dimanche 23 novembre 2008

Importance des pêcheries dans les récifs coralliens

La production mondiale en ressources vivantes d’origine marine a été multipliée par 6,6 depuis 1950 (FAO, 1999), et stagne maintenant à près de 95 millions de tonnes par an. Le potentiel mondial de capture dans les récifs coralliens est de 6 millions de tonnes par an, soit 9% des pêches actuelles dans le monde. Ce chiffre est très important, comparé à ceux des milieux tempérés. Ce milieu très hétérogène est source d’une biodiversité importante. La quasi-totalité des poissons et invertébrés sont pêchés à des fins alimentaires, d’ornementation ou de biotechnologies. Du fait de cette hétérogénéité, les techniques de pêche et de collecte sont nombreuses et plus ou moins destructrices pour l’environnement. Certaines techniques très destructrices comme la pêche au cyanure ou à l’explosif sont malheureusement très développées, au point qu’elles en deviennent « industrielles ».

La pêche des poissons récifaux se pratique avec des rendements annuels de l’ordre de 5 tonnes par km2. Elle représente près de 20 % de l’apport protéique des populations du Sud-Est asiatique, et jusqu’à 70 % pour les pays insulaires. Pour parer à cette surpêche, la production aquacole mondiale se développe rapidement. Les récifs coralliens connaissent actuellement un fort développement de ces activités car ils procurent des sites variés, abrités et propices à la croissance. La production la plus développée en milieu récifal est la perliculture.

Les récifs coralliens sont aujourd’hui menacés, soit directement (aménagements…), soit indirectement (pollution organique…). En 1997, année internationale des récifs coralliens, on a constaté que de 10 à 20 % des récifs étaient irrémédiablement détruits, 30 % très menacés, 20 % dégradés, et seulement 30 % des récifs encore intacts. Toutes les activités humaines, y compris le tourisme, qui sont liées aux récifs doivent être menées avec précaution pour limiter les perturbations y compris le tourisme. Cependant, beaucoup de communautés humaines riveraines n’ont encore aucune conscience « environnementaliste » : la nature est inépuisable et doit servir l’homme. C’est pourquoi des mesures de protection et de gestion doivent être prises.

Gilles Lecaillon, Vincent Dufour, Philippe Lenfant

Voir le très bon document (intégral) : Les pêcheries dans les récifs coralliens

Photographie Wikipedia

================

Recherche sur les poissons et invertébrés d'ornement

Coral Guardian cherche sponsors...

Secteur de l'Aquariophilie : Projet de Recherche en Aquaculture

Objectifs : Développer la recherche en aquaculture.

  • Rendre possible l’élevage (reproduction, élevage larvaire/alevins, alimentation) de 2 espèces stratégiquement sélectionnées et créer 5 emplois durables en aquaculture à la fin de la 2ème année.
  • Repeupler des zones marines protégées dès la 2ème année.
  • Sensibilisation sur toute la chaîne de commercialisation aquariophile.

Informations sur ce secteur mondial

Chaque année, dans le monde, 25 millions de poissons sont collectés sur les récifs coralliens pour approvisionner le marché de l’aquariophilie.

La majorité, plus de 90% des espèces ornementales d’eau douce sont issues de l’élevage, alors que seulement 2% des espèces de poissons marins d’ornement le sont. Cependant, des efforts sont en train d’être faits pour élever et domestiquer plusieurs de ces poissons et invertébrés d’ornement à haute valeur ajoutée.

Cette collecte mal organisée menace la survie des récifs coralliens par leur surexploitation et par l’usage de méthodes de pêches destructrices (dynamite, cyanure). De plus, de fortes mortalités surviennent avant l’exportation, souvent dues à la mauvaise qualité de la maintenance des aquariums de transport.

Avec la raréfaction des ressources marines, l’homme recherche des moyens pour pérenniser l'activité. Les solutions sont l'utilisation de méthodes de pêche durables, et l'aquaculture de ces poissons et invertébrés. Dans de nombreux pays en voie de développement, la collecte de poissons d’ornement fournit un revenu dans des zones où peu d’autres options existent pour l’emploi.

La collecte de vivant pour le marché de l’ornement fait face à de vrais challenges : un besoin de conservation et d’utilisation durable des ressources naturelles, un besoin d’assurer un bénéfice équitablement réparti sur toute la chaîne de production, des problèmes causés par la perte et la dégradation des habitats, et des méthodes de pêche nuisibles.

Programme de recherche

Grâce au programme de recherche scientifique pour le développement en aquaculture, il est possible de trouver une alternative au prélèvement sauvage en milieu naturel. L'aquaculture des poissons et invertébrés marins ornementaux (destinés à l'aquariophilie) est un secteur émergent. Cependant, seul un faible pourcentage des espèces exportées est issu de l’élevage.

Grâce au développement de protocoles simples pour l'aquaculture d’espèces ciblées, il est possible de réduire les pressions de pêche sur ces écosystèmes et repeupler certaines aires marines. Ces protocoles sont destinés à être transmis aux communautés locales, tout en les accompagnant dans la mise en place de cette nouvelle pratique. Elles auront l'opportunité d'en faire une activité responsable et durable, qui leur assurera des revenus stables ainsi qu’une qualification. Plus ces espèces recherchées par les aquariophiles seront issues de l'aquaculture, moins elles seront capturées dans leur environnement naturel.

Faites un investissement durable et responsable, investissez dans l'avenir.

Source : Coral Guardian


Aucun commentaire: