samedi 27 octobre 2012

Dans la marine, les superstitions sont vivaces !

Dans la marine, les superstitions sont vivaces !

Portés disparus, les deux navires de Joseph Turner ont miraculeusement refait surface après des décennies...

Suite à la terrible tempête de 1805, personne ne pensait revoir ces si beaux voiliers de pêche...

Sur les quais, il se racontait alors, que Turner n’aurait jamais du mêler le curé à ces bateaux, lors de leur mise à l’eau, un jour de forte brise...

Les marins vous le diront, les curés portent la poisse....

Un grand tableau de Turner refait surface

Un tableau de Joseph Mallord William Turner, qu’on croyait perdu, a été retrouvé en Grande-Bretagne. Acheté aux enchères dans un club de golf pour 3 700 livres sterling, la toile a été effectivement peinte par le célèbre paysagiste anglais, disent les experts. Une conférence de presse sur ce sujet a été organisée à Londres le 26 septembre dernier.

D’étonnantes découvertes de tableaux inconnus, perdus ou oubliés des grands maîtres du passé, remontent à la surface ces derniers temps. A peine un mois vient de s’écouler après la découverte sensationnelle du tableau du peintre Pierre-Auguste Renoir, acheté pour quelques centimes sur le marché aux puces américain, que la nouvelle concernant une œuvre oubliée de Turner vient d'arriver d’Angleterre.

Il y a huit ans, le collecteur Jonathan Weal a acheté aux enchères une marine baptisée Fishing Boats in a Stiff Breeze (Bateaux de pêche sous une forte brise), peint au début du 19ème siècle. Le catalogue  mentionnait que l’auteur de ce tableau serait Turner, mais les habitués des ventes aux enchères savent que ce genre de remarques est publié assez souvent, sans que les informations soient véritablement vérifiées. C’est la manière des organisateurs des enchères d’attirer des acheteurs potentiels, car ces explications sont données à titre d’hypothèse. Rien d’étonnant donc que les acheteurs adoptent le principe du caveatemptor, ce qui signifie littéralement « que l’acheteur doit être vigilant ». Autrement dit, ayant vérifié la qualité du lot qu’il achète, la personne qui achète ne peut plus adresser aucune réclamation à la maison de vente aux enchères.

Jonathan Weal a décidé de prendre un risque après des enchères qui ont duré très longtemps (le prix de départ était de 700 livres), et il a pris la décision d’acquérir ce tableau. Après des consultations avec les principaux experts sur les œuvres de Turner, il s’est avéré que ce risque était totalement justifié. Il s’agit bien du tableau du paysagiste britannique. Ayant analysé la toile en détail, les experts ont rendu leur verdict : le tableau a été peint en 1806, en même temps que l’un des plus célèbres tableaux de Turner, The Battle of Trafalgar (La bataille de Trafalgar).

L’histoire du tableau a également pu être reconstituée. Joseph Turner aurait offert Fishing Boats in a Stiff Breeze à son ami, exécuteur testamentaire et prêtre Henry Scott Trimmer. Après la mort de Turner, le tableau a été vendu et est passé ensuite entre plusieurs mains avant de disparaître complétement du champ de vision des amateurs d’art.

On ignore pour l’instant si Weal vendra ce tableau ou le laissera dans sa collection personnelle. Les experts estiment que si le tableau est mis en vente aux enchères publiques, sa valeur pourrait atteindre 20 millions de livres sterling.

À ce jour, le record de prix parmi les tableaux de Turner revient au tableau Modern Rome – Camp Vaccino (1839), vendu en 2010 aux enchères de la maison Sotheby’s pour 29,7 millions de livres. T 


Aucun commentaire: