lundi 17 août 2009

Europe : Relookage de la DG Mare en vue de la réforme de la Politique Commune de la Pêche

Au printemps, la direction générale de la pêche et des affaires maritimes de la Commission Européenne a lancé la consultation sur la réforme de la Politique Commune de la Pêche avec la publication du livre vert. En été, elle relooke son site internet et passe à la phase de communication avec la diffusion de plusieurs spots vidéos sur Youtube. Jusqu'au 31 décembre 2009, elle reçoit tous les avis sur la réforme de la PCP.

Présentation de la pêche artisanale dans un spot (durée : 1 mn). C'est en anglais mais vous avez le commentaire détaillé ci-dessous.



Possibilité d’un régime différencié pour protéger les flottes côtières artisanales

La pêche, qui rassemble un grand nombre de petites et moyennes entreprises, joue un rôle important dans le tissu social et l’identité culturelle de nombreuses régions côtières européennes. En termes de revenus, beaucoup de communautés côtières restent dépendantes du secteur de la pêche, certaines d’entre elles n’ayant parfois que de maigres possibilités de diversification économique. Il est donc essentiel d’assurer un avenir aux pêcheurs pratiquant la pêche côtière, artisanale et récréative, en tenant pleinement compte de la situation particulière des petites et moyennes entreprises.

Mettre et maintenir la capacité des flottes de pêche en adéquation avec les possibilités de pêche entraînera inévitablement une baisse globale de l’emploi dans le secteur de la capture. Il est socialement légitime de chercher à protéger de cette évolution les communautés côtières les plus fragiles. Il convient toutefois de répondre à ces préoccupations sociales d’une manière qui n’empêche pas les flottes industrielles de subir les adaptations nécessaires.

À cet effet, on pourrait envisager des régimes de gestion différenciés : un premier pour les flottes industrielles, qui serait axé sur l’ajustement de la capacité et l’efficacité économique, et un second pour les flottes artisanales des communautés côtières, centré quant à lui sur des objectifs sociaux. Le régime applicable aux flottes industrielles pourrait alors prévoir des mesures d’incitation économiques en faveur de l’adaptation des flottes, comme des mécanismes d’allocation fondés sur le marché, tandis que les flottes artisanales seraient gérées selon un système d’allocation directe des quotas ou de l’effort ou au moyen de mécanismes collectifs. En matière de financement public également, l’approche pourrait être différente pour les deux segments: les flottes industrielles seraient censées être économiquement autonomes, alors que les flottes artisanales pourraient bénéficier d’un soutien public en vue de leur adaptation à la nouvelle donne de la PCP reformée, ce qui permettrait de renforcer leur viabilité économique et de préserver leur contribution à la vie des communautés côtières.

Même si bon nombre des navires sont de petite taille et ont une incidence environnementale limitée, il n’en reste pas moins que la pêche artisanale peut endommager des habitats côtiers sensibles, et l’effet cumulé de tous les navires concernés peut être considérable et avoir des réelles conséquences sur l’état des stocks. Il arrive que les flottes artisanales et industrielles exploitent le même stock. Tout régime différencié devra être conçu avec soin, de façon à assurer la viabilité écologique des stocks dont ces communautés de pêcheurs dépendent en définitive. Si les grands principes et les normes générales doivent s’appliquer dans toute l’Union européenne, il importe que les décisions spécifiques relatives aux flottes artisanales soient prises à un niveau aussi proche que possible des communautés côtières concernées.

  • Comment adapter la capacité globale des flottes tout en s’attaquant aux problèmes sociaux touchant les communautés côtières et en tenant compte de la situation particulière des petites et moyennes entreprises ?
  • Comment un régime différencié pourrait-il fonctionner en pratique ?
  • Comment établir une typologie des pêcheries artisanales en fonction de leurs liens avec les communautés côtières ?
  • Dans quelle mesure l’Union européenne doit-elle donner des orientations et assurer des conditions de concurrence égales ?

Les autres spots :

Pour lire tous les commentaires sur la réforme de la PCP et envoyer un avis : Réforme de la Politique Commune de la Pêche

Voir les avis envoyés au Comité Local des Pêches du Guilvinec : La parole est donnée sur le livre vert

Le 8 mai 2010 - Relookage du site internet de la Commission Européenne et nouvelle stratégie communautaire de développement aquacole « le tout pisciculture ». La commission devrait rappeler que les coquillages (moule et huître) représentent plus de la moitié de la production aquacole européenne.

Aquaculture – pisciculture (Commission Européenne pêche)
L'aquaculture consiste à élever des poissons, des fruits de mer et des plantes aquatiques, comme les algues. Cette filière en plein essor produit la moitié du poisson consommé dans le monde.
En Europe, l'aquaculture représente près de 20 % de la production de poisson et emploie 65.000 personnes. L'aquaculture européenne est réputée pour la haute qualité de ses produits et l'exigence de ses méthodes de production.
Ce niveau d'excellence ne s'est toutefois pas traduit par un accroissement de la production. Celle-ci n'a quasiment pas bougé depuis 2000, alors qu'elle a augmenté d'un tiers dans le reste du monde. Si l'on y regarde de plus près, on s'aperçoit que les différents secteurs aquacoles évoluent dans des directions presque opposées. Alors que la production de poissons de mer continue de croître, la production de mollusques et de poissons d'eau douce est en recul constant depuis plusieurs années.
L'aide financière européenne apportée par le Fonds européen pour la pêche (FEP) et au titre des programmes de recherche européens vise principalement à rendre l'aquaculture plus compétitive et respectueuse de l'environnement. En 2009, la Commission a proposé une stratégie pour le développement durable de l’aquaculture européenne.

Revue de presse :

Le 3 décembre 2009

Pêche durable...Les analyses de la Commission européenne FR3
Un livre vert pour une pêche durable. Depuis plusieurs mois des consultations sont organisées par la Commission européenne. L'idée principale étant de voir tous les professionnels du secteur arriver à trouver un langage commun. Pour le moment trop souvent c'est l'affrontement. Les amis du poisson contre les amis des pêcheurs. Au milieu des stocks qui s'épuisent, des scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme et une Commission européenne pas toujours vraiment à l'écoute des pêcheurs attachés à leur métier difficile mais fortement ancré dans les traditions maritimes européennes. Jean-claude Cueff est chef de l'unité pêche et aquaculture à la Commission européenne.

Pêche durable, l'analyse de la Commission... - Ma-Tvideo France3
La Commission européenne a lancé un livre vert pour une pêche durable, le responsable de la pêche à Bruxelles nous explique les grandes lignes de la réflexion.

Aucun commentaire: