mercredi 31 décembre 2008

Bretagne : cohabitation difficile entre ostréiculture, riverain et tourisme

A Saint-Pabu, 350 personnes manifestent contre l'implantation d'un parc à huîtres

Ce matin, 350 personnes ont formé une chaîne humaine à Saint-Pabu, près de Brest, pour protester contre l'implantation d'un parc à huîtres sur la plage de Corn ar Gazel. Les manifestants souhaitent que ce lieu reste dédié aux pêcheurs à pied, aux plagistes et aux sportifs. Le maire de Saint-Pabu, Loïc Guéganton, faisait partie des manifestants.

Les manifestants souhaitent que la plage de Corn ar Gazel (près de Brest) reste dédiée aux pêcheurs à pied, aux plagistes et aux sportifs.

Source : Ouest France (28/12/08)

Commentaire : on ne peut pas considérer l'ostréiculture comme une activité polluante. L'huître serait plutôt un indicateur de pollution et un produit de la mer très sain pour la santé. Il est nécessaire de trouver un juste compromis entre activités touristiques et activités halieutiques.

Si nous interdisons l'accès de nos professionnels de la mer à leur territoire, ne nous étonnons pas alors à ce que la France devienne de plus en plus dépendante de l'étranger pour son approvisionnement en produits de la mer. Des produits de la mer importés majoritairement congelés et/ou en filets et qui sont parfois produits dans des conditions peu respectueuses des règles sociales et environnementales, comme la crevette tropicale et le saumon d'élevage.

Autres articles :

Pour aller plus loin....
  • Les conflits d'usages dans la conchyliculture...
Concepts et outils pour l’analyse spatiale des conflits d’usages / Ion Tillier

Applications en zone côtière (baie de Bourgneuf, Pays de Loire, France)

Cliquer Ici pour télécharger l'étude de l'Université de Nantes

))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Revue de presse sur les autres conflits

Le 11 septembre 2009

Roscanvel - Concession d'ostréiculture. Des frictions au conseil (le Télégramme)

Mercredi soir, Patrick Le Guillou avait réuni son conseil municipal. Sur les questions diverses, les conseillers ont débattu parfois en s'emportant. Le conseil avait déjà examiné l'agrandissement de la concession d'ostréiculture KarimZanoune, il y a quelques semaines en se prononçant contre. Cette semaine, une visite des Affaires maritimes, d'Ifremer, de Natura 2000, de l'UBO, a entraîné une contre-proposition qui devait être examinée dans la semaine. Le conseil étant programmé, le maire a donc inscrit à l'ordre du jour cette affaire. La quasi-totalité du conseil a souligné que les élus s'étaient déjà prononcés contre cet agrandissement. Le plan local d'urbanisme, voté lors de cette réunion, ne change rien. Des élus justifient leur vote par une dégradation évidente de l'estran, qui est, et doit rester, une richesse. L'acceptation de cet agrandissement serait un saccage supplémentaire. Certains conseillers haussent le ton en se demandant si le vote du conseil a une valeur. En réponse, Patrick Le Guillou signale qu'en tout état de cause, ce sera le préfet qui signera ou ne signera pas.

================

Le 24 septembre 2010 : Dans le Nord, au pays des moules-frites, on accepte des motos dans les dunes, mais pas de moules sur les plages !!!!


Les opposants aux moulières - ils sont nombreux à Sangatte ! - baignent depuis mercredi soir dans une douce euphorie. L'arrêt du conseil d'État a été rendu public avant-hier, vers 18 h 30, et il apporte un point final sans équivoque à ce dossier : il n'y aura pas de moulières à Sangatte. Cette décision, pour dire vrai, n'est pas une surprise : depuis le début du mois, on savait que les conclusions du commissaire de la République étaient favorables aux anti-moules. On savait la bonne nouvelle imminente : « Mais là, c'est officiel, écrit noir sur blanc, ferme et définitif ! », énumère Pascal Dubus, l'un des membres les plus actifs du collectif « Non aux moulières ». « C'est une victoire totale, tous les amoureux de cette plage sauvage et magnifique ont gagné. » Enthousiasme….

=======================

Le 29 octobre 2010


A Larmor Baden, le marais de Pen an Toul, est au coeur d'une polémique opposant un groupement d'ostréiculteurs et d'aquaculteurs à une association de défense de l'environnement, la Vigie, soutenue par la SEPNB. Les deux parties souhaitent acquérir ce site naturel. Daniel GRENEGUY, ostréiculteur, et, Patrick LE GALL, aquaculteur souhaitent exploiter le site. Jean François BERTHOU, de l'association la Vigie, et, Jean DAVID, SEPNB, souhaitent quant à eux classer ce site et protéger notamment les oiseaux qui y nichent. Pour voir la video, cliquer Ici

====================

Le 7 avril 2012

Ces personnes pourtant souriantes sont malades : Allergie aux huîtres !!!

Cette maladie tend à s'entendre sur les côtes françaises...



Vendredi, l'assemblée générale de l'Amicale du Passage s'est déroulée en deux temps. Pierre Courbon, vice-président, a d'abord fait un point sur la section nautique. Il a évoqué l'établissement d'une nouvelle carte du plan d'eau, le choix d'un nouveau prestataire pour le contrôle des mouillages et l'offre aux adhérents d'un contrat d'entretien sur leur mouillage.

Mais le plus gros point a été présenté ensuite par la présidente, Isabelle Geier. Un sujet qui a provoqué l'émoi et soulevé bon nombre de protestations dans l'assemblée. Il s'agit de la création d'une zone d'élevage d'huîtres sur plateau. Cet élevage serait situé face au chemin du bord de mer.

Le bureau craint qu'une autorisation soit délivrée par la préfecture, « malgré une pétition des habitants du Passage et un vote défavorable du conseil municipal ».

« Le chemin du bord de mer est maintenant habité par de nombreuses familles, souligne l'amicale. Les enfants se baignent et pratiquent des sports nautiques. Cela risque de poser des problèmes de sécurité. »

Pour ce qui est des autres sujets abordés, la présidente a parlé des « combats » menés depuis des années. Certains ont abouti : aménagement des routes du port ; maîtrise de la vitesse ; d'autres sont toujours en cours : éclairage des routes, assainissement.

================

Le 24 juillet 2012

C'est dans une Maison Ursule pleine à craquer que s'est déroulée, mercredi soir, la réunion de quartier du Fret, initiée par la municipalité.

«Mauvaise communication»

Le sujet brûlant a concerné l'extension du parc à huîtres de Rostelec. Les riverains et propriétaires de résidences secondaires sont montés au créneau, reprochant à la mairie d'autoriser cette extension susceptible d'entraîner, notamment, de nombreuses nuisances.
Autre grief invoqué: la mauvaise communication liée à l'enquête publique, menée du 29mai au 12juin. Du côté de la mairie, on explique que «la consultation s'est réalisée normalement, par voie d'affichage et par publication légale».
Bien décidés à mener des actions
Les propriétaires, eux, auraient souhaité être informés de manière nominative. Une pluie de reproches en tous genres s'est ensuite abattue contre l'ostréiculteur porteur de l'extension du parc, certains indiquant être bien décidés «à mener des actions contre ce projet». Face au vent de fronde contre ce projet, Daniel Moysan, maire, a indiqué qu'il allait alerter la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) et prendre ce dossier à bras-le-corps....

***********************

Les conflits d'usages dans la conchyliculture...

Concepts et outils pour l’analyse spatiale des conflits d’usages
Ion Tillier

Applications en zone côtière (baie de Bourgneuf, Pays de Loire, France)

Cliquer Ici pour télécharger l'étude de l'Université de Nantes

********************

Au Crozon, la municipalité s'est ravisée après avoir accepté un projet conchylicole !!!!


Un projet d'extension d'un parc à huîtres au Zorn, dans le quartier du Fret, rencontre une farouche opposition des riverains, qui refusent ce qu'ils appellent une «privatisation du littoral».

Une extension de 6.243m² des parcs déjà existants à Rostellec, plus une création de trois parcs de captage du naissain d'huîtres au Zorn, pour une surface totale de 7.167m²... Au début de ce mois, c'est dans ces termes que le projet de la Sarl Huîtres de Rostellec, gérée par Michel Diverrès, avait été soumis à l'approbation du conseil municipal de Crozon. Cette délibération intervenait juste après la clôture d'une enquête publique qui n'avait pas soulevé la moindre observation. Du reste, elle avait été approuvée à l'unanimité moins une abstention, celle de l'élue d'opposition Nicole Garnier. Mais, oh surprise, quelques jours plus tard, lors d'une réunion de quartier organisée par la ville au Fret, un vent de fronde s'était subitement levé contre le projet. Les riverains reprochant un déficit d'information sur la tenue de l'enquête publique. Avant de multiplier les griefs à l'encontre d'un projet qu'ils jugent hautement préjudiciable.

Le projet de Rostellec rendu caduc

Presque un mois plus tard, où en est-on ? Un comité de défense s'est constitué, avec un noyau dur d'une vingtaine de riverains. Une pétition a aussi recueilli une centaine de signatures. L'association se réunit demain soir pour envisager les possibilités de recours. De son côté, le maire a saisi la Direction départementale des territoires et de la mer(DDTM), comme il s'y était engagé auprès des habitants. Et qu'a-t-il appris? «D'abord, que l'extension à Rostellec est déjà caduque. Elle ne se fera pas car elle se situe sur le bornage du plan Polmar, destiné à protéger la baie de Roscanvel.» Reste le cas du Zorn, où Michel Diverrrès envisage de créer des parcs de captage du naissain d'huîtres à l'aide de collecteurs en plastique déposés sur des tables. Daniel Moysan promet une vraie concertation, associant tous les acteurs: DDTM, ostréiculteur, municipalité et population. «À l'automne, en tenant compte d'une marée favorable, on mettra sur pied une visite sur le site, puis une réunion publique».

Des arguments des deux côtés

[--------] [/--------]Va, pour la concertation, mais les reproches sont bien plus larges. Membre fondatrice de l'association, Caroline Fabien énumère. «D'abord, l'impact environnemental. Où est l'esthétique dans des collecteurs en plastique? Ensuite, il existe suffisamment de publications sur l'invasion des huîtres dans la rade de Brest pour qu'on en rajoute.» Elle craint aussi que cette activité ne signe la fin de toutes les autres sur la grève. «C'est une zone de pêche à pied très prisée, de pratique de loisirs, avec le kayak de mer, la baignade ou la navigation.» Sans compter les nuisances éventuelles générées par le ballet des tracteurs. Sur ce dernier point, l'ostréiculteur se montre néanmoins rassurant, indiquant qu'il n'est envisagé «que quatre manipulations par an». «L'accès est prévu au moyen d'un tracteur et d'une barge, il n'y aura aucun accès par l'impasse Begar Zorn», précise-t-il, en justifiant son projet d'un point de vue économique. «On a 90% de mortalité des huîtres dans la rade. Pour réaliser les mêmes volumes, je suis obligé aujourd'hui d'explorer d'autres zones». Une explication qui ne convainc pas les opposants. «On va dénaturer un site pour un ostréiculteur.On n'est pas d'accord. Nos familles ont déjà été expropriées au moment de la création de l'Ile Longue. Aujourd'hui, on veut nous enlever le peu qu'il nous reste. Pas question. On se battra jusqu'au bout»!


28 juillet 2012

En marge de notre article d'hier, sur la polémique qui agite le quartier du Fret au sujet du projet d'extension d'un parc à huîtres au Zorn, nous évoquions un précédent à Camaret remontant à l'année 2000. Albert Le Moign, qui avait mené la fronde à l'époque contre ce projet sur la grève de Notineau, précise que Michel Diverrès n'avait pas retiré son projet de son premier chef, mais qu'il y avait été contraint. «M.Diverrès avait été condamné par le tribunal administratif de Rennes, auquel il avait fait appel ou, du moins, les Affaires maritimes qui le soutenaient. L'appel au tribunal administratif de Nantes avait également été en notre faveur», rappelle-t-il. Albert Le Moign en profite pour confirmer qu'il a effectivement été contacté par le collectif de riverains récemment constitué à Crozon.


29 juillet 2012

Réuni mercredi, le conseil municipal a annulé la délibération prise le 29juin concernant le projet de parc à huîtres au Zorn, dans le quartier du Fret. À l'unanimité moins une abstention, les élus avaient alors donné leur accord au projet de la SARL Huîtres de Rostellec, pour une extension de 6.243m² à Rostellec et la création de trois parcs au Zorn.

Opposition des riverains

Depuis, le projet fait l'objet d'une farouche opposition de la part des riverains (Le Télégramme de vendredi). Après avoir appris que l'extension à Rostellec est caduque, car située sur le bornage du plan Polmar, le maire, Daniel Moysan a demandé que la question, soit ajoutée à l'ordre du jour, vendredi.

Annulation à l'unanimité

Dans les rangs du public, principalement des habitants du Fret, Vincent Fabien a été autorisé à exposer les motifs de mécontentements liés à la création de ce parc sur la grève du Zorn. Après un tour de table, à l'exception de Joël Torillec, qui a mis l'accent sur l'emploi que pourrait créer cette activité, le conseil a voté, à l'unanimité, l'annulation de la dernière délibération. [A_SUIVRE](À suivre)

**************************

Le 29 août 2012


On reparle de projet d'installations de parcs à moules en baie de Vilaine. Aucun projet n'a été formellement présenté. Mais la convocation d'une commission nautique, le 6 juillet, à Lorient, par la préfecture maritime, a mis en émoi la municipalité. Cette commission avait pour but d'examiner les conséquences sur la navigation que pourrait avoir la création d'une ferme d'élevage de moules sur bouchots dans le secteur des Mâts. Rien n'est pour l'heure arrêté, précise-t-on au Syndicat mytilicole qui ajoute que l'idée d'une implantation aux Mâts est déjà très ancienne. La prudence est donc de mise. Mais on sait que les professionnels vont se trouver confrontés dans les années à venir à des pertes d'exploitation du fait de l'envasement palpable en baie de Kervoyal, qui ne devrait pas s'arrêter. Les mytiliculteurs et pêcheurs de Pénestin et de Billiers, à qui ces parcs de Kervoyal avaient été octroyés en dédommagement de la construction du barrage d'Arzal, avaient déjà dû en demander une restructuration en 1996, parce qu'une partie était alors devenue improductive sous l'effet de l'envasement. Cette fois, il n'y a plus d'extension possible.

Le maire s'oppose

La mairie de Damgan, de son côté, est opposée à des parcs aux Mâts. «Nous avons dit que nous sommes contre en commission nautique. Nous étions déjà contre la restructuration de Kervoyal. Ces pieux pourraient s'avérer dangereux pour la navigation et ils pourraient provoquer une accumulation de vase qui se retrouverait sur nos plages», précise le maire, Alain Daniel.

==================

La conchyliculture participe à la défense de l’environnement

Sa présence contribue au maintien d’une bonne qualité des eaux.

Le coquillage reste indéniablement la sentinelle la plus efficiente de la qualité sanitaire des milieux. (mise en œuvre par l’Etat de réseaux de surveillance REMI, REPHY, définition d’objectifs prioritaires de contrats de bassins)

Elle rend des services écosystémiques en augmentant la biodiversité locale :
  • en constituant des cantonnements salutaires qui protègent et favorisent le développement des espèces indigènes marines animales ou végétales (nourriceries, nurseries)
  • en constituant des garde manger pour de nombreuses espèces protégées (huîtrier pie, macreuses, eiders, goélands…)
Elle exerce un effet modérateur sur l’eutrophisation des milieux :

Source : Rencontre halieutiques de Rennes – Présentation de Goulven Brest

Pêche et aquaculture : un atout pour l’aménagement des territoires côtiers

Une gestion nouvelle de la pêche et de l’aquaculture pour le développement des territoires : La conchyliculture... Pour télécharger le document cliquer Agrocampus

==================

Le 12 octobre 2012

Politique Maritime Intégrée (PMI)

Les 5 priorités de l'Europe : les énergies marines renouvelables, l'aquaculture, la biotechnologie, l'exploitation des ressources du sous-sol et le tourisme côtier


Les ministres européens en charge des questions maritimes, réunis à Limassol à l'initiative de la présidence chypriote de l'Union européenne, ont adopté une déclaration commune sur la politique maritime intégrée. ils ont décidé de donner un nouvel élan à l'ambition maritime européenne, dans la suite du Livre Bleu de 2007 qui fixait les grands contours des politiques maritimes pouvant être coordonnées au niveau européen. Cette nouvelle déclaration fixe cinq secteurs prioritaires de travail pour l'action à venir : les énergies marines renouvelables, l'aquaculture, la biotechnologie, l'exploitation des ressources du sous-sol et le tourisme côtier.

Une nouvelle donne saluée par le ministre Frédéric Cuvillier, qui souligne qu' « il faut libérer le potentiel économique de nos mers, littoraux et territoires d'outre-mer. La France plaide pour une croissance bleue, créatrice de richesses durables, autour de la construction navale, du transport maritime, de la recherche, des énergies marines renouvelables, de la pêche durable et des ports, en promouvant l'enseignement et la formation aux métiers de la mer ». 

======================

Comment concilier 2 priorités européennes qui s'opposent en France : aquaculture et tourisme côtier !!!


L'association Difenn (défense du Fret et de ses environs) créée le 26 juillet de cette année pour défendre l'espace maritime, veut empêcher l'extension du parc à huîtres à Rostellec et la création de trois parcs de captage au Zorn d'une surface de 7 167 m 2 sur la commune du Fret. Des courriers ont été envoyés à différents organismes (mairie, DDTM (Direction départementale des territoires de la mer)...), des tracts et des pétitions distribués. Michel Diverrès, ostréiculteur, sera présent avec un représentant de la DDTM et le maire, Daniel Moysan, sur le site le 19 octobre. Les adhérents préparent une motion avant cette rencontre. Ils se sont rencontrés vendredi soir pour échanger les actions à venir.

======================


L'association Difenn (défense des intérêts en breton) a vu le jour le 28 juillet dernier. Son objectif : défendre la qualité de vie dans les secteurs du Fret, du Zorn, de Rostellec, de Saint-Driec, de Saint-Fiacre et de ses environs.

1.100 signatures

Forte de 110 adhérents, elle a lancé une pétition contre l'implantation de parcs à huîtres à Rostellec et au Fret. Près de 1.100signatures ont été collectées à ce jour. Ce projet contre l'implantation de parcs à huîtres est le premier combat de l'association, qui entend mener d'autres actions : intervention auprès des autorités compétentes pour provoquer ou suggérer les mesures susceptibles d'assurer la propreté, la sécurité et le bien-être des résidants, ainsi que la sauvegarde et l'amélioration de l'environnement, du cadre de vie, de la nature et du littoral; opposition à toute dégradation du site, notamment à l'octroi de permis de construire ou de concessions modifiant le cadre de vie et la qualité environnementale du site à toutes nuisances, pollutions ou perturbations.

Rassemblement le 19 octobre

Vendredi soir, une réunion a été organisée à la Maison Ursule, au Fret en présence d'une trentaine de membres. Dans un premier temps, la présidente a énuméré les actions entreprises par le bureau, dont l'envoi de courriers et de dossiers aux différents organismes: Direction départementale des territoires maritimes (DDTM), préfecture du Finistère, mairie de Crozon, etc. La préparation du rassemblement prévu le 19 octobre sur la grève du Zorn était également à l'ordre du jour. Une motion est en cours de validation par les membres et son conseil d'administration avant de rencontrer les officiels. «L'association est battante. Elle bouge grâce à tous les gens intéressés et concernés par ce projet de parcs à huîtres», a précisé la présidente qui rappelle, à l'occasion, que le Zorn est un lieu de pêche remarquable avec dorades et bars qui viennent agrémenter le menu des habitants de ce quartier. Le bureaude l'association est ainsi composé : présidente, Marie-Françoise Mérour; secrétaire, Caroline Fabien; trésorière, Bénédicte Duigou.

 =====================

Aucun commentaire: