samedi 5 mars 2011

Au Venezuela, le chalutage ne passera pas la révolution bolivarienne !


Au Venezuela, le chalutage ne passera pas la révolution bolivarienne !

"La revolución de vivir y morir pesca de arrastre !" (Que vive la révolution et le chalutage mourra !)

En plus des écologistes, les anti-chaluts se comptent parmi les révolutionnaires !

Dans les pays tropicaux, la problématique "chalutage" est différente de celle des pays du Nord. Dans les pays du Sud, le chalutage concerne principalement l'industrie crevettière pour l'exportation des produits vers les pays développés ; le chalut s'oppose à la ligne, au casier et au filet de la pêche artisanale pour l'approvisionnement en poisson des marchés locaux.

Lire l'article du site la revolucion vive

Venezuela : Le repeuplement de poissons du fond marin augmente grâce à l’élimination de la pêche au chalut

L’élimination de la pêche au chalut (filet industriel que l’on traîne sur le fond de la mer), mesure mise en œuvre par le Gouvernement national en 2009 en faveur des pêcheurs artisanaux et applaudie par la FAO, a redonné vie et santé à l’écosystème marin vénézuélien et a permis le repeuplement de poissons qui étaient sur le point de disparaître, a informé ce mardi José Antonio Pineda, porte parole du Front de Paysans et Pêcheurs du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV).

« Avec l’élimination de la pêche au chalut sont de retour dans les fonds marins la sardine, la catalana, el pargo, el roncador, le merlu, la curvina, le mako, le poisson-chat et autres espèces marines qui avaient disparus des côtes vénézuéliennes. » a-t-il indiqué.

La réapparition des ces espèces est le produit de la pêche artisanale, qui extraie de la mer les poissons nécessaires et aptes à la consommation humaine, tandis que la pêche au chalut détruit toute la vie sur son passage ; plusieurs récifs côtiers était en danger à cause de cette pratique.

« La pêche au chalut développe une pêche destructrice qui ne fait pas la différence entre les petites, moyennes et grandes espèces [de poissons] car tout tombe dans le filet. En éliminant cette méthode, le niveau de vie augmente considérablement » a expliqué Pineda.

Avec l’élimination de la pêche au chalut, la méthode artisanale, méthode plus bénéfique tant pour les personnes que pour les poissons, a crû passablement ; cela signifie pour les pêcheurs des conditions de travail plus saines et plus humaines et qui offrent de meilleurs niveaux de production, tandis que pour les poissons, cela représente un allongement de leur cycle de vie et des espaces marins plus sains étant donné la détérioration de l’écosystème causée par la pêche au chalut. Avec la pêche artisanale, les poissons vivent plus longtemps et se reproduisent plus, dû au fait que ne sont pêchés que les espèce grandes et âgées, ce qui permet l’augmentation de leur quantité dans les mers et des niveaux de production. Cliquer Ici

Philippe Favrelière

)))))))))))))))))))))))

Gestion des stocks de poissons dans l’intérêt général


Value Slipping Through the Net / Managing fish stocks for public benefit

Pêcherie de cabillaud : Comparaison des flottilles de fileyeurs et de chalutiers en Mer du Nord.

Selon l’organisation britannique, New Economics Found (NEF), la répartition de quotas de poisson et l’attribution des subventions qui ne dépendent pas de critères sociaux et environnementaux, « coûtent » à l'économie britannique, à l'environnement et à la société.

L’étude publiée le samedi 8 octobre 2011, « Value Slipping Through the Net / Managing fish stocks for public benefit » révèle l’inefficacité du système de gestion actuelle qui récompense les moins performants en termes sociaux, économiques et environnementaux et qui punit ceux qui génèrent le plus de bénéfices « sociétaux » (dans l'intérêt général).

Le rapport compare deux types de bateaux de pêche - fileyeurs et chalutiers - en termes de création de valeur pour la société ainsi qu’en termes de revenus nets, d’emploi, de subventions, de rejets et d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Principaux résultats (qui portent sur la période 2006-2008) :

  • Pour chaque tonne de cabillaud débarqué, les chalutiers dégagent un résultat négatif allant de - 116£ pour les plus petits chalutiers à presque - 2.000£ pour le plus grand.
  • Les fileyeurs génèrent quant à eux un résultat net de + 865£ la tonne.
  • Les chalutiers ont débarqué près de 6.000 tonnes de cabillaud pendant que les fileyeurs représentaient à peine 163 tonnes soit moins de 3% des captures de chalutiers.
  • Les plus gros chalutiers ont reçu des subventions directes à hauteur de 219£ la tonne de cabillaud débarqué tandis que les fileyeurs filets n’ont reçu que 38£.

« Les résultats montrent que certains types de pêche ne donnent pas de bons résultats alors que d’autres sont plus efficaces. La gestion des pêcheries doit tenir compte de ces résultats si on veut tirer les meilleurs « bénéfices » de l'exploitation d'une ressource » a déclaré Rupert Crilly, responsable du rapport de la NEF (New Economics Foundation)…

Pour télécharger le rapport, cliquer NEF

)))))))))))))))))))))))))))))

Revue de presse

Le 24 mai 2011


Hong Kong a interdit la pêche au chalut dans ses eaux, une décision saluée vendredi par les défenseurs de l'environnement qui y voient une mesure cruciale pour protéger la ressource et redonner vie à un environnement marin mal en point. La mesure adoptée mercredi par le Parlement, entrera en vigueur en 2012. Elle doit s'accompagner d'une enveloppe de 1,7 milliard de dollars de Hong Kong (152 millions d'euros) visant à dédommager les quelque 400 pêcheurs et patrons-pêcheurs mais qui doit encore être approuvée par les députés hongkongais.

L'organisation mondiale de protection de la nature WWF a salué cette mesure comme un succès pour les défenseurs de l'océan alors que le volume des prises a beaucoup décliné à Hong Kong depuis les années 1970. Selon Samantha Lee, porte-parole de WWF, la population de poissons devrait augmenter de 20 à 30% cinq ans après la mise en oeuvre de la mesure. Elle aidera également à préserver le corail et les éponges. Selon le WWF, des pays comme l'Australie, le Brésil et la Malaisie ont établi des zones d'interdiction de la pêche au chalut tandis que l'Indonésie l'a complètement bannie de ses eaux. © 2011 AFP

================

Le 3 juin 2011

Au Pérou, la zone des 5 miles est réservée à la pêche artisanale !!!!


Au Pérou, la zone des 5 miles est réservée à la pêche artisanale, elle est donc interdite aux industriels de la farine de poisson.


Les périodes électorales sont parfois propices aux avancées démocratiques notamment dans la défense de la pêche artisanale et la sécurité alimentaire des populations…

A quelques jours des élections présidentielles, le Congrès péruvien vient d’approuver à la majorité absolue que la zone des 5 miles soit réservée exclusivement à la pêche artisanale et à l’aquaculture. Dans ce pays où plus de 90% de la production halieutique passe dans des fours pour la production de farine et d’huile, le texte adopté indique que les captures de la zone côtière de 0 à 5 miles ne peuvent être destinées qu’à l’approvisionnement des marchés de consommation humaine (ci-contre, marché de gros de Lima), à l’exception de l’aquaculture à vocation exportatrice comme les pétoncles…

L’article 3 précise qu'il est interdit dans la zone des 5 miles d’utiliser les sennes tournantes, les chaluts industriels ainsi que toutes pratiques et matériels de pêche susceptibles de modifier les conditions bio-écologiques de l'habitat marin.

Les pêcheurs chiliens de la Conapach (Confédération nationale de la pêche artisanale du Chili) saluent cette avancée déterminante pour la défense de la pêche artisanale. « Je félicite les collègues du Pérou car cette conquête profitera à tout le secteur artisanal et je réaffirme ma ferme conviction de défendre les 5 miles, » a déclaré Zoila Bustamante, présidente de CONAPACH. Au Chili, les pêcheurs artisans revendiquent aussi l’exclusivité des 5 miles… Source : En Peru se reservan las cinco millas a la pesca artesanal (Conapach)


===================

Le 5 octobre 2012

Présidentielles : Les pêcheurs artisans soutiennent Hugo Chavez

Caravane de pêcheurs appuyant la candidature de Hugo Chavez, Venezuela, août 2012.

« C’était pas dans le catalogue ! ». Surprise de touristes occidentaux qui espéraient oublier le boulot sans rien voir de la révolution au Venezuela, jouissant du soleil, des palmiers et d’autres plaisirs apolitiques, lorsque surgit entre les planches de surf une caravane de pêcheurs artisanaux. Cette image parle bien de cette campagne présidentielle et, surtout, de ceux qui s’apprêtent à voter.

Le Venezuela fut en effet le premier pays à interdire, en 2009, la pêche industrielle (notamment le chalutage dans la bande côtière) et à octroyer aux pêcheurs artisanaux des crédits pour monter des coopératives, ainsi que le droit à la sécurité sociale. Des milliers de travailleurs jusqu’ici exploités sur des bateaux-usines, jouissent à présent d’une retraite, même s’ils n’ont pas cotisé et même si leur patron les employait illégalement. Cette loi a permis le repeuplement des fonds marins par une flore et une faune en voie d’extinction. Ici l’écologie n’est pas un hobby de plus ou une correction du libre marché mais une base structurante du socialisme du 21ème siècle....

La loi de la pêche n’est qu’un exemple d’une révolution générale qui motive les appels à voter pour Chavez depuis le Venezuela et depuis l’Amérique Latine. Ils sont signés par la coordination des mouvements sociaux de l’ALBA, les mouvements écologistes, des collectifs féministes, gay et de la diversité sexuelle, des travailleurs de la culture, des groupes de populaires de rap, de hip-hop ou de rock, des coordinations indigènes (comme en Bolivie) et afrodescendantes, les mouvements de paysans sans terre (p. ex. du Brésil), d’éducation populaire (comme le Frente Dario Santillan ou Pañuleos en Rebeldia d’Argentine), les collectifs défenseurs de l’usage du software libre, des mouvements étudiants (Chili, etc..), ou encore des syndicats nationaux comme la puissante CUT brésilienne.


D’après un article de Thierry Deronne dans Bellaciao : Le dimanche au Venezuela, les pêcheurs votent aussi (videos et photos)

===================

Aucun commentaire: