mardi 28 juillet 2009

Philippines : échange thon contre travailleurs !

Dans le cadre de son plan de relance économique, le Japon vient de dégager un budget exceptionnel de l'ordre de 139 milliards d'euros. Pour contenir le chômage lié aux pertes d’emplois dans l’industrie, il est prévu d’orienter les salariés licenciés dans des activités supposées d'avenir et/ou en pénurie de main-d'œuvre. Programmation de 300 000 emplois dans le secteur des soins aux personnes âgées.

Or, dans les carrières sociales, très exigentes et peu rémunératrices, les candidats ne se bousculent pas. Le Japon doit faire appel à l’immigration sélective. 450 philippins et autant d’indonésiens sont déjà arrivés au Japon pour intégrer ce secteur. 1000 autres ressortissants de chaque pays seront accueillis d'ici deux ans.

L’ouverture du marché de l’emploi japonais à ces populations de l'Asie du Sud-Est a des contreparties pour le moins surprenantes, des contreparties qui tendent à dépouiller encore plus ces pays de leurs ressources naturelles.

Le Japon marchande quelques emplois contre du thon !

Dans le cadre d'accords bilatéraux de libre-échange, l’Indonésie s’engage à supprimer progressivement ses taxes d’importation sur les automobiles japonais, et dans le domaine énergétique, le Japon s’octroie la quasi-exclusivité du gaz naturel indonésien ! C'est le premier accord de ce type que le Japon parvient à conclure, selon Thierry Ribault, économiste au CNRS.

Quant aux Philippines, l’accord prévoit un accès facilité des exportations agricoles au marché japonais et des droits de pêche pour la flotte nippone dans la ZEE Philippine. "Des accords inacceptables" pour les organisations de cet archipel qui compte des milliers de pêcheurs artisanaux en situation de survie. Selon plusieurs associations qui tentent de résister à la politique gouvernementale (notamment l'association de pêcheurs Pamalakaya qui revendique 80 000 membres), les Philippines seraient déjà en situation de surpêche.

L'arrivée des bateaux japonais (notamment des thoniers), risque de précipiter de nombreux pêcheurs dans la plus grande misère. Une étude récente montre déjà que les pêcheurs représentent la population la plus pauvre parmi les pauvres du pays (Small fishermen now ‘poorest of the poor’–study).
d’après un article de Rue89

Photographie : un port artisanal dans l'archipel philippin (Philippe FAVRELIERE)

Aucun commentaire: