vendredi 6 décembre 2013

Parlement européen. Groupe Socialistes & Démocrates : la fracture européenne !

Fracture européenne dans le Groupe socialiste...

Texte publié en février 2013....

D’un côté, les députés socialistes "Pour" la réforme radicale de la pêche proposée par la Commission européenne... De l’autre, les députés socialistes "Contre" cette réforme...

Ulrike Rodust, eurodéputée du Groupe Socialistes & Démocrates et rapporteure au Parlement européen de la proposition de règlement de la politique commune de la pêche, a soutenu bec et ongles la réforme proposée par la Commission européenne. Ulrike Rodust est une élue allemande du Land "Schleswig-Holstein" à la frontière du Danemark, dans une zone où l'industrie halio-alimentaire fournit beaucoup plus d'emplois que la pêche, dans une région fortement dépendante des importations de produits de la mer....

Isabelle Thomas, eurodéputée du Groupe Socialistes & Démocrates et membre de la commission PECH du Parlement européen, a combattu la réforme portée par Maria Damanaki, Commissaire européenne à la pêche. Isabelle Thomas est une élue française de la région Bretagne, deuxième région de pêche dans l'Union Européenne en terme d'emplois à l'intérieur d'un pays où la pêche (+ aquaculture) fournit plus d'emplois que  l'industrie halio-alimentaire....

Fracture européenne : Importateur/Transformateur contre Pêcheur/Aquaculteur  ?

Outre l'interdiction des rejets, la réforme de la pêche propose de diminuer les quotas de pêche pour atteindre le Rendement Maximum Durable de chaque espèce....

Une diminution des captures sur un marché porteur va booster les importations de produits de la mer....

Dans l’Union Européenne, l’ensemble de la filière de la pêche emploie plus de 400 000 personnes qui se répartissent entre :
  • Pêche : 200 000
  • Aquaculture : 65 000
  • Industrie halio-alimentaire : 150 000
Pour plus de détails sur les emplois dans la filière de la pêche en Europe selon les régions : La grande fracture dans la filière de la pêche européenne

Autre point important "Farine de poisson" : Ce qui a pu faire pencher la balance des socialistes allemands du côté "Rejet 0" est le rôle crucial de l'Allemagne dans le commerce international de la farine de poisson en tant que plaque tournante (mondiale et européenne). L'IFFO, organisation internationale des producteurs de farine de poisson, est très satisfaite du vote des eurodéputés pour cette réforme de la pêche qui va apporter de la marchandise supplémentaire dans les fours minotiers : Lire l'article de Fishupdate : IFFO welcomes vote on fish discards as good for supply of fishmeal and fish oil

« Pêche dans l’UE : moins, c’est mieux », déclare la rapporteure Ulrike Rodust

Source : Groupe S&D

Remarque personnelle : En effet, « Pêche dans l’UE : moins, c’est mieux » pour l'industrie halio-alimentaire qui se fournira davantage en poisson à bas coût sur le marché international d'autant plus que la Commission européenne au commerce (trade) signe à tour de bras des accords de libre-échange avec de nombreux pays....


Sur initiative de l’eurodéputée S&D Ulrike Rodust, le Parlement européen a adopté ce mercredi à Strasbourg une réforme majeure de la politique de la pêche de l’UE pour mettre fin à la surpêche et favoriser des pratiques plus durables.

Les nouvelles règles imposent au Parlement européen et au Conseil d’élaborer à l’horizon 2015 des plans pluriannuels assurant un taux de mortalité par pêche qui permette la restauration des stocks halieutiques. De plus, l’instauration graduelle d’une interdiction de rejet obligera les pêcheurs à débarquer l’ensemble de leurs captures. Dans le même esprit, les pays de l’UE seront obligés de favoriser la pêche côtière à petite échelle et de collaborer avec la Commission européenne pour estimer la capacité de leurs flottes.

L’eurodéputée Ulrike Rodust, rapporteure du Parlement européen pour la réforme de la politique commune de la pêche et porte-parole du Groupe S&D en matière de pêche, a déclaré ce qui suit :

« L’exploitation intensive actuelle des eaux de l’UE a dangereusement épuisé nos stocks halieutiques et n’est donc plus tenable. »

« Ce vote met fin à l'irresponsabilité des ministres de la Pêche de l’UE qui fixaient chaque année des quotas de pêche trop élevés. A partir de 2015, le principe du rendement maximal durable entrera en vigueur. Celui-ci exige de ne pas pêcher chaque année plus de poisson que la nature est capable de produire. »

« La fin de la surpêche bénéficiera non seulement à la nature mais aussi à nos pêcheurs, car plus les stocks sont grands, plus les rendements sont élevés. »

« Il sera enfin mis un terme à la pratique scandaleuse des rejets en mer. L’interdiction du rejet encouragera les pêcheurs à effectuer des captures plus sélectives. »

« Par ailleurs, les Socialistes & Démocrates européens veulent faire en sorte que les droits de pêche soient d’abord alloués aux pêcheurs à petite échelle. En effet, ce segment du secteur de la pêche produit plus d’emplois et fait généralement appel à des techniques moins nuisibles. »

En ce qui concerne les accords de pêche avec les pays hors UE, la réforme renforce les dispositions relatives à l'information des consommateurs et à la traçabilité et consolide la garantie que le poisson importé provienne de sources respectant les normes environnementales et sociales.

Réforme de la Politique Commune des Pêches : « Un signal très préoccupant pour la pêche européenne »


Ce mercredi, le Parlement européen s’est prononcé en première lecture en faveur du projet de réforme de la Politique Commune des Pêches (PCP).

Pour Isabelle THOMAS, Députée européenne, membre de la commission de la pêche : « Ce texte aurait dû respecter l’équilibre entre le nécessaire renouvellement de la ressource et la pérennité des activités de pêche européenne qui participe de notre autonomie alimentaire. »

« Je regrette que le Rendement Maximal Durable (RMD), outil qui permet de mesurer scientifiquement ce qui peut être pêché sans mettre en péril le renouvellement de la ressource, ait subi une telle surenchère. Pourquoi ne pas faire le choix de s’appuyer sur des données scientifiquement établies ?  Pourquoi aller « au delà » du RMD ? Alors que l’Union Européenne ne dispose pas à ce jour de la moitié des données sur ses stocks halieutiques, aucun calendrier de collecte des données ne figure en revanche dans ce projet de réforme. Il n’y a pas de pêche durable sans données scientifiques. L’avenir de la pêche ne peut se faire sur de simples suppositions où le principe de précaution deviendrait la norme. »

Alors que 65% de la consommation européenne des produits de la mer sont importés, l’UE a la responsabilité de tout mettre en oeuvre pour empêcher la délocalisation de notre capacité de production alimentaire. Or, le débarquement obligatoire de tous les rejets risque de détruire nos entreprises de pêche et les emplois les plus fragiles, particulièrement les pêcheries multi spécifiques.

« Il y avait des solutions plus efficaces pour lutter contre les rejets. La majorité du Parlement européen a choisi la plus inacceptable. Inacceptable d’abord parce qu’elle légalise la commercialisation des rejets transformés en farines animales, et parce que cette mesure ne ressuscitera pas les poissons, un poisson mort reste mort, même débarqué. Pour éliminer les rejets, je préconise la sélectivité des engins, la modernisation des navires et de leurs technologies, les plans de gestion. Telles sont mes propositions pour éliminer les rejets dans le cadre d’une pêche durable. »

Toutefois, les débats ont permis des améliorations conséquentes. Les concessions de pêche transférables, emblème de la privatisation des droits de pêche, ont été abandonnées.

Cette étape, bien qu’essentielle, n’est pas la fin du processus législatif.  « Je reste mobilisée pour que les discussions qui vont avoir lieu à l’occasion du trilogue continuent de faire évoluer positivement cette réforme. » Mais la mobilisation la plus importante porte sur la nécessité de faire comprendre que la pêche est une activité économique, faite par des hommes pour nourrir d’autres hommes, même si elle doit pleinement intégrer les problématiques écologiques.

Les autres Groupes parlementaires

Tous les eurodéputés français du Groupe PPE (UMP) réunis autour du breton Alain Cadec, ont voté contre la proposition de réforme : Réforme de la Pêche : je refuse le dogmatisme et vote contre le rapport Rodust

      Les eurodéputés écologistes réunis autour de Isabella Lövin et Jean-Paul Besset ont soutenu le rapport Rodust : Politique commune de la pêche : pêcher moins pour gagner plus (= pêcher moins pour gagner plus... à l'importation).
      Y-a-t-il au moins "Un" député Vert en Europe dans le camp des Régions de pêcheurs ? Yannick Jadot (Photographie ci-contre), écologiste élu dans la Région Bretagne a voté pour la réforme radicale qui favorise les Régions européennes à dominante transformatrice...

      Lire aussi l’analyse de The Fisheries Secretariat (en anglais) : Summary and analysis from the European Parliament plenary vote on the CFP

      Philippe Favrelière (Texte publié le 7 février 2013 et modifié le 17 février 2013) (330)

      Autres articles :
       

          4 commentaires:

          Hippolyte a dit…

          Pour savoir qui a voté et comment :

          http://www.votewatch.eu/en/common-fisheries-policy-draft-legislative-resolution-vote-legislative-resolution-ordinary-legislativ.html

          Hippolyte a dit…

          Merci à :

          François ALFONSI, Sophie AUCONIE, Malika BENARAB-ATTOU, Jean-Luc BENNAHMIAS, Jean-Paul BESSET, Jean-Jacob BICEP, José BOVE, Sandrine BELIER, Yves COCHET, Daniel COHN-BENDIT, Karima DELLI, Hélène FLAUTRE, Sylvie GOULARD, Nathalie GRIESBECK, Catherine GREZE, Yannick JADOT, Eva JOLY, Nicole KIIL-NIELSEN, Corinne LEPAGE, Jean-Luc MELANCHON, Younous OMARJEE, Dominique RIQUET, Michèle RIVASI, Robert ROCHEFORT, Marielle de SARNEZ, Michèle STRIFFLER, Henri WEBER et Karim ZERIBI.

          Hippolyte a dit…


          Utiliser le terme de "fracture" tend à accréditer l'idée qu'on est en présence d'ensembles qui se seraient trouvés scindés en parties d'importances comparables. Il n'en est rien, aussi bien pour les groupes parlementaires que pour les pays.

          Pour les pays, par exemple, la carte présentée ci-dessus pourrait laisser penser que l'Europe est divisée en deux : une partie en rouge qui aurait voté contre la réforme et le reste qui aurait voté pour. Il n'en est rien.

          Dans la partie rouge, prétendument supposée avoir voté contre la réforme on constate que :

          - les députés de l'Irlande ont voté la réforme à 11 voix pour, 0 contre et 0 abstention.
          - Les députés de la Grèce ont voté la réforme à 17 voix pour, 1 voix contre et 1 abstention
          - Les députés de l'Italie ont voté la réforme à 30 voix pour, 16 voix contre et 1 abstention
          - Même les députés de l'Espagne ont majoritairement voté "pour" !

          La France, avec ses députés européens qui ont majoritairement voté contre la réforme, se trouve en fait très isolée. Dans cet ensemble de pays prétendument opposés à la réforme, à côté de la France, il n'y a en effet que le Portugal ! Dans tous les autres pays d'Europe, les voix "pour" l'ont emporté.

          Pour notre Ministre de la pêche, il sera dur d'inverser le mouvement…

          Pour le détail des votes par nations, voir ce document :
          http://www.aaronmcloughlin.com/?attachment_id=1241

          Aquablog a dit…

          Je ne pensais pas que toutes les personnes qui vous citez ci-dessus, croyaient au Saint Esprit : A la pêche miraculeuse et à la multiplication des poissons... Hier au bord du Lac de Tibériade... Aujourd’hui, au bord de la Mer Baltique, de la Mer Méditerranée, de la Mer du Nord, de la Manche ; du Golfe de Gascogne,...

          Ulrike Rodust prédit une pêche miraculeuse dans l’Europe Bleue

          D’ici 2020, 15 millions de tonnes de poissons supplémentaires et création de 37 000 nouveaux emplois....

          Après le vote mémorable des eurodéputés pour une pêche durable et l’enthousiasme d’Ulrike Rodust, rapporteur sur la réforme de la politique de la pêche, qui déclarait : « "Nous avons prouvé aujourd'hui que le Parlement était tout sauf impuissant. Nous avons utilisé notre pouvoir de co-législateur pour la première fois dans le cadre de la politique de la pêche, en vue de mettre un terme à la surpêche. Les stocks de poissons devraient se reconstituer d'ici 2020, et nous permettre, ainsi, d'avoir 15 millions de tonnes de poissons supplémentaires et de créer 37 000 nouveaux emplois. »

          Vous pensez que d’ici 2020, toutes les mers d’une Europe plus très bleue maintenant vont produire autant de poisson que nous le prédit Ulrike Rodust.... comme en son temps le révèle le nouveau testament pour le lac de Tibériade. Maintenant, il serait impossible d’un coup de baguette magique d'imaginer cette pêche miraculeuse dans un lac aussi pollué, sans apport d’eau douce, aux écosystèmes détruits et qui s’est réchauffé...

          Il n’y a que des eurodéputés envoutés qui peuvent manifester des visions de pêche miraculeuse dans cette Europe plus très bleue. Comment entrevoir autant d’abondance sans un plan Marshall de lutte contre les pollutions, le changement climatique, la migration des poissons vers l’Arctique, la bétonnage des côtes...

          Rendez-vous en 2020 pour y voir plus clair !!!