lundi 28 janvier 2013

Accaparement Terre Air Mer : Ayrault et Longueira, même combat !...

Accaparement Terre Air Mer : Ayrault et Longueira, même combat...

A Santiago du Chili, Jean-Marc Ayrault a participé les 26 et 27 janvier 2013 au premier sommet économique entre l’Union Européenne et la Communauté des Etats latino-américains et des Caraïbes (Celac). Escorté de patrons d’entreprise, le chef du gouvernement français a rencontré en marge du sommet UE/Celac, Pablo Longueira, ministre chilien de l’économie, et proche collaborateur d’Augusto Pinochet au temps de la dictature chilienne.

Cachées derrière les murs de la croissance et de l’emploi, les nations complotent et nouent des alliances contre nature (1) dans un combat intercontinental pour l’accaparement des terres, des airs et des mers. En France, Jean-Marc Ayrault, est entré en lutte contre les opposants à l’accaparement des terres agricoles (sacrifiées) retenues pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Au Chili, Pablo Longueira est l’auteur de la nouvelle loi sur la pêche « Ley Longueira » qui entérine l’accaparement des ressources halieutiques du pays par 7 familles chiliennes et 3 multinationales étrangères (Pescanova, Nissui et Austevoll).

Des manifestations pendant des mois et un dernier recours auprès de la Cour constitionnelle... Rien n’y fait... La nouvelle loi sur la pêche du nom du ministre de l'économie « Ley Longueira » officialise la privatisation du poisson au Chili.

Le spot de campagne des opposants à la loi sur la pêche



Greenpeace et Oceana applaudissent

Deux associations environnementales, Greenpeace et Oceana, ont salué l’adoption de la ley Longueira qui va vers une pêche plus durable. En effet, les 7 familles qui se partagent 93% des quotas de captures devront maintenant respecter le fameux Rendement Maximal Durable (RMD). Elles applaudissent aussi l’interdiction du chalutage de fond dans ce pays bordé d’une fosse abyssale de plus de 6000 mètres. En effet, il ne faudrait pas que les pêcheries mettent à mal la biodiversité dans les abysses à quelques encablures des côtes chiliennes. Au Chili, la pêche se pratique essentiellement à la senne tournante, au filet, à la ligne et en plongée... (2) (2')


Le Chili est devenu un grand pays minotier pendant la période Pinochet. Au moment de la dictature, période des inégalités, la pêche s'est concentrée autour de quelques familles (avec l'empire Angellini qui à la fin des années 1980  "monopolisait" près de 2 millions de tonnes d'anchois, sardine et chinchard pour la farine....). Au cours des années 1990, les sociétés minotières ont organisé une véritable ruée sur le chinchard dans le centre du pays à partir des ports de Talcahuano et de Coronel.

Le développement de l'activité minotière a favorisé le décollage de la salmoniculture chilienne puis sa croissance exponentielle pour atteindre près de 800.000 tonnes/an de salmonidés (Saumon + Truite) à la fin des années 2000.

« Ley Longueira ». Ecoceanos, Mapuche y Pescadores crient à l’injustice

De quoi la mer chilienne est-elle le nom ? C’est la question qui se cache derrière la loi Longueira, du nom du ministre de l’économie, votée fin décembre 2012 au Sénat chilien.  Avec 4000 km de côte, la pêche représente un secteur clé – même si loin derrière le cuivre - de l’économie chilienne.... Pour certaines associations environnementalistes comme Ecoceanos et plusieurs organisations de pêcheurs, cette loi vise tout simplement à privatiser la mer chilienne et s’inscrit dans la continuité des politiques économiques en place depuis que l’ex-président Ricardo Lagos a licité les quotas de pêche en 2001 pour une durée de 10 ans.

A l’époque, grâce à un lobbying intense, 92 % des quotas avaient été raflés par le secteur industriel détenu par sept grandes familles dont le pouvoir économique dépasse largement le secteur de la pêche. C’est ainsi que les Angelini, Lecaros, Yaconi-Santa Cruz, Sarquis, Stengel, Fernandez et Izquierdo ont généré 9 milliards de dollars de profit sans avoir payé de droits d’exploitation des ressources maritimes – évalués à 734 millions de dollars. En dix ans, la pêche intensive a entraîné une diminution dramatique de la biomasse de stock d’anchois - quatre millions de tonnes en 1995 contre trois cent milles en 2012.

Selon la nouvelle législation l’État octroie gratuitement aux grandes entreprises, pour une durée de vingt ans renouvelable automatiquement, les quotas qu’elles possèdent déjà et ce en vertu d’« un droit historique » que l’industrie détient pour avoir investi depuis cinquante ans dans cette activité économique. « C’est ainsi que le secteur industriel détiendrait à vie 95% des quotas de pêche de chinchard (jurel), 75 % du merlu et 45% de l’anchois » gronde  Juan Carlos Cardenas, directeur de l’ONG Ecoceanos. Et d’ajouter : « Cette loi enlève la propriété de l’État sur les ressources présentes dans sa zone maritime ».

De plus, la loi fixe la limite de la zone protégée de la pêche artisanale à seulement un mille (1,8 km) de la côte. Cette zone s’étend du nord du pays à la région des lacs au centre du pays. Malgré la pression des pêcheurs artisanaux, les régions situées plus au sud ne sont pas concernées. Il est vrai qu’elles possèdent de grands parcs à saumon appartenant au secteur industriel.

« Cette loi possède noms et prénoms. Ce sont ceux des sept grandes familles chiliennes et des multinationales espagnole Pescanova, japonaise Suissan Kaisha (Nissui) et norvégienne Møgster group (Austevoll Seafood). Il s’agit d’une loi qui exproprie des biens qui sont la propriété de tous les Chiliens » explique Juan Carlos Cardenas. Et d’évoquer un brin d’histoire : « La loi Longueira est en fait la loi élaborée en 1989, pendant la dictature, par l’amiral Toribio Merino pour privatiser les ressources maritimes mais qui fut rejetée car le régime militaire touchait à sa fin. Ce n’est donc pas un hasard si les enfants de Pinochet (NdlR : Longueira est membre de la UDI, parti fondé  pour défendre l’héritage socio-économique de la dictature) finalisent cette ultime   privatisation ». Notons enfin que trois sénateurs possédant des intérêts directs dans l’industrie de la pêche n’ont pas jugé nécessaire de s’inhabiliter pour voter cette nouvelle loi.

En tant que directeur du Conseil de défense du patrimoine de la pêche, Cosme Caracciolo se désole également de voir les ressources marines tomber dans les mains du secteur industriel et dénonce les ravages de la surexploitation : « Nous considérons les poissons comme une espèce qui doit être utilisée de manière adéquate. Les industriels génèrent du profit en faisant de la farine de poisson pour alimenter les poulets et les saumons. De notre côté, nous parlons de souveraineté alimentaire ».

Une autre critique qui aurait pu rendre la loi non-constitutionnelle concerne l’absence de consultation des peuples autochtones qui vivent de la pêche - Mapuches, Lafkenches, Huilliches, Rapa-Nui et Kaweskar - ce qui transgresse la résolution 169 de l’Organisation internationale du Travail et la déclaration des Nations unies sur les peuples indigènes (3). Le projet de loi a bénéficié du soutien de certains sénateurs de l’opposition comme Fulvio Rossi (Parti socialiste) et  Hosain Sabag (Démocratie chrétienne)  qui ont bénéficié des largesses financières du secteur de la pêche lors de leurs campagnes électorales.

Philippe Favrelière (avec l'aide de l'article du blog Carnets chiliens : Une loi qui sent le poisson)

(1) Avant de rencontrer Pablo Longueira, Jean-Marc Ayrault s’était recueilli sur la tombe de Salvador Allende, premier président socialiste élu démocratiquement en Amérique du Sud et renversé en 1973 par une junte militaire emmenée par Augusto Pinochet... Source : RFI : Jean-Marc Ayrault rend un hommage symbolique à Salvador Allende

(2) Oceana destaca nuevas normas ambientales en la Ley de Pesca (Oceana pointe de nouvelles réglementations environnementales dans la loi sur la pêche)

(2') Nueva Ley de Pesca: Greenpeace destaca avances en la regulación de la industria de pesca y demanda planes de recuperación (La nouvelle Loi sur la pêche : Greenpeace souligne les progrès dans la régulation de l'industrie de la pêche et demande des plans de reconstitution (des stocks))

(3) Le recours auprès de la Cour constitionnel a été débouté le 23 janvier 2013... Article d’Ecoceanos: Constitutional Tribunal rules in favour of fishery privatization and rejects ILO Convention 169 et article sur Radio del Mar


Autres articles :
Pour aller plus loin...

Au Chili, la loi sur la pêche se joue au « Jeu des 7 familles »

Au Chili, les règles de la réforme des pêches sont connues de tout le monde. Le projet de loi « Ley Longueira » s’est joué au « Jeu des 7 familles » (1)

Sept familles ont saisi l’occasion de la réforme des pêches pour se partager 92% des quotas de pêche du pays. Un véritable jackpot estimé à plus de 740 millions de dollars de revenus par an ! 

"Mala Pesca" La depredación pesquera en Chile



« Dans 15 ans, la pêche artisanale n’existera plus », tempête Alberto Millaquen. Ce représentant de l’association national des pêcheurs ne pratique pas la langue de bois dans un pays où le discours politique reste très prudent. Il dénonce un projet de loi qui obligera tous les pêcheurs à avoir une licence professionnelle. Un vrai problème, car leur niveau d’instruction est très bas. La loi les obligera aussi à avoir une assurance-vie. « Cela revient à leur interdire de pêcher au-delà de 65 ans, car personne ne voudra les assurer. » Les pêcheurs n’ont pas les moyens de se payer une retraite par capitalisation, comme nombre de Chiliens. Alors, ils travaillent jusqu’au bout.

Dans le collimateur d’Alberto Millaquen, il y a aussi la pêche industrielle.« Sept familles contrôlent tout, tous des amis de Piñera ! »Sebastián Piñera est le président du Chili élu en 2010. Un milliardaire ultralibéral qui passe ses vacances tout près de Quellón, dans l’immense parc privé de Tantauco qu’il s’est acheté (Ndlr à côté de la modeste maison en bois d'Alberto Millaquen) d'après Ouest France : A Chiloé (Chili), l'avenir compromis de la pêche artisanale

(1) dont la famille Angellini (dont le père décédé en 2007 monopolisait près de 2 millions de tonnes de poisson au début des années 1990)

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Rôle du poisson et des produits de l'aquaculture dans la nutrition humaine et la sécurité alimentaire mondiale

Albert GJ Tacon et Marc Métian

Conférence VI AQUASUR

Chili

Octobre 2012

Role of fish and aquaculture products in human nutrition and global food security

Presentation given by Albert G.J. Tacon and Marc Metian during VI AQUASUR Conference

Pour télécharger la présentation, cliquer Tacon / Métian

"Contribution du poisson à l'approvisionnement alimentaire mondial : Rôle des produits aquatiques dans la nutrition humaine et la sécurité alimentaire des pauvres."


Conclusion de l'exposé de Tacon et Métian (traduction du texte ci-dessus) : "Enfin, il est important de mentionner que les petites espèces de poissons pélagiques représentent l'un des meilleurs aliments parmi les espèces aquatiques d’un point de vue nutritionnel (humain). Et que l’utilisation ciblée et continue de ces poissons à bas coût pour la transformation en farine et huile de poisson à destination de l'alimentation animale devrait être découragée. Et que leur utilisation directe dans l'alimentation humaine devrait être encouragée et promue au profit des populations rurales pauvres et des populations dans le besoin..."

Le Chili qui transforme plus de 90% de ses captures en farine, était tout particulièrement visé par la conclusion de Tacon et Métian...

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

L'Europe bleue prend le chemin du Chili ?

Au Chili, deux associations environnementales, Greenpeace et Oceana, ont salué l’adoption de la nouvelle loi sur la pêche. Selon elles, la loi Longueira va vers une pêche plus durable. En effet, les 7 familles qui se partagent 93% des quotas de pêche devront maintenant respecter le fameux Rendement Maximal Durable (RMD). D'autre part, elles sont rassurées par le peu de rejet de poisson : plus de 90% des captures chiliennes partent à la farine ! Enfin, elles applaudissent l’interdiction du chalutage de fond dans ce pays bordé d’une fosse abyssale de plus de 6000 mètres....


Le Chili est devenu un grand pays minotier pendant la période Pinochet. Au moment de la dictature, période des grandes inégalités, la pêche s'est concentrée autour de quelques familles (avec l'empire Angellini qui à la fin des années 1980  "monopolisait" près de 2 millions de tonnes d'anchois, sardine et chinchard pour la farine....). Ensuite, les sociétés minotières ont organisé une véritable ruée sur le chinchard dans le centre du pays à partir des ports de Talcahuano et Coronel.

Le développement de l'activité minotière a favorisé le décollage de la salmoniculture chilienne puis sa croissance exponentielle pour atteindre aujourd'hui près de 800.000 tonnes/an de salmonidés (Saumon + Truite).

En Europe, l'industrie minotière jubile...

Après le vote du Parlement européen qui a accepté la réforme ultra-libérale de la pêche communautaire proposée par Bruxelles, les industriels de la farine de poisson se frottent les mains. Une véritable aubaine que tous ces rejets de poisson ramenés dans les ports !  l'IFFO, organisation internationale des producteurs de farine de poisson, s'est montré ravi de la décision des eurodéputés qui apporte de l'eau au moulin des industriels de la farine de poisson, des fabricants d'aliments piscicoles et en bout de chaine de l'aquaculture, un volet de la croissance bleue de l'UE : IFFO welcomes vote on fish discards as good for supply of fishmeal and fish oil

Au Chili, la privatisation de la mer signe la fin des petits pêcheurs




Beaucoup de petits pêcheurs disent que les droits de pêche accordés aux 7 familles pourraient signifier la fin de leur existence. Lire The Realnews : The Privatization of Chile's Sea
 
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Chili : Progrès vers les OMD et demande sociale non satisfaite

Source : Social Watch

 30 janvier 2013

Chili reste le pays latino-américain avec la meilleure performance en termes de réalisation des buts des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), selon le Réseau Gouvernemental Millénaire. Malgré ce niveau de réalisation, dont le rapport estime à environ un tiers de celui fixé comme objectif pour 2015, l'agitation sociale profonde manifestée massivement dans les rues par la société chilienne dans les deux dernières années par rapport à l'état l'éducation et de la santé publiques, la déprédation de l'environnement par les grandes entreprises et, surtout, l'approfondissement évident du fossé des inégalités, soulèvent des questions sur ce que cela signifie dans la pratique.

À notre avis, l'échec des politiques et des programmes gouvernementaux pour s'attaquer aux problèmes de fond qui empêchent d'atteindre une société plus juste relativise les réussites dans la réalisation des objectifs des OMD et il fait qu'elles semblent encore insuffisantes.

Le manque d'accès égalitaire à l'éducation publique gratuite et de qualité, à un système de santé public qui assure des soins en temps à toutes les personnes, des emplois et des salaires décents, le manque de participation effective des citoyens aux processus d'évaluation des projets environnementaux font tous partie d'un modèle de développement qui n'est pas centré sur les personnes et leurs droits, mais sur la croissance économique et l'exploitation des ressources naturelles.

Cela se produit dans un contexte mondial où le principal défi pour l'avenir consiste justement à faire des progrès substantiels de la réalisation des objectifs des OMD vers l'éradication de la pauvreté et au-delà, dans le sens d'un développement socialement juste et écologique et économiquement durable.

En proposant un cadre de développement différent, la société civile a un allié dans la campagne mondiale "Beyond 2015" (« Au-delà de 2015 »), notant que « ce n'est pas possible d'assurer que les OMD seront atteints pleinement et il est estimé que, malgré le développement atteint dans certains secteurs, en 2015, une personne sur cinq vivra encore avec des revenus inférieurs à 1,25 dollar par jour ».

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

16 avril 2013

En faillite, Pescanova pourrait monnayer ses quotas de pêche partout dans le monde !

Personne ne sait exactement la dette du galicien Pescanova... Ce qui est sûr, c’est que les encours de la plus grande entreprise de pêche et d’aquaculture de l’Union Européenne sont colossaux. Entre 1,5 et 2,5 milliards d’euros !

L’entreprise a déclaré des dettes d’1,5 milliard d’euros et plusieurs de ses navires et usines ont été hypothéqués pour une valeur globale de 100 millions d’euros. Cependant, le niveau réel de la dette reste inconnu, puisque les auditeurs ont constaté des écarts dans les informations fournies.

Un conseiller bancaire espagnol a déclaré : « Tout cela était totalement inattendu. Comme de nombreuses autres entreprises espagnoles, Pescanova avait des problèmes d’endettement, mais elle était toujours considérée comme une entreprise solide. Il aurait dû être possible d’éviter cette situation ». L’année dernière, l’entreprise a été évaluée à 500 millions d’euros. Au jour d’aujourd’hui, la valeur de Pescanova a chuté de 60 %. Pescanova compte environ 10 500 employés avec une présence dans plus de 20 pays – notamment la Namibie, l’Afrique du Sud, le Mozambique et l’Angola (ndlr ainsi que Chili, Argentine, Equateur, France - Krustanor à Lorient). Elle compte plus de 100 navires et près de 50 installations d’aquaculture dans ses actifs.

Le journal El Mundo affirme que les Espagnols pourraient venir au secours de Pescanova. Un observateur chilien a déclaré qu’ « ils ont une autre carte à jouer : vendre les quotas de pêche qu’ils ont reçu du Chili au titre du système local de QIT [quotas individuels transférables] ».

Le directeur de l’organisation environnementale chilienne, Ecoceanos, a déclaré que « la situation de Pescanova est la preuve la plus évidente de la politique transnationale de la pêche et de l’aquaculture, qui privatise les bénéfices et socialise les pertes, transférant les coûts sur les États, l’environnement, les travailleurs et les consommateurs ».


Namibie / Afrique du Sud / Argentine

Merlu du Cap. Cœurs de filets de merlu blanc 400G
Les Coeurs de filets de Merlu blanc Pescanova sont taillés main au coeur même du filet. Ils sont présentés sans peau et sans arête et sont emballés individuellement pour plus de praticité au quotidien.
Cette partie du Merlu est très pauvre en matière grasse, et s’adapte à tous les modes de cuisson.
Sa chair tendre et savoureuse est idéale pour la réalisation de nombreuses recettes, des plus simples aux plus élaborées.

Noix de Saint-Jacques 250G
Notre nouveauté : de délicieuses Noix de Saint Jacques (Zygochlamys patagonica) pêchées en océan Atlantique Sud Ouest, en provenance d’Argentine et présentées dans un emballage sous vide pour une meilleure visibilité et une protection optimale contre le givre.
Leur calibre en font des Noix de St Jacques faciles à cuisiner et propres à toutes les préparations culinaires. Elles sont idéales pour vos recettes d’entrées ou de plats principaux, pour des occasions particulières ou pour des recettes plus simples pour se faire plaisir au quotidien !

Guatemala / Equateur

Queues de crevettes cuites 200G
Nos queues de crevettes Pescanova ont une particularité : elles sont cuites sous vide dans leur jus pour conserver leur saveur intacte et leur texture juteuse. Les Crevettes Tropicales proviennent de nos propres élevages en Amérique Centrale. Elles sont récoltées, cuites et surgelées le même jour.
Elles sont idéales pour toutes vos préparations de plats (pâtes, risottos, salades…) ou en snacking.

Crevettes tropicales cuites 500G
Ces Crevettes tropicales proviennent en direct des fermes d’Aquaculture de Pescanova au Guatemala.
Déjà cuites, elles sont prêtes à consommer, après leur décongélation.
Leur calibre généreux les rend faciles à associer à tous vos plats !



  
Chili

Pavés de saumon Atlantique 300G
Les pavés de Saumon atlantique Pescanova proviennent de nos propres fermes d’aquaculture situées dans les fjords naturels de la Patagonie Chilienne.
Ils sont taillés dans des saumons d’environ 4 kg à la chair rose, tendre et fondante, et sont vendus avec peau pour une cuisson plus facile et savoureuse.
Très riches en acides gras, nos pavés de Saumon sont emballés sous vide pour conserver intactes leurs qualités nutritionnelles et gustatives.

Médaillons de saumon Atlantique 400G
Les Saumons Pescanova proviennent de nos fermes d’aquaculture situées dans les fjords naturels de la Patagonie Chilienne.
Les médaillons de Saumon atlantique Pescanova sont constitués de 100% de chair de filets de Saumon et sont proposés sans arête.
Leur présentation les rend très simples d’utilisation et est idéale pour les salades, les quiches, les hamburgers ou encore crus pour les tartares.


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^



Illustrations :
  • Haut : Montage de deux photos (Gauche : Manifestation à Santiago du Chili au moment des derniers jours de Pinochet à la tête de l'Etat chilien (décembre 1989 - Philippe Favrelière) / Droite : Manifestation à Notre-Dame-des-Landes (fin 2012 - Jean Rumain Overblog)
  • Centre : Retour de pêche dans la Caleta Portales à Valparaiso (Chili 1989 - Philippe Favrelière)
  • Bas : Vente de poisson dans la Caleta Portales à Valparaiso (Chili 1989 - Philippe Favrelière)

    4 commentaires:

    Hippolyte a dit…

    Dans le blog "Carnetschiliens" dont est extrait le texte cité ici, on nous montre une photo d'une manifestation organisée CONTRE le projet de loi de Pablo Longueira (photo prise le 30 octobre). On y reconnaît, sans aucune ambiguïté possible, les militants de Greenpeace. Le rôle actif de Greenpeace dans cette opposition au projet de loi de Pablo Longueira est d'ailleurs rapporté par plusieurs sites anglophones de l'internet.

    On nous dit ici que les ONG Greenpeace et Oceana ont "salué" la loi Longueira.

    Alors… où est la vérité ?

    Aquablog a dit…

    Bonjour,

    Il est possible que des militants de Greenpeace Chile soient sur la photo pour contester le projet de loi Longueira...

    Mais il faut savoir que la loi sur la pêche au Chili a été l’objet de nombreuses tractations pour en arriver à la privatisation du poisson et qu’une partie des pêcheurs artisans (dont Conapach à vérifier) et des militants d’ONG environnementales n’ont rien fait contre la main mise sur la ressource par un petit nombre d’opérateurs (7 familles chiliennes et 3 sociétés étrangères).

    En contre partie de quoi ?

    Les ONGE ont l’interdiction du chalutage de fond...

    Oceana celebra que Comisión de Pesca del Senado aprobara restricciones a pesca de arrastre
    http://www.emol.com/noticias/economia/2012/11/14/569636/oceana-celebra-aprobacion-de-fuertes-restricciones-a-la-pesca-de-arrastre.html

    Je vais reprendre ma documentation par rapport à Greenpeace...

    Hippolyte a dit…

    Je pense que Oceana et Greenpeace ont effectivement soutenu certains aspects de la réforme de Longueira.

    Il était par exemple de notoriété publique que les Chiliens, avec les excès commis par leurs pêcheries industrielles de petits pélagiques, étaient en passe d'exterminer de nombreux stocks de cette région du Pacifique Sud (chinchard, anchois…).

    Le Monde Geo et Politique avait publié à ce sujet, en janvier 2012, un article intitulé "Au Chili, vingt ans de massacre et des quotas toujours élevés".

    L'ONG Greenpeace réclamait une instance établissant des quotas chiliens en accord avec les avis scientifiques. Elle semble avoir en partie obtenu satisfaction. Les pêcheries industrielles ne se sont pas opposées à cette mesure car elles ont bien compris qu'il en allait de leur survie.

    La question qui se pose est de savoir pourquoi les gouvernements précédents n'ont rien fait dans ce domaine.

    Quant au monopole de la pêche industrielle détenu par une poignée de compagnies, il ne date pas d'aujourd'hui.

    Un article qui a le mérite d'être en anglais (c'est un avis personnel parce que je ne parle pas l'espagnol) :
    http://www.fis.com/fis/worldnews/worldnews.asp?monthyear=11-2012&day=30&id=57240&l=e&country=&special=&ndb=1&df=0

    Aquablog a dit…

    Bonjour,

    Au Chili, l'activité halieutique est "cadenassée" depuis fort longtemps... Et il est peu probable que le système d'exploitation halieutique en place change en profondeur... A l'image de la salmoniculture qui devait prendre des mesures zootechniques après la crise Isa, et qui semble-t-il continue qa course au saumon toujours plus au Sud de la Patagonie chilienne...

    Je vous invite à lire l'exposé de Tacon et Métian sur Poisson et Qualité/sécurité alimentaire dans le monde, rajouté en bas de l'article...