mercredi 5 septembre 2012

Le journal Sud Ouest est contaminé par la surpêche !

C’est grave docteur ? Oui ! Cette contamination sonnerait le glas de nombreuses pêcheries côtières dans le golfe de Gascogne...

Jusqu’à maintenant, les quotidiens nationaux étaient les seuls à se plaindre de la surpêche. Il s’agissait le plus souvent d’articles sous perfusion d’ONG internationales basées dans la capitale...

Que le quotidien régional Sud Ouest soit aujourd’hui contaminé par la surpêche, montre que la situation est grave dans l’hexagone.

Des symptômes sont détectables le 5 septembre 2012. Un article propage le virus de la surpêche dans tout le Sud-Ouest, jusqu'à inoculer un poison violent, éradicateur de la pêche régionale, la mort de la pêche côtière dans le golfe de Gascogne, cette pêche artisanale qui fait vivre l'ensemble des ports du Grand Sud-Ouest, depuis la Vendée jusqu'au Pays Basque.

Il s’agit d’un article paru sur le blog Sud Ouest « Ma Planète » :

Planète vidéo. "The End of the Line" : laisserons-nous mourir nos océans ?

Amis écolos, plus qu'une semaine à attendre. "The End of the Line – L’océan en voie d’épuisement", le magnifique documentaire britannique qui dénonce, depuis 2009, les ravages de la surpêche industrielle sur les habitants à écailles qui peuplent nos océans, sort mercredi 12 septembre dans les salles françaises...

Sélectionné dans de nombreux festivals comme le Festival du Film de Sundance, "The End of the Line" est aussi un documentaire réalisé en 2009 par Rupert Murray à partir du best-seller "Surpêche, L’Océan en voie d’épuisement" (Editions Demopolis) de Charles Clover, le spécialiste des questions environnementales pour le Sunday Times. Le film, déjà diffusé en exclusivité sur la chaîne Planète le 6 juin dernier, suit l’enquête édifiante du journaliste britannique sur la pêche industrielle et la surconsommation des poissons, auprès d’hommes politiques, de commerçants et de restaurateurs.

A Saint-Jean-de-Luz, Mélanie Laurent s'engage contre la surpêche

"The End of the Line" est soutenu par la Fondation Akuo, parrainée par le comédien José Garcia, investi dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité... Quant à Mélanie Laurent, la belle narratrice du documentaire dans sa version française, assurer la traduction du documentaire n'est pas pour elle un simple job alimentaire, mais un véritable acte d'engagement écologique : l'actrice participe ce soir à Saint-Jean-de-Luz à un débat pour défendre la pêche artisanale, aux côtés d'Anne-Marie Vergez (patronne de pêche luzienne) et d'Hélène Bourges (Greenpeace) (cinéma le Sélect, 19 h 30), à l'occasion de la projection du documentaire en avant-première.

2050 : une mer sans poissons ? Suite...

Cet article nous dit comment mieux propager le virus de la surpêche...

Avec une bibliographie sélectionnée :

  • Conclusions de l'étude du PNUE sur la pêche industrielle : Cliquer ICI
  • Deux livres indispensables sur le sujet :

"L'Océan en voie d'épuisement", de Charles Clover Demopolis (357 p., 22 euros)

"Une mer sans poissons", de Philippe Cury et Yves Miserey Calmann-Lévy (270 p., 18,90 euros)

  • La fondation AKUO et "The End of the Line" : Cliquer ICI.
  • Le DVD du film documentaire The End of the Line – L’océan en voie d’épuisement est disponible depuis le 18 juin 2012 au prix de 12,99 €.
  • Online. Pour voir le film directement en ligne, le télécharger, ou commander le DVD : Cliquer ICI

Et pour couronner le tout, le poison mortel de la surpêche, le site internet britannique, www.fish2fork.com :

  • Avec une guide en ligne pour amateurs de poisson durable
  • Et surtout des articles aux contenus troublants qui annoncent l’éradication de la pêche dans certaines zones.

Le 20 août 2012, Charles Clover signe un papier sur la fin de la pêche à la drague et au chalut dans les aires marines protégées : Scallop dredgers and trawlers face expulson from a quarter of inshore waters

Ce qui signifierait la fin des pêcheries de langoustine au chalut, et de coquille saint-jacques à la drague notamment dans le Parc Naturel Marin des Pertuis charentais et de l’estuaire de la Gironde.... La fin des petits métiers dans les Pertuis charentais !

Philippe Favrelière

Autres articles :


Pour aller plus loin....

Avant l'hiver, les British nous envoient tous les virus de la surpêche : fish2fork et Fish Fight, puis ils nous conseillent le placebo MSC !!!

Engagez-vous contre la surpêche et mangez du poisson MSC chez McDonald’s !!!

Fish Fight : Engagez-vous contre la surpêche ! (Melty Food)

La branche française de Fish Fight se lance activement dans la lutte contre la surpêche et a posté en ligne une pétition à signer.

Gordon Ramsay avait déjà poussé un énorme coup de gueule contre la pêche du requin, tué pour ses ailerons, dans l’une de ses émissions. Sauf que même lui ne pèse pas lourd dans la balance contre les grosses entreprises spécialisées dans la pêche. Alors que même McDonald’s cuisine maintenant un poisson certifié MSC, issu d’une pêche durable et que les fast-foods comme KFC et son sandwich le Twister Fish, développent leurs recettes autour du poisson, l’opinion se rend compte de l’état de la pêche européenne. C’est bien la preuve que la pêche peut et doit être encadrée et surveillée. Ce qui inquiète le plus Fish Fight, la branche française de la campagne européenne Fish Fight, c’est qu’environ 50% des poissons pêchés, en Mer du Nord, sont renvoyés en mer. Sauf que ces poissons sont déjà morts. A ce jour, ce sont plus de 800 500 personnes qui ont signées la pétition en ligne, qui a pour but de faire cesser ces pratiques.

Alors qu’il ne se passe pas une journée sans que l’on ne parle de la famine dans le monde, il devient inquiétant de voir autant de nourriture (comestible) rejetée à la mer. Si c’est surpêche perdure, good bye les poissons et sans poissons, pas de travail pour les pêcheurs, qui bossent pas mal. La campagne européenne bat son plein et le Royaume-Uni, le Danemark, l’Allemagne et aussi la France se sont engagés à effectuer une grosse réforme du mode de pêche.

===================



1 commentaire:

a le sann a dit…

Charles Clover est aussi celui qui promeut la privatisation et les QIT comme solution à la surpêche. Il considère les pêcheurs comme des voleurs qui ne payent pas la ressource. Son livre exprime un mépris abyssal pour les pêcheurs, il en est de même dans le film qui cependant ne dévoile pas cet appui de Clover aux QIt, il propose comme solution miracle les réserves.