mardi 2 décembre 2014

Nantes : Assises de la mer sur fond de pêcheurs en colère...



En direct les Assises de l'économie maritime sur fond de manifestations de pêcheurs

Cliquer Ici pour vivre les assises en Live (Mardi 2 Décembre à partir de 9h00)

Dans le Vieux Port de La Rochelle, beaucoup de petits métiers manifestaient : coureauleurs, civelliers, fileyeurs...

Les raisons de la manifestation des pêcheurs 

Aux Assises : « Ce que la France peut réaliser de meilleur »

http://www.lemarin.fr/


Avant que les 1 600 participants aux Assises de l’économie de la mer - ainsi que les milliers de personnes qui les ont suivies en « live » sur le site internet  du marin - n’écoutent le Premier ministre Manuel Valls, qui prononçait là son premier discours de politique maritime, André Thomas, rédacteur en chef du marin, lui a adressé le message suivant :

« Monsieur le Premier ministre,

C’est un honneur pour les organisateurs des Assises de l’économie de la mer de vous accueillir aujourd’hui et nous nous remercions chaleureusement de votre venue.

Nous la considérons comme une marque de reconnaissance de l’Etat pour les activités maritimes, comme ce fut le cas lors de la venue de vos deux prédécesseurs, Jean-Marc Ayrault et François Fillon.

Votre présence ici rappelle également que le Premier ministre est par essence le seul membre du gouvernement ayant une responsabilité sur l’ensemble de la politique maritime, puisque la mer touche presque tous les ministères.

Il va de soi que tout le monde ici vous connaît. Mais il n’est pas certain que vous connaissiez tous ceux qui vont vous écouter. Je vais donc me permettre, en quelque sorte, de faire les présentations.

Les hommes et les femmes qui sont devant vous sont les  fils spirituels de 400 générations de marins qui se sont succédées depuis ce qu’on sait des débuts de la navigation maritime.

En effet, le navire - c’est son seul défaut - est plus vieux, bien plus vieux que le train, l’avion, le camion. Avant que Jules Verne ou Léonard de Vinci n’imaginent l’idée folle du sous-marin, avant même que la mythologie grecque ne crée Icare et le rêve de l’homme volant, les marins pratiquaient ce qu’on appelle aujourd’hui la mondialisation, qui a d’abord été la maritimisation du monde.

Cette histoire de la maritimisation du monde, commencée il y a 14 siècles s'est poursuivie depuis lors, sans à-coups et en s’amplifiant. Et c’est le public que vous avez devant vous qui en écrit les pages actuelles.

Ces chefs d’entreprises, ces marins, ces ingénieurs, ces scientifiques qui vont vous écouter, participent à la circulation du sang de l’économie mondiale. Ils transportent le pétrole, le gaz, le fer, le charbon, les céréales, les objets de tous les jours de manière telle qu'aucun avion, ni aucun train, ni aucun camion ne pourra jamais le réaliser, avec un ratio écologique imbattable

C’est un monde que les « terriens » connaissent mal mais sans lequel leur propre vie s’arrêterait.

Un monde où, comme le disait Kipling, on doit prendre « le maximum de risques avec le maxium de précautions ».

Songez qu’un seul grand porte-conteneur vaut une fois et demi le montant des usines que l’on construit actuellement pour produire nos futures éoliennes offshore. Et qu’en un seul voyage, il transporte une cargaison valant l’équivalent du PIB d’un petit État.

Monsieur le Premier ministre, les hommes et les femmes qui sont devant vous cherchent et trouvent du pétrole et du gaz sous plusieurs kilomètres d’eau et d’écorce terrestre. Les minéraux de demain suivront.

Les grands moulins, à eau ou à vent, qu’ils vont installer au dessus et au dessous de la mer nous transmettront l’énergie que produit la nature. Un seul d'entre eux pourra approvisionner un village entier. 

Ces hommes et ces femmes posent à travers les océans les câbles sous-marins sans lesquels les inventions de Graham Bell et de Bill Gates seraient sans utilité.

Ils pêchent dans les mers les plus dures des poissons que l’on s’arrache jusqu’au Japon.

Ils cherchent et trouvent par plusieurs milliers de mètres de profondeur, dans des montagnes volcaniques sous-marines plus hautes que les Alpes, ou dans des fosses plus profondes que la largeur de Paris, des formes de vies nouvelles là où il ne devrait y en avoir aucune.

Ils produisent, sur nos côtes, les coquillages, les poissons, les algues, qui apportent les protéines supplémentaires dont l’humanité a et aura besoin à l’avenir, ainsi que les matériaux qui remplaceront les plastiques qu'un jour on ne pourra plus les produire à base de pétrole. 

Ils conçoivent et exploitent des paquebots où peut vivre l’équivalent d’un 6e de la population d’Evry, ville que vous connaissez bien.

Ils dessinent et construisent des voiliers parmi les plus beaux et les plus rapides du monde.

Pour nous protéger, ils emmènent sous la mer, par plusieurs centaines de mètres de profondeur, l’équivalent de 700 fois la bombe d’Hiroshima, sans que personne ne sache où ils se trouvent et bien entendu, tout en le sachant, eux-mêmes, très précisément.

Les gens que vous avez devant vous sont totalement connectés aux autres industries. À toutes les industries, par nature, par nécessité. Ils servent les industries. Ils sont aussi clients de ces industries, par exemple de l’industrie spatiale française, car ils sont de grands utilisateurs des satellites.

Les gens qui vont vous écouter sont aussi de très bons élèves de l’économie française : leurs exportations s’élèvent à près de 50 milliards d’euros, soit plus de deux fois celles de l’aéronautique.

Les hommes et les femmes qui sont devant vous ont des racines, travaillent dans la technologie, l'innovation, ils ont de l'audace, ainsi qu'une vision naturellement mondiale.

En outre, ils entretiennent un lien tout particulier avec leur nation, dont les couleurs flottent sur leurs navires, du moins une partie de leurs navires. En quelque sorte, les Français de la mer incarnent ce que la France peut réaliser de meilleur.

Ils ne demandent qu’à faire mieux encore, si leurs gouvernants partagent la même ambition.

C’est pour cela qu’ils vont vous écouter avec grande attention. »

André THOMAS, rédacteur en chef du « marin »

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Assises de la mer. Les bateaux de pêche arrivent à Nantes 

Quelque trois cents pêcheurs et élus de La Turballe, Noirmoutier et des Sables-d'Olonne sont réunis actuellement près du ponton du Belem, à Nantes.


Quelque trois cents maris pêcheurs mais aussi des élus de La Turballe, Noirmoutier et des Sables-d'Olonne sont actuellement réunis au cœur de Nantes, près du ponton du Belem, sur le quai de la Fosse. Ils sont venus accueillir les premiers bateaux de pêche venus de La Turballe et des Sables pour clamer leur ras-le-bol des réductions des quotas de pêche.

Ils manifestent en marge des Assises de la mer, qui se tiennent aujourd'hui et demain à la Cité des congrès de Nantes, et où le Premier ministre Manuel Valls est attendu à 11h30. Source : Ouest France

Programme des Assises 2014

En Bleu les parties touchant à la Pêche et aux Cultures marines

Mardi 2 Décembre - Cité des Congrès de Nantes

7h30 : Ouverture des portes

9h00 : Lancement des 10ème Assises de l'économie maritime de la mer et du littoral
André Thomas, le marin et Arnaud Le Gal, Les Échos

9h05 : Table ronde
« Les Pays de la Loire au cœur de la France maritime »

Animateurs : André Thomas, le marin, et Arnaud Le Gal, Les Échos
  • Jacques Auxiette, Président, Région des Pays de la Loire
  • Jean-Pierre Chalus, Président du Directoire, Port de Nantes Saint-Nazaire
  • Bruno Pain, Directeur général, Crédit Maritime
  • Johanna Rolland, Présidente, Nantes Métropole
  • David Samzun, Président, Carène



9h40 : L’économie maritime française, par Francis Vallat, Président du Cluster Maritime Français

10h00 : « La France maritime a la parole »

Animateurs : André Thomas, le marin, et Arnaud Le Gal, Les Échos

Baromètre emploi formation AGEFOS PME, par Laurence Carlinet, Directeur du développement, AGEFOS PME


Les pêcheurs charentais manifestent dans le vieux port de La Rochelle, en savoir plus avec Sud Ouest

On parle aussi de la manifestation des pêcheurs français sur 

Les filières de l’économie de la mer vues par les Présidents des Fédérations maritimes et des organisations professionnelles parties prenantes ; avec la participation de Leslie Widmann, Directrice d’ODYSSEE Développement
  • Jean-Louis Bal, Président, SER 
  • Patrick Boissier, Président, GICAN 
  • Yves Lyon-Caen, Président, FIN 
  • Hervé Martel, Président, UPF 
  • Serge Pallarès, Président, FFPP 
  • Gérard Romiti, Président, CNPMEM 
  • Raymond Vidil, Président, Armateurs de France



Gérard Romiti : « L'Europe dit pêcher moins nous disons pêcher mieux »

Aux plans de l'Union pour diminuer la flotte sous la pression écologiste, Gérard Romiti, le président du Comité national des Pêches, oppose l'éthique de la profession qui a permis la reconstitution des stocks

Source : Corse matin (publié le 1 décembre 2014)

Les Xe Assises de l'économie de la Mer et du Littoral vont se tenir mardi et mercredi à Nantes et Saint-Nazaire. Pour la communauté maritime française dans toutes ses composantes, c'est un rendez-vous…phare. D'ailleurs, les interventions de Manuel Valls et de Ségolène Royal y sont très attendues.

Les polémiques relatives aux quotas, le réchauffement climatique et la pollution, les aides européennes et la politique commune, l'état des lieux et les perspectives de la pêche en France sont quelques-unes des problématiques que nous abordons ici avec Gérard Romiti, patron pêcheur corse depuis trente ans, et président du Comité national des Pêches et des élevages marins.

Quel est l'état de santé de la filière pêche que vous représentez en France ?

Elle renoue avec une certaine stabilité. Je rappelle que ces cinq dernières années, la France a perdu 450 bateaux de pêche performants, ce qui représente plus d'un millier d'emplois. Bien sûr, les situations sont contrastées d'un littoral à l'autre, mais il y a des signes encourageants en ce qui concerne la ressource et il faut faire reconnaître par l'Europe les bonnes pratiques de la pêche française.

Avec près de 6000 entreprises, la pêche et la conchyliculture représentent un réseau d'exploitations (principalement de type familial) très important sur tout le littoral français...



Ce tableau est extrait du Baromètre emploi-formation de l'économie maritime - Rapport d'analyse - Edition 2014 /  + les chiffres du Recensement de la conchyliculture 2012 - Agreste 2014

Remarque personnelle : Pourquoi l'Agefos n'indique pas le nombre d'entreprises conchylicoles dans son baromètre de l'économie maritime. Les ostréiculteurs et les mytiliculteurs ne seraient pas des professionnels de la mer ?

La politique européenne des quotas n'est-elle pas parfois pénalisante ?


Elle l'est, en effet. L'approche de précaution maximaliste menace les entreprises de pêche, je le dénonce depuis plusieurs années. Et pour la première fois, viennent se greffer de nouvelles mesures d'effort de pêche concernant le bar qui est une espèce emblématique de la pêche française.

Vous voulez dire que certains quotas décidés par l'Europe ne se justifient pas toujours ?

Je dis que pour les ressources halieutiques qui ne bénéficient pas d'une évaluation analytique et scientifique objective, les propositions de baisse quasi systématiques ne sont ni acceptables ni satisfaisantes. Par exemple, la réduction radicale sur les raies, notamment la raie brunette, alors que les professionnels observent l'abondance de l'espèce, ne peut susciter que l'incompréhension.

C'est aussi le cas du thon rouge en Méditerranée…

Contrairement à ce qu'avaient prédit certaines ONG sur sa disparition inéluctable, le stock de thon rouge en Méditerranée s'est reconstitué. Il a même retrouvé le niveau optimal des années 60. La politique européenne se focalise trop sur les plans de sortie de la pêche. Son credo, c'est « pêcher moins », alors que nous, nous en privilégions un autre, « pêcher mieux ».

Le lobby écologique est si déterminant que ça dans le secteur de la pêche ?

Il fait un travail de folie au Parlement européen. Pourtant, les pêcheurs sont des écolos dans l'âme, la mer c'est à la fois leur passion, et il faut en avoir pour exercer ce métier extrêmement éprouvant, et leur gagne-pain. Leur intérêt, c'est d'en préserver toutes les richesses.

Qu'attendez-vous du Premier ministre qui doit intervenir aux Assises ?

Il faut que l'état français prenne la mesure des énormes potentialités de son économie de la mer. Qu'il fasse la promotion du label « France filière pêche » auprès des consommateurs car elle est la garantie d'une pêche durable depuis les fonds marins jusqu'à leur assiette.


11h10 : Table ronde
« Quelle place pour les entreprises françaises dans le shipping mondial ?»

Animateurs : Arnaud Le Gal, Les Échos, et Thibaud Teillard, le marin
  • Philippe Louis-Dreyfus, Président, Louis Dreyfus Armateurs
  • Nicolas Sartini, Directeur exécutif Lignes Asie / Europe, Groupe CMA CGM

11h30 : Pause

12h00 : « Économie mondiale et transport maritime » par Paul Tourret, Directeur de l’Isémar

Animateurs : André Thomas, le marin, et Arnaud Le Gal, Les Échos

12h10 : DISCOURS de Manuel Valls, Premier ministre



A Nantes, Valls tente de rassurer les pêcheurs sur les quotas

La France défendra à Bruxelles des quotas de pêche pour 2015 qui tiendront compte de «leur impact économique sur la filière», a assuré mardi Manuel Valls, alors que 300 pêcheurs ont manifesté à l'occasion de sa venue à Nantes en faveur d'un maintien des quotas.

Le Premier ministre a par ailleurs écarté une interdiction de la pêche en eaux profondes, même s'il a souhaité «trouver un chemin» contre «le laisser-faire».

«Les quotas de pêche, c'est un sujet important pour l’économie française, et c'est un sujet important pour nos pêcheurs. Ils seront prochainement discutés à Bruxelles pour 2015. Vous pouvez compter sur l'engagement du gouvernement à défendre des niveaux tenant compte à la fois des expertises scientifiques et de l'impact économique sur la filière», a déclaré le chef du gouvernement dans son discours aux Assises de l'économie de la mer et du littoral. 

Se disant défenseur d'une pêche «durable et responsable», fondée sur des «avis scientifiques solides», Manuel Valls a salué «très sincèrement les efforts des professionnels pour progresser».


Source : AFP - Jean-Sébastien Evrard

«Nous devons dépasser toute forme d'opposition stérile entre +les défenseurs des poissons+ et les +défenseurs des pêcheurs+. Les pêcheurs sont les acteurs de la mer, ils y risquent leur vie, la perdent parfois, ils sont donc conscients des enjeux de la préservation de l’environnement – c'est leur outil de travail ! – et ont un rôle de premier plan à jouer dans la gestion des aires marines protégées», a-t-il déclaré....

Manuel Valls est aussi revenu sur la question «sensible» de la pêche en eaux profondes, sans accepter la demande faite par plusieurs ONG à la France d'interdire cette pratique considérée comme très néfaste aux fonds marins. «Entre l’interdiction et le laisser-faire, il faut trouver un chemin avec l’appui des scientifiques», a affirmé M. Valls.

La Commission européenne avait proposé en 2013 l'interdiction du chalutage profond mais celle-ci a été finalement repoussée en décembre par les eurodéputés qui se sont contentés d'encadrer ce type de pêche.

Pendant ce temps, à la Rochelle, le vieux port se remplit de bateaux de pêcheurs en colère...


Les pêcheurs charentais manifestent dans le vieux port de La Rochelle, lire l'article de Sud Ouest

Lire aussi France 3 Poitou-Charentes : La Rochelle : Les pêcheurs bloquent le Vieux Port

Parole de femme et mère de pêcheurs...


Copie d'écran : commentaire de l'article Sud Ouest : Manif des marins-pêcheurs à La Rochelle : Une cinquantaine de bateaux mobilisés

12h35 : Table ronde
« La France et sa marine marchande : point d’étape »

Animateurs : Arnaud Le Gal, Les Échos, et Thibaud Teillard, le marin
  • Fernand Bozzoni, Président suppléant, Armateurs de France
  • Arnaud Leroy, Député, Assemblée nationale

12h55 : INTERVIEW de Thierry Houette, Président, Groupe Prorisk

Animateurs : Arnaud Le Gal, Les Échos, et Thibaud Teillard, le marin

13h05 : Déjeuner

15h00 : Ateliers thématiques

• Construction navale : « Navires à passagers : écologie, sécurité, design : quels leviers pour la compétitivité des chantiers français ? »

Grand Auditorium

Animateur : Jean-Marie Biette et Frédérick Auvray, le marin

Avec le soutien de Ouest-France Entreprise et de la BPI
  • Erminio Eschena, Directeur général, MSC Croisières France
  • Philippe Donche-Gay, Executive Vice-President, Bureau Veritas
  • Hervé Germain, Vice-président, Neopolia Marine
  • Xavier Leclercq, Directeur technique et développement navires, STX France
  • Jean-Bernard Raoust, Président d’honneur, BRS Group

Dunkerque : des pêcheurs bloquent le port du Grand large pour un maintien des quotas en 2015

Alors que des manifestations de pêcheurs ont lieu à La Rochelle et Nantes, où les Assises de l'économie de la mer viennent de s'ouvrir, le mouvement a été relayé à Dunkerque.... 100% des fileyeurs dunkerquois (ils sont 17) ont bloqué le port du Grand large de Dunkerque à 14h00 ce mardi 2 décembre.

Poissons à prix coûtant à Lille




Source : France 3 Nord-Pas-de-Calais  avec AFP

Ils protestent contre la baisse probable des quotas. Notamment sur la sole à propos de laquelle les scientifiques demandent une baisse des quotas de pêche de 60%.

Pour certains patrons de pêche qui ramènent à quai 85% de soles, la chute du chiffre d'affaires pourrait être de 50%. Les pêcheurs sont inquiets et regrettent que la loi change trop souvent. Ils contestent aussi que certains bateaux soient soumis à la directive "zéro rejet" qui les obligera, dès le 1er janvier 2015, à effectuer aucun rejet de poisson à l'eau, mais à les stocker, les ramener au port et les décharger. "Davantage de manutention, davantage d'espaces de stockage et davantage de charges" estiment-ils en conséquence.

Un blocage symbolique du port du Grand large de Dunkerque a eu lieu donc à partir de 14h00 cet après-midi. A Calais également ce matin, et des ventes de poissons à prix coûtant ont eu lieu à Lille, place de la République aujourd'hui....

• Formation : « Gestion des compétences et évolution des parcours au sein de l’économie maritime française »

Salle R0, accès par la Grande Halle

Animateur : Anaïs Boulay, le marin

Brève présentation de l’Observatoire de l’égalité professionnelle, par Marie-Noëlle Tiné, Cluster Maritime Français.
  • Laurence Carlinet, Directeur du développement, AGEFOS PME 
  • Raphaëlle Franklin, Directrice générale, Opca Transports 
  • Yann Bécouarn, Sous-directeur, Sous-direction des gens de mer et de l’enseignement maritime 
  • Anne Le Page, Directrice, La Touline 
  • Hervé Moulinier, Président, ENSM 
  • Alain Pomès, Directeur, Centre européen de formation continue maritime

Vieux Port de La Rochelle : Couleurs de manifestation




• Pêche : « Respect de la ressource : tous responsables »

Salle 300, accès par la Grande Halle

Animateur : Bertrand Tardiveau, le marin
  • Alain Cadec, Président, Commission de la pêche du Parlement européen 
  • Fabien Dulon, Directeur général, Scapêche 
  • Philippe Gros, Direction scientifique, Ifremer 
  • José Jouneau, Président, COREPEM des Pays de la Loire 
  • Olivier Lenezet, Président, Blue Fish Europe 
  • Yvon Riva, Président, Orthongel

En Charente-Maritime, beaucoup de petits métiers en sursis...




R & D : « La mer, les biotechnologies de demain ?»

Salle 150, accès par la Grande Halle

Animateur : Solène Le Roux, le marin
  • Gilbert Blanchard, Directeur, CBB-Capbiotek Bretagne
  • Sébastien Floc’h, Directeur général, Groupe Roullier
  • Vincent Fournier, Directeur de la recherche, Diana-Aquativ
  • Benoît Gillmann, Président directeur général, BIO-UV
  • Pascal Jaouen, Professeur, Université de Nantes

• Ports : « Grands ports maritimes, ports régionalisés : les défis d’une cohérence de bassins»

Auditorium 800

Animateur : Thibaud Teillard, le marin
  • Christine Cabau Woehrel, Présidente du Directoire, Grand Port Maritime de Marseille
  • Marc Chevallier, Président, Sète Port Sud de France
  • Frédéric Cuvillier, Député-Maire, Boulogne-sur-mer
  • Vianney de Chalus, Président, CCI du Havre
  • Odette Herviaux, Sénatrice

16h10 : Pause

16h40 : INTERVIEW d’Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche

Animateur : André Thomas, le marin




17h00 : Table ronde
« Mer et espace, un destin partagé »

Animateur : Loïc Fabrègues, le marin
  • Jean-François Clervoy, Astronaute, Agence spatiale européenne 
  • Rémi Julien, VP Corporate Development, Orolia 
  • Jacques Rougerie, Président fondateur, SeaOrbiter

17h30 : Table ronde
« Cultures marines : la ferme du futur s’appelle océan »




Animateur : Solène Le Roux, le marin
  • Jean-Yves de Chaisemartin, Directeur général, Aléor 
  • Véronique Le Bihan, Chef de projet, Capacités 
  • Jo Thaëron, Président, Etablissements Thaëron Fils

Aquaculture : des déclarations favorables non suivies d’effets

par Francis Vallat, Président du Cluster Maritime

Alors qu’on ne va pas assez loin, a contrario, pour l'aquaculture française, formidable chance gâchée par le chapelet de promesses non tenues et d’hostilités d'acteurs littoraux souvent non professionnels, alors qu'il y a en France un potentiel économique extraordinaire, un vrai savoir-faire, et une possibilité réelle de réduire le déficit de la balance commerciale ! Car la France importe 80% des produits aquatiques qu’elle consomme.

La succession, depuis quinze ans, de déclarations d'intention extrêmement favorables mais totalement dépourvues d’effets, est donc devenue aussi incompréhensible qu’insupportable. En fait la problématique est simple, il faut juste que les discours ne soient plus lettre morte !

Et que le plan rédigé par l'administration soit dopé par plus d’ambition, de souffle, de clarté, de volonté, c’est-à-dire à la hauteur des espoirs suscités il y a quelques siècles par le premier plan d'avenir pour la pêche et l'aquaculture (de Dominique Bussereau, alors ministre de l'agriculture) !

Et que dire du (bon) discours de clôture du Premier Ministre aux Assises de Brest en 2009 :

"L'économie de la mer, c'est aussi l'aquaculture... il est quand même choquant d'imaginer que notre pays, avec le potentiel maritime qui est le sien, laisse reposer  85% de l'alimentation de sa population en produits de la mer sur des produits importés. Nous pensons que ça n'est pas irrémédiable...", ou des messages identiques adressés plus récemment par le Ministre délégué Cuvillier ? Extrait de l'article du Marin du 1 décembre 2014 : L'état de l'économie maritime française, par Francis Vallat

18h00 : Fin de la première journée

19h30 : Soirée de prestige du Cluster Maritime Français, organisée par la Marine nationale avec le concours de l’Institut Français de la Mer.

Grand Auditorium de la Cité des Congrès.

Mercredi 3 Décembre

8h00 : Ouverture des portes

Accès par l’entrée du Grand Auditorium.

9h00 : INTERVIEW de Michel Rocard, ancien Premier Ministre

Animateur : Jean-Jacques Lerosier, Ouest France

9h20 : HOMMAGE à Christophe de Margerie, qui devait intervenir ce mercredi 3 décembre. Les équipes des Assises, d'Infomer et du Cluster maritime français s'associent à la tristesse de sa famille et de ses collaborateurs suite à sa tragique disparition.

9h25 : Table ronde 
« Les nouvelles frontières de l’offshore pétrolier et gazier »

Animateurs : André Thomas et Frédérick Auvray, le marin
  • Gael Bodénès, Directeur Général délégué Opérations, Bourbon
  • Alain Marion, Vice-Président Senior, Technip
  • Jean-François Minster, Directeur scientifique, Total
  • Benoît Ribadeau Dumas, Vice-président Senior, CGG
  • Jean Ropers, Président, GEP-Aftp

10h15 : Table ronde
«Le GNL, incontournable combustible marin ? »

Animateur : Frédérick Auvray, le marin
  • Julien Burdeau, Directeur de l’innovation, GTT
  • Pierre Cotin, Directeur, Elengy
  • Alexandre Eykerman, Directeur des ventes, Wärtsilä France

10h45 : « Adopter le GNL : le témoignage d’un armateur  ». INTERVIEW de Jean-Marc Roué, Président, Brittany Ferries

Animateur : Frédérick Auvray, le marin

10h55 : Pause

11h25 : Table ronde 
« Quel essor pour les acteurs français des énergies marines renouvelables ? »

Animateur : Jean-Jacques Lerosier, Ouest France, et Loïc Fabrègues, le marin
  • Arnaud Bellanger, Directeur, Areva Wind
  • Béatrice Buffon, Directrice générale adjointe, EDF EN France
  • Denis Cochet, Président, Alstom France
  • Bernard Planchais, Directeur général délégué, DCNS
  • Raphaël Tilot, Directeur projets offshore, GDF SUEZ Energie France

12h15 : « Les grandes infrastructures en mer ». INTERVIEW de François Demoulin, Président du Pôle Mer Méditerranée et d’Antoine Rabain, Indicta

Animateur : André Thomas, le marin

12h35 : « L’économie de la mer solidaire ». INTERVIEW de Jean Ducluzeau, Président, Marins sans Frontières et de Xavier de la Gorce, Président, SNSM

Animateur : André Thomas, le marin

12h45 : INTERVENTION de Jean-Marie Biette, Secrétaire général, le marin

12h55 : Déjeuner

15h00 : INTERVIEW de George Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer

Animateur : André Thomas, le marin

15h20 : Table ronde

« La deuxième zone économique exclusive mondiale, et alors ? »

