lundi 9 mars 2009

Actualités du 9 au 13 mars 2009

Recherchez votre information dans la revue de presse ci-dessous Sinon allez à l'accueil de Regard sur la pêche et l'aquaculture

Pêche / Vente directe /Thonaille / Bolinche
Pêche dans le monde et outre Mer
Aquaculture / Conchyliculture
Commercialisation / Transformation /
Environnement / Pollution / Biodiversité
Divers / Loisirs


Pêche / Vente directe /Thonaille / Bolinche

La justice européenne condamne la France pour la pêche à la "thonaille" (Sud-Ouest)
Pêche. La Cour de justice européenne a rejeté jeudi un recours de la France contre l'interdiction de la pêche à la "thonaille", un filet controversé utilisé pour la capture de thons en Méditerranée, infligeant un revers au gouvernement et aux professionnels concernés.
L'Union européenne a banni cette pêche en 2002, considérée comme potentiellement dangereuse pour les cétacés, ce que les pêcheurs contestent. La France n'a pas respecté cette interdiction et demandait sa levée, ce qui a poussé la Commission européenne à saisir la justice européenne en 2007.
Jeudi, la Cour de Luxembourg a jugé que le recours de l'exécutif européen contre la France était "fondé".
"En s'abstenant de contrôler, d'inspecter et de surveiller de façon satisfaisante l'exercice de la pêche au regard de l'interdiction des filets maillants dérivants pour la capture de certaines espèces, et en ne veillant pas à ce que soient prises des mesures appropriées contre les responsables d'infractions à la réglementation communautaire (...), la République française a manqué aux obligations qui lui incombent", soulignent les magistrats dans leur jugement.

C'est le moment d'acheter... du poisson à l'étal dans le Var (Var Matin)
Près de 25 % des Français n'achèteraient jamais de poisson frais en raison de son prix révèle une récente étude (1). Et pourtant, les prix au kilo sur les étals n'auraient jamais été aussi bas.
« Dès que l'Italie et l'Espagne n'achètent plus, la France n'a pas la capacité d'absorber les surplus de captures et le marché s'effondre », expliquait hier Luis Camacho, porte-parole de la Confédération nationale des poissonniers écaillers.

Fécamp - Mettre en valeur le poisson (Paris-Normandie)
« Le Mordu » débarque sa pêche chaque jour aux alentours de 15 heures FECAMP.En pleine crise de la pêche, Pascal Hodierne, pêcheur à la ligne, nous livre les secrets de sa survie.

Boulogne : baisse des prix du poisson mais pas de hausse dans les assiettes (La Voix du Nord)
Le prix du cabillaud est en baisse depuis le mois de janvier. Une répercussion visible sur les étals. À Boulogne, les prix du poisson débarqué s'effondrent. En bout de chaîne, les poissonneries répercutent-elles la baisse des prix ? Sans doute. Mais les habitudes alimentaires restent bien ancrées et le poisson a du mal à convaincre les consommateurs.
« Le prix du poisson a baissé depuis janvier. »

Le marché du poisson est désorganisé mais le consommateur n’en profite pas (La Charente libre)
A La Rochelle et à La Cotinière, la filière pêche subit l'actuelle chute des cours. Le port oléronnais voudrait en profiter pour gagner une nouvelle clientèle

Pays Basque - 500 kg de poisson à la criée (Le Journal)
500 kg de poisson ont été vendus en un temps record hier à la criée de Saint Jean de Luz. Les pêcheurs avaient organisé cette vente directe «déclarée» pour sensibiliser l'opinion à une double actualité : l'effondrement des prix et la surabondance de la pêche actuelle. L'opération est renouvelée jusqu'à vendredi.

Vente directe : rébellion sur les quais du port de Saint-Jean-de-Luz – Ciboure (Le Journal)
La rébellion des pêcheurs luziens s'est donc poursuivie hier matin sur le site de l'ancienne criée de Saint-Jean-de-Luz, où certains adhérents de la coopérative Logicoop ont continué à jouer les «hors-la-loi» du filet en outrepassant le cadre légal fixé par la communauté portuaire et la CCI, concessionnaire du port, concernant la vente directe ou vente à la table. Rappelons peut-être que la décision du Conseil Portuaire a délimité le périmètre de la vente directe au niveau de l'actuelle criée de Ciboure, ce qui n'est visiblement pas du goût des pêcheurs luziens adhérents de Logicoop : «La CCI nous a sanctionné en nous retirant la gestion de l'outillage public (pontons, grues, chariots élévateurs...) et en nous confisquant arbitrairement le dossier sur les ventes à la table pour le reprendre à son compte.

La Maison des 5 Sens offre un cours de cuisine en soutien ... aux pêcheurs de St Jean de Luz (Bordeaux Actu)
L’association Entre-Deux-Mets vous propose de découvrir les pêcheurs de Saint Jean de Luz Ciboure et la conserverie Jean de Luz, le vendredi 20 mars 2009 à 18h00 à la maison des 5 sens. Entre Deux Mets propose un cours de cuisine pour apprendre à préparer le poisson, le vider, l’écailler, quelques suggestion de recettes pour 5 euros et le panier de la mer à 30 euros. Une bonne idée pour tordre le cou aux idées reçues sur le poisson et un bon moyen pour découvrir le travail des pêcheurs de Saint-Jean-de-Luz - Ciboure et participer à leur soutien.

Pays Basque - Parillada de désaccords sur les étalages des pêcheurs luziens (Le Journal)
Un vent de rébellion serait-il en train de prendre place sur les étalages des pêcheurs luzien ? C'est tout du moins la question que l'on peut se poser alors que certains pêcheurs adhérents à la coopérative Logicoop ont opté pour la vente directe (à la table) dans les locaux de l'ancienne criée de Saint-Jean-de-Luz. Une pratique qui s'inscrit à contre-courant de la décision du Conseil Portuaire délimitant le périmètre de la vente directe au niveau de l'actuelle criée de Ciboure. Rappelons peut-être que si la vente directe est autorisée dans le cadre fixé par la communauté portuaire et la CCI de Bayonne (concessionnaire du port), en l'occurrence sur le site de la criée de Ciboure et que des avertissements ont d'ores et déjà été attribués, ces «hors-la-loi» du filet, ces rebelles du merlu dénoncent

Pacte territorial, effet de mode ou opération concrète (CLPM Le Guilvinec)
Le pacte territorial proposé à la signature des professionnels de la pêche maritime et des collectivités territoriales le vendredi 13 mars 2009 à Quimper, peut être à la fois un effet de mode et une opération concrète. Naturellement, il sera ce qu’en feront les protagonistes. Pour le moment c’est un diagnostic qui ouvre la réflexion sur une sorte de document d’objectifs à atteindre dans les deux ou trois ans. Comment et avec quels financements ? Cela reste obscur. Le Comité des pêches du Guilvinec reconnaît la qualité de l’exercice, qui n’est jamais simple en période troublée. Cependant, plusieurs idées peuvent poursuivre la réflexion engagée en allant du plus théorique au plus concret

Pays Basque - Deux chapiteaux vont être mis à la disposition de la vente de poisson (Le Journal)
En milieu de semaine prochaine, le Conseil d'administration de la criée de Ciboure mettra en place des chapiteaux sur le quai Pascal Elissalt. En attendant la réhabilitation de la halle à marée qui avait subi un incendie, il va mettre ces chapiteaux à disposition de la vente directe des produits de la pêche aux consommateurs.
Ces chapiteaux seront entièrement équipés à cet effet, d'après ce qu'a annoncé le Conseil d'administration de la criée. Selon ses propos, depuis mai 2008, «le port dispose de tous les outils pour permettre à un producteur de vendre directement les produits de la pêche dans le cadre du service public et dans le respect des décisions prises par la communauté portuaire».
Effectivement, le Conseil portuaire a mis en place cette possibilité le 25 août 2008. Depuis, il a fourni des tables de vente et des balances et assure le stockage des produits mis à la vente dans les chambres froides de la criée.
À cet effet, le Conseil général avait défini l'emplacement dédié pour cette vente sur le quai Pascal Elissarte.

Finistère - Pêche au bar. Les pélagiques montrés du doigt (Le Télégramme)
Après les bolincheurs, il y a quelques jours, c'est au tour des chalutiers pélagiques d'être montrés du doigt. Les ligneurs du Nord-Finistère les accusent d'aller «taper» dans les bancs qui se forment durant la période de frai. Cette pêche n'est pas illégale. Chaque chalutier pélagique (ils travaillent en paires pour tirer le chalut) est autorisé à débarquer cinq tonnes par bateau et par semaine. «Le problème, c'est qu'une paire a débarqué 10 tonnes samedi dernier, et 10 tonnes le lundi, donnant ainsi l'impression que la règle des 5 tonnes par bateau et par semaine était respectée. Nous sommes persuadés que ce poisson a été pêché pendant la même marée. Ce qui serait illégal. La preuve, le lundi, le poisson n'était plus très beau. Il est parti à un prix très bas». Selon les ligneurs, plusieurs chalutiers (de Lorient et de La Turballe) travailleraient en ce moment au large du Nord-Finistère.
Dorades: le parc marin d'Iroise réagit
Concernant la pêche illégale de deux tonnes de dorades roses en baie de Douarnenez par un bolincheur, fin février, le conseil de gestion du parc marin d'Iroise, réuni mardi, a demandé que des «sanctions très sévères soient prises à l'encontre des contrevenants».

Morbihan - Pêche illégale de pouces-pieds. Trois Espagnols interpellés (Le Télégramme)
Hier, en milieu de journée, l'unité littorale des Affaires maritimes du Morbihan et le garde juré du comité local des pêches d'Auray-Vannes ont interpellé trois hommes de nationalité espagnole suspectés de braconnage sur la côte sauvage de la presqu'île de Quiberon. Ils se livraient à la pêche au pouce-pied, sans autorisation. Ils avaient déjà été signalés aux autorités. Hier, ils ont été pris avec 70kg de pouces-pieds, qui ont été saisis. Ce crustacé est très prisé en Espagne où il se vend autour de 50 € le kilo. Mais sa pêche est sévèrement réglementée en raison de la faiblesse de la ressource. Sur la côte quiberonnaise, les licences de pêche comme les jours de pêche autorisés sont très limités. Les trois braconniers présumés seront convoqués ultérieurement devant le tribunal correctionnel de Lorient.

Tourisme. La pêche veut embarquer (Le Télégramme)
L'embarquement des touristes à bord de bateaux de pêche reste marginal, malgré les projets. La conséquence, en partie, du flou de la réglementation.
Attirer de nouveaux touristes en proposant des embarquements synonymes de revenus complémentaires pour une pêche en proie aux crises successives. L'idée réunissait, la semaine dernière, au Guilvinec, les professionnels des deux secteurs d'activité, le temps d'un colloque. Des professionnels soucieux de formaliser une pratique partagée par bon nombre de bateaux, chaque été. Mais pas à n'importe quel prix. Pour Hélène Tanguy, maire du Guilvinec, il n'est pas question de faire de cette économie littorale «une décoration». Le port bigouden en a d'ailleurs tiré un atout en créant Haliotika. La cité de la pêche a accueilli, l'an passé, près de 29.000visiteurs, curieux de la pêche cornouaillaise et de son environnement. Une complémentarité pas toujours évidente, n'a pas manqué de rappeler René-Pierre Chever, le secrétaire du comité local des pêches, soulignant le différend opposant les pêcheurs à pied de la baie d'Audierne aux maires de deux communes.

Bruno Claquin réélu au comité des pêches de Douarnenez (Ouest-France)
Patron d’un petit côtier, Bruno Claquin, 45 ans, vient d'être reconduit, comme président du comité des pêches de Douarnenez. Il va continuer de militer en faveur du parc marin et d’une « pêche durable ». Il sera entouré par deux vice-présidents : Erick Guégan (un pêcheur à pied) et André moalic (patron-pêcheur). Durant le dernier mandat, la pêche hauturière a déserté le port du Rosmeur qui a perdu une dizaine d’unités.

Saint-Jean-de-Luz - Ventes directes : pétitions des pêcheurs (Sud-Ouest)
Plusieurs pétitions circulent depuis hier sur le port de Saint-Jean-de-Luz, au milieu des ventes directes, pour dénoncer les écarts de prix pratiqués entre pêcheurs, mareyeurs et poissonniers. La coopérative de pêcheurs Logicoop, notamment, a réuni une cinquantaine de signatures pour soutenir son action qui l'oppose principalement à la CCI, concessionnaire du port. Une autre pétition, s'exprimant au nom des pêcheurs et des anciens marins luziens entre autres, réclame pour sa part « la création d'un espace de valorisation de la pêche artisanale sur le port » pour vendre sa production.

Des amendes requises à Lorient contre quatre militants de la pêche à pied (Ouest-France)
Que reprochait-on cet après-midi à ces quatre hommes, tous soixantenaires ? D’avoir acheté des palourdes à des pêcheurs locaux, adhérents comme eux de l’association SOS petite mer de Gâvres.
La loi interdit achat ou vente de ces coquillages par des non professionnels. L’association compte 400 adhérents, elle joue selon ses responsables un rôle de « régulateur social » en offrant un complément de revenu utile par temps de crise. Tous les bénéfices sont reversés à des œuvres caritatives. « Nous défendons la tradition, le droit coutumier, nous sommes soutenus par sept maires du canton », se sont défendus les bénévoles.
Le procureur a demandé que la loi soit respectée et a requis une amende de principe contre les quatre hommes. Avec un petit plus pour le président Alain Malardé, déjà condamné pour d’autres combats militants. Jugement le 13 mai.

Lettre des Prud’homies à leur Ministre : Réforme des comités des pêches : quel lien entre l’Etat et la gestion locale de la pêche et des territoires ?
Nous étudions le projet de réforme des organisations professionnelles de la pêche et constatons que celui-ci ne prend pas en compte la situation méditerranéenne, soit 85% de petits métiers répartis sur plus de 2 000 km de côtes (Corse incluse) et représentés par 120 prud’hommes pêcheurs nouvellement élus et ce, par un système d’élection directe tout à fait démocratique.

Crise de la pêche. La baisse des prix est liée à la faible demande et à la surproduction. Explications - Une baisse de 25 % - (Sud-Ouest)
À la criée de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure, les prix ont du mal à décoller.
Les pêcheurs du port de pêche de Saint-Jean-de-Luz-Ciboure traversent une crise sans précédent. Ce qui contraint certains à multiplier la vente directe aux consommateurs. Pourtant, à terme, ce « sparadrap » ne suffira pas à la cicatrisation d'une plaie profonde. Cette crise est la conjonction de plusieurs facteurs, la conjoncture bien sûr qui a comme première conséquence de diminuer la demande.

Pêche à la palourde. Un droit coutumier ? (Le Télégramme)
Aujourd'hui, le tribunal de Lorient jugera quatre membres de l'association SOS Petite mer de Gâvres. Ils défendent la coutume. On leur reproche une activité illicite.
Que reproche-t-on exactement à ce bureau de SOS Petite mer de Gâvres: de collecter la récolte de dizaines de pêcheurs à pied et de la revendre à des ostréiculteurs. L'association sert d'intermédiaire entre des pêcheurs amateurs et des professionnels. Complément de revenus
Ainsi les pêcheurs à pied

Var - La pêche, un métier discret qui se porte bien (La Marseillaise)
La pêche côtière varoise est une filière artisanale très impliquée dans la protection de l’environnement.
Salon de l’Agriculture. Le comité local des pêches maritimes et élevages marins du Var est présent pour la 1ère fois Porte de Versailles. L’occasion de promouvoir un secteur resté artisanal. C’est la première fois que les pêcheurs, accueillis sur le stand de la Chambre d’Agriculture du Var, participent au Salon de l’Agriculture.

Pêche illégale: contrôles insuffisants face à l'effondrement des stocks (Romandie)
PARIS - Experts et représentants des associations de défense de l'environnement ont lancé mardi un appel au renforcement des contrôles pour lutter contre la pêche illégale, lors d'un séminaire organisé à Paris au siège du WWF-France.
La pêche illégale représente jusqu'à 40% des prises totales de certaines flottes de pêche dans les eaux européennes, a rappelé cette ONG, soulignant que "l'Italie, la France et l'Espagne remportent la palme des infractions importantes relevées dans l'UE en 2006".
Grâce à un nouveau système de transmission des données par satellite (Sati), la France a renforcé son système de contrôle sur les navires-usines de pêche, a expliqué Charles Braine, du WWF-France.
"Ce dont nous avons besoin maintenant est un système de contrôle efficace et gérable pour la flotte artisanale française", a-t-il ajouté. La surcapacité des flottes de l'Union Européenne "est une des causes sous-jacentes de la pêche illégale", a estimé Uta Bellion, Directrice du Programme marin européen de Pew.

Comité local des pêches de Paimpol. Yannick Hémeury reconduit (Le Télégramme)
Les élections du comité local des pêches de Paimpol (22) ont eu lieu cet après-midi. Yannick Hémeury, candidat à sa propre succession, a été réélu par 70 % des suffrages (26 votants, 18 voix pour). Le 17 avril prochain, il sera candidat au comité régional face à André Le Berre, président sortant (Pont Labbé) et Pascal Leclerc (Saint-Malo).

Les 40 mesures qui doivent sauver la pêche (Le Télégramme)
Le pacte pour une pêche durable en Cornouaille 2009-2012 sera officiellement présenté vendredi à Quimper à 18 h au pôle universitaire. Le document présentant l'ensemble des mesures et des objectifs pris posés par les collectivités à découvrir, en avant-première, ci-dessous. Lors la crise de la pêche de 2008 et la flambée du gazole, la CCI avait organisé en septembre de l'année dernière à Fouesnant un colloque. L'idée avait alors été lancée d'un pacte territorial pour tenter de définir l'avenir de la pêche cornouaillaise et pour faire en sorte que tous les acteurs de la filière parlent d'une même voix.
Six mois après, le pacte pour une pêche durable en Cornouaille associe la préfecture, le conseil général du Finistère, la CCI, la Région Bretagne, le Pays de Cornouaille et les professionnels. Il définit une quarantaine d'actions concrètes pour alimenter le débat qui vient de s'ouvrir de la révision de la Politique commune des pêches en 2012.
Le pacte cible cinq objectifs : les métiers, les navires, les apports, la qualité du poisson et la commercialisation, l'organisation portuaire, la restructuration de la filière.

Pêche. La réplique des bolincheurs (Le Télégramme)
Ils avaient dénoncé la pêche de dorade rose réalisée par l'un des leurs. Montrés du doigt par les ligneurs, les bolincheurs dénoncent aujourd'hui l'amalgame.
Le dialogue n'est pas interrompu, mais la confiance bien entamée entre bolincheurs et ligneurs. Montrés du doigt depuis de nombreuses années, les adeptes de la senne avaient tenté de démontrer leur bonne volonté en signant un «p

« La pêche à la bolinche, un beau métier » (Ouest-France)
« La pêche à la bolinche est un beau métier. Même si l’un des nôtres a commis une faute, » a lancé Didier Le Gloanec, président des bolincheurs de Bretagne à l’issue d’une assemblée générale de ses adhérents, hier à Saint-Guénolé. La profession entend mettre les choses au point après la médiatisation par les ligneurs de la pêche frauduleuse de deux tonnes de dorades en baie de Douarnenez par un sardinier. « Et il ne faudrait pas laisser entendre que nous sommes tous des tricheurs. » Les bolincheurs ont adoptés des règles: « C’est même nous qui avons eu l’idée d’interdire la dorade au filet tournant dans la mesure où le quota de pêche est vraiment trop faible. » Mais il y a aussi l’interdiction de travailler les week-ends et jours fériés, de capturer plus de 30 tonnes de bar et de dorades grises dans l’année, etc. « Et nous avons même un projet d’éco-certification pêche responsable. »

Port de la Cotinière : « Cela vaut le coup d'investir » (Sud-Ouest)
Christophe Sueur se dit très soucieux de l'avenir du port de la Cotinière et rappelle les projets d'extension et de rénovation, évalués à quelque 40 millions euros. Ce dossier avait d'ailleurs été au centre de la campagne électorale. Il n'est pas tombé à l'eau depuis. La nouvelle municipalité a lancé une étude planifiée par la précédente. Les conclusions définitives seront déposées ce mois-ci et un débat s'engagera avec les différents partenaires, dont le Conseil général et les professionnels.
Mais, déjà, quelques pistes ont été dégagées. Il s'agirait bel et bien de construire une nouvelle criée - pas trop petite mais pas démesurée non plus pour que les coûts de fonctionnement ne flambent pas - et un troisième bassin.
Les recettes stagnent
Patrick Moquay rappelle que le port est géré dans le cadre d'un budget annexe qui n'est pas alimenté par les impôts locaux mais par les recettes liées à l'activité du port. Mais là aussi, la mairie n'a pas vraiment les coudées franches car les recettes stagnent et ont même tendance à baisser.
« Et l'investissement est très lourd dans une conjoncture difficile, même si ce port tire bien son épingle du jeu », note Patrick Moquay. Cela dit, les résultats de l'étude donnent de l'espoir.
L'analyse des risques révèle que la flottille de la Cotinière se maintiendra quasiment à son niveau actuel même si le carburant augmente et si certains marins partent à la retraite.
« La dépendance des navires par rapport à des réductions de quotas pour certaines espèces a également été étudiée, bateau par bateau, et le risque fort ne concernerait que 10 % de la flottille. Donc, par rapport à d'autres ports, il y a vraiment des perspectives et cela vaut le coup d'investir. »

L'Union européenne va fixer en juin le quota de pêche à l'anchois (El Mundo)


Pêche dans le monde et Outre-Mer

Menace sur la pêche – Pêche à la réunion (Témoignages)
A La Réunion, l’activité de pêche se répartit en trois catégories : la petite pêche, la pêche palangrière et la grande pêche. La flotte réunionnaise est largement constituée d’embarcations de moins de 10 mètres (soit 86,3% des navires de pêche) qui pêchent à proximité des côtes en sorties de moins de 24 heures (petite pêche). (Voir graphique “Navire de pêche selon le genre de navigation à La Réunion”).
Plus de la moitié des marins inscrits au rôle du quartier des Affaires maritimes de La Réunion pratiquent cette petite pêche. Les prises de ce type de pêches sont destinées en quasi-totalité à l’approvisionnement du marché local. On constate que la quantité péchée par la petite pêche est en diminution depuis 2006 (quantités péchées de l’ordre de 700 tonnes). Ceci est lié en grande partie aux conditions climatiques (houle, fréquence des phénomènes cycloniques...) qui limitent les sorties en mer, mais aussi à la raréfaction des poissons près des côtes. Par contre, on constate que la tendance de quantités importées est à la hausse (aussi bien en volume qu’en valeur). Notre île a importé en 2007 pour 9.695 tonnes de poissons, soit l’équivalent de 45,3 millions d’euros. Le déficit de notre balance commerciale de la filière pêche s’est creusé en 2007 pour atteindre 10,7 millions d’euros.

Algérie - Le secteur de la pêche se renforce dans l’ouest du pays - Réception du port de Kristel à Oran en juillet prochain (La Tribune)
Le secteur de la pêche sera renforcé à Oran par la réception du port de pêche de Kristel, selon des responsables locaux.
La réalisation de ce port de pêche, confiée à une entreprise algéro-turque, vise notamment à doter cette partie du littoral oranais, connue pour ses potentialités halieutiques, d’un site moderne répondant aux attentes des gens de la mer de cette localité balnéaire, souligne le DTP. Une fois opérationnelle, la future infrastructure, prévue pour abriter 130 embarcations légères, contribuera à la création de pas moins de 1 000 postes d’emploi directs et indirects, indique le même responsable. Des espaces de commercialisation des produits halieutiques et des ateliers de fabrication de glace pour la congélation et la conservation du poisson figurent parmi les structures programmées dans le sillage de l’exploitation de ce port de pêche, appelé

Haïti importe 75% de sa consommation de poissons (Le Nouvelliste)
Les importations haïtiennes de poissons représentent encore près de 75% de sa consommation annuelle, en dépit des énormes potentialités offertes par les 1535 km de côtes d'Haïti, selon un document de travail non encore officiel de la secrétairerie d'Etat à la production animale. La République d'Haïti, une presqu'île de 27 750 km carrés, ne produit que 157 tonnes de poissons annuellement.

Russie: 44 pêcheurs dérivant sur un morceau de banquise secourus (AFP)
MOSCOU, 7 mars 2009 (AFP) - Les autorités russes ont annoncé samedi avoir secouru 44 pêcheurs sur glace restés prisonniers de morceaux de banquise qui dérivaient sur l’océan près de l’île Sakhaline, dans l’Extrême orient russe.
"Au total, les bateaux des secours et employés ministériels ont ramené 44 amateurs de pêche sur glace sur la terre ferme", a déclaré Olga Alkina, une porte-parole des services régionaux d’urgence, sur la télévision Vesti-24. "Ils se sentent tous bien et n’ont besoin d’aucun soin", a-t-elle ajouté. Les pêcheurs se trouvaient sur un pan de banquise qui s’est rompu en deux et a commencé à dériver sur l’océan Pacifique, a précisé l’agence Interfax. Ils ont alors appelé à l’aide avec leurs téléphones portables, et ont été secourus alors qu’ils avaient dérivé d’environ un kilomètre, selon l’agence. L’incident a eu lieu au sud-ouest des côtes de Sakhaline, une île située juste au nord du Japon, et où la pêche sur glace est un loisir très populaire.

Canada - La saison des pêches en eaux incertaines (Le Soleil)
Le homard, le crabe et même la crevette sont considérés en temps de récession comme des produits de luxe, qu risquent donc d'être délaissés par les consommateurs américains.
Il reste quelques solides chutes de neige à recevoir dans les régions maritimes du Québec mais mars symbolise néanmoins le retour des pêches commerciales. D'ici la première semaine d'avril, la pêche de la crevette dans le golfe Saint-Laurent et la pêche du crabe dans l'estuaire seront mis en branle.
L'année 2009, avec sa récession, pourrait être fertile en rebondissements. À la baisse de consommation anticipée en raison de la récession se juxtapose un courant dont l'effet est stimulant, soit la dévaluation du dollar canadien, susceptible de stimuler les exportations.

Québec- Industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales (Mapaq)
Le ministre Laurent Lessard dresse un bilan positif du Plan d'action ministériel « Ensemble pour la viabilité de l'industrie »
Un an après le lancement du Plan d'action ministériel pour l'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales, le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, présente un bilan impressionnant aux représentants de l'industrie qu'il a réunis aujourd'hui à Québec pour une rencontre visant à faire le suivi de ce plan d'action.

Tanzanie : campagne contre la pêche illégale dans la ZEE (Xinhua)
DAR ES-SALAAM, 7 mars (Xinhua) -- La Tanzanie a pris des mesures dans la lutte contre la pêche illégale au large de ses côtes dans l'océan Indien en faisant payer aux chalutiers attrapés une amende de 16 millions de dollars américains chacun ou en confisquant les bateaux de pêche.
Ces mesures ont été annoncées par le ministère tanzanien du Développement de l'élevage et de la pêche au moment où le pays lance une opération spéciale de six jours le long de ses côtes afin d'interdire la pêche non enregistrée ou non annoncée dans la Zone économique exclusive (ZEE) du pays.
"Nous en avons assez de la pêche illégale faite par des pays étrangers", a expliqué le ministre de l'Elevage et de la Pêche, John Magufuli, lors du lancement de la campagne, "Ils ont volé nos ressources maritimes au cours des 50 dernières années. Voilà la raison pour laquelle le secteur de la pêche en Tanzanie contribue seulement avec 1,6% au PIB".
La pêche dans le lac Victoria apporte à la Tanzanie un revenu annuel de 186 millions de dollars tandis que la pêche côtière dans l'océan Indien produit seulement 742.500 dollars par an, selon le ministre.
L'Afrique du Sud, le Mozambique et le Kenya participent aussi à l'actuelle campagne de patrouille maritime visant à lutter contre la pêche illégale dans leurs ZEE.


Aquaculture / Conchyliculture

Coprema. du skiff au chaland mytilicole
«Notre valeur ajoutée, c'est l'innovation», témoigne Gilles Rolland, cogérant du bureau d'étude en architecture navale de Pont-l'Abbé (29). Le cabinet (six salariés) met, actuellement, son expertise au service de projet de transformation de chalutiers et même d'un superyacht. Mais le dernier né de la table à dessin est un chaland mytilicole de 17m pour la baie du Mont-Saint-Michel. Ce navire amphibie répond à un nouvel éloignement des parcs à moules. S'y ajoute le skiff du thonier océanique Franche Terre, actuellement en construction au chantier Piriou (Concarneau). Le bureau d'étude s'en est fait une spécialité au point de réaliser les skiffs de l'ensemble des armements thoniers océaniques français.

Arcachon – Arès : L'excellence ostréicole se porte bien (Sud-Ouest)
Romain, le fils de Jean-François, Jean-François et Max Duvignac en plein travail de préparation de leurs huîtres. (photo j.-p. d.)
Comme 2004, 2006, 2007 et 2008, le GAEC Duvignac a été distingué par une médaille au concours général agricole, une médaille d'argent en l'occurrence. Quand on sait que la distance entre l'argent et l'or ne se joue que de très peu, on peut mesurer la performance.
Un prix de la régularité

Ostréiculture. Le député François Deluga vient d'écrire au ministre de la Santé
Le test souris inquiète toujours (Sud-Ouest)
Dans un courrier envoyé au ministre de la Santé Roselyne Bachelot, le député François Deluga s'inquiète du retard pris par le nouveau protocole de contrôle des huîtres, en attente de validation par la Commission européenne.

Saint-Pabu. Le projet des deux parcs ostréicoles tombe à l'eau (Le Télégramme)
Les deux parcs ostréicoles en discussion à Saint-Pabu sont abandonnés. Le préfet maritime n'a pas soutenu leur création. Le professionnel se dit surpris mais se range derrière cette décision. Une première demande avait été formulée en 2004. Le projet avait déjà été refusé par le préfet du Finistère. Cinq ans plus tard, c'est le préfet maritime qui estime, cette fois, que: «Le projet ne répond pas aux objectifs de cohérence économique et structurelle que les services de l'État visent à développer sur le domaine public maritime». L'ostréiculteur Pascal Charreteur, 46 ans et exploitant déjà neuf hectares de parcs dans l'Aber Wrac'h, se dit surpris par une telle décision. «J'ai déposé ces projets dans l'optique de faire vivre le secteur et de développer une activité professionnelle génératrice d'emplois pour la région. Je croyais que cela allait dans le bon sens. J'estime que l'aquaculture a sa place en Bretagne. Mais je me plie à cette décision prise en plus haut lieu». L'ostréiculteur, installé depuis 1992, va pouvoir désormais se concentrer sur ses parcs en exploitation. Il confirme ne pas avoir d'autres projets d'extension, «trop difficiles à faire aboutir sur le terrain». La commune ainsi que l'imposant comité de riverains opposés à ce projet vont maintenant essayer d'obtenir un classement des plages concernées pour préserver la spécificité des activités nautiques et de loisirs à cet endroit.


Commercialisation / Transformation /

Agriculture biologique : la guerre des labels ? (Novethic)
Le nouveau règlement européen sur l’agriculture biologique a été présenté lors d’une conférence de l’Agence bio, jeudi 9 octobre. Pas de grands changements sur le fond, mais l’imposition, dès le 1er janvier 2009, d’un label bio européen qui remplacera les labels nationaux des pays de l’Union. Les agriculteurs craignent que le bio français ne perde de sa valeur.

Bruxelles demande à l'Équateur d'améliorer le contrôle de ses produits aquacoles (Agroalimentaire)
La Commission européenne a adressé une recommandation à l'Équateur l'incitant à améliorer ses contrôles dans le cadre de la détection des résidus vétérinaires dans les produits issus de l'aquaculture.
Bruxelles considère que de façon générale, l'Équateur inspecte correctement ces produits et que les programmes de contrôle nationaux sont conformes aux exigences de l'UE. Néanmoins, la Commission estime qu'il existe un manque de contrôles efficaces dans le commerce de détail. La présence sur le marché équatorien de produits contenant des substances interdites dans l'UE ne permet pas de garantir que les produits envoyés vers le marché européen sont totalement en adéquation avec les exigences européennes. Bruxelles précise toutefois que les inspections menées dans des piscicultures équatoriennes en 2008 n'ont pas permis de mettre en évidence l'usage de substances vétérinaires interdites dans l'UE.

Les Italiens apprécient les surgelés (Agroalimentaire)
L'opinion des Italiens sur les surgelés est positive, et 90% estiment qu'ils ont été améliorés par rapport au passé. Les produits les plus appréciés sont les légumes/soupes (20,9%), devant « quattro salti in padella » (16,5%) qui, bien qu'étant une marque (Findus), est associé à un produit. En 3ème position arrivent les poissons panés.
Les personnes consomment des surgelés pour plusieurs raisons : car ils sont prêts à manger (63%), la durée de conservation (58%), la consommation de produits hors saison (24%), le prix modéré et le gain de temps (14%), et l'absence de conservateurs (9%).

Une délégation du Canada atlantique participera au Salon international des produits de la mer de Boston 2009 (Shediac)
Une délégation de 23 entreprises et organismes représentant l'industrie des produits de la mer du Canada atlantique se rendra bientôt au plus important salon international des produits de la mer de l'Amérique du Nord, l'International Boston Seafood Show de 2009. Ce salon annuel, qui aura lieu à Boston (Massachusetts) du 15 au 17 mars, attire d'importants acheteurs et vendeurs de produits de la mer de plus de 90 pays. Cette mission commerciale est organisée par l'Agence de promotion économique du Canada atlantique en partenariat avec les quatre provinces de l'Atlantique.

Fish Morocco: Un salon sans poissons (L’Economiste)
Les industriels de la pêche représentés uniquement par leur association
La stratégie du secteur dévoilée très prochainement - La sixième édition d’Agadir Fish Morocco a été marquée par une grande affluence de visiteurs. Selon les organisateurs, cette nouvelle édition du Salon international de la pêche et de la valorisation des produits de la mer, qui s’est achevée dimanche dernier, a enregistré un nombre de plus de 8.000 visiteurs professionnels. Au rendez-vous également une centaine d’exposants, mais pas un kilo de poisson à travers les stands. Les produits de la pêche n’étaient en effet exhibés dans aucun stand. Les industriels de la pêche n’avaient pas jugé nécessaire de participer à la rencontre. Ils étaient toutefois représentés par leur association.

Agadir Fish Morocco - Un rendez-vous annuel incontournable (Le Matin)
Le Salon international de la pêche et de la valorisation des produits de la mer (Fish Morocco), dont la 6e édition est organisée du 5 au 8 mars à Agadir, est devenu un rendez-vous annuel incontournable dans l'agenda des opérateurs du secteur, toutes filières confondues, aussi bien marocains qu'étrangers.
La grande importance dont jouit ce secteur procède principalement du fait qu'il constitue un secteur stratégique dans le tissu économique national, et les données attestent qu'il peut attirer davantage d'investissements créateurs de richesse et de postes d'emplois, d'où l'appellation qui lui a été conférée : «valorisation des produits halieutiques».
Il suffit de rappeler certains chiffres pour montrer l'importance de ce secteur vital pour l'économie nationale et ce, à plusieurs niveaux. En effet, le secteur des pêches maritimes emploie quelque 400.000 personnes, la production totale des poissons au niveau national a dépassé l'année écoulée un million de tonnes pour une valeur globale estimée à 7,8 MMdh, enregistrant ainsi une hausse de 15 pc du volume des poissons capturés et de 24% au niveau de la valeur.

L'industrie agroalimentaire résiste à la crise (Ouest France)
Rennes accueille 1 200 entreprises, ce mardi, au Parc des expositions, dans le cadre du CFIA (1).Le secteur échappe aux plans sociaux, mais l'intérim trinque.
« Le monde agroalimentaire résiste bien à la crise. Il connaît peu de plans de licenciements et de délocalisations ». Commentaire, un brin optimiste, de Michel Houdebine, membre de l'Association bretonne des entreprises agroalimentaires, le 1er mars, à Pontivy (Morbihan). Le premier secteur économique de l'Ouest (56 890 emplois directs en Bretagne, 44 442 dans les Pays de la Loire, 13 154 en Basse-Normandie) affiche une relative bonne santé malgré la crise.

Management de la sécurité des produits de la mer - Clôture à Agadir d'un stage de cadres africains (Le Matin)
Le 2e stage régional sur le management de la sécurité sanitaire des produits de la mer, inscrit dans le cadre de la phase II du programme de coopération tripartite Maroc- Japon-Autres pays africains, s'est achevé vendredi à l'Institut supérieur des pêches maritimes (ISPM) d'Agadir.
La cérémonie de clôture de cette manifestation s'est déroulée en présence du directeur de la formation maritime et de la promotion socioprofessionnelle, et des représentants de l'ambassade du Japon à Rabat et de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), du représentant de l'Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), des autorités locales et de plusieurs autres personnalités.
Une vingtaine de cadres originaires de sept pays d'Afrique, membres de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les Etats africains riverains de l'Océan Atlantique (Comhafat) en plus de Madagascar, ont pris part à ce stage. Il s'agit du Bénin, du Cameroun, de la Côte d'Ivoire, du Gabon, de la Guinée, de la Mauritanie et du Sénégal.
Entamé le 2 février dernier, cette formation a été animée par les enseignants du département «industrie de la pêche» de l'ISPM d'Agadir, des responsables du Département de la pêche maritime, en collaboration avec des universitaires, des experts et les professionnels du secteur de la ville d'Agadir.


Environnement / Pollution

Insoupçonnables pets de mollusques et changement climatique (Univers-Nature)
Après les vaches, voici que les mollusques sont eux aussi soupçonnés de participer aux émissions de gaz à effet de serre. D’après des recherches menées à l’Institut Max Planck (1) en Allemagne, les flatulences des larves d’insectes aquatiques et des mollusques renvoient à l’atmosphère des oxydes de nitrate, dont les célèbres monoxyde et protoxyde d’azote (2), dans des quantités encore non-estimées à ce jour, mais qui, selon les chercheurs « pourraient avoir un effet nocif important sur l'environnement ». Ces rejets gastriques « toxiques » se produisent dans des milieux pollués par les activités humaines, et il semblerait que plus les apports en nitrates sont importants, en provenance des eaux résiduelles ou encore de l’agriculture, plus la production de gaz par ces petits animaux aquatiques risque d’être sérieuse. Alors, pour lutter contre le changement climatique, après nous avoir proposé de manger du kangourou plutôt que des vaches, de modifier l’alimentation des bovins, de vacciner les ruminants, ou encore on ne sait quelles manipulations génétiques ad hoc, pourquoi pas des pots catalytiques sur les escargots ?
Nous pourrions sinon, éventuellement, penser à réduire la pollution…
Elisabeth Leciak
1- Institut Max Planck (en allemand).
2- Le protoxyde d'azote N2O est un puissant gaz à effet de serre ayant un pouvoir de réchauffement global (PRG) sur 100 ans 310 fois plus élevé qu'une masse équivalente de dioxyde de carbone CO2 (source : ADEME).

Sénégal – Surexploitation : Pollution, extraction du sable marin, surpêche… : L’homme, l’ennemi de la mer (Le Quotidien)
L’extraction abusive des ressources, mais aussi certaines activités liées aux actions de l’homme, telles que la pollution et l’extraction abusive du sable de mer ainsi que la mangrove, constituent entre autres les menaces auxquelles fait face le Sénégal.

Pays Basque - Qualité des eaux : la CABAB noie le poisson (Le Journal)
Dans notre édition d'hier, nous abordions l'intervention du vice-président de la CABAB en charge de l'assainissement et du traitement des déchets, Guy Mondorge qui évoquait d'une part la perspective du renforcement, en 2010, des normes sanitaires de la directive européenne sur la qualité des eaux de baignade et d'autre part les pollutions bactériologiques récurrentes à chaque forte pluie, au niveau de la plage des Sables d'Or à Anglet, condamnée, de ce fait, en pleine période estivale à des fermetures sanitaires que l'on imagine dérangeantes pour les élus locaux. Et ce malgré les 138 millions d'euros investit par la CABAB dans la rénovation du réseau de traitement des eaux usées.

Sud Charente- Les élus « pris à la gorge » (Sud-Ouest)
Le golfe de Saintonge, vu de la tour de Broue.
Les élus de la Communauté de communes Sud-Charente craignent de voir leurs prérogatives entamées, en raison d'un projet de classement du site de l'ancien golfe de Saintonge. Ils ont exprimé cette inquiétude, à Beaugeay,… Comme le souligne Roland Renoux, maire de Beaugeay, « cette procédure préalable de classement, issue de la Direction de l'environnement (Diren), a déjà échoué voici sept ans ; elle est relancée avec les nouveaux élus quelques mois après les élections municipales ». Selon Robert Chatelier, la zone classée Natura 2000 protège déjà la flore et la faune : « Une zone qui n'existe que parce que la main de l'homme l'a façonnée depuis bien longtemps (époque médiévale) et qui a encore besoin de l'intervention humaine quasi-quotidienne pour exister ».

Arcachon. Les professionnels et le public ont pu suivre plusieurs ateliers, tout au long de l'après-midi, au Palais des congrès- Tout savoir sur l'eau du Bassin (Sud-Ouest)
En début d'après-midi, les deux forums pour professionnels ont donné le ton. Les salles étaient combles pour évoquer, d'un côté, les efforts à poursuivre en matière d'urbanisme pour limiter le ruissellement et freiner les écoulements vers le Bassin, et, de l'autre, les nouveaux comportements à adopter pour limiter l'usage des produits phytosanitaires dans les espaces verts des communes littorales.

Cartographier la gravité terrestre pour déchiffrer les enjeux environnementaux (Univers-nature)
L’Agence Spatiale Européenne (ESA) s’apprête à mettre en orbite un satellite révolutionnaire, baptisé GOCE (Mission d’étude de la gravité et de la circulation océanique en régime stable), destiné à mesurer avec exactitude le champ de gravité terrestre.
Dans le cas présent, elles seront mises à profit dans l’observation des variations de la circulation océanique et du niveau des mers, deux phénomènes largement exposés aux changements climatiques.
D’autres missions similaires sont attendues pour 2009 ; fonctionnant sur le même principe, SMOS étudiera cet été l’humidité des sols et la salinité des océans, alors que CryoSat-2 mesurera l’épaisseur des glaces à la fin de l’automne.

La Commission baleinière, réunie à Rome, n'a "sauvé aucune baleine" (Romandie)
ROME - Des organisations de défense de l'environnement ont mis en cause mercredi l'efficacité de la Commission baleinière internationale (CBI) qui s'est réunie pendant trois jours à Rome, estimant que "aucune baleine n'a été sauvée" grâce à elle.
"Des baleines sont en train d'être tuées (...) Or, la réunion de la Commission baleinière à Rome n'a servi à rien, elle n'est pas parvenue à aboutir à un plan d'action qui mettrait fin à la chasse aux baleines en Antarctique", a commenté une responsable de Greenpeace International, Sara Holden.

Recherche scientifique (en vidéo) : L’acidification des océans et ses conséquences (Euronews)
L’absorption par l’océan des gaz à effet de serre entraîne une acidification de l’eau de mer. Chaque jour, plus de 25 millions de tonnes de gaz carbonique se combinent avec l’eau de mer. Un phénomène qui provoque une acidification des océans et entraîne des modifications de l‘écosystème marin. Ainsi la structure même des coquilles de certains mollusques est en train de se fragiliser.

Sur la côte nord d'Hokkaido, l'île la plus septentrionale du Japon, la banquise fond de plus en plus tôt (Le Monde)
La billetterie rembourse les tickets achetés à l'avance : les glaces flottantes ont disparu depuis deux jours et le brise-glace Garinko-II qui, en cette saison, permet aux touristes de voguer à travers la banquise en train de fondre ne rencontrera sur la mer bleue que quelques gros glaçons solitaires. "Parfois, en ce début de mars, la banquise peut se déplacer en raison des vents ou fondre plus rapidement, mais il est certain que, désormais, le phénomène est plus fréquent : la glace est plus fine et la période pendant laquelle la mer est gelée plus courte", dit le capitaine Shigeru Yamai.

Combattre la crise de l'eau, une urgence pour l'ONU (Le Monde)
Une crise planétaire des ressources en eau menace. Si rien n'est fait, le développement humain, économique et la stabilité politique de nombreuses régions du monde seront en péril. Tel est en substance le message des Nations unies, qui publient, jeudi 12 mars, le troisième rapport mondial sur les ressources en eau, à quelques jours du Forum mondial de l'eau, qui rassemblera quelque 15 000 personnes à Istanbul, à partir du 16 mars.

Lancement d'une consultation sur l'éolien en mer (Enerzine)
Le ministère de l'Ecologie lance une concertation sur chaque façade maritime française, afin d'accélérer le développement de l'éolien en mer.

La hausse du niveau des mers pourrait dépasser un mètre d'ici à 2100 (Le Télégramme)
La hausse du niveau des mers pourrait dépasser un mètre d'ici à la fin du siècle, ont mis en garde hier à Copenhague des scientifiques, qui estiment que les évaluations du groupe des experts mondiaux du climat (Giec) sont en-deçà de la réalité. Selon eux, ce phénomène pourrait rayer de la carte nombre

Arcachon - L'eau du Bassin dans tous ses états (Sud-Ouest)
SIBA. La journée sur « l'eau en partage », demain, au Palais des congrès d'Arcachon, s'adresse à la fois aux scolaires, aux professionnels et au grand public
Michel Sammarcelli : « Le Bassin est notre richesse ».
Le Siba organise, demain, au Palais des congrès d'Arcachon, une journée d'ateliers, de débats et de rencontres autour de « l'eau en partage » (voir le programme ci-contre). Décryptage avec le président du Siba et maire de Lège-Cap-Ferret, Michel Sammarcelli.
« Sud Ouest ». Pourquoi une journée sur l'eau ?

Un air de Grenelle fait danser la mer (Ecolife)
A l'heure où les atteintes et les menaces qui pèsent sur la biodiversité sont nombreuses, le ministère français de l'Ecologie plonge ses mains dans un Grenelle de la mer. De ce nouveau cycle de consensus dépendra la vie de nos mers.
"Etre sûr que les actions entreprises par le parc intéressent les professionnels de la pêche" -
Dix ans ont été nécessaires pour faire naître le parc, et plusieurs mois le seront pour finaliser le plan de gestion. "L'enjeu est de bien gérer ces territoires durablement avec les acteurs locaux, pour que ces ressources et ce patrimoine ne disparaissent pas", rappelait Chantal Jouanno, lors de sa visite dans le Finistère en février 2009. "C'est un gros, gros travail, qui nous prend la moitié de notre temps", avance M. Canteri. A ce jour, les vingt employés étudient la qualité des eaux, la santé des communautés d'algues, observent et analysent les populations de dauphins, testent des matériels de pêche sélectifs, "mais il faut être sûr qu'ils intéressent les professionnels avant de pouvoir concrétiser leur diffusion", précise Thierry Canteri. Un label est également en cours de création pour contrôler davantage la pêche aux ormeaux, coquillages appréciés à table et dont la raréfaction témoigne de la pollution.
Le Grenelle de la mer abordera le développement "harmonieux" du littoral, le développement d'activités maritimes "compétitives et soutenables sur le plan environnemental", la valorisation des métiers de la mer et l'instauration d'une nouvelle gouvernance aux niveaux national et international. Fin 2009, la mer aura fait l'objet de plus d'un abordage, et les parcs marins, pris leur envol.

Les zones marines mortes s’étendent rapidement avec la pollution humaine (La Mondialisation)
Selon une étude effectuée par des chercheurs du Virginia Institute of Marine Science et de l'Université de Göteborg, et publiée dans la revue Science, le nombre de « zones mortes » au voisinage des côtes continue à croître rapidement dans le monde entier.
Le chercheur Robert Diaz a déclaré : « Ce n'est pas une sorte de problème local ou régional, comme on le pensait dans le passé. C’est en fait un problème mondial. »
Les principales sources polluantes qui produisent les zones mortes sont le ruissellement des engrais de l'agriculture industrielle et les sous-produits à base d'azote de l’usage des combustibles fossiles.
« La majorité d'entre elles proviennent de l'agriculture, mais il y a aussi beaucoup d'azote dans l'industrie, si l'on considère la génération de l'énergie électrique, » a déclaré Diaz.
L’action des zones mortes est désormais l'une des principales contraintes envers la biodiversité marine, tout comme la pêche immodérée et la destruction des habitats.

Les océans menacés par une "vague d'ordures" (L’Express)
MIAMI - Une "vague d'ordures" menace la faune marine, le tourisme balnéaire et la pêche, déjà mis à mal par le réchauffement climatique, avertit l'organisation américaine Ocean Conservancy dans un rapport publié mardi.

Dessaler l'eau nuit encore trop à l'environnement (Ecolife)
Cantonnées d'abord dans le Golfe Persique, les usines de dessalement se multiplient en Espagne, Algérie, Australie, Chine, dans les Caraïbes... Coûteuse en énergie, l'eau potable issue de cette technique peut être source de pollutions.

"Dans les océans, il y a six fois plus de plastique que de plancton" (Metro)
Interview d'Olivier Barrière, chargé de mission environnement pour Surfrider Foundation Europe.
Pour la 14 ème année, Surfrider Foundation Europe, association dédiée à la mise en valeur de l’océan, des vagues et du littoral, organise son opération de nettoyages de plages et de lacs et rivières : les Initiatives Océanes. Pour participer, rendez-vous sur le site des Initiatives Oceanes.

Les organismes à coquille menacés par l'acidité marine (Enerzine)
La quantité de CO2 absorbée par les océans augmente, et ce sont de minuscules organismes marins qui en font les frais.
En raison de l'acidité légèrement croissante des océans, les foraminifères ont de plus en plus de mal à former leur carapace, ont observé des chercheurs de l'Université de Tasmanie.
Or, ces protozoaires jouent une rôle important dans l'absorption du CO2 par les océans. En effet, lorsqu'ils meurent, ils emportent aux fonds la quantité de carbone qu'ils ont absorbée. Celle-ci se retrouve alors piégée dans les profondeurs marines.
Selon les chercheurs William Howard et Andrew Moy, de l'Université de Tasmanie, cette fragilité nouvelle du protozoaire pourrait directement entretenir les changements climatiques, et porter atteinte à l'écosystème. Cette découverte représente la première preuve de l'impact de l'acidification sur les organismes marins. Le phénomène pourrait bien représenter un danger pour d'autres espèces qui forment une coquille, comme l'huitre, la moule ou l'escargot de mer.

90% des rivières polluées (jdle)
En Europe, 90% des eaux de surface sont contaminées par des polluants organiques persistants, parfois à des concentrations très élevées, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue Environmental Pollution (1).
Robert Loos et ses collègues du centre commun de recherche européen d’Ispra (Italie) ont analysé la présence de 35 polluants (pesticides, résidus de médicaments, composés perfluorés (PFC), perturbateurs endocriniens, hormones) dans plus de 100 rivières situées dans 27 pays européens.

Défense du littoral. Les prix orange et citron décernés (Le Télégramme)
L'union des associations pour la défense du littoral (UADL), qui regroupe une trentaine d'associations bretonnes et ligériennes, a rendu public, samedi à Quimper, son palmarès 2008 des prix orange et citron.
La commune de Mesquer (Loire-Atlantique) a remporté le prix orange décerné pour une action positive en faveur de la préservation du littoral et de la mer. «Elle s'est battue jusqu'au bout pour obtenir la reconnaissance de la responsabilité de Total, en tant qu'affréteur, dans le naufrage de l'Erika. La cour de cassation lui a donné raison le 17décembre 2008», a justifié samedi Jean-Pierre Bigorgne, le président de l'UADL.
Juges brestois. «Nous avons aussi décerné une mention spéciale aux fonctionnaires qui sanctionnent les pollueurs.

Acidification des océans: les coquilles des organismes marins diminuent (AFP)
L'acidification des océans, provoquée par l'augmentation des rejets de CO2, provoque "clairement" une perte de calcification d'organismes marins, constate pour la première fois une étude publiée dans la revue Nature Geoscience.
Les chercheurs ont découvert dans l'océan Austral que le poids de la coquille d'animaux marins microscopiques, des foraminifères, était en moyenne 30 à 35% plus légers que celui de ces protozoaires vivant avant l'ère industrielle et retrouvés à l'état de fossiles dans des sédiments.

Plan des déchets. Avis défavorable d'Eau et Rivières (Le Télégramme)
La délégation finistérienne de l'association Eau et Rivières de Bretagne a émis un «avis défavorable» au plan départemental de «prévention» et «gestion» des déchets (2008-2018).

Un apprentissage qui se fait de saumon en saumon (jminforme)
De nouvelles informations sont maintenant disponibles sur la façon dont les madelineaux (jeunes saumons) effectuent le voyage de la rivière à la côte du Groenland.
C'est ce qui a été révélé samedi dernier lors de l'assemblée générale annuelle du Conseil de Gestion du Bassin Versant de la Rivière Restigouche (CGBVRR).

PORT MÉTHANIER. Didier Quentin se dit rassuré après sa rencontre avec la secrétaire d'État à l'Écologie - Chantal Jouanno « consciente du problème » (Sud-Ouest)
La ministre de l'Écologie, Chantal Jouanno.
À peine un mois et demi après la nomination de Chantal Jouanno en lieu et place de Nathalie Kosciusko-Morizet, Didier Quentin a rencontré « pendant plus d'une heure », mercredi, la nouvelle secrétaire d'État en charge de l'Écologie. Une rencontre que juge encourageante le député-maire de Royan, qui souhaitait par cette entrevue redire les craintes du Médoc et du Pays royannais à l'idée d'hériter d'un terminal méthanier au Verdon-sur-Mer. À l'issue de ce long entretien, Didier Quentin a « senti Chantal Jouanno très consciente et très convaincu


Divers / Loisirs

Sémaphore. Neuf militaires de la marine surveillent nuit et jour le trafic maritime entre les frontières et Capbreton depuis le sémaphore de Socoa. Le préfet les a rencontrés hier-Ils surveillent le trafic maritime depuis Socoa (Sud-Ouest)
Le maître principal Pigeon en compagnie de l'amiral de Saint-Salvy hier à Socoa. (photo p. s.)
Que se cache-t-il dans cette tour hissée proche du fort de Socoa, aux allures de phare sans éclairage ? Beaucoup de promeneurs se posent la question et le panneau indiquant qu'il s'agit du sémaphore de Socoa n'est guère plus parlant. « Nous veillons 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 sur le trafic maritime, notamment les navires de commerce qui arrivent au port de Bayonne », explique le second maître Ourgaud. Et pour préciser la différence avec le phare, les guetteurs indiquent que ce dernier informe les navires de la proximité de la côte, alors que le sémaphore est là pour surveiller les bateaux.
En haut des 130 marches qui séparent le rez-de-chaussée du centre névralgique de la tour (à 50 mètres au-dessus du niveau de la mer),

Afrique : La question épineuse de l’aide
Londres, 11 mars 2009 (IRIN) - Dans ‘Dead Aid’, son nouvel ouvrage controversé, l’économiste Dambisa Moyo soutient que la suspension, dans un délai de cinq ans, de toute aide accordée à l’Afrique, hors aide d’urgence, « permettrait de stimuler la croissance » du continent.

«Le Cauchemar de Darwin» n'est pas une «supercherie» (20 Minutes)
Après trois ans de polémique autour du documentaire, l'affaire semble enfin close...
La brouille qui oppose l’historien François Garçon à Hubert Sauper, le réalisateur autrichien du «Cauchemar de Darwin», a connu son dernier acte, mercredi. Poursuivi en diffamation par le réalisateur pour avoir qualifié son film de «supercherie», l’historien a vu sa condamnation pour diffamation confirmée par la cour d'appel de Paris.

Monistrol d'Allier: les pêcheurs poursuivent la mairie en justice (Zoom 43)
A Monistrol d'Allier, l'association Club Mouche saumon Allier poursuit la mairie en appel. La commune a réalisé des travaux dans le lit de l'Allier sans respecter les termes de l'autorisation délivrée par le préfet. Conséquence: une centaine de poissons sont morts, dont une frayère de saumons. L'association avait été déboutée de sa demande de réparation de préjudice moral en 2007. Cette-fois, elle porte l'affaire devant la Cour administrative d'appel de Lyon. Le dossier est étudié en ce moment.

Requin macho, pêcheurs marteaux (Effets de Terre)

Grande marée. Damgan compte ses pêcheurs à pied (Le Télégramme)
À Damgan, grandes marées riment avec invasion. Une étude est en cours pour mesurer l'ampleur de ce phénomène sur un site classé Natura 2000.
C'est l'un des hauts lieux de la pêche à pied dans le Morbihan. Il est considéré comme le deuxième site de fréquentation après Penthièvre. À Damgan, les grandes marées se traduisent aussi par de forts coefficients de pêcheurs venant faire le plein d'huîtres et de moules. Ce qui a incité la commune à solliciter une étude. La principale question posée: comment quantifier ce déferlement qui est à la fois pédestre et automobile, avec une grosse poussée de camping-cars? «Notre seule référence, c'est une distribution de tracs d'information que nous avions faite à l'entrée de la commune sur trois jours, il y a quelques années. On en avait écoulé 8.000», indique le maire, Alain Daniel.

Nautisme. La revoilà La Grande Hermine! (Le Télégramme)
Construit en 1932 à Marseille, le voilier La Grande Hermine sert, depuis 1963, à la formation des marins militaires de tous grades à Brest. En chantier d'entretien depuis le 2février, il a été remis à l'eau hier matin, devant le chantier brestois du Guip, quai Malbert. Ce dernier a, en effet, décroché pour trois ans le contrat d'entretien des quatre voiliers école de la Marine. Suivront donc, ensuite, dans l'ordre, la Belle-Poule, Le Mutin puis L'Étoile.

Gujan-Mestras. La nouvelle vague du lycée de la mer (Sud-Ouest)
Le lycée des métiers de la mer ouvre ses portes samedi, de 9 heures à 16 h 30. L'occasion de découvrir ses équipements et ses nouvelles filières. (photo j. d.)
Après deux ans de travaux, la restructuration du lycée des métiers de la mer est maintenant achevée, portant la capacité d'accueil de 700 à 900 élèves dont 250 places en internat. L'établissement de la Barbotière dispose de nouveaux outils performants pour dispenser ses enseignements et accueillir ses élèves. Ateliers, laboratoires et salles de cours flambant neufs contribuent à créer un nouveau cadre d'étude totalement adapté aux missions du lycée.

A Leucate, le pêcheur est aussi l'ami des poissons (Midi Libre)

Une balade au musée chez "les jardiniers de l'eau" (Midi Libre)
Ils pêchaient les poissons au bertoulet, les enfermaient dans la chambouille avant d'appâter le loup ou l'anguille à la palangre. En rentrant au mas, ils rangeaient le matériel au magasin et s'attelaient au détroquage des huîtres.
Si vous avez du mal à suivre, un petit tour au musée de l'étang de Thau s'impose.
Ici, à Bouzigues face à la lagune, les secrets de l'étang se livrent au fil de la visite, libre ou commentée, et le quotidien des "jardiniers de l'eau" devient réalité.
En un peu moins d'une heure, la conchyliculture, la pêche traditionnelle, les poissons de l'étang et le travail des hommes vous deviendront familiers.

Succès de la plante à huître (Sud-Ouest)
Sur son stand, Hugues Le Cieux a reçu 600 visiteurs.
Hugues Le Cieux est de retour du Salon de l'agriculture où, invité par le Conseil régional d'Aquitaine, il a pu présenter samedi 21 février sa plante à huître, la mertensia maritima. Il tient tout particulièrement à remercier l'Association Aquitaine de promotion agroalimentaire (AAPA) pour son soutien.

Des navires chinois s'en prennent à un américain (Le Monde)
L'incident s'est produit dimanche 8 mars : des navires chinois ont effectué des manœuvres périlleuses près d'un bâtiment non armé de la marine américaine dans les eaux internationales, en mer de Chine méridionale. C'est le Pentagone qui a révélé cette information lundi après-midi. L'un des bateaux chinois s'est approché à moins de huit mètres du bâtiment américain et, à un moment donné, les membres de l'équipage chinois se sont mis en sous-vêtements et ont lancé des morceaux de bois dans le sillage du navire américain. Les bâtiments chinois, qui ressemblaient à des bateaux de pêche, n'avaient pas de signe militaire apparent, selon les photos montrées aux journalistes.

Les chasseurs à la tonne mécontents (Sud-Ouest)
250 participants pour une association en colère. C'est le bilan de l'assemblée générale des Chasseurs de tonne de Charente-Maritime, réunis pour faire le point sur une saison morose. Car le bilan est mauvais : trois nouvelles espèces sont protégées, contrepartie à cinq jours supplémentaires en août. Autant de problèmes qui ont amené les adhérents à organiser le blocage du bac de Royan le 22 juillet dernier.

L'émission « Des racines et des ailes » consacre, demain soir, un reportage sur l'histoire de la ville. Il y est notamment évoqué la piste de ski sur aiguilles de pin
« Des racines et des ailes » conte l'Arcachon d'antan (Sud-Ouest)
Un reportage sur Arcachon se doit d'évoquer les huîtres. L'Empereur en était friand, paraît-il. « C'est lui qui, par décret, en interdira la consommation les mois sans ''R'' : mai, juin, juillet et août, période de reproduction. Une pratique qui subsiste aujourd'hui... », apprendra-t-on dans l'émission. Les loisirs chers à Napoléon III, tels que le yachting et les courses en pinasses seront également abordés.

Le QI des ados, qui mangent du poisson, est plus élevé (AFP)
STOCKHOLM (AFP) — Manger du poisson rend plus intelligent, selon une étude suédoise publiée lundi, qui lie la consommation de poisson en quantité suffisante chez les adolescents à un quotient intellectuel (QI) plus élevé.
"Nous avons découvert un lien clair entre le fait de manger fréquemment du poisson et des scores (de QI des adolescents) élevés", commente Kjell Torén, qui a conduit l'étude pour l'hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg, dans un communiqué.

Livre - Goûter- La Coquille Saint-Jacques
Auteur : Collectif / Editions : Ouest-France
Photographie : Bernard Enjolras - 144 Pages -
L’Académie culinaire de la Coquille Saint-Jacques de Nantes nous propose de redécouvrir ce coquillage à la saveur fine et à la chair délicate. Elle nous présente 100 recettes originales et raffinées, des plus simples aux plus élaborées. Ces recettes inédites déclinées en entrées, plats et desserts, confèrent à la coquille Saint-Jacques de nouvelles sensibilités gustatives dignes d'intérêt.
Biographie : Cuisiniers, chefs de restaurants, ambassadeurs de l'Académie culinaire de la coquille Saint-Jacques de Nantes et élèves de lycées professionnels, tous passionnés de gastronomie, ils nous livrent leurs meilleures recettes.
Bernard Enjolras a déjà collaboré à de nombreux ouvrages aux Editions Ouest-France, notamment Aimer la cuisine de Normandie, Les Confréries gastronomiques de Bretagne et La Mère Poulard, secrets de cuisine. http://www.edilarge.fr/

Le président de l’UE dans un raoût contre le réchauffement (Effets de terre)
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site
Le grand rassemblement des sceptiques du réchauffement climatique a ouvert ses portes dimanche à New York. Avec en guest star, le président de la république tchèque, Vaclav Klaus. Plus de six cent personnes débattent en public, et en cachette, du moyen de combattre la mise en place de politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un mouvement qui, selon le New York Times, commence à s’essoufler.

Saint Sornin de Conac. Journée de la pibale (Sud-Ouest)
Spectacles, démonstrations, ateliers au pôle nature de Vitrezay qui rouvre ses portes
La pêche à la pibale à Saint-Sorlin-de-Conac. (Photo Michel yvonnet)
Le pôle nature de Vitrezay rou- vre ses portes aujourd'hui, dimanche 8 mars, avec une Journée de la pibale, à la rencontre des espèces et du savoir-faire. Une journée qui laissera la part belle à de nombreuses autres animations.
Au programme

La crevette bleue bientôt vendue sur le net (E2 !)
Et aussi La situation de la pêche est grave d'après un rapport parlementaire
Un thon rouge vendu à 75.000 euros au Japon
La pêche au thon rouge réduite de 30% en deux ans
Seul le Bristol décroche une troisième étoile de la 100e édition du Guide Michelin
Email Print
Révolution dans le monde de la mer. Une nouvelle crevette fait son entrée dans les assiettes françaises. Son nom? L'Obsiblue. "C'est un aliment bleu au goût sucré salé, dont la chair ferme et juteuse, légèrement fondante rappelle la texture du homard", explique Prestige Sea Food, distributeur de l'Obsiblue. Cette crevette d'un nouveau genre est pêchée en Nouvelle Calédonie, mais c'est au Japon qu'elle a gagné ses lettres de noblesse depuis 6 ans.

Pêche. Le regain se confirme dans le Finistère (Le Télégramme)
La pêche ouvre samedi. Le président de la fédération, Youenn Landrein, est un homme heureux. Le Finistère est le département français qui a connu la plus forte progression d'adhérents en 2008.
7.120 pêcheurs.
Pour la seconde année consécutive, le nombre de pêcheurs a augmenté dans le Finistère. Le pourcentage de près de 20% de jeunes de 12 à 18 ans réjouit particulièrement les responsables de la fédération. Ils se félicitent aussi des 177 cartes vendues dans le cadre de la promotion «Découverte femme».
Tarif inchangé.
Après une baisse l'an passé, le prix des cartes (68 € pour un adulte, 10 € pour les 12-18 ans) est inchangé.
Records.
Outre la meilleure progression de cartes vendues en France (+4%), le Finistère est, selon Youenn Landrein, le département qui sort le plus de poissons.
Diversité.
La bonne santé de la pêche finistérienne tient à sa diversité. Le département est le premier en France pour le saumon (700 pêcheurs, 600 captures en 2008), mais il attire de plus en plus d'amateurs de brochet: 600 cartes spécifiques pour le lac Saint-Michel où une dizaine de brochets de plus d'un mètre ont été sortis l'an passé.
Nouvel esprit.
«Nous travaillons à une autre approche de la pêche que celle du poisson adapté à la taille de la poêle, dit Youenn Landrein. La pêche est aujourd'hui un loisir moderne qui allie plaisir et technicité dans un milieu naturel. Nous souhaitons en faire un loisir de famille». Youenn Landrein en profite pour «saluer cette nouvelle génération de pêcheurs qui, au tableau de chasse, préfère les plaisirs de la capture et de la remise à l'eau».
Tourisme.
La pêche est un moteur de tourisme. Les professionnels ne s'y trompent pas. 85hébergements ont reçu la qualification «Accueil pêche Finistère». Prochaine étape, l'élaboration de produits «pêche». «Tous les départements ne peuvent proposer du poisson sauvage comme le nôtre», souligne Youenn Landrein.
Voyage.
Le pêcheur finistérien voyage. Près de 30% des pêcheurs ont acquitté la vignette qui leur permet de pêcher dans 68 départements. «Une vraie bonne surprise», dit Youenn Landrein.
Ouverture.
La pêche ouvre samedi, à 8h, en première catégorie (truite, saumon), pour fermer le 20septembre. «Les précipitations hivernales ont bien rechargé les cours d'eau et le temps doux est propice aux belles capturesqui peuvent, bien évidemment après la photo, retrouver leur élément pour encore procurer du plaisir une prochaine fois», conclut Youenn Landrein.

Aucun commentaire: