêche minotière dans l'UE a atteint 786.000 tonnes, soit une baisse de 24 % par rapport à 2015 (1,04 million de tonnes pour des captures totales de 3,93 millions de tonnes en Atlantique NE) (3). Ces volumes correspondent respectivement à 20% et 26% des captures totales de l'UE en Atlantique Nord-Est.

De 2016 à 2017, les quotas de lançon et de merlan bleu ont connu une forte progression, respectivement + 459 % et + 85 % ! Avec de tels écarts annuels, aucune industrie classique de transformation, conserverie ou congélation de poisson pour l'alimentation humaine, ne survivrait... Par contre, l'industrie minotière danoise a appris à « surfer » sur des quotas de pêche tantôt à la hausse tantôt à la baisse, dans un panel d'espèces de petits pélagiques destinées à la fois à l'alimentation humaine et à la fabrication de farine et d'huile de poisson... En 2016, la flotte minotière danoise a débarqué 615.000 tonnes, soit environ 78% du total des débarquements de l’UE. Outre la flotte danoise, les flottes suédoise et finlandaise complètent à hauteur de 80.000 tonnes et 79.000 tonnes chacune les captures minotières dans l'UE.

Diminution de la pêche minotière dans l'UE ? Les captures pour la pêche minotière se situaient à 1,5 million de tonnes sur la période 1998-2002. Une baisse globale des captures depuis... expliquant que la part de la pêche minotière est restée stable dans l'Union Européenne depuis la fin des années 1990, dans des proportions qui la positionnent dans la moyenne mondiale estimée à 20% ! (4)

L'aquaculture absorbe près des 3/4 de la production mondiale de la farine et de l'huile de poisson


Sprat, hareng, merlan bleu et lançon à la farine !

Les espèces les plus importantes pour la production de farine de poisson et d’huile de poisson dans l'Union européenne sont le sprat, le hareng, le merlan bleu, le lançon, le tacaud norvégien, le capelan et le poisson-sanglier.

« En 2016, le total des débarquements de l’UE de sprat a atteint 491.000 tonnes. Environ 358.000 tonnes (soit 73 %) ont été débarquées pour l'industrie minotière, le reste étant destiné à la consommation humaine. Au total, 183.000 tonnes de hareng de l'Atlantique ont été débarquées pour les filières de la farine de poisson et de l’huile de poisson, soit environ 25 % du total des débarquements de hareng de l'Atlantique dans l’UE. En 2016, le total des débarquements de l’UE de merlan bleu ont atteint 310.00 tonnes, dont environ 50 % étaient utilisés pour la réduction en farine et huile de poisson. Chaque année, entre 1.000 et 5.000 tonnes de lançon sont utilisées pour la consommation humaine, tandis que 100 % des captures de poisson-sanglier partent à la farine de poisson et à l’huile de poisson. Pendant les années bénéficiant d’un quota élevé, le capelan est également un « poisson-fourrage » (5) important pour les producteurs de farine de poisson et d’huile de poisson, mais surtout pour d’autres pays européens, notamment l’Islande et la Norvège. »(1)

Les salmonidés (saumon et truite) absorbent 58% de l'huile de poisson utilisée en aquaculture alors qu'ils ne représentent que 6% de la production aquacole de poissons et de crevettes. 
Les salmonidés consomment 42% de la production mondiale d'huile de poisson

Le Danemark, plaque tournante mondiale de l'huile de poisson

L’UE produit environ 500.000 tonnes de farine de poisson et 120.000 tonnes d’huile de poisson chaque année. Pour atteindre ces chiffres, la pêche minotière ne suffit pas (6). L'UE doit compter sur les rejets de l'industrie de transformation halio-alimentaire... (aucune allusion aux débarquements des rejets dans le dossier de l'Eumofa ?) (7).

« Outre la pêche, les filières filetage / transformation pour la consommation humaine sont d’autres ressources importantes pour la fabrication de la farine et de l'huile de poisson. La tendance globale est d’utiliser moins de matière première provenant des captures. Cette situation est le fruit d’une demande accrue des marchés de consommation et de règlements plus stricts entraînant une plus grande utilisation de la matière première provenant de la filière filetage, notamment les chutes de parage recyclées. Pour la majeure partie des espèces de poisson, le rendement du filet varie entre 30% et 65% du poids du poisson et les découpes représentent une ressource appréciée des producteurs de farine et d’huile de poisson. »(1)

Le Danemark est le plus grand pays producteur mais aussi le plus grand exportateur de farine de poisson et d’huile de poisson dans l'UE. Ces deux produits bénéficient d’une forte demande car ils sont utilisés comme ingrédient dans les aliments destinés aux élevages de poissons dans l'Union européenne et en Norvège.

Avec une production de saumon et de truite qui atteint 1,3 million de tonnes par an, la Norvège est le plus gros marché de farine de poisson en Europe (environ 353.000 tonnes par an) et le plus gros consommateur d'huile de poisson dans le monde (environ 220.000 tonnes par an). En 2016, les exportations communautaires de farine de poisson et d’huile de poisson vers la Norvège ont totalisé respectivement, 119.000 et 114.000 tonnes. Bien que la Norvège soit aussi un grand pays de la pêche minotière, ce pays absorbe 65% de la farine de poisson et 90% de l’huile de poisson exportées par l'UE. La farine de poisson et surtout l’huile de poisson sont des ingrédients fondamentaux dans l’alimentation du saumon pour l’industrie aquacole norvégienne.

Etant donné la forte progression de l'aquaculture dans le monde, la question de l'approvisionnement en farine et en huile de poisson s'est posée dès le début des années 2000, avec l'annonce d'une pénurie en huile de poisson au tournant des années 2010. « Pour les fabricants d’aliments pour poissons, la question ne se pose même pas, il faut trouver une solution », expliquait dans les années 2000 Jørgen Holm, nutritionniste chez BioMar, l'un des principaux producteurs d’aliments pour poissons installé à Brande, au Danemark (8). Les entreprises d’aliments pour poissons cherchent donc d’autres sources de protéines (9) et surtout d’autres matières premières pour la fabrication d'huile de poisson. Si la substitution des farines de poisson par des protéines végétales comme les protéines de soja est en bonne voie comme l'annonçait en 2013, le centre de recherche norvégien Nofima (10). Par contre, la substitution de l'huile de poisson par des huiles végétales se révèle beaucoup plus problématique.

Selon Tim Cashion, de l'Université de Colombie-Britannique (UBC), le secteur aquacole a réduit considérablement la quantité de farine et d'huile de poisson utilisée dans la fabrication de l'aliment « saumon », passant de 100% dans les années 60 et 70 à 30% aujourd'hui d'après une étude norvégienne publiée en 2013 (9). Cependant, les ressources alternatives ne remplacent pas nécessairement tous les acides aminés dont le saumon a besoin, et elles ne remplacent pas les huiles de poisson qui rendent le saumon si sain à manger. « L'huile pourrait être la partie la plus difficile à remplacer », dit Cashion. « Il s'agit d'obtenir  les acides gras omega-3 que les gens veulent dans leur saumon. C'est pourquoi vous ne pouvez pas remplacer intégralement l'huile de poisson par d'autres types d'huiles. »(11)

Face à la pénurie d'huile de poisson annoncée, plusieurs pays européens et tout particulièrement le Danemark, pays très impliqué dans la fabrication d'aliments aquacoles, ont fait main basse sur le commerce d'huile de poisson. Le Danemark est devenu un acteur majeur dans le commerce mondial de l'huile de poisson, s'approvisionnant principalement au Pérou où le Danemark est le premier client pour l'huile de poisson (La Chine pour la farine de poisson), pour ensuite réexporter en grande partie cet ingrédient essentiel à l'aliment piscicole dans les pays aquacoles de l'UE et en Norvège... (1)(12)

Philippe Favrelière (modifié le 9 février 2018)

Autres articles :


(1) Pêche dans l'UE destinée aux produits à usage non alimentaire
Faits saillants du mois N°10/2017 - Eumofa

(2) La façade atlantique de l'Europe (Atlantique Nord Est) est la troisième zone de pêche minotière dans le monde après le Pacifique SE (Pérou et Chili) et le Pacifique NO (Chine et Japon)
Fishmeal and fish oil : facts and figures – Seafish December 2016

(3) En 2015, les débarquements de la pêche minotière se sont élevées à 1,04 million de tonnes dans l'Union Européenne pour des captures totales de 3,93 millions de tonnes en Atlantique Nord Est ou de 5,11 millions de tonnes toutes zones confondues... soit une part de la pêche minotière à hauteur de 26% ou 20% !
Statistiques sur la pêche dans l'UE (Eurostat)

(4) Une étude publiée par le parlement européen en 2004 portant sur les années 1998-2002, « The fishmeal and Fish oil industry – Its role in the common fisheries policy », montre que 21% des débarquements de l’Union Européenne sont transformés directement en farine et en huile de poisson, soit près de 1,5 millions de tonnes sur un total de captures de 7,29 millions de tonnes annuelles. Avec plus d’un million de tonnes, le Danemark représente 69% des activités minotières de l’Union Européenne, suivi de loin par la Suède (19%), la Finlande (5%), le Royaume-Uni (3%), l’Irlande (3%) et la Pologne (2%).

(5) « Poisson-fourrage » : La pêche dite minotière, par opposition à la pêche alimentaire, est spécialisée dans la capture d’espèces transformées en farines, en huiles par les usines de réduction. On l’appelle aussi « pêche à finalité industrielle » (Carré, 2006). La pêche minotière se pratique avec des filets à petites mailles qui capturent de grandes quantités de poissons, principalement de petits pélagiques... Les produits transformés sont ensuite utilisés par l’aquaculture (salmonidés, crustacés) et les élevages hors-sol. C’est pourquoi les prises de la pêche minotière sont appelées « poissons-fourrages ». http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/peche-minotiere

(6) Industrie de réduction : Cent kilos de poisson peuvent produire entre 20 et 22 kilos de farine de poisson et entre 2 et 6 kilos d’huile de poisson pendant le processus de production. Le rendement de l’huile dépend de la teneur en matière grasse du poisson, qui varie d’une espèce à l’autre. Le sprat et le lançon sont plus gras que le merlan bleu et donc produisent plus d’huile pendant le processus de production. Le volume de farine de poisson ne varie pas de la même façon. (d'après FAO) http://www.fao.org/docrep/003/x6899e/x6899e04.htm

(7) Le dossier de l'Observatoire Européen des Marchés des Produits de la Pêche et de l'Aquaculture (EUMOFA) ne fait aucune allusion sur l'incidence du nouveau règlement communautaire « rejet zéro » dans la production de farine et d'huile de poisson !

(8) Aquaculture. Un régime végétarien pour les saumons d'élevage
https://www.courrierinternational.com/article/2003/12/18/un-regime-vegetarien-pour-les-saumons-d-elevage

(9) Mais quelle mouche a bien pu piquer tous ces investisseurs qui se lancent dans l'élevage des poissons !
Quand Veolia élève des mouches pour nourrir les poissons d'élevage
20 % de la pêche sert à l'alimentation animale, mais l'Europe a autorisé en juillet les insectes élevés aux biodéchets comme aliment de substitution. Veolia, allié à deux start-up, se lance dans l'élevage des larves de mouches. 

(10) Plus de 70% de matière végétale dans l'aliment saumon
En 2013, les matières premières marines représentaient pour la première fois moins de 30% de l'alimentation du saumon d'élevage norvégien, indique un rapport.
En 1990, environ 90% de l'alimentation du saumon d'élevage norvégien provenait de matières premières marines. Le chiffre correspondant en 2013 était de 29,2%. Cela a entraîné une réduction de 15% de la teneur en ingrédients marins entre 2010 et 2013. Les matières premières marines peuvent être résumées comme étant l'huile de poisson, la farine de poisson et la farine de krill. 72% de ces matières premières proviennent directement de la pêche, le reste provenant des déchets et des sous-produits de l'industrie halio-alimentaire.
Parmi les matières premières végétales, le concentré de protéines de soja et l'huile de colza sont les ingrédients dominants. Une plus grande proportion de protéines dans les aliments provient désormais du concentré de protéines de soja que de la farine de poisson. Parmi les huiles pures contenues dans les aliments pour poissons, 19,2% proviennent d'huiles végétales et 10,9% d'huile de poisson.
Have exceeded 70 per cent plant material in salmon feed

(11) Farine d'insectes, alternative ?
Si dans la ration alimentaire du saumon, les farines d'insecte peuvent se substituer à la farine de poisson, elles ne peuvent pas remplacer l'huile de poisson !
Selon Tim Cashion, de l'Université de Colombie-Britannique (UBC), l'industrie a réduit considérablement la quantité de farine et d'huile de poisson utilisée dans la fabrication de l'aliment « saumon », passant de 100% dans les années 60 et 70 à 30% d'après une étude norvégienne publiée en 2012. Cependant, les ressources alternatives ne remplacent pas nécessairement tous les acides aminés dont le saumon a besoin, et elles ne remplacent pas les huiles de poisson qui rendent le saumon si sain à manger. « L'huile pourrait être la partie la plus difficile à remplacer », dit Cashion. « Il s'agit d'obtenir les acides gras omega3 que les gens veulent dans leur saumon. C'est pourquoi vous ne pouvez pas remplacer intégralement l'huile de poisson par d'autres types d'huiles. »
Alors que les aliments à base d'insectes ne remplacent que les protéines que mange le saumon, Kees Aarts, directeur général de Protix (société néerlandaise ayant mis au point un aliment aquacole à base d'insectes) affirme que des alternatives pour les huiles de poisson, en provenance encore aujourd'hui du milieu marin, sont également développées par des sociétés comme DSM et Evonik.
L'une des préoccupations majeures auxquelles les entreprises comme Protix sont confrontées est l'échelle nécessaire pour que les aliments à base d'insectes réussissent dans l'industrie de l'aquaculture.
L'une des préoccupations majeures auxquelles les entreprises comme Protix sont confrontées est l'échelle nécessaire pour que les aliments à base d'insectes réussissent dans l'industrie de l'aquaculture.
« La demande actuelle de farine de poisson est d'environ 6 millions de tonnes par an », dit Cashion. « [Si] l'idée est de remplacer ces 100% par des insectes ou des farines d'insectes de toutes sortes, nous en avons besoin de beaucoup. La production actuelle telle que je la comprends n'est pas là, mais il s'agit évidemment d'une industrie relativement nouvelle. »
Il se demande s'il est possible de répondre à ce type de demande en temps opportun, et dit que son succès dépend aussi du prix des aliments à base d'insectes.
« S'ils peuvent acheter des farines d'insectes pour moins cher que la farine de poisson et qu'ils peuvent obtenir les mêmes résultats, ils le feront probablement si cela peut fonctionner à l'échelle qu'ils produisent », dit-il.
Comme il s'agit d'un nouveau produit, M. Aarts indique que les farines d'insectes sont encore un peu plus chères que les farines de poisson, mais que les prix des farines de poisson devraient augmenter à mesure que la quantité de poisson diminue et que la demande augmente. Au fur et à mesure que Protix se développe pour répondre à la quantité d'aliments nécessaire, Aarts s'attend à ce que les facteurs d'échelle réduisent également le coût de l'alimentation.
Why Salmon Eating Insects Instead of Fish Is Better for Environment

L'IFFO défend bec et ongles sa farine et son huile de poisson

L'IFFO est la puissante organisation internationale qui représente les acteurs de la pêche minotière dans le monde...

L'IFFO réagit aux critiques « injustifiées et préjudiciables » à l'égard de l'utilisation de farine et d'huile de poisson dans l'aquaculture suite à un article de National Geographic qui vante les mérites de la farine d'insecte : Why Salmon Eating Insects Instead of Fish Is Better for Environment (« Pourquoi le saumon qui mange des insectes plutôt que du poisson est meilleur pour l'environnement »)

Réponse de l'IFFO à cet article de National Geographic qui fustige la farine de poisson : IFFO’s Andrew Mallison responds to National Geographic article

« La farine de poisson et l'huile de poisson sont et continueront à être des composants de l'alimentation aquacole, efficaces et durables si elles sont utilisées de manière responsable et stratégique, alors que leur non utilisation pourrait compromettre la santé des poissons et entraîner des gaspillages inutiles, » a souligné l'IFFO.

Andrew Mallison, directeur général de l'IFFO, a déclaré que le remplacement total de la farine de poisson et l'huile de poisson, comme le recommandait l'article, était injustifiée et nuisible à l'industrie piscicole.

Mallison a déclaré que si l'IFFO était d'accord avec le besoin d'options d'alimentation supplémentaires en aquaculture pour assurer la croissance de « cette industrie vitale », l'article citait des informations à la fois périmées et incorrectes...

« La farine de poisson et l'huile de poisson sont riches en plusieurs micronutriments nécessaires à la santé, dont beaucoup sont considérés comme essentiels. Même en réduisant la quantité de farine de poisson dans les aliments, les entreprises d'alimentation animale doivent compléter avec des matériaux spécifiques qui sont à la fois coûteux et ont leurs propres impacts sur l'environnement », a-t-il ajouté... La production d'ingrédients marins comme la farine et l'huile de poisson ne nécessite pas autant d'eau douce que les cultures avec l'irrigation ainsi que les traitement avec des produits chimiques agricoles tels que les engrais et les pesticides, ou l'utilisation de terre pour les cultiver, » explique-t-il.

« Bien que la farine d'insecte puisse être une alternative théorique, la production des millions de tonnes nécessaires pour remplacer la farine de poisson n'est pas viable », a-t-il déclaré. Dans l'intérêt supérieur de l'industrie piscicole, les sources de matières premières pour l'alimentation animale doivent être maximisées, il est donc peu logique d'exclure ces ingrédients précieux que sont la farine et l'huile de poisson d'origine responsable et très efficaces. Bien que ce ne soit pas un message de vente aussi percutant, la réalité est qu'il existe une opportunité pour des ingrédients alternatifs comme des farines d'insectes sans avoir à remplacer la farine de poisson. »

(12) Le Danemark est le premier pays importateur d'huile de poisson produit au Pérou
Peru : Anuario estadistico pesquero y acuicola 2015
http://www.produce.gob.pe/documentos/estadisticas/anuarios/anuario-estadistico-pesca-2015.pdf


Commentaires

Anonyme a dit…
le sanglier n'est pas du tout une espèce de grand fond. On le trouve très communément sur le plateau continental dans l'ouest des îles britanniques