Animateur : André Thomas, le marin
  • Michel Aymeric, Secrétaire général de la Mer
  • Maurice Cerisola, Président, Cluster maritime La Réunion
  • Thomas Degos, Directeur général, Direction générale des Outre-mer
  • Paul Giacobbi, Président, Agence des aires marines protégées
  • François Jacq, Président directeur général, Ifremer
  • Stéphane Alain Riou, Directeur adjoint, Pôle Mer Bretagne-Atlantique

16h25 : Table ronde

« Industrie, forces navales : la place militaire de la France sur l’océan mondial »

Animateur : Olivier Mélennec, le marin
  • Amiral Bernard Rogel, Chef d’état-major, Marine Nationale
  • Jean-Dominique Giuliani, Président, Fondation Robert Schuman
  • Andreas Loewenstein, Directeur de la Stratégie et du Développement, DCNS

17h00 : Francis Vallat, Président du Cluster maritime français, passe le témoin à Frédéric Moncany de Saint-Aignan

17h30 : Clôture des 10è Assises de l’économie de la mer

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

L'Île-d'Yeu

Manifestation des marins pêcheurs à Nantes : "Laissez-nous travailler et faites nous confiance !"



Mardi matin, le quai de la Fosse de Nantes avait des allures de port de pêche. A la demande du Comité régional des pêches maritimes des Pays de la Loire, seize bateaux de pêche en provenance des ports de la région avaient remonté la Loire pendant la nuit, pour essayer de rencontrer le Premier Ministre Manuel Valls, en visite aux Assises de la Mer.

Source : Le Courrier Vendéen

La délégation de l’Ile d’Yeu était constituée de 90 marins pêcheurs. Elle a été emmenée par le Petit Gaël II, le Marial et le Mammouth, qui avaient quitté l’Ile d’Yeu à 3 heures du matin pour rallier Nantes après sept heures de navigation.

“En vingt ans nous avons subi la baisse des quotas, la mondialisation du prix du poisson, l’interdiction des filets maillants dérivants, l’interdiction de la pêche au requin-taupe, l’échec de la reconversion vers le thon rouge, alors que le Golfe de Gascogne en regorge” a rappelé Eric Taraud, patron du Petit Gaël II.

Les organisateurs de la manifestation saluent la forte mobilisation, ainsi que l’accueil des Nantais. Ce sont finalement entre 300 et 400 professionnels de la pêche et élus, qui se sont rassemblés au pont Anne de Bretagne, avant de rejoindre à pied la Préfecture, escortés par des motards de la Police, qui leur ouvraient la route.

Une petite délégation de marins pêcheurs et d’élus de la région a été reçue dans un premier temps par Marie Guittard, Conseillère agriculture et pêche à Matignon, avant d’être rejointe à la demande de Manuel Valls, par Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche, auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

“Laissez-nous travailler et faites-nous confiance, c’est tout ce que nous demandons” ont déclaré à l’envie les marins pêcheurs, qui ne savent pas ce qu’ils pourront pêcher dans les prochains mois. “Nous sommes des chefs d’entreprises responsables. Il nous faut une visibilité sur les quotas de pêche à plus d’un an et il faut également que la détermination des quotas prenne en compte les impacts socio-économiques et non pas uniquement des considérations halieutiques ou scientifiques” ont-ils expliqué.

Or le prochain Conseil des Ministres européens de la pêche est prévu à Bruxelles les 15 et 16 décembre, avec à l’ordre du jour une proposition de quotas de pêche 2015 une nouvelle fois à la baisse.

“Nous ferons le maximum pour défendre vos intérêts lors du Conseil des Ministres à Bruxelles” a répondu Alain Vidalies. “Encore une promesse… “, pensent certains marins pêcheurs. “Nous avons fait ce qui était en notre pouvoir pour défendre la profession. Maintenant la balle est dans le camp du Ministre. Nous verrons ce que cela donnera le 15 décembre” déclare avec fatalisme, l’un des participants à la rencontre avec Alain Vidalies.
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Aucun commentaire: