vendredi 9 janvier 2009

Mali : comprendre la richesse complexe du delta intérieur du Niger pour une meilleure cohabitation entre pêcheurs, éleveurs et agriculteurs

Le delta intérieur du Niger s'étend sur une superficie de 30000 km2 et abrite un million d’habitants, surtout pêcheurs, agriculteurs, éleveurs. Leur spécialisation professionnelle et sociale dans l’exploitation de plusieurs ressources naturelles renouvelables a conduit à des formes originales d’organisation territoriale et à des partages raisonnés et efficaces de l’espace et du calendrier de production, non sans conflits cependant.

Cette région du Mali est caractérisée par une grande diversité géographique et temporelle des milieux, dont tirent parti les systèmes de production. Un même site peut être successivement rizière, pâture et lieu de pose d’engins de capture du poisson, avec des ayants droit et des règles d’accès différents. Cette variabilité s’observe au niveau de la région naturelle inondable dans son ensemble (niveau régional) : écoulement des eaux, transhumance des éleveurs, déplacements des pêcheurs avec la décrue ; elle s’observe aussi au niveau local de la gestion des terroirs par les communautés villageoises : connaissances paysannes sur les ressources, droits et contrôles sur leur prélèvement, maîtrises territoriales, gestion des voisinages.

Or, si les gestions traditionnelles des ressources naturelles renouvelables du delta paraissent avoir été jadis à la fois conflictuelles et fonctionnelles, les transformations (politiques, sociales, économiques, administratives) subies à partir des années 1920 ont été accompagnées de pertes d’efficacité et de crises : simplification des savoirs, disparition de la légitimité des maîtrises et des contrôles locaux, difficultés croissantes à résoudre des conflits qui ne sont pas tous fonciers, interventions maladroites de l’État, baisse ou stagnation de certaines productions économiques. Ces dégradations ont été mises en évidence et aggravées par les pertes de productivité naturelle pendant les années de sécheresse, entre 1972 et 1994.

Nous avons développé un modèle intégré du delta intérieur du Niger pour montrer où, quand et sur quels processus se manifeste la complexité des interactions naturelles et sociales en jeu, et pour simuler l’impact d’événements et de décisions sur les systèmes de production. L’objectif est de répondre à des questions communes aux acteurs du développement et aux producteurs eux-mêmes : comment ce système organisé va-t-il évoluer sous l’action de phénomènes raisonnablement prévisibles — accroissement démographique, changement climatique, évolution technique, aménagements hydrauliques et agricoles ?
Yveline Poncet, Christian Mullon, Marcel Kuper

Voir le document intégral sur CAIRN : Organisation spatiale d’un écosystème exploité : les choix spatiaux dans la modélisation intégrée du delta intérieur du Niger au Mali
Photo d'après Google earth : vue sur une partie du delta du Niger (Mali)

Aucun commentaire: