jeudi 29 janvier 2015

Pêches continentales : 13 à 30 millions de tonnes de poisson d'eau douce !

«Les pêches continentales constituent une source de nutrition et d'emplois précieuse mais souvent négligée dans le monde», a rappelé M. Árni M. Mathiesen, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département des pêches et de l'aquaculture lors de la conférence mondiale "Global Conference on Inland Fisheries". «Mais jusqu'à présent, l'effort international visant à intégrer efficacement la pêche continentale dans l'agenda mondial du développement n'a pas tenu ses promesses.» En Europe, la pêche continentale (y compris la pisciculture en eau douce) est la grande oubliée de la réforme de la Politique Commune de la Pêche...

A Bogota (Colombie), le marché de gros aux poissons d'eau douce était beaucoup plus important que celui des produits de la mer, dans les années 1990...

La surface de la Lune est mieux connue que les grands fonds marins, ces fosses océaniques présentées comme la dernière frontière de l’exploration de notre Planète. Mais connait-on mieux les eaux continentales, fleuves, lacs et rivières, qui nous sont pourtant plus proches ?

Quand la FAO annonce des productions halieutiques continentales comprises dans une plage de 13 à 30 millions de tonnes pour une année, nous sommes en droit de nous poser des questions sur les statistiques en matière de pêches continentales dans le monde et plus généralement en ce qui concerne les captures totales (mer + continent). Les productions continentales sont agrégées aux pêcheries maritimes pour nous donner ce chiffre qui revient dans toutes les études : 90 millions de tonnes de captures mondiales.

mercredi 28 janvier 2015

Actualité de la pêche en France et en Europe : Janvier 2015



Mois de Janvier 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Février 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 31 Janvier 2015

Pêche : gros retard de la France pour utiliser les fonds européens

Les pêcheurs français ne peuvent toujours pas bénéficier du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (Feamp). En cause : l’État n’a pas encore transmis à la Commission européenne son programme opérationnel décrivant la manière dont il compte utiliser ces fonds.

Source : Le Marin

Le Feamp est entré en vigueur en mai 2014, avec une belle enveloppe française négociée à la hausse par Frédéric Cuvillier, alors ministre chargé de la Pêche : 588 millions d’euros pour 2014-2020. Mais le choix réalisé en France de découpler la gestion des fonds entre État et régions a compliqué la donne : partage des compétences entre les échelons national et régional, partage de la somme entre ces deux échelons, mais également partage de la somme entre conseils régionaux, puis définition de l’utilisation des enveloppes au sein de chaque conseil régional… C’est long !

Le 28 octobre, tout ce monde était parvenu à un accord sur les enveloppes. Il restait aux régions à définir l’utilisation de leurs fonds. Et l’État annonçait alors une transmission à Bruxelles du programme opérationnel « avant l’hiver ». Mais les régions s’estimant mal loties continuaient à plaider leur cause : Languedoc-Roussillon, Pays de la Loire... Et toujours pas de programme opérationnel… Tandis que les pêcheurs s’impatientent, par exemple à La Réunion.

Suite : Le Marin

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 30 Janvier 2015

L'incroyable résurrection du chantier naval CMN à Cherbourg


Le chantier naval CMN basé à Cherbourg a réalisé un chiffre d'affaire de l'ordre de 100 millions d'euros en 2014... Il présentera au salon Euromaritime le Longliner 42, un nouveau modèle de palangrier de 42 mètres.

Source : La Tribune par Michel Cabirol

Avec deux beaux contrats à l'export, CMN a remis le cap vers le grand large. Le chantier naval de Cherbourg, qui a renouvelé sa gamme de produits, pourrait être l'une des belles surprises de l'année 2015 à l'exportation. Entretien avec son Pdg, Pierre Balmer.

Tel le phénix qui renaît de ses cendres, CMN est, une fois de plus, revenu de nulle part... Peu de personnes, y compris en interne, ne croyait début 2013 aux chances de Constructions Mécaniques de Normandie de rester à flot. Pourtant le chantier naval basé à Cherbourg, une des filiales du groupe Privinvest Shipbuilding Group présidé par le propriétaire franco-libanais Iskandar Safa, est aujourd'hui toujours bien là. Et plutôt en bonne forme. CMN, qui emploie actuellement 320 personnes, a réalisé un chiffre d'affaires en 2014 "de l'ordre de 100 millions d'euros", confie à La Tribune le Pdg de CMN, Pierre Balmer. Contre environ 30 millions d'euros en 2013.

Une résurrection qui doit beaucoup à l'obtention d'un très beau contrat export évalué à 200 millions d'euros... au Mozambique, en septembre 2013. Un pays improbable pour l'industrie d'armement française mais pas impossible pour CMN et son discret propriétaire. Le président du Mozambique, Armando Guebuza, qui est venu à Cherbourg en septembre 2013 avec François Hollande, a offert à son pays 24 bateaux de pêche (dont 21 palangriers), trois intercepteurs de 32 mètres de type HSI pouvant atteindre la vitesse de 45 nœuds, et enfin, trois patrouilleurs trimarans de 42 mètres de la classe Ocean Eagle.


80% des bateaux de pêche ont été livrés

Grâce au Mozambique, "l'année 2014 a été très chargée sur le plan industriel", souligne Pierre Balmer, qui montre les photos de la première pêche (dorades, thons rouges, espadons...) réalisée début décembre par les bateaux de pêche livrés à Maputo. "Nous avons travaillé 1.000 tonnes d'acier en six mois", précise-t-il. Fin décembre, 80 % des bateaux de pêche ont été livrés au Mozambique. Sur les 24 commandés par le pays est-africain, 8 ont été construits à Cherbourg et 16 ont été sous-traités en Roumanie.

Dans les immenses nefs du chantier, qui abritaient avant la Seconde Guerre mondiale une chaîne d'assemblage d'avions de combat de l'industriel et fondateur en 1956 de CNM Félix Amiot, des ouvriers travaillaient encore fin décembre sur un bateau de pêche, un intercepteur HSI et deux patrouilleurs trimarans à destination du Mozambique, dont un va être mis à l'eau le 15 janvier pour plusieurs semaines d'essais. Ce sera le premier bâtiment livré à un Etat depuis octobre 2011, année de livraison de la corvette lance-missiles Baynunah achetée par les Emirats Arabes Unis et réalisée à Cherbourg dans le cadre d'une commande de 6 corvettes. Les cinq suivantes ont été fabriquées par le chantier Abu Dhabi Shipbuilding (ADSB), conformément au contrat signé. La commande mozambicaine doit être totalement livrée dans le courant de cette année, précise Pierre Balmer.

Un véritable tour de force car la plupart des ouvriers de CMN étaient encore au chômage technique à la fin du premier semestre 2013. "Nous avons redémarré le chantier à la fin de l'été 2013 et remis les ateliers au travail courant octobre, explique Pierre Balmer. Le chantier a montré qu'il était prêt et capable de relever ce challenge industriel". Par exemple, CMN a requalifié 28 salariés pour travailler dans une nouvelle nef de préfabrication sur l'aluminium, le matériau de base des nouveaux intercepteurs HSI.

De l'activité jusqu'en 2016

Déception dans les énergies marines renouvelables (EMR)

Un futur relais de croissance?

Quelles sont les raisons de la renaissance de CMN ?

Des bâtiments qui collent à la contrainte budgétaire des États

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Dans le marin du 30 janvier 2015, La flotte de pêche européenne plus rentable et moins énergivore


En moyenne, les profits s’améliorent pour les pêcheurs européens, qui consomment de moins en moins de carburant. C’est que constate le CSTEP (Comité scientifique, technique et économique de la pêche) dans son rapport annuel économique sur la flotte de pêche européenne, publié ce lundi 19 janvier. Pour en savoir plus : Le Marin

mardi 27 janvier 2015

Revue de presse : Aquaculture, conchyliculture, pisciculture, algoculture,... Janvier 2015


Revue de presse de Janvier 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Février 2015

--------------------------------

Le 31 janvier 2015

Sortie de la revue Étangs


L’équipe d’Aquafilia est fière de vous annoncer le lancement de sa nouvelle revue, Étangs !

Étangs, c’est :
  • seize pages d’articles de fond et de fiches techniques dédiés à la gestion de votre étang, de son entretien à sa valorisation ;
  • des contenus rédigés par des professionnels de la filière.

Vous y trouverez 11 thématiques qui sauront vous intéresser : Écosystème, Espèce, Nuisible/Pathologie, Ouvrage, Gestion piscicole, Matériel/Produit, Législation, Diversification, Parcours de pêche, Marché et

Profitez  de l’occasion et envoyez-nous les vôtres ! Elles paraîtront avec le numéro 1 d’Étangs. Sortie prévue, mi-mars.

Pour plus d'informations : Aquafilia

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

L'aquaculture, une "schizophrénie française"

http://www.cipa-pro.fr/web/index.php


La schizophrénie est un trouble mental sévère et chronique appartenant à la classe des troubles psychotiques. Ce trouble apparaît généralement au début de l'âge adulte et affecte environ 1% de la population. Comme les autres psychoses, la schizophrénie se manifeste par une perte de contact avec la réalité et une anosognosie, c'est-à-dire que la personne qui en souffre n'a pas conscience de sa maladie (à tout le moins pendant les périodes aiguës). Cette particularité rend difficile l'acceptation du diagnostic par la personne schizophrène et son respect du traitement. (Source : Wikipedia)

L'aquaculture, une "schizophrénie française"

Mal vue, empêtrée dans la bureaucratie, et pourtant souvent high-tech, l'aquaculture reste confidentielle en France, alors que la deuxième puissance maritime mondiale importe la majorité de sa consommation de produits de la mer.

Source : Courrier Picard / AFP

"Il y a une vraie schizophrénie française: la consommation de poisson a augmenté de 50% en dix ans, mais nous ne sommes autosuffisants que pour 20%. Il n'y a pas les politiques pour qu'on puisse produire", tempête Jean-Sébastien Bruant. Ce pisciculteur de l'île d'Oléron en sait quelque chose: 40 millions d'alevins de daurades éclosent chaque année dans sa ferme. Ils seront exportés à 90% vers le bassin méditerranéen. Nés grâce à des technologies de pointe, ces poissons grossissent ensuite en Grèce, Turquie ou Espagne. Qui les revendent à la France une fois arrivés à maturité.

Qu'est-ce que la pisciculture ?



CIPA

Savez-vous ce qu'est la pisciculture ? C'est tout simplement l'élévage de poissons. Grâce à cette vidéo, découvrez de manière simple et ludique la filière piscicole en France, les étapes de l'élevage des poissons, le métier de pisciculteur mais aussi les différentes espèces de poissons que vous pouvez retrouver sur les étals de votre poissonnier ou en grande surface. Vous verrez quelle est la recette d'un poisson aux bienfaits nutritionnels et gustatifs assurés, il y en a pour tous les goûts ! Et si vous voulez en savoir plus sur la filière, optez pour l'aqua-tourisme !


D'où un déficit commercial énorme pour le secteur des produits aquatiques: 3,6 milliards d'euros en 2013. La France importe 80% de sa consommation de produits marins issus de l'élevage. Il pourrait difficilement en être autrement: aucun élevage de poissons marins n'a vu le jour en France depuis 15 ans, selon l'INRA. Ceux qui existent couvrent seulement 15 hectares du territoire métropolitain, dont cinq en mer. Les poissons d'eau douce ne sont pas mieux lotis. La production de truites a diminué de près de moitié en quinze ans, selon le Comité interprofessionnel des produits de l'aquaculture (CIPA).

Pourtant, l'aquaculture explose au niveau mondial. La production a doublé entre 2000 et 2012, atteignant 90 millions de tonnes. Pour la première fois en 2014, le poisson vendu sur le marché mondial est venu en majorité de l'aquaculture et non de la pêche, selon la FAO (l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation). L'Asie, Chine en tête, produit 90% des produits marins d'élevage, contre 2% pour l'UE.

- Concurrence avec le tourisme -

Mais la concurrence du poisson chinois bon marché n'est pas la seule explication du retard de la France. La géographie de l'Hexagone ne facilite pas l'installation d'élevages de poissons marins, avec une côte Atlantique sujette aux tempêtes et des fonds peu profonds. En Bretagne et en Manche, les eaux sont trop froides l'hiver pour élever des bars et des daurades, explique Olivier Poline, responsable aquaculture de la plateforme d'innovation Nouvelles Vagues, à Boulogne-sur-Mer. La Méditerranée est plus propice mais "il y a des problèmes d'accès aux terrains, car on préfère privilégier le tourisme", ajoute-t-il. Ainsi la Corse n'élève que 1.500 tonnes de bars et daurades par an, alors qu'elle a le potentiel pour 10.000, regrette le spécialiste.

Découverte de la ferme aquacole du golfe d'Ajaccio



Pavillon France : Cap sur la pêche française (émission 38)

Surtout, les entreprises doivent faire face à moultes "réglementations sanitaires et environnementales, alors que ce sont souvent de petites exploitations avec une capacité d'investissement limitée", déplore Marine Levadoux du CIPA. "Pour créer un nouveau site en France, c'est l'aventure", résume Marc Lamothe, le président du même syndicat. Le gouvernement le reconnaît aussi : "la situation n'est pas normale et le dispositif auquel nous sommes parvenus est trop complexe", soulignait en novembre Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat à la pêche, devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

"La pisciculture fait les frais de sa petite taille. La réglementation est faite sans tenir compte des éleveurs", estime Marc Vandeputte, chercheur à l'INRA. Les investisseurs restent frileux. La pisciculture, à la merci de la moindre épidémie dans un élevage, est "une activité avec un retour sur investissement assez lent", souligne Thierry Missonnier, directeur du pôle de compétitivité Aquimer, à Boulogne-sur-Mer.

- Maternité aquatique -

jeudi 22 janvier 2015

Du Pays Royannais à la Baie de Lannion, l'extraction de sable crée des remous

https://www.change.org/p/madame-segolene-royal-non-au-projet-de-concession-mini%C3%A8re-pour-l-exploitation-et-l-extractions-des-s%C3%A9diments-marins-granulats-et-sable-sur-le-banc-des-mateliers-%C3%A0-l-embouchure-de-la-gironde-entre-le-d%C3%A9partement-de-la-charente-maritime-et-la-gironde?just_created=true
« les fonds ont baissé de 10 mètres et des roches sont apparues. Les bateaux ne peuvent plus travailler là-bas. Le lançon est parti, les zones de frayères des turbots ont été détruites, on ne voit plus de barbues (...) Le bruit des sabliers ajoute au phénomène de désertion des poissons. » 

Rappelez-vous (en 2012) : Touche pas à mon lançon ! 

Samedi 24 Janvier 2015 (à partir de 10h) : Peuple des dunes et Lannion Trégor Communauté  appellent à manifester à Lannion contre l'extraction des sables : Baie de Lannion : "La dune ne se régénérera pas" et Projet d'extraction de sable. Pour l'agglo, "un déni de démocratie"

Lannion : 6000 personnes contre l'extraction de sable


En Pays Royannais, l'avis favorable de la commission d'enquête sur le projet de concession minière à l'embouchure de la Gironde fait réagir. La résistance s'organise contre l'exploitation et l'extraction des granulats et des sables marins au large de la Côte de Beauté.

L'enquête publique s'était déroulée du 17 septembre au 17 octobre 2014. Environ 250 personnes, associations ou collectivités ont émis des observations, quasi unanimement hostiles à ce projet, qui prévoit sur 30 ans d'exploitation l'extraction d'un volume annuel moyen de 430 000 m3 de graves et sables, dans une zone située au plus à 1 km de la Pointe de la Coubre, à La Palmyre. A noter que le seul avis favorable recensé parmi les contributeurs à l'enquête publique émane du conseil municipal du Verdon-sur-Mer (NDLR sur l'autre rive de l'estuaire de la Gironde !).  

Cliquer Ici pour signer la pétition "Non au projet de concession minière pour l'exploitation et l'extraction des sédiments marins "granulats et sable" sur le banc des "mateliers" à l'embouchure de la Gironde"

En Baie de Lannion, le Peuple des dunes rameute ses troupes contre l'exploitation d'une dune sous-marine. Un projet d’extraction de sable, déposé par la Compagnie armoricaine de navigation (Can), filiale du groupe Roullier, prévoit de pomper 400 000 m3 – maximum – de sable coquillier par an dans la baie de Lannion, pendant 20 ans, sur une dune sous-marine située à environ 6,7 km de Trébeurden et 9,4 km de Locquirec (Finistère)... Des élus et une partie de la population s'y opposent. La décision du ministère de l'Économie est imminente.

mercredi 21 janvier 2015

News de la pêche dans le monde : Asie, Afrique, Océanie, Amérique,... (Janvier 2015)


News de la pêche dans le monde  : Afrique, Asie, Amérique et Océanie 

Mois de Janvier 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Suite de la revue de presse : Mois de février 2015


Pour en savoir plus : Atlantico

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 31 Janvier 2015

Nature, le nouvel eldorado de la finance




Combien vaut la nature ? Combien peut-elle rapporter ? À l'heure où l'on craint le pire pour la biodiversité, ce documentaire révèle la financiarisation croissante des ressources naturelles par les banques et les investisseurs privés. Édifiant.

Sur Arte - Mardi 03 février à 22h25 (88 min)

Ce documentaire raconte l’histoire de la main mise bancaire et financière planétaire sur les ressources vivantes. Animaux et végétaux sont désormais transformés en produits bancaires et cotés en bourse. Un nouveau marché se développe : les espèces vivantes disparaissent, elles prennent donc de la valeur. L’environnement devient un capital spéculatif. Quel en sera le prix pour la nature et les hommes ?" - Un film de Sandrine Feydel & Denis Delestrac - Images : Images : Michel Anglade - Chef monteur : Guillaume Quignard - ARTE France & Via découvertes production - www.viadecouvertes.fr

Rediffusion mardi 10.02 à 1h35
Rediffusion mardi 10.02 à 8h55
Rediffusion lundi 16.02 à 8h55

La course au profit généralisé et le marché global ont largement contribué à la crise écologique actuelle. Pourtant, les mondes de l'économie et de la finance prétendent renverser la tendance et sauver la planète en la protégeant à leur façon, c'est-à-dire avec de l'argent. C'est bien l'émergence d'un nouveau marché, celui de la protection environnementale, que décrypte le documentaire de Sandrine Feydel et Denis Delestrac  - l'auteur du Sable, enquête sur une disparition, récemment diffusé par ARTE. Encore embryonnaire il y a quelques années, ce marché est aujourd'hui l'un des plus prometteurs en terme de profit. Son mode de fonctionnement est simple. De plus en plus de sociétés financières ou d'assurances, parfois précédées par les économistes, attribuent un coût à la nature. Combien vaut la forêt d'Amazonie ? Quelle est la valeur marchande de l'incessant labeur de pollinisation accompli par les abeilles ? Jusqu'ici, l'"invisibilité économique" de la nature ne jouait pas en sa faveur : les marchés n'aiment ni l'abondance ni la gratuité. Mais avec la raréfaction des ressources et la disparition programmée de certaines espèces, l'équation a changé. La loi de l'offre et de la demande peut maintenant s'appliquer aux richesses naturelles. Ainsi, des banques et des fonds d'investissements, pourtant responsables de la dernière crise financière en date, achètent d'immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont ensuite transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs. On peut donc acheter des actions "mouche", "orang-outan" ou "saumon". En investissant dans ces titres, les entreprises polluantes obtiennent des "certificats de bonne conduite" qui les dispensent de suspendre leurs activités les plus néfastes...

La nature de l'argent

Suite sur Arte

Regardez “Nature, le nouvel eldorado de la finance”,  en avant-première sur Télérama.fr

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

30 Janvier 2015

Océan Mondial


Chuck Clark, architect

Source : Blog d'un prof à la retraite (avec de nombreuses cartes et des thématiques géographiques et historiques)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 29 Janvier 2015

Lacs et rivières sont essentiels pour les moyens d’existence de millions de personnes


Copie d'écran du portail de la conférence internationale Global Conference on Inland Fisheries

Une conférence mondiale "Global Conference on Inland Fisheries" appelle à la reconnaissance et à une meilleure gestion des pêches continentales

Les pêches continentales - le réseau de lacs, rivières et cours d'eau qui alimentent en eau douce et en poissons des millions de personnes à travers le monde  - méritent d'être mieux gérées afin de préserver leur contribution à une bonne nutrition et à l'économie, notamment dans les pays en développement.

Source : FAO

Telle est l'une des principales recommandations d'un groupe d'experts internationaux réunis cette semaine à Rome dans le cadre d'une conférence mondiale sur les pêches continentales. Au cours des discussions, d'éminents chercheurs dans le domaine de la pêche et de la gestion de l'eau ont, tout comme des groupes de peuples autochtones, averti que le manque de données et de politiques judicieuses empêchent les décisions relatives au développement de prendre en compte l'impact négatif de certains facteurs sur les pêches continentales.

A Bogota (Colombie), le marché de gros aux poissons d'eau douce était beaucoup plus important que celui des produits de la mer, dans les années 1990...

Les lacs et les rivières sont une source essentielle de protéines, d'oligo-éléments, de vitamines et de graisses, en particulier dans les pays en développement où plus de 60 millions de personnes en tirent leurs moyens d'existence. Quelque 71 pays à faible revenu produisent actuellement près de 7 millions de tonnes par an, soit 80 pour cent des captures mondiales dans les eaux intérieures.

Mais ces eaux sont souvent utilisées pour couvrir d'autres besoins humains, notamment la création d'énergie, le tourisme et il convient de citer aussi la concurrence pour l'eau douce.

«Les pêches continentales constituent une source de nutrition et d'emplois précieuse mais souvent négligée dans le monde», selon M. Árni M. Mathiesen, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département des pêches et de l'aquaculture. «Mais jusqu'à présent, l'effort international visant à intégrer efficacement la pêche continentale dans l'agenda mondial du développement n'a pas tenu ses promesses.»

Au plan mondial, quelque 70 pour cent des réserves d'eau douce disponibles sont actuellement utilisés pour l'agriculture. La pollution et la construction de barrages hydro-électriques et de canaux affectent de plus en plus la disponibilité et la qualité des eaux intérieures qui abritent divers types de poissons.



La coopération internationale est essentielle

«Nous entendons beaucoup dire que les récifs coralliens sont menacés, mais ce sont les  poissons d'eau douce qui sont le groupe de vertébrés les plus menacés par le genre humain», soutient M. Mathiesen.

C'est pourquoi la gestion de l'eau et de la pêche doivent aller de pair. Cela va également sans dire que la coopération internationale est essentielle.

«Si un pays construit un barrage en amont d'une rivière ou draine une zone humide, la gestion de la pêche en aval devient pratiquement inutile», explique, pour sa part, M. Devin Bartley, expert en ressources halieutiques à la FAO.

Actuellement, moins de la moitié des organismes internationaux d'eaux intérieures ou partagées sont gérés par des accords internationaux et seulement 11 pour cent ont un mandat couvrant les poissons.

Les experts ayant participé à la réunion sont favorables à l'augmentation du nombre d'accords internationaux pour s'assurer que les ressources en eau douce sont utilisées de manière durable et intelligente, surtout à la lumière de la demande croissante de nourriture dans un monde qui comptera neuf milliards en 2050.

Les experts sont également favorables au renforcement des institutions nationales et internationales capables de résoudre les problèmes de la pêche continentale et d'aider à mieux intégrer la filière dans les programmes de développement mondiaux.

La reconnaissance de la valeur des connaissances locales et traditionnelles et le respect des cultures autochtones sont essentiels pour que cette intégration se fasse de manière durable.


De meilleures données pour de meilleures politiques

La plupart des activités de la pêche continentale étant à petite échelle, une grande partie n'est pas signalée et les données relatives à ce secteur sont incomplètes. De ce fait, la contribution de la pêche continentale aux décisions relatives à la gestion et au développement de l'eau est sous-évaluée.

D'ailleurs, la recherche suggère que les captures signalées dans les rivières ne représentent que 30 à 50 pour cent du butin que les pêcheurs ramènent à la maison.

Des données plus fournies et plus précises sur la contribution de la pêche continentale à la nutrition et à l'économie locale, ainsi que sur l'impact environnemental qu'elle subit du fait d'autres industries, permettraient aux décideurs de faire des choix plus stratégiques.


Un nouveau  partenariat

La conférence mondiale sur les pêches continentales était organisée conjointement par la FAO et l'Université d'Etat du Michigan (Etats-Unis). Les deux institutions ont signé un protocole d'entente sur un nouveau partenariat visant à rehausser le profil international des pêches continentales.

«La nutrition humaine, la durabilité de l'environnement et la prospérité des collectivités sont étroitement liées à la santé des pêches en eau douce à travers le monde», selon la Présidente de l'Université d'Etat du Michigan Lou Anna K. Simon.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 28 Janvier 2015

Les droits fonciers et de pêche : Pêches, pour toujours...


Tenure & Fishing Rights 2015

A global forum on rights-based approaches for fisheries

23–27 March 2015

Apsara Angkor Hotel, Siem Reap, Cambodia

Cliquer Ici pour le Programme

Les droits fonciers et de pêche: Pêches, pour toujours.

Que nous soyons sur l'eau ou autour d’une table, nous jouons tous un rôle dans  la réalisation de la durabilité de nos pêches. Nous savons que nous devons gouverner et gérer nos pêcheries afin qu'elles  produisent du poisson  de manière durable. La production durable – qui se base sur des  considérations économiques, sociales et environnementales - est fondamentale pour garantir des possibilités d'emplois stables, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et des consommateurs. Nous savons que la définition des droits fonciers dans le secteur des pêches est la clé pour obtenir des ressources halieutiques suffisantes,  pour les générations actuelles et à venir.

La mission d‘ UserRights 2015 est de favoriser une compréhension mutuelle des défis rencontrés par les différents groupes dans nos communautés de pêche et de trouver un terrain d‘entente et des alternatives pour l'autonomisation et l'avenir des pêcheurs et de nos pêcheries.  Les présentations scéniques, les panels de discussions, les visites aux communautés de pêche avoisinantes, les présentations d'études de cas et les discussions plénières fourniront aux acteurs de la pêche et aux décideurs des conseils sur la façon de soutenir des systèmes basés sur les droits appropriés pour les pêcheries, ce qui contribuera à construire un avenir durable.

UserRights 2015 a été conçu pour rassembler toutes les personnes qui gravitent autour du secteur de la pêche afin de discuter des questions fondamentales  inhérentes à l'occupation et aux approches fondées sur les droits. En fournissant  une plateforme qui permet à toutes les voix de  se faire entendre, UserRights 2015 met en contact des pêcheurs, des communautés de pêcheurs, des universitaires, et des représentants d'ONG, de gouvernements et d‘organisations internationales de part le monde.

Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté.



La vidéo sur la Gouvernance responsable des régimes fonciers fournit une introduction aux Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (VGGT). Vous trouverez sous la vidéo un lien vers les Directives d'application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté.  La vidéo a été produite par le programme «Amélioration de la gouvernance mondiale pour la réduction de la faim»  financé par l'Union européenne et mis en œuvre par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Cliquer Ici pour plus d'informations

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 27 Janvier 2015

Les profondeurs des océans protégées... en 2018



New York - Une importante réunion sur la gouvernance des océans en haute mer s'est tenue au siège de l'ONU du 20 au 23 janvier 2015 dans le cadre des rencontres du groupe "Ad Hoc Open-ended Informal Working Group to Study Issues Relating to the Conservation and Sustainable Use of Marine Biological Diversity Beyond Areas of National Jurisdiction" - Connu aussi sous le nom de BBNJ (biodiversity beyond national jurisdiction) Working Group.

Cliquer Ici pour télécharger les recommandations du BBNJ datées du 23 janvier 2015 : "Recommendations of the Ad Hoc Open-ended Informal Working Group to study issues relating to the conservation and sustainable use of marine biological diversity beyond areas of national jurisdiction to the sixty-ninth session of the General Assembly"

Cliquer Ici pour accéder aux travaux de ce groupe de travail
Cliquer Ici pour un résumé en images de la réunion du 20 au 23 janvier

Les pays membres de l'ONU se sont mis d'accord samedi 24 janvier pour commencer à négocier un traité qui protégerait pour la première fois la biodiversité dans la profondeur des océans, après quatre jours de discussions à New York.

Source : AFP/La Dépêche

Des organisations écologistes qui suivaient de près ces discussions, regroupées dans la Coalition pour la haute mer (High Seas Alliance), ont salué "une étape importante pour la protection des océans".

Le futur traité, qui serait le premier du genre, permettrait de préserver les vastes zones qui s'étendent au-delà des eaux territoriales (200 milles nautiques) que chaque État riverain gère à sa guise. Ces zones et les fonds marins qu'elle recouvrent sont menacées par la pollution, la surpêche ou le réchauffement climatique.

Elles représentent 64% des océans et 43% de la surface de la Terre, ce qui en fait la plus grande biosphère de la planète.

Il faudra encore que l'Assemblée générale de l'ONU, à sa prochaine session fin septembre, entérine formellement l'accord obtenu tôt samedi matin à New York. Et un traité ne verra le jour au mieux qu'en 2018.

Selon le texte adopté samedi et dont l'AFP a eu copie, un "comité préparatoire" sera mis sur pied en 2016 pour dessiner les contours d'un futur traité et faire des recommandations à l'Assemblée à sa session de septembre 2017.

Celle-ci décidera alors si et quand il convient de réunir une "conférence intergouvernementale sous l'égide des Nations unies" afin de négocier un "instrument international juridiquement contraignant". Ce traité devra porter sur "la préservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale".

Il s'agira en particulier de créer des "zones marines protégées" et de "partager les bénéfices" tirés des grands fonds, par exemple en matière de génétique marine.

Pour Karen Sack, de Pew Charitable Trusts, "c'est un grand moment pour la haute mer (...) et une vraie bonne nouvelle pour la vie dans les océans".

"L'accord obtenu aujourd'hui peut faire beaucoup pour garantir la protection de la haute mer, qui en a terriblement besoin", a souligné Sofia Tsenikli de Greenpeace dans un communiqué. "Le temps presse."

"C'est la plus grande biosphère de la planète et il n'existe pas encore d'instrument juridique pour y créer des parcs nationaux de la mer", explique Karen Sack.

Des conventions internationales réglementent déjà certaines activités comme la pêche ou certaines zones précises, mais il n'existe pas pour l'instant de texte couvrant l'ensemble des dangers qui menacent les fonds marins.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 26 Janvier 2015

Edito de la lettre de l'Iddri - Janvier 2015

2015 : le grand test

Institut de recherche sur les politiques - Institut du développement durable et des relations internationales

Teresa Ribera, Directrice de l'Iddri

Chers amis,

Presque vingt-cinq ans après le Sommet de la Terre, qui a mis le développement durable à l'agenda de l'action internationale, 2015 sera l’année de grandes échéances, avec notamment la décision de l’Assemblée générale des Nations unies sur les Objectifs de développement durable (ODD) en septembre et la conférence Paris Climat 2015 en décembre. Au terme de deux processus distincts, mais sur des enjeux qui ne peuvent qu’être reliés, ces deux événements ont chacun pour objectif de définir un cadre d’action renforcé pour l’avenir ; l’analyse des expériences passées (Objectifs du Millénaire pour le développement [OMD] dans le premier cas, conférences climat sous la houlette de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques [CCNUCC] et Protocole de Kyoto dans le second) contribuera à cette construction. Ces deux processus ont maturé, chacun arrive à une étape décisive, et cela converge temporellement.

Au même moment, Johan Rockström, Will Steffen et une équipe d’éminents scientifiques viennent de publier une mise à jour de leurs travaux sur les limites planétaires (www.sciencemag.org/content/early/2015/01/14/science.1259855). Le constat est sans appel. Quatre des neuf limites sont déjà franchies ou en cours de dépassement : le changement climatique, l’érosion de la biodiversité, le changement rapide d’usage des sols, et la perturbation des cycles de l’azote et du phosphore. Ces limites sont pourtant définies comme les seuils à ne pas dépasser pour que « le système Terre ne bascule [pas] dans un état très différent [de l’actuel], probablement bien moins favorable au développement des sociétés humaines ».

Toujours dans Science (16 janvier 2015)

Les océans pourraient bientôt connaître une extinction massive de leur biodiversité


Illustration : Chronologie de l'empreinte des activités humaines sur les milieux terrestres et marins. La ligne du temps devient rouge avec le réchauffement climatique en cours. © D J McCauley et al. Science 2015;347:1255641

Extrait de Notre Planète 

Pour la première fois, une étude met en évidence l'impact global et alarmant des activités humaines sur la vie marine. Après la disparition, souvent irréversible d'une partie de la biodiversité terrestre, c'est au tour de la vie marine de connaître un dangereux basculement vers une véritable extinction massive.

La 6e extinction massive du vivant est en cours

Actuellement, la perte de biodiversité et les changements dans l'environnement qui y sont liés sont plus rapides qu'à aucune période de l'histoire de l'humanité. De nombreuses populations animales et végétales sont en déclin, que ce soit en termes de nombre d'individus, d'étendue géographique, ou les deux. Si la disparition d'espèces fait partie du cours naturel de l'histoire de la Terre, l'activité humaine a considérablement accéléré le rythme d'extinction.

L'extinction actuelle, provoquée par les activités humaines et notre mode de vie irresponsable, est comparable à une crise biologique majeure, comme celles, naturelles, qui ont entraîné la disparition de très nombreuses espèces vivantes. On parle actuellement de la 6e extinction massive de la biodiversité : elle a déjà des effets irréversibles sur terre et cause des dommages majeurs dans les mers et océans.

Les océans subissent une pression de plus en plus forte...

L’attente en cette année 2015 est donc claire : ce doit être l’année qui marque le passage de la maturation à une mise en œuvre à la hauteur des enjeux, l’année de l’épreuve de la réalité. Alors que l’ampleur des problèmes ne fait plus débat, nous devons être capables de créer suffisamment de confiance pour une ambition significativement renforcée et surtout suivie d’effet.

Un signal important sera donné dès le mois de juillet avec la conférence d’Addis-Abbeba (Éthiopie) sur le financement du développement. Ce sujet délicat, dans un contexte de contraintes économiques et d’un paysage de l’aide au développement profondément reconfiguré, sera crucial pour renforcer cette confiance et un élément important pour passer des objectifs à la mise en œuvre.

Un critère de succès des grands rendez-vous de 2015 sera d’une part l’appropriation de ces enjeux de climat et de développement par les pays et d’autre part leur capacité à inscrire l’action dans la durée. Ainsi, Paris Climat 2015 devra marquer une étape et engager irrémédiablement tous les pays dans des transformations profondes pour rester en-dessous d’une augmentation de 2°C.

En lien avec ce premier marqueur, un autre sera la capacité à enclencher une action cohérente dans les différents volets des politiques : cohérence entre les engagements internationaux et les politiques nationales, et entre les politiques économiques, sociales et environnementales. L’environnement ne peut plus être une option, un sujet technique, délimité, indépendant des objectifs économiques et sociaux.

Au fil de l’année, un grand nombre d’enjeux seront d’ailleurs traités. La réduction des risques de catastrophes sera à l’agenda du mois de mars, avec une résolution à la clé lors de l’Assemblée générale des Nations unies. La gouvernance de la haute mer, jusque-là zone de non droit, pourrait elle aussi évoluer en profondeur à cette occasion. Les questions de biodiversité traverseront les différentes négociations sur le financement, les ODD et le climat.

C’est d’ores et déjà un signe d’espoir important de voir de nombreuses initiatives de citoyens, de collectivités et d’entreprises déjà à l’œuvre, partout, dans tous les secteurs (énergie, mobilité, agriculture, économie collaborative, santé, etc.). L’enjeu des processus de négociations internationales est de donner l'impulsion et le cap pour amplifier ce phénomène et créer les conditions d’une transformation massive. Il s’agit de donner aux citoyens la capacité d’agir : à celui-ci l’accès à l’énergie pour la santé et l’éducation, à celui-là le choix d’un mode de vie plus durable.

En 2015, les processus de gouvernance internationale du développement durable ont donc l’occasion de passer avec succès l’épreuve de la réalité. Je nous souhaite à tous, mes chers amis, une année 2015 synonyme de validation de notre capacité d’action collective.

À l’Iddri, soyez-en sûrs, nous ferons tout pour cela, avec vous !

Teresa Ribera

Pour retrouver les chroniques et l'ensemble des activités de l'Iddri en vue de la COP21, venez visiter le blog cimat : www.blog-iddri.org

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le 23 Janvier 2015

Les obligations vertes transforment les attentes des investisseurs et facilitent les investissements durables
   
Les points marquants
• Les obligations vertes permettent de mobiliser des milliards de dollars par an pour la mise en œuvre de projets de développement nationaux ou municipaux à la fois indispensables et respectueux du climat et de l’environnement.
Avec plus de 35 milliards de dollars d’émissions obligataires, soit plus de trois fois plus qu’en 2013, 2014 a été une année record pour ce marché naissant.
• Plusieurs tendances se dessinent pour 2015, notamment de nouvelles catégories d’émetteurs, de nouveaux indices et une évolution des attentes des investisseurs.

Source : Banque mondiale

Il y a un an, lors du Forum économique mondial de Davos, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a encouragé les investisseurs à s'engager de manière durable et responsable dans le marché des obligations vertes. Les obligations vertes, qui constituent un segment relativement récent mais en pleine expansion, fonctionnent comme les autres types de produits obligataires mais présentent l’avantage de contribuer à combler le manque de financements disponibles pour des projets de développement respectueux du climat.

Environ 11 milliards de dollars d’obligations vertes avaient été émis l’année précédente. Jim Yong Kim avait appelé au doublement de ce chiffre d’ici septembre 2014, date du Sommet sur le climat. De nouveaux émetteurs ont lancé leurs premières obligations vertes, de nouveaux indices ont été créés pour ces titres et le nombre de souscripteurs a augmenté, ce qui a permis aux émissions d’obligations vertes de dépasser les 35 milliards de dollars en 2014.

Alors que s’ouvre cette semaine la nouvelle édition du Forum de Davos, la plupart des observateurs prévoient que les investissements dans les obligations vertes continueront d’afficher une forte croissance en 2015.

D’après le Groupe de la Banque mondiale, plusieurs tendances se font jour.

Évolution des attentes des investisseurs

L’essor du marché des obligations vertes fait évoluer les formes d’investissement et les attentes des investisseurs.

jeudi 1 janvier 2015

Agenda 2015 : Colloque, salon, formation, réunion, exposition,....

Les prochains rendez-vous des professionnels de la mer...

Colloque, conférence, salon, réunion, formation, exposition,...

Vous pouvez ajouter un évènement dans les commentaires (bas de page)

Avec Aquafind, le calendrier des évènements internationaux

Produits de la mer, métiers de la mer, pêche, aquaculture, transformation, formation, recherche,...

Dates des conférences, salons, colloques, foires, exhibitions, expositions,... partout dans le monde

Voir le calendrier des évènements internationaux sur : Aquafind

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Avec Plan d'action Atlantique

Voir le calendrier des évènements européens sur la Croissance Bleue Atlantique

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Juillet et Août 2015

Festival Terre et mer : la vitrine de la Baie de Morlaix

Illustration : Entre Terre et Mer

Pour la 3e édition, le festival procède à quelques ajustements. Mais le cap reste le même : valoriser le territoire morlaisien à travers ses richesses maritimes et agricoles.

Source : Le Courrier par Matthieu Gain

Entre terre et mer sort du cadre habituel des festivals. Son leitmotiv est de montrer les richesses de la baie de Morlaix, côté mer et côté terre. Les deux premières éditions ont attiré 100 00 visiteurs en moyenne en plusieurs points de la baie.

200 voiliers présents

La cuvée 2015 est concentrée sur Morlaix « pour plus de visibilité. Le public nous le demandait. Nous avons aussi créé un nouvel espace : le Magic Mirror, place Puyot. Ils s’y passera toujours quelques choses : animations pour enfants à 16 h, cabarets, concerts… », poursuit le président.

La Manufacture est l’autre point névralgique de ce festival dont le budget avoisine 1 million d’euros.

Dans ce bâtiment du patrimoine, le visiteur découvrira (gratuitement) le territoire à travers des tableaux réalisés par les écoliers. Les produits agricoles seront présentés… et mis en valeur grâce aux chefs qui feront leur show tous les matins.

Le 4 juillet, les pâtissiers, restaurateurs et crêpiers tenteront de battre le record du plus grand far breton au monde. Les 100 fars alignés bout à bout seront vendus à la part, au profit d’une association.

Enfin, tous les soirs, la musique résonnera place Puyot avec, notamment, Dan ar Braz le 4 juillet. À noter également la performance artistique proposée le 3 juillet par Paul Bloas et le guitariste Serge Teysso Gay.

Côté mer, le spectacle sera permanent. 200 voiliers sont attendus en baie de Morlaix dont : Reder Mor, Eulalie, Corentin, Notre Dame de Rumengol, Mousehole, Manureva, Sav-Heol, San’t Chireg, Etoile de France ou encore la Recouvrance.

Le public pourra même découvrir l’Hydrograaf, le célèbre vapeur hollandais qui servait autrefois de bateau de mesures hydrographique. « Cette année, nous renforçons le nombre de bateaux de la Belle plaisance, se réjouit Gérard Yven. Et nous avons réussi un joli coup en faisant venir les cinq Pen Duick. Ce sera l’une des attractions de la fête. »

Une soixantaine de voiles-avirons ont aussi répondu présents. La flotte tout entière se rassemblera plusieurs fois en baie pour offrir une superbe carte postale : le 2 juillet au port du Bloscon, le 4 juillet autour du château du Taureau, le 5 juillet à Morlaix....

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Etaples / Pas-de-Calais

Maréis - Centre de découverte de la pêche en mer


Pour plus d'informations : Maréis

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le Pavillon France hissé sur la Route des Poissons Bleus



Le 7 août La Turballe offrira un programme éducatif et festif. L'Office du Tourisme annonce une belle journée autour du poisson.

Où parler mieux du poisson qu'à la Turballe ? Sur un thème très riche l'Office du Tourisme propose des animations variées, festives et éducatives.

Jacques Massé  biologiste des pêches au centre Ifremer Atlantique viendra répondre à une question que les enfants posent et que les adultes oublient Combien y a-t-il de poissons dans la mer ? Les conférences de ce scientifique sont à recommander, il passionne son auditoire et l'entraîne dans son domaine : la mer, mais sans jamais le noyer sous des chiffres et des notions difficiles.

Cette année, deux nouveaux partenaires interviennent : France Bleu Loire Océan qui assurera la matinée en direct avec Capucine Frey, et Pavillon France, marque de l’association France Filière Pêche. Créée en 2010, et regroupant les acteurs de la filière pêche française pêcheurs, mareyeurs, artisans poissonniers, enseignes de la grande distribution, celle-ci s'attache à promouvoir la consommation de produits issus de la pêche française et à accompagner la volonté de progrès vers une pêche encore plus durable et responsable.

Les visites proposées seront nombreuses ainsi parmi d'autres à la criée pour y voir une vente « comme avant », sur la vedette de la SNSM, le sardinier Au gré des vents. Les pêcheurs professionnels offrent aussi de voir leurs bateaux.

Les enfants trouveront aussi des animations spécialement prévus et les touristes trouveront sur place les produits de la Presqu'île guérande.

Promenade en mer, démonstration de sauvetage, mais aussi ateliers de cuisine pour apprendre à cuisiner le poisson. Ainsi après cette journée personne ne devrait dire « je ne sais pas lever les filets ! »

Pratique : sur La Turballe Infos
 
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Evènements passés

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Janvier 2015

En live : Le bocuse d'or en live avec la truite fario au menu poisson des 24 Grands Chefs


Cliquer Ici pour vivre le live les 27 et 28 Janvier 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Surpêche - la fin du poisson à foison



Arte - mardi 27 janvier à 20h50 (62 min)

Rediffusion mercredi 28.01 à 8h55

Rediffusion lundi 09.02 à 8h55

La croissance exponentielle de la pêche comporte de terribles conséquences pour les écosystèmes comme pour les populations. De la mer à l’assiette, cette enquête dévoile la face sombre de cette industrie et met en évidence la chaîne de responsabilités économiques et politiques à l'origine de ce désastre.

Depuis des dizaines d’années, une armada de bateaux sillonne sans interruption les mers du globe. La pêche toujours plus intensive des poissons nuit à la biodiversité. Selon les spécialistes, cette surpêche se pratique sur 90 % de la Méditerranée, tandis que 40 % des espèces de poissons du nord-est de l’Atlantique sont menacées. Les systèmes de quotas ou les subventions accordées par l’Union européenne (UE) contribuent à cette situation, comme le concède Maria Damanaki. Cette commissaire aux Affaires maritimes et à la Pêche a récemment mis sur pied une réforme contre cette surexploitation des ressources. Mais les mesures de l’UE  suffiront-elles, quand une grande partie du poisson consommé en Europe vient d’Asie ou d’Afrique ? Les ONG dénoncent les conditions déplorables qui règnent dans l’aquaculture des pays en voie de développement. Sur la côte ouest de l’Afrique, la pêche illégale fait rage, privant les petits exploitants de leurs moyens de subsistance, tandis que de nombreuses entreprises imposent à leurs employés des conditions de quasi-esclavage. De la mer à l’assiette, cette enquête dévoile la face sombre de cette industrie et met en évidence la chaîne de responsabilités économiques et politiques à l'origine de ce désastre.
 
Pour plus d'informations : Thema sur Arte

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Heureux comme un poisson dans l'eau



Arte - mardi 27 janvier à 21h55 (42 min)
Rediffusion mercredi 28.01 à 10h00
Rediffusion lundi 09.02 à 10h00

Surpêche, pollution des mers, conditions d'élevage scandaleuses... : s'il semble inévitable d'interroger nos habitudes de consommation, faut-il renoncer à manger du poisson ?

Dossier

Existe-t-il encore des modes de pêche "durables" ? Pour la Food and Agriculture Organization, la plupart des espèces de poissons sauvages sont surexploitées, menacées d’extinction, ou pêchées selon des méthodes qui détruisent les écosystèmes et les fonds marins, comme le chalutage. Pour parer ces critiques, les producteurs misent de plus en plus sur l’aquaculture, qui fournit la moitié des poissons consommés dans le monde. Mais cette solution est-elle moins nocive ? Au Chili, l’un des premiers pays exportateurs de saumons d’élevage, ces derniers sont gavés d’antibiotiques, de colorants et… de farines de poissons sauvages, ce qui ne fait que contribuer à la surpêche, sans compter les déchets qui polluent la côte du Pacifique. Certains consommateurs se tournent vers le secteur bio, mais ses labels ne garantissent pas toujours une aquaculture respectueuse et transparente.

Pour plus d'informations : Arte

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

What's new in the high seas?

Mardi 27 janvier 2015, Washington (États-Unis)

Une intervention de Julien Rochette ("What's new in the high seas? An update on the international discussions on the conservation and sustainable use of marine biodiversity in areas beyond national jurisdiction [ABNJ]") dans le cadre d'un atelier organisé par la Banque mondiale.

Julien Rochette dressera un état des lieux de la gouvernace mondiale de la biodiversité marine au-delà de la juridiction nationale, soulignant les principaux défis auxquels la communauté internationale est confrontée et présentant un état des lieux des discussions internationales.

Source : IDDRI

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Global conference on inland fisheries, freshwater, fish and the future 


co-organized with Michigan State University (MSU)

FAO - Rome

26-28 janvier 2015

Cliquer Ici pour plus d'information

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

16e Carrefour des gestions locales de l'eau




Bienvenue au 16e Carrefour de l'Eau !

Rennes les 28 et 29 janvier 2015

Edition 2015 : 330 exposants et 9000 participants attendus

C'est le rendez-vous annuel de référence pour tous les professionnels de l'eau : décideurs publics, collectivités locales, opérateurs publics, monde associatif, communautés scientifique.

Le Carrefour de l'Eau fédère chaque année les acteurs publics et privés du secteur grâce à une programmation complète, au cœur de l'actualité et des problématiques de terrain :

- un salon professionnel de 10000 m² sur 2 halls, organisé en 9 pôles thématiques ou villages

- un programme de 70 conférences, agencé en parcours et dans des formats multiples, autour de 150 intervenants

Les ateliers et forums

Ces séances de travail permettent aux participants d'échanger, durant 1h à 1h30, sur des problématiques précises et sur des expériences soulevées par la thématique de chaque atelier.

Les ateliers sont organisés en parcours thématiques :
  • Assainissement : ce parcours aborde les questions liées à la mise en conformité des stations d'épuration, aux installations d'assainissement non collectif, à la valorisation des boues issues du traitement des eaux usées et aux eaux pluviales.
  • Cours d’eau et milieux aquatiques : ce parcours est consacré à la gestion et l’entretien des cours d’eau, à la mise en œuvre de la compétence GeMAPI.
  • Eau et énergies :  La question de l'énergie sera abordée sous l'angle conciliation des usages entre l'hydroélectircité et les milieux mais aussi sous l'axe économies d'énergie sur les dispositifs de gestion de l'eau.
  • Eau et solidarités : Ce parcours reviendra sur des expériences de coopération à l'international dans le secteur de l'eau.
  • Eaux pluviales et gestion des eaux de pluies : Ce parcours reviendra sur les solutions de gestion des eaux pluviales et de récupération d'eau de pluie. Il présentera également les enjeux de cette thématique.
  • Gouvernance & services : ce parcours aborde l’organisation de la gestion de l’eau, sur le plan des compétences et de l’organisation, au niveau national, que ce soit en termes humains, structurels ou financiers.
  • Les réseaux demain : ce parcours reviendra sur l’entretien des réseaux et des infrastructures ainsi que sur le développement des technologies permettant d’optimiser les réseaux.
  • Littoral : ce parcours sera dédié à la restauration du milieu marin, au littoral, aux risques de submersion et à la protection intégrée de la zone côtière.
  • Protection de la ressource : ce parcours traite des sujets en lien avec la chaîne de production d’eau potable, la protection des eaux souterraines, la gestion des sècheresses et la protection quantitative de la ressource.

Pour plus d'informations : Carrefour de l'eau

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Écosystèmes estuariens, quels enjeux pour la biodiversité ?

Colloque francophone international

BioSphère Environnement

29, 30 et 31 janvier 2015

Royan et Saint-Georges-de-Didonne

Accès gratuit et ouvert à tous (Inscription avant le 15 janvier 2015)

Cliquer Ici pour télécharger le programme et fiche inscription

Transitions entre les eaux douces et les eaux marines, les estuaires abritent différents écosystèmes exploités par un grand nombre d’espèces durant tout ou partie de leur cycle de vie. Zones de reproduction ou de grossissement pour les poissons, escales migratoires ou zones d’hivernage pour les oiseaux, habitats privilégiés pour un grand nombre d’espèces végétales..., les estuaires sont des espaces déterminants pour la conservation de nombreuses espèces ou populations animales comme végétales et le maintien de services écosystémiques essentiels à l’humanité.

Le colloque « Écosystèmes estuariens, quels enjeux pour la biodiversité ? » a pour objectif de développer des échanges entre scientifiques et gestionnaires d’espaces, permettant de mesurer les enjeux relatifs aux espaces estuariens pour la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques rendus par ces espaces.

L’ensemble des porteurs de ce projet, très impliqués dans des logiques de sensibilisation du public indispensables à la construction de stratégies de conservation de la biodiversité, ont souhaité que le grand public puisse être pleinement associé à l’événement. Dans ce cadre, sont proposés à toutes et tous, en plus de la possibilité de participer librement au colloque : des expositions, des conférences et des sorties thématiques, un espace « forum » permettant des temps d’échanges avec les équipes scientifiques et des rencontres avec des structures offrant régulièrement des sorties, des visites, des conférences... sur le thème des estuaires.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Conférence ComFish : pêche et communication



30 janvier 2015

Bruxelles - Musée des sciences naturelles

Le projet européen ComFish organise une conférence le 30 janvier 2015 à Bruxelles sur le thème : « Résoudre les problèmes de la pêche à travers la communication ciblée ».

Elle est ouverte aux acteurs de la pêche : chercheurs, société civile, représentants de l’industrie et décideurs politiques.

Les principaux résultats du projet ComFish seront présentés, à travers une session plénière et des rapports par région : mer du Nord, Baltique, Atlantique nord, Méditerranée et mer Noire. L’après-midi sera consacré à des ateliers. Le projet ComFish vise à renforcer l’impact de la recherche sur la pêche à travers la dissémination, la communication et le transfert technologique. Il est coordonné par une université de Munich, et financé par le 7e PCRD à hauteur d’un million d’euros. Cette conférence en est l’aboutissement. Il faut s’inscrire avant le 12 janvier.

Source : Le Marin

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Février 2015

2 février 2015 : Journée mondiale des zones humides

 (Illustration : Conservatoire du littoral)

 Les zones humides pour notre avenir

Chaque année, la Journée mondiale des zones humides (JMZH) est célébrée le 2 février, pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar.

Depuis 2001,  en France, les organismes gouvernementaux, les  organisations non gouvernementales et les groupes de citoyens redoublent  d'originalité et d'inventivité pour proposer des animations sortant des  sentiers battus…

Chaque année, les Pôles-relais zones humides, l'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques), la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et la SNPN (Société nationale de protection de la nature), et l'association Ramsar-France, invitent le plus grand nombre à faire connaître et/ou à découvrir les animations proposées pour l'occasion, fin janvier et sur l'ensemble du mois de février, sur le Portail national zones humides.

Le thème (facultatif) de l'édition 2015 est "les zones humides pour notre avenir".


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Nature, le nouvel eldorado de la finance




Combien vaut la nature ? Combien peut-elle rapporter ? À l'heure où l'on craint le pire pour la biodiversité, ce documentaire révèle la financiarisation croissante des ressources naturelles par les banques et les investisseurs privés. Édifiant.

Sur Arte - Mardi 03 février à 22h25 (88 min)

Ce documentaire raconte l’histoire de la main mise bancaire et financière planétaire sur les ressources vivantes. Animaux et végétaux sont désormais transformés en produits bancaires et cotés en bourse. Un nouveau marché se développe : les espèces vivantes disparaissent, elles prennent donc de la valeur. L’environnement devient un capital spéculatif. Quel en sera le prix pour la nature et les hommes ?" - Un film de Sandrine Feydel & Denis Delestrac - Images : Images : Michel Anglade - Chef monteur : Guillaume Quignard - ARTE France & Via découvertes production - www.viadecouvertes.fr

Rediffusion mardi 10.02 à 1h35
Rediffusion mardi 10.02 à 8h55
Rediffusion lundi 16.02 à 8h55

Regardez “Nature, le nouvel eldorado de la finance”, 

en avant-première sur Télérama.fr

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Euromaritime confirme son ancrage et ouvre le 3 février



Du 3 au 5 février, à Paris expo, porte de Versailles (hall 6)

Le salon Euromaritime ouvre ses portes le 3 février, pour trois jours. Il s'annonce bien avec 303 exposants, représentant toute la diversité et la richesse du secteur.

Les organisateurs du Salon Euromaritime - l'hebdomadaire le marin (groupe Ouest-France) et le Gican (Groupement des industries de construction et activités navales) - ont le sourire. La deuxième édition du Salon européen de l'économie de la mer s'annonce plutôt bien.

À huit jours de l'ouverture, 303 exposants sont inscrits, soit un peu plus de 50 % par rapport à l'édition 2013 (180), qui était la première. Et, c'est de bon augure, la participation d'entreprises étrangères (ou de leurs représentations françaises) progresse également : 33 % des exposants contre 20 %, il y a deux ans. La très grande majorité de ces entreprises viennent de l'Union européenne. Cela tombe bien, car la vocation du salon, c'est d'être... européen.

Pour Philippe Fourrier, le commissaire général de la manifestation, l'Europe est la clé de la réussite. « Euromaritime est un salon européen et transversal, estime-t-il. C'est l'esprit des clusters [NDLR : groupement d'entreprises]. Le concept est bon, il plaît. » D'autant plus que le champ est libre. Maritima avait, en son temps, tenté d'installer un grand salon français. Malgré un succès d'estime, il n'y est pas parvenu. « Il y avait une place à occuper », souligne Philippe Fourrier.

Un salon dans le salon

Malgré la crise qui frappe l'économie depuis 2008, le secteur maritime est plutôt en bonne forme. Le salon en sera la vitrine, présentant toutes ses composantes (construction navale, transport maritime, ports, pêche, énergies renouvelables, offshore...). Et, nouveauté par rapport à la précédente édition, un salon dans le salon : Eurowaterways consacré aux entreprises de l'économie fluviale.
Côté visiteurs, l'édition 2013 en avait accueilli 5 000 Philippe Fournier en espère plus, donnant une fourchette large, entre 5 000 et 8 000.

Présidé par Francis Vallat, ex-président du Cluster maritime, Euromaritime sera inauguré par deux personnalités européennes : le Maltais Karmenu Vella, commissaire européen à l'Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche, et Gesine Meissner, députée européenne, présidente de l'intergroupe Mer, rivières, îles et zones côtières. Un ministre français est attendu. Qui ? Quand ? Pas de réponse à ce jour.
En revanche, Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie, pourrait assister au comité stratégique de la filière navale qu'organise le Gican, le 5 février. Source : Ouest France

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

La pisciculture, une production d'avenir ?

Académie d'Agriculture de France

Séance du 04/02/2015 à 15h00

Animateur(s) :
René LÉSEL

Introduction
René LÉSEL

Exposé(s)

Quelles protéines mangerons- nous demain ? Contraintes et impacts globaux de la pisciculture, de la pêche et de l'élevage terrestre tels que vus par l'Analyse du Cycle de Vie
Joël Aubin, INRA Rennes

Poissons herbivores, poissons carnivores : quels choix pour développer la pisciculture et fournir à tous des aliments sains et nutritifs ?
Sadasivam KAUSHIK

Les poissons d'aquaculture: un groupe d'espèces en cours de domestication
Fabrice Teletchea, Université de Nancy

Conclusion
Benoît Fauconneau , INRA, Bordeaux

Cliquez Ici pour en savoir plus 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Explorer la boîte à outils du droit international dans la perspective de la Conférence de Paris sur le climat de décembre 2015

Journée d'étude

4 février 2015, Paris

Dans un objectif d'informer sur les négociations climatiques, l'Iddri, le Centre d'études et de recherches internationales et communautaires (CERIC) et l'Institut de recherche en droit international et européen de la Sorbonne (IREDIES) organisent, avec le soutien du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, une journée d'étude autour de juristes internationaux sur les différentes options juridiques possibles dans la construction d'un accord international sur le climat.

Une manifestation soutenue par le Comité de pilotage ministériel de la COP 21, et réalisée grâce au soutien de l’Agence nationale pour la recherche française dans le cadre du projet "Circulex" et du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Note : les inscriptions sont closes


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Salon européen des pêches


Mer, eau douce, sous-marine, bateaux

13-14-15 février 2015

Parc des Expositions - Nantes

Le rendez-vous incontournable européen des passionnés de pêche. Un salon de passionnés et leader de sa catégorie ! C’est LE salon de la pêche où il faut être et se faire voir.

Pour plus d'explications : Ici

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Var. Film-débats : 17 février à 18h30 à Sanary


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Common Oceans 


Cliquer Ici pour en savoir +

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Maroc. Halieutis souffle sa 3ème bougie


L’édition 2015 qui se tiendra du 18 au 22 février 2015 à Agadir s’inscrira dans la continuité de ses précédentes. Pour cette troisième édition, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime opte pour une thématique pluridimensionnelle.

«La mer, avenir de l’homme» sera donc la problématique phare de l’événement. Un choix qui hisse Halieutis en tant que plateforme internationale de promotion des échanges, de transfert de technologie et de développement de la compétitivité du secteur de la pêche marocain.


Le salon est par ailleurs un rendez-vous de grande envergure dédié aux métiers de la pêche maritime, de l’aquaculture et de la valorisation des produits de la mer. Source : Aujourdhui.ma 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

La valeur patrimoniale des économies de terroir comme modèle de développement humain



Les 18, 19 et 20 Février 2015

Dynamiser les territoires et les terroirs à partir de leur patrimoine agri-culturel ou de leurs cultures traditionnelles à haute valeur ajoutée représente une réponse aux menaces de standardisation et de perte d’identité. C’est aussi un levier de construction d’une politique de développement durable, respectueuse de la diversité des cultures et de leurs spécificités. Pour cette raison, la préservation du patrimoine est désormais pleinement prise en compte dans la dimension culturelle du développement.

Connaître et mesurer les effets de la préservation du patrimoine sur le développement des territoires constitue, par conséquent, une préoccupation majeure des acteurs et des décideurs des politiques publiques, ainsi que des professionnels. Or, ce sont principalement les bénéfices issus de la fréquentation touristique des espaces naturels et des sites résultant d’une reconnaissance internationale, telle la Liste du patrimoine mondial, qui sont pris en compte dans les méthodes de mesure de la contribution du patrimoine au développement.

Partant du principe que cette approche ne saisit pas de manière pleinement satisfaisante tant la diversité actuelle des patrimoines des territoires que la valeur, pour le développement du territoire, du processus d’inscription sur une liste ou d’une labellisation internationale, l’association pour l’inscription des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’UNESCO propose de réfléchir aux politiques de développement des territoires fondée sur la préservation patrimoniale des économies de terroir.

Les objectifs sont :
  • Partager l’expression de la diversité des économies de terroir et comprendre la complexité de leurs composantes ;
  • Discuter des processus de labellisation internationale et de leur comparabilité ;
  • Encourager le transfert d’expériences en matière de labellisation internationale d’un modèle de développement agri-culturel à haute valeur ajoutée.

Pour tout renseignement complémentaire et obtenir le programme, www.climats-bourgogne.com/colloque

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Pavillon France au Salon de l'agriculture 2015

Salon de l'agriculture

Du 21/02/2015 au 01/03/2015           

Parc des Expositions - Porte de Versailles
1 place de la Porte de Versailles
75015 Paris 15           

Gratuit (-6 ans)
13 euros (tarif normal)
6 euros (enfants, étudiants)           

Tous les jours de 9h00 à 19h00

La marque Pavillon France revient au Salon de l'Agriculture, du 21 février au 1er mars 2015. Sur plus de 300m², la filière de la pêche se dévoile au public, afin de nous rééduquer à la préparation et à la cuisson du poisson et nous sensibiliser aux problématiques de la pêche.

Le salon de l'agriculture se diversifie et s'ouvre à la pêche, avec le stand Pavillon France. Cette année encore, l'ensemble des acteurs de la filière pêche française se réunit à nouveau pour nous en apprendre plus sur la pêche, l'un des patrimoine agricole français.

Pour plus d'informations sur le programme  des animations proposées par Pavillon France

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Production maximale équilibrée dans la gestion des pêches



Audition publique

Commission de la pêche du Parlement européen

Lundi 23 février 2015

Bruxelles - 15h à 18h30

Télécharger Ici le programme

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Audition publique

TTIP: Challenges and opportunities for the Internal Market


IMCO INTA 24-02-2015

IMCO and INTA Committee are organising a Joint Public Hearing on the 24th of February from 10h30 to 12h30. There will be two panels; the first "The impact of TTIP on standardisation and consumer protection standards" will focus on building trust. The second panel, "Creating the common engine for growth" will focus on the EU-US automotive sector and on the cooperation in the field of motor vehicles.

Location : Altiero Spinelli, room 3G3 (3rd floor), European Parliament

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Mars 2015

Le port de La Cotinière, 1820-1950

Exposition temporaire

Musée de l'île d'Oléron

Saint-Pierre d'Oléron

du 18 février 2015 au 10 janvier 2016

A l’origine, le port de La Cotinière est un simple abri naturel. La pêche est une activité d’appoint de quelques villageois. Au XIXe, grâce à l’impulsion de l’administration de la marine qui souhaite développer l’industrie de la pêche côtière, on assiste progressivement à la naissance d’un port. Toutefois, dès le début du XXe, la problématique de l’ensablement se pose. Dès lors, commencera une lutte acharnée, menée par les marins, pour désensabler. La population se montre également très active pour réparer, déblayer, bâtir de nouveaux ouvrages après chaque tempête destructrice. Vers 1910, le port s’ouvre aux pêches saisonnières en capturant sardines, crevettes, homards... Une conserverie de sardines est implantée, tandis qu’un marché à la criée est institué. Le village et le port ne font plus qu’un. Aussi, lieux de travail, bâtiments portuaires, commerces et résidences se mêlent-ils. A partir des années 50, les ruelles du village mènent désormais toutes vers le port. L’exposition invite le visiteur à voyager à travers la vie du marin Pierre Blanchard. Né en 1881 à La Cotinière, à 15 ans il embarquera pour la première fois comme mousse sur Jeune Marcel…

Novembre à mars : du mardi au dimanche de 14h à 18h.
Avril, mai, juin, septembre, octobre : tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h - Juillet - août : tous les jours de 10h à 19h.

Pour plus d'informations 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Colloque national sur les têtes de bassin versant


Le colloque, intitulé " Têtes de bassin - Comment concilier les enjeux sur ces territoires hors du commun ? " aura lieu les 4 et 5 mars prochain, à l'espace Saint-Martin, à Paris.

Il est organisé par l'Onema avec le soutien de l'OIEau et en partenariat avec le ministère en charge de l'écologie, les agences de l'eau Loire-Bretagne et Rhin Meuse, les Pôles-relais zones humides, l'assemblée permanente des chambres d'agricultures et l'Office national des fôrets.

En France métropolitaine, les têtes de bassin versant appelées aussi petits chevelus occupent un rôle primordial dans le fonctionnement du cycle de l’eau et représentent près de 70% du linéaire de cours d’eau. Les cours d’eau et les zones humides qui constituent ce réseau participent à l’approvisionnement en eau et à la régulation des crues, au transport et la rétention des sédiments, à l’épuration de l’eau et sont de véritables réservoirs de biodiversité. Le rôle primordial de ces milieux est actuellement peu évalué voir ignoré par notre société.
Les têtes de bassin sont des espaces d'une grande diversité paysagère et ont été, bien souvent, modelés par la main de l'Homme au fil du temps. L'évolution actuelle des activités humaines et des changements globaux peuvent altérer le fonctionnement de ces milieux. Du fait de leur petit gabarit les cours d’eau en tête de bassin sont fortement influencés par les conditions locales (géologie, relief, climat …). Ces milieux sont donc particulièrement vulnérables. De mauvaises pratiques peuvent ainsi entrainer leurs dégradations et la perte de fonctions et services pour la société.

L’aménagement des têtes de bassin de plaine résultent principalement de l’expansion urbaine et l’intensification de l’agriculture. D’autres usages économiques tels que la forêt sont également présents. Sur les secteurs de montagne la déprise agricole a entrainé progressivement la fermeture des milieux ainsi que la diminution de la qualité de l’eau et de la biodiversité.

Sur ces territoires présentant d'importants enjeux environnementaux et économiques, il n'est pas toujours facile pour les gestionnaires et usagers, les syndicats de rivières, les collectivités, les associations… d'articuler les différentes politiques et directives européennes que sont la politique agricole commune, la directive cadre sur l'eau, la directive habitat, la directive inondation, voire la directive énergie.

L'objectif du colloque est donc de :

- permettre de mieux comprendre les enjeux et le fonctionnement des cours d’eau et des zones humides des têtes de bassin versant ;
- connaitre des projets territoriaux de gestion et de restauration de ces milieux, conciliant préservation de l’eau, de la biodiversité et des activités économiques ;
- réussir à concilier les obligations réglementaires européennes et nationales.

A l’heure des changements globaux, il est primordial de communiquer, d'échanger nos points de vue et nos expériences afin de préserver, gérer et restaurer les cours d’eau et zones humides de ces territoires.

Cliquez Ici pour plus d'informations (programme, inscription,...)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

FAO meets the global seafood industry at 10th NASF, 3-5 March 2015



As part of its efforts to interact closely with the global fisheries and seafood industry, FAO will participate in the up-coming North Atlantic Seafood Forum Conference (NASF) in Bergen, Norway, 3-5 March. Headed by Arni Mathiesen - Assistant Director General for Fisheries and Aquaculture, FAO will be present with several high-level representatives. Mr. Mathiesen will deliver an NASF opening address March 4th addressing “Outlook for world seafood trade to 2030”. Source : FAO

Welcome to the 10th North Atlantic Seafood Forum

March 3-5, 2015

The world’s largest seafood business conference

The North Atlantic Seafood Forum is the world’s largest seafood business conference, and a leading executive meeting place for the seafood industry. In Bergen, March 3-5 2015, around 600 delegates from more than 35 countries and 300 companies will attend NASF.

Registration is now open - Register here

NASF is a broad annual industry event covering all major facets of the seafood sectors. NASF focuses on the key network between cutting edge innovation, technology, research, policy, finance, trade and commercialisation. The 10th conference in 2015 is an exellent opportunity to meet and interact with the leading world seafood operators, and other key players, along with financial institutions from the world’s largest seafood capital market, all in the same venue. Around 100 speakers will present papers in 10 seminars over 3 days.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Pêche profonde : l'encadrer ou l'interdire ?

Projection-débat à l’Assemblée nationale

Projection du documentaire « Intox » suivie d’un débat

Mercredi 11 mars 2015 à l’Assemblée nationale, salle Victor Hugo

17h30 : Accueil

18h00 : Ouverture par Laurence Abeille, député du Val-de-Marne

18h10 : Projection du documentaire « Intox »

19h00 : Débat, animé par Jean-Louis Roumégas, député de l’Hérault, avec :
Philippe Cury, Directeur de  Recherche à l'IRD
Geneviève Gaillard, députée des Deux-Sèvres
Claire Nouvian, Présidente de BLOOM

19h40 : Echange avec la salle

Informations pratiques

Accès : Assemblée nationale, salle Victor Hugo, 101 rue de l’Université. Pièce d’identité obligatoire à présenter à l’accueil.

Pour plus d’informations : labeille@assemblee-nationale.fr ou 01.40.63.49.92

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Au Guilvinec, les jeunes se remuent les méninges le 12 mars 2015



^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Le libre accès, une révolution scientifique pour les pays du Sud ?


En permettant le développement de nouveaux supports de diffusion, la révolution des nouvelles  technologies  de l'information et de la communication (NTIC) a favorisé l'émergence du mouvement du libre accès en science. Son ambition est de permettre un partage rapide et équitable des données et des productions de la recherche, et cela indépendamment des moyens de diffusion classiques tenus par les éditeurs scientifiques commerciaux. Les pays du Sud trouvent là des opportunités inédites en termes d'accès à l'information scientifique, d'édition, mais également en termes d'échange et de valorisation de leurs données et de leurs travaux.

Le colloque a pour objectif de faire dialoguer les différents acteurs du Libre Accès scientifique et de mettre en évidence l'impact mais aussi les difficultés rencontrées dans l'usage et l'appropriation de ce nouveau mode de diffusion et d'accès à l'information scientifique pour les pays du Sud.

La journée du 12 mars 2015 permettra de s'interroger sur les synergies et collaborations de recherche Sud -Sud et Sud-Nord qui ont pu surgir à travers les échanges croisés de données et de productions scientifiques en Libre Accès.

Celle du 13 mars proposera des ateliers pour la pratique ou la mise en place de sites scientifiques en libre accès.

Pour plus d'informations (20 février dernier délai pour s'inscrire)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Des bateaux et des morts



Boulogne, les 13 Mars et 22 Mai 2015

Ces deux journées d’étude portent le thème « Des bateaux et des morts ». On y abordera, dans une optique pluridisciplinaire et à travers des études de cas situées entre l’Antiquité et le XIXe siècle, les rapports entre le bateau et la / les mort(s). Des barques funéraires égyptiennes à la mortalité sur les navires coloniaux, on évoquera les aspects les plus matériels autant que l’imaginaire.

Journées organisées par Alban Gautier et Éric Roulet, maîtres de conférences à l'Université du Littoral Côte d'Opale à Boulogne-mer.

Pour plus d'informations

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

7e édition du Festival du Film "Pêcheurs du Monde"


Lorient du 17 au 22 mars 2015

Cliquez Ici pour plus d'informations

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

L’Arctique, sentinelle avancée du réchauffement climatique


17 mars 2015

La Maison des Océans à Paris

En présence de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Son Excellence Monsieur Børge Brende, Ministre des Affaires étrangères du Royaume de Norvège, vous convient à une journée-débats le mardi 17 mars 2015 à la Maison des Océans de l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier.

Le séminaire portera sur les enjeux globaux du changement climatique en Arctique. Aujourd’hui nous pouvons observer à l’Arctique – mieux que nulle part ailleurs – les conséquences du réchauffement climatique. La fonte de glace a des effets importants sur les écosystèmes qui sont en plein mutation. Comment devons-nous réagir à cet évolution, et quelles mesures devons-nous prendre pour sauver l’Arctique et la Planète ? Ce sont des questions que de nombreux experts français et norvégiens se réunissent pour débattre.

Cet événement s’inscrit dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 21), qui se tiendra à Paris en décembre 2015.


Inscription avant le 9 mars : arctique.climat@diplomatie.gouv.fr

Plus d'informations : Ambassade de Norvège

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Rencontre. Peut-on encore manger du poisson ?

Le poisson fait son cinéma

Mercredi 18 Mars 2015

16 h

Université de Bretagne-Sud, Faculté des sciences

Dans la volonté de prolonger les débats, le Festival Pêcheurs du Monde, la Maison de la Mer, l’Université de Bretagne-Sud et le Collectif Pêche et Développement s’associent pour organiser un temps d’échanges et de rencontres spécifiques entre pêcheurs et consommateurs pour débattre sur des questions d’actualité sur le poisson.

Thème de cette première rencontre : Peut-on encore manger du poisson ?

Au programme :

- Projection d’extraits du documentaire Pêcheurs et consommateurs : un comportement responsable pour sauver les océans réalisé par Jean-Roch Meslin.

- Table ronde animée par Bertrand Tardiveau de l’hebdomadaire Le Marin Entre intox et info ? Les pressions sur les pêcheurs et les consommateurs
Invités : Elisabeth Tempier, secrétaire générale de la Prud’homie de Sanary et fondatrice du journal "l’Encre de mer" – Rolf Willman, spécialiste de la pêche artisanale à la FAO – Micheline Dion Somplehi, vice-présidente de la Fédération Nationale des Coopératives de Pêche de Côte d’Ivoire et responsable du programme "Femmes" de la Confédération africaine des organisations professionnelles de pêche artisanale.

- Table ronde animée par Bertrand Tardiveau de l’hebdomadaire Le Marin Vers de nouvelles relations pêcheurs-consommateurs
Invités : Florence Gourlay, agrégée de géographie et maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université de Bretagne Sud Lorient – Sébastien Chauvet, conseiller municipal de l’île d’Yeu et directeur de l’organisation professionnelle des marins pêcheurs, René-Pierre Chever du comité départemental des pêches du Finistère Débat avec le public autour des questions traitées au cours des deux tables rondes

Dégustation de poissons et produits de la mer préparés par des professionnels valorisant la qualité, la traçabilité et l’identification de leurs produits. …...................................................................................

Pour plus d'explications : Pêcheurs du Monde

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"TTIP: What's in it for Europeans?"

Audition publique sur Tafta (TTIP)

18 mars 2015

Le 18 mars 2015, dans le cadre des négociations sur le TTIP avec les États-Unis, les députés européens participeront à une audition où ils consulteront des experts sur les potentiels bénéfices de l'accord pour les entrepreneurs et les consommateurs.

During a hearing on "TTIP - what's in for the Europeans?" INTA will look at potential benefits of TTIP for Europeans as workers, qualified professionals, consumers, entrepreneurs etc.

This"bottom-up" event intends to complement sector and issue specific hearings by shedding more light on the concrete results TTIP is expected to deliver. At the start of this hearing, Commissioner Malmström will give a keynote address.
Her speech will be followed by a set of panellists, which will give insight as practitioners on what they expect from TTIP to yield benefits (18 March at 16.15, Room JAN 6Q2).

Cliquez ICI pour suivre l'audition en direct 

Programme

Wednesday, 18 March 2015, 16h15-18h30
Room JAN 6Q2, Brussels
16:15 - 16:20 Opening remarks by Mr Bernd LANGE, Chair of the Committee on International Trade (INTA) and INTA Rapporteur on TTIP
16:20 - 16:30 Key notes speech by Ms Cecilia MALSTRÖM, Commissioner for Trade
16:30 - 17:50 PANEL DISCUSSION
moderated by Ms Lénaïc VAUDIN D'IMÉCOURT, EU Trade Insights
16:30-16:40 Mr Johannes KLEIS, BEUC, Bureau Européen des Unions de Consommateurs, Head of communications
16:40-16:50 Ms Fabienne GOYENECHE, MICHELIN, EU Affairs Manager
16:50-17:00 Mr Tilman KUPFER, BRITISH TELECOMS, Vice President, Trade & International Affairs
17:00-17:10 Ms Susanne LINDBERG-ELMGRE, Research Officer, LO, Swedish Trade Union,
17:10-17:20 Mr Mark DIJK, PORT OF ROTTERDAM, Programme Manager
17:20-17:30 Mr Jos DINGS, Transport and Environment, Director
17:40-17:50 Ms Sandra KRINNER, Architect
17:50 - 18:25 Q&A SESSION
including remarks by the Rapporteurs of opinion-giving Committees
18:25 - 18:30 Conclusion by the INTA Chair and INTA Rapporteur on TTIP

Parlement européen

Qui fait quoi dans la commission Commerce International, cliquez INTA

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Comment sauver la biodiversité marine ? 



Mercredi 18 mars 2015

La Rochelle - Espace Encan (ancienne criée) - bassin des chalutiers

Conférence environnement 2015 de la fondation Lea Nature « Comment sauver la biodiversité marine ? » 

avec la venue de Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

en présence également d’Isabelle Autissier, présidente du WWF France, Laurent Debas, directeur général de Planète Mer et un représentant de la Surfrider Foundation et de Longitude 181.

La projection du film « Le Dernier Pirate » du Capitaine Paul Watson est programmée à 18h00, elle sera suivie à 20h00 de la conférence et d’un débat animé par Denis Cheissoux journaliste à France Inter (émission CO2 mon amour).

Les enjeux évoqués portent sur : les déchets et la pollution invisible, la sur-pêche et la pêche illégale, le climat et les océans.

Pour vous inscrire www.leanature.com

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Agriculture et ville : vers de nouvelles relations juridiques



Poitiers, France (86)

Dates

    jeudi 19 mars 2015
    vendredi 20 mars 2015


L’Institut de droit rural (université de Poitiers) organise un colloque sur le thème « Agriculture et ville : vers de nouvelles relations juridiques ». Un thème d'actualité qui interroge sur la place de l'agriculture dans un contexte d'urbanisation croissante du territoire, et de fait les rapports ambivalents qu'entretiennent l'agriculture et la ville. Participeront à ce colloque des économistes, des géographes, des ingénieurs et des juristes, qui livreront au public leurs analyses respectives.

Le choix du thème « agriculture et ville » est motivé par une tendance, qui ne se dément pas, au rapprochement entre la production agricole et les centres de vie urbains. Le phénomène est dû, à la fois, à l’étalement ininterrompu des villes et aux stratégies des agglomérations souhaitant maintenir et renforcer leur agriculture de proximité. Or ces mouvements spatiaux et économiques génèrent de nouvelles questions juridiques : de gestion de l’occupation de l’espace, d’installation des agriculteurs, de respect du voisinage et de l’environnement, de manière de construire ou de jouir des supports nécessaires (sols, immeubles, jardins, domaine public…) à cette production agricole. Sans oublier les nouveaux liens, sous forme de contrats, qui se tissent entre les exploitants agricoles et les collectivités ou leurs habitants : alimentation des cantines scolaires, prestations de services (hébergement, loisirs, réinsertion) et énergétiques, distribution en circuits courts…

De ce point de vue, le colloque sera l’occasion de mettre en lumière certains aspects des récentes lois « Hamon », « ALUR » et d’avenir pour l’agriculture, emblématiques de ces rapports nouveaux, tantôt conflictuels, tantôt bénéfiques : c’est notamment le renforcement des outils du droit de l’urbanisme visant à contrôler la consommation des surfaces agricoles ; ce sont les distances à respecter pour user des produits phytosanitaires près des lieux d’habitation ; c’est le développement encadré des projets de méthanisation ou encore la consécration des magasins de producteurs.

Pour plus d'informations

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les droits fonciers et de pêche : Pêches, pour toujours...


Tenure & Fishing Rights 2015

A global forum on rights-based approaches for fisheries

23–27 March 2015

Apsara Angkor Hotel, Siem Reap, Cambodia

Cliquer Ici pour le Programme et inscription

Les droits fonciers et de pêche: Pêches, pour toujours.

Que nous soyons sur l'eau ou autour d’une table, nous jouons tous un rôle dans  la réalisation de la durabilité de nos pêches. Nous savons que nous devons gouverner et gérer nos pêcheries afin qu'elles  produisent du poisson  de manière durable. La production durable – qui se base sur des  considérations économiques, sociales et environnementales - est fondamentale pour garantir des possibilités d'emplois stables, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et des consommateurs. Nous savons que la définition des droits fonciers dans le secteur des pêches est la clé pour obtenir des ressources halieutiques suffisantes,  pour les générations actuelles et à venir.

La mission d‘ UserRights 2015 est de favoriser une compréhension mutuelle des défis rencontrés par les différents groupes dans nos communautés de pêche et de trouver un terrain d‘entente et des alternatives pour l'autonomisation et l'avenir des pêcheurs et de nos pêcheries.  Les présentations scéniques, les panels de discussions, les visites aux communautés de pêche avoisinantes, les présentations d'études de cas et les discussions plénières fourniront aux acteurs de la pêche et aux décideurs des conseils sur la façon de soutenir des systèmes basés sur les droits appropriés pour les pêcheries, ce qui contribuera à construire un avenir durable.

UserRights 2015 a été conçu pour rassembler toutes les personnes qui gravitent autour du secteur de la pêche afin de discuter des questions fondamentales  inhérentes à l'occupation et aux approches fondées sur les droits. En fournissant  une plateforme qui permet à toutes les voix de  se faire entendre, UserRights 2015 met en contact des pêcheurs, des communautés de pêcheurs, des universitaires, et des représentants d'ONG, de gouvernements et d‘organisations internationales de part le monde.

Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté.



La vidéo sur la Gouvernance responsable des régimes fonciers fournit une introduction aux Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (VGGT). Vous trouverez sous la vidéo un lien vers les Directives d'application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté.  La vidéo a été produite par le programme «Amélioration de la gouvernance mondiale pour la réduction de la faim»  financé par l'Union européenne et mis en œuvre par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Cliquer Ici pour plus d'informations

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

"La mer, avenir de la terre"



24 mar 2015

L’espace maritime peut-il sauver la planète en assurant nourriture, énergie, travail et répondre aux impératifs du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ? Pour y répondre, le Cluster maritime français et le Club Sup Mer, fédération des quinze groupes maritimes d’anciens élèves des grandes écoles organisent le colloque « La mer, avenir de la terre ». Deux tables rondes expliciteront les défis du développement durable du domaine maritime et évoqueront les perspectives des industries nouvelles. Source : Le Marin

Mardi 24 mars de 16 h à 19 h 30, Ecole militaire à Paris (amphithéâtre Foch).

Inscriptions sur le site : www.clubsupmer.org/

Au programme du colloque "La mer, avenir de la terre" organisé par le Club Sup Mer

Quels défis pour le développement durable du domaine maritime au 21ème Siècle ?

Début de la table-ronde à 16h00

Protection de l’environnement : O. Laroussinie  (Aires Marines Protégées)
Sécurisation des mers : Amiral B. Rogel
Au delà de Montego Bay ? : Commissaire Général J.L. Fillon (IFM)
Défis halieutiques : H.Carré (Comité National des Pêches)

Quelles seront les nouvelles industries de la mer ?

Début de la table-ronde à 17h45

Richesse des grands fonds : J. Denègre (TECHNIP)
Plateformes offshore multi-usages : T. Lockhart (DCNS)
Stockage de l’énergie : J.M. Germa (SOPER)
Bio-technologies : J.Y. de Chaisemartin (ALEOR)
Nouvelles énergies : J.L. Bal (Syndicat des Energies Renouvelables)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Forum Social Mondial de 2015

FSM Tunis 2015

24-28 Mars 2015

Contexte du FSM Tunis 2015

La décision du Conseil International d’organiser l’édition du Forum Social Mondial de 2015, à nouveau en Tunisie a été prise lors de la réunion de Casablanca en novembre dernier.

Elle répond à une demande formulée par les mouvements sociaux régionaux et internationaux.

Après évaluation des impacts du Forum 2013 en Tunisie, ils ont estimé qu’il était encore nécessaire :

1- de consolider les dynamiques de changements issus de la révolution tunisienne et des mouvements démocratiques dans la région,

2- d’approfondir les débats sur la crise du modèle libéral et la crise civilisationnelle

3- d’approfondir les débats sur les enjeux géopolitiques nouveaux

4- de promouvoir des alternatives qui respectent le droit des peuples, et qui soient fondées sur la paix et la justice sociale...

Pour en savoir plus sur le programme : FSM Tunis 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Salon Promer à Saint-Malo


25 et 26 Mars 2015

Le salon conchylicole Promer se tient à Saint-Malo les mercredi 25 mars et jeudi 26 mars (parc des expositions).

Il y a neuf ans le salon PROMER (anciennement Conchy Pêche) a vue le jour avec Patrick Costentin. Depuis 2011, le salon PROMER a lieu dans l’Espace Duguay Trouin sur le port de Saint Malo, lieu parfaitement adapté aux besoins du salon dans une ville proche des professionnels de Normandie et de Bretagne.

L’objectif de ce salon est d’offrir aux ostréiculteurs, mytiliculteurs, transformateurs, aquaculteurs, mareyeur un lieu d’échange et d’information sur leurs métiers.
Pendant  2 jours, les professionnels vont à la rencontre d’une centaine d’exposants spécialisés pour découvrir les dernières techniques et les actualités de la profession.

Une conférence se tiendra lors de l'édition 2015 du Salon PROMER. Cette conférence aura lieu le jeudi 26 mars et portera sur les thématiques suivantes :
  • L’Accord National Interprofessionnel ( ANI ) relatif à la mise en place des contrats santés dans toutes les entreprises au plus tard le 01 01 2016
  • Les nouvelles dispositions de l’article L 5542-21du code des transports (ancien article 79)
  • La responsabilité cible professionnelle et la faute inexcusable

Un cocktail vous sera proposé à l'issue de cette conférence.

Informations : www.conchypeche.com

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 

Le Guilvinec - Haliotika. Conférence débat sur les mammifères marins et requin pèlerin


Dans le cadre de l’animation des sites Natura 2000 « Roches de Penmarc’h », « Archipel des Glénan » et « Dunes et côtes de Trévignon », les gestionnaires des sites Natura 2000 et l’Agence des aires marines protégées ont le plaisir de vous convier à une conférence débat qui se tiendra vendredi 27 mars 2015 à 20h30 à Haliotika au Guilvinec, sur le thème des mammifères marins et du requin pèlerin.

Trois spécialistes des mammifères marins et du requin pèlerin présenteront lors de cette soirée les espèces fréquentant nos côtes, ainsi que les enjeux locaux en matière de connaissance et de préservation de ces espèces :

    - Sami Hassani, d’Océanopolis,
    - François Gally, du Groupe d’études des cétacés du Cotentin pour OBS MAM,
    - Eric Stéphan, de l’Association pour l’étude et la conservation des sélaciens (APECS).

Cette conférence sera aussi l’occasion de présenter les différents programmes de « sciences participatives » permettant à tout un chacun de participer à l’amélioration des connaissances sur ces espèces. Cette conférence étant ouverte à tous, n’hésitez pas à faire circuler cette information autour de vous !

Pour plus de renseignements n’hésitez pas à contacter le Cdpm 29

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous d'Avril 2015

Ce que la nature fait aux sciences de la communication (et vice-versa)



La question que nous aimerions poser, dans le cadre de cette journée d’étude, est celle de savoir ce que la nature fait à la communication, et symétriquement, celle de savoir ce que notre discipline peut apporter en propre aux problématiques socio-environnementales que n’apporteraient pas forcément les disciplines qui s’y consacrent habituellement.

Source : Calenda

Argumentaire

Ni l’environnement (pris au sens de l’une des catégories de l’action publique), ni la nature (au sens des milieux biophysiques et des êtres, humains ou non, qui les peuplent), n’ont été constitués comme des thèmes d’intérêt majeurs des sciences de l’information et de la communication. L’environnement ou la nature peinent à s’institutionnaliser dans les sciences anthropo-sociales française : ce phénomène est maintenant bien connu et documenté, et renvoie aux conditions historiques et épistémologiques de constitution des disciplines, qui, sous l’influence de Durkheim et de Saussure, ont assis leur identité et leur légitimité dans un jeu d’opposition avec les sciences du vivant. Aujourd’hui que la nature se rappelle à nous en raison de l’importance des dérèglements d’origine anthropique, et qu’elle fait l’objet d’une mise en politique et en débat via la catégorie de l’environnement, elle suscite un regain d’intérêt pour l’ensemble des thèmes qui lui sont liés : paysages, patrimoines, développement durable, catastrophes, pollutions, changement climatique, biodiversité, risques, etc., sont « construits » – selon le lexique en vigueur – en « problèmes » sociaux ou politiques.

Les sciences de l’information et de la communication, qui ont été instituées dans le contexte d’un constructivisme triomphant, et qui ont longtemps prôné une conceptions langagière et sémiotisante du rapport au monde, peuvent-elles éviter une interrogation critique et réflexive de leur ancrage dans la modernité issue du siècle des lumières, des « grands partages » entre objets et sujets ou entre nature et culture ? La matérialité de la nature, le comportement peu prévisible des articulations entre entités biophysiques, collectifs humains et représentations sociales, ou l’hybridité des objets socio-environnementaux, ne sont-ils pas des défis conceptuels majeurs pour une discipline qui a souvent été tentée par des visions rationalistes et techniciennes du monde ? Symétriquement, l’ancrage de la discipline dans les problématiques de la complexité, son appétit pour les articulations d’échelles d’analyse et sa capacité à mettre en œuvre et à théoriser la réflexivité, notamment dans le retour sur ses enquêtes, peuvent être de précieux atouts au moment où les divers constructivismes fondateurs des sciences humaines et sociales rencontrent leurs limites.

La question que nous aimerions poser, dans le cadre de cette journée d’étude, est celle de savoir ce que la nature fait à la communication, et symétriquement, celle de savoir ce que notre discipline peut apporter en propre aux problématiques socio-environnementales que n’apporteraient pas forcément les disciplines qui s’y consacrent habituellement.

Inscriptions et renseignements

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Festival Livre & Mer à Concarneau



3 avr 2015 - 5 avr 2015

Du vendredi 3 au dimanche 5 avril, au centre des arts à Concarneau, se  tient le festival littéraire Livre & Mer. Grande librairie maritime,  rencontres d’auteurs, café littéraire, projections de films, expositions artistiques, conférences, animations, dîner en musique, ponctueront cette manifestation. Six romans sont en lice pour recevoir le prix Henri-Queffélec, et cinq ouvrages ont été retenus pour le prix du beau livre. 
Source : Le Marin

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Thon rouge : histoire d'une surpêche et d'une reconstitution


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Colloque : Energie & Changement Climatique



L’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) et le cabinet de conseil ENEA consulting ont le plaisir de vous inviter à leur colloque "Energie & Changement Climatique, enjeux et leviers de compétitivité pour les IAA" qui aura lieu le 10 avril 2015 à l'ampithéâtre AG2R La Mondiale (26 rue de Montholon - Paris 9.)

En vue de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) qui se déroulera à Paris à la fin de l’année 2015, l'industrie alimentaire s’impliquera dans les débats qui animeront l'ensemble de la société.

L'efficacité énergétique constitue un levier majeur pour lutter contre le changement climatique et pour améliorer la compétitivité des entreprises agroalimentaires de France. Ce grand colloque rassemblera des experts scientifiques et des chefs d’entreprise pour débattre des grands défis énergétiques et environnementaux de demain et partager les pratiques innovantes d’aujourd’hui.

Pour plus d'informations : Ania

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Salon conchylicole de La Tremblade


Le 43e salon national du matériel conchylicole, aquacole, pêche, énergies renouvelables et les loisirs de mer... 

La Tremblade - Charente-Maritime

11 au 13 avril 2015

Cette année le salon est ouvert à de nouveaux exposants et à de nouvelles technologies en particulier les énergies renouvelables, l'environnement, les énergies solaires et photovoltaïques, le traitement écologique des déchets. 

Tous matériels élevage, expédition, conditionnement (pompes électrique et moteurs, trieuses, calibreuses), cercleuses, laveurs, matériels de manutention, moteurs marins, propulseurs, accastillages, emballages et dérivés, bateaux, chalands, pontons, aménagements d'installations et de bureaux, matériels ostréicoles pneumatiques, techniques scientifiques, aquaculture, pêche artisanale, petite navigation et pêche de loisirs. 

Organisation de colloques. 

Ouvert de 9h à 12h et de 14h à 19h. Entrée gratuite... Renseignements : 05 46 47 22 57

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Saint-Jean-de-Luz / Ciboure : Fête du port de pêche


La Fête du merlu de ligne n'aura pas dépassé son troisième anniversaire. Elle fait place à la première édition de la Fête du port de pêche luzo-cibourien, portée par l'Agglo sud Pays basque. Ce qui change avec l'appellation, dit son président Peyuco Duhart, c'est la « dimension ». Elle se veut à la fois plus consensuelle au sein de la filière et plus fédératrice.

Le principe demeure identique : entre animations gourmandes, ludiques ou culturelles, faire mieux connaître le poisson local de saison et les spécificités de la pêche artisanale locale.

Mais l'événement n'est plus centré uniquement autour du merlu de ligne. « Faire une fête seulement pour le merlu de ligne, c'était un peu comme dire à ceux qui n'en pêchent pas que leurs produits ne sont pas dignes d'être mis en avant. Du moins, ça pouvait être vécu comme ça », résume le maire de Ciboure, Guy Poulou. D'après Sud Ouest : Le merlu oui, le reste aussi

A la découverte des métiers, des savoir-faire et de la qualité de la pêche

– visites commentées du port
– rencontres avec les pêcheurs sur leurs bateaux.

côté Saint-Jean-de-Luz
Exposition « La pêche au merlu de ligne » proposée par l’Association Itsas Begia.
Exposition de matériel de sécurité maritime par la Coopérative La Basquaise

côté Ciboure
Exposition proposée par le Lycée agricole Saint-Christophe de Saint-Pée-sur-Nivelle pour découvrir l’algue rouge (sa transformation et ses usages)
Exposition les espèces de poisson pêchées localement par l’Ifremer

Ateliers et visites en vrac

Visite commentée de la Criée – Sur inscription office de Tourisme au 05.59.47.64.56
Visite guidée gratuite « le port de pêche d’hier et d’aujourd’hui. Inscription auprès de l’office de tourisme au 05.59.47.26.03.16
Atelier permettant d’estimer l’âge des animaux marins.
Dégustation gratuite de la pêche locale – association Uhaina Vente à l’assiette de poisson 4€
Dégustation gratuite des produits de la mer – Coopérative La Basquaise
Ateliers de ramendage de filets et créations de bracelets en noeuds marins
« J’apprends à cuisiner le poisson » cours de cuisine par des professeurs du Lycée Hôtelier de Biarritz.
Atelier « Je cuisine un poisson de saison » avec Fabrice Idiart, chef du restaurant Ilura.
Atelier « Je cuisine un poisson de saison » avec Patrice Roussel, chef du Comptoir Joa.
Atelier « Je cuisine un poisson de saison » par Olivier Lataste, chef du restaurant Olatua
Concours de cuisine autour du Merlu de ligne auvent de la criée
Chasse aux trésors pour les enfants sur le thème de la pêche : les bulletins de jeu aux offices de tourisme de Saint-Jean-de-Luz et de Ciboure.

Téléchargez le programme détaillé

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Comment améliorer la sélectivité dans l’interdiction des rejets



How to improve selectivity in the context of the discard ban

This hearing will discuss issues such as improvements in selectivity based on both technical development and other measures, with a focus on fishing gear.

Date : 13 avril 2015

Lieu : Brussels - Altiero Spinelli (ASP) 5E2

Cliquer Ici pour plus d'informations sur l'audition publique (programme détaillé,...)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

2e atelier du groupe The Oceans 2015 Initiative


20 au 22 avril 2015 

Monaco

Ce 2e atelier du groupe The Oceans 2015 Initiative est organisé par l'Iddri, l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC), en collaboration étroite avec l'International Atomic Energy Agency (IAEA), et plus particulièrement son unité Ocean Acidification International Coordination Centre (OA-ICC)

Note : Un atelier fermé sur invitation


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

European Tuna conference


Bruxelles, le 20 avril 2015

Pour en savoir plus : Atuna 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Seafood Expo Global de Bruxelles 2015


Le Salon professionnel international des produits de la pêche et de l’aquaculture se tiendra du 21 au 23 avril 2015 à Bruxelles

L’espace FRANCE, fédéré par FranceAgriMer, au Seafood Expo Global 2015 à Bruxelles : 42 entreprises innovantes dans le secteur des produits de la mer et de l’aquaculture

Dans le cadre de sa mission de promotion des produits de la mer et de l’aquaculture à l’international, FranceAgriMer, établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, accompagne comme chaque année les entreprises, en organisant leur présence sur l’espace FRANCE, à l’occasion de la 23e édition du salon Seafood Expo Global, qui se tiendra du 21 au 23 avril 2015, au Parc des expositions de Bruxelles.

L’espace FRANCE jette l’ancre dans le hall 7 au Seafood Expo Global 2015

Rendez-vous international incontournable pour tous les professionnels du secteur de la pêche et de l’aquaculture, le Seafood Expo global accueille environ 1600 exposants et des acheteurs venus de 145 pays. Ce salon offre aux entreprises présentes sur l’espace FRANCE la possibilité de rencontrer les acteurs majeurs du secteur et de nouer des contacts avec des partenaires potentiels.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

20ème foire aux bulots de Pirou

Du 24 au 26 avril 2015

Dès vendredi soir, Pirou est en fête pour accueillir la 20ème édition de sa traditionnelle foire aux bulots.

Vendredi soir, rendez-vous à 20h30 pour un loto sous le chapiteau chauffé avec 3000€ de lots.

Samedi et dimanche, ce sont de nombreuses animations qui vous sont proposées. Retrouvez les profuits de la mer et du terroir, mais allez aussi visiter l'expostion qui retrace la vie des pêcheurs ou écoutez des concerts. Il y aura aussi des ateliers cuisine et une soirée repas musicale.

Rendez-vous vendredi dès 20h30, samedi et dimanche dès 9h. Entrée gratuite, parking à 2€. Le programme complet est sur www.ville-pirou.fr

Ecoutez Noëlle Leforestier, maire de Pirou, nous présenter cette édition anniversaire sur Tendance Ouest

Pour plus d'informations : Mairie du Pirou (Manche)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Capbreton : Du merlu sur tous les étals

La sixième édition de la Fête du merlu se déroulera samedi et dimanche, au port et dans les restaurants environnants.

Source : Sud Ouest par Alexandre Quétu

«C'est une tradition maintenant ! », annonce un habitué du port de Capbreton. Une tradition qui se maintient chaque année et qui ouvre la saison touristique. D'un point de vue plus écologique, cela correspond également au pic de pêche du printemps. Un rendez-vous convivial pour promouvoir la pêche locale et le merlu plus particulièrement. Le concept est simple : les pêcheurs fournissent la matière première aux restaurateurs, qui préparent et transforment le fruit de cette pêche. Résultat : les pêcheurs vendent leurs poissons et les restaurants font le plein de touristes et de locaux sur les terrasses avec des mets à base de… merlu. Tout le monde y trouve son compte.

« C'est en mer que je me sens le mieux ! », annonce Patrick Courtiau, une des figures du port de Capbreton. Il est le propriétaire de deux bateaux de pêche et d'un restaurant, en face de la capitainerie. Le merlu, c'est une de ses spécialités. Pour lui, cet événement est un moment important économiquement. « Les gens aiment venir se promener sur le port, c'est une vraie balade à Capbreton et quand on propose une manifestation comme la Fête du merlu, ils répondent toujours positivement et en nombre. »
au programme

Samedi. 12 heures : vin d’honneur et ouverture de la Fête du merlu 2015, place Lou-Chaque-Dit. De 18 à 23 heures : banda Lous Chaouche Padere à la capitainerie et front de mer. De 18 à 23 heures : banda Ttipitto, quai mille-sabords.

Dimanche. De 11 à 17 heures, banda Lous Chaouche Padere, capitainerie et front de mer. De 15 h 30 à 18 heures : le rendez-vous des pitchouns, des jeux pour les enfants, place Lou-Chaque-Dit. À 17 h 15 : « L’Anniversaire de Saperli », un spectacle de clowns pour enfants.

Entrée gratuite et ouverte à tous....

Plus d'informations sur www.capbreton.fr. Pour suivre la manifestation en direct sur la webcam du port : www.port-capbreton.fr

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Mai 2015

28e édition du défi des ports de pêche à Port-en-Bessin

Port-en-Bessin - Calvados - Normandie

du 11 au 17 mai 2015

La 28e édition du défi des ports de pêche se déroulera à Port-en-Bessin du 11 au 17 mai. Dix-huit équipages sont attendus, entre régates et village des pêcheurs.

Port-en-Bessin accueillera pour la première fois le Défi des ports de pêche, du mardi 12 au dimanche 17 mai. Plusieurs dizaines de milliers de visiteurs sont attendues pour cette grande fête de la mer et des marins. "Nous avons repris l’ossature de la fête du Goût du large et de la fête du port, assure Christophe Van Roye, le responsable du comité de pilotage. De très nombreuses animations seront proposées chaque jour."

La compétition commencera le mardi 12 mai, dans l'après-midi avec une petite régate d’entraînement et se terminera le vendredi 15 mai. Chaque jour, si la météo le permet, les voiliers sortiront en mer.
13 ports représentés

En marge de la compétition, tout est fait pour que les treize ports représentés et les cinq lycées maritimes puissent faire connaître leur région, un village sera installé place Gaudin, devant la Tour Vauban. De nombreuses dégustations seront proposées de 10 h à 18 h et en soirée chaque façade maritime proposera des spécialités, Méditerranéenne, Atlantique et Manche.

"Tout est axé sur la mise en valeur des savoir-faire des différentes filières professionnelles qui font le quotidien de notre vie, explique Christophe Van Roye. Notre force est de tout concentrer à l’intérieur même de la ville ainsi les dix-huit voiliers seront visibles dans le port." La fête se terminera dimanche 17 mai avec un spectacle et des concerts. D'après Ouest France : Défi des ports de pêche. Un programme bien rempli du 12 au 17 mai

Cliquer Ici pour plus de détails

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Découvrir à la fois les huîtres et les vieux voiliers à la semaine du Golfe

Pendant la Semaine du Golfe, Ivan Selo propose des sorties à bord d'une barge ostréicole, pour partir en même temps à la rencontre de son métier et des gréements anciens. Avec la grande parade en apothéose.

Source : Ouest France par Patrick Certain

L'initiative

Quand, à partir de 2008, la forte mortalité a touché à leur tour les huîtres du Golfe du Morbihan, Ivan Selo n'a jamais manqué de projets pour affronter la crise. Il a diversifié l'entreprise familiale qu'il dirige à la Pointe de Toulvern, en Baden. Car cet ostréiculteur est accroché à son métier transmis depuis cinq générations.

C'est ainsi qu'en 2011, il a fait aménager une barge pour transporter des visiteurs au coeur de ses parcs, et faire découvrir les étapes de la production de l'huître, de sa naissance jusqu'à son arrivée sur les étals.

À l'occasion de la Semaine du Golfe, ce chef d'entreprise veut aller encore plus loin. « C'est une occasion unique de promouvoir l'ensemble du milieu dans lequel notre profession travaille et sur lequel vont naviguer des centaines de bateaux. Le public aime les belles images mais on constate qu'il est aussi de plus en plus à la recherche de culture locale. Je poursuis donc ce que j'ai lancé sous l'appellation « Au rythme des marées » : faire découvrir l'ostréiculture depuis la mer, tout en étant en même temps au contact des flottilles de la Semaine du Golfe. »

Algues, oiseaux et mégalithes
.....

(1) Départ au chantier Pointe de Toulvern à Baden, ce mercredi et jeudi à 11 h, vendredi à 13 h, samedi à 14 h. Renseignements au 06 04 59 68 28.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Slow Fish 2015: il est temps de changer de cap



Du 14 au 17 mai, la cité côtière de Gênes dans le nord de l'Italie accueillera à nouveau l'événement international de Slow Food dédié à la pêche durable : Slow Fish.

Cette biennale célèbre la diversité de la pêche, de ses techniques et des cultures culinaires du bassin méditerranéen. Elle a aussi pour but de renforcer le réseau Slow Fish Méditerranée en aidant les communautés de pêcheurs à parler d'une seule et même voix face aux problèmes de pollution et de surpêche industrielle.

Des délégués de plus de 15 pays sont attendus cette année, tout comme des passionnés des produits de la mer issus des quatre coins du monde. Tous envahiront le vieux port de la ville pour rencontrer producteurs et négociants, en apprendre plus sur la pêche artisanale et... manger du poisson bien sûr !

Le public aura la chance de découvrir et goûter un large éventail de poissons (dont beaucoup ne sont pas couramment utilisés en cuisine), mais aussi d'élargir cette expérience gastronomique aux sels, épices, huiles d'olive extra-vierge, bières et vins, ainsi que de nombreuses spécialités de la région Ligurie comme le pesto.

Cette septième édition s'intéressera particulièrement aux problèmes liés à la pollution et au manque de jeunes pour remplacer les pêcheurs qui prennent leur retraite. On y regardera également de près les questions liées à la gouvernance, et notamment l'importance d'inclure les communautés locales, dont les connaissances et savoir-faire respectent l'écosystème complexe qu'est la mer.

Comme dans tous les évènements Slow Food, l'éducation occupe une place centrale dans le programme : ateliers interactifs, conférences et présentations seront proposés pour développer une plus large conscience de l'impact de nos comportements et de nos choix sur la santé de nos mers.

Alors, qu'attendez-vous ? Venez nous joindre à Gênes! Pour plus d'infos Ici.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Stratégie d'adaptation aux changements climatiques des estuaires et du domaine côtier en Aquitaine

Conférence

18 mai 2015

Lieu : Hôtel de Région - Bordeaux
 
Lundi 18 mai, la Région Aquitaine organise la conférence « Stratégie d'adaptation aux changements climatiques des estuaires et du domaine côtier en Aquitaine » à Bordeaux. L’Ifremer occupe une large place à cette journée introduite par Alain Rousset, Président du conseil régional d’Aquitaine.

En 2012-2013, la Région Aquitaine avait impulsé le rapport « Prévoir pour agir - la Région Aquitaine anticipe le réchauffement climatique » en confiant la coordination générale d'un ouvrage de synthèse à Hervé Le Treut (membre du GIEC). L’Ifremer y avait rédigé plusieurs contributions et coordonné le chapitre sur les "Ressources exploitées par la pêche et l'ostréiculture". Pour valoriser vers la société civile ce travail conséquent, la Région organise depuis 2014 un cycle de conférences thématiques de diffusion du rapport.

Lundi 18 mai à Bordeaux, la conférence « Stratégie d'adaptation aux changements climatiques des estuaires et du domaine côtier en Aquitaine » clôt le cycle. Après qu’aient été abordés les thèmes « Agriculture et Forêts » (juin 2014), « Montagne » (décembre 2014) et « Eau » (février 2015).

Nathalie Caill-Milly, responsable du laboratoire Ressources Halieutiques Aquitaine (LRHA) de l’Ifremer, présentera les résultats du chapitre « Ressources exploitées par la pêche et l’ostréiculture » de l’étude. L’après-midi, elle animera l’atelier du même nom, réunissant plusieurs intervenants Ifremer, ainsi que des chercheurs d'autres instituts ou universités.

Intervenants de l’atelier « Les ressources exploitées par la pêche et l’ostréiculture »
  • Impact du changement climatique sur l’ostréiculture. Jean Prou, Ifremer La Tremblade
  • Alose et changement climatique. G. Lassalle, Irstea Bordeaux
  • Modifications de la distribution des petits pélagiques. Jacques Massé, Unité Ecologie et Modèles pour l’Halieutique (EMH) Ifremer Nantes
  • Thonidés et climat. N. Goñi, AZTI Pasajes
  • Espèces à affinités méridionales - suivis et outils. Marie-Noëlle de Casamajor, Ifremer Anglet (Unité Halieutique Gascogne Sud – HGS) / R.Chbeir - UPPA Anglet

Cliquer Ici pour le Programme de la conférence Climat Estuaires et domaine Côtier du 18 Mai 2015

Pour aller plus loin

Le rapport scientifique : Prévoir pour agir

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les 20 et 21 mai, rendez-vous à Nantes pour Thétis EMR



Nantes accueillera la filière EMR pour son grand rendez-vous d’affaires, les 20 et 21 mai. Plus de 300 exposants y sont attendus. « La région Pays de la Loire compte de nombreux projets en cours de développement et regroupe à la fois le potentiel marin, le réseau de recherche, le tissu d’entreprises locales spécialisées, tout cela intégré dans une infrastructure portuaire ouverte sur l’Europe et le monde », selon Yann Collot, directeur de Thétis EMR.

Ces rencontres sont volontairement axées « business », avec pour objectif de réunir sur un même site les grands donneurs d’ordres comme les PME et TPE, qui peuvent tirer leur épingle du jeu dans cette filière encore neuve en France. « Thétis EMR est avant tout une plate-forme d’échanges et de partage d’expériences autour de la croissance bleue », résume Yann Collot.

Quatre conférences plénières et cinq ateliers sont proposés pendant deux jours pour entrer dans le vif du sujet et dresser un état des lieux des EMR, ses atouts et ses contraintes, financières comme environnementales. Avec des intervenants comme Frédéric Grizaud (STX Solutions), Vincent Bales (WPD Offshore), Bruno Geschier (Ideol), Mark Hamilton (Scotrenewables)… Source : Le Marin

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les algues alimentaires : aujourd'hui - demain

Les journées professionnelles de Rennes

Dans le cadre du projet IDEALG, le Pôle halieutique AGROCAMPUS OUEST organise le colloque :

Les algues alimentaires : aujourd'hui - demain

jeudi 28 mai 2015

AGROCAMPUS OUEST - Centre de Rennes

Cette journée vise à étudier l’importance des algues alimentaires et le développement de leur marché dans le cadre du projet IDEALG, dans le cadre de European Martime Day.

Ce séminaire est un lieu d’échanges et de réflexions entre les différents acteurs de la filière algues et des métiers de la bouche en France : professionnels, administratifs, décideurs.

Une dégustation de produits à base d’algues est proposée à l’issue de ce séminaire.

Télécharger le programme...

Depuis 2012, AGROCAMPUS OUEST participe au projet IDEALG, Projet Investissement d’Avenir, dont les principaux objectifs sont de diversifier le potentiel valorisable des algues locales et de promouvoir l'accès à la ressource (récolte et culture).

Dans le cadre de ce projet, le Pôle halieutique travaille particulièrement sur le développement du marché des algues alimentaires et organise le 28 mai 2015 la troisième édition des journées professionnelles de Rennes, dans l’amphithéâtre Matagrin.

La journée s'organisera autour de trois sessions thématiques :
  • Les algues dans l’assiette : quelle consommation aujourd’hui ?
  • Algues alimentaires et production : quel approvisionnement pour demain ?
  • Algues et marché : comment développer le marché des algues alimentaires ?

Les inscriptions sont gratuites et se font à l'adresse suivante : http://inscription.agrocampus-ouest.fr/280515

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Smidap : Journée de Restitution des travaux d'études


La Journée de restitution des travaux d'études dans le cadre de l’Appel à Projets sur les thématiques de la Pêche et de l'Aquaculture financé par la Région des Pays de la Loire et organisé par le SMIDAP se déroulera le vendredi 29 mai 2015 à la Salle des Fêtes de Batz-sur-Mer.

Télécharger le programme.

Si vous êtes intéressé, contactez le Smidap à l'adresse suivante contact@smidap.fr.

Inscription obligatoire

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

European Maritime Day

"Ports and Coasts, gateways to maritime growth”


Piraeus, Greece, 28-29 May 2015

Conference overview

The European Maritime Day Conference will host high-level sessions and stakeholder workshops attracting delegates and experts from across Europe and beyond. Speakers, including Ministers, Commissioners, CEOs and experts, will discuss the spectrum of opportunities and great challenges that our coasts and seas present, share best practices, and develop new synergies.

Télécharger Ici le programme

Pour en savoir plus : Commission européenne

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

« La biodiversité de l’invisible : les micro-algues, amies ou ennemies ? »


Conférence grand public le 29 mai 2015

Maison de l’Algue de Lanildut

Une conférence grand public est proposée le vendredi 29 mai à 20h30 à la Maison de l’Algue de Lanildut sur le thème « La biodiversité de l’invisible : les micro-algues, amies ou ennemies ? » par Claude Le Bec, responsable de la station Ifremer de Concarneau et de Laboratoire Environnement Ressources Bretagne Occidentale.

"Connaître et caractériser la biodiversité marine pour mieux la préserver" est un des dix axes stratégiques de l'Ifremer pour les années à venir.

La première étape dans l’étude de la biodiversité, au sens de diversité spécifique, consiste en l’identification des espèces. L’étude de la biodiversité passe donc au préalable par la réalisation d’inventaires qui sont des étapes indispensables à la connaissance de la biologie.

C’est ainsi que le laboratoire Ifremer de Concarneau décrit chaque année de nouvelles espèces de micro-algues récoltées dans les différents océans mondiaux et parfois tout simplement dans les eaux marines de nos récréations balnéaires locales.

Surtout connues du grand public pour les désagréments intestinaux que peuvent induire indirectement certaines espèces, les micro-algues sont d’abord le premier maillon indispensable à notre survie sur Terre. En effet, elles sont les premiers producteurs d’oxygène et de matière organique, maillon fondamental de la chaîne alimentaire sur notre planète, mais également premier consommateur de dioxyde de carbone, donc jouant un rôle dans la stabilité du climat.

Nouvelles aujourd’hui, ces micro-algues sont peut-être aussi les solutions de demain (pharmacologie, cosmétologie, …).

C'est loin le Finistère !

Conférence grand public en ligne | La biodiversité de l’invisible : les microalgues, ennemies ou amies ?

Surtout connues du grand public pour les désagréments intestinaux que peuvent induire indirectement certaines espèces, les microalgues sont d’abord le premier maillon indispensable à notre survie sur Terre.

En effet, elles sont les premiers producteurs d’oxygène et de matière organique, maillon fondamental de la chaîne alimentaire sur notre planète, mais également premier consommateur de dioxyde de carbone, donc jouant un rôle dans la stabilité du climat.

Alors les microalgues, ennemies ou amies ? Pour le savoir, visionnez la conférence de Claude Le Bec (2012)

Animation sur les micro-algues du 8 avril au 30 juin 2015 à Lanildut




Dans le cadre d’un partenariat engagé en 2012 entre l’Ifremer et la Maison de l’Algue de Lanildut afin de rapprocher la science et la société et de sensibiliser le public (résidants, pêcheurs, plaisanciers, estivants …) à la notion de développement durable, une animation sur les micro-algues est proposée à la Maison de l’Algue de Lanildut du 8 avril au 30 juin.

Exposition de photographies

L'Ifremer a conçu et réalisé une exposition photographique temporaire et itinérante intitulée "La biodiversité de l'invisible : les micro-algues, ennemies ou amies ?" composée de 21 photographies avec légendes.

Elles ont été réalisées par le Laboratoire Environnement et Ressources Bretagne Occidentale avec un microscope électronique à balayage. Cette exposition sera présentée à la Maison de l’Algue de Lanildut du 8 avril au 30 juin.

Projet Phenomer de science participative

En 2013, l’Ifremer a lancé avec ses partenaires à l’échelle de la Bretagne Phenomer, un projet de science participative exploratoire qui invite les citoyens à signaler des phénomènes d’eaux colorées dus aux proliférations de micro-algues.



Ces questions sont essentielles car, malgré sa taille microscopique, le phytoplancton est indispensable à la vie sur Terre. Il est à la base de la chaîne alimentaire marine et il produit plus de la moitié de l’oxygène terrestre.

Les scientifiques ont besoin de vous : vous serez peut-être au bon endroit, au bon moment ! A partir de vos signalements, ils pourront prélever des échantillons d’eau de mer, les analyser, étudier la biodiversité des efflorescences et mettre en place de nouvelles actions de recherche.

Le projet Phenomer sera également présenté sous la forme de deux posters et d’un flyer (en français et en breton).

En savoir +

http://www.lanildut.fr/index.php/maison-de-lalgue-67/bienvenue-a-la-maison-de-lalgue

http://www.phenomer.org/

http://wwz.ifremer.fr/L-institut/Agenda-des-evenements/Animation-sur-les-micro-algues-du-8-avril-au-30-juin-2015-a-Lanildut

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Les Rendez-vous de Juin 2015

World Ocean Summit 2015


Lisbonne - Portugal

3 au 6 juin 2015

« Economie bleue, croissance bleue. » C’est le thème de ce troisième sommet mondial des océans (World Ocean Summit 2015), et il ravira ceux qui pensent que l’avenir de la Terre passe par les mers. Organisé par le prestigieux hebdomadaire britannique The Economist, l’événement va rassembler 205 acteurs et experts de l’économie pour débattre de cette fameuse « économie bleue ». Un concept que le rédacteur en chef de la revue, John Micklethwait justifie ainsi : « Les problèmes océaniques affecteront des milliards de personnes d’une façon qui englobe l’économie, la politique et les sciences. » L’un des objectifs affichés : définir un scénario « gagnant-gagnant » établissant un juste équilibre entre les intérêts privés de l’industrie et la protection environnementale. Vaste sujet, en effet. d'après : pdm-seafoodmag

Pour plus d'informations : World Ocean Summit 2015

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Lanester : Flash-back sur les lauréats du Festival Pêcheurs du monde 2015


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Croissance Bleue Atlantique



Evénement national français pour la mise en œuvre du Plan d’Action Atlantique

Le 8 juin 2015 à La Rochelle

Equipe de soutien du Plan d’Action Atlantique et Communauté d’Agglomération de La Rochelle, en liaison avec le Secrétariat Général de la Mer et la DG MARE de la Commission Européenne.

Audience : Toute organisation, publique ou privée, ayant des idées de projets s’inscrivant dans le cadre du Plan d’Action Atlantique.

Il s’agit d’un événement à caractère national dédié à la mise en œuvre du Plan d’Action Atlantique.

La mission de l’Equipe de soutien du Plan d’Action Atlantique consiste essentiellement à :
  • informer les porteurs de projets des services fournis par l’Equipe de soutien au Plan d’Action Atlantique et de ses fonctions (fournir aux porteurs de projets tout l’aide requise pour trouver des financements, des opportunités de projets dans la zone atlantique.)
  • favoriser l’émergence et recueillir des idées de projets ciblés sur les priorité du Plan d’Action Atlantique et aider à leur mise en œuvre.



Cet événement s’inscrit dans cette mission, la journée du 8 juin se décomposant en :

Une matinée destinée à une information des participants, sur :
  • la mise en œuvre du  Plan d’Action Atlantique avec la DG MARE de la Commission Européenne, le Secrétariat Général de la Mer qui y est étroitement associé, et l’Équipe de Soutien au Plan d’Action Atlantique (cabinet   Kantor Qwentes de Bruxelles, coordonnateur de l’Équipe de Soutien, et le Technopole Brest Iroise, Focal point pour la France).
  • les sources de financements mobilisables au niveau européen, national et local (Fonds Structurels et Investissements Européens, Interreg, LIFE, Horizon2020, etc)
Une après midi à la présentation et recueil d'idées de projets s'inscrivant dans le Plan d'Action Atlantique en matière de thématiques (relevant des quatre grandes priorités du Plan) et de dimension géographique (la façade Atlantique de l'UE,  du nord de l’Écosse au détroit de Gibraltar).

Nom de la personne de contact et coordonnées :
Gildas BOREL
Tél : 00 33 (0)2 98 05 63 16
Email : focalpoint@atlanticstrategu.eu


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

8 juin. journée mondiale de l’océan 2015


Célébration de la Journée mondiale de l’océan

8 juin 2015, Siège de l’Unesco, Paris, France

Pour célébrer la Journée mondiale de l’océan des Nations Unies, qui se déroule chaque année le 8 juin, la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI-UNESCO) organisera un évènement spécial d’une journée entière sur le thème de l’océan et de son interaction avec le système climatique. Cette manifestation conduira à la Conférence de Paris 2015 sur le climat (COP21). La journée sera inaugurée par Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, et Ségolène Royale, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Consultez le programme et inscrivez-vous sur le site de l’Unesco

La journée mondiale de l’océan est célébrée chaque année afin de rappeler l’importance de l’océan dans notre vie quotidienne. Véritable poumon de notre planète, il fournit la plus grande partie de l’oxygène que nous respirons. Cette journée donne l’occasion d’informer le public sur l’impact des actions humaines sur l’océan, et de mobiliser et unir les populations du monde sur un projet de gestion durable de l’océan de notre planète.

Cette année, la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI-UNESCO) organisera une journée complète dédiée au rôle de l’océan dans le système climatique, en amont des négociations sur le changement climatique qui auront lieu au cours de la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre sur les changements climatiques (COP21), fin 2015.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

What Is the Future of Our Ocean?


Quel est le futur de notre océan ?

What the science shows and what we can do about it. Ce que la science montre et ce que nous pouvons faire à son sujet.

Mardi 9 juin 2015 de 14h à 20h

Maison des Océans (Grand Amphithéâtre) - Paris

La conférence  "What Is the Future of Our Ocean?" est organisée par PSL Université et The Pew Charitable Trusts, membres de la plateforme Océan et Climat.

L'océan joue un rôle primordial dans la survie sur notre planète, mais l'océan change d'une façon que nous ne comprenons pas complètement. Cette conférence explorera la science derrière notre compréhension de l'océan, les impacts des activités humaines sur la santé de l'océan, et la manière dont nous pouvons mieux gérer l'océan pour assurer sa protection. en savoir plus.

Francoise Gaill (Directrice de recherche émérite CNRS, UMR BOREA, coordinatrice du comité scientifique de la Plate forme Océan & Climat) animera la session plénière “The Hard and Social Science of the Ocean” (15h-17h) et interviendra au cours de la table-ronde “How to Manage the Ocean? ” (17h30-19h) aux côtés de Teresa Ribera (IDDRI), Philippe Cury (IRD), Luis Valdés (UNESCO), Dan Laffoley (UICN). Source : borea.mnhn

Programme détaillé Ici

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

5e Assises Nationales de la Biodiversité



Les 5e Assises Nationales de la Biodiversité auront lieu les 10, 11 et 12 juin 2015 à Dijon.

Après 4 ans (Pau, Grande-Synthe, Nantes et Montpellier), les Assises nationales de la biodiversité se rendent en Bourgogne. Ces assises, devenues un vrai lieu de partage de savoir-faire, démontrent chaque année l’importance et l’urgence des réflexions et des actions à mener.

Le Conseil des ministres a adopté le mercredi 26 mars 2014 le projet de loi sur la biodiversité, qui avait été présenté au Conseil national de la transition écologique en décembre 2013. Ce texte, qui rénove une législation sur la nature vieille de 38 ans, doit être déposé au Parlement cet été.

C’est dans ce contexte d’actualité particulièrement dense et dans ce même engouement que la 5e édition sera organisée en juin 2015.

Thématiques : Scientifique et recherche - Décision et stratégie - Société - Entreprises et partenariat public-privé - Innovation et prospective - Agence Française pour la Biodiversité

Chiffres clés : • 800 participants attendus • 2 séances plénières • 6 conférences • 6 débats d’idées • Des démos et des forums partenaires • 5 conférences parrainées

Public ciblé : Ces assises sont à destination de l’ensemble des acteurs impliqués dans la biodiversité : Etat, collectivités, associations, industriels, citoyens…

Pour plus d'informations : ANB

Le mot de...

Olivier Laroussinie, Directeur de l’Agence des aires marines protégées, Directeur de la préfiguration Agence française pour la biodiversité

Les Assises nationale de la biodiversité permettent tous les ans de rassembler l’ensemble des professionnels de la biodiversité de nos territoires (personnels des collectivités, bureaux d’étude, établissements publics, associations…).

Dans le cadre de la mission de préfiguration pour l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB), l’équipe de préfiguration a souhaité profiter de l’opportunité de cet évènement qui se tiendra cette année à Dijon les 10, 11 et 12 juin, pour prolonger la dynamique de dialogue, de concertation et de transparence engagée depuis janvier 2015 avec les acteurs de la biodiversité. Cette démarche de co-construction vise à mettre en place une Agence qui serve au mieux la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB), avec l’ensemble des partenaires et acteurs de la biodiversité. Elle s’appuie d’ores et déjà  sur les 4 établissements amenés à fusionner (l’ATEN, Parcs Nationaux de France, l’Onema et l’Agence des aires marines protégées), riches de leurs compétences et de leurs savoir-faire, tant sur le milieu terrestre, qu’aquatique et marin : un stand commun aux 4 organismes permettra d’échanger de manière informelle avec le public des Assises pendant les 3 jours de l’évènement.

Les Assises nationale de la biodiversité seront un temps d’échanges techniques sur les métiers de l’Agence, son positionnement dans le monde professionnel de la biodiversité, ses fonctions d’animation de réseaux et de formation, et feront écho à la conférence nationale de Strasbourg qui se tiendra les 21 et 22 mai.

Les thématiques qui seront abordées intéressent directement les élus, les associations, les gestionnaires d’espaces protégés mais également la sphère privée : réseaux de professionnels (expertise et innovation), appui aux collectivités territoriales dans la mise en œuvre des politiques biodiversités (SRB et SRCE), formation et sensibilisation.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Regards croisés sur l’ostréiculture : Quels enjeux pour demain ?


10 juin 2015 au Sénat

Joël Labbé Sénateur du Morbihan organise le 10 juin prochain au Sénat, en collaboration avec l'association "Ostréiculteur traditionnel" :

"Regards croisés sur l'ostréiculture, quels enjeux pour demain ?"



Le nombre de places est limité : Inscription obligatoire avant le 3 juin 2015 par mail : colloqueostreiculture.senat@gmail.com, en précisant vos nom, prénom, fonction, structure.

Contacts:
Cyrielle Simon : 01 42 34 49 61
Karine Grosjean : 06 16 91 56 79

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Conférence de Pierre Mollo : « Ça chauffe pour le plancton ! »


Conférence de Pierre Mollo, le rôle primordial du plancton et les menaces qui pèsent sur lui !

Vendredi, 12 Juin, 2015 - 20:30       

Etel / Musée des Thoniers

Vendredi, le Musée des Thoniers accueillera Pierre Mollo, une figure du monde scientifique. A l'initiative de l'association Étel bleu, cet homme qui arpente la planète pour étudier le plancton donnera une conférence intitulée : « Ça chauffe pour le plancton ». Pierre Mollo va nous parler du rôle primordial du plancton et des menaces qui pèsent sur lui, cette source de toute vie marine et de notre oxygène !

« Notre projet est la sauvegarde et la mise en valeur de la Ria. La venue de Pierre Mollo, conférencier international, permettra d'alerter sur une des richesses de la rivière. Le plancton est à la base de la chaîne alimentaire et est essentiel à l'équilibre de la vie. Il représente un gros enjeu écologique », explique Jacques Montaron, membre fondateur d'Étel bleu.

Pierre Mollo est à l'origine de l'Observatoire du plancton de Port-Louis, où il est né, qui interviendra également mais auprès des scolaires. « Nous accueillons jeudi après-midi une cinquantaine d'élèves de 6e du Collège de la Rivière, précise Grégory Nabat, animateur du musée. Il y aura trois ateliers pour découvrir l'histoire du plancton, l'observer dans une goutte d'eau de la Ria à l'aide de microscopes et visiter le musée, qui remonte la chaîne alimentaire avec l'activité pêche. »
Cette conférence est gratuite. Vous pouvez en parler autour de vous,, car ETEL BLEU ne peut très souvent vous proposer d'écouter un conférencier de ce niveau.

Pierre Mollo revient de plusieurs mois en Antartique où il participait à une mission scientifique. Il présente la situation du plancton au plan mondial cette semaine au Sénat.

Conférence proposée par Etel Bleu

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Assises de la pêche et des produits de la mer



Boulogne

Les 16 et 17 juin 2015

Organisées depuis 2010, les Assises de la Pêche et Produits de la mer sont devenues le principal rendez-vous annuel des décideurs de la filière de la Pêche et des Produits de la mer. Cette année, l’événement s’associe aux Assises nationales du port de pêche du futur.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Pleubian. Portes ouvertes au Centre d'études des algues, le 19 juin

Le Ceva ouvrira ses portes le 19 juin, pour faire découvrir ses laboratoires, ses recherches, leurs applications.

« Quoi de neuf sur les algues ? », tel sera le thème de la journée portes ouvertes qu'organise le Centre d'étude et de valorisation des algues (Ceva), le 19 juin. « L'événement a pour objectif d'informer le grand public sur les activités du Ceva, et les nouveautés dans le domaine des algues », explique Elizabeth Deboise.

La journée se déroulera en deux temps. La matinée sera consacrée à des conférences, données par les experts du Ceva, de 9 h à 12 h 30, dans la salle du centre culturel Le Sillon. Tous les sujets seront abordés : suivi de la ressource algale, production et applications (alimentaire, cosmétique, chimie/matériaux). Les conférences seront suivies d'une dégustation de produits aux algues.

Des visites du Ceva, à Pen Lan, seront organisées l'après-midi, de 14 h 30 à 17 h 30. Elles donneront l'occasion de découvrir ses laboratoires et équipements. Dans la continuité des conférences du matin, une exposition dans les locaux du Ceva, permettra aux visiteurs d'enrichir leur connaissance sur les algues.

Conférences et visites gratuites, mais la réservation est obligatoire, dans la limite de 200 places, au 02 96 22 89 25. Leur date limite est le 31 mai. Source : Ouest France

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Cherbourg Cotentin. Les rencontres de la mer



Découvrez la filière des produits de la mer : Pêche et Cultures marines à Cherbourg et dans le reste du Cotentin

19 & 20 Juin 2015

La filière produits de la mer (pêche, aquaculture, mareyage, transformation) fait partie de l'identité économique et culturelle du Cotentin.

Elle représente aujourd'hui plus de 1 000 équivalents temps Directs sur le territoire :
  • Pêche : 384 Emplois Temps Plein (ETP)
  • Aquaculture : 300 ETP
  • Commercialisation : 300 ETP
  • Industrie de transformation : 56 ETP

Afin de la valoriser, la CCI Cherbourg Cotentin organise, avec ses partenaires et les professionnels, une manifestation dédiée à sa promotion : "Les Rencontres de la Mer" les 19 et 20 juin.

Les animations sur le port de Cherbourg seront proposées de 10h à 18h le vendredi 19 et le samedi 20 juin.

Inauguration de l'exposition d'Antoine Soubigou

L'inauguration de l'exposition d'Antoine Soubigou intitulée "Pêcheurs au quotidien" aura lieu le vendredi 19 juin à 13h30 sur la Place Jacques Hébert devant Les Eléis.

Pour plus d'informations : CCI Cherbourg-Cotentin

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Lorient fête son port de pêche : Keroman 2015



La 9ème édition de Keroman Port en Fête se tient les 27 et 28 juin au port de pêche de Lorient. Objectifs : ouvrir la cité du poisson au grand jour pendant deux jours de fête et promouvoir la pêche durable et responsable.

La fête du port de pêche de Lorient, c’est vraiment l’occasion de poser toutes les questions sur les métiers de la pêche. Chaque année, des milliers de personnes se massent sur les quais de Lorient pour embarquer à bord des chalutiers ou des fileyeurs. Les visites sont commentées par les marins eux-mêmes.

Comment reconnaître un chalutier d’un fileyeur ? Dans quelles zones pêchent les marins ? Quels poissons capturent-ils ? C’est quoi une pêche responsable ? Et une pêche durable ? Comment se déroule une journée de pêche ?

La fête du port de pêche de Lorient, c’est vraiment l’occasion de poser toutes les questions. Et, assurent les professionnels, heureux d’y répondre, il n’y a pas de questions idiotes.

La cité du poisson au grand jour pendant deux jours de fête

Depuis près de 10 ans, afin de faire découvrir les produits et les métiers de la pêche au grand public, c’est toute la filière professionnelle qui se mobilise et ouvre en grand les portes du port de pêche pour deux jours de fête.

Keroman Port en Fête est une occasion exceptionnelle pour le grand public de découvrir cette véritable ville dans la ville pendant tout un week-end. «  Pendant deux jours de fête, nous invitons les lorientais à venir découvrir en famille l’activité du port de pêche et leur donnons accès aux bateaux, aux équipements, aux ateliers de mareyage. Ainsi, nous créons un lien entre les habitants et les professionnels du port qui ont à cœur de leur faire connaitre les métiers et les produits de la pêche lorientaise » explique Maurice Benoish, président de la SEM Lorient-Keroman.

De nombreuses animations émerveilleront petits et grands venus en famille ou entre amis. Le long des quais, sous les chapiteaux et dans les rues du port, le public découvrira le quotidien du port et rencontrera les pêcheurs, les dockers, les mareyeurs et de nombreux professionnels tous passionnés par leur métier. Au programme : visites du port, de la criée, des ateliers de marée et des bateaux de pêche, démonstration de vente de poissons à la criée, démonstration d’hélitreuillage, animations dans le village maritime, dégustations de délicieux produits issus de la pêche durable (langoustines, lottes, merlus, sardines, thons, juliennes…). Un grand repas de la mer et un concert gratuit auront lieu le samedi soir. Des expositions, des vidéos, des jeux ou encore des conférences et divers ateliers permettront aussi aux visiteurs de découvrir la filière pêche de manière ludique et pédagogique. Ces animations et les stands seront articulés autour d'une thématique visant à valoriser la coopération entre les pêcheurs et les scientifiques. Le Môle sud-est devrait quant à lui être baptisé en hommage à Michel Tonnerre. d'après Ouest France et Sea to Sea

Plus de détails sur le programme des 2 jours : Les 27 et 28 juin : Embarquez pour Keroman Port en Fête !

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Conférences grand public de l'Ifremer 2014-2015




^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^