vendredi 5 décembre 2008

La pêche et l’aquaculture sont menacées par les changements climatiques

Les changements climatiques aggraveront les conditions de vie des fermiers, des pêcheurs et des gens tributaires de la forêt qui sont déjà vulnérables et ne bénéficient pas de la sécurité alimentaire. La faim et la malnutrition augmenteront. Les communautés rurales, en particulier celles qui vivent dans un environnement déjà fragile, sont confrontées au risque immédiat et en constante augmentation de mauvaises récoltes, de perte de bétail et de disponibilités réduites en produits halieutiques, aquacoles et forestiers. Les phénomènes atmosphériques extrêmes plus fréquents et plus intenses auront des impacts adverses sur la disponibilité, l’accessibilité, la stabilité et l’utilisation de la nourriture, ainsi que sur les niveaux et opportunités de sources de revenus dans les régions rurales tout comme dans les zones urbaines. Les gens en situation de pauvreté seront exposés au risque d’insécurité alimentaire dû à la perte de biens et au manque de systèmes d’assurance adéquats. La capacité des populations rurales à faire face aux impacts des changements climatiques est fonction du contexte culturel et politique existant, ainsi que des facteurs socio-économiques tels que le genre, la composition du ménage, l’âge et la répartition des avoirs du ménage.

Les changements climatiques ont des incidences sur les océans, les mers, les lacs et les rivières ainsi que sur les animaux qui y vivent ou y sont produits. Les changements climatiques affecteront environ 200 millions de personnes et leurs familles, tributaires de la pêche et de l’aquaculture, à travers le monde. Certaines ressources halieutiques diminueront tandis que des espèces importantes risqueront de migrer vers d’autres régions où elles seront moins accessibles
aux pêcheurs. Les pratiques d’aquaculture peuvent être menacées par, entre autres, la recrudescence des phénomènes atmosphériques extrêmes, la sécheresse et le réchauffement des eaux. Pour beaucoup de communautés de pêcheurs, il deviendra plus difficile de continuer à gagner de quoi de vivre grâce au poisson ou de se procurer suffi samment de poisson pour nourrir leurs familles. Les communautés côtières peuvent aussi être forcées de se déplacer à cause de la montée du niveau de la mer et seront contraintes à trouver de nouveaux endroits pour vivre et de nouveaux moyens de subsistance.
Source : FAO

Aucun commentaire: