mercredi 1 avril 2009

Actualités du 24 au 27 mars 2009

Recherchez votre information dans la revue de presse ci-dessous
Sinon allez à l'accueil du site pour les derniers articles: Regard sur la pêche et l'aquaculture

Pêche / Conflit Bolinche / Coop Mareyage / Pêche illégale
Pêche dans le monde
Aquaculture
Commercialisation / Transformation / Consommation / Valorisation
Environnement / Pollution
Divers


Pêche / Conflit Bolinche / Coop Mareyage / Pêche illégale

Quimper - Réorganisation de la pêche: le président de la chambre de commerce de Quimper en a ras le bol (Ouest France)
"Cela devient un calvaire de supporter seul les divisions. J'ai l'impression de ne pas voir le bout du tunnel. Des fois, j'ai envie de partir..." Visiblement fatigué, Jean-François Garrec, président de la chambre de commerce et d'industrie de Quimper-Cornouaille, a dit ce qu'il avait sur le coeur lors de l'assemblée générale de la chambre consulaire. Le projet de restructuration de la pêche cornouaillaise provoque des réactions des professionnels de la filière, incapables de s'entendre entre eux. Depuis que la fédération des comités locaux des pêches a refusé de signer le pacte pour une pêche durable, la coupe est pleine. D'où le coup de sang du responsable.

Quimper - Pêche : J.-F. Garrec en a marre des divisions (Ouest France)
Jean-François Garrec, président de la chambre de commerce, reconnaît qu'il n'arrive pas à fédérer les professionnels de la filière pêche. Mais qui pourrait le faire ? : Archives
Jamais le président de la chambre de commerce n'avait tenu un discours aussi direct. Comme un appel à la responsabilité.
Depuis plusieurs mois, Jean-François Garrec est à la manoeuvre. Président de la chambre de commerce et d'industrie, il tente de piloter la restructuration des ports de pêche cornouaillais. La tâche est rude pour le gestionnaire de ces équipements. Il faut réussir à concilier les contraires. Lever les incompréhensions entre professionnels, apaiser les rivalités entre ports. Tout le monde le reconnaît, la mission est difficile. Le coup de grâce est venu il y a deux semaines lorsque les comités locaux des pêches ont refusé de signer le pacte pour une pêche durable. Un geste symbolique, sans doute, mais lourd de signification. Il suffit d'une crise conjoncturelle (le différend avec les bolincheurs) pour bloquer une réforme structurelle. Dans ces conditions, comment espérer avancer ?

Finistère - CCI. Le président met son siège en jeu (Le Télégramme)
Hier, lors de l'assemblée générale de la CCI de Quimper-Cornouaille, le président, Jean-François Garrec s'est exprimé sur le dossier pêche. «Nous allons droit dans le mur. Si dans deux ans, on n'arrive pas à mettre en place la concession unique des ports, la pêche en Cornouaille va souffrir. Soyons solidaires. Si on n'arrive pas à avancer dans les semaines à venir que quelqu'un prenne ma place...».

Finistère - Pêche. Surveillance accrue autour des bolincheurs (Le Télégramme)
Le conflit qui oppose ligneurs et bolincheurs en Cornouaille a pris le chemin d'un certain apaisement, mercredi, à l'occasion d'une réunion organisée à Rennes sous l'égide du comité régional des pêches.
Après la capture illégale, fin février de 2,6 tonnes de dorade rose en baie de Douarnenez par un bolincheur, en pleine période de frai, les ligneurs qui respectaient pendant ce temps le repos biologique, étaient montés au créneau pour dénoncer les pratiques du filet tournant, employé par 19 navires à Concarneau et dans le Pays bigouden. En filigrane, une vieille rivalité entre les deux métiers. Les ligneurs et leur fameux «bar de ligne», contre les bolincheurs, qui pêchent surtout la sardine et sont accusés de ne pas respecter les quotas (4t de bar par bateau et par semaine et 30t de bar et de dorade grise par an), mais qui revendiquent leur poids économique et les emplois créés autant en mer qu'à terre. Un conflit aussi alimenté par des querelles locales, à l'image des bolincheurs bigoudens menaçant de rejoindre Concarneau, seul quartier maritime n'ayant pas rejoint la Fédération départementale... Dirigée par le Bigouden Robert Bouguéon, président du comité des pêches du Guilvinec.
Balises pour tous
Mercredi à Rennes, pour y voir plus clair, ligneurs et bolincheurs se sont assis à la même table, pendant plusieurs heures. Désormais, les comités des pêches vont embaucher des gardes, chargés d'épauler les Affaires maritimes dans le contrôle des bolincheurs qui, depuis la pêche «miraculeuse» de la fin février, n'ont eu de cesse de revendiquer leurs bonnes pratiques. Les unités de moins de 15m pêchant au filet tournant devront désormais être équipées de balise de positionnement, obligation déjà valable pour les bolincheurs de plus de 15m. L'accalmie devrait durer jusqu'au 25mai, date de la tenue d'un comité de pêche côtière. Avant de faire définitivement la paix, pourquoi pas, avant fin juin, lors d'une réunion prévue au Comité des pêches de Bretagne.

Thon rouge : le congrès américain épingle la France (Le Figaro)
Notre pays est inscrit sur une liste noire comprenant la Libye, Panama, la Chine, la Tunisie et l'Italie, en raison de son incapacité à contrôler la pêche illégale en Méditerranée.
La pêche au thon rouge en Méditerranée donne toujours autant de fil à retordre aux autorités françaises. En juin dernier, Bruxelles avait décidé d'interdire la pêche aux bateaux français huit jours avant la date officielle de fermeture. La commission estimait, en effet, que les thoniers, basés pour la plupart à Sète (Hérault), avaient déjà atteint leur quota. En janvier, nouveau rappel à l'ordre : le Congrès américain inscrit la France sur une liste noire des pays qui ne parviennent pas à contrôler et juguler la pêche illégale. Au niveau mondial, la pêche INN (illégale, non déclarée et non réglementée) représente plus de 30 % des prises déclarées.

Décision de la commission du 25 mars 2009 établissant un programme spécifique de contrôle et d’inspection relatif à la reconstitution des stocks de thon rouge de l’Atlantique Est et de la Méditerranée

Les pêcheurs français affichent leurs bonnes pratiques (Novethic)
Le centre national de la mer de Boulogne-sur-Mer, Nausicaä, et le Comité National des Pêches Maritimes et des Élevages Marins (CNPMEM), ont signé une charte de coopération le 26 février dernier, notamment pour informer le grand public des pratiques responsables des pêcheurs. Et soutenir la profession en temps de crise.
Revaloriser l'image des pêcheurs auprès des consommateurs
Mais pour Hubert Carré, directeur général du CNPMEM, il s’agit avant tout de revaloriser l'image déclinante de la profession, en dissipant notamment les malentendus autour des pêcheurs irresponsables. « Le regard sur notre métier a changé ces dernières années : l’image du pêcheur qui part braver l’océan est aujourd’hui rattrapée par celle du voleur qui pille les ressources. Il faut faire reconnaître nos pratiques de pêche durable ». Il insiste notamment sur les règlementations que s'imposent les professionnels, au-delà du cadre législatif. « Nous avons créé les licences de pêche en 1991, qui déterminent dans quelles conditions certaines espèces doivent être prélevées : avec quel matériel, en quelle quantité, etc… » Une preuve que la profession s'interroge depuis déjà quelques années sur la durabilité de ses pratiques.
Et bien que la pêche illégale représente, d'après WWF France, près de 40% des prises de certaines flottes dans les eaux européennes, le directeur du CNPMEM le certifie : « la pêche illégale est l'affaire d'une minorité en France, que nous nous efforçons de combattre. »

Normandie - La coopérative de mareyage licencie (Ouest France)
Copéport Scop marée à Port-en-Bessin doit se séparer de 31 de ses 72 salariés coopérateurs.
« La procédure de licenciement de 31 des 72 salariés a été engagée », indiquait hier soir Bertrand Bruneau de la Salle, avocat de Copéport scop marée, la coopérative de mareyage de Port-en-Bessin (Calvados). Les départs pourraient avoir lieu à la fin du mois prochain.
La coopérative est née en 2006. Ses salariés avaient investi leur propre argent pour constituer le capital de cette nouvelle société. Celle-ci poursuivait l'activité de transformation et de vente de poisson et de coquillages créée par les pêcheurs de Port-en-Bessin plusieurs décennies plus tôt.

Pêches. Des comités à l'heure de la réforme (Le Télégramme)
Les présidents des 39 comités locaux des Pêches sont désormais élus. Pour combien de temps? Dix-huit mois? Deux ans? Un peu plus? Trop tôt encore pour le dire puisque les pêcheurs discutent actuellement de la réforme de l'organisation professionnelle. Le but de la réforme était de réduire les structures. Les conclusions du rapport Roncière appelaient les comités locaux à se regrouper et passaient par la suppression de comités locaux. Certains se regrouperont peut-être: ce ne sera pas de façon autoritaire, mais sur la base du volontariat. Fusionneront ceux qui le voudront.
A l'horizon 2011
Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche Michel Barnier est en partance mais son souhait était de lancer une vaste consultation sur le sujet avant l'été. Si le cap est maintenu, le projet de loi pourrait être présenté en Conseil des ministres à l'automne. Il devra ensuite passer au Parlement. Le schéma idéal: un vote de la loi en 2010 pour une mise en place en janvier2011. Il y aura alors d'autres élections. En attendant, le calendrier 2009 verra l'élection des présidents des comités régionaux des pêches. Elle aura lieu entre avril et mai. En juin, ce sera l'élection du président du Comité national. Qui sera candidat en Bretagne? Les élections au Comité régional sont programmées pour le 24 avril. Le président en poste André Le Berre se représente. Le Paimpolais Yannick Hémeury sera candidat. Du côté de la CFDT, c'est le nom du Malouin Pascal Lecler qui circule le plus.

Pêche. 18,7millions d'euros pour les Contrats bleus (Le Télégramme)
Mardi, à Rennes, les porteurs des Contrats bleus rencontraient la Commission régionale des pêches maritimes (Corepam) pour définir les financements 2009. Pour l'ensemble du littoral français 18,7M€ ont été budgétisés, donc 15M€ de l'État, le reste étant abondé par un fonds européen. «Sur ces 18M€, l'État a décidé de nous faire une avance directement disponible de 20% de la somme, soit 3,7M€», détaille Philippe Le Moigne. «Le but, c'est de réenclencher l'année sur les mêmes bases qu'en 2008, sans qu'il y ait de temps mort», explique le président de la coopérative Ar Mor Glaz, à l'origine de ces contrats bleus. La coopérative, avec 256 adhérents représentant 168M€ de chiffre d'affaires (45% de la pêche chalutière française), va toucher les deux tiers de cette avance.

Arcachon - La pêche à la seiche démarre correctement (Sud-Ouest)
CRIÉE. Depuis la semaine dernière, une dizaine de tonnes ont déjà été prises dans les eaux du bassin d'Arcachon. Ces débuts sont plus prometteurs que la saison dernière
Une vente de seiches à la criée est organisée chaque après-midi, du lundi au vendredi.
Quinze heures précises, mardi après-midi. Yves Herszfeld appuie sur la sonnette qui lance la vente à la criée. Cette heure inhabituelle concerne exclusivement les seiches, dont la campagne de pêche dans le Bassin a démarré il y a une semaine.
« On pêche la seiche dans le Bassin depuis une trentaine d'années, mais on ne la vend à la criée que depuis douze ans. Avant, les pêcheurs la proposaient directement aux mareyeurs. Aujourd'hui, la vente à la criée leur assure la vente et les prix », explique le directeur de la criée, qui prend place non loin des trois seuls mareyeurs qui assistaient, hier après-midi, à cette vente.
Vers l'Espagne
La seiche, qui remonte du Sud et entre dans le Bassin pour frayer, est « plus tendre » lorsqu'elle est pêchée dans le Bassin que dans l'Océan. Sa pêche est toutefois réglementée : « On attend qu'elle ait pondu ». C'est pourquoi la saison est aussi limitée. La pêche qui a débuté le 16 mars devrait s'achever vers la mi-mai.

La pêche française a bon dos... (La Voix du Nord)
Sous le prétexte d'une espèce en voie de disparition, la pêche artisanale française paye un lourd tribut. Beaucoup trop lourd...
Depuis des années, l'Union européenne (UE) met en avant la disparition de la ressource pour justifier des mesures de plus en plus contraignantes. Mais sont-elles fondées ?
Car en regardant les chiffres 2008 de près, on s'aperçoit qu'un pays comme la Norvège s'est octroyé 80 % des taux admissibles de capture (TAC), la France, elle, n'étant autorisée à pêcher que 1,22 %. Il est clair que ce ne sont pas 5 900 t de plus ou de moins qui mettent en péril la morue de la mer du Nord.
En 2005, les TAC de cabillaud s'élevaient à 1 million de tonnes. En 2008,

Finistère - Bolinche. «On veut nous exclure de la bande côtière» (Le télégramme)
Une dizaine de bolincheurs du Guilvinec ont menacé de s'armer à Concarneau. Président de l'association des bolincheurs, le Concarnois Didier Le Gloanec se dit prêt à les accueillir.
Des bolincheurs bigoudens se disent prêts à rejoindre Concarneau. Êtes-vous prêts à les accueillir?
Les bolincheurs du Guilvinec, après les propos de Robert Bouguéon (président du comité local des pêches du Guilvinec,NDLR), se sentent abandonnés. Il s'engage en alliance avec des ligneurs et délaisse les bolincheurs, pourquoi voulez-vous qu'ils restent? Oui, nous sommes prêts à les accueillir sans problème. Nous souhaitons travailler dans l'union et la restructuration. Nous serions ainsi représentés d'une seule voix.
Leur venue à Concarneau pose cependant la question des licences?
L'histoire des licences, c'est nous qui en sommes à l'origine.

Finistère - Pêche. 11 bolincheurs contrôlés et 4 infractions depuis février (Le Télégramme)
Les Affaires maritimes ont procédé à «cinq opérations nocturnes en mer et au débarquement ciblées sur la pêche à la bolinche depuis le début du mois de février», a révélé, hier, la préfecture du Finistère. Ces opérations, qui ont été menées par l'unité littorale des Affaires maritimes du Sud-Finistère, ont «donné lieu au contrôle de 11 bolincheurs, soit plus de la moitié de la flottille (19 unités)». «Quatre procédures d'infraction ont été établies», a-t-elle complété. Selon les Affaires maritimes, l'une concerne la fameuse pêche interdite de 2,6tde dorade rose, une autre un dépassement de 300kg du quota hebdomadaire de pêche de bar fixé à 4t. Les deux dernières visent des anomalies dans les déclarations de capture de deux autres bateaux. Toujours selon la préfecture, ces contrôles ciblés devraient être poursuivis et intensifiés dans les semaines à venir. Plus globalement, l'unité des Affaires maritimes a, par ailleurs, diligenté 44 opérations de contrôle au débarquement, dont 8 de nuit, dans les ports du Sud-Finistère entre le 1er janvier et le 18mars.

La pêche au cabillaud en Manche fermée pour gérer le quota (La Voix du Nord)
Faut-il s'en inquiéter ou s'en féliciter, au prétexte que c'est le signe d'une bonne gestion du quota ? La direction des pêches a fermé, mercredi, la pêche au cabillaud en Manche (zone 7D), obligeant momentanément les bateaux de pêche boulonnais à se tourner vers d'autres espèces comme le merlan, qui se vend une misère, et l'encornet, qui se fait rare. Les fileyeurs, eux, se rabattent sur la sole.
Cette interdiction, jusqu'au 31 mars pour l'instant, intervient alors que les organisations de producteurs (OP), la CME et le From Nord ont mis en place en début d'année, à titre expérimental et sur la base du volontariat, un système de quota individualisé administré (chaque bateau a un quota défini).
« Comme l'an passé, on nous avait reproché d'avoir mal géré le quota, on a cette année mis en place ce système », explique Bruno Dachicourt (CFTC). Le but étant d'éviter « une consommation abusive en début d'année », indique Thierry Missonnier, du From Nord.

Les fonds marins "ressemblent à des zones industrielles délabrées" (Romandie)
Marseille (France) - De nombreux fonds marins "ressemblent aujourd'hui à des zones industrielles délabrées", déplore un des plus grands biologistes marins au monde, Daniel Pauly, estimant que les Etats n'ont "plus que dix ans" pour mettre fin aux ravages de la surpêche et de la pollution.
"Les fonds marins des plateaux continentaux sont aujourd'hui comme des zones industrielles délabrées mais les émissions sur la nature nous montrent toujours une mer belle, avec des poissons en abondance. Résultat, les gens nous disent: +de quoi parlez-vous ?+ quand on leur dit que la mer se casse la gueule et qu'on tire la sonnette d'alarme contre la surpêche", regrette Daniel Pauly dans un entretien à l'AFP, à Marseille.

Finistère - Parc marin d'Iroise. «On ne se laissera pas manipuler» (Le Télégramme)
En novembre2007, Jean-YvesCozan, conseiller général du canton d'Ouessant, déposait une requête au Conseil d'État afin de demander l'annulation du décret portant sur la création du Parc marin naturel d'Iroise. Sa requête vient d'être rejetée. Pour le Conseil d'État, le fait «que certaines informations n'aient pu être communiquées au public ne suffit pas à établir que la procédure d'enquête ait été irrégulière». La juridiction souligne, par ailleurs, qu'«un avis défavorable de la commission d'enquête n'empêche pas le gouvernement de prendre un décret, et ce, selon le code de l'environnement».
«Décision d'État absurde»
«Aberrant», pour Jean-Yves Cozan. «Cette argumentation ne tient pas debout. À quoi bon solliciter l'avis de la population si c'est pour passer en force? Nous continuerons, à Ouessant, à nous opposer à cette décision d'État absurde». Et le conseiller général prévient: «Ouessant, c'est une poudrière affective. On ne se laissera pas manipuler, ce ne sont pas des fonctionnaires qui vont décider de nos styles de vies». Et de prendre pour exemple le dispositif de lutte contre le braconnage annoncé par le président du Parc Pierre Maille:«le Parc marin entend, notamment, assermenter des gardes. Soit. Mais ils ne mettront pas les pieds sur notre île. Quelle crédibilité apporter à cette décision alors qu'il y a quelques jours, un membre du comité de gestion a été pris la main dans le sac avec une pêche trop importante d'ormeaux. Tout ça n'est que mascarade».

Les ligneurs à l'honneur au Seafood Summit 2009 !
Les Seafood Champions Awards sont attribués chaque année par l'Alliance Produits de la mer pour honorer des personnes/organisations, qui par leur action, témoignent de leur engagement à faire évoluer le marché vers des produits de la mer durables.
Les finalistes 2009 sont : l'Association américaine de pêche du germon (American Albacore Fishing Association), la restauratrice londonienne Caroline Bennet, Gary Johnson (McDonald's), Australis Aquaculture, OSO/Mathias Ismail (producteur de crevettes biologiques à Madagascar), l'Association des Ligneurs de la Pointe de Bretagne, Santa Monica Seafood Company, Tracy taylor (chaîne de supermarchés Ahold), Seafood Scotland et Tom Pickerell (UK Shellfish Association).
Souhaitons donc bonne chance à l'Association des Ligneurs de la Pointe de Bretagne ! Elle succèderait ainsi à la pêcherie chalutière de langoustine du golfe de Gascogne, qui a reçu un Seafood Champions Award 2008.
Voir le site du SEAFOOD CHOICES

France: enquête préliminaire sur la campagne 2008 de pêche au thon rouge (AFP)
Montpellier — Une enquête préliminaire portant sur la campagne 2008 de pêche au thon rouge, une espèce menacée par la surpêche selon des spécialistes et dont la capture est limitée en fonction de quotas annuels, a été ouverte récemment à Montpellier, a-t-on appris lundi de source judiciaire.
Cette enquête porte, selon des sources proches de l'enquête, notamment sur des soupçons de fausses déclarations de pêche par des thonniers-senneurs et d'utilisation d'avion pour repérer les bancs de poissons, une pratique strictement interdite par l'Union européenne (UE) durant la campagne de pêche.
Mi-juin 2008, l'Agence européenne de contrôle des pêches avait indiqué que des avions étaient soupçonnés d'avoir exercé des survols illégaux en appui aux pêcheurs. Certains avaient pu être identifiés : un immatriculé en France, trois en Italie, deux aux Etats-Unis, deux en Suisse. L'agence européenne avait indiqué qu'il revenait à ces Etats d'ouvrir une enquête

Finistère - Bolinche.«C'est aux professionnels d'être responsables» (Le Télégramme)
Dans le conflit entre bolincheurs et ligneurs, le Concarnois Yves L'Helgoualc'h, de la CGT marin, estime que «c'est aux professionnels d'être responsables pour trouver les accords qu'il convient et travailler de concert». Il souhaite que «tous les professionnels arrivent à travailler dans de bonnes conditions». Et les invite à «ne pas écouter les sirènes de ceux qui veulent supprimer la filière pêche: ce sont eux qui connaissent le milieu».

Contrats bleus : 2,3 millions d'euros aux pêcheurs d'Ar Mor Glaz (Ouest-France)
Dans le cadre des contrats bleus, la commission régionale de programmation (Corepam), réunie à Rennes cet après-midi, va verser 2,3 millions d’euros à la coopérative des pêcheurs d’Ar Mor Glaz, basée à Quimper. Cette somme représente les deux-tiers des 20 % que l’État et à travers lui, le fonds européen de la pêche, avance pour l'année 2009. Une rallonge de 846 000 € leur a aussi été accordée pour l’exercice 2008. Rappelons que les contrats bleus sont passés avec les entreprises de pêche qui s’engagent à pratiquer une pêche durable, en ramenant par exemple les déchets récupérés en mer.

UE : Plan de gestion de la Méditerranée et de la Mer Noire (Fishnewseu)
L'UE a présenté une série d’ "ambitieuses" propositions pour cette année à la réunion annuelle de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) à Tunis du 23 au 27 Mars.
Pour la Commission européenne, l’adoption des mesures donnera une impulsion majeure à la fois pour la CGPM et pour la gestion durable des ressources halieutiques en Méditerranée et en mer Noire.
Les propositions contiennent des mesures visant à améliorer le contrôle et la surveillance : l'introduction d'une flotte de pêche, un système de surveillance de tous les navires de plus de 15m, la collecte de données et l’amélioration de la sélectivité des engins de pêche.

Normandie - Comités locaux des pêches : quatre nouveaux présidents (La Manche libre)
Les comités locaux des pêches de Basse-Normandie ont procédé au début de ce mois à l’élection de leur présidents. Ils ont changé à Cherbourg, Saint-Vaast La Hougue, Granville et Port-en-Bessin.
Une étape avant les élections des représentants de ces comités au comité régional prévues à la fin avril ou au début de mai.
Le dernier scrutin concernera le comité national des pêches et se déroulera en juin. A Cherbourg, Daniel Lefèvre, président du comité local depuis dix-neuf ans et président du comité régional, ne se représentait pas. Son successeur est Daniel Lejuez, Cherbourgeois et armateur du Majesty, un chalutier de 18 mètres. Ce comité compte une femme, Cindy Sylla, parmi ses vice-présidents.
Le comité de l’est-Cotentin a lui aussi un nouveau président - Didier Aune ne se représentant pas - en la personne d’Alain Rigault, patron à Barfleur sur le “Cap à l’Amont”. A Granville, André Pinaud a succédé à la présidence du comité de l’Ouest-Cotentin à Christian Gauthier, décédé, qui a présidé ce comité pendant quinze ans. A Port-en-Bessin, le successeur de Bruno Thomine-Mora est Paul Françoise, retraité depuis cette année et qui était le patron du chalutier “Saint-Michel”. Pour celui-ci, comme pour Jean-Louis Lecaplain, patron du ligneur “L’épilogue” à Grandcamp-Maisy, où il entame un troisième mandat de président du comité local, plusieurs préoccupations sont à l’ordre du jour. Il y a d’abord le projet de parc éolien offshore en baie de Seine, avec la nécessité qu’il s’implante en dehors des zones de pêche, puis les futures zones Natura 2 000 marines, d’où les pêcheurs redoutent d’être exclus. Dernière préoccupation : le projet d’extraction de granulats au large de Deauville.

Pêche dans le monde

RD Congo - Le déclin du diamant fait redécouvrir aux populations du Kasaï la nécessité de l’agriculture à laquelle elles retournent (Digital Congo)
Le repli de l’exploitation du diamant face à la chute des cours des matières premières consécutive à la crise financière mondiale pousse les populations du Kasaï en RDC à retourner à l’agriculture longtemps négligé pendant les années folles des pierres précieuses
« Nous nous sommes organisés dans deux groupes de dix ménages et nous avons monté un projet de pisciculture au bord des rivières Nkombwa et Nganza. Les femmes s’occupent du volet horticulture et elles produisent divers légumes. Tous les producteurs ne sont pas organisés en groupements, certains préférant exploiter individuellement leurs parcelles de terre. Mais toutes les initiatives bénéficient du soutien des autorités locales ».

Petit pécheur européen qui noie le poisson sénégalais (Bakchih TV)
Les eaux sénégalaises s’épuisent et les Européens travaillent sans relâche les fonds du littoral. Pourtant, dès 2006, ils auraient du emporter leur ancre, car finis les accords UE-Sénégal.
Bannis des eaux sénégalaises en 2006, les pêcheurs européens ne lâchent pas prise. Pas question de confier les ressources marines aux Africains seuls. À Dakar, les pêcheurs sénégalais décrient les sociétés écrans montées pour couvrir les intérêts étrangers alors que la mer regorge de moins en moins de poissons. Selon le Nouvel Observateur, en 25 ans, les ressources halieutiques du Sénégal ont diminué de trois quarts. Les jeunes pêcheurs, eux, sont de plus en plus contraints à l’exil sur les mêmes pirogues qui faisaient vivre leurs ancêtres.

Québec - Pêcheries Marinard - L'incertitude persiste (Radio-Canada)
La transaction qui permettrait à un consortium gaspésien de faire l'acquisition de l'usine de Pêcheries Marinard de Rivière-au-Renard n'est toujours pas conclue, plus d'un mois après l'annonce officielle de la vente de l'usine.
Pendant ce temps, à moins d'une semaine du début de la saison de la pêche à la crevette, les préparatifs vont bon train sur le quai de Rivière-au-Renard. Cependant, les pêcheurs sont toujours dans l'incertitude.
Pêcheries Marinard est une des plus importantes entreprises de transformation de crevettes nordiques au Québec avec une capacité de transformation de plus de 9000 tonnes par année.
L'entreprise compte environ 250 travailleurs. Le transfert de propriété complet de l'entreprise devait avoir lieu le 28 février dernier.

Mauritanie - Les pêcheurs du Banc d'Arguin
R’Gueiba, Parc National du Banc d’Arguin, Mauritanie
Le Banc d’Arguin, c’est l’histoire d’une passion entre un littoral protégé en bordure du désert, un peuple de pêcheurs, les Imraguen et un mécène Suisse, Luc Hoffmann, dévoué à la protection des zones humides, que ce soit en Camargue ou en Mauritanie.
Les Imraguen utilisent des bateaux à voile latine introduits par les pêcheurs des Canaries dès le XVIIè siècle et dont le nom espagnol a été francisé en lanches. Aujourd’hui ils bénéficient de l’exclusivité du droit de pêche dans les 6.000 km2 des eaux du Parc National du Banc d’Arguin. En échange, ils doivent continuer à utiliser leurs techniques traditionnelles de pêche, sans moteur et avec des filets maillants. De plus, des inspecteurs du Parc s’assurent qu’ils respectent des règles de protection des espèces, et ce qu’on appelle des arrêts biologiques pendant les périodes de reproduction.

Six entreprises chinoises s'installent en Mauritanie
Le commissaire à la Promotion des Investissements de Mauritanie, Ba Houdou Abdoul, a reçu, mardi en audience, une délégation d'investisseurs chinois conduite par Li Guoxue, ancien ambassadeur de Chine en Mauritanie, actuellement conseiller spécial au Centre commercial sino-mauritanien, a constaté Xinhua à Nouakchott.

Mauritanie : le poisson vendu au rabais en 2008
XINHUA - ‎22 mars 2009‎
DAKAR, 22 mars (Xinhua) -- La Société mauritanienne de commercialisation de poisson (SMCP) a vendu à perte les 14.000 tonnes de poissons en 2008 et cette ...

Espagne : Caladero inaugure 3 usines (Agro-alimentaire)
La société espagnole Caladero, qui importe te distribue du poisson frais, a mis en route 2 usines dans les canaries pour fournir les 62 supermarchés de la chaîne de distribution Mercadona possède dans les îles. 70 emplois ont été créés et Caladero a déboursé 7 millions d'euros. La société a également inauguré une usine de conditionnement à Cadiz, d'un montant de 12 M€.
En 2007, dernier exercice connu, Caladero a réalisé un CA de 397 millions d'euros, avec un effectif de 1.258 employés.

Ouganda : Attraper du poisson et bien plus encore (IRIN)
Kampala 23 mars 2009 (PlusNews) - Des chercheurs ougandais mènent une nouvelle étude afin de trouver des interventions de lutte contre le VIH efficaces pour aider les communautés de pêcheurs fortement vulnérables au virus.
« Les précédentes études isolées menées au sein des communautés de pêcheurs implantées sur les rivages du lac n’ont fourni que des données limitées. Nous espérons que cette nouvelle étude nous donnera des données nationales que nous inclurons dans une initiative régionale visant à lutter contre le VIH dans l’ensemble du bassin du lac Victoria ,» a expliqué Elizabeth Birabwa, chargée de communication au sein de l’Organisation des pêches du lac Victoria (LVFO an anglais).

Irak : Les marécages renaissent de leurs cendres (IRIN)
L’eau rejaillit dans certains anciens marécages
Bagdad - Le 12 mars, le gouvernement irakien et plusieurs agences des Nations Unies ont lancé une initiative visant à retirer les digues et les canaux construits sous le régime de l’ancien président Saddam Hussein afin que l’eau rejaillisse dans les zones marécageuses, un projet doté d’un budget de 47 millions de dollars.
L’objectif est d’aider le gouvernement à renforcer ses services, à créer de meilleurs systèmes de gouvernance, et à développer l’agriculture et les services publics dans ces régions.
« Les populations des régions marécageuses comptent parmi les plus pauvres et les moins pourvues en services de base », a déclaré David Shearer, adjoint au représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, le 12 mars.

Des contrôles à renforcer pour lutter contre la pêche illégale (maxisciences)
Paris, France - Le 10 mars dernier, une conférence organisée par le WWF et le Pew Environment Group a souligné l'importance du renforcement du contrôle des pêches afin de combattre le fléau de la pêche illégale.
Selon Pew et WWF-France, la pêche illégale représenterait jusqu’à 40% des prises totales de certaines flottes de pêche dans les eaux européennes. L’Espagne, la France et l'Italie seraient les pays remportant la palme des infractions importantes relevées dans l’Union européenne en 2006.

Aquaculture

Guide de co-construction d’indicateurs de développement durable en aquaculture (CIRAD)
Une démarche générique permettant, par un processus de construction collective, de favoriser la mise en œuvre et l’appropriation du développement durable.
Les nombreux guides, indicateurs et normes produits dans le domaine de l’aquaculture sont encore souvent considérés par les acteurs comme des contraintes plutôt que comme des objectifs partagés. Face à ce constat, qui s'applique également à d'autres domaines, l’ambition de ce guide est de proposer une démarche générique qui permette, par un processus de construction collective, de favoriser la mise en œuvre et l’appropriation du développement durable.

Canada – Cooke Aquaculture pour investir dans une ferme de démonstration de l’élevage de la morue sur la côte sud de Terre-Neuve
Le gouvernement du Canada et la province de Terre-Neuve-et-Labrador se joignent à Cooke Aquaculture pour investir dans une ferme de démonstration de l’élevage de la morue sur la côte sud de Terre-Neuve
St. John’s, T.-N.-L.- Le sénateur Fabian Manning, le gouvernement du Canada et l’honorable Tom Hedderson, ministre des Pêches et de l’Aquaculture, ainsi que Mike Cooke de la société Cooke Aquaculture, ont annoncé aujourd’hui un investissement de 8.5 millions de dollars dans le développement d’une ferme de démonstration de l’élevage de la morue à Terre-Neuve-et-Labrador.
« Je suis heureux d’être à Terre-Neuve-et-Labrador aujourd’hui au nom du gouvernement du Canada pour annoncer la contribution fédérale à ce projet de grande valeur, a déclaré le sénateur Manning. Ce projet démarque une fois encore la province comme meneur dans la diversification de l’industrie canadienne de l’aquaculture. Un investissement dans le secteur aquacole est synonyme d’efforts de conservation plus musclés, de création d’emplois durables et de possibilités pour les années à venir pour les gens de Terre-Neuve-et-Labrador. »

Ecosse : Des aides financières pour surmonter la maladie ISA du saumon aux Shetland (Fishnewseu)
Une enveloppe financière pour les petites et moyennes entreprises d'élevage de poissons touchées par l'épidémie d'anémie infectieuse du saumon (AIS) dans les îles Shetland a été annoncée aujourd'hui.
Le gouvernement écossais a dit qu'une partie de l'argent sera utilisée pour compenser les pertes de poisson dans les petites entreprises indépendantes, suite aux restrictions de mouvement imposées pour permettre le contrôle et l'éradication de l'ISA aux îles Shetland.
Le Fonds européen pour la pêche (FEP) sera également mis à la disposition des petites et moyennes entreprises, qui ont été touchées, par exemple, celles qui devaient vendre des smolts dans la zone touchée au sud-ouest des Shetland, et qui maintenant ne peuvent plus le faire en raison de l’arrêt des élevages pour respecter une période de jachère.
La valeur totale des aides est d'environ 1,5 million de livres sterling.
Roseanna Cunningham, ministre de l'Environnement a déclaré:
« L'élevage du saumon est un élément vital de l'économie dans de nombreuses collectivités rurales et éloignées en Écosse. L’activité occupe environ 5000 emplois directs et indirects, y compris ceux de la transformation du saumon, pour un chiffre d’affaires d’une valeur d'environ 324 millions de livres sterling. »
« Il est donc vital que nous fassions tout notre possible pour soutenir l'industrie suite aux difficultés causées par la flambée de l'ISA. Nous avons décidé de concentrer notre aide sur les petites et moyennes entreprises, qui sont les plus vulnérables. »

Commercialisation / Transformation / Consommation / Valorisation

Saumon - 350 emplois créés dans une entreprise de fumaison (Bien public)
Trois cent cinquante emplois en Bresse. La chose est devenue si peu commune qu'elle mérite d'être ébruitée. A l'origine de cette embauche importante, l'entreprise Morpol qui va s'installer dans les bâtiments des transports Cartier à Cuisery. Cette grosse société polonaise est spécialisée dans la fumaison de saumons et le conditionnement des poissons.
Un temps associée avec le géant français dans le domaine, Bretagne saumon, avec qui elle fournissait des grandes surfaces telles qu'Auchan, l'entreprise a, cette fois, décidé d'intensifier son marché français.
C'est dans ce contexte qu'elle entre dans un programme européen, à la recherche du meilleur accueil sur le territoire français. Cet accueil, elle le trouve finalement à Cuisery, un choix largement appuyé par les acteurs locaux. Les agences économiques Bourgogne développement et Bresse initiative négocient depuis un an et demi cette venue en Bresse et peuvent aujourd'hui souffler.

Cabillaud et églefin norvégiens certifiés MSC
Après avoir terminé avec succès l'évaluation du Marine Stewardship Council (MSC) [1], les pêcheries de cabillaud et d'églefin à la palangre de Domstein Longline Partners ont obtenu le 27 février dernier la certification MSC. 5 000 tonnes de cabillaud norvégien et 3 000 tonnes d'églefin norvégien peuvent désormais apposer l'écolabel du MSC sur leurs produits. Ce sont les troisièmes pêcheries norvégiennes à obtenir le certificat du MSC.

Faut-il manger moins de poisson pour préserver les stocks marins? (Passeport Santé)
Manger plus de poisson paraît souhaitable pour la santé du coeur, mais une consommation accrue accélérerait le déclin des espèces marines et pourrait, d’ici 40 ans, mener à l’extinction de la plupart des stocks de poissons commerciaux.
C’est ce que soulèvent des chercheurs canadiens, dans une analyse1 publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne. De plus, les chercheurs remettent en question les allégations selon lesquelles les oméga-3 d’origine marine seraient bons pour la santé cardiovasculaire.

Evaluation de l’Organisation Commune des Marchés des produits de la pêche et de l’Aquaculture (DG Mare) – Rapport final

Cette résolution "Garantir la qualité des produits alimentaires : harmonisation ou reconnaissance mutuelle des normes " est disponible sur le lien suivant :
Un résumé est disponible à la page suivante :
Les membres du Parlement d'UE veulent un étiquetage pouvant indiquer d'où vient le produit. Les membres du PE ont, la semaine dernière, soutenu un nouveau rapport pour l'étiquetage des aliments qui clarifie l'origine de la nourriture et où elle est traitée. De nos jours beaucoup de nourriture est produite dans un endroit et transformée dans un autre pays ou même un continent différent. Un bon exemple cité était le poulet prêt à l'emploi emballé au R-U utilisant la volaille élevée en Thaïlande. Les membres du PE veulent que les consommateurs sachent exactement ce qu'ils mangent.
Le rapport appui la demande que l'origine de tous les produits de base soit énoncée ainsi que l'origine de tous les ingrédients principaux et matières premières utilisés.

Le projet SEAMINEROIL du pôle Aquimer sélectionné (intellinor)
Le projet SEAMINEROIL « Valorisation des co-produits de la pêche et de l’aquaculture. Développement de nouveaux produits à partir des fractions minérales et lipidiques des co-produits » sélectionné dans le cadre du 7ème appel à projets de R&D du Fonds Unique Interministériel.
Ce projet, basé sur la valorisation des co-produits de la pêche et de l’aquaculture, a pour objet le développement de nouveaux produits et/ou de nouvelles applications à partir des fractions minérales et lipidiques des coproduits.
Ce programme de développement associe 3 entreprises productrices de co-produits ou ayant déjà un savoir-faire dans la valorisation des produits marins (Euronor, Copalis et Solidor) et 2 centres de recherche (l’Université de Caen et l’Université de Lille 2).

Bordeau-Chesnel lance des rillettes de... poisson (Ouest-France)
Chez eux, ça marche ! Parmi les entreprises qui tirent leur épingle du jeuen période de crise, Bordeau-Chesnel innove.
Après les rillettes de porc, puis de poulet rôti, Bordeau-Chesnel lance les rillettes de poisson, rayon charcuterie et non pas produits frais. C'est la nouveauté. « La charcuterie veut dire chair cuite. L'innovation consiste à transgresser les lieux habituels des rillettes de poisson et de les réaliser comme on fabrique les rillettes de porc, explique Gilles de Galard, directeur général. Nos rillettes de thon et de saumon sont faites avec beaucoup de chair et sans arôme artificiel. »
Voilà pour la publicité. Ces rillettes ne sont d'ailleurs pas concoctées dans la Sarthe, mais près de Caen, par Alliance Océane. En revanche, elles sont contrôlées dans le département.

Agroalimentaire - Pose de la première pierre d'Océan Délices sur l'ex-site de la Comilog (Usine Nouvelle)
Trop à l'étroit dans son actuelle unité de production de 1 200 m² basée à proximité de la zone de Capécure dans le boulonnais, Océan Délices prépare son déménagement dans de nouveaux bâtiments de 3 200 m², en cours de construction sur le parc de 20 hectares aménagé en lieu et place de l'ancien site de la Comilog à Boulogne-sur-Mer.
Spécialisée dans les plats prêts à cuire ou à manger, Océan Délices est en plein développement. Son chiffre d'affaires, qui atteignait 5 millions d'euros en 2008, devrait dépasser les 10 millions d'euros d'ici à cinq ans. Elle prépare sa certification IFS (International Food Standard) qui lui offrira des garanties vis-à-vis de la grande distribution, s'agissant de la fabrication de produits alimentaires à marque de distributeur.

Agroalimentaire. Les dix priorités selon Barnier (Le Télégramme)
Le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a défini hier les dix thèmes prioritaires de recherche et de développement qu'il entend soutenir dans le secteur de l'agroalimentaire, premier secteur industriel français. Michel Barnier veut ainsi renforcer la recherche sur les molécules végétales, celles qui permettront de remplacer les molécules de synthèse issues du pétrole dans les plastiques, le bâtiment, certains textiles techniques. Ou encore l'énergie verte, appelée aussi bioénergie, alternative à l'énergie fossile. Améliorer la traçabilité et l'emballage des produits alimentaires pour répondre aux besoins à la fois de sécurité sanitaire, de nouvelles formes de consommation, de respect de l'environnement et aux attentes des consommateurs en matière d'information. Autre grand axe: l'amélioration de l'alimentation. Michel Barnier souhaite concentrer le financement des recherches sur les aliments bénéfiques dans le domaine de la santé et du bien-être. Mais aussi sur ceux qui répondront le mieux aux attentes des consommateurs en matière de goût ou de facilité d'usage, pour certains produits prêts à consommer. Il s'agira aussi d'améliorer l'alimentation des animaux, et donc d'améliorer la qualité de la viande, du lait. Il est également question de valorisation des produits de la mer, alors que les filets de poisson pré-emballés ou les plats préparés peuvent conduire à des pertes de l'ordre de 50%. Les sous-produits (tête, arêtes et queue) pourraient être utilisés en cosmétique ou en pharmacie. Le ministre a aussi cité la sélection de variétés agricoles adaptées au changement climatique, la diversification des débouchés de la viticulture et de l'arboriculture, les engrais naturels respectueux de l'environnement.

Environnement / Pollution

Méditerranée : La Seyne - Ifremer ausculte les eaux côtières de la Méditerranée (Var Matin)
Soixante-quinze stations artificielles de moules vont être placées à huit mètres de profondeur le long des côtes françaises de la Méditerranée. Dans quelques mois, l'étude des organismes permettra d'évaluer les contaminations chimiques de l'eau.
Menacées par les activités humaines et la pression qu'elles génèrent sur le littoral, les eaux côtières de la Méditerranée sont sous surveillance. Un navire de l'Ifremer, L'Europe, a quitté hier le port de Brégaillon, à La Seyne, pour une campagne de surveillance de la qualité des eaux.
Ce type d'opération est renouvelé, tous les trois ans, conformément à la directive-cadre européenne sur l'eau (DCE) qui fixe un objectif de bon état écologique des eaux en 2015.
Des moules sentinelles des eaux côtières

« Orienter la recherche pour respecter l'environnement » (La Tribune)
Michel Barnier veut faire travailler ensemble entreprises et pôles de compétitivité.
Le ministre de l'Agriculture, qui avait lancé en décembre des assises des agro-industries, conclut aujourd'hui ces travaux en dévoilant dix priorités pour le secteur. Avec un accent particulier sur les préoccupations environnementales.
Pourquoi définir dix priorités de recherche et développement pour les agro-industries ?
La filière pêche est écartelée entre la nécessaire préservation de la ressource, l'envolée du pétrole et l'engouement des consommateurs. Peut-on concilier tout cela ?
La réponse passe par une adaptation de la flotte de pêche mais aussi par de la recherche sur de nouveaux débouchés pour les produits de la mer. Aujourd'hui, ces produits ne sont valorisés qu'à moitié. L'objectif est d'utiliser la totalité de ce qui est pêché en imaginant de nouveaux procédés et de nouveaux produits, pour l'alimentaire, la santé ou la cosmétique. La charcuterie de poisson est un exemple prometteur : elle offre des produits appréciés, faciles d'utilisation, qui se conservent bien, et de bonne qualité nutritionnelle.

Océanographie - Fertilisation des océans: un prédateur s'invite à table (Nouvelobs)
Destinée à tester la capacité des océans à stocker du CO2, l’expérience LOHAFEX de fertilisation de l’océan austral a quitté les quarantièmes rugissants avec des résultats… inattendus. La dispersion du fer sur une surface de 300 km2 a bien provoqué un bloom de microalgues mais a aussi attiré des prédateurs qui n’étaient pas prévus. Des petits crustacés ont profité de l’aubaine pour se repaître d’algues, réduisant les chances de voir le phytoplancton emporter avec lui au fond de l’océan une quantité importante de CO2 atmosphérique.

Quand l’océan s’acidifie, le plancton maigrit. (Science et vie)
Le lien n’est pas établi de façon formelle, mais l’acidification des eaux modifierait déjà les échanges de carbone entre l’océan et l’atmosphère et pèse sur la vie marine. C’est ce que concluent des chercheurs Australiens dans la revue Nature Geoscience (1). Ils relèvent qu’une espèce de plancton foraminifère a vu sa masse squelettique baisser de 30 à 35% depuis l’ère industrielle.

Canada. Pression européenne contre la chasse au phoque (Le Télégramme)
La saison de la chasse au phoque s'ouvrait hier au Canada. Au grand dam des défenseurs des animaux. L'Union européenne envisage des sanctions commerciales.
La saison de chasse au phoque a commencé, hier, dans le Golfe du Saint-Laurent, au Canada. À cette occasion, 280.000 phoques vont être abattus, contre 275.000 l'année dernière. Une augmentation des quotas que dénoncent les défenseurs des animaux. De son côté, l'Union européenne (UE) envisage de boycotter les produits issus de l'activité commerciale qui découle de la chasse au phoque.
L'opposition a le vent en poupe

Mornac sur Seudre - Découvrir la vie côtière dans le marais
Les visites guidées permettent de mieux comprendre les enjeux du marais. (Photo P.G.)
Le marais est, sans aucun doute, un atout pour l'économie côtière et pour la qualité de la vie. C'est d'ailleurs autour de ce double aspect que se tiendra cette année la journée du « Printemps de Seudre ».
Organisée, à Mornac, ce samedi 28 mars, par l'association l'Huître pédagogique en partenariat avec Seudre et Mer, cette rencontre vise à approfondir les connaissances du milieu côtier par une pratique de terrain.
Découverte ciblée, démonstrations d'entretien du milieu et débats seront au programme pour mieux comprendre les enjeux du marais ; enjeux biologiques, économiques et culturels.
Un espace productif et fragile
Le bassin de la Seudre (12 000 hectares) est reconnu par les géographes comme la plus grande zone humide salée de la façade atlantique. C'est un espace littoral à la fois productif et fragile. Ainsi, la maîtrise des eaux, entreprise dès l'époque médiévale, est toujours d'actualité, notamment face aux perspectives de la montée du niveau des océans. En même temps, reste posée la question cruciale de la qualité du milieu et de ses eaux. Une qualité nécessaire notamment pour l'ostréiculture de Marennes-Oléron qui vient enfin d'obtenir la reconnaissance IGP (Identification géographique protégée). L'association l'Huître pédagogique continue à oeuvrer en faveur d'une valorisation culturelle du milieu côtier, un véritable patrimoine vivant.

Québec - Le saumon atlantique dans les écoles entame sa 6e saison (Le journal Jacques Cartier)
L'école Saint-Denys-Garneau, une pionnière du programme
Le saumon se fraie un chemin depuis six ans dans quelques classes du 3e cycle du primaire grâce à une trousse éducative élaborée par la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA).
Les élèves ayant le privilège d'avoir un incubateur ou plus dans leur classe assistent aux premières étapes de vie d'un saumon, de l'œuf à l'alevin. Dans la MRC de la Jacques-Cartier, la Maison des jeunes à Stoneham, ainsi que les écoles Dollard-des-Ormeaux, Saint-Denys-Garneau et participent au programme de Saumon 101. Ces deux dernières sont pionnières du programme.

La Tremblade - Les abords de la Seudre s'aménagent (Sud-Ouest)
Au FAC de La Tremblade, mercredi 11 mars, a eu lieu une réunion à l'initiative du Conseil général. Y avaient été conviés les élus concernés par le projet d'aménagement et de balisage des chemins dits « de la Seudre ». La réunion avait pour but de présenter l'ambitieux projet de balisage (terrestre et maritime) et d'aménagement des chemins et infrastructures qui permettront à terme la découverte de tout le patrimoine maritime et son environnement. Une fois l'étude et les travaux engendrés réalisés, certaines embarcations adaptées pourront remonter la Seudre jusqu'à Saujon.
À pied ou à vélo,

Le lien entre El Nino et le réchauffement climatique remis en question (Ane)
La théorie selon laquelle le réchauffement climatique était lié d’une manière ou d’une autre à l’intensité des phénomènes El Nino dans l’océan Pacifique a été remise en question par une étude qui a montré que ce n’était pas le cas dans le passé.

Vingt ans après, l’Exxon Valdez vogue toujours (Effets de Terre)
L’Exxon Valdez, vous vous souvenez? Il y a tout juste vingt ans, ce pétrolier presque neuf (trois ans) s’était éventré sur des récifs en Alaska, parce qu’un capitaine ivre avait mal géré une tempête. Pas moins de 180 000 tonnes,… Vingt ans après, selon la presse américaine, l’Alaska n’en a pas fini avec la merde puante du pétrolier. En surface, sur les côtes, on ne voit plus rien. Mais sous l’eau, la réalité est toute autre et les pêcheries de saumon sauvage ou de hareng n’ont jamais pu revenir à la situation d’antan. Selon les scientifiques, qui dépensent une partie du milliard de dollars versé par Exxon à étudier l’écosystème de la région, il reste du pétrole, toujours actif au fond de l’eau. Au moins cinquante mille litres, bien enfouis dans les anfractuosités, rien que sur l’estran rocheux. Et si un certain nombre d’espèces semblent avoir repris du poil de la bête, sept (dont l’orque et l’otarie) ne sont pas encore tirées d’affaire, selon les spécialistes.

Pays de la Loire - Deux régions s'allient pour le Marais poitevin (Ouest France)
Ségolène Royal et Jacques Auxiette sont las d'attendre les décisions du gouvernement. Samedi, les deux présidents de Région vont symboliquement labelliser cet espace naturel unique.

Côtes-d'Armor - Pesticides et épandages abusifs. La FDSEA et les JA réagissent (Le Télégramme)
Dans un communiqué, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs indiquent qu'ils «condamnent les pratiques de certains visant à traiter les bords de cours d'eau avec des produits phytosanitaires, ou à épandre des déjections animales de façon irraisonnée». Les deux organisations syndicales rappellent «à tous les agriculteurs que la profession est en accord avec l'administration concernant la mise en place et l'entretien des bandes enherbées, le respect des zones non traitées le long des cours d'eau et la gestion raisonnée de la fertilisation azotée». Et le communiqué de conclure, au nom de la FDSEA et des JA: «Nous ne cautionnerons aucunement les pratiques irresponsables qui pénalisent l'ensemble de la profession, et ceci plus particulièrement sur les bassins sensibles vis à vis de la qualité de l'eau.»

Des bains de bouche pour Algues et Mer (Bretagne innovation)
Odontomer est un projet labellisé par le Pôle Mer Bretagne et porté par les entreprises Algues et Mer de Ouessant et Yslab de Quimper (mise au point et fabrication de produits de santé).
Odontomer vise à créer de nouveaux produits d'hygiène bucco-dentaire à partir d'extraits d'algues et d'eau de mer (dentifrice, solutions de rinçage... etc.).
"Nous extrayons des actifs d'algues prêts à être intégrés dans des formulations alimentaires, cosmétiques, agronomiques...", explique Guy Potier, directeur de l'entreprise Algues et Mer, installée à Ouessant. Cette fois, il s'agira de produits bucco-dentaires. Pour Algues et Mer, qui compte sept salariés, "ce projet Odontomer va faciliter l'embauche de deux Ouessantins".

L’avenir des océans à la table des négociations du Grenelle de la Mer (Ane)
Selon FNE, le Grenelle de la mer est une opportunité pour mettre sur la table un ensemble de propositions visant à une meilleure préservation des océans et convaincre les professionnels de la mer, les collectivités territoriales, l’Etat et les syndicats de leur bien-fondé.
Partie prenante du Grenelle de la Mer, la fédération France Nature Environnement (FNE) entend, avec ses associations membres, dont Surfrider Foundation Europe et la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), saisir cette occasion « pour faire avancer des revendications portées de longue date et lutter efficacement contre les menaces les plus récentes auxquelles les océans sont confrontés. »

Des résidus de médicaments dans des poissons américains (AP)
Les poissons vivant près d'usines de traitement des eaux usées desservant cinq grandes villes américaines présentent tous des résidus de produits pharmaceutiques, notamment des traitements contre le cholestérol, les allergies, l'hypertension, les troubles bipolaires et la dépression, selon une étude rendue publique mercredi. Ces traces ne présenteraient pas de danger pour la santé humaine.

Finistère - Parc marin d'Iroise. Deux recours rejetés (Le Télégramme)
Le Conseil d'État a rejeté deux recours déposés en 2007, demandant l'annulation du décret portant création du parc marin d'Iroise. Celui présenté par Jean-Yves Cozan (Le Télégramme de mardi) ainsi que celui qui avait été déposé par l'Advili, association d'opposants au parc. Depuis, cette association a quelque peu modifié son point de vue sur la question puisqu'aujourd'hui, elle siège au conseil de gestion du parc, ce qui lui permet d'exprimer son point de vue. Selon Geneviève Rousseau, directrice adjointe de l'Agence des aires marines protégées, «ces rejets du Conseil d'État confortent la politique générale de création des parcs naturels marins en France».

Pollution de la Loire. Total mis en examen (Le Télégramme)
Le groupe Total a été mis en examen, le 12 mars dernier, dans le cadre de l'enquête sur la pollution de l'estuaire de la Loire, le 16 mars 2008, après une fuite de fioul dans la raffinerie Total de Donges (44).
Mardi, la juge d'instruction chargée du dossier à Saint-Nazaire(44) a révélé la mise en examen, le 12mars, de la société Total Raffinage Marketing aux parties civiles, quatre associations écologistes, quelques communes ainsi que des collectivités locales. Total a été mis en examen pour «déversement de substances nuisibles» en mer, «avec préjudice sur la faune et la flore» ainsi que pour l'«exploitation non conforme d'installation classée», a précisé Me Jean-Pierre Mignard, avocat de la région Pays-de-la-Loire. «Cette mise en examen révèle qu'il y a des indices graves et concordants» contre Total, a noté l'avocat.
«Que la procédure aille jusqu'au bout»

Pays de la Loire - Total en examen : les écologistes écoutés (Ouest France)
Total est mis en examen pour avoir pollué l'estuaire de la Loire en mars 2008. La justice a entendu les écologistes et les politiques.
Trois questions à... Guy Bourlès, président de la Ligue de protection des oiseaux LPO 44 et partie civile dans l'enquête sur la marée noire du 16 mars 2008, provoquée par la raffinerie Total de Donges. Pourquoi la juge d'instruction vous a-t-elle convoqués ?

Divers

Finistère - Radio amateurs. Anniversaire de la station maritime du Conquet (Le Télégramme)
À l'occasion du Mémorial radio maritime day, des radios amateurs du Finistère vont commémorer, les 10 et 11avril, l'anniversaire de la station radio maritime du Conquet FFU. À cette occasion, u http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/oceanopolis-suez-s-engage-sur-750-000-eur-27-03-2009-308577.phpn indicatif spécial a été demandé à l'administration: TM4FFU. Le trafic, de 14h à 14h le lendemain, se déroulera dans l'enceinte du Parc marin d'Iroise. Des stations maritimes du monde entier seront contactées à cette occasion pour faire revivre cette grande station radio qui, pour tous les marins de la pointe du Finistère, était un lien entre leur travail et leur famille.

Finistère - Océanopolis. Suez s'engage sur 750.000 € (Le Télégramme)
Suez Environnement (12,4milliards d'euros de chiffre d'affaires, 63.000 personnes) va apporter 150.000 € par an pendant cinq ans à Océanopolis, le centre de découverte des océans installé à Brest. Cette convergence d'intérêt des deux partenaires autour du respect de l'environnement va venir aider, en particulier, les expositions temporaires proposées par Océanopolis. 2010 sera l'année de la biodiversité, thème que l'établissement déclinera alors, de même qu'en 2011. Les deux années suivantes, l'accent sera mis sur le littoral. La Sopab, qui gère Océanopolis, connaissait déjà Elyo, une société «cousine» de Suez, en charge des fluides dans la délégation de service public en cours. La convention signée, hier, est la première avec Suez, qui a été, par ailleurs, partenaire des fêtes maritimes de Brest 2008. Le groupe, qui se consacre professionnellement à l'eau et à la propreté, est impliqué également, avec Océanopolis et Allain Bougrain-Dubourg dans les «héros de la biodiversité», émission diffusée sur France2, le samedi et le dimanche soir.

60 minutes: «pour» la planète ? (Jdle)
Samedi 28 mars, l’ONG WWF organise l’opération «60 minutes pour la planète». Durant une heure, la population mondiale est invitée à éteindre les lumières afin de manifester son engagement en faveur de solutions politiques pour le climat. Malgré les précautions prises, une opération d’une telle envergure peut avoir des conséquences sur les émissions de gaz à effet serre.

Un nouveau fossile de poisson fait remonter l'origine des vertébrés modernes à 418 millions d'années (Xinhua)
La découverte d'un fossile intact de poisson osseux par des scientifiques chinois pourrait faire remonter l'origine des vertébrés modernes qu'on considère comme étant de l'âge dévonien à la période précédente (le silurien).
Au début du mois de mars 2008, Zhu Min, un scientifique de l'Institut de Paléontologie des vertébrés et de Paléoanthropologie dépendant de l'Académie des Sciences de Chine, et son équipe de recherche, ont découvert à Qujin, dans la province du Yunnan (sud-ouest), un fossile de poisson osseux dans des calcaires datant de 418 millions d'années. Ce fossile est le plus ancien gnathostome complet, ou vertébré doté d'une mâchoire articulée, découvert dans le monde. Zhu Min et son équipe ont publié jeudi un article sur cette découverte dans la revue britannique "Nature".

Le printemps de l’économie équitable

La fable du fer, du plancton, et du pique-assiette (Effets de Terre)
Un essai de dopage du plancton à grande échelle dans l’océan Austral devait pomper du gaz carbonique dans l’atmosphère pour confirmer une méthode de lutte contre le réchauffement. Mais un invité surprise a bouleversé l’expérience.

Arcachon - Île aux oiseaux. Les 2 000 bouteilles seront finalement immergées dimanche prochain (Sud-Ouest)
Du vin élevé avec les huîtres
Nicolas Labarthe immergera les bouteilles. ( PHOTO ARCHIVES CLAUDE PETIT)
Franck Labeyrie, 32 ans, viticulteur à Haux, attend depuis plus d'un mois de pouvoir immerger 2 000 bouteilles de vin blanc sec, château du Coureau, à proximité des parcs à huîtres de son ami Nicolas Labarthe, 28 ans, ostréiculteur à Gujan-Mestras.
Mouvements des marées

Bretagne - Voyage. Partir et ne plus revenir (Le Télégramme)
C'est l'histoire d'une rencontre sur une aire de carénage. Un mariage, un bateau, une infirmière bretonne et un charpentier jurassien: Jeff et Armelle ont uni leur vie. Elle se poursuivra dorénavant sur la mer. Sans retour. Chamane, le bateau acier de 10m qu'ils finissent d'aménager, devrait quitter Port-la-Forêt avant l'été.

Fédération des industries nautiques. Fountaine président (Le Télégramme)
Jean-François Fountaine, président du chantier charentais Fountaine Pajot, succède à Annette Roux à la présidence de la Fédération des industries nautiques. Né en 1951, l'ancien navigateur est le fondateur du chantier qui porte son nom. Aujourd'hui spécialisé dans les catamarans de croisière, son entreprise compte 350 salariés en Charente-Maritime. Annette Roux, présidente depuis 1992, ne souhaitait pas se représenter.

Bangladesh : Une victoire pour les droits des travailleurs dans les chantiers de démantèlement des navires (FIDH)
Une victoire pour les droits des travailleurs dans les chantiers de démantèlement des navires au Bangladesh...à la suite d'une plainte déposée par une association de défense de l'environnement (Bangladesh Environmental Lawyers Association), la Cour suprême décide d'interdire les opérations sur les chantiers qui ne sont pas conformes aux normes environnementales. Aucun des 36 chantiers bangladeshis ne respectent ces normes...conditions de travail désastreuses... où des centaines de travailleurs sont morts en raison d'accidents causés par l’absence de mesures de sécurité ou à cause de maladies liées aux vapeurs et aux matériaux toxiques auxquels ils sont exposés...

Saint-Pierre-et-Miquelon cherche à récupérer un bout d'océan (L’Express)
La collectivité française, au large des côtes canadiennes dans l'océan Atlantique, demande au gouvernement de déposer une demande d'extension de son plateau continental. Sans zone d'exploitation maritime assez vaste, l'archipel ne parvient plus à vivre de la pêche. A l'horizon pointent d'éventuelles fâcheries avec le Canada.
Pour l'extension du plateau continental à Saint-Pierre-et-Miquelon. Dit comme ça, le combat politique des élus de cette petite île au large du Québec sonne comme une thèse universitaire, longue à lire, difficile à décrypter. C'est pourtant le point de départ de ce qui pourrait être un conflit diplomatique entre le Canada et la France, le prolongement d'un problème vieux de vingt ans qui pourrait vider Saint-Pierre-et-Miquelon de sa population.

Gard - Thalasso aux Salins du Midi : Frêche met son grain de sel (Le Midi Libre)
« Bon, allez, je peux bien vous le dire ! Je n'ai pas de bonnes nouvelles du côté des Salins du Midi et il faudra sans doute se battre à leurs côtés pour créer des emplois. »
A la faveur de la conférence de presse qu'il animait hier matin, à Nîmes, autour du développement économique du bassin rhodanien du Gard, Georges Frêche a laissé entendre que l'entreprise salinière établie de longue date dans la baie d'Aigues-Mortes traverserait de sérieuses turbulences socio-économiques. A tel point qu'il serait désormais urgent, « pour se préserver de tout licenciement sec », d'activer le projet de centre de thalassothérapie,

La mer Morte va-t-elle disparaître ? (Le Figaro)
La mer morte est, sans jeu de mots, en danger de mort. En cinquante ans, elle a perdu le tiers de sa surface et, depuis 1978, son niveau baisse de 70 centimètres par an. Elle est située dans une cuvette qui se trouve très en dessous du niveau général des mers. En 1900, sa surface était à - 390 mètres sous le niveau des mers. Dix-huit ans plus tard, elle était descendue 30 mètres plus bas, à très exactement - 420,86 mètres.

La pêche en kayak (Canoe)
Lorsqu'on fait allusion à des embarcations de pêche, on pense habituellement à des chaloupes ou à des bateaux. Pourtant, il existe d'autres moyens, très écologiques, qui vous permettent de voguer sur la surface des eaux et de taquiner les poissons tant convoités.
Le canot est utilisé au Québec depuis des centaines d'années. Nos ancêtres s'en servaient comme moyen de transport, ainsi que pour la chasse et la pêche. Plusieurs personnes l'utilisent encore pour faire des balades, pour découvrir l'arrière-pays, pour parcourir des rivières et faire des portages, etc.
Au fil des temps, plusieurs adeptes ont toutefois choisi le kayak pour partir à l'aventure en toute liberté. Il y a plusieurs raisons qui ont contribué à sa popularité, toujours grandissante. Le premier point à remarquer, c'est qu'ils ont des dossiers, qui les rendent beaucoup plus confortables et agréables à utiliser.

Brest. Les CRS délogent les étudiants devant Océanopolis (Le Télégramme)
Les premiers, tous étudiants, sont arrivés devant l'entrée administrative d'Océanopolis, à Brest, hier, peu après 17h. Avant de recevoir le renfort d'enseignants-chercheurs. En tout, ils étaient environ 200. À 19h15, devait se dérouler l'inauguration du colloque annuel de la Conférence des présidents d'université (CPU), qui se tient jusqu'à demain. Elle sera finalement annulée. Car une cinquantaine de manifestants ont escaladé les grilles pour pénétrer dans l'enceinte même du parc de découverte des océans. Rejoignant cinq d'entre eux, qui venaient de discuter, notamment, avec Pascal Olivard, le président de l'Université de Bretagne Occidentale (UBO). Un communiqué, récupéré entre les grilles, résumait leur position, axée sur le rejet de la CPU, accusée de s'inscrire dans une logique de «marchandisation de l'université».

Boulogne - Les plaisanciers de l'Espadon Club réclament le droit de pêcher (La Voix du Nord)
Les membres de l'Espadon Club veulent créer un Comité local des usagers du port.
L'Espadon Club a fait le point sur ses activités.
La pêche sportive et récréative ne souhaite pas être accusée d'épuiser les ressources halieutiques. En France, ses adeptes ne pêchent qu'1% du total des captures. Et, pourtant les 140 sociétaires de l'Espadon boulonnais, en voyant leurs prises limitées à dix cabillauds par bateau et par jour, ont eux aussi subi la baisse des quotas vécue par les professionnels. Au cours de leur assemblée générale annuelle, présidée par Richard Renaux, ils ont affiché leur volonté de créer un Comité local des usagers du port (CLUP) avec leurs collègues du Yacht Club Boulonnais et de l'association des usagers du port de Boulogne (AUPPB) représentés par leurs présidents Jean-Georges Vincent et Paul Cogez. Au nom de la municipalité, le conseiller général Jean-Claude Étienne a dit travailler à la création d'une descente à bateau et à l'accueil, en 2010, du Tour de France à la voile. Enfin, lors du renouvellement de leurs instances, les membres ont réélu Laurent Bernard, Michel Coffre et Richard Renaux qui seront rejoints au comité par Patrice Baude et Joël François

Normandie - La Cité de la Mer s'amarre place du Théâtre à Caen (Ouest France)

La Rochelle - Le « Gatchina » est déchargé, mais saisi (Sud-Ouest)
Les marins russes ont perçu la moitié de leur salaire. Mais la saisie d'un créancier bloque à quai le cargo
Dans le bureau du commandant, les marins ont touché l'acompte des salairesLe déchargement du « Gatchina » s'est achevé à 10 h 45, hier. Mais le cargo dont les 14 hommes d'équipage s'étaient mis en grève pour obtenir le versement de trois mois de salaires de retard pour la majorité des marins, quatre mois pour d'autres, n'est pourtant pas près de quitter le quai du môle d'escale. Dans le Grand Port maritime de La Rochelle, il vient de tomber sous le coup d'une saisie conservatoire. Et plane sur son avenir immédiat la très sérieuse menace d'activation d'une seconde procédure de ce genre.

Esnandes. Recherché depuis dimanche soir, le Charonnais de 47 ans, parti samedi à la pêche, a été retrouvé hier matin, sans vie. Une enquête a été ouverte (Sud-Ouest)
Découverte, hier, du Charronnais disparu
La compagnie de gendarmerie de La Rochelle est en charge de l'enquête visant à déterminer l'origine et les circonstances du décès de Pascal Deslandes, 46 ans , sans profession, demeurant à Charron . Son corps sans vie a été retrouvé, hier matin, sur la plage de galets d'Esnandes (commune située au nord de La Rochelle), au lieu dit Coup de vague. Un promeneur avait donné l'alerte vers 7 heures
Dimanche soir , l'ex-femme de Pascal Deslandes, père d'un enfant, avait signalé sa disparition à la gendarmerie. L'homme n'était pas revenu de sa partie de pêche en mer. Elle avait été engagée, samedi, vers 15 heures, à bord d'un dériveur de trois mètres, embarcation équipée d'un petit moteur. L'homme, seul à bord, devait mettre des filets à l'eau dans la baie de l'Aiguillon«Dragon 17» en opération

Aucun commentaire: