dimanche 5 avril 2009

Barack Obama, plutôt saint jacques que saumon d’élevage

Les repas, c’est bien connu, sont souvent le moment des réconciliations, de tous les accords et compromis, encore faut-il qu’ils soient à la convenance des invités.


Barack Obama adore les coquilles Saint-Jacques...

En choisissant du saumon d’élevage bio des îles Shetland au diner du G20, Gordon Brown souhaitait-il impressionner Barack Obama ? Avec ce saumon écossais bardé de distinctions à l’image d’un ancien combattant qui exhibe ses décorations lors d’un évènement majeur, les britanniques voulaient probablement relever l’affront du saumon sauvage américain qui ose refuser la reconnaissance anglaise du Marine Stewardship Council (MSC) !


Le choix du saumon écossais est plutôt une gourde. Le saumon d’élevage et en particulier le bio est sous les feux de l’actualité américaine. Le lobby des saumons sauvages de l’Alaska de concert avec les organisations environnementales mène une vie très dure aux promoteurs de la salmoniculture aux USA. Si avant le départ de Bush, les pisciculteurs américains ont réussi à obtenir l’appellation bio, ils constatent maintenant que les contraintes techniques sont si fortes qu’il est impossible d’élever rentablement ce type de poisson, au grand bonheur des organisations de consommateurs comme Food and Water Watch qui ont soutenu la campagne d’Obama et dont certains membres sont dans sa cour.

Barack Obama est probablement très au fait de la pisciculture. Dans les semaines à venir, son administration va devoir trancher sur des programmes de développement aquacole de grande envergure. En choisissant du saumon des Shetland, Gordon Brown a fait une double bourde, car tout le monde sait que des salmonicultures de cet archipel sont contaminées par le virus ISA !

Aux USA, les organisations environnementales, de pêcheurs et de consommateurs s’opposent aux programmes de pisciculture industriels en raison des nuisances occasionnées sur les écosystèmes côtiers comme c’est le cas actuellement en Ecosse mais aussi en Colombie britannique et surtout au Chili qui vit actuellement une véritable catastrophe écologique et sociale. Voir la campagne de Food and Water Watch : Say No to Industrial Fish Farms!

En fait, Barack Obama adore les coquilles Saint-Jacques. Mais il n’a pas eu la chance de goûter à notre saint jacques « Pecten maximus » lors de son séjour à Strasbourg, pris par les réunions de l’OTAN. Pendant ce temps, son épouse a pris un repas concocté par un chef deux étoiles au Michelin, Philippe Bohrer, propriétaire du restaurant Le crocodile à Strasbourg.
 
Au menu : asperges vertes et noix de Saint-Jacques marinées avec une pointe de caviar, le plat préféré des Obama. «C'est l'Elysée qui me l'a dit», a confié le chef à l'AFP.
 
Philippe FAVRELIERE

Pour des informations complémentaires :

Photographie Wikipedia / NOAA : les "yeux" de coquille saint jacques

====================

28 janvier 2010 : Histoires d'une blague "saumon"


A peine le dernier macaron aux crevettes avalé par Hu Jintao au dîner d'Etat, 44th n'a eu que le temps de se précipiter pour travailler sur son discours de l'état de l'Union (SOTU 2011) et convaincre les Américains qu'ils sont les gros "poissons" de l'histoire et pas les pigeons. Traduisez: c'est eux qui comptent et pas Hu. Ou plutôt on va leur faire plaisir à tous.

Vous avez dit "poissons"? Bon sang mais c'est bien sûr! Chine, année 2011, placée sous le signe de quel animal déjà...Pas de chance c'est le lièvre à partir du 3 février.. Mais pas question de traiter de "lapins" les Américains. Syndrome de Tucson oblige.

Alors Obama a repris ses notes. Dans le texte qu'on lui avait soumis, un honnête scribouillard avait osé une image un peu lourde concernant les pesanteurs de l'administration. C'était au sujet du saumon qui dépend de plusieurs ministères selon l'étape de sa vie en mer, en eau douce... Un flash dans la tête de Potus qui ajoute un trait de génie sur ce que devient le poisson quand il est fumé. De quel ministère dépend-il? "Trop bon" pense-t-il.

Explosion de rires garantie des parlementaires le lendemain et petite étude de word clouding auprès des auditeurs, toutes tendances, de la radio npr. Magique: c'est ce qu'ils ont le plus retenu tous partis confondus. Pourquoi ramer comme un fou pour parler "emploi", "investissement", "tax cuts" et blabla quand la seule chose qui marque vos concitoyens est le délicieux moment que constituera leur prochaine partie de pêche. Et qui vous permet de faire un clin d'oeil à la culture chinoise. Si Hu a sa radio allumée il l'a trouvé vraiment bon! Entre chefs on se fait des bons mots. Chefs...saumon...C'est encore un autre ministère? Non c'est la campagne de Michelle pour bien manger. Sans limite le bestiaire politique. Par Véronique Saint-Geours le 28 janvier 2011

Une autre version de la blague d’Obama par l’association Food and Water Watch

Obama’s Salmon Joke: Funny and Scary

Obama referenced the beaurocratic nature of government regulation when he joked about smoked salmon in his speech. Meanwhile, the truth behind how the FDA is approving genetically engineered salmon for our plates, is far too scary for laughter.

By now, you’ve probably heard Obama’s salmon joke. The one that induced laughter in an otherwise largely divided Congress during his State of the Union last night. Calling out the often complicated, bureaucratic nature of government regulation, Obama said:”The Interior Department is in charge of salmon while they’re in fresh water, but the Commerce Department handles them when they’re in saltwater. And I hear it gets even more complicated once they’re smoked.”….. suite…

1 commentaire:

La Jolie Brise a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.