mercredi 27 mai 2009

Alimentons l’Europe avec le poisson de nos pêcheurs

En 2008, les importations de produits halieutiques ont dépassées pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars dans le monde. Le commerce des produits de la mer ne fléchit pas même par temps de crise.

L’Union Européenne monopolise près de la moitié des importations mondiales. Elle est suivie par le Japon et les USA.

Selon la FAO, les exportations nettes des pays en développement ont atteint 25.4 milliards dollars en 2008, soulignant ainsi que les produits de la pêche sont une source importante de recettes en devises pour les pays en développement.

La Chine a consolidé sa position en tête des pays exportateurs avec 12,2 milliards de dollars en 2008. Dans ce pays, les produits de la pêche importés comme matière première puis transformés dans les usines chinoises constituent une partie considérable des exportations. En fait, les importations de poisson augmentent chaque année pour atteindre 5,2 milliards USD en 2008. La Norvège est le deuxième grand pays exportateur de produits de la pêche et de l’aquaculture, 7,4 milliards de dollars, soit une augmentation de 18% par rapport à 2007. Une énorme proportion de cette augmentation provient de la hausse des exportations de saumon.

Commerce orienté dans le sens Sud – Nord

Le commerce des produits halieutiques est de plus en plus orienté dans le sens Sud - Nord. Environ la moitié des exportations mondiales de poisson proviennent des pays du Sud, tandis que 80% des importations mondiales sont le fait des pays du Nord.

Alors que des ONG viennent de lancer une campagne « Alimentons l’Europe » pour interroger les futurs parlementaires européens sur les enjeux de la question alimentaire par rapport au commerce mondial des produits agricoles, il serait important d’y associer les enjeux liés au commerce mondial des produits de la pêche. Les pays du Sud exportent de plus en plus leurs protéines alimentaires d'origine aquatique vers le Nord. Les pêcheurs européens sont de plus en plus concurrencés par des produits importés à bas prix.

Des acteurs de la société civile interpellent les candidats aux élections européennes autour de questionnements que ces organisations jugent prioritaires.

L’Europe peut-elle promouvoir la paix et la démocratie sans répondre aux enjeux de la question alimentaire ?

Comment ne pas remettre en cause un modèle économique qui rend 1 milliard de personnes victimes de la faim et détruit la biodiversité animale et végétale ?

Et comment penser l’avenir quand la jeunesse européenne a de plus en plus de mal à rentrer dans le monde du travail tel qu’il est ?

La question alimentaire, sujet de ce siècle, est la priorité de la décennie. Il est primordial, notamment pour la jeunesse, que la réponse qui sera donnée remette en cause le système destructeur qui prévaut aujourd’hui et redonne du souffle à l’esprit européen en ravivant les fondements qui lui ont donné naissance : la paix et la promotion de la démocratie.

Autres articles :

  • Articles sur Politique Commune de la Pêche : PCP

Pour aller plus loin....

Aucun commentaire: