lundi 4 avril 2011

Le comportement du Bilan carbone des ménages français !


« Changeons nos comportements ! » : Slogan de la 7e Semaine du Développement Durable qui se déroule du 1 au 7 avril 2011.

Comment ?

Le Ministère de l’Ecologie nous donne ses conseils : Semaine du Développement Durable

Consommez responsable : Vous savez comment on reconnaît un produit plus écolo ?

Un spot TV est diffusé pendant toute la Semaine du développement durable, pour promouvoir les écolabels auprès du grand public. Parce que le développement durable, c’est chaque jour plus concret, consommez des produits écolabellisés !

Sans plus d'explications… pour mieux s’y retrouver dans le "maquis" des produits écolabellisés…
Au moment où le Bilan Carbone préoccupe, un comportement responsable serait plutôt celui qui évite la surchauffe, la surconsommation de produits écolabellisés ou non !

L’Observatoire du Bilan Carbone des ménages

Alors que les données actuelles sur le comportement carbone sont déduites d’analyses de niveau macroscopique, l’Observatoire du Bilan Carbone des Ménages réalisé par Ipsos / Logica Business Consulting pour Green Inside a choisi de placer le ménage au cœur de son objet d’enquête. Issues d’une étude réalisée auprès d’un panel de 2000 ménages représentatifs de la population française, les informations récoltées ont permis de scanner les foyers français en matière de transports, de logement et d'alimentation.

L’impact désormais important des voyages en avion sur le bilan carbone des foyers

Le bilan carbone global moyen des ménages mesuré par l’Observatoire se situe aujourd’hui à environ 7 388 Kg Co2 par individu. Le poste transport constitue à lui seul plus de la moitié des émissions des foyers (54%, soit 3 972 Kg Co2 par individu), loin devant le logement (30%) et l’alimentation (16%). L’usage des véhicules personnels est à l’origine de la très grande majorité des émissions de C02 au sein du poste transports (79%). Les transports en commun ne comptent que pour 1% d’entre elles. La grande surprise réside dans l’importance des émissions liées à l’avion : elles pèsent aujourd’hui 19% des émissions totales du poste transport. Elles sont cependant très inégalement réparties au sein de la population.

Le poste alimentation est celui qui pèse le moins

L'alimentation représente aujourd’hui 16% de l’ensemble des émissions. Celles induites par le lait et la viandes sont les plus importantes, devant les eaux/sodas/bières et vins (15%). La consommation de fruits et légumes (4%), ainsi que celle de poissons ont un impact beaucoup plus faible (3%). 

Le cas à part de l’alimentation, un poste sur lequel seule la taille du foyer semble être un critère réellement discriminant en termes de niveaux d’émissions de CO2 : de fait, seule le nombre de personnes au sein du ménage a aujourd’hui des conséquences réelles sur le bilan carbone de l’alimentation (la mutualisation des coûts génère une baisse du bilan carbone au fur et à mesure que la taille du foyer augmente). Pour le reste, les résultats de l’Observatoire semblent montrer que les autres critères ont peu d’impact. L’âge, on l’a vu, a un impact mais il reste modéré et la catégorie socioprofessionnelle tout comme le niveau de revenu ou même de diplôme jouent peu. Plusieurs explications peuvent être ici proposées. D’abord, le poste alimentaire pèse moins que les autres, il est aussi moins discriminant (tout le monde doit s’alimenter)....

Pour le poste alimentation, ''la difficulté est d'autant plus importante que les habitudes comportementales sont probablement plus difficiles à changer. (…) Seule une petite minorité de responsables des achats au sein des foyers affirment qu'ils pourraient réduire leur consommation de produits surgelés (10 % mais 20 % disent le faire déjà), de viande (9 % mais 24 % le affirment déjà le faire) et de poisson (7 % et 16 % qui le feraient déjà). Plus ancrée dans les modes de consommations, seulement 6 % des personnes interrogées affirment qu'elles pourraient diminuer leur consommation de produits laitiers (6 % et 12 % qui affirment le faire déjà) alors même que ces derniers représentent une part importante des émissions générées par le poste alimentation''.

Autres articles :

====================

Pour connaitre votre bilan carbone et suivre l'actualité : Climat Mundi

====================

Les Français et la consommation responsable 2011



Les Français et la consommation responsable 2011

Baromètre de la consommation durable
Mars 2011
Ethicity

Le thème de la Semaine du Développement Durable souligne cette année la nécessité d’un changement de comportement dans notre manière de consommer. Dans un contexte de défiance vis-à-vis d’un système économique mondialisé et de l’utilisation des arguments environnementaux, où en sont les Français en matière de consommation durable ? C’est l’objet du baromètre annuel « Les Français et la consommation durable », élaboré par Ethicity, cabinet de conseil en développement & marketing durable, en partenariat avec l’ADEME. Pour Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, du Logement et des Transports : "Cette étude conforte la nécessité d’apporter aux consommateurs des informations complètes, claires et lisibles sur l’impact environnemental des produits. C’est tout l’enjeu de l’affichage environnemental qui sera expérimenté dès juillet prochain".

Résultats d'enquête en quatre points :

Des comportements quotidiens bien ancrés
Un consommateur à la recherche de produits d’une plus grande qualité
Un consommateur à la recherche d’informations claires et accessibles
Une envie d’agir « local » plutôt que « global »

===========

Pour télécharger la synthèse de cette étude « Les Français et la consommation responsable 2011 », cliquer Ici

============

Vous souhaitez en savoir plus…

Cette étude appliquée à vos clients, à vos marques, à votre entreprise

Une réflexion et un accompagnement sur votre offre et innovations marketing

Contactez-nous !
Ethicity

Ethicity est un cabinet conseil en (développement & marketing) durable indépendant, créé en 2001 pour co-innover l’offre et inventer des modes de vie pour un monde désirable.

Pour cela nous accompagnons les organisations de la stratégie à l’action dans leur mutation progressive en apportant la vision et les outils leur permettant de faire évoluer leur offre de produits / services. Nos 4 métiers : Stratégie de Développement Durable – Management du Développement Durable - Marketing durable –co-construction avec les parties prenantes. www.ethicity.net.







=======================

L'empreinte écologique

L'impact de nos consommations sur le capital naturel

Interview de William REES



Benoit Théau - Igapura
Emmanuel Prinet - One Earth

Le Docteur William REES, économiste spécialiste de l’environnement, est Professeur à l’Ecole de Planification Communautaire et Régionale, à l’Université de Colombie-Britannique, Vancouver, Canada. Son enseignement et sa recherche mettent l’accent sur les implications des tendances environnementales mondiales sur les politiques publiques et la planification, ainsi que sur les conditions écologiques nécessaires pour un développement socio-économique durable.

Une grande partie de ses travaux touche au domaine de l’économie écologique et de l’écologie humaine. Il est surtout connu pour avoir inventé le concept de « l’empreinte écologique ».

William REES explique l’intérêt de l’empreinte écologique, cet instrument de mesure du changement écologique global. De façon claire, il présente les composantes de cet indicateur et l’intérêt de ce calcul, à plusieurs échelles. L’empreinte écologique de la France (superficie terrestre nécessaire pour la satisfaction de sa consommation) est comprise entre 5 et 6 ha par habitant… alors que la terre ne peut supporter une empreinte que de 1,8 ha par individu. « Nous avons donc à faire un choix de nature politique, depuis celui des communautés jusqu’à celui des villes, de la nation, de la planète, pour changer la structure de l’économie mondiale ainsi que nos comportements ».

William REES nous invite à une réflexion sur les stratégies à mettre en œuvre pour convaincre les citoyens et responsables politiques de réduire leur empreinte écologique. Il nous faut dépasser le stade de l’information et user de stimulants. A chacun de contribuer à la construction d’un « programme de durabilité », nécessaire à la préservation de la planète et à l’accroissement des perspectives pour les civilisations à venir.

Pour plus d'informations, cliquer Le Développement Durable TV

Aucun commentaire: