mercredi 8 juin 2011

Journées de la mer, semaine du poisson et du rejet de la pêche

Journées de la mer, semaine européenne du poisson et des rejets de la pêche

Journées de la mer du 8 au 13 juin 2011

Journée mondiale des océans le 8 juin 2011

Semaine européenne du poisson (ou de la pêche) du 4 au 12 juin 2011 (1)

Que d’attention pour la mer et ses poissons !!! Toujours plus de communication pour mieux cacher la dégradation des écosystèmes côtiers, à quelques jours de la ruée vers les plages, ports de plaisance, terrains de camping et... tout son lot de pollutions.... A quelques jours de l'annonce des principales réformes de la prochaine Politique Commune de la Pêche (PCP) et... tout son lot de mesures draconiennes préparées par la Commission Européenne....

Dans la cacophonie du toujours plus, les métiers de la mer ont de plus en plus de mal à exister… Placés entre deux feux, d'un côté, les organisations environnementales qui en demandent toujours plus, et de l'autre, les activités terrestres, agriculture, tourisme, urbanisation,… qui polluent toujours plus, pêcheurs et conchyliculteurs n’ont même pas leurs mots à dire en ces journées de la mer, ce jour international des océans, cette semaine du poisson ou de la pêche mise au pilori pour ses rejets en mer...

Des rejets !!! Parlons-en !!!


« Il faut attirer l’attention du public sur le scandale des rejets en mer »

Pour Hugh Fearnley-Whittingstall, responsable de l’association Fish Fight (Lutte pour le poisson), « Les rejets en mer est le gaspillage scandaleux d’une ressource alimentaire précieuse et limitée. Chacun en Europe doit se mobiliser pour mettre fin à cette pratique. Après avoir rassemblé plus de 675.000 supporters au Royaume-Uni, la campagne Fish Fight gagne à présent toute l’Europe.

Le 31 mai 2011 à 13 heures devant le Parlement Européen, sur l’esplanade du Luxembourg, après une harangue enflammée du leader de l’ONG Fishfight Hugfh Fearneley-Wittingstall, dont l’objectif est de lutter contre les rejets provoqués par la pêche professionnelle, Madame Damanaki Commissaire européen de la pêche, a dévoilé le chiffre des signataires de la pétition demandant le « zéro rejet » pour la nouvelle Politique commune (PCP) qui devrait voir le jour en 2012. Il se montait exactement à 677.553 personnes. Les lettres soudées sur la coque du navire symbolique, installé sur l’esplanade, d’où s’échappaient les rejets, étaient particulièrement claires. « You can’t ignore 677.553 people ». Madame la Commissaire, vous ne pouvez pas ignorer 677.553 personnes. Sans doute beaucoup plus dans les semaines qui viennent. Source : CLPM Le Guilvinec / Madame Damanaki dévoile son alliance avec l'ONG en faveur du Zéro rejet

Des pertes en mer et toujours plus de gaspillage à la maison

Ce dont ne parlent pas les organisations environnementales : le gaspillage en fin de circuit dans la distribution des produits de la mer et surtout le gaspillage à la maison qui dépasse les rejets en mer....

Le gaspillage de nourriture, lui, est plus problématique dans les pays industriels. Il est trop souvent le fait des détaillants et consommateurs qui jettent à la poubelle des aliments parfaitement comestibles. En Europe et en Amérique du Nord, chaque consommateur gaspille entre 95 et 115 kg par an, contre 6 à 11 kg seulement pour le consommateur d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud et du Sud-Est.

Changer les habitudes du consommateur

Dans les pays riches, le consommateur est généralement poussé à acheter plus de nourriture qu'il n'en a besoin. Les promotions du genre "Trois pour le prix de deux" sont un exemple frappant tout comme les plats surdimensionnés déjà cuisinés et prêts-à-emporter que proposent les industriels de l'agroalimentaire. Les restaurants aussi sont en cause, qui offrent des buffets à prix fixes qui poussent le client à remplir abondamment son assiette.

En général, le consommateur ne planifie pas proprement ses achats de nourriture. De ce fait, il doit forcément se résoudre à jeter les aliments une fois atteinte leur date d'expiration.

Pour modifier les habitudes du consommateur, l'éducation à l'école et les initiatives politiques constituent de bons points de départ possibles. Il convient de faire comprendre aux consommateurs des pays riches qu'il est inacceptable de jeter inutilement à la poubelle de la nourriture qui aurait pu servir.

Il convient également de lui faire admettre qu'en raison de la disponibilité limitée des ressources naturelles, il serait plus rentable de réduire le gaspillage de nourriture que d'accroître la production agricole pour nourrir une population mondiale croissante. FAO : Pour nourrir le monde, réduisons nos pertes alimentaires

(1) Campagne de l'ONG Ocean 2012 lancée dans les pays de l'Union européenne sous la double dénomination :
  • La semaine de la pêche : France, Italie, Espagne.
  • La semaine du poisson : Royaume-Uni, Allemagne, Hollande, Portugal, Pologne
Autres articles :

Aucun commentaire: