mercredi 10 décembre 2008

La pollution tue les écosystèmes côtiers en Afrique de l'Est

La pollution côtière en Tanzanie pose des problèmes comme la diminution des récifs coraliens qui servent d'habitat et de source de nourriture aux poissons, principale ressource pour les nombreuses communautés de pêcheurs. Un chercheur et défenseur de l'environnement, le Dr Salim Mohammed, a cité les principales sources de pollution comme étant les tuyaux d'écoulement des eaux usées des raffineries de pétrole, la pollution sonore des bateaux à moteur, la pollution thermique des industries et même les eaux usées des usines de traitement et les bouches d'évacuation des usines. En s'exprimant dans le cadre d'un séminaire de formation de deux semaines organisé à Zanzibar à l'intention des journalistes spécialistes de l'environnement des pays d'Afrique de l'Est, le chercheur a déclaré que le problème de la pollution était si grave qu'il avait causé beaucoup de décès de personnes, particulièrement durant la saison des pluies de mars à mai et les courtes pluies d'octobre à décembre, quand une quantité importante d'effluents se déversent dans les fleuves qui servent à approvisionner les populations en eau potable et dans l'Océan Indien.
Le Dr Salim a déclaré que l'excès d'engrais, d'herbicides et d'insecticides utilisés dans les champs et les quartiers résidentiels polluaient également l'environnement et que ce n'était plus qu'une question de temps avant que les graves effets de la pollution se fassent sentir sur beaucoup de gens. Il a également averti qu'à moins que des mesures urgentes soient prises, de nombreux enfants allaient naître avec des difformités comme conséquence d'un empoisonnement par les polluants industriels et autres. Le chercheur a indiqué que l'huile, la graisse et les produits chimiques toxiques des eaux de ruissellement urbaines et les sédiments de la production énergétique des sites de construction mal dirigés et l'acide s'écoulant des mines abandonnées aggravaient une situation déjà terrible, tandis que les bactéries des fosses septiques défectueuses libéraient également des éléments pathogènes dans les points d'eau, ce qui provoque des maladies véhiculées par l'eau chez l'homme ou l'animal. Certaines des complications sont le choléra et la diarrhée responsables du décès de plusieurs personnes à Dar-es-Salaam et Zanzibar, a-t-il indiqué. Le chercheur a expliqué que des composés organiques volatiles comme les solvants industriels provenant d'un stockage inadéquat des hydrocarbures comme l'essence, le gasoil, le carburant d'aviation et les lubrifiants utilisés dans l'industrie automobile ont été trouvés dans de nombreux points d'eau. En plus d'affecter les hommes, la pollution des océans détruit la faune et la flore marines car des polluants de l'eau inorganiques comme des métaux lourds - comme les effluents des mines d'acide - ont été trouvés dans l'eau.
Le Dr Salim a déclaré à des journalistes du Kenya, de la Tanzanie, de Zanzibar et des Seychelles que la situation était si grave que certaines des conséquences pourraient être des anomalies congénitales, des lésions cérébrales et l'affaiblissement du système immunitaire chez l'homme. Il a indiqué qu'une étude de cas se concentrant sur Dar-es-Salaam et Zanzibar montre que de nombreuses personnes sont menacées par la pollution. Dar-es-Salaam, avec une population estimée à 2,5 millions d'habitants qui représente 25 pour cent de la population urbaine tanzanienne avec un taux de croissance moyen d'environ 08 pour cent par an, abrite environ 80 pour cent des industries du pays. Les industries, situées dans la zone de l'industrie légère de Mikocheni, la zone industrielle de Mandelaexpress, la zone industrielle de Nyerere Road, la zone industrielle de Changombe et Mbezi le long de la route Ali Hassan Mwinyi, déversent des effluents non-traités directement ou par le drainage des eaux de pluie, les bras de mer et cours d'eau ou le drainage des estuaires dans l'Océan Indien. L'étude de cas a également montré que l'ancien réseau d'égout de Dar-es-Salaam, qui couvre une zone de 130 km, s'est dégradé au fil des ans en raison de l'explosion démographique et de la pression sur les infrastructures.Une deuxième étude de cas à Zanzibar a montré un problème similaire. Selon le chercheur, le principal problème de Zanzibar est la pollution par les déchets municipaux qui proviennent des hôtels, des garages et les autres déchets qui se répandent dans le réseau d'égout qui se déverse dans l'Océan Indien. Le Dr Salim, qui a effectué cette étude, a déclaré que l'île ne disposait pas de structures de traitement et a averti que la pollution croissante menaçait les écosystèmes côtiers comme les récifs coralliens et la flore et la faune qu'ils contiennent. Il a suggéré un programme de gestion de la pollution intégré (IPM), avec de forts liens avec le programme national de gestion intégré (ICM), pour faire face aux problèmes de la pollution. Le chercheur a indiqué que les responsables des politiques de planification devaient encourager l'utilisation et la mise en oeuvre des rapports d'évaluation de l'impact sur l'environnement (EIA) pour tous les projets côtiers afin de réduire les conséquences néfastes. Parmi les solutions qu'il a proposé, figure l'encouragement d'un partenariat public-privé pour lutter contre le problème de la pollution, par la mise en place de mesures incitatives pour l'investissement dans le traitement des déchets.Il a également suggéré que Zanzibar et Dar-es-Salaam mettent en place un programme conventionnel de collecte et de traitement des eaux usées, encouragent l'utilisation des fosses de drainage et les fosses de latrine traditionnelles, ainsi que le traitement des eaux d'égout avant qu'elles ne soient déversées dans diverses installations industrielles.
Source : Afrique en ligne

Aucun commentaire: