mercredi 17 décembre 2008

Reprise des transports directs entre Taiwan et la Chine après 60 ans d'interruption

Les services postaux et les transports maritime et aérien directs entre la Chine et Taiwan ont repris depuis le lundi 15 décembre 2008 pour la première fois depuis 1949.

Xu Shiquan, vice-président exécutif de la Société nationale d'études taiwainaises, a qualifié la réalisation des "liens directs" de "perçée" et d'"étape importante" dans les relations à travers le détroit. "Cela stimulera fortement les échanges civils et commerciaux à travers le détroit", a-t-il dit à l'agence Xinhua (Chine Nouvelle). Les transports, services postaux et échanges commerciaux directs avaient été totalement supprimés après la fondation de la République populaire de Chine en 1949.

Le professeur Liu Guoshen de l'Université de Xiamen a souligné que les "liens directs" à travers le détroit aideraient à réduire les coûts des entreprises et à améliorer leur compétitivité. "Etant donné la situation actuelle de crise financière globale et de déclin de l'économie mondiale, les liens directs aideront la partie continentale et Taiwan à stabiliser leur économie", a-t-il ajouté. La partie continentale de Chine est le plus grand partenaire commercial de Taiwan depuis 2003, avec un volume annuel d'échanges dépassant les 100 milliards de dollars.
Cette ligne directe va permettre d'améliorer les échanges de produits aquatiques. En ne passant plus par des ports intermédiaires, comme Hong kong, les négociants peuvent maintenant expédier ces produits entre les deux marchés beaucoup plus rapidement et à un coût moindre. Plus de 60 ports chinois et 11 taïwanais ont été ouverts à la navigation directe ainsi que des vols directs reliant les villes les plus importantes.
Les spécialités de Taïwan comme le mérou seront vendues plus facilement sur le continent. Taïwan produit actuellement 13 000 tonnes de mérou par an, dont 95 % sont destinés à la Chine. Son prix actuel de 28 $/kg va être divisé par deux et comme le délai de livraison passera de 72 heures à moins de 24 heures, la fraîcheur et la qualité des produits seront meilleures. Les exportations de Taïwan de mérou vers le continent pourraient atteindre 100 millions de US dollars avant novembre prochain, et les exportations d'autres produits comme le milkfish et les coquillages vont aussi se développer. Les exportations de la Chine de produits séchés vers Taïwan pourraient aussi augmenter.
Sources d'information : Xinhuanet.com et Seafoodsource.com

Le 9 novembre 2009

Un symposium consacré au développement de la coopération dans les domaines de l'agriculture, de la pêche et des ressources en eau entre la partie continentale de Chine et Taiwan s'est ouvert dimanche à Ningbo, province du Zhejiang (est). (Chine informations)

Jia Qinglin, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois, y a assisté.
James Soong, président du Parti du "peuple d'abord" de Taiwan, et Yok Mu-ming, président du Nouveau Parti de Taiwan, étaient également présents.
Jia Qinglin, également président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), a déclaré que cet événement était "une activité significative pour les échanges entre les deux rives".
La coopération dans les domaines de l'agriculture et de la pêche joue un rôle important dans le développement des relations économiques entre les deux rives, et a connu de grands progrès au cours des deux dernières décennies grâce aux efforts des compatriotes des deux rives.
Avec le changement climatique mondial qui s'intensifie et les désastres naturels meurtriers qui deviennent plus fréquents, les deux parties doivent renforcer la coopération dans le secours des sinistrés, a indiqué Jia Qinglin, rappelant les épisodes du séisme qui avait secoué la province du Sichuan en mai 2008, et les inondations causées par le typhon Morakot cet été.
"La Chine prête une grande attention à la reconstruction des régions sinistrées de Taiwan, et la Chine est prête à apporter toute son aide possible".
Une relation améliorée entre la partie continentale de Chine et Taiwan correspond à l'aspiration commune des compatriotes des deux rives, et à l'intérêt fondamental de la nation chinoise. Les deux parties doivent saisir cette opportunité pour promouvoir le développement mutuel, a déclaré Jia Qinglin.

James Soong a indiqué que l'adhésion au principe d'une seule Chine était la condition préalable pour établir une relation pacifique entre les deux rives. L'indépendance de Taiwan nuira sérieusement à la paix et la stabilité entre les deux rives du détroit de Taiwan et de la région Asie-Pacifique.
Il a appelé les deux parties à établir un mécanisme de coopération, à travers lequel non seulement les difficultés seront partagées, mais aussi la prospérité.
Le symposium était co-organisé par dix organisations non-gouvernementales de la partie continentale de Chine et de Taiwan. Plus de 220 officiels, experts et représentants des domaines de l'agriculture et de la pêche y ont assisté.

=================

Le 8 novembre 2010

L'atoll taïwanais Dongsha redoute les pêcheurs chinois plus que les soldats (AFP)

Pendant des décennies, l'armée taïwanaise redoutait l'arrivée de soldats chinois sur les plages de sable blanc de l'atoll de Dongsha. Mais désormais, les pêcheurs chinois représentent la menace la plus sérieuse pour cette réserve naturelle marine de Taïwan. Cet atoll inhabité, gouverné par Taipei mais revendiqué par Pékin (comme l'ensemble de Taïwan), a été la première réserve marine naturelle du pays, en 2007. Situé dans le nord-est de la mer de Chine du Sud, il est bien plus éloigné des côtes de Taïwan que de la Chine. "Le plus gros problème, c'est que Taïwan est tellement loin, et la Chine si proche", soupire Chang Chong-tsou, directeur du parc naturel de Dongsha, sous un ciel sans nuage qui domine des étendues d'eau turquoise. "Beaucoup de bateaux viennent du continent pour pêcher. Ils sont nombreux et nous n'avons pas les capacités de tous les chasser", ajoute-t-il.

Les bateaux de pêche chinois sont souvent équipés de batons de dynamite et pratiquent la pêche au cyanure, deux méthodes destructrices pour les coraux. Dongsha a été classé parc naturel après des années d'inquiétude sur son écosystème. L'îlot ne fait que 2 kilomètres carrés mais il accueille de nombreux oiseaux migrateurs, un phénomène qu'avaient déjà noté les voyageurs du 19e siècle. La faune marine est encore plus riche, avec 600 espèces de poissons et plus d'une centaine de coraux. Mais la pêche excessive et des causes naturelles telles que El Nino, qui se caractérise par des températures supérieures à la normale des eaux de surface dans certaines régions du globe, ont contribué à leur rapide dégradation....

Aucun commentaire